<%BANNER%>

Les Affiches americaines

Digital Library of the Caribbean LLMC - Law Library Microform Consortium
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000449/00020

Material Information

Title: Les Affiches americaines
Physical Description: Serial
Language: |||
Publisher: s.n.
Place of Publication: Haiti s.n., 1766-1791
Publication Date: 1787
Edition: Microfilm (26 reels). Negative.

Subjects

Genre: serial   ( sobekcm )

Record Information

Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001894300
notis - AJW9563
Classification:
System ID: AA00000449:00020

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000449/00020

Material Information

Title: Les Affiches americaines
Physical Description: Serial
Language: |||
Publisher: s.n.
Place of Publication: Haiti s.n., 1766-1791
Publication Date: 1787
Edition: Microfilm (26 reels). Negative.

Subjects

Genre: serial   ( sobekcm )

Record Information

Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001894300
notis - AJW9563
Classification:
System ID: AA00000449:00020

Full Text















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library




S-r


aCICSP '


I I .^M


T. yaPEic-


U


-- A --|^ ^^ @(|


* ^ N co jer jh
4o; 4l |,c-'>*J ^i^~~~~~A *A^ U.AS

-fr--4-,-8--4t- V- -^-^o---- -<-
s-b S^^X
W4""4 4" 4"^

4 .Lr Ub^ %


AFF INCHES AME

Se Du Jeudi 4 Janvker
i'^r-; /^ 5 i?^


RICAINE


1787k


I
I\fl,-
6-rn"--


I -


dsj Marc aColonie, au Port-au-Prince.


Sucre blanc, premiere quality; 66 a 701. feconde, S
,15. trbifirme, 48 a 1. brut 3 iz, 36 1. Indigo bleu,
i. 1 cuivre, 9 1 1 i t0 o f. Cafe nouveau, vi f. &
f. 9. vieuxio a zi f.Coton, 140 & 16o liv. Cuirs, 9 1.
Prx des Marchandifr de France, au Port-au-Prince..
Vin vieux, 131 to 01. nouveau, 75 a82 1. Farine
Moiffac, 90 g 95 1. commune, 75 8o 1. Bceuf fal6,
S75 I.le baril. ertit-falk, t.2 14 4. i'ancre. Beurre,
a 25 f. la liv. Haile,4o a 4 1. le panier. Savoa:, 40
1" Ia caiffe.-
ours du Fret. Sucre blanc, 9 a 1o d. brut, 9 t o
)ndigo, 20 a i4d.Caf9 ii d. Coto, xo 4 s ' d ica, '" ' r ' -
N R G 3R SS M A. A J 0 N If.

IU Port-ai-Prince, le a do Inois detniern, eft entr6
i Geole, un- Negre nouveau.,- Congo, 6tamp6 BER-
tRD, ne pouvint dire f.on nom- ni celui de fon
"fi. Tldemaque, Mandingne; 6tampe illifiblement,
diGnt appai~enir & M..,Duclaud, au Boucain; &6
;,- :Creole,. 6tamp4e GUES,, ayant un collier
de s emperres: le f'o, Francois, Congo,, 6tamp6
AUG ,W fe 'ifant appartenir & M. Duboir, atr
; NoAl, CongTo, 6tampe fur lefein droitROCHE'i
,fu, STr.4. frt le gauche ALB, entrelac6s, fe
nr appj;e,.ir a M. Roche, a Saint-Marc; & Ali,
ao-u, a;imp F.S. ROUX., fe difant a M. Roux,
4i~r: en i-:-e viJie:. 1 31t. Zingj ,Cnmgo ,.fns etampe
r. .-', 0f dcfl:t appartenir a M. Thomas ;' Philppe,
e::a ia M AMrceron;unNe gre nouveau, Taquoua,


]

'1


itampi LPXDTPP, fe difant de l'habitation GreffrA; &
Brutus, Anglais,-itamp6PENIN, au-deflous C. D.SAC '
fe difant do 'habitation Lipini, au'Cul-de-Sac.


AN I MA U X. G A s Es.
**


Au Port-au-Prince ,e 29 du mois dernier, il a it con-
duit a la Geole, un mulet fous poil .brun, etamp6 fur
une cuiffe illifiblement & fur la. croupe hors le montoir
GA : le 30, un mulet fous poil fouris, ampe d'un O
croif*, ayant une marque blanche au tour du cou; &
deux mulets fous poil brun-fooris, 1'un 6tamph au cott
illifiblement & I'autre fur une cuifle Z, autant qu'on a
pu le diftinguer le 3 un cheval fous poil bai, 6tam-
p6 LA.


SP E C TA CL E.
Ls Comrdlens de cette ville donneroit remain Vear-
dredi 5. Janvier, au bUnefice du Sieur Saint-Leger, une
Repr6fenmatin d'Orphec 6 Euridice, Grand Opra en
trois ade., ornk de tout .on Spe6&acl && d(une decoration
nouvelle a 1l'ae deb s Enfers. Les principaux Ro1es front
remplis par les Demoifelles Sainte-Foix, Minee & 'e,
Sieur Saint-ieegr; la mufique de. cet Opra eft du
Chevalier Gluck.
Les mimes Com diens' dclnneront Vendredi i ,-au
bne6fice de la D;me Berthier, une Repr6fentation dei
Reveries renouvellies des Grecs, ou la parodie d'lphige-.
nie en Tau'ide, Opera-Bouffbn en trois aCles, orne de
tout fon Spetacle; dars lequel la Demoiftlle Sainte-
*Foix remplira le P 81e d'ihige'nie, & e Simur Saint-Leger, ;"
celui de Pilade. Cette .Fiece fera precede de On' fai
cc qu'on peut non pas c pju'on vCeut, ou i Direau
4:


I
!yI~


I i


S.


MM llillM=PMwt


~ -- --;C~PI--- __-QY_ I a
I -CT~ I-~CBLfl;ll~YB~IILLC~ I _;_ _' I 9;:


I.


~'*; :ri






. fe o"r"ie, Pro"e"bt, a M. tr, n t, de Sqt
e SrSi~i .:Do'illiers reeplira it cra + adiff +m.
S'e4y idire les Rbles du Sou.eudr, du Valt Al!emand
f 'eaui l~andre, M. Points ivre, Mm' Poitl bhgle,
S Atbbe4, le Flicre, le CGoamiifire. Le plaifir que cet
ACE :,ur a le bonheur de -&ire dans les Pikees de ce
genre, fa pour la Dame Berthkr une certliude -qu'on
lfpi'fi :ua deA'n choix. Elle ne peut mieux prouver
Ifn zele &.fa recoiinaiffanceen ce moment, qu'en pro-
Cirant asa Pvb4lic un Spedclde analogue i 'a eircoon(-
tance & fur-tout jOAu par des Ac&urs qu Ii i fnt
iagr6bies; le Carnaval etant rinflant du plaifir.
En attendant vne premiere Reprdeentation de la Ca-
ravanne, Grand-Op.ra, paroles de M. Marmotel, mu-
fiqtie de M. Greiry ,'orft~ de darinf, bae as conbbats
&, enin de tout le Spe acle doat ell elle e fcep:ible,
"dorte on donnera par Ia fiite 'un detail plus etendu.
Cette Pice eft au benefice du Sieur Purofi2r.
"S+ OI r *- '
s: t Com edierns de Saint- Marc doineront ..ndi prochihj
8 +anvie + au bfht' fice du Sieur Roland, une premiere
repteient4:ion de lAmani Statue, OpBra en un ale,
inufique de M. Aeyr pof, ,Proverbe des Variets. Amufantes, dans lequel
t Amiateiur nouveflement arrive de France & con-
'iaiflant" paifitement ce gefrre de Spe&acle, remplica le
'+,edei Gullaumne, -Cette Pikce fera (uivie da MAsecidl-.
i .iLois, graside Pantemmin hkeoique, oirne dedaco.,
ratieos analogues. Le-Sieur Roland ne nigligera rie~
-pour imeriter les bont4s dint le; Paubit tc honme, puiffe-
t rd u y rrufiir ati gr de fes defirs. Dans les entr'ades
On ei4cutao un Pot-pourri de fa tmrpoAfiton. .
S':Leit;its ies Com&dies doabneront Lundi i de ce
snois, au benifice de la Deimoifelle LanRglis, uie pre-
MriTe Rep rwetatimane 'liet, Opira en trois a&es de
M. Moi.vel, mufique de M, Daides,. dans lequel le
'Sieur 'Deoix fiemplira le R6e du Ctnte. Cette. Piece
A'r a fuivie de YErreur Jun moment, ou la fuite de .le -
'e, 'Opi&a 'enr a&t des -nnames A seurs, La Demoi-
"Yefle Langlis re negligera sien pour donner fon Spec.-
ie' to'ut la ~poinpe poflible, afin de meriter les bon-
'"ts b"on ri Public: a befti vouliu -honrirer, trop heu-
reufe ifi elle:obtientfa ,prfence,
.f 1 .'.. i ` ." ' ,*, ..
Les Avis, pour etig in/res dans i Affithes Amrritai,
S les, doient etre remis a4tlnprimeriejuflu'au Lundi fir;
ccux qu/on apporteri aprs tete ipo ue fernt recules di
jtite & pp,, na. rtera4 aucun jui ne foi flgna.

s. *
SLe Sieur GuiMbad, Dire&eur des Poeks & Saint.
r,'ir ayni;t endu fohI f.fods de boulangerie au Sieur
'"aint-Mardri qui ewprindra peeison lle premier kn.-
ier prodfhain, prie MW fes :abbiteurt de -retirr leurs
.rartes qui le grent ext rmenint,-: .
+ On doe vie avie. qute M. le. Cheyalier de Boyre i
, Aivant Habitant dans le haut des V6retite, quarter de
Aribobnite, ft d~c6cd dqns le, cprant du monis der,
Piear, & .qu*'l .aiitituM M. Pts, Procutreu des biens


d M, k .Vieomditle tlk Maye. pow fo e.cuteur.
tefJia aif.e.fieelrianci3 de it lieon ont prif
de donser ue, note-de ce quirk ifur; oAf du en 1itude
de M' J.chkud dlh ,erdiW AvoAt en Parement &
Procureur au Siege de Saint4-Masc, :pour einettre a arel&,
'M. Peres .pTdrendre ds arrangeriens a leuar ftisfa&iot,
3 Les crienciews du Sieur ELieftn Boyd, font invite,
de la -part de la Demoifelie (';therine Pofelu, fa veuvt,
de reprefenter leurs tires de creascet cez MC Riviej
Dff.ray, PrFcureur a Saint-.Matrc. qui eft charge d'ei
pret.dre cannaiffnce & de leur. propofer des moyes
d'accommodement pour affuerr leur payment, attend
que la fucceflion dudit feu Seur Boye eft oberee & que
fa veuve pourrait renoncer a la communaute qui exiftid r
et:r'eux, fi elle ne parvient a aucun arrangement.
M. M. Gadin, Chef do Bureau des Ciaes. en cette
ville, difirant faire proceder i 'inventaire. ds Ibiens
dependans de la commpraute d'entre lui & feu Demnoi.
feUe ierfimer fon hpoufe, & connaitre i'&ata reel de fif
communaute : prie les creanciers ,.i .que!ques tires quo
ce foit, tant avant le decks de la4ite Dame que depuis,
de rtmeze irseffamment le conmplr d qui peut
leur trre du en principal, inter&ts & frais, en Vtude
de M Loreilhe, Notai e en cette ville.
Les Sieus Dubocq & Duaiil, tenant les eitrepi s
des cafes, au pied de la montagne des Grands-Bois, onit
.l'onnear de. privenir .M" les Habitans du quaratiei
d. Trou-d'Eau c& de la Gafcogne, qu'a computer dl
premier de ce mois,. le brouetage du cafe fer a a A
pouir o10, .& les coons A64, VU la grld 4 d4ifcukl
qu'ils 4prouvent par les mauvais chemins qui les forcent
a prolonger leaurroute dIune le livee dm.mie, e Or d
donee lieu & cette petite augmentation, & par les retours d
6erafant que ces M' leuisdonnent en rapportait tout ce
qui. eur eft nceffaire, ce qui leur fait efprer qu'ils nl
trouveront pas ce prix exceffif, qu'ils ne peuent abf,
luoient fire i .meilleur march fans courier a leur ruinel
its les pr6viennent aulri qu'ils ayent a peer leur caf6 che
eux, & que pour plus grande ffret ils tiendront aufi
des fl6aux popr lear fournir reeu. ~uchaque, feis del
quantity du poids des facs, & qu'ils en retireront uni
femblable .des.confgnatians de ler ,denre pour qu'ilis
.'ayent point i fe plaindre des deficits, defquels ii
demeureront dans tous les cas refponfable. .
3 Le. Sieur Liegrais, rtaltre Champ'ketier, deneuran
fur 'habitation Duneyate & Reignefor paroifie de
Cayes., prvient les perfonpes quO pourraient avoir di
.iffaries avec la Dame Liegeois a f emme, de n'd~ivo
aucus recourse A lui &ant fepar6 d'avec elle.
s M, Rendt Afori, Habitant dans les hauteurns, d
Grand-Goave, priuient le Public, que dans un part d
Nkgres qu'il achet6 de M" Tiby, Sanlcque & Com(o
pagnie., le .6 O.obre dernier, du navire 1'Arcitymide,
une Ngreffk, 6tampe feulement de la marque du na'
,vire AR,. entrelacks, a difparue de chez lui le i'
"Novembre dernier. 11 prie ceux qui en auront con6aaib
fance.de l'en pr~venir ou de la faie mettre l;k Geol
la, plus prochaine.
SM" leg debiteurs de MW" NiXolas Chart pare & fis
NIgocimans a Nanuts, font privenus que M, le Cheos







hr dE Libr'y, rr itdisc Sa'tatfrom- Lit eleulbha
6 de le;.rs po-voirs dina-*ette Coloni-i,' par protu~e-
Ton genrale frpci.d.e, qui i'autorife i regir .& adAm
eikre touotes teurs affairs, tant de la fucceiiion de M.
Cjart, leur p&re, qie de celle de M.. J.ofph -Chirt
.l Fr.mnore, sequel avait f~it. ceffion par contract a M"
C hit pri t' f Ps. Ei conTequence de cette ceTfion & de
Ia procuration ci-lellus M. le Chevalier de Liberge,
prie ceux qui doiv.nt de ne payer qu'e` fes m.ans & de
pe traiter qu'avec' lui pour eviter le' dfagr6ment de
payer deux fois. H ,
Mm1 de Raimond, Habitante au Petit-Trou, deCi-
rant conhaltre' l tat des dettes hypothckiires de fon
habitation, invite M" fes creancier's a prefenter dans
le courant de Fevrier prochain lerrs titrs .de creances
chez M' Sennebier, Notaire i'Ance---Veau, pour la
inettie a portbe de prendre des arrangements convenables
ahn de les tatisfaire.
2 M. IHugion air, NAgociant en cette ville, prevent
le Public qu'il a aflocie fon free a f.:s affaires, & qu'a'
I'avenir toutes cells qu'ils front feroat focus la rai-
(ioo de Huguen frires; ii prie ceux qui ont confiance
en lai de la continue fa nouvelle fo:i&t; .ils front
leur efforts pour fatLfaire les perfonnes qui voudront
,Vadreffer eux.
2 Le Sieur Harnois fait favoir qu'il a fait acquifiion
d'une habitation etablie en cafi, fituee dans le bras
droit des trois rivieres, quarter des Coteaniu, apparte-
nante au Sieur Piverge; ii prie en confequence tes per-
fonn.s qui ont quelques droits & r6piter centre le ven-
deur ou fur ladite habitation, de renmtre eaurs titres
d'hypotheques entire les mains du Sieur Harnois, Nigo-,
ciant en cette ville, d'ici au to Mars prochain: fate
par eux de fe prefenter ils ne front requ dans aucune
pourfuite centre ledit Sieur acquereur, qui payera la
1iode de ladite habitation a cette kpoque, en l'6tude de
Me' Mufhier, Notaire & Subifitut de M. le Procureur
du Roi aux Coteaux. Le pr6ftwt avis fera infirk irois
fois, a ce quon n'en ignore.
3 Le 14 de ce mois,, le Capitaine.l f^ph Satvage,,
de Nantes, commandant le navire Ia Saint-Claire, allant
& S. Marc, a treuvye deux Negres qui itaient fur ut
rocher, aprts avoir fait naufrage, fuivant la connaiffance
dudit Capitaine: les deux NMgres font i fon board. Ceux
& qui ils appartiennent pourront les relamer, en lui
rembourfant les frais qu'lls ont pu occaiionner.
A la requte de M' Gayor, Curateur par interim aux
facceffions vacantes dans le effort du Sikge Royal de
ttte ville,.charg# en cette quality, par fuite de l'exer-
cie de M' Girault, de celle du Sieur Cavadii jeunt,
Apothicaire audit lieu, ii fera Samedi Ti.de ce mois,
proced a la. Barre dudit S'ege, a I'i fie de audience, a la
ente & adjudication au plus offrant & dernier ench&riffeur
de fix ttes de Negres ou Negreffes de jardin, d pen.
dans de ladite ficceffion.
i A la requlte de M' Gavot, Curateur aux fucceflions
vacaites daris I: re(1rt du Siege Royal de cette ille,
harg en cette qualith, par fuite de exercisee de M*
GiUrult, de celle du Sieur Dangiron, Habitant aI lieu


di I R q rv a-Roches, qu er du Ge.pi-ae d
Oendance de .Mirebalals., ij fira le Samedi 27 do ce
Ome s proc44e 'a Barre audit Siege, a fitTue delau-
dience, a I'a.djudia:ion definitive, au plus offrant &
denier enchriffeur, du bail h ferine, pour trois aann6s
d'une habitation fituhe audit quarrier, dependante de
ladiie fucceffion, 6tablie en cafe & coton &i fur laquelle
travaille~t f pt ti:es de N.gres ou Negreffes qui en di-
pend-nt. On pourra preadre communication des clau.
fes de la carte bannie en cette vile chez le Sieur
Orillieon, Huiflier, & au bouirg de Mirebalais, chez Ie
Sieur .Ruteau. -


D P d rs


P O v n FR a N c .


3 M. Frangois-Abraham de Lance, ancient; Capitaine
de Milices &, Habitant au Fond-des-Blancs, dependan.
ce du Fond-des-Ni re., part pour France dans le cou-
rant de Mars prochain, pour caufe de maladie. 11 ven-
dra des chevaux de chaife & de felle, de fargenterie,
meubles d'acajou, line de table, &c. le tout jufte
prix, moyennant du comptant.
2 M. Gabridl Giibert, Capitaine de Milices, Habitant
au Grard-Fand, paroiffe du Port-au-Prince, part pour
France dans le courant de Janvier prochain, pour affai-
res de famille, fur le navire la Gracieufe, du Havre,
Capitaine Doucet, & laiffe fond rde (a procuration
M" MAynardie, P iccard &6 Compagnie, concernant toutes.
Jes affairs d'in:rets,, pour I'adminiAration de fes habi-
tations & autres affairs.
2 M. Claude Choffrd, N gociant -en ctte vile, part
pour France au mois d'Avrii prochain.
Le Sieur Tam, Charron a 1'Anfe-a-Veau, part pour
France au printemps prochain, & prie les perfonnies
a qui il peut devoir de fe pr6fenter pour recevoir .leur
payemem & oaeles qui lui doivent de l e fotder. ILa
a vendre fept tekes de Negres don't, le plus vieux na'.
quea 30 ans, tons charrons on machoquets & fcieurs
de long : il en fera bonne composition pour du comptant.
a M. lean PVignaud, Negociant,en cette ville, declare
partir pour France dans le courant de Mai prochain.
ULa a vendre un Nigre patron d'accon.
t Le Sieur Poulklt, part pour France dams lecouraut
de F6vrier prochain, pour caufe de maladie. ( t)

Rivnro 0w Av D a 11 is f S vv Ror t

3 En vertu dOrdonnance de MM. les Adminiftra.
teurs, donnee le 8 Novembre 1786, la Dame de Saint-
Ciron, pourfuit en reunion deux terrains de mille pas
carrh chacun, fitus dans les hauteurs de' la rviere
des Rozeaux, paroiue Saint-Louis de Jer&mie, fur lef.
quels ii n'exifte aucun 6tabliffement: lefdirs terrains ont
tC conced, l'uin au SierAgriol, & anutre au Sieur
Cayrol, le premier eft born au nord de Dubofcq, at
fud.de tla Dame Mouleur, a left du nomme Gilice &
Sl'oueft dw Sieur Cayroi; & I'autre, au nord de Du-
bofcq, au 'fud de la Dame Moukur,- a 'lt du Siwa
Agrtio & 'oueft de M. LanoF..


1
I


j


I


.r

pi
'' i







A M. Dlakord, ancind Cont*ro&ur Jo, TQrdinare,
des Guerres & labitant an Fond-Perdu, petit mon-
tagne, quarter de Mirebalais, pourfuiten reunion un
terrain pour culture de tmille pas icarrhs., ithu au lieu
dit la force des Rozeaux, dans les hauteurs du Boucan-
Carr6, borne a f'eftde ladite force, Foueft, au nord
& au fud de terres non concedes. Ce terrain a eke,
concede en 17638 au Sieur Francois Barbereau, mort,
en fuite etabli & apres abandonn6 depuis plus de 6
anrs, faute d'eau par Ie nomme Fortin, dit Bdtl-lpe.,?
Griff libre.
3 En vertu d'Ordonnance de MM. les General S& In-.
.tendant, la Demoifelle Gothon Saint-Louis, pourfuit
en reunion le terrain fitu dans la rue baffe de la Ma-
rine, aJeremie, numerot I4 5, ayant'8o pieds de facade,
fur. 90 de profondeur, borne 1'eft de la rue de la
Marine, au nord du n 14, appartenant au Sieur Cadet,
.au fud du no I6, appartenant au Sieur Bloufi, & a
foueft pour profondeur des hiritiers Berqu'ier',ce terrain
.appartient au Sie r Lacofle, qui ri'y a jamais fait -batir.
S2En vertu d'ordonnance d.e MM..les Gneral &
Thtendant., les Sieurs Delafaberie .& MaARfn, tous dcux
dpmeurans a Plymouth,' dpendance de .Jeremie, pour-
-fuivent en reunion un terrain fitue audit lieu, !.e la
contenance de cuinz, cents pas en care, born& e 'oueft
de la force vulgairement appel le Grand-Trou, chaffant
: 'eit pour bafe, d'autre core chaffant les airs de vent
convenables audit canton. Ce terrain a ete concede le
S' Juin 1771 an Sieur Camille de Pradine.
2 Le Sieur Thurin, demeurant a la montagne Noire,
pourfuit en reunion un terrain de 15oo p;s scarris ou la
valeur, fitue aa quarter vulgairement appel/ le Platon-
Jamb:ttes, paroiffe de la Croix-des-Bouquets, barnr. a
I'ti du Sieur Beusra's, & des autres co6.s terres non
concedes a!ors. Ce terrain a 6te concede au Sieur Moraud,
;le 29 Novembre -17. 76
a Le Sieur Lombdi Desgranges, abita.nt a ;JVr'mie,
pourfuit en reunion un terrain fitue a la grande-riviere
dudit lieu, de la countenance de cent carreaux, borne
au nord de la grande-riviere, a l'oueft & au nord
de Glay, a l'oueft de Beaudouin, au fud de la veuve
Alexandre le Grand, a '1f1 & as fud de Briewu, au
fud ;& l efl des psefffions de M. le Baron .de Bre--
teiul. Ce terrain, abandonne depuis longues annies,
ayant appattenu primitivement au Sieur Danin, & p'1
fuite d'acquifition au Sieur Duhanel. Cette reunion el
pouirfuivie d'apres l'ordonnance fur requ~te, de M .V.
les General & Intendant, du 18 Novembre dernier.
En vertu d'Ordonnance de MM. les Ge'nral &
X.tendant, 1e Sieur J. M..Bourdens, pourfuit en reunion
,:n terrain -pour culture de mille pas carries on la va-
Jeitr r~duite, f tue au Fond-Cochon, dependance de 1la
paoiflf Saint-Louis de frrmie, borne u nord de M.
,krtuier, pour baffe, chaffaxg. pour hauteur au fud,
' i'oueft du Sieur Fou.no.n chaffant a I'eft fur lis Ro-
:zeaux terres non concdcdes. Ce terrain a kth conc'd
,en 1772 au Sieur Ranty, qui ne I'a jamais 6ibli.
E F FE IT ,P ,R p V.
,M. GJraier, Pc&t-Giptra, a .prdl tversle 5 du


E.


mois dirtier, ye .oegg l gaittp s ar Gerriw
Huiffier a Saint-M' rec~ tixhdlt Sentence eft ,im
billet &a fordre de M-,i far t a confenti par le .Sieur
Perodin., fils a ; :ledit..bilet eft d'environ mille livres
perdu depuis Saint-Marc. jufqu'a la Savanne-BIulee chez
le Sieur Perodin. Ceux qui 'auront trouve font priis
d'en donner avis a M4 Guinmbault, Dire~feur de la Pofl
i Saint-Marc. ,t

D z Mv A N V ir

On defirerat .troyuer un jeune homrmehonngte,.ayant
des etudes, I'orthographe& une belle 6criture. S'adrefler
a l'Imprimerie Roya'e de cette v,ille.

NArRa I S l CNAio M z MT

2 La Sophie, de Bordeaux, Capitaine Pierre Boiffeai;
eft au trois quarts charge, & partira du o2 anu m 2
de ce mois : ce navire ift connu pour &tre de toute foli-
dite. Ceux qui voudront y charger a fret pourront s'a.
dreffer de fuire audit Capi-aine, en fon magafin tru
Saint-Philippe, on i M. '.ignaud, Negociant mnme
.rue; il prendra auTfi des paffagers,
2 L'Alcde, du Havre, du port de 600 tonneauyt
eL ,en charge pour leditlieu &t partira du r au zo Fevrtier
prochain. Ceux qrfi 'voudront y paffer ou charger '
fret pourront sadreffer M. Colombe anme, demeurant
dans les magafins de M. Ragueneaud, vis-a-vis la place
de Valliere; il pr6vient en mcme temps qu'il repaffe
en France fur ledit Navire, & prie fes dibitehrs .aux
diverfes cargaifons qu'il. a gre'es de le folder inceaffa-
menrt. 11 a p!ufieurs Negres & NegrelTes a vendrc,
don't il fera banne competition pour du dcorpant.
La Prudence, Capiraine Auvrai, eft en charge & J1 -
r6mie pour e HJavr.e, & partira Aia fin de Mars prc-
chain. Ceux .qui vouJront y .paffer ou charger pour-
ront s'adre Ter a M" Plicite 6* Lem"ine, Negccians au-
dit lieu. On trouvera dars le.r .m7gafin tn affortiment
de msr handifes schdes & corpeftibles, vin en cailfes
f. en barriqus.
Le Montefql':e, Capitaine Corbiers, eft. en charge
pour Bordeaux & preadra du fret & des paffagers;il
a d a majeure parties ,e fon chargoment .pret, & par-
dira dans le courar.t de Fvrier pro.cbain, pour jouir
des primes d'affurances d'ete. Ceux. qui voudront .y
p;.ffr cu charger a fret pourn.ont s'adeffer audit Sieur
Corb.ere, dans fon raagafin rue des Capitaines. L dit
Sieur defirerait heaucoup voir le Sieur Lercaco ayant
quelque chore d'intereffant a lui communique de la
part de fa farlille.
A ;v p n s.
c ^ Une goa!ete,, du port d'cnviron to tonneanx, de
conftruteon efpagoole & tout en bois de 'cedre, avec
fes agr4s-& apparaux, & deux fuperbesN gres, excellent
matelots, dort un eft pratique :e la ct:e,, ~.gs d'en-
viron. stz 253ns, de fortecorpulknce tk bons fujets; on
les veodra n.rmn 1' epreuve. S'alreffer i M. /, J, Alkle
inand, .Ngociant en ceue -vill,







t 1 NA ere*.ei lvm tWt ler; p6Lti er & cenfi-
1feur-, vendre. Svi4iflehi 'M.'sas,' ILalai SAint -
acques Compagnie, N'gocians en "'cette ville.
3 Une habitation,, de la countenance de mille pas
carries, fitu6e 4 la Riviere-des-Mornes, paroiffe de Tor-
bek, quarter du Fond de I'Ile-a-Vache ayant apparte-
nue j feu Sieur Martin p.Duigg, propre a la culture
du cafe, par la bontm de la terre & la position du ter-
rain ;' il.y alfur ladite habitation, Nne fuperbe fouirce,
ainfi qu'qne tr6s-belle bananerie rapportante, une favan-
ne d'environ dix carreaux, & quelques cafes en tres-
mauvais etat; la voituve peuit 411r jufqu'au .pied de
l'habitation. S'adreffer a M. 1e Chevalier Bompar, Ha-
bitant ala petite plane du Cap-Tiburon, qui en fera
bonne compbfition. *
z Unfuperbe bateau Bermudien, du port d'environ
7 tonneaux, prefque neuf .& do march fup&rieure.,
pret & mettre & .la vciile,: avec tous fes agres & ap-
parauxi n.bon etat. S'adreffer iM" H. Papillon, Gom-
bauilt Compagnie, aux Cayes, ou a Mr R. Marie 6
Cominpagnie, au Port-au-Prince, qui en front bonnee
composition.
Une manufa&urre de charronnerie & machoqueterie,
avec les Negres qui en dependent, au nombre de neuf,
charrons ou machoquets, ,ainfi que les materiaux, uften-
files & une belle & vafte maifon, fitue .' Liogane ',
dans une trks-belle position. S'adreffer.a M. Jacinthe
Gourjon, audit lieu, ou a, MM. Gourdon aind 6& Com-
pagnie, au Cap qui en f iont bonne composition, en ,
par 1'acquereur donnant les ffiretes neceffares & d'ufa-
ge pour les ternmes & accorder.
SBois uquarris du pays, idem de la Nouvelle-Orleans,
planches, chevrons, effentes, riz en barils, more fran-
caife, belle & fraiche, arrive de Saint-Pierre & Mique-
Ion, huilede poiffon, vendre., chez M. Cadieu, .Nego-
ciant en cette ville.
i Dix-fept Negres travaillans a ;a terre depuls.qua-
tre mois, 4 Ngriillons, tine Negreffe :& on enfant a la
mamelle & une Nlgrifte un peu couturire, tous de la
c'e d'Or. S'a'reffer a MM. Rat, Ing.nac &' Compa-
gnie, Negocians & Leogane, qui en front bonne com-
pofition pour du company oit en efpecc.ounri honnes
enes.' ,ak


ft.


".
Une ma'fon a eage & a balcoh, "ttrs-coinmode
faifant l'encoignure des rues Royale & des Miracles,
vis-a-vis de M. le Senechal, ocuppee par M`' Martineau
' Blanchaid. .
Un autre .maion avec une grande court, ou fans'elle,
fituee dans la rue des 'Fronfforts, occupy ci-devant par
les nomm,-s Fortaine 6' Haram. S'adre&ffr a M. Cadicu,
proprietaire dec deux,


C'efl aux Imp'imertes fiules q:e I'on dolt adrcffeY tout
ce.gui corcerne les avis l. Mczard, Redaettur de cette
Feuill reccvra toujours asve reconnaiffince, les articles


'd NOvttESPts. VA tdTs don't on voudra ican
enriehir fa Feuillt. Tout ce qui lui parviendra' fans tre
affranchi ne fera point ouvcrt., & il ne fera aucun ufage
de te quon ui enverra anonymement; les perfonnes qus
ne oudront pas gt .nommees, peuvent computer fur la lus,
parfaite difcrition,


NOUVELLES


DIV ER SE Si


'A z. Z. tA NG .

On afftue qu'un Medecin de Hongrie a trouve un
rem'!e certain centre la maladie fyphilitique, dans la
simple infufion d'une Plante connue fous le nom d'Af-
tr4gala Monfpelienfis. Des experiencess faites par ce Me-
decin, & qu'on va rpfhter a Paris, dnt dej& conf.ate
'efficacite de ce remede.
11 eft &tonnant, qu'apres s'etre beaucoup occupy de la
Lobilia, don't les Indiens fe fervent pour fe gurir promp-
tement & ftrement de la meme maladie, les Medecins
femblent avoir abandoned leurs travaux cet gard.
Nous croyons devoir, a l'occafion de la d&couverte du
Medecin Allemand donner un extrait de ce qu'on cont
nalt de plus intereffint fur la Lobelia: cet article nous
femble d'autant plus important a publier dans la Co-
lonie, que nous ne fommes pas bloignes decroire qu'oa
y trouve la Lobilia.
M. Kalm .tl.ve du celbre Linnee & run de ceux
qui, .encourages par cet infatigable Botanifle, s'&taient
repandus dans le Monde entier, pour enrichir cette fcien-
ce., eft un. des premiers qui ait faitt connaitre en Euro-
pe, la Lobelia : nous prendroas ce qu'on va lire,
dans un Memoire qu'il a pubi fur cette Plante pr&-.
cieufe.
c Depuls un temps immemorial, les Satvages de
1'Amfrique feptentrionale ont vu la rnaladie don't it
s'agit r gner parmi eux. Les uns pr&tendent que lea
Europeens la leur ont apport'e.; d'autres affurent qu'elle
y tait connue long temps avant I'arriv6e de ces derniers.
Un de leurs vieillards m'avoua., dit M. Kalm qu'ils ont
eu cette maladie auparavant, & que communeent,
leurs jeunes gens la gagna-ent en allant a la guerre con-
tre les Nations fauvages, qui demenrent plus an fud, oi
ele etait plus commune,,,
i Ce qu'il y a de remarquable, c'eft qu'ils fe debaral-
fent de cette contagion avec la meme facility qu'ils la
gagnent. Quand meme le mal ferait enracine au dernier
degr6, celui qui en eft infeAt peut erre retabli en pen
de temps, fans crainte de rechite, a moins qu'il ne
s'f expofe volontairement. Les Sauvages pratiquent cette
methode fans avoir aucune connaiffarce du mercury'
its regatdent meme cette maladie comme une des plus
faciles a guerir n.
i Lorfque j'arrivai av Canada, il n'y eut perfonne
de ceux qui avaient voyage avec les Sauvages, qui
ne connut la facility extreme avec laquelle ils gue-
riiTent tette maladie, par le feul ufage des Plantes ;mais
tous declaralent en meme temps, qu'il etait impoffible,
de leir arracher leur fecret; qi'ils le cachaient avec d'au-
tarit -p~s de foi, qut'is e6aient dans la perfuafion que


.1.


I







. t. .i.'. pa'rvtiair 'l con'nalifance eds EuiOp e.is,
-i peradict fa ver:u n.
i: iBeauoup de Frangais ont tent miut emert det -
'Iger ks Sauvages, a force d prefens, a leur dicou-
vrir ce remede. i-s on t i*t obliges de rcouri a leur trai-
tement, quand les maladies les y ont fortces _"
ia En arrivant chgz le Colonel Williaon JsanfIn, ie
Suti fis beancoup de quefions fur le Canada & fes *HIbi-
tans. Cet OIicier demeure parmi les Sauvages, & s'eft
attire, par bien des moyens, leur refpe&- & leur amour.
lis le regardent comme leur pere, Sourent ils viennant
des endroitss s iloignis, pour le voir & pour ui
"dmaidet r ce .dont 11s ont befoin, & don't i Ieur fait
pfekithn. II a un a-nour brlant pour les Sciences & leur
avantcerent; Conmne 11 a paffe bearcoup d'anneespar-
hi les:Saurages, it n'eft perfonne qui connaiffe mieux
leur- mrimre de vivre:il m'aiffra quils avaie't le fe-
cret de gutrir, avec une facillte tonnante, les maladies
vinriehnes, par le moyen des planes; qu'il en avait
vui ptifieurs e~em:)es Tfr des pe' onnes q.!i vivaidente-
ecre; que qirelqirs-uns avaient t danrs un &at a-freux,
& que cependant, apres dir jours de traitement, elles
- aieint aflez bien r&tablies pour pouvoir reprendre leur
Sfav`ail ; que peu de terps apres, elies avaient re gue-
ries radicatement ,.
. u lje lui demandai s'il connaiffait les Plantes don'tt les
Sauvages fe fervaient pour ce traitem'n?, ii me repon-
~i que'nont. Je le priai, en confiquence, de tach-r de
fe procurer cette connaitance; il me dit que ia chofe
'it 'prefqu'iimprofible. Mais fur ce que je lii reprzfen-
ati qu'il trait le felu homme qui put engaged les Sau-
aest 'a coam un!quer leur fecier, par I'attachement ex-
trt&ne iqiuii arient pour tui; que par-la it s'atirerait
non-feulement la reconnaiffance des Savans, mais celle
S.l'bumani: entire ril me promit de fire tout ce qu'il
pourrait & de ne manager aucune d6penfe pour par-
venir acette dkouverte ,..
a Je lui donnai aiors quelques inftruAions fur la ma-
n1re d'y .procder., ei le' print de queflionner fepa-
ztrvent plufteurs femmes Sauvages qti paffaient pour
maiireffes dans cet art; de les engagerr a lui montrer
is-Pantes., fans que l'une fat rien ae I'autre, & de
ae pas fe contenter qu'oalui mqntrat une feuilie.ou une
'Wine de la Plante,. mats de les engager a lut montrer
":Plante toute enritee I.
i eft inutile d'entrer dans le detail de toutes les
jriu es.& depenfes que cet O'icier a employees; il fuirit
de dife que trois femmesSauvages lui ont apport6 cha-
e ne de ,on cbt tes'm1 mesn s Plantes, & lui ot fait
li muwme re!Ation fur a mnanikre du traitement. I1 en
parla auffi un Sauvage qui paffait pour avoir fait des
ArAs 6 tonnanres dans ce genre de maladie, leque[ lui
sontra des raciness de la mime Plante, an difant que
d'art-f~ le remade don't on fe ervait commuihCmett;
fiais il Ajo6ta qu'il lui prelfrait une autre Plante don't
il avait appris la vertu, par fon Grand Pbre w.
"a Maintenant je vais parler des Plantei don't pn fe
fsrt, & come la Langue latine e.t cele don't. les o-
tanlites ailment mier ia fe rvir, je rengloyetai datn
ties dekriptions '.


P4e rpon it ir 4 % 1iA."
^A pentUCif,'ibk'W ldnwas .tatsm, s ineae
craflitie, curum digiorum loagitudine plus minus, gla.
bras ita'qtm & centro ernittens.
C0ur., fni x -interdum rainen ramios emittens; erec.
tin !6oigitinisa tu i kab quattibr pednum longitudincm,
corn rnint rtarrmer~'tmoab qtiatior pedum iongitudinem,
teres,ghlberrimrus, laevis, fiubnitidus, pallde viridis.aut
intcrdim rubefcens, prncipue verfus inferiorem partem
foliatus, folia ufque ad fpicam florum gerens.
Folia, duplicis geteris; radicaiia fciiicet primo anno:
caulina verb, anno feconda primum prod:..ntia.
Folia radicalia, ovato lanceolata, fubacuta, crenato-pli-
crta, g'berrima aiurinque fibnitida, obfcureiridia, cum
cihnura purpurei,, inperiolos derinentia.
Folia Ca.uT'a, per toum caulein fparfa, ovato lanceo-
lata, thbacominata, iaequoaliter denlata, patentia, plura,
gtaberrima, fubnitida i opetiolos definentia ; ad marines
punda albida tantilhum elevata fi(it; quid quodipti denti-
culi ejoimodi punS6 albida elevata gerant; nervi in in-
ferfa folii hperficietimgitudinaies elevati.
fudhimenta Florurm, 'ad alas inferiores.
lores, fuperio-rem parrern caulis occupant, pndiculis
duobus vel duobus & dimidiis linearum longitudine
infidecres; quivis ftos fedet ad alam. folioli lanceolari,
acutt, ferrati, ferraturis fubulaOis.
A'Fres fere etleii, magni, catruei, mgnithuine vix
flbtibus Lobete, flos Cardinalis alias di:ae, cedentes.
Calicis Lacinia lineates, acutae, long frf:iicet quinque
ad ofo linrearum longitudinem, marginibus,- props
bafim retror'um flexis.
Reliqua florist funt Lobelia. Vide cara&erem in linai
gen: plantarum.
I1 fort de tontes les parties de la plante, une l.-
queur laiteufe en les rompant. Quelques-unes des vieillks
trges pnt ute grande pelote de racines, de manimre
qu elles refferler ata une tourbe de gramen .
C Les ptls grandes feuilles caulines font de a lont-
gueur de cinq a fix polices, & de larger d'un & deni.
Lesfeuilleinferieuces. de la tige font fouvent lansowa
ovata i,
ci Les feuilles infrieu ~t les premieres qui tom-
bent des tigers. Quelquef ve plufieurs tiges d'une
,eule racine. Dans os t font gradess' la ti-
ge a fouvent tri demi B de diari&tre -.
-a Vers la fin de I'atomne, les feuilles fe couvrentde
teaches brunes. ..
La Plante commence' ^ fleurir vers le .1 de Juil.
let; fa graine n mrit ers4e commencement de Septembre;n
a Sa demeure naturelle eft dans les endroits humides
& mnarcageux ,. fur le bord des htangs des ruiffeaux
& des riviires. Elle a pour voaine I'Eupatoria de tou-
tes' les efpice,. e Zycopus, le jBidens, le Mimulus, le
Cheone 'Acadienfs I'HelMne caule tetragono aculeata,
la 'Prficara urens 6&c n.
.t Le go6t des racines me femble fort approcher de
eliii do tabac: 1 tefte longtemps dans la bouche, ii
cafe des..vOmnffenmes ,,.
c Cetl cete Lobdlia, don't je viens de donner la def-
cription, que les Sauvages employment geniralement &






pr&f&rablement centre tes maladies vndriennes, & voidi
teur maniere de.gtoqw r ,. ,:, .
( Si l'on p.arny.4i( 7ver:!s LLbelia dan: 14 Coltnie,
nous publierion laf manIe d'en far ifaf~ ).
Un Journal allemand an nnce qu'un Chymifte de
Vienne, a trouve dans la graine de 'fARea pirata, le
fondement d'une teinmure auifi belle que celle qu'on ob-
tient de la ,opcheni;hle.,Qp: fait bouillir cette graine avec
du tartre l'on y ajj!te de fteain d6compofe, a peu-
.pres coanne pour fire 1',carlate.

S A N C S.
Arrt du (AnifI 'd"Etat da Roi, portant que les Etats
de Languedoc, par une deliberation dui 4 FTvrier der-
nier, relative a la reftauration des Arees de la Vile
de Nifines, l'u bde plus beaux monumens de la gran-
deur d.es Romains, ayant arret6 de supplier S. M. de
vouloir bien concourir la dp.eenfe, offrant d'y con-
tribver e.lrnm mes jufqu'i la concrence de o0,00oo I.
& la ville de Niimes propofantcde fournir pareille foe-
wme, S. M. a jugk .digne de .lacueil le plus favorable.,
une entreprife qui doit readre aux Arts & t i adniira-
.tion publique ,u.u: idifice ceibre, chapp6 aux ravages
des guerres & du temps, mais don't antique magnifi-g
cence eit elqueque forte dishonorante par les viles conf-
trudions qu'on y a le.yes dans des. temps debarbarie; en
conf6que.npe, .lle,ordonpe qu'ii fera proced6.au ritablif-
(ement des Ar&ers dt iaviil e le, Nfmes, & a la di-
rnolition des 'mairfonscQonruites, tant dans I'inthieur
.que dars,le, poutour .extrieur def cet edifice;ia Itfet
de quoi Elle permit aux Etats de ladite Province, d'em-
prunter la, fTnime~ 4Ae -.oooo 1. don't les intretsferont
preleves fur les fonds de la caiffe des prets des Dioc'-
ie; permit pareillement la ville de Nifmesd'employer
a eette dipene., la; rnme (omme de 15o,oool. S. M.
tIautorifant a prendre ladite fomme fur le fonds des fub-
ventions, ou a emprunter i difaut dudit fonds, en affec-
tant fur lefdites fubventions, '1interet de lemprunt qui
pourra etre ftipule.fans revenue, & a la charge de.pour-
Svoir au remboqufement : ordonne en outre, que fur les de-
niers qui dbivent e re verfes au trifor royal ; par le Tre-
Sforier:des Etats de.la Province, il fera .pay la fomine
de i o,po,l.. dqnt, S. M. fait don, pourrre, employee
au retabiitfement de, cet edifice.
On a derf1erenment, exsguct ~Marfeilte,lenvertu d'un
Arret du Parlement. d'Aix, Pafcal Efcure, Nigocant,
Armareur, convaincu d'avoir form. le comnplQot, d e con-
cett avec fon Capitirint de fair perit fpn navire clar-
,e de fauffes .marciaandifes qui*s avalen' eu .fin de
faire affbrer pour une fomme trks-forte, garante par
les Capitaliftes de Marfeille & par des Etrangets, Efcare
a t condamne au fouet, a la rnatoue & 3 atns
de galeres; fon -Capitaine a...reu la me~e pire, mais
il ne doit fubir que. 4 an1 de galres .Cette utije (.v4-
rift, exercee trbs--propos raffure les Places de. om-
*mnerce agites d'une jir4,defiance, .& fur-tosu e xRpiees
depuis long-temps a des.pilges de toute efpie, (Ax;ri:t
des A4ffehes de Touloufe). .
M. PFills eft mort.Sa pertflahige fenfib~ent tes


A .


7
imis don't it tait a'or, & les Artnateuis d'es eaux-
.Arts, J.e Maufolee du Marichal de Sax<.,.qui el iotn
chef-d'oeuvre, eft un des plus beaux morceauK de Scul-
pture qui foit en Europe, & le plus confidrable de
ceux qui exiftent. La Statue de atoltire fifirait poor
l'immortalifer, ft on pouvait 'expoo'r aux yeux'du P.0.
blic, mais s'&tant obftinnment tenu a I'ide de reprifen,-
ter Volhaire -bfo\lument nud, & tel qu'Il 6.ait dans les
dernieres annkes de fa vie, c'ft-,-dire fort dicharn- ,
cette Statue n'eft quun fqutlette qui ne convient qu'A
un amphitheatre d'Anatomie, Pigalle fera cependant tou-
jours cit4 coinaie an des plus fameux Sculpteurs qui aic
iluftie I'Ecole ftanaaife,
M. Saccini, don't les eompofitiions favantes tont le
dilices de tous ceux qui aihient la Mufique, eft mort
a Paris le 8 Oobre. II n'a pas eu la farisfa&ion de voter
reprpfenter fon lEdipe d Colonne, qu'ot va donner in-
cefMimment a i'Opera, & ia tort nelu a pas don-o lI
remos d'achever la mrfiqja d'evvelita,
Qn a donna le premier Septembre, an thiitre italien,
Les Anis du jour., Comidie en un atfe & en profe, par Na.
de Beaunoir. Agreable bluette, crite avec eirprit: Ils'y rrou-
ve desdrails tres-gals & des situations d'un vrai comique.
Le it du mine tois, I'Hcureux Naufr.ige ; c'rfi une
bagatelle qui n'apas deplu, on aiur-tout applaud. quel-
ques jolis couplets.
Le 30 fobre, Feodor & Linfiska, ou Novogorodfauvs ,
drame en trois aaes & en profe, tir. d'une anecdotp
ruffe, par M. Desforge': Cet ouvrage a "' tr4s-vivo"
ment applaudi,
Le io du m&me mois, C.'ile de Saint'-Al Ie: a Ptc
n'a pas eu beaucoupde fucces.
La premiere reprefenration d'Adie Campafpe ,doa-
nee au theatre fFranais, le 16 da iemme mois n'a pas
6t heureue, ...
.. . .. = .. .
V A R .I .T S.
MANU F ACTUR E.S -.COo 0 i A LE .e,

A4 RIddur,
Au Trou, Ii: ,8 Novembre ty8.
M, je viens de lire dans I'Enyeclop&die Mithodiquti-
la description dun nouveau pbfe-liqueur, appropriotIl
cuite des fucres, & come cet infrument n'efl pas c06-
n,- .'dans cette Colonie, '& quil pourra .tre d'une granrf
utility: dans Ils rnmahu is ` a ?ire, je vous prie ;
voulir bie n faire in' s vos Feuitles AnerOcat.
nes, ia defcop Ion doe Iee^.liquer dpres Iextrait
,,, oinc ,
V tiltez bien au.fi .j vOns prie, IPnfieur, doner
plce 'dans vos Feuilles, auq queffios lyaes, euia
v nk 4t'la ,fa^bri u f cre.
'l veyou n'efil au /rtir Ide la ,cann' aque du fIcre
Scrall/jff/e 4F sda Ieau furabondanti eQulles}frnt
cs partiis, fit, hoomogines ou nirogners ,dont il faille
ff endellementfaire Ia fpiration pour obtenir la crft4i&
? 'Ti n.i} d~iCa.mimn qudie ,idea~iju u ail f neA.
*+: + +.:, ...<: ,I, t ;"


C.,
4 C


70





8
tralifer ? F a-t-il qutdque fubjlanceA huleu au'it faille p
ser a l'itat de favon pour en ddbarraffrr le f1el centiel?
Le firop qui s'en fpare n'efl-il que le product de faltira-
tion du fucre mine par le fu ? Le vepou, ainf que du
fucre redifous, l aife toujours a a cryflallifation< une par-
tie plus ou mains confiddrable de fliop, efp'ce d'eau-r~rem
qui ref/? fous former fluide : efl-ce un product de la flparation
d'ane matter errangere au: ficre, ou biene tf-ce du facr e
mene altirl & deenu incryflalifable dans operation?
On prie les perfonnes eclairees dans la fabrique du
fucre de repondre a ces questions, d'une manire claire
& fatisfaifante ( ). I en refuitera fans doute beaucoup
d'avaniage pour les mianufa6tures a fucre, car ii eft bien
furprenant que depuis- le commencement- de la Colonie
jufqu'a nos jours, ii n'y ait pas encore eu d'&crit inf-
tru8if fur la fabrique di fucre, & que les connai~lances
fur une matiere aufli int6reffante oient toujours tres-
obfcures & fondles fur une routine & un tatonnement
expof ia une infilith de viciffitudes;, i s'en faut bien
que cette pratique foit au degr. de. perfelion qu'elle
peut attendre, puifqu'on ignore encore la maniere in-
variable de fixer le point. de leffive & decuire du fucre,
S.algrb les encouragemens donn6s par le Gouvernement
a diffrens Ilabitans, & l'etabliffement, dans cette Colo-
lonie,. de plufieuis focie&6s favantes! Mais il faut efpe-
zer que nos Colons ne tarderont pas fortir de cette
lethargie d'ignorance & que lezble que voqs t(moignez,
Monfieur,. dans toutes vos-Feuilles, pour ce qui pourra
erre utilh a a.Colbnie, fera irmit6 par les perfonnes 6clai-
ires qui habitent cette opulente Ifle.
Jai. 'honneur d'etre, &c. Signed, Liot de Lefebvre.

Diu. Pefi-Liqueur approprid la. cuite des-fucres.-

S I n'eft pas befoih de dire que pour tirer dua feu le
parti le plus avantageux dans les cryflalifadions, fans
augmenter inutilement fon action deftrufive, les vaif-
feaux qui contiennent les liqueurs doivent etre de tells
dimenfioas, que la chaleur fe diffribue par-tout auffi
tgalement qu'il- et poffible, & en meme temps tres-
kvafis pour qu'ii y ait une grande surface du- fluide en
conta& avec Fair. (Voyez evaporation, Encyclopedie
mnethodique ).
Le plus difficile eft de juger la cuite, c'eflt--dire,
de fixer precifement le term ou I'on doit ceftfr l'va-
poration & porter a cryftliifer; c'eft auMi le point le
plus important, puifque fi on s'arrete au-deffous de ce
terme, on psrd' tout ce qui refle dans la. liqueur; fi on-
le paffe, on brule une partie du fucre que l'on rend
incryftallifable & qui, de ~ nt interpofl dans le fur-
'w "' ___


(*) On peut adreJer les
Ahies, au Redaacur.


reponfes, fAgneCs 6 afan-

Avec permjifon de MM.


plus; n, din inue tresofenfilement la quiallt&. La prati-
que ordinaire n'eft qu'un ttonnement expofe a une ini.
nit6 de viciffitudes : l'Arometre ou' Pife-Liqueur n'a
aucun de ces inconv6niens; fon application ef fondee
fur ce qu'Il indique toujours d'une maniere ffre le d.e
grW precis de la concentration d'une diffolution queb.
conque, ou de fa pefanteur fpicifique- a6uelle, & qie
ce degr4 conflitue lui-meme par defaut ou par exces la
bonne ou la mauvaife cuite.
J'avais d'abord penf..qu'il fuffirait de marquer le. ter-
me qui convenait fur un Pere-Liqueur des fels ordi-
naires, mais je n'ai -pas.tard6 ~ reconnaitre que pour
itre employee commodement & utilement a la cuite des
fucres, cet instrument devait ^tre confiruit fur des ptin-
cipes diffirens; c'eft-a-dire, qu'au lieu d'exprimer les
parties de fel diffous, les degrbs doivent fe papporter aux
parties d'eau qui reflaient unies au fel, en un mot que
le terme de zero ou de privation de toute eau de difor.
lution, comme extreme de cuiffon, devait 'tre.place au
bas de la tige & tout prhs de la boule. Les raifons de
cette confiru-&ion font developpees dans le memoire
pr&ecdemment.cit, (*) elles tiennent i la propriety
particuliere du fucre de fe diffoudre a I'aide de la cha-
leur dans l'eau feule de la cryflallifation, & a la rare-
fa&ion confid&rable de cette diffolution, au point qu'un
Pefe-Liqueur define a marquer le term de la cuite dans
!a. chaudiere, ne commence a s'y foutenir oun fe mettre
en equilibre avec la liqueur que lorfqu'elle content dija
75 pour zoo de. fucre pour 25.pour too d'eau de diffo-
lution. II ne faut pas chercher d'autre caufe de ces phe-
nomenes que la grande capacity de chaleur fpecifique
de ce fel effentiel; on volt dansla.table de M.. Crawford,
que la chaleur fpecifique d'une diffolution de.fucre brun
eft a la chaleur fp6cifique d'une diltolution d'acidule tarta-
reux ou cremede tartre::t, o86:0,76 & fil'on fait atten-
tion que celle def'eau pure eft i, ooo, & que fa proportion
de l'eau eftbien plus confiderable dans la diffolution de
l'acidule tartareux,. comme etant beaucoup moins folu'-
ble, on ne verra pas fans etonnement que l'n des me-
langes fe trouve avoir une chaleur fpecifique, mnme au-
deffus de celle de Ileau,.tandis que la chaleur fpecifiqiu
du second melange qui n'eft prefque del'eau,. eft pour-
tant fort au-deffous de celle de l'eau.

La fin dans une des plus prochaines Feuillesb
IiIi


( *) MAmoTre des experiences, faites pour
cuite des acres au raffnage, imprimi dans le
I'Academie de Dijon ( second trimefjie 1783 )
de Morveau..


rigler ta
rescued de
. Par M.


les ,Ge'r. 1 ni Taendant;


.htt ~- C a m 0 S'r-aA A#.M .. S$--3 tM-a..


AU PORT-AU-PRINCE,


~BR5C~P~ ---a~g~a~F~c~


-PSX~AB~IL~G~.illlr~7~L~ r~I~yl?"~E~Z~CZ~I~5~J~


--rrrr~ rr-r-~r~ Cn-~,~-r~-l-, r~-;.*rr_~-^-nlmrar,-.-rr-~Lur trt


R. OYALE E


DE I ;l .E R I E





a '.
r *^ ^ --.. ~** -4-* 4** ^*'*Vl ^ ^ 'p5" -

11 ^' 4 & r- A


1 ^--, --- ,--
A ^ ^^.^^-^-;,>-^ .ii:t -^ ^ ^^ ^^ ^ ^^> ^~ ^^
S- - *y; i- *- -*
a&. ,--2--.-


H E


S


Du Samed


AMERICAINE

i 6 Janvier 1787..


21 onces.


C'cl. aux Imprimeries feules queol'on doit adrcje.r tout
ce qui concerr:e les avis. A-. Mzatrd, Reidaleur de celte
Feuille, recevra toujours avec reconnaijznce, les articles
de. NourvELs 6& de VARIETE'S don't on voudra bien
enriehir fon ouvrage Tout ce qui lui parviendra fans etre
affranchi ne fira point ouvert, & il re fera aucun ufage
de ce qu'on lui enverra anonymement:-les perfonnes qui
ne voudrort pas itre ncmmees, peuvent comptrr fur la plus
parfaite difcritioln.
NOU VE L E'S DIV E R S-E S
R vr s s $.: I

L parait par un tableau du Commerce de cet Em-
pire, fait en I785., que les exportations fe font ele-
ves a x3,497.645. 1.. & les importations a o1,033,7851.
ainfi, la balance en faveur du, Commerce Rufe eft de
3,463,860 1.
'A L- M: AG c GN Z.
PRuieurs Ga-zettes affurent que I'anecdote fulvante eft
Weritable.
Dans le nombre des fuppreffions monacales que l'Em-
pereur a ordonrees, les Jefuites de Prague ont ete com-
pris; on a vendu leurs eflets: un payfan bohemien a achete
avec d'autres meubles, un S. Jean-Nipomucene. De retour
chezlui,en examinant fon empletteavec plus d'attention, il
appercut dar.sla tate du Saint une vis-qu'il ouvrit & qui
couvrait un trout qui contenait une obligation de deux mil-
lions, de florins confentie par un certain Monarque en fa-
yeur des Jefuites, Le payiah a rendu compete de- fa disou-


verte au Prince de Kaunit(, & a- reu de l'Enmperetil
ordre de refer a Vienne.
P R u s s t.
On Farle d'un- colleAion d'(Euvres ofrth;umes du few'
Roi, qui former 20 volumes in-8 & qui contiendra'
l'hiftoire de la guerre de 1756, plufieurs pieces de potfie,,
& 1'hifloire entire du d regne a laqueiie FREDERIC LE
GRAND a travaille jufqu'aux derniers inftans de fa vie.
On a calcule que de 1763 a 1785 ce Prir.ce avait
diftribue en bienfaits cent foixante-dix-fept millions1
tournois a ies Sujets.
P o Ra G c A ;i
Extrait dune. Zettre de Lisbonne.-
a Don Rodrigues de Meneffs, fils du Gouverneur
.de la Baie de Tous-les-Saints, a envoy a la Reine, un
Negre d'une affez jolie figure. II a ine tache blanche
triangulaire fur le front,-& qui alourit en pointe.fur le
le nez; les cheveux, ainfi que la parties des fourcils
qui fe trouve dans cette tache, font blancs, mais cre.
pus, come a 1'ordinaire chez les Negres. Une fecon-
de tache eft fur le mention; les 4paules font parfaite-
mnent noires, mais la poitrine & le venture font pref-
qu'entier de couleur blanche, m~l~e cependant de qiue!-
ques teaches noires. Les bras & le refte du corps font
diapres de blanc & de noir jufque vers le genou & au-
deffous des jarrets; la couleur noire eft fans melange
jufqu'a la pointe des pieds, ce qui prifente le coup-
d'oeil de brodequins chauffls Le phre & la mrre de ce
Z&br'e fnt parfaitement noirs, & la Ligarrure de i'er--
fant ne prouve rien centre la fidkliti de la mnre,puif-
que cette finglarite de la Nature eft la premiere don't
on connaiffe l'exemplen. i
L'Auteur de cette lettre 'a fans doute pas eu connaif-


A


S,


Poids du Pain d'utiaefcalin.





so
dance de ce que M. de Buffon a dit dans fon 8"' vol.
.de fuppliment, ou il donne la description d'une Ne-
greffe pie, ce qui prouve que l'exem.ple rapport ci-deffus
n'eft pas unique, & la conftquence que i'on en tire doit pa-
raitre tres-plaifante aux Naturaliftes. En 1784, on voyait
ii Cap, une petite. Negreffe & -un jeune Mulatre pies.
N4ous les avons decrits dans notre feuiile N0 XII--1784:
cette description, envoyee a M. de Buffon, a paru
lui erre agreable. Les teaches blanches de l'individu don't
ii eft queflion dans la lettre ci-deOfus fe rapportenttel-
'lement avec cells de la N6gritte que nous avons vue,
que nous fommes difpofls a croire qu'il s'agit du meme
fujet, car la difference du fexe eft peut-4tre, une
inattention du Tradudieur de la lettre.
F a x c z,;
On a public' a Bordeaux, les Lettres-Paten.tes con-
cernant les allusions, atterriffemens & relais forms .fur
ies bords des rivieres navigables; ces Lettres-Patentes
fe terminent ainfi:
cc Ordornons que l'enreglitrement fait de potre tres-
expres commandement, le 30 Mai dernier, de nos Let-
tres-Patentes du 14 Mai dernier, concernant la recher-
che & la verification des Ifles, Iflots, atterriffenens
altuvions & relais forms dans les rivieres de Gironde,
Garonne & Dordogne, & fur la cote de MWdoc, de-
puis la pointe de la Graage jufq.u' Soulac, fera exe-
cute felon fa former & teneur; Ordonnons en confi-
quence, au Grand-Mattre des Eaux & Forets de Guien-
ne, de proceder aux process verbaux & arpentage prefer
crits par nofdites Lettres Patentes, fans neanmoins que
ton puife en induire que les alluvions, atterrifemens &
velais forms fur les bords defdiies rivieres, ni d'aucune
utre riviere navigable, puijfent appartenir qu'aux Proprietai-
res des fonds adjacens a la rive defdites rivieres & Nous
lorfque la rive fera adjacent a des fonds de terre faifant
parties de notre Domaine. N'entendons que fous pretexte
de rechercher & de verifier les terrains deipndans de
notre Domaine, on trouble les Propietaires dans la
poffetion &jouiflance des Fiefs, Terres, Seigneuries &
autres Proprietes qu'ils pofledent d'anciennete par eux
.ou par leurs Auteurs, & .que rien n'annonce fire par-
tie de notre Domaine v. ( Journal de Guienne ),.
a Les refultats du Commerce des Colonies d'Ame-
' rique., ont prefente une progreffion fenfible dans la
a culture; is donnent la preuve que les entrepots accor-
,,des aux Etrangers dans lefdites Colonies ne forment
, pas, comme on le craignait, un ecoulement de den-
Srees a l'Etranger, contraires.aux interets du Commer-
, ce National ,n.
c Les Iventes en Europe des'annees qui ont pr&cedi
la guerre, ne fe' font point elevkes annee commune,
>a plus de 11. a zo millionss,.
c L'annee 1784 a monte a 134 millions, celle de
V 1785 a Sdpaff 180o millions., fur lefquels i .parait que
, plus des deux tiers des objets compris dans ces deux
fommes, out te reverf4s a 1E'tranger,,. ( Mercure de
,France, n" 37, Ct article a ti envoyde aux Auteurs de
ce Journal Id


On vent de former a Paris une cole de Chant, de
Danfie &t de Diclamation. Les meilleurs Maitres dans ces
diffirens genres, font charges d'y donner leurs foins, &
lon efpere que les Theatres de Paris, qui ont perdu
depuis quelques ann6es tant de Sujets pr6cieux, recueil,
Icront bientot les fruits de cette infitution. *
Lorfque nous avons publiC des observations fur le
Spectacle., il en .eft rkCfult quelquefois beaucoup de cla.
meurs de la part des Comediens qui n'etaient point fa.
tisfairs des jugemens que le Pul.ic prononqait fur leurs
talents, & don't nous rendions compete; c'eft, cependant,
une neceffite pour quiconque expofe fes talens en public
d'une maniere quelconque, d'effuyer la critique coiime
il doit s'attendre. a des 6loges, lorfqu'il fait fes efforts
pour les meriter. Non-feulement les Auteurs des Papiers
Publics doivent faire imprimer les jugemens que 4 s Spec-
tateurs portent fur les Comediens, mais toute perfonne
peu.t provoquer les Journaliftes 4 cette cenfure, prefque
touj ours mile, ,& mnrme leur adreffer des observations
pour &ere publiees. Nous accueillerons toutes celles qui
nous front adreffies quand elles front concifes & qu'elles
ne porteront que furies talens des A&eurs. Quand ils font
hors de la fcene,le Public rda plus aucune infpeaion fur
eux; leurs moeurs, leurs perfonnes doivent etre auffi ref.
pe6les que celle des autres Citoyens. Dans les lieus oi
les AQeurs ont aQfez de reffources pour supporter une
critique jufte & dcente, on ne les voit pas fe mettre,
pour quelques reproches, dans des coleres epouvantables,
& fe liver a .des nmeaces plus ridicules encore que les
raifons qui y donnent lieu. Nous penfons que la lettre
fuivante adreffe aux Auter.s du Journal de Paris, rem-
plira une place utile dans notre Feuille. Les Comediens
verront qu'on ne menage pas sneme les A eurs de la
Capital, malgr6 leur fuperirite, quand ils font dans
les Pieces, des changemens defagreables au Public, &
ils ne devraient jamais s'en permetre d'aucune efpece,
II eft vrai qu'on laiffe les Adeurs des Boulevards fort
tranquilles, parce que leur genre n'eft qu'ephiemre, &
qu'il ne tient ah 'Art Dramatiqne, que comme la Bi-
blioteque bleue tient a la Littetrture ; ainfi, bien loin
que les Adeurs puiffent fe plaindre qu'on s'occupe d'eux,
ils doivent au contraire fe trouver flatt6s.de recevoir un
efpece d'hommage qu'on n'accor4e par-tout qu~i ceux qiA
*r~ritent quelque .attention.

.Aux Auteurs du Journal de Paris;

Paris, 9 OAobre 1786.
MM. Rien ne contribuerait autant, ce me femble, ,
rendre votre journal plus intereffant, que d'y d.pofer les
plaintes du Public fur de certain abus, qui' fouvent
n^auraient befoin que d'une denunciation pour etre
r6primes ,,.
SJ'affiftai, il y a quelque mois, a une reprbfentatioa
de la Trag&die d.aEdiqe, qui me parait toujours une des
plus belles Tragedies que nous ait donnees M. de Voltaire
& je fus frappe de voir que I'A&eur charge du role
de Dimas en retranchait des vers abfolument effentiels
au Nujet. Je penfai d'abord qu'ils 6taient 'chappes a I






nerk mll inas hier j'aifftal Utne" i prrentation e la
&rme piece & le meme A&eur fit la mnme faute ,.
Ces vers fupprimbs, Meflieurs, font precifement la
efcription du Sphinx don't ii eft question dans plufieurs
; cnes de cette Tragedie. uls font parfaitement beaux,;
voicid:
Si parmi des rohcers au pied du CyiAhern;
Ce monflre a voix humane, aigle, femme & lion;
De la n ature entire execrable affemblage
Uniffait centre nous Iartifice 4& la rage.
c Its avaient paru fi effentiels a M. de Voltaire, qu'en
vouant qu'il n'avait pas cru pouvoir faire mieux, il
vait pris celui-ci a P. Corneille.
Ce monfjre j voix humaine, aigle femme '& lion.
lc Et voila ce qu'on fupprime comme une longueur,
onime un detail inutile. La description du Sphinx inu-
ile dans la trag6die d'~dipe :
a Vous allez &tre plus 6tonnes. On fupprime, Meffieurs,
ans la meme Tragedie ces -beaux vers du role de Phi-
odete que tout .le monde fait par coeur & qui devaient
paraitre fi furprenans .h .'age oh M. de Yoltaire fit.la
piece ,m..
.Un Pritre quelqu'ilfoit, quedque Dieu .qui 'infpirc.
Doit prier pour fes Rois & non pas les maudire.
ac On retranche les choeurs qui donneraient tant de ma-
jefte a la representation, fans nuire a 1'interet, & ces
fuppreffions font caufe que quelquefois on .entend qua-
re vers a rimes feminimes de fuite ce qui ei infup-
portable a une oreille un .peu accoutumie a la pofile .
a Au troifieme a&e par example, lorfque le Grand
lPrtrre vient d'accuferEdipe d'etre le meurtrier de Laius,
locafle s'icrie avec indignation :
Non, Seigneur, non, des Dieux I'Oracle nous dbuf :
Yotre vertu diment la voix qui vous accufi.
[a Et Philoadte ajoute fur le champ .:
'N'attendet pas, Seigneur, outrage pour outrage;
-t Ces vers a rimes feminimes, ne fe fuivent ainfi
ique parce qu'on fupprime ce mauvement fi pathetique
exprime dans deux vers interm6diaires:
0 Ciel, don't Ie pouvoir prdfide a notreforti
Nommet une autre tite, ou rendet-nous la mort.
I c Je m'arrete, Meffieurs, a ces obfervatlons, quine
Ifont pas les feules que j'aurais a faire fur la meme
pice. II me femble qu'en g6n6ral les Comndiens ne
confultentpas affez les editions corrigees par les Auteurs,
& it faut avouer que cette inattention devient impardon-
nable quand jl s'agit d'une piece come ~dipe & d'on
Auteur tel que Voltaire. Ces Meffiurs, d'ailleurs fe per-
mettent trop fouvent des retranchemens arbitraires, fur lef-
quels, du moins, ils devraient prendre les avis de quel-
ques gens de lettresn,.
c Oferais-je ajouter, Meffieurs, que le Public Fran-
fais femble devenir un peu trop stranger aux chefs-
d'oeuvre qu'on lui prfente, puifque lpi-mOme a e
plaint pas de ces abus, &c, L.


tLe refte de ,ette lettrei qu' eft e M. Pallot, ne
nous femble pas affez applicable 'a ce qui fe paffe ici
pour que nous le tranfcrivions.
D Po RT A v Par I c c;
.Nous.ne pouvons fire parahre I'4pitre A Janus, parcel
.qu'il s'y trouve quelques n6gligences & que ous fom-
.mes determine., come nous 'avons announce plufieurs
.fois, a ne rien publier de ce qui nous parvient anony-
.mement. "Nous.prions i'Auteur de recevoir-nos finceres
.remercimens pour les fouhaits qt'il veut bien faire pour
nous a 'occafion du nouvel an,; nous defirons qu'il con-
ferve long-temps l'aimable gaiet6 qui cara&trife fee
,produCions.

V A R I T S.
.MA R 7 F A .C T R .S COLO N .zA L E S
.Fin de ladefcription du PAfe-Liqueur approprie a la
suite des fucres.
Voidi la amanlbre ,de conftruire.le Pefe-Liqueur appro.
-pri6 i la cuite des fucres.
On prepare un .infirument dans la forme des Pffe-
Liqueurs ordinaires, feulement un peu plus gros afin
qu'on puiffe lire plus commodement les divisions, lorf-
.u'il flotte dans la chaudiere, environne de vapeurs;
je .donne 'a la grofle boule enviren .30 lignes de diam&-
tre 14 'a a petite, 5 lignes de diametre a la tige.; ;cette
tige a de longueur, entire 6 pouces & demi & 7 pouces
au-deffus de la grande boule, & il y a un morceau de
tige pareille d'un pouce de longueur entire les deux boulesE
Ce Pefe-Liqueur doit&etre de m6tal pour refifter a la
chaleur de l'6bullition, & affez folide pour -se pas fe
,boffeler trop facilement ,ce qui en changerait abfolument
le rapport.
La tige doitetre bien calibre-; on peut la fire train
verfer la groffe boule, e'eft meme uie tres-bonne pra-
tique-pour etre ffr qu'elle garden la ligne a plomb, ce
qui eft n6ceffaire, & que l'on a peine A obtenir autre,
:ment des ouvriers.
Une autre condition tout auffi effentielle, c'efitque
ce Pefe-Liqueur ait un rapport de pefanteur avec fon
volume, fans quoi il ferait impoffible de le graduer,
fur-tout s'il 6tait trop lourd, parce qu'il fe pr6ipiterait
dans les liqueurs oh il doit fe foutenir. On peut lui don-'
ner jufqu'a 8 ounces environ, de poids dans les dimen-
fions ci-deffus indiquees, au moyen defquelles il deplace
un volume de liquid legal a 7 pouces & demi cubiques
ou a peu pres 5 onces d'eau; rais ii vaut bien mieux
que le poids 4e -la matiere de I'infirumert foit reelle-
rnent plus faible d'une once & demie, parcel que cela
donne la facility de le charger, au point qu'or le defire,
avec de la cendr6e de plomb que i'ox introduit par le
deffus de la tige, & que ce poids ajoute forme dans
la boule infarieure r n left neceffaire qui maintient l'inf
trument dans la situation petpendiculaire.
L'infirument ainfi prepare, oai fait diffoudre a froid
75 parties, en poids, de fucre raffine du Commerce,
.dans i pat;igs d'au de pluie, a la temperature de ls






degrbs. Cette diffoluton. fe falt a frold, parce que la cha
leur occafionnerait une evaporationn qui changerait le
rapport & mettrait dans la neceffite de recourir a l'appa-
reil qu'il m'a fall employer pour 1'Etalon,, & que j'ai
.nomme chaudierc-balance, aux ta.tonnemens, aux cal-
culs embirraffans. don't j'ai parl6, & que je n'ai faits
mnoi-meme que dans la confiance de les rendre par la
'fuite inutiles, Cette diffolution fe fait tres-bien a l'aide
du temps, & d'un peu d'agitation dans une bouteille
boucheee. On dolt 6viter de prendre du fucre force la.
raffinerie,. & le has des pains, qui eft: communiment plus
ferret & plus dur a fondre.
On prefente l'inftrument dans cette liqueur, & s'il s'y
foutient, en s'elevant feulement de 3 4 4. igoes au-deffus
de la surface; etant charge de la piece qui doit former
le bout de la tidg, il eftflefte au point convenable : on
foude alors cette piece,on replonge le Pfedliqueur, & le
point ou il s'arrete donne le premier terme de lechelle
de division, ou le 25z"e degr6.
Pour avoir le second terme, on prepare de-la meme
maniere une diffolution de 88 parties, en poids, de
meme (ucre,.dans 1- parties d'eau de pluie: on yplonge
k Pefe-Liqueur, & le point ohuil's'arr&te donne ce second
te:me, ou le 12"m degree. II ne refte done plus qu'a di-
viler en 12 parties 6gales l'efpace intermediaire entire'
oes deux terms; ces parties donneront la valeur du degr6
que l'on reporter en defcendant le long de la tige juf-
qu'a: zro; & fi cette tige eft' par-tout de la meme
groffeur, les dgres feront auffi juffes qu'on peut le
defirer.
Je fais crire ces degrees a c&t de la division, feu-
lement de cinq.en cinq dans la parties fuprieure, &
'unite en unit pour les cinq inferieurs jufqu'a zerq,
parce que c'eft-la que 'on fera plus fouvent dans le cas-
dce les fuivre,' & de les comp'er avec exactitude.
Si on craignait que la. different quality des fucres:
raffines pit jetter quelque incertitude: fur la graduation
de ces pefe-Liqueurs, & qu'on ne fiic pas a portee de
les talonner fur un qutre, on pourrait y fuppleer faci-
lement par le Pefe-Liqueur des fels de M. Baume, don't
les principles de division font bien connus., & qui eft
aujourd'hui entire les mains de tout le monde. J'ai ob-
fervi que ce pife-Liqueur des fels marquait 33 degres
dans la liqueur qui donne le 25 l-edes fucres, & 377,
dans la liqueur qui regl le second terme de notre di-
Svfion.
Cette observation fournit ici une novxvelle preuve
bien frappante de ce que j'ai dit de l'abondance d'eau
de criftallifation dans le fucre, & de la n6ceffite de
trouver un fyfithe de graduation approprie fa nature;
car il eftvident qu'il s'en faut prbs de moiti6 qu'il n'aug-
snente la denfite de 1'eau, qui le difout dans la meme
:roportion que les autres fpls.
On voit que les degres, de cet infirument indiquent


par cendtme 1'eau qI eitfte dans un'e quanth queofti;
que de diffolution; que fi le Pefe-Liqueur s'arrate, pat
example, a 5. degris, on doit conclure que fur cent
parties du liquid ii y en a 85 de fucre, & feulement
'-' d'eau; que fi la furface de la liqueur repond aq
chiffre 4, de la division, on peut conclure e rnme^
qu'il y a .96 parties de fucre pour 4 d'eau, & ainfi des
autrep degris. II m'a paru que la. cite devait tre, pou.ie,
jufqua ce que l'inftrument s'elevat a la hauteur des 3.
degres:& dem!, c'eft-a-dire jufqu'a ce qu'il ne reftat plus
que 3 centiemes & demi.d'eau.dans la diffolu ion;.mals j'ai
announce que c'etait a experience, & meme a .lexppe
riencerepetee, a indiquer ce terme, en avertiflant qu'il
devait etre un peu different pour a cuite. du vezou
& pour la cui:e du fucre raffine, parce que le premier
bouillon doit contenir plus de parties moins denfes que
le fucre criftaliif6; c'eft un faith de pratique don't on
acquiert aifement la preuve, en faiffant diffoudre' dans
,une gale quantity d'eau un poids 6gal de fucre brut
& de fucre fin;, le Pfe-Liqueur ne donne pas le mreme
degrb dans ces diffolutions, & la difference eft' a peu..
pros dans le rapport de I a' 17, meime en.faifant 6tat:
des parties h6terogenes non-folubles
L'ufage que l'on fait de cet instrument dans plufieurs
raffineries, a prouv6 qu'avec un peu d'habitude, il etait
facile de juger fon elevation, malgri le movement de
la plus forte ebullition, qui ne changeait pas reellement
fa hauteur:correfpondante avec la furface de la liqueur,
& qu'en faififfant l'inftant oi le terme de division fix6
par l'obfervarion commeniait a paraitre, on etait fur d'ob.
tenir conftamment une cuite au m. me degree, ce qui n'eft
pas un mediocre advantage.
Extrait'de l'Encyclopidie Methodique, t6me premier;
premiere parties de Chymie, article Acide Saccharin, page
266, par M. de- Morveau.

C. 0 M.; M R. C I.
11 refthit en entrep6t Bordeaux, le premier Septemn
bre, poids net, 8, 828,881 lb de fucre blanc & brut;
984,111 -lb. de caf6; i33,7931b. d'indigo; 85,o59 lb.
de cacao; 46, 457 lb. de rocou; 3,673 lb. de gingem-,
bre. ( Voyet notr Feuille, nA 4 de. Iannete derriere).
II eft entree pendant le meme mois 11,958, 20 lb.
de fucre blano & brut; 5,762, 264-lb. de cafe;. 34,
145 lb. d'indigo;. 168, 695 lb. de cacao; rocou, point;
26, 192 1b. de gingembre.
I1 eft fortid o,635,486 Ib:de lfucre blanc & brut;
5,46i, 697 lb. de cafe; 46,675 lb. d'indigo; 74, 642lb.
de cacao ; 8, o2o lb.de rocou ; 9, 187 lb. de gingembre.
II reftait le premier OWobre o0 251 6oo lb.
de fucre blanc & brut, 284, 678 lb. de eaf6; 121, 563
lb. d'indigo; 279, x 2 lb. de cacao; 38, 437 lb. de rocou i
1o,708 lb. de gngembre,


'Avec permijfon de MM. les Gneral, &6 Intendant.


AU POR T-A U'-PRINE. D E. L'M R I. ME R I.E


Ip~ ~L~,~prr.~e~1~IPllr~ql~YC~1LUb4~U~-L _L ---ZII~Cli~FII~Y~--S1I~L__ll ;clrs~,~l~r~-ssnrru~- -Iri~B"Ls"s~~


R.O YA9L F










I~~~~~~ ~ Jl^ 1'^ ^^'*ii^'*
:0 t t ^ s $ [^-----| $
pt t, ) .It ? N0 i.t f
If 7X' S _
y^>---*--*----- --------r--- r-- -- sgge-~--- --r---- :ag


C HE S


Du Jeudi


~4r,


Prx


ifes de Ia Co!onie, au Port-au-Prince.


Sucre blaac, premiere quality; 66 70tl. feconde, 58
a 6i 1. toi*i"me, 48 ~ 5 1. brut 3 ,a 36 1. Indigo bleu,
.i 1. at 1 cuivr, 9 1. to '.. Cafe nouveau, 21 f. a
22 f. ). vieux2oa 2 f.Coton, 240 g26oliv. Cuirs, 9 1.
Prx des Marchandif/s de France, au Port-au-Prince.
Vin vieuxr, 132 1 5 o 1. nouveau, 75 a 82 1. Farine
de Moiffac, 90 a 95 1. commune, 75 g 8o 1. Boeuf fale,
66 7 i e baril. Petit-falb, 21 a 24 1L lancre. Beurre,
o20 5 f la liv. Huile, 40 45 1. le panier. Savon, 40
a 45 1, la caiffe.
Cours dii Fret. Sucre blanc, 9 a to d. brut, 9 a zo
d. Indig 2o20 i 24 d. Cafe 9 a 12 d. Coton, 2o0 24 d.
Nk c zRES MARR ON s.
j AU Port-au-Prince, le i de 'ce mois, eft entr 'a la
-Geole, un Negre nouveau, Congo, &:ampe B. BRET,
autant qu'on a pu le diftinguer, au-deffous JACMEL, ne
pouvarnt dire fon nom'ni celui de fon matre: le 4, trois
Negreffes nouvelles M ue, tampees DESBROS-
SES, fe difant apparten P. !esbrojfes, Habitant au
Cul-de-Sac : le 7, Lefperance, Congo, itampe illifible-
ment, fe difant appartenir a M. Pilon: le 8, un Negre
nouveau, nation Inconnue, trampn MAUBLANC, au-
deffous D. B. 3. ne pouvant dire fon nom ni celui de
fon mattre : le 9, Ambroife, Creole, 6tampe F. ROUX,
fe difant de 1'habitation Noli'os.


A N IMA V


iPA r I s.


Au Port-au-Prince, le 31 du mois dernier, il a eth


conduit a la Geole, un cheval fous poll bai-blanc, etam
p6 C : le 4 de ce mois, une bourrique fous poil bi ,
etampee ilifiblement; & un cheval fous poil' alezan,
etampe x. au-deffous U & plus pas CR : le ,, unche-
val, fous poil brun, etampe MGP; & un cheval fous
poil rouge, :ampe d'etampes efpagnoles: le 8, une .mule
focus poii rouge ktampie OiV ; un vieux cheval fous
poil brun, etamp D. N. un cheval fous poil brun,
itampe MP, au-deffous d'etampes efpagnoles; & un
cheval fous poil gris-pommele, etampe LS: le 9, un chc,
val fous poil gris-de-fer, fans etampe.


S P E C T A C L E.
Les Com6diensde cette ville donneront Mardi 16;
au benifice de la Dame Berthicr, une Reprefentation des
Riveries renouvd;eics des Grecs, ou la parodie d'lphige"
hie en Tauride, Opera-Boiffon en trois a ,es, orne de
tout fon Speaacle; dans lequel la Demoifelle Sainte-
Foix remplira le Rl6e d'lphigcnie, & le Sieur-Salnt-Leger,
celui de Pilade. Cette Piece fera pr6cede de On fait
ce qu'on peut, non pas ce qu'on veut, ou le Direkeur
de ('omidie, Proverbe, par M. Dorvigny, dans lequel
le Sieur Douvilliers remplira huit caraares diffirens:
c'eft-a-dire les R6les du Souffleur, du Valet Allemand,
le Beau Leandre, M. Pointu ivre, M'"' Pointu begue,
1'Abbe, le Fiacre, le Commiffaire. Le plaifir que cet
Ateur a le bonheur de faire dans les Pieces de ca
genre, fera pour la Dame Berthier une certitude qu'on
lui faura gre de fon choix. Eile ne peut mieux prouver
Ion zele & fa reconnaiffance en ce moment, qu'en pro-
curant au Public un Spetacle analogue & la circonf-
tance & fur-tout joue par des AAeurs qui luL font
agriables; le Carnaval 6tant I'infant d plaifir.


A


AMERICAINES.

i i Janvier 1787.


; 4
445

= ==^
-1E
S^^a ^*tif
1 r t'
r w ^ t-






S4
Les memes- Comedlens donneront Vendred; 19
du couranr, au benifice du Sieur Dainville, une pre-
.miere Reprefeniation de GASTON ET BAYARD, Tra-
gelie en 5 aOes, de M. de Beloy. Cette Piece., fufcep-
ibile du plus grand appareil militaire, toute puifee dans
rotre Hifloire, faite pour entretenir lbhroifme parmi les
.FanqAis, orn6e de coups de theatre a chaque ade; fera
Iepr(feante avec toute la pompe & la verith d'aaion
y'exige cette produdlion.
Le Sieur Dainville, qui n'a jamais n4glig6 les Pikces
a fon benefice, & qui s'eft toujours pique de donner
.de grands Spe&acles au Public a 'honneur de
lu .promettre une entire fatisfa&tion, fi l'excution re-
pond a fon zele, ainfi qu'il a lieu de l'efprere par fes
foins: ce Spea6acle fera termine par I'EPRFUVE YPIL-
LAGEOISE, QOpera.
En attendant une premiere Reprefentation de la Ca-
ravanne, Grand-Opera. paroles de M. Marmotel, mu-
fique de M. Gritry,.orne de 'danfe, balets: combats
,& enfin de tout le Spe6acle don't elle eft fufceptible,
& don't on donnera par la fuite un detail plus gtpadu.
Cette Pikee eft au benefice du Sieur Durofier,
Les Comediens de S. Marc donneront Lundi it de ce
smois, au bIndfice de la Demoifelle Langlois, une pre-
tiiere Reprefentation de Julie, Oiera en trois a6es de
M. 'Alonyel, mufique de M. Detaides., dans lequed le
Sieur Depoix remplira le Rble du Comte. Cette Pikce
fera fuivie de I'Erreur d'un moment ou la ftrite de Ju-
lie, Opera en un ale des memes Auteurs. La Demoi-
felle Langlois ne n6gligera riea pour donner fon Spec-
tacle toute la pompe poiil4e, a4in de meriter les bon-
t's don't le Public a bien voulu l'honorey, ,:op he.,
ea(e .f elle obitient f presence,


ses Avis, pour .tre inseirs dans les Affiches Amiricai-
nes, doivent itre remis a Imprirneriejufqu'au Lundi foir;
ceux qu'on apportera apres cette ipoque, feron: reeuUs de
4,itainr &6 on n'n receyra auncun qei nre foit jnge,


~A vi


D I A R F~s,


3 M. Rene Morin, Habitant dans les hauteurs, du
Grand-Goave, privient le Public, que dansua pari de
'egres qu'il a achete de M" Tiby, Sankecque & Com-
pagnie, le %6 O&obre dernier, du navire 1.'rchymide,
une Nigreffe, etampee feulement de la marque du na-
vire AR, entredac6s, a difparue de chez lui le i"
Novembre dernier. 11 prie ceux qui en auront connaif-
fance de 1'en priv.eoir on de :la faire:mettre .H la Geole
la plus prochaine.
3 M" les dibiteurs de M"* Nicolos Charet pere 6 ils,
t'6gocians a Nantes, font prevenus .que M. le Cheva-
lier de Liberge, rifidant a Saint-Marc, ei le feul char.,
.g de leurs pouvoirs dans cette Colonie, par .procura-
-tion gen6rale & fp6ciale, qui l'autorife a 4Agir &.admi-
niiftrer toutes leurs affaires, tant de la fucceffion de M.
oCharet, ledr pere, que de celle de M. Jofeph Charnt
,A Irnmoire, lequel avait fait edi.on par P.nuat a M'w


Charet pre &, fis. tn corifequence de cette ceffion t& d
la procuration ci-deffus M. le Chevalier de Liberge,
prie ceux qui doivent de ne payer qu'en fes mains & de
ne traiter qu'avec lai pour eviter le defagr6ment de
payer deux fois.
3 M" de Raimond, Habitante au Petit-Trou, defi.
rant connaitre l'tat des dettes hypothecaires de foa
habitation., inyite M", fes creanciers a prefenter dans
le courant de Fevrier prochain leurs tires de cr6ances
chez M' Sennebier, Notaire a IAnce-4a-Veau, pour la
mettre i porter de prendre des arrangemens convenables
afin de lis fatisfaire.
3 M. Huguon ineL, Ngodiantencette ville, previent
le Public qu'il a aflocie fon frere a fes affaires, & qu'
J'avenir routes celles qu'ils front front fous a rai-
f.oz de Huguqa friresr; i pre ceux qui oat confiance
en lui de la continue a fa nouvelle focikte; ils front
leur efforts pour fatisfaire les perfonnes qui voudrot
s[adreffer a.ex.
'. 3 Le Sieur Harnois fait favor quiil a fait acquifitioa
d'une habitation stablie ea cafe, fituie dans le bras
dr.oit des trois rivieres, quarter des Coteaux, apparte'
name au Sieur Pivergd; il prie en confequence les per-
fonnes qui ont quelques droits a rpet6er centre le ven-
deur ou fgr ladite habitation., de remettre leurs titres
d'hypothequ.es entire les mains du Sieur Harno.s, Nego.
s.iant en -;ette ville, d'ici au io Mars prochain : faute
pax eux de fe prefenter ils ne feront requs dans aucune
pourfuite country ledit Sieur acquereur., qui payera la
folde de ladite habitation a ce.tte epoque. en 1'etude de
M' Meufnier, N.otaire & Subilitut de M, le Procureur
du Roi'aux Coteaux. Le present avis fera iaf6re trois
fois, ce qu'on n'en ignore.
.. z A la requte de. M Gayot, Cutateur aux fuaccefions
vacantes dans le effort du Siege Royal de cette vile,
charge en cette qualitye, par fuite de l'exercice de M-'
Girau4l, de celle du Siepr D.angirqn, Habitant au lieu
dit Ja Riviere-aux-Roches, quarter du Genipayer,,dic
pendance de Mir.ebalais, i1 fera le Samnedti 2 de ce
mpis, proced' a la Barre dudit Siege, -a 'iffue de l'au,.
dience, a l'adjudication definitive, au plus offrant &
dernier eacheriffear, du adil a ferme, pour trois annees,
d'une habitation fituee audit quarter, d6pendante de
fad4te fuccelion, ktablie en cafe & coton & fur laquelle
travaillent fept t&tes de N gres ou l greffes qui en d46
pendent. 'n pourra .prendre communication des clau-
fes le la carte --.anie en cetty ville chez le Sieur
.OrilliOn, Huilier, & au de Mirebalais, chez 1e
Sieur Routeau. .
SA la requite de MW Gayot, Curateur par interim aux
fuccefons yacantes dans le effort du Si6ge Royal de
cette ville, charge en cette.qualiti, par fuite de 'exer,.
cice de Nrf Girauit, de celle du Sieur Cavalie jeune,
Apothicaire audit lieu, il fera Samedi z3 de ce mois.,
procedeia La Barre dudit Siege, a I'iffue de laudie..ce, la
vente&.adjudication au plus offrant & deroier encheriffeur
de fix t t^ de Negres ou N greIfes de jardin, depe.i
dans de ladite fuccffion.
Le savir T1Africain, Capitaine Purrpty, t arriv. eq






Beft port; venant' de la cte d'Angote; avec une ttis;
bIle cargaiion de 380 t8tes de NMgres a l'adreffe de M"
Cottineau, Choffrd & Compagnie,. Nigocians en cette
vi!le, qui en ouvriront la, vente demain Vendredi. 1.i.
de ce raois.
I Vu l'arr.ontc que M. Y'gnaud fait-pour partir pour
France, le Situr I'ierre Ai gicr, ion Commisl depuis long-
Itnmps, defirerair fe placer cdas use maifon de com-
*nerce de cette ville, ou & defaut de place, ailleurs..
Ceux qui voudront s'informer de fa conduite, pour-
ron s'adreffer a M..Vig#aud, chez.lequel* il reftera Com--
inis jufqu'ai fon depart.
Les Sieurs Gruget freres, ci-devantCaboteurs de 1'Ar-
cahaye, previennent M"' les Habitans du quarter du
Bbucaffin & tous ceux qui pourront avoir beoin d'eux,
qu'ils vont prendre le paffage dudit lieu; en conf6quence
ils les prient de vouloir leur accorder leur confiance.
ts fe flattent que par l'exa&itude &, le foin qu'ils pren-
dront de ce qui leur fera. confie, elle dev-ra leur 6tre.
accordee.
SI fera: proc&de aujourd'hui Jeudi. i de ce mois,- au
petit quarter de I'Artillerie en cette ville, a la vente
des meubles, effects, & lives, d6pendans de' la fucceflion
de feu M..l Roi,:vivant-Capitaine d'Artillerie au Port-
au-Prince.
i M" les crianciers de lafuccefion du Sieur Godet,
vivant;. Negociant au Petit-Goave, font pries de faire
connaitre a M" 2e effas, Avocat en Parlement & Pro-
cureur audit.lieu du Petit-Goave,, la nature & le montant
de leurs creances, pour qu'il, puiffe prendre les mefures
les plus propres leur en procurer le payment a tur
& mefure qu'il. touchera des fonds de cette fucceffion,
en vertu. de- la procuration qui uii a 6ti. donnee a- ce.
fujet.
i La ferme de la maifon &,bou!sngerie des miners
Lereux, a LUogane, ci-devant rigie par M" Daulnis
& Co(mpagnie., ayant ete adjugee a M. Baudry, Nego-
ciant de certe ville; en conf6quence il a l'honneur de
prevenir M" les Habitans & Nigocians, qu'il a tranf-
fire fon domicile audit lieu; ce changement de local
dnoccafionnera aucun relachement aux qualhis effeatielles
qui concourent la fatisfadion des commettans, &
dent l'analyfe eft vraiment inutile lorfqu'il s'agit de
parler de foi; it fe borne a offrir fes services en ce
qgiartier, aux perfonnes qui v'udront bien l'honorer de
leurs ordres : it fera toujours muni des marchandifes,
de confommation, au traitement le plus modern poffible.
I En vertu de deux arre:s- rendus au-Parlement de
Provence le 3 Aoutt 178 &. i Juillet 1786, centre
le Sieur d'Ailhaud, Baron d'Antrechaux & du Cafte-
let, & d'arret de la Cour du Confeil Superieur de cette
ville, du 4 Decembre derniet, qui permet de mettre a
execution dans l'6tendue de fon effortt les arrets fufdatis.
Les fyndics dire&eurs des crbanciers unis dudit Sieur
Baron d'Antrechaux & du Caftelet, reprefent6s par le
Sieur Daubigny, Entrepreneur-G6neral du Remede uni-
verfel ou Poudres d'Ailhaud ,. demeurant 'a Marfeille,
fuite & diligence des Sieurs Delifle 6 Liman, N1go--
cians en cette ville, ont I'honneur de prevenir le Pu-
blic,' qu'ils, folen autoriefs pjar leks- ffdiits~ arrs dPar-


Slenent de Provence, afaire faifir & arr&er toutes les
Poudres g6neralement quelconques, fous tells marques-
qu'elles puiffentfe trouver, & notamment celles tiquet-
tees : Colonie Saint-Doming.ue; bon pour dix prifes d.e
ma Paudre quatore I.tvres tournois. Sigid, d'Adilhad,
Baron du.. Cfcle t, qui auront ;er exporties ..ns cctte
Colonie, & qui y front vendues par d'auwres que par
leurs Conulnis ou leurs' prepofes. Le prLfent avis fe:a
infir6 trois fois dans la Gazette, afia que ceux qui-
peuvent, en avoir en dip6t, n'en pretendeat caufe-
d'ignorarce;
Le Sieur Blin, N!goaint en cette- ville,- ayant 6t6-
infornie que le Sieur Dauvergne, r6pandait dans le Com-
merce qu'il lui etait du des fommes confiderables par
lui Sieur Blin,- pour raifon de liaisons d'affaires, con-
fiance d'argent,, lettres de change, billets de commerce,,
marchandifes ou autrement; come de pareils propos-
deviendraient nuifibles the premier & abufifs pour
ceux qui auraient pu le cro:re, il a lhonneur de pre-
venir qu'il n'a jamais fait aucunes-affaires d'intret avec
le Sieur Dauvergne,. non plus qu'avec la Dame fon.
epoufe, auxquels il ne doit direaement ni indire6ement;
& ce conformement a l'atteftation que ce dernier en-
a, donn6 pardevant MM. .es 'Adminiffrateurs le i De-'
cembre dernier &' enregiftree au Greffe de la Jurifdic-"
tion le 27 du meme mois; il declare au furplus que le
Sieur Dauvergne eftlui-meme fon debiteur pour penfiori
alimentaire & autreschofes de plaifir pour lui & fon fils.
II eft arrive & Me1 Faugoin un affortiment-de lives
en tout genre qu'elle donnera au-deffous du prix ordi--
naire, tels que la Sainte Bible,-par Samuel Desmarefls,'
edition d'Eleevire-, rare ,1 vol. in-f. Les oeuvres corn-
pletes-de M.-Portier, Confeiller au Pr6fidial d'Orleans ,
Sedition de Paris, 24. vol.- in-r2. Dilionnaire fiangais,.
anglais & efp-gnol, de Sejournant & de Sobrino. in-
S40 Di&iont~aire de chymie, de.Macquer,-in-4, HRtoi-
re des voyages,. Romans, Heures-nouvelles,- jolie 6di-
tion, relics en maroquin rouge & vert.. Sa demeure'
eftl au magafin du Roi, chez M. Olivier ,-en cette ville.
x Le Sieur Corbel de Kret, Negociant & Jeremie,,
comme charge de la liquidation des aiffaires de M" La-"
combe 6& Miranda, ci-devant en fociete audit lieu de-
Jeremie, par pouvoir defdits ci-devant af.ocies, en date
du 29. 6obore dernier, confirm' par fa.t:ence arbitrale-
du 2- D&cembre auffi dernier,-previent les- debiteurs
1 ladite fociete de payer de fuite entire fes mains, pour
evi'er a frais de Juifice,- & les perfonnes qui ont des'
competes a r6gler ou qui fe trouvcrit crear.cieres de la-.
dire fociete, de lui faire connaitre leur dh par la re-
mife de leurs- competes courans ou bordereaux certifies,v
pour qu'it puiffe procedeer. i la liquidation, des. affaiies
de cette fociet-.
S M' Fournier, ci-devant Procuireuir par interitn en
ce Siege, vient d'etre nommep aux places de Notaire.
S& Sibftitut du Procureur du Roi a J'rnmie, oblige de
- partir fousv peu de ours pour ledit lieu, prie le.s1
perfonnes qui l'avaient honorP de leur confiance de fair
retire de fon etude les pieces & doffiers-qui leutrappar--
Stiennent & de regler avec lui..
IJlfera pjro6de- le 27 de ce mnois a la Barre di,





























































Sii
hi


Sitge Rbyal de cette ville, a~u ball ftrme, po~ neuf
anees, de I'habitation Chkv.;mnes, di:e Marqujifn, fituie
pres cette ville, aux conditions de ia carte-bannie don't
on pourra prendre connaiffance chez le Sieur Sollier,
Huiffier. Les perfonnes qui difireront de, plus amples
eclairciflerfens pourront s'adreffer & M. Parifon, Habi-
tant au quarrier de Leogane.
SLe Sieur de Pafier, ci.,devant M' Libraire au Cap,
rte Saint-Domingue pres la Place d'Armes, a 1'hon-,
neur de prevenir le Public qu'jl eR de retour de France.
Senfibleaux bontms des perfonnies qu i li faifaiert l'hon-
neur de frequenter fon magafin, ii fe ferait rfit un vrai
plaifir de confacrer de nouveau fes fans pour la parties
littraire, mais le nombre de M" les Mds Libraires
s'etant multiplies en ville, il a pris !e parti de fe for-
rmer une bibliouheque d'une autre efpece & a la por-
te d'un plus grand nombre- d'amateur. C'eft une col-
Je&ion des meilleurs vins de France, d'Efpagne &
autres lieux, don't l"on trouve le catalogue imprimr &
qu'il vend en gros ainfi que toutes fortes de provisions
i l'ufage de M iees HabLians, dans fon magafin Place
Clugny, no 693, au coin des rues Saint-Louis & de
Ia vieille-Joaiilerie, It a joint a cette branch de cornm
pierce un 6tabliffement i pou pres dans le gen-e des
Clubs de Paris, & particulierement de celui de M" les
Amnricains au Palais Royal. Von trouve a co6t de fon
iagaiin un cabinet de le&ure avec dix-huit Gazettes,
Journaux & bulletins diffrens, une falle de billard,
une falle de compagnie & divers cabinets pour des
jeux de commerce, avec le nombre de Noirs proportion-
ne aux divers services de la maifon. Le prix de l'ahon-
pement eft d une portugaife pour l'anne entire &
('une gourde par mois pour M" les Habitans erran-
,ers qui ne voudront point s'abonner a l'annee; mais
chaque abonn6 au mois devra ^tre prefente la preT
wniBre fois par un de MrS les abonnds l'annbe, &
perionne n'aura entree fans etre muni d'un billet d'a-
bonnement de l'une ou de 'autre efpece. Comme le
Sieur de Paffer reooit plufieurs exemplaires de ces Pa-
piers Publics, il les fournira auffi en ville noyennant
deux portugaifes d'abonnement par antee, & il pren-
dra & cet igard des arrangements avec :M" les Habi-
tans qui fouhaiteraient les recevoir fur leurs habitations.
Le Sieur de P.7ier ofe efp&rer que le Public voudra
bien lui continue dans ces deux nouiveaux &tabliffemens
la m8me preference & la rhnme faveur don't il lhono-
rait ci-devant pour la parties de la librairie, & il fera
ionflamment tous fes efforts pour la m&riter.
z. La reunion demanded par M. Moulie, dans'la Ga-
zette n! 54, ne peut avoir lieu, attend qu'il eft a la
connaiffance du quarter que le nomme Jean Chrifliane,
'ilulatre libre, a fait depuis plus de deux mois un abatis
fur le terrain don't s'agit, y a fait planter des vivres
Sy tient un Negre pour les cultiver.
M. Hernmie, ancient Capitaine Commandant les Mi-
Jices a Jeremie, part pour ledit lieu, & il announce qu'il
aura dorenavant fa refidance & domicile fixe fur une
,de fes habitations audit lieu, & encore qu'il a elu do-
gnicile en lt'ude de M' Miailles, Procureur au Port-
u- nPrince pour raifon feulemeni de la ferame des rMmi


D PA R


PC UR


FR A C b


3 M. Gabriel Guibert, Capitaine de Milices, Habitant
au Grand-Fond, paroiffe du Port-au-Prince, part pour
France dans le courant de Janvier prochain, pour affai-
res de famille, fur le navire la Gracieufe, du Havre,
Capitaine Doucet, & laiffe fonde de fa procuration
M" Meynardie, Piccard & Compagnie, concernant toutes
fes affaires d'intierts, pour L'admnifration de fes habi-
tations & autres affaires.
3 M. Claude Chofard, Negociant en cette ville, part
pour France au mois d'Avril prochain.
3 Le Sieur Tam, Charron a 'Anfe-a-Veau, part pour
France au printemps prochain, & prie les perfonnes
a qui ii peut devoir de fe prefenter pour recevoir leur
payment & cells qui lui doivent de le folder. II a
a vendre fept t&tes de Negres don't le plus vieux n'a
que 30 ans, tous charrons ou machoquets & fcieurs
de long : il en fera bonne composition pour du comptant.
3 M. Jean Vignaud, N gociant en cette ville, declare
partir pour France dans le courant de Mal prochain,
II a h ,vendre un Nagre patron d'accon.
a Le Sieur Poullot, part pour France dans le courans
de Fevrier prochain, pour caufe de maladie.
Le Sieur Boucher, Chirurgien aux Cayes, fe difpo(e
4 partir pour France.


litres- &eauge, du Gallet, quit a cdd a M; Chamkon
Lalande. 11 vendra une habitation audit lieu de Jerb
mie. On pourra s'adreffer i lui-meme, ou M. Marchand
fils, Nigociant en cette ville, pour en voir l'tat & les
conditions. II donnera des facilities a l'acquereur moyea
nant une parties du payemant au comptant,
Le Samedi que 'on comptera 24 Fevrier prochain,
it fera a la requete de MA Mcaldan, Curateur aux fuc-
ceffions vacantes du effort du Sidge Royal des Cayes,
en execution de fentence du mtme Siege, du 12 No.
vembre 1783, & d'apres le vifa, de M. le Procureur.
Gneral, du 19 MarS 1784, proccde la Barre dudit
Siege, a la vente & adjudication au plus offrant & der.
nier encheriffeur; i de la moitie d'une hatte, fituie
au lieu dit la Plaine-a-Pitre, indivife entire M. & MW .
de Perigny & la fucceflion de M. de Coudrqau; ladite
moitie contenant environ 3oo carreaux' de terre, fans
neanmoins garantie a cet guard : cette meitid eft a&uelS
element inculte, parties en favannes & parties en bois
debout, fur laquelle iI y a quelques relies d'anciens
rabliffemens : le tout fera conflat6 lors de la prife de
poffefion par l'acquereur, 2o de quatre tetes de vieux
Negres ou Nigrefles qui en dependent. 30 d'un mor-
ceau de terre, fitue au quarter de Jean-Deed, born
eft & fud par M. Dubrufquet, au nord par la Ravine.
Siche & a l'oueft par .MI. Siron, Enfin d'un autre
morceau de terre, fitue au quarter des Trois-Rivihres,
," fix lieues du bord de mer, born a l'oueft de M.
de Saint-Hilaire, au fud du Bras-de-Maya', au nord &
a l'eft de terres non concedes; la contenance, ni l'e-
xiltance rlelle des deux derniers terrains ne font pas
reconnues, en conf6quence fans garantie a cet regard.
Le tout aux conditions de la carte-bannie dreffie a cet effect.






I tLe. Capitalne PIn fe difpotent pardr pour Fran.-
ce dans le courant d- Fvrier, prie les d-biteurs la
cargai(on du navire le Manetat, de le folder, faute de
ce il fera forch de 'les y contraindre.
M. de Vme ,il; Lieutenanr d'Infanterie, Habitant dans
les hauteurs de 'Arcahaye, montagne des Delices, par-
tira pour France au printemps prochain, pour caul de
' n~ladie; 11 vendra fon habitation en cafe tell qu'elle
fe poturfuit & comporte, do t il fera bonna comn.
position moyenant la moi:i" comptant, & donnera a
l'acquireur des facilities pour le refte. II recevra fes
obligations &chues ou a choir pour du constant.
S'adreffer M. Duchemin NEgociant en cette ville ,ou
aa Proprie'taire audit lieu, qui donneront des connaif-
farnes relatives a cette acquifition. (4)

,fiz t v 6 AU Do MAINzv D Ro i.

3 En vertu d'ordonnance de MM. les General &
SIntendant, les Sieurs Delafaberie & Marfin, tous deux
demeurans a Plymouth, d&pendance de Jeremie, pour-
fuivent en reunion un terrain fitue audit lieu, de la
contenance de quinze cents pas en caree. born a l'oueft
de la force vulgairement appeal le Grand-Trou, chaffant
a left pour bafe, d'autre co6t chaffant les airs de vent
convenables audit canton. Ce terrain a etC conctde le
I Juin 1772 an Sieur Camille' de Pradine.
3 Le Sieur Thurin, demeurant a la montagne Noire,
pourfuiten reunion un terrain de 1 5oo pa; carries on la
valeur, fitue au quarter vulgairement appeal le Platon,-
Jambettes, paroiffe de la Croix-des-Bouquets, borne a'
left du Sieur Beauvais, & des autres c6tes terres non
concedes alors. Ce terrain a 6t6 concede au Sieur Maraud,
le 29 Novembre 1769.
3 Le Sieur Lombd" Desgrqnges, Habitant a J'remie,
pourfuit en reunion un terrain fitue a la grande-riviere
dudit lieu, de la contenance de cent carreaux, born,
au nord de la grande-riviere, tl'oueft & au nord
de Glay, a l'oueft de Beaudouin au fud de la veuve
Alexandre le Grand, a 'eft & au fud de Brieux-, au
fud & a l'eft des pofeflions de M. le Baron de &re.C
teuil. Ce terrain, abandonne depuis longues ann*es,
ayant appartenu primitivement au Sieur Danin, & par
fuie d'acquifition au Sieur Duhamel, Cette reunion eft-
pourfuivie d'apres 'ordonnapce fur requete, de MM.
les General & Intendantdu 18 Novembre dernier,
3 En vertu d'ordonnance de MM. les General &
Intendant, le Sieur J. M, Bourdens, pourfuit en reunion
tin terrain pour culture de mille pas carries ou la va-
ekur redtite, fitue au Fond-Cochon, dependance de la.
paroiffe Saint-Louis de Jeremie, borne an nord de M.
1lrquier, pour baffe, chaffant pour hauteur au fud,
a oueft du Sieur Fougeon, chaffant a left fur les Ro-
zeaux terres non conc6dees, Ce terrain a t(6 conced6
S n 1772 au Sieur Ranty, qui ne l'a jamais tabli.
S x M. Lahens, demeurant a Jeremie, pourfuit en riu-
h iion un terrain de izoopas carrots on valeur au Fonds-
Cochon, entire le bras fee de la riviere des rofeaux,
H dpendance de Jhremie, born au nord de M. Bourdon.
thaffant au fud & a 'eft, de M. Fougeron, &-a l'oueft-,


t7
de terres noa conc6dees. Ce terrain a th coneied le ze
Septembre 1771, a M. de BJrcy qui ne f'ajmais &ta-
bli.
. x En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftra-
tetrs, donnie le 30 Decembre 1786 M. le Maire, de-
meurant au Fond des Verettes, pourfuit en reunion
un terrain de 0ooo pas carries ou la valeur, fitiu danu
les hauteurs des Veiettes, paroiffe de la Croix-des-
Bouquets, fur lequ.l il n'exifle aucun tabliffement.
Ledit terrain conc6de depuis environ i ans, au Sieur
Toderne, borne a left du Sieur J. F. Ogier aEtuelie-
ment appartenant au Sieur Mathieu, a 'oueft de la
riviere des Verettes, au nord de Thomas Pinganeau,
& au fud de Mm" de Pontieu.
i Les Sieurs Gabaroche 6* Navarre, pourfuivent en
reunion ua terrain, fitu 'a la coling des Virettes, pa-
roiffe de la Croix des Bouquets au lieu dit les Plat-
tons-des-Ravines, borne a l'oueft de la Demoifelle Sol-
heillet, au nord de la ravine, dite des Plattons & le
long d'icelle, au fud & 'a Peft de terres non concedes.
Ledit terrain concede au nomme Nicolas Lerey, M. L.
le 8 Fevrier .i77, par MM. de Nolivos & de Bongars.,
Le Sieur Feury, maitre en Clhiurgie, pourfuit eq
reunion un terrain de mille pas en carre, borne a left
du Sieur Lachaud, a l'oueft du Sieur Dulary, au nord
du Sieur Cornilion, fitue au Grand-Cahos, paroiffe de la
Petite-Riviere, dinendance de Saint-Marc, Ce terrain
appartenant a M1" de Waufouin en vertu dXordon-
nance de MM. les General & Intendant,


E F F E TS


P E RD U


Un billet'a ordre, de la fomme de 3016 livres, con-
fenti par le nomme Ga/Ion Duvivier, M. L. Marchand
au Petit-Goave, dans la courant de Mars dernier, a M.
Courville, & non point, come il a -t6 inf&re dans let
dernieres Affiches, au nomm, Counille, lequel dit Sieur
Courville en a fait fa declaration au Greffe. Ceux qui
'auront trouvk font pries de lui en donneraeis, a IAccub
du Petit-Goave, oi il refide a&uellement.
II a ete perdu, le 7 de ce mois, depuis la barriere de
. Madame veuve Weltdre, jufqu'a celle de habitation,
Letor, un porte-feuille, dans lequel il y avait un fuperbe
6tui en or, d6fonce au petit bout, quatre portugaifes &c
demie, egalement en or, & un bordereau de 3 3 livres
ou environ, di au Capitaine Lousier. En donner avis
a Saint-Laurent, Habitant la Rivibre-Froide, ou i
l'Imprimerie Rboyale de cette ville; il y aura ricomrn
penfe.

ID t M A t D Xz.

2 On dfirerat'ftrouver un jeune homme honnete, ayant
des etudes, l'orthographe & une belle &criture. S'adreflec
a 'Imprimerie Royale de cette ville.


3 La Sophie, de Bordeaux, Capitalne Pierre Boiffeau
et au trois quarts charge, & partira du 1o au s














































I


1S
de ce mols: ce navire el connu pour Stre de toute fol*
dit6. Ceux qui voudront y charger h fret pourront s'a-
dreffer de fiue audit Capitaine, en Ton magafin rue
Saint-Philippe, ouw a M. Fignaud, Nigociant mmem
rue; il prendra aulli des. paffagers.
3 L'Alcide, du Havre, du port de 6oo tonneau-r,.
eft en charge pour ledit lieu & partira du .5. au 20 Fevrier
prochain. Ceux qui voudront y pafler ou charger a&
ret pourront s'adreffer a M. Colombel ain., demeurant
dans les magafins de M.. Ragueneaud,. vis-a-vis la. place.
de Valliere; il. pr6vient en meme temps qu'il repaffe
en France fur ledit Navire, & prie fes debiteurs aux
diverfes cargaifons. qu'il. a giries de le folder inceffam-
anent. 11 a plufieurs Nigres & Nkgreffes a.. vendre,.
dont il fera bonne composition pour du comptant..
2 La Prudence ,Capitaine Auvrai, eft en charge a Ji-
r.mie pour le Havre, & partira a la fin de Mars pro-
chain. Ceux qui voudront-.y paffer ou charger pour-
ront s'adreffer a M" Plicque 6t Lemoine, Nkgpcians au-
dit lieu.. On trouvera dans leur magafin un affortiment
de marchandifes seches. & comeftibles, vin. en caifles.
& en barriques.
Le Fils-Unique,:de Bordeaux,. Capitaine Labady, par-
tira le 5 F6vrier prefix. Ceux quiLvyoudront y pafferou
charger s'adrefferont audit. Capitaine, ou a M. Taquei,
dans les magafins du Sieur Boureau., rue Sainte-Claire..
Le Jcune-Henri, de Bordeaux, Capitaine Malvon &
Il Saint--Marc-de-Rill e, du Havre, Capitaine Lemaitre ,
tous deux en rade a Saint-Marc, partiront pour Bordeaux ,,
le premier au commencement de Fevrier, & l'autre au
commencement d'Avril prochain.. Ceux quivotdrent y
paffer ou charger fret s'adrefferont a M" Laprde fires,
Legocians Saint-Marc.
Le Raimond, Capitaine Canon,. pardrapour Bordeaux
'du i" au o Mars prochain. Ceux qui voudront y
paffer oiu charger sadrefferont audit Capitaine, rue des.
Miracles.
i Le& Comti-de-Rochambeau, Capitaine Bonfin',, partira,
pour Bordeaux dans le courant de Mars ouau xo Avril
prochain pour le plus tard.. Ceux qui voudront y paffer
ou charger a fret s'adrefferont audit Capitaine dans fon
nagafin fur la place, entre M" Deymenc & Compagnie &
M" Chanberlatte. & Brochier ;,il previent Mr"les Habi-
tans de F'Artibonite & ceux de la. vile de Saint-Marc,
q4'il a encore du.vin vieux & nouveau,.. vendre, &
un part de boeuf fale..Ceux qjti voudront lui faire l'hon-
neur de venir dans fon magafin, font affur&squ'il leur
yendra au. meilleur compete voulant terminer la. vente
de fa cargaifon.
x La Minerve, Capitaine Faux, partira pourtBordeaux
e. d% d omois prochain., pour.profiter des affurances d'ert;.
ce navire eit du port de 350 tonneaux, a fon troifimrne
voyage,. tres-folidement conftruit & d'une march fu-
perieure prendra foixante barriques de fucre ~ fret,
pour patfaire fon chargement, du caf ,.indigo.& coton,
al preadra auffi des' paffagers. S'adreffer audit Capitaine,
rue Royale, vis-a-vis M. Borgelli..
z La Princefe a'Hinin, Capitaine Danglade, partira
pour Bordeaux du 15 au 25 du mois prochain,.ce
paviu eft boan vQilicr 6& commode pour. les paffagers,


Ceru qut voudront y pafler ou charger & fret s'adieffe,
ront audit Capitaine, dans les magafins de M. Flon
rue Sainte-Claire, i c6te de M. Lartigau. Ledit Capitaine.
pri. les d&biteurs a fa ca gaifoa de vou'oir bien folder.
leur compete at p'uiIt, afin de lui evi:er le dagri.ment
d'ufer des voics de rigpeur pour ks y contriindre..

A; v g a .
3 Uhn fuperbe bateau Bermudien, du port d'environi
75 tonneaux, prefque neuf &'de march fuperiLure,,
pret a mettre a la voile,. avec tous fes agres & ap-
paraux en bon etat. S'adreffer ~M" H. Papillon, Gorm-
Eault & Compagnit, aux Cayes, ou a M" R. Marie &
Cempagnie, au Port-au-Prince, qui en front bonne:
corn position.
2 Urre manufacture de charronnerie & machoqueterie.
avec les NMgres qui en dependent, au nombre de neuf,,
charrons ou machoquets, ainfi.que les matriaux,uften-
files.& une.belle & vafte maifon, fitu'e. L6ogane ,
dans une trOs-belle position.. S'adreffer a M. Jacinthe.
Gourjon, audit lieu, ou 4 MM. Gourjon aind & Corn-.
pagnie, au Cap, qui en front bonne compofition, en ,
par I'acquereur donnant les firetes neceffaires & d'ufa-:
ge pour les terms a accorder.
z Bois;6quarrisdu pays, idem de la Nouvelle-Orleans ,
planches, chevrons, effentes, riz en barils,.morue fran-
caife, belle & fraiche, arrive de Saint-Pierre & Mique-
ion, huile de poiffon, ,.. vendre, chezz M.. Cadieu, Ne'go-
ciant en cette ville..
x Dix-fept Negres-travailans- la iterre depuis qua--
tre moiss, 4 Ngrillons, une Negreffe &.fon enfant a la
mamelle & une Negritte un peu couturiere, tous de la.
cote d'Or. S'adreffer a MM. Rat ,. In.'nac. & Comlpa.,-
gnie, Negocians a Leogane, qui en front bonne conm-
pofition pour du comptant, foit en efpece ou en bonnes-
denrees.
;o, i Latotalit6edel'habitation Dommartin, de la contenance
de cent carreaux de terre fufceptible de culture, don't
15, en bois-de bout, fituee i deux lieues de Mirebalais
& a douze du Port-au-Prince y ayant les batimens
moulins, magafins & cafes a Negres neceffaires, quatre-
vingt fix t&tes de Negres, prefque tous Creoles, nom-
bre de mulcts, chevaux & vaches; ladite habitation
donne trois milliers.d'indigo, & peut rendre le double,
au moyen d'une augmentation peu considerable. L'ha-
bitation des h.ritiers Lafalle, fituee au Grand-Fond,
a quatre lieues du Port-au-Prince, fur laquelle ii y a
qgarante-cinq a cinquante mille pieds de cafe rappor-
tans, quarante-cinq NMgres don't: vingt-cinq a trente
d'elites ;. des mulets & vaches.. Deux emplacemens, l'un
faifTat face aa fort Sainte Claire avec- quatre baii-
mens fapares, propres i longer quatre manages; l'autre
.is-a-vis le magafin du Roi, faifant lencoignure des
rues Rouillj & Sainte-Claire, lefdites habitations &
emplacemens font a vendre. S'adreffer a M" Laffiteau,
Faure, Odin 6' Compagnie, Nbgocians en cette ville,
qui donna ont tous les 6clairciffemens defirables, fur la
quality defdites habitations &. emplacemens ci-deffu4
mentionnis,






tne malfon fitue e Belair, falfant angle des rues
Tiremaffe & des Favoris, ayant cent vingt pieds de
ffaade de long,-fur quarante de large, compofee de
nteufchambres neuves. S'adreffer au Sieur Robert Michel,
Entrepreneur & Proprietaire, qui en fera bonne compo-
tition, foit au comprant, en lettres de changes fur France
ou denrees du pays:
Une habitation fituee dans le quarter des Pins, a dix
lieues du Petit-Trou, propre a la culture du caf6, de
la contenance de 160 carreaux, don't trente font en
plane & une belle riviere qui paffe au milieu de ladite
,habitation. Ceux qui voudront en faire 'Iacqufition s*a-
drefferont.a M. le Comte de Bernis, ou au Sieur Beu-
gard, Marchand a I'Ance-a-Vqau, qui en front bonne
compofition pour du comptant.
Une machine 6lefrique, de 24 pouces de plateau fur
table & tabouret, avec lampe a air inflammable, cet.
.ilefrophore a plan incine, fyfitme de Copernic, arbre
,le&rique, carillon avec fa bouteille, maifon a para-
tonnere en fer, caffe-glace, excitateur a manche de
verre, deux bouteilles de Leyde, idem d'avanturine,
tableau magique, idem d'avanturine, chaffeurs, balan-
cier, artillerie en verre, eleErometre, deux jarres gar-
nies d'.taia, machine pneumato-chymique, quatre con-
duaeurs de 5 pieds 4 pouces de longueur, cavaliers,
vefies completes, piflolet de vola, theatre de pantins,
fiphon en fer-blanc & de v.erre, tige pointue a boulle,
plufieurs travers & tringles. A vendre, prix 2000 1.
Is'adreffer a M Bouvier 6& Saladin, Apothicaires du Roi
en cette ville.
i Une maifon fitu&e au Grand-Goave, fervant depuis
vr4s-longtemps de grand'auberge & boulangerie., deux
.magafins de trois chambres chaque, don't Iun fert de
.cuiiine & l'autre a mettre des provisions, un troifi&me
,grand magafin fervant de boulangerie, un four affez
.fpacieux & un puits, a vendre tout pri(entement. S'a-
.dreffer a M. R!'mond, fur foa habitation au Grand-Goave.
Un alambic avec fon fon chapeau &Aa ferpente,,
,baffines, marmites, bec de corbin, cuiller a fucre,
.ecumoire, iA vendre. S'adreflfr.a M. Oec,, Nigociant
en cette ville.
Une cargaifon de bon riz de la Caroline, tres-frais.
.S'adreffer a M. Sollar, Nigociant en cette ville.
Le brigan in 'Argo, de 6o pieds de quille & t8
,de beau, double en cuivre,, a vendre, S'adreffer a M.
.Fremon, chez .M" Meynardie, Piccard 6 Compagnie, qhi
1'on trouvera l'inventaire. Ledit Sieur Fremon, a aufli
.A vendre une jument batarde anglaife, excellent pour
la route,,dpnt il fera bonne ompofition.

.4 L ,o y A.
f2 Une mailon a Itage & a balcon, tris-commode
aifaiant 'encoignure des rues Royale & des Miracles,
vis-a-vis de M. le Sen6chal, ocuppe :par M" Martineau
-6' Blanchaud.
2 Une autre maifon avec une grande.cour, ou fans elle,
|fitnae dans la rue des Frontforts, occupe .ci-devant par
les nommes Fontaine 6& Haram,. S'iaa ief a M, CGa4iCu,
Kroprietaire 4e deux,


Escz72sZ~ J4RllROX7NAC


Vincent, on le croit Ibo, &tamp" BOURDON, parti
marron depuis le 31 du mois dernier. En donner avis-
M. Bourdon de Tremont, ou a l'Imprimerie Royale de
.cette ville.
Michel, Creole, mag.re de vifage, ayant quelques
dents de moins a la m&choire fuperieure; ce Negre eft
fellier & pourrait fe fair paffer pour libre. On eft price
de I arreter & de vouloir bien en donner avis au Prre
Prifet en cette ville.
Rofeitu, Congo, tampre DUPUY, au-deflous AU
PP. marronne depuis environ deux mois. En donner
avis au Sieur Durand, Marchand rue de Vaudreuil en
cette ville; cette Negreffe appartient a la nommee Catlhe
rine Dupuy.
Alexandre, Mandingue, 6tamp6 fur le fein gauche
I J AFRICAIN, ayant un collier de fer & un petit na-
bot a une jambe, fe joignant par une chalne qu'il aura
pu limer dans fon marronnage, & ayant appartenu a
Sanite Chapoteau, 6tamp6 de fon etampe. En donner
avis 0au nomm6 Lafricain, N. L. Ferblantier en cette
rille.
Jacquot, Iho, tampe F. LAROQUE, ge de if
ans, taille de 5 pieds 3 pouces, ayant des marques de
fon pays fur le viiage; & un autre nomme Grand-Goet,
6tamp6 J. SOULARD, age de 29 ans., taille de 5 pieds
pouces, parti marrons dans la nuit du 7 au 8 de ce
inois, avec un canot d'acajou, de 24 pieds de long fur
environ 4 pieds de large, ayant trois voiles & tous fea
agres & apparaux. En donner avis au Sieur Laro~ue
Pecheur, demeurant a Belair en cette ville.
ANIM A uA v X EARA Z ;
:II s'eft &chapp6 de la favanne du Sieur Rbert, pr &
de.cette ville, un cheval Creole, fous poil alezan, court
queue, itamp6 LPD, les deux premieres lettres entre-
1laces. En donner.avis .au Sieur Robert; il y;aura quaw
tre gourdes de r6compenfe.
.11 s'ef e *app6 de chez M. Hudicourt, Capitaine an
'Regiment de cette ville, le SSamedi 9 du mois dernier4
un chevall fous poil alezan, court queue, chanfrein
blanc, ta4mpe du c6t6 do montoir ICB, tout fell,
avec un harnais de volee. .En donner avis audit Sieur;
il y aura r&compenfe.
i 1 s'eft echappe en Novembre dernier, des favannes
de l'habitation Solon Beneche, a Saint-Louis ,. g&re par 1.
Mevignac, un mulet fous poil gris, AtamTpe O croif.
En donner avis a M" Lefranc, Habitant aux Baradaires,
a qui il appartient, ou au Sieur A. Lomenie, Habitant
audit lieu,; il y aura deux portugaifes de recompenfe.



NO U VE L LE S DI V ER S E S4

;G R N x "z-B it a T A G N t.
On a confirult depuis la Paix, 18 vaifeaux de oi.
pne, a de o o,U & IQo Ae *


Es $e Pz ra.s 2 Na







LUs Paplers de Ldndres rappbrtem run fait qnl 'peint.
. ,arfaitement le farouche defpotifme que les Princes de
rindofian exercent envers leurs fujets. UOn Colonel .au
service de la Compagnie des Indes, fe plaignit un jour,
a Sujah-ul-Dowla, de ce qu'e"ant a la chatre dans .un
village, les habitans avaient vouul mettre quelqu'obf-
tacle a fes courses. Peu de jours apres', Sujah fit aver-
tir cet Officier cqu'il pourrait chaffer librement a l'ave-
,nir dans cet endroit, parce qu'il en avait fait mettre a
-mort tous les habihans, au nombre de 2oo0 Cet:e
fangiante execution n'etait malheureufement que trop
vraie, & l'Officier a conferve toute fa vie, le chagrin
d'avoir tie la caufe innocent de certe abominablebar-
barie.

D Dv PORT-A U-P I C cr.

Le Proces verbal inf&rb par extrait dans notre N 55
de ,'annie derniere, a pour obj-t le nivellemrnt de ia
Plaine de l'Aribonitte, & c'eft par erreur qu'on a dit
que la publication en etait faite pour conltater 1'impof-
fibilitt de reunir la riviere dite les Trois- Rv:eres, Quar-
tier du Pilate, a celle de la Brande, Quartier desGo-
vaives: nous alions donner I'extrait du process verbal
qui conftate en effet cette impoilbiiite.
La reunion projetie devait avoir lieu, felon les ides
-de ceux qui croyaient cette reunion poifible, en prati-
quant dans le Pilate, une priie d'eau a la riviere appele
les Trais-Rivicres, pour verfer uoe parties de fes eaux
dans la riviere la Brande fur l'habitation en corail
de la veuve Derouville, par le moyen d'un canal de
communication.
En cohfiquence, M. Muttin Arpenteur du Roi, h
l'Artibonite, affifti de M. Andid, aulli Arpenteur du
SRoi, a la refidence des Gonaives, s'eft transported fur
les lieux & apres diverfes operations, niveilemens,&c.
'& I'examen le plus attentif, ls ont reconnu que la
riviere la Brande, qui verfe fes eaux dans la Plaine des
SGonaives, prend naiffance a environ 2400 pas mefures
en ligne droite, de celle dire les Trois-Rivieres. Que
cet efpace eft occupy par une groffe montagne f6paree
en deux par une gorge qui communique d'une riviere
a I'autre, enforte qu'il tait question de favor fi, en
-en pregnant l'eau a une cetlaine diilance, dans le Quar-
tier du Pilate, on pourrait la conduire dans cette gor-
*ge d'ob elle fe veiferait aif6ment dans la Brande, fur
le corail de la veuve Derouville, & s'ecoulerait enfuite
maturellement dans la Plaine des Gonaives.
Mais avant de parvenir dans certe gorge, on ferait
"force de furmonter un morne de roc appelle Morne
'de la Porte, lequel barre 'intervalle qui fepare lesdeux
chaines de montagne entire lefquelles coulent les eaux
:des Trois-Rivilrcs en formant une digue naturelle d'une
Inontagne i'putre, dans laquelle les eaux ont outert


un paffag- de i a .o pieds, iqnon appelle% aPvrie
Ce morne a 2. i pieds au-deffus du niveau ordinalk
ie des baffls eaux: fon elevarion a in(pire les premiers
'doutes *de pouvoir executer -le project.
En continuant le nivellement vers la gorge, on a
trouv0 des pays -prefqu'impraticables par les falaifes,
les, ravines & les bois debout.
Apris sette eleves de 50 pieds au-deffus du morua
de -l rPorte, & avant encore 'beaucoup a s'elever avant
'd'arriver -ala force de la riviere de la Brande, les Ar4
,enteurs ont pof6 en cet endroit un piquet de remar.
que, *& ils ont enfuite cherche s'alffuer a quelle 64.
ovation on pourrait foutenrir Feau, prefumant qu'il ferait
impclhible de s'6lever"ffez pour la rendre meme au
fommer du morne de la Porte, en confequence, qu'il
ferait inutile de niveller plus loin' dans ce more, juf.
qu'~ ce qu'on fe ffit procure d'autres eclairciffemens,
Retournes au pied du morne de la Pogre, .au mime
point de la rivieie ou I'on avait commence h'nivellet
la hauteur de ce morne, on a nivelle de ce point en
remontant le lit des Trois-Rivibres. Apres avoir ainfi
nivelli pendant environ une lieue on n'a trouve qu'une
pente tre,-faible & inf.Lfifante pour avoir 1'.au fur terre
au pied du.morne dela Porte, ce qui a demontr6e imr.
pcffibili-e de I'entreprife projerte.
Les difficulties font I l'impoffib'irte de trouver une
prife d'eau affez levee pour conduire l'eau a la hauteur
fuffifante pour vaincre Po~flacle que prifente non-feu.
element le morne de la Forte, mais encore l'eievaion de
la gorge oi pafferait le caral de communication pro.
pofe. 2z En fuppofant meme la ppilibili: de trouver
cette piife d'eau, il faudrait un canal d'une longueur
tres-confid'rable, don't les fouilles fe des feraient beau.
coup au-deffus des forces du Quartier des Gonaives.
Ce canal ferait coupe d'un grand nombre de fortes ra-
vines, fur chacune defquelles il faudrait des aqueduct
tres-couteu.x. Le volume d'eau de la rivibre fe trouve-
rait reduit en cet endroit, a bien peu de chofe, atten-
du qu'on laifferait au-deffous de la prife d'eau, plufieurs
rivibres qui fe jettent dans les Trois-Rivieres & en aug-
mentent la quantird d'eau, tellesque la riviere l Porte,
'celle du Piment, &c.
Ces operations nt 6te faites par ordre de MM.les
'Adminiftrateurs, pour conflater la poffbilite ou l'im-
poffibilirt de la reunionn de la rivi~re dite les Trois-Ri-
vieres a celle de la Brande & nous leur donnons pu-
blcite in qu'on ne prfente plus de projects a cet igard,
don'tt lentreprife ferait inutilement couteufe. Les Ar-
penteurs ont oper& conform' ment a la commiffion don-
nee a cet effect a M. Mottin, par M. Bertrand de Saint-
Ouen, Commiffaire du Roi pour les arrofemens de
l'Artibonite & Quartiers adjacent, & Membre du C.r,
cle des Philadelphes.


Avec permiffon de MM. les General Intendant.


AU PORT-AU.PRINCE, DE L'IMPRIMERIE ROYALE






-~ f V
SW~e.=leel??!ar=1e~~~
1Lia~ ~


CHES A

SDu Samedi i


'Cefl aux Imprimeries feules que l'on doit adrejer tout
ce qui concern les avis. M. Mozard, R,!daleur de cette
Feuille, recevra toujours avec reconnaiffance, les articles
de NOUVELLES & de VARtiTES don't on voudra bien
enrichir fon ouvrage. Tout ce qui lui parviendra fans 8tre
affranchi ne fera point ouvert, 6& il ne fera aucun ufage
de ce qu'on lui enverra anonymement: les perfonnes qui
ne voudront pas itre nommees, peuvent computer fir la plus
parfaite discretion.
NOUVELLES DIVERSE.
F R A N Ce.
Extrait d'une Lettre de M. Fleuret, Profefeur d'Archi-
tedure militaire, 4 l'cole Royale Militaire.
i L'inteirt que vous prenez a tout ce qui peut con-
tribuer a l'utilit6 publique, m'engage a vous fair part
d'un proceed 4 de confirution que j'ai verifi6 pendant
mon fejour en Lorraine )i.
c M. Mengin, Architetee a Nancy, ayant lu les M6-
moires de M. de la Faye, fur la maniere de batir des
Grecs & des Romains, a imagine, en 1780, de faire
conftruire par encaiffement trois foudres ou refervoirs a
vin, don't la ruuffite a determine un grand nombre de
Particuliers h en faire faire de pareils, tant dans l'inte-
rieur que dans les dehors de cette ville ,,.
i Les murs de ces rifervoirs .qui fe trouvent adoffls
aux gros murs de la maifon, n'ont que 5 pouces dpaif-
feur, ceux qui font ifol's ont un pied, & le fonds n'a
que 5 pouces fur un maffif de maqonntrie ordinaire ,,.
c Deux de ces refervoirs, defines a mettre du vin,
ont intirieurement 5 pouces de profondeur, 7 de lar-
geur, & 7 & demi fous vote ,n.
L'ouverture par laquelle on les remplit a un pied
carr6 & fe ferme avec une dalle de pierre, arme d'un


MERICAINES.


3 Janvier 1787.




anneau de fer, ou un plateau de bois de chene. Le troll
fiime refervoir, qui fert de cuve pour faire le vin, a
interieurement 8 pieds de longueur, 3 de larger & 6
de profondeur: dos tampons de bois dur fervapt de ro-
hinets ,,.
Au bout de 6 femaines de conftrudion, M. Men-
gin fit remplir d'eau ces refervoirs, & ayant reconna
un mois apres que leau s'y etait maintenue fans'au-
cune diminution bien fenfible, il fe determine a les
faire remplir de vin. La premiere annee cette liqueur
fe decolora par 1'effet de la chaux, qui corrompt tou-
tes les couleurs qui provienent des vegetaux ce qui
ne fut pas arrive, s'il edtl ft f otter les enduits inte-
rieurs avec du fain-doux, come faifaient les Romains,
dans leurs citernes 6 acqueducs, ainfi que M. de la Faye
'explique dans fes Mimoires ,,.
c Je vais vous enfeigner le procede de conflru&tior
tel qu'il m'a te explique par M. Mengin. II a fair
verfer fon fable dans des bacquets ok il y avait de l'eau.
II a fait prendre une mefure de ce fable, don't on a formed
fur un plancher prepare', un petit bafin comme font nos
manoeuvres; enfuite, il a fait longer dans un bacquet pleia
d'eau, une demi mefure feulement de pierre de chaux vive,
& quand Ies gros bouillons ont ceje' i la surface de l'eau,
it a fait verfer ctte chaux dans le bafin, & l'a fair
couvrir parfaitement avec le fable qui format ledit bafjin n.
Alors la chaux fe diffolvant, exhalait des vapeurs
au dehors, en fe faifant jour a travers le fable; mais
les manoeuvres, avec leurs pelles, retrouffaient le fa-
ble par-deffus, pour boucher les paffages par lefquels
cette vapeur s echappait; enfuite, apreslavoir parfaite-
ment mel ces matieres, M. Mengin y faifait ajou-
ter une tres-petite portion de chaux fuf6e, pour les
rendre plus liquides )n.
Tel eft le mortier don't il a faith ufage pour fes coxf






i1
truiions; & tandis qu'un majon employat ine a~g e,
fon manoeuvre lui en preparait une autre, en obfervant
toujours le mnme procede ,,.
u Ce mertier, qui prend corps prefqu'auffi vite que
le platre, & qui conferve le falino-terreux de la chaux,
fe trouve indique dans les Memoires de M. de la Faye,
aux articles oh ii traite de la preparation de la chaux,
pour les conf.ru&ions, & de la nature des fables qui y
font propres. C'eft avec un partial mortier compofe'par tiers
de pierres de chaux trempe'es, de poudre de pierre & de
fable miles erfemrble 6' imbibes d'eau, que M. de la Faye
a faith faire, il y a fept ans, chez M"m la Comteffe de
Coalin Place de Louis xv, cinq petites parties de ter-
rafe qui ont refifte a toutes les injuresde I'air & quiont
acquis le coup-d'Cil 6' l confiflane do la pierre la plus
dure ).
c La feule difference que je remarque, c'eft que M.
de la Faye n'a point employ de chaux fuf6e comme a
fait M. Mengin, ayant 6prouv6 qu'en rempliffant de
fable un fceau a demi-plein d'eau, le fable verfi fur un
demi-fceau de pierre de chaux trempee contenait exac-
tement le volume d'eau n6ceffaire pour faire un mor-
tier aufli gras qu'adh&rent, lorfqu'on avait l'attention
de conferver la vapeur humide de la chaux, en rebou-
phant tous les paffages par lefquels elle pouvait s'exha-
ler, & en preparant p mortier fur un plancher non
fpongieux .
Les fits de la caufe qu'on va lire s"'tant paffes dans
la Colonie ,nous avons cru que les details n'en pou-
yaiept paraitre ayec plus d'interet que dans. notre Feuille.
Extrait du Journal des Caufes Cdlebres.
Donation faire par un Corfaire Anglais, d'un petit bati-
pnent Francais a un Efpagnol, fon prifonnier en ddom-
Inagement de delui qu'll lui avail pris.
a Cette qgeftion etait tout-a-fait neuve. 11 eft affez
rare de voir des contefiations fur les dons d'un cdrfaire
Sfes prifonniers ,.
,c Voici les faits ).,
cc Don Fernandes etait proprietaire d'une goelette
nommne le Saint-Jofeph. Voulant venir au Cap, il prit
un conge, le 19 Novembre 1782, de Don Joachim Ca-
krera, Gouverneur de Monte-Chrift, oh il fait fa refi-
dence, & ohi la goelette avait mouiili. Le lendemain il
mit a la voi e. A peine etait-il fous le vent de ce port
des Allies de la France, qu'il fut chaffT & pris par la
$regate Anglaife 1'Endeavour: Porkins la commandait. Ce
Corfaire fit diffirentes prifes le meme jour, entr'autres,
celle d'une petite goelette conduite par des Negres, &
qui faifait voile pour Maribaroux ,,.
c En perdant fa goelette, Don Fernandes avait vu fa
fortune s'6vanouir; la plus 6troite misere 6tait la feule
perfpe&ive qu'il eut. Sa trifteffe & fa contenance a bord
jde l'Endeavour, annonwaient les fentimens don't fon ame
ktAit affe~ehe. Porkins s'en appergut; ii y fut fenfible,
& la pitii entra dars le coeur du Corfaire. Cedant gene-
"~ufement a cette tendre impulfion, Porkins fe ditermina
g brifer les fers de fon prifonnier Efpagnol & le d&-
anmmageer, en quelue forte de la perte qu'i1 avait fai-


te; 11 lui pnTaf un a~te de donation, don't voici I
traduction litterale n.
c Je certified que la goelette nom inconnu, a eth
, prife par la goilette l'Endeavour de S. M., fous mon
),commandement, & que je 1'ai donnie a Jofeph Fer-
) nandis. Donn6 fous mon feing, a bord du loop de
,,guerre 'Endeavour, en mer, le premier jour de D'1
, cembre 1782. John. Porkins n.
I1 le garda cependant encore deux jours ; enfuite
il le relacha avec une petite goelette, & l'aate de do"
nation qu'il lui avait paff ..
( Quoique ce petit batiment ne fut pas, a beau.
coup pres, auffi bon voilier que celui qui etait retenu
par Porkins, Don Fernandts benit cependant le mo-
ment qui le lui avait procure. Joyeux de fa liberty,
cet Efpagnol oubiie fon malheur, & dirige fa route
vers le Port de Monte-Chrift; mais il ne put y arriver:
une foule d'obftacles s'y opposerent; les vents fe trou.
verent contraires, la mer etait des plus groffes. D'un
autre c6te, les vivres lui manquaient. Il fe determine
done 1 entrer dans le Port le plus voifin du lieu oh
il fe trouvait; c'etait celui du Fort Dauphin; il y
mouilla ,.
c AprBs quelque jours de fijour paifible & de la
plus grande tranquillity dans ce beau Port, il voulut
en fortir pour fe rendre a Monte-Chrift ; mais il en.
fut empech ; les Ports etaient fermes par ordre des Ad.
minifirateurs. 11 eut recourse a eux pour obtenirila per.
miffion de partir. Sa demand lui fut accordee. 11 fe
difpofait a ufer de cette faveur, lorfqu'il apprit que
les Sieurs Darris 6 Ferraut s'itaient eihpar6s de la goelet-
te, & qu'ils s'en difaient Proprietaires. Alors II s'adreffa
au Juge de 1'Amiraute, pour etre autorife a les fire
affigner, a l'effet de les contraindre a lui remettre fa
goeleite. Sur I'affignation, ils fe prefenitrent; leur d-
but fut de demander i Don Fernandes, en fa quality
d'Etranger, une caution pour l'evenement de la caufe,
fernandds y fatisfit en d6pofant wooo 1. au Greffe de
l'Amiraute du Cap. Enfuite il fallut favor quel etait
le vrai maitre de la goilette. La caufe fut portie de
nouveau a l'Audience du 23 Decembre, oh il a 6te
rendu une Sentence qui, ia declare nulle la donation
faite par Porkins; z2 ordonne la rerife de la goelette
aux Sieurs Darris E& Ferraut, a la charge de payer le
tiers de fa valeur a Don Fernandes. Cet Efpagnol a
appelli de ce jugement: les Sieurs Darris 6 Ferraut
en out appelle auffi; de forte que la pretention des uns
& des autres portait fur la totality de la proprie't de
la goelette ,.
,c M Langlois des Fo fes, qui defendait I'Efpagnol,
foutenait que les Sieurs Darris 6 Ferraut etaient fans
droit pour reclamer la goelette, & que la Sentence qui
leur en adjugeait les deux tiers etait injufle & irregu-
liee -.
,c Quand il ferait prouv6, difait-il, que les fieurs
Darris & Ferraut talent les maitres de cette goelette
au moment meme oh elle a et6 prife par Porkins, ils
ont perdu toute efpece de propriety; elle eft paffle en
la perfonne de ce Corfaire, elle lui a ete bien acquire;
le droit de la guerre la lui a tranfmiife. Ce droita 6t







de toot temps atto nf&, & conflquemment ltgitme; c'eft
une veritt avouee par les Peuples les plus barbares,
comme gar les Nations les plus eclairkes. Porkins eft
done devenu trellement le maitre de la goelette. S'il
en itait lemaitre, il a pu en difpofer a fa volont6;
,'eft une confiquence n6ceffaire. Or, fi cet Anglais a
pu la donner a Don Fernandt, elle appartient done
a cet Efpagnol : nous ne polffdons rien de mieux ac-
quis que ce qui nous eft donned ,' .
u II a plu au premier Juge d'annuller l'a&e de do-
nation qui fait le titre de Don Fernandis; c'efi une erreur
de fa part; il n'en avoit pas plus le droit qu'il aurait eu
celui de prononcer la nullite d'une vente qui aurait ete
faite a cet E(pagnol; car, pour qu'un Juge declarejuf-
tenent un ade quelconque nul, il faut qu'il y air une
loi qui prononce cette nullit6, & il n'y en a pas. Nous
se connaiffons en France de nullites que celles qui
font defignees par la loi. 1 n'en exifte pas qui prohibe
les donations faites i des Frangais ou a leurs allies,
par Igs ennemis de l'Etat. Or le premier Juge a excede
les bornes de fon pouvoir, en annullant la donation
faire par Porkins a Don Fernandes, il en refults que
l'ale qui la renferme doit avoir fon effet. S'iL doit etre
execute, les Sieurs Darris 6 Ferraut n'ont pas plus de
droit i reclamer les deux tiers de la goelette que la
totality ; la Sentence dolt &tre infirmee. Malgr6 ces
raifons, le Confeil-Supreme du Cap-Francais, confir-
ma la Sentence du premier Juge 1.

A inauguration d'une Synagogue, qui s'eft faite, it
y a quelque mois, a Luneville, les Juifs ont recite en
HWbreu, .un Cantique don't la traduaion plaira fans dou-
te aux Ifra~lites qui habitent la Colonie. Ce morceau
prouvera d'ailleurs, que les Juifs n'ont point perdu le
gout de leur poefiemajeftueufe, qu'on admire avec tant
*de raifon, dans nos Livres Saints.
a Dieu tout-puiffant! un fouffle de ta bouche a tire
tout du neant; ta feule volont6 a form ces Mondes
innombrables qui roulent dans l'immenfite; & ce Fir-
mament qui brille d'une infinite de constellations, n'eft
qu'une-faible image de ta gloire 7.
Ac Tu as commander au foleil de luire, & la terre
fut couverte de fon eclat majeftueux: la pourpre pre-
c.de & fruit fon char; il parcourt fa carriere comme un
fuperbe geawt: fon eclattriomphant rejouit toute la nature,,.
,( Mais les torrens de lumiere qu'il r6pand fans ceffe
fur I'Univers, feraient terrible a fes tendres produc-
tions; fes feux vifs & pen&trans en defficheraient les
vaftes campagnes & tariraient les ruiffeaux, fi ta bonte
n'eut en meme temps ordonne aux nuages de ver-
fer fouvent des pluies abondantes, pour en temper
'ardeur ,,
,c Que font ces merveilles pour ta puifTance! Toute
ka.creation n'efi que come un point devant toi, moins
encore qu'une vapeur legere devant I'aftre du jour. Les
Anges meme avouent leur infuffifance B c4elbrer digne-
ment la fublimiti de tes ceuvres ; l'homme, ce neant
anim6, cet &tre fragile, ponrra-t-il les pubiier), ?
u Qu'elles font grandes I Qu'eiles font majeftueufes!
A quoi pivent-eltes etre- compares, fi ce .'et a tes


'
Attribus ? Ceft ta bentW qui prehd foln de 1'lIphans,
& qui nourrit levermiffeau; c'eft elle qui faith croitre
& les cadres du Liban & la mouffe des roches. Si
un moment, un feul infant, tu leur btais tes divins
fecours, ils ne feraient plus ,,.
Mais tout eft vain, fans l'immortalit ; & c'et l'hom-
me, ce fant6me d'un jour, que tu en as encore quali-
fie; ce rich heritage lui eft encore particulier. dans la
chaine des t&res. I1 a des yeux charnels; mais quandles
faculties intelleAuelles le dirigent, ii reconnait fa dignity ,,.
t Une envelope matkrielle recele une flamme divine,
elle eft confervie dan's fa pfrete; des bras de la mort,
la vertu la reconduit vers fa force, & de-lh, fpparee
de la pouffiere, elle brille dans tout fon eclat ,,.
t Grand Dieu des armies de Seraphins s'inclinent
devant ton trOne, les Chceurs celeftes forment des con-
certs a ta gloire. Cependant tu as permis a l'homme
de te louer, de t'adreffer fes prieres; & fi elles partent
d'un cceur pur, tu daignes les exaucer ,.
cc II fut un temps oh Ifrail, paifible dans fa Cikte
t'offrait fes voeux dans ce Temple magnifique, conftruit
par le fils de David, ton ferviteur. Dans ce lieu con-
facre a ton Nom ,. la pofterite d'Aaron brilait un pur ena
cens fur tes faints autels ,.
c Maintenant que les iniquites de nos Freres nous ett
ont eloignis, au lieu d'encens,.tu regois l'offrande de
nos coeurs; tu es propice a nos hommages, & tu en-
tends avec mifaricorde, les fupplications de ton Peu-
pie n.*
cc 0 mes FreresO. Vous vous etes acquittes d'un doux
& pieux devoir. Vous venez d'eriger un Sanduaire a
l'ternel; vous avez fixed le lieu ou nous devons defor-
mais l'adorer. C'eft aujourd'hui que vous vous y profter-
nez pour la.premiere fois. Faites laterr les fentimens
que ce jour heureux vous infpire; r6pandez-vous ena
a&ions de graces; renforcez ma voix par vos accords i.
c Jerufalem eft detruite & fon Temple eft renverfe.
Dieu terrible & jufte! Lorfque tu punis, on reflent
encore les effects de ta clemence: oui, tu nous proteges
toujours, puifque tu nous fais vivre fous les loix dut
meilleur des Princes ,.
a Tu as fait part dun rayon de ta fouveraine puiffanee
a notre jeune Monarque; tu as confirm lafoudre d fa main,
6 tu as mis dans fon caur Ie germe de routes les vertus ,.
c Nous avons vu cette main viofrieufe re'tblir la paix
au-dtld des mers, brifer le joug d'un autre Peupie, dans
un autre hernifphre, 6' lui rendre fa liberty ,.
Le Pavilion franFais vogue en maitre fur la plaint
liquid ;. Caftries dirige wille voiles fur I'ocean 6 leur
faith porter les ordres de fon Roi aux regions les plus
iloignees 7.
La prote&ion de ce g6nereux Prince s'etend aufli
fur nous; a l'ombre de ces loix ages, confines a I'illuf-
tre Compagnie qui diftribue la juflice dans cette Pror
vince, nous jouiffons du droit de fes Sjje:s. Qui foe
trone, 6 Dieu bternel te foit present comme le fo-
leil; comble de tes graces toute la Maifon Ro)ale;
puiffent fes jours & ceux de Con illuftie Compagne
cire marques par une foule de dilices n.
, Rep6tez vos antiques 16 me; FrBres! enl'honi






"s4
Peur du Tris-Haut! Reveille, 6 Dieu, tes antiques
bontes pour Sion! Sois fenfible h nos ferventes prieres:
tu es norre Dieu tu donnes feul le falut fur la terre n,.


RFPLEXION D' N


SON ALLEMAND.


4c De tous les befoins, la foif eft fans doute le plus
preffant. Les Anciens I'ont penf6 ainfi, puifque dans un
fens me&aphorique, ils comparaient le defir effrene de
la vengeance au befoin de la foif. Or, vous autres Fran-
aais, avez done tort d'attendre qu'un laquais fatisfaffe
a fon gre le plus preffant de vos befoins. Pourquoi
mettez-vous la bonne chere fur vos tables ? Que n'en-
voyez-vous aufli demander a la cuifine (*), ce que
Tous voulez ?'Quand on a bu, on peut attendre quel-
que temps le manger. Mais quand on a mange, il faut
tout de fuire boire. Il y a encore un autre ufage qui
me diplait; c'eft de diner trop tard. Pour moi, qui ai
envie d'habiter votre pays, je crains que, dans la fui-
te, a force de retarder le dine, on ne finiffe par diner
le lendemain ,,.
Celui qi a communique cette reflexion y ajoute celle-
ci, qui eft tres-philofophique: moins on depend des autres,
S plus on efi heureux.

B E L L E S-L E T T R E S.

f~la ou, la douleur maternelle.

Le Genevols inquiet, attentif,
Toujours en garde, au fein de fes demeures,
Meme en ete, volontaire captif,
Ferme le foir les portes a fept heures;


Rien ne penetre aprs dans la Cite;
Grands & petits obfervent la d6fenfe:
L'ordre eft formel. C'eft de la defiance,
Dit-on, fouvent que nait la iir&t6.


Jeune Efiaa, cette loi trop fevere
A rtpandu la douleur fur tes jours...
Que-dis-je, helas!... leur deplorable course
N'eft qu'une mort plus lente & plus amere.

Depuis fix mois Alexis, fon pour,
Comme une fleur qui ne volt qu'une aurore,
A du trepas eprouve le courroux:
Unique objet de fes foins les plus doux,
Dans fes regrets un fils lui refte encore.


(*) Cett comparaifon eft extreme; pendant Ie repas ,
en ne tient point le vin la cave. ( Note du RMda&eur).


1~*1~A~*~rrr~bn~~*3pr~rrorrrrrrr~l3nrr


Avec permiffon de MM. les Giniral & Intendant.


AU PORT-AU-PRINCE, DE L'IMPRIMERIE ROYALEI


Centre le gr6 de parents inhumains
A ion epoux Elita s'eft liee;
De ces c~eurs froids elle erait oubli6e
Elle vivait du travail de fes mains;
Et rempliffant le voeu de la nature,
A fon enfant, dans fes triftes deflins,
Son chalte fein donnait la nourriture.

Vers la faifon oih a Reine des fleurs
En nos climats vient choifir un afile,
Dans le moment que d'un forameil tranquille
Ce fils fi cher eprouvait les douceurs,
Eiita fort, & non loin de la vile,
Va recueillir, pour un preffant befoin,
Le prix tardif de quelqu'uti!e foin.
Par des refus on la constraint d'attendre:
Le jour dbja penche vers fon d6clin;
Elle n'aura pas le temps de fe rendre.
Sur le rempart, la garde appelle eni vain,
La pauvre mere hilas! ne peut l'entendre.;
Au crepufcule on Ja renvoie enfin.

.En defcendant la colline- prochaine,
Elle appergoit le croiflant argente,
Qui fur fes pas reflehit fa clart6.
Son cceur fe glace ... inquiete .. incertaine;
Ele fe hate, & quittant fes fouliers,
Jufques au pant elle accourt hors d'haIeine.. b
II n'eft plus temps... Deji les madriers di
Sont fufpendus a leur 6norme chain.

D'effroi faifie a ce fpe&acle affreux,
Elle chancele, elle tombe iperdue:
Sa voix plaintive enfin frappe la nue,
Rien ne repond a fes cris douloureur, C
Helas! mon fils ... mon cher fils ... difait-elle .,
Et les fanglots itouffent fes accens. nI
Dans les horreurs des plus affreux tourmens
Elle paffa cette nuit fi cruelle.

L'aube parait. On n'ouvre point encore.
Bient6t le char du Dieu de la Lumiere
Vers lOrient va prendre fon effort,
Et commencer fa brillante carrier;
L'Ombre s'enfuit fous fes voiles obfcurs:
La garde enfin vient ouvrir la barrier,
Le point s'abaiffe & foudain dans les murs
Elia court, d'efpoir encore anuea
Dans fa mai(on elle arrive en tremblant,
Vole a fon fils... le malheureux enfant 2
Vivait encore... mais glace, languiffant,
A l'infant minue il expire a fa vue.
Par M. Marandon;






og_ r ^ *--AGO



N y Ifo A iL. T
+ ^< IN p-,; +, 44 c'x{ p0 A~ ML~2 s ~ *^ A I. f;w^ ^ ^ '-^ A A, +&^^
fZ~k~iv:--1-- Pe AJi
S^o; x
-^-.S:^-^--^-^-^ i^^^ ^*^^ ^^^**i-^ ** ^ ^^v^^ ^ ---~^gP^*


AFFIC HES


Du Jeudi


AMERi IC AI NE S,


S Janvier 1787.


Nt 'g** s;.d


1 U Port-au-Prince, le 4 de c mtois, l'.A4rore, d u
Navre, Capiz. Magnan pard le 7 Novembre :l'Afi-
cain, de Nantes, Capi. Perro-y, part le 24 Novem-
bie, venant'de la coe d'Angole & du Cap; & le Confl.:nt,
du'Havre, Capit. Chappey, patti le 18 Octobre. (.4-).


DEPPART


D E


NA- r R E s.'


Du PORT-AU-PRIN CE, le o3 du mois der-'
rier, i'Aimable-kofe, Capit. Coufoulehs, pour Bordeaux ;
le Dunkerque, de Bordeaux, Capit. Lavau, pour Sai'it-
Marc;.&le Pierre, Capit. Clement, pour le Hvre. ( '53
navires parties pendant i'annde '786.) Le 5. de ce mois,
Lyvonne, Capi:. Mille, pour la Rochellee 8, le G-.-
nereux, de Dieppe,. Capit. Leger,,. pour dozdc;aux : ie
1, IlEm:niuel, Capit. Bougour, pour Nantes; le
G'o-ges', Capitaine Danfinanges : le I3, i'tntereJfate',
Capit. Cailleaud :- ous deux pour Bordeaux; & Ie Saint-
Jean-Baptifle, du CTp, venu de. rei.che, etant partide
Baihimore pour Marfeille, allant auait lieu. (6).-
Prix des March/andife .d la Coionie, au Port -u-Prince -
Sucre blanc, premiere qnali4id 68 1 72 1. feconde,-6o
S65 1. troti h.re, 4 a 1bl .brut3,'o 3 1. Indigo bleu ,
II 1.a 2 .:uivre, 9 L 1i: i.o f. Calf nouveau, 21 f. ia
22 f. 6. vieux 2o a 21 Coton, 2To a 265 liv. Cuirs, 9-1.
Prx des Marchandifes de France,. a Port-au-Prince4.
Vin vieux, 132 a 1So1. nouveau, 72 a 90!. Farine
de Moiffa., 95 a 1oo 1. cortimune, 80 a 85 1. Blcif fale,
0o 75 l ba il. Petit-f a!, 24 i 27 1. I'ancre. Beurre,
223 2 f. la liv. Huile, 45 5oI. le panier. Savon, 4
a 50 1.la caiffe.
Course du Fret. Sucre blanc, o a 12 d. brut, to'a Ia
d.Indigo, 24 a 3.0 d. Cafe 1o.a 2. d. Cotton, 24 a 30 d'


N icz s M A R RONg 0


A Saint-Marc, le 16 du mnois dernier, eft entree '"
la Geole, T7e'7maque, nation Canny, fans etampe ap-
pa-ente, .g d 20 oans,taiilede 5 pieds 2pouces, ayant-
des marques de fon pays furle vifage, fe difant appar-
teiir a-M. Mad,';. rLagaronne," Snigalais, 6tam- fur le
fein droit FI.PELLERIN, au-deflbus STMARC, ag&
de 2s ans', ta' le de ," pieces 3 po uces,-fe difant appar-
.tenir ; M. Genti : ;e 23 Jofpip Mandingue, fans etam-:
pe, agb d'enviibn 2o ans, tai.ledee' pieds 2 pouces,5
ne vo ;r.t as ,ire le rom de 1on marre : le 25, Pi-
ra'ne, Co.;'eo, elanpte fur le fein gauche illifiblement,
age, de 18 ar:s, :aiile de 4 pieds 8 pouches, ayant des
mq',ques de fon pays fur la poitrine, fe difait appar-
tfiit a M.- Gamotis, aux G6na'ives : e 31, une Ne-
p* ref nouveile, Congo, etarnpee fur le fein droit CONS-
TAN ,'au-deffo-s SrTM. hige de 25 ans, taille de 4 pieds-
6 pouces, ne pouvant dire ion nom ni celui de fort
m.itre : le 2 ,de ce mois, Germain, Aouffa, etampB
fur le fein dioit PAYEN, ag de 20 ans, taille de ,
pieds', fe difant appa:tenir M. Duc'os : le 3, Sophie ,
Adia, rtampee fur les deux fiins ilifiblement, ,geie de
so ans, taiile' de 4- pi-ds 9 -puces, fe difant appartenir
t M. Larue, au Lap : Ie 4, une Negreie nouvelle,
Congo, etampee illifiblement, gde- de 25 ans, taille
de 4-pieds 8 pouches, ne pouvant dire fon nom ni ce-
lui de fon m. itre.
A'u:x Caves, *le e' de ce moist, Dominiique, Creole Hol-
laneais, .mi.e fur les euax feins LOFISIALE au-
dellous PFTIT-GOAVE, e I de 27 ais taille de 5
pieds 2' a 3 p nces: & Jenn-Fierre,- Creole, e"ampe
fur lefein droi de lamerne' c:an'i v,'; 3.g dea 28 ans,
taille de 5 p;eds 4 -pouces : tos deux fe di-ans libres:
le 7, Jean-Blptifle, Creoie Argiais, etanme, fur le fein
droit L.EGRE, & fur le gauche d'une tampe brille,
age de 2 'a 26 ans, tailld de 5 pieds a pouceb, fe
difant libre aulfi.,-






" Au Pett-Go26e, le 6 de ce mois, Pierro-Louis, Mon-
dongue, 6tamp6 fur le fein droit IDA & d'autres let-
tres illifibles, fe difant appartenir au Sieur Franyois,
Charpentier au Cul-de-Sac: le 8, un Negre rlouve,au,
Congo, etampe fur le fein droit MENDES, ne pou-
vant dire fon nom ni celui de fon maitre.


ANIMA/UX


, PA S.


A Saint-Marc, le 2 de ce mois, il a eth conduit a
la Geole, un cheval anglais, fous poil rouge, fans etam-
pe apparent : le 3, une cavale fous poil rouge, taim-
pee fur la cuiffe du montoir RS, ayant les pieds noirs
& une fuite mime poil, fans tarmpe : le 5, nr mulet
focus poil bai, etampe fur la cuiffe du montoir RL &
d'autres lettres illifibles,


S P E C T A C L E.
Les Comediens de cette ville donneront Mardi 23
du courant, au ben6fice du Sieur Dainville, une pre-
miereReprefentation de GASTON ET BAYARD, Tra-
g&die en 5 ales, de M. de Belloy. Cette Piece, fufcep-
tible du plus grand appareil militaire, .toute puifee dans
rotre Hiftoire, faite pour entretenir I'heroifme parmi les
Frangais, ornee de coups de theatre a chaque a&e; fera
repr'fent'e avec toute la pompe & la verit d'a8ion
qu'exige cette produaion.
Le Sieur Dainville, qui n'a jamais n6glig# les Pieces
f fon benefice, & qui s'eft toujours pique de donner
de grands Spelacles an Public a l'honneur de
lui promettre une entieie fatisfation, fi l'execution r6-
pond a fon zele, ainfi qu'il a lieu de l'efp'rer par fes
foins: ce SpeBacle fera termine par I'EPREUVE VIL-
LAGEOISE, Opera.
Les menes Comediens donneront Mardi prochain 30
de ce mois, au benefice du Sieur Durofier, une pre-
miere Repr6fentation de la Caravanne du Caire, Grand-
Opra, en trois aaes, paroles de M. Marmontel, mufique
de M. Gretry. Quoique ce genre de Spefacle femble
prefenter des difficulties prefqu'infurmontables fur les
Theatres des Colonies, le Sieur Duroier, fecond6 des
foins & d.u zble de fes Camarades, ofe affurer que peu de
Reprtfentations auront et6 executees avec 1'enfemble, la
pr6cifion & tout le brilliant qu'exige cette Piece.
Les details de cette Reprefentaion tant trop longs
pour trouver ici leur place, on les verra la femaine
prochaine fur une feuille ditach6e.
SLes Com6diens de Saint-Marc, donneront Lundi 29
de ce mois, au benefice du Sieur Schoubert, Muficien,
une premiere Reprefentation de Fdlix ou I'Enfant t'ouvd,
Grand-Opera, en trois a&es, paroles de M. Sedaine,
nufique de M. Mo./igny, orne de toutes les decorations
& du coflume analogue : ce Specacle fera termini par
la Se'rnade. .Champtre ou le Pupitre Magique, Pot-Pour-
ri a grand-orcheftre arrange par ledit Sieur Scoubert. Si
un exrreme difir de varier les plaifirs du Public, peut:
tre un titre a fes yeux, le Sieur Schoubert n'en rcla-
pe point d'autre pour m6riter fes bont6s.
*" ** o


----i 'I C- F m 5---IL1 0 -owl* m p m.__- -


r .- -. -- '.. - -; ^ -1" -*'* .' I1 .'.. J..J l 1 J- --- ^- ,- J ". 1 "m
Les Avis, pour etre inseies dans les Affiches Ameritai.
nes, doivent 6tre remis i l'Imprimeriejufqu'au Lundi foir;
ceux qu'on apportera aprcs- cette dpoque, front reculds de
huitains, & on n'en recevra aucun qui ne foit fine.

A V I S D I E R S.
3 A la require de Me Gayot, Curateur aux fucceflions
vacantes dans le effort du Siege Royal de cette ville,
charge en cette quality, par fuite de l'exercice de M'
Girault, de cell du Sieur Dangiron, Habitant au lieu
dit la Rilvre-aux-Roches, quarter du Genipayer, de.
pendance de Mirebalais, il fera le Samedi o2 de ce
mois, procede a la Barre dudit Si'ge, a l'iffue de l'au.
dience, a l'adjudication definitive, au plus offrant &
dernier encheriffeur, du bail 1 ferie, pour trois ann.es,
d'une habitation fitube audit quarter, dGpeldante de
ladite fucceffion, etablie en cafe & coton & flr laquelle
travaillent fept tcte&-de Negres ou Negreffes qui en de-
pendent. On pourra prendre communication des clau.
fes do la carte bannie en cette vile ch!z le.Sleuj
Orillion, Huiflier, & au bourg de Mirebalais, chez le
Sieur Routeau.
2 M" les creanciers de la fucceffion du Sieur Godet,
vivant, Negociant au Petit-Goave, font pri6s de fire
connai:re M' de Bejf's, Avocat en Parlement & Pro-
cureur audit lieu du Petit-Goave, la nature & le montant
de leurs creances, pour qu'il puiffe prendre les mefuret
les plus propres a leur en procurer le payment a tur
& mefure qu'il touchera des fonds de cette fucceffion,
en vertu de la procuration qui lui a ite donnee a ce
fujet.
a La ferme de la maifon & boulangerie des mineurs
Leroux, a Leogane, ci-devant r4gie par M" Daulnis
6 Compagnic, ayant ete adjugee a M. Baudry, Nego-
ciant de cette ville; en confluence il a l'honneur de
prevenir M" les Habitans & Negocians, qu'il a tranft
fere fon domicile auJit lieu; ce changement de local
n'occafionnera aucun relachement aux qualities effentielles
qui concourent a la fatisfaaion des commettans, &
don't l'analyfe eft vraiment inutile lorfqu'il s'agit de
parler de foi; il fe borne a offrir fes services en ce
quarter, aux perfonnes qui voudtont bien honorerr de
leurs ordres: il fera toujours muni des marchandifes
de confommation, au traitement le plus mode'r poflible.
2 En vertu de deux arrets rendus au Parlement de
Provence les 31 Aotit 1785 & I IJuillet 1786, centre
le Sieur d'Ailhaud, Baron d'Antrechaux & du Cafte-
let, & d'arret de la Cour du Confeil Superieur de cette
ville, du 4 Decembre dernier, qui permit de mettrek
execution dans l'6tendue de fon reffort les arrers fufdats,
Les fyndics direteurs des creanciers unis dudit Sieur
Baron d'Antrechaux & du Caftelet, reprefent6s par le
Sieur Daubigny, Entrepreneur-G&neral du Remade uni-
verfel ou IPoudres d'Ailhaud demeurant a Marfeille,
fuite & diligence des Sieurs Delifle 6 Liman, Ne.go.
cans en cette ville, ont I'honneur de pr6venir le Pu-
blic, qu'ils font autorif6s par les fufdits arr~ts du Paro
element de Provence, a fire faifir & airrter toutes les







padres gEnraliment dilconqueis, focus tells marcqes
cu'elles puiffent fe trouver, & notamment celles e&iqu'et-
tees : Colonic Saittt-Domingue; bon pour dix prifs de
na Paudre quatore livres tournois. Signe, d'Ailhaud,
yaron du Cafelelt, qui auront et6 exportees dans cette
Colonie, & qui y front vendues par d'autres queopar
eurs Commis ou leurs prepofes. Le prefent avis fera
infer6 trois fois dans la Gazette, afin que ceux qui
peuvent en avoir en depbt, n'en pretendent caufe
d'ignorance.
2 Le Sieur Corbel de Kret, Negociant Ji&rmie,
comme charge de la liquidation des affaires de M" La-
combe 6' Miranda, ci-devant en foci6te audit lieu de
Jeremie, par pouvoir defdils ci-devant affocies, en date
du 29 Ot&obre dernier, confirm par sentence arbitrale
dui zx D&cembre auffi dernier, pruvient les dibiteurs
a ladite focit6 de payer de fuite entire fes mains, pour
vjfter a frais de Juftice, & les perfonnes qui ont des
comptes regler ou qui fe trouvent creancikres de la-
dite focite, de lui fire conn.itre leur di par la re-
tife de leurs comptes courans ou bordereaux cer ifids,
pour qu'il puiffe proceder a la-liquidation des affaires
de cette fociet6.
a M" Fournier, ci-devant Procureur par inttiim en
te Siege, vient d'etre normm aux places de Notaire
& Subftitut du Procureur du Roi a Jeremie, oblig6 de
partir fous peu de jours pour ledit lieu, pr'e les
perfonnes qui l'avaient horore de kur confiance de fire
retire de fon etude les pieces & doffiers qui leur appar-
tiennent & de r6gler avec lui.
S 2 I1 fera proced6 le 27 de ce mois B la Barre du
Siege Royal de cette ville, an bail a ferme pour neut
annees, de l'habitation Chavannes, dite Marquifan, fimue
pres cette ville, aux conditions de la carte-bannie don't
.on pourra prendre connaiffance chez le Sieur Sollier,
Huiffier. Les perfonnes qui defireront de plus amples
eclairciflemens pourront s'adreffer a M. t'~rifon, Habi-
tant au quarter de Leogane.
3 a reunion demanded par M. Moulie, dans la Ga-
zette 4, peut avoir lieu, attend qu'il eft a la
connaifrance du quarter que le nomm6 Jean Chrifliane,
Mulatre libre, a fait depuis plus de deux mois un abatis.
fur le terrain don't s'agit, y a fait planter des vivres
& y tient un Negre pour les cultiver.
2 M. Hermite, ancient Capitaine Commandant les Mi-
lices a Jitmie, part pour ledit lieu, & ilannonce qu'il
aura dore'navant fa r6fidance & domicile fixe fur une
de fes habitations audit lieu, & encore qu'il a 6lu do-
micile en l'6tude de MW Miailles, Procureur au Port-
au-Prince, pour raifon feulement de la ferme des Mu-
lItres Bcauge, du Gallet, qu'il a cede a M. Chambon
Lalande. 1, vendra une habitation audit lieu de Jhr&-
mie. On pov-ria s'a'reffer a lui-memne, ou M. Marchand
fils., Negociant en cette ville, pour en voir I'6tat & les
conditions. II donnera des facilit.ei l'acquereur moyen-
inant une ,arrte du payment au comptant.
La Dame Sai-ton, Maichande de MoJes & Couturiere
ei robes, arrive depuis peu dela Nouvelle-Angleterre,
dj.neurant rue Royate en cette ville, dans la feconde
maifon au-deffus de la rue de Bonnefoi, a l'honneur de


17
prvenr tie PbAitc, cquetle vent dy ouvrir une boutique
de Modes; Hlle taille les robes a la fran9aife & a 'an-
glalfe, & prendra des apprenrics. Le Sieur Sainton, foa
mari, Confifeur, tient dans le meme magafin une infi-
nit6 d'articles analogues a fon 6tat; ii edccutera avec
exaSitude & diligence les ordres qu'on voudra bienlui
donner.
i A la requete de la noramne Marguerite, dire Liro-
quois, N. L. demeurante a Saint-Marc i fera le 2. de
ce mois procdde& ia Barre du Siege Royal de ladite
ville, h I'adjudication du bail 1 ferme volontaire de 18
efclaves denommes en la carte-bahnie, don't on pourra
prendre connaiffance chez M' Riviires des Rofeaux, Prot
cureur audit lieu.
11 fera procedU le 18 de cr mois, a 3 heures apr&h
midi, a la vente des meubles, lines, hardes, argen-
terie, voitures & attelages de chevaux & de mulets,
d6pendans de la fucceffion de feu M. de Bercy Procu-
reur du Roi de la Jurifdidion de cette ville, dans la
maifon ou il eft decade vis-a-vis celle de M. Delay,
inardelle, Procureur-General.
M" Dtiubjgna, T'igant &' Compagnie, ont I'honneur
de prevenir les perfonnes qui doivent aux cargaifons des
navires le Marquis-de-la-Fayette, la-ville-du-Port-au-
Prince, le Jeune-Alexandre, le Aeilleur-Amri le Du-
kerque, d'avoir la bont: de les folder, afin de leur evi-
ter le defagriment de les-y contraindre par les voies de
droits; lefdits Sieurs ont toujours d'excellens vin vieut
& nouveaux en barriques & en caiffes, & du riz de la
Caroline, nouvellement arrive.
i En vertu d'Ordonnance de M" les Officiers du Siege
& la lrequete de M. Jouette, Capitaine des Milices &
Habitant aux Vafes, au nom & comme tuteur princi-
pal des Demoifelles Pauline, Gabrielle 6& Ad'aide de
Ponthieu, mineures, ii fera procede Lundi prochain, que
l on comptera le 22 de ce mois, fur I'habitation Judonnetie
au Cul-de-Sac, a la vente & adjudication des effetsmro-
biliers priffables, dependans de la fucceffi n de la feue
Dame de Ponthicu, leur mere, corififtans en meubles meu-
blant de toute efpece, argenterie, linge de table, idem~
de lit & autres, porcelaine, crflaux,.aillance, verre-
rie chaifes roulantes, chevaux de chaife & de monture,
cavales, poulains & pouliches, vaches Ini:ieres & leurs
suites, troupeau de moutons & autres objets. Aux char-
ges, claufes & conditions de la carte-bannie, don't on
pourra prendre connaifance dans l'etude de M' Char.
pcntier, Procureur es Jurifdi.ioi & Amirautd.
En vertu d'Ordonnance du io de ce mois, rendue
fur ks conclusions de M. le Procureur du Roi, duement
vifie de M. le Procureur-G-n!ral & ~ la requte du
Sieur Helm, au nom & com ne x&cuteur-teflamentaire
du feu Sieur Francois Matt, ii fera procede le Samedi
que l'on comptera 20 de ce mois, a la Barre du Siege
Royal de cette ville, iffue d'audience ordinaire, a la
vente & adjudication au plus offrant & dernier ench&-
riffeurde cinq tetes de Negres, d6pendans de ladite fuc-
ceflion, aux charges, clauses & conditions de la carte-
bannie, don't on pourra prendre connaiffance chez le
Sieur Gayot, Huiflier.
i M* Salvan de Jonquieres, Procureur en la Sin6~-






.r.chauffIe de Jremle, a I'lonneur de privenir les per-
fonnes denuies de faculties pour plaider, qu'il fe char-
gera volontiers de leur defenfe a titre gratuit, d6firant
par cet ade de bienfaifance & d'humanite, donner au
Public un temoignage de fa reconnaiffance.
Le Sieur Lavalje, ne Couturier, prevent M. Delouches,
Habitant au quarter de Nipes, & M. Ducoudraijeune,
Negociant au Rochellais, meme quarter, que c'eft a tort
qu'ils pourfuivent en reunion un terrain qu'ils diteqt
appartenir a M. le Roi, Habitant au Pins, ou a M.
.uguflin Moreau, puitque cette c9nceiion m'appartient
par anciennete de titre, qu'elle eft arpentee & planee
en vivres & caf6 depuis environ deux ans; j'aurais eu lieu
de croire que ces M" ne pourfiivaient pas ma terre en
reunion, fi les abornemens qu'is donnent dans leurs avis
inferes dans les Afiches Americaines, n0 5 & 54,
n'etaient les memes.
Gle'vrau & Fem'ne, ont l'honneur de prevenir le Public
qu'ils auraient obtenu lettre de refciflon, contre le partage
des biens de feu Emon, fittr a Jh6rmie & a Mirebalais,
& que le process #tant en instance, il ne parait pas que
Janau, co-h&eitier foit habile a fire la moindre dil-
pofition,.par vernte, donation ou autrement, & que les
acquisitions ne feraient pas yvalabes; pr9teflansce que de
droit.
Le navire l'.fricain, Cppitaine Perroty, eft arriye en
ce port, tenant de la cote d'Angole, avec une tres-
b'lle cargaifon de 380 teres de Negres a l'adreffe de M"
Cottineau, Choffard & Compagnie, Negocians en cette
ville, qui en ont ouvert l veate Yenlredi .z de .ce
pois.
Le negrier L; Cygogne, Capitaine Heraul, yenant de
Porte-Nove, cote d'Or, avec 400 beaux Noirs, a 1'adrefTe
de M Meynrdie, Piccard & Compagn.ie, qui en ouvri-
pmnt la vente aujourd'hui Jeudi 1.8 de ce mois.
M" F. Guilhou 6' Compnpagie, Negocians a I'Arcihaye,
ont lhonneur de prevenir le Public qu'ils ont cedI leur
mnaifon de commerce a M. Pierre Forcade ,& qu'elle fe
continue fous la raifon de P. F'prcade Compagnie, ;a
Sompter du premier de c mois elle reQe en o'.nl:e char-
gee de la liquidation des paffifs de M" F. Guilhou 6
Compagnie.
A la requke du -Sieur P'erre Duval, Habitant ,u Cul-
'de-Sac, au nomn & come tuteur l!u Sieur Afexand.en
,Duval Menage, il fera !l Samedi 27 de ce mois, proced.c
a la Barre du S ige de .cete ville, iffue d'audience, au
bail a rferme pour annees,, d'ur douzieme appar-
tenant audit mineur, dans 'habitation fituee a Mire-
balais, etablie en indigo, dependante de la fucceffion du
fteu Sieur Aenge, & indivife entire les autres onze co-h-
Xitiers de ce dernier, & deu.uit ttes'd'efclaves y attaches.
Aux claufes & conditions de Ia cartg-bannie, don't on
pourra prendre cpnnaifa.ce cCez M-" Bourgei, Procureur.
A la requ te de la Dame ve.uve du feu Sieur Bcraut,
4emeurant au IBpucaffin au norri & comrne tuteur de
fon enfant miner, il ferj le Samedi .7 de ce moi.s,
procdd, a la Barre du Siege de cette ville, iffue d'au-
die.nce, au :bi!l ferme pour 7 ann-es d'un terrain,
fiue a l'embarcadaire du Boucaflfn, fur lequel e.t 6ta-
lIli ,ne puiidive, tour's les .tabliffemens neceiTaires, ainfi


- I*--


que tous les" ufEenfiles, Negres.&animatuxy .attache's
le tout dataill & dinomme dans la carte-bannie, aux
claufes & conditions, don't on pourra prendre connaif.
fance chez Me Bourget, Procur.ur.
Le Sieur de la Fillette, Huilier regu par Brevet du
Roi, a i'Amiraute du Port-au-,Prince, ~ la refidence de
60ogane, a 'honneur de ,pr6venir M" les Negocians,
qu'ii eft le feul en ladite ville qui puiffe y traveller en
cefte qgoalite.
M. Durand, Negoclant en cette ville, au nom &
conmme executeur-tefiamentaire ,du feu Sieur Lauent de
Viequoy, vivant Habitant au quarter du Boucan-Greffin,
prie M" les creanciers de cette fucce!iion, de remn:tre
en i'N:u e de M Bo.uget, Procureur en ce Siege, un &tat
de leurs creances, tant en capital, ,interets qje frais,
pour avifer aux moyens de liquider le plus promp.ement
poifibie cette fLiccefiion.
M. Frontous., Chirurglen du Roi & de .'Amirauti
de bcmel, prevent .le Public qu'il vient de diffoudre
la fociete q,'il ayait avec le Sieur pfie, Me en Chi-
rurgie & que ce dernier eft charge de toutes"les dettes,
ainii qu. des recouyremens .concernapt ladite focieti
comme a lui appartenant. Ledit Sieur previent agui M'
les H-abitarns, que fes infir-mitrs le mettent hors d'etat
de monster a c'heval & qu'il les prie inflamment de ne
plus lui 6crire pour aller vo.ir des malades ch:z eux,
afin de n'e:re pas oblige de leur fire pp refus, ce qui
eft toujours tres-deCagfreaole : mais il exercera la Mede-
cine & Chirurgie en.viUle, tant que fa fante pourra le
lui permettre.
II ef part Lundi foir x" de ce nois, de la ride de
Saint-Marc, deux canots, arms de quatre N'gres, une
Negreffe & un Bla c, nmon.e" Carrire; les deux c anots
font de mapou gris, de la longueur de 29 & 30 pieds,
fur 4 & demi de large ,-dont un eft neuf & n'ayantjamais
etr avari6, l'autre eft m~at ave grand mat & mat de
mifaine, un foe & ktappe-cu, ij ,eft charge de pieces 4
l'eau pleines, 4 facs farine de imais, too panniers de
chataigniers, 7 po eaux deljtaniers & autres vivres, le
SieurSaulnier, a qui ces objets app.artienent les avait expe-
dies pour fon habitation de-'Efter-au- ;ats; il n'en a pas
eu de nouvelle depuis. Ceux qui en auront connaiffance
'font pri.gs d'en donner avis audit Sieur; il y aura re-
compen'fe. Lefdits efclayes font etampes PSAULNIER
au-deffous SAINT-MARC, i a a referve du Negre La-
frtune qui ett etampe MOJL.IEU, "u-deffous MOUJ
CHARD, "
M'" Shiridai, Gat'chair 6 C(ompagzl7e, Negocins a
Leogane, donnent avis qu'ils viennent d'etre charges, par
les fyn.diis des creinciers de la fycceffion Butet, de 1'ad-
miniftration de la g'nkralit ; des biens qui en dependent
& notamment de .deux habitations fifes dans la d4pen-
dance des Cayes Saint-Louis, & que Sa Majefte ayant
.yvoque a ton Confeil, par (on Arcrt du 18 Q6tobre
1.733 toutes les a.faires contentieufes y relatives, ia 1'eI
clufion de touted atre .Corp & Jurifdiftion, ils print
M'" .l.s creanciers qui n'ont pas pretfemnt leurs titres de
creances, de les prioduirele plutot poflible par-devant
la commifion etablie, afin de concourir nanimement
pux moyens de liquidation its previennent en leyr dite
~ ~ ~ ~ ~ ~~~rvenn l.. di' .*<. '..-. ; >







ial~i~ que.toute alienation de partle de ces bens feralt
Suile avant Ja liquidation des droits d'un chacun & la
qcalite de vendeur, legalement etablie.
SLe Sieur Recondo, Entrepreneur de moulins a L6ogane,
,ava!t apprs qui le eSieur Mifceu, cherchait a vendre,
ar'on .ifu, la mibfon o' il demeure, a 'honneur de
donn t avis au Pub'ic que le Siour MAIjfi :u ne peut ni
ne doi: vwende c-tt. maifon, qui eft hy.pothequie a la
-foci'te qui eiftanT eru'eux, pour rafon de la diffolu-
tion de laquele ii font en process & que les perlonnes
.qui pourIfa:r-n ea fire I'acquifition, s'expoftraient la
payer deux fois.
A la requttee de MW Grenier, PR ceveur des btardi-
fes, il fer, procede a la B3arre du Si'ge Royal de cette
ville, le Sanmedi 20o de ce pois, la vente de dix-huit
erciavt s, de'pndans de la fucc-flion d'Anne Lavallie,
Q. L.vivant, lHahi.ante au q.a.3r'er de Lo ane.
Le merme Receveur, fera proc-der ledit jour, la vente
.de la motii d'un emplacemint, fitu' a L eogane, rue
'Sain:e-Caherine.; ledit emplacement indivis ertre feu
Jein-BaptiJflDicgue N. L. & MaLion Diegue, N. L. fa
fiar.
Le meme Receveur, fera proce{d.r a la Barre du Siege
Royal de cette ville, le Samedi 27 de ce mois, a la
ventie d'un terrain .itut a la Marre-Bleue, qusa:tier de
,Mireba!ais, dependent des fuccefions des nommes 'Henri
.& Benjamin M. L.
A la requEte du S'eur Belloc, executeur teftamentaire
de la feue Dame de Bellejeant, il fera le Samedi 20 de
ce mois, procd6 'a la vente au plus offrant & derniers
encheriffeur, de huit t&es d'efclaves dpendans de ladite
fuccefiion.
Le Sieur Harnois, fair favoir- que la maifon gui de-
vait etre idjugIe le .13 de ce mois, a "t" remife au 20
lu mois prochain; & qu'il eft autorif, a vendre de gre a
gre, celle qu'il occupe. 11 prevent qu'il vend le tout
avec gaianfie.
Le Sieur Garrigue, Marchand Chapellier en cette ville,
:pr6vient gu'il a d.eux excellent Negres Charpentiers, a
-vendre, entr autre tn capable de conduire un chantier
'de. fucrerie & les moulins, de meme que .les moulins a
cton, ill en fera bonne composition a ceux qui vou-
.dont s'en arranger, & ne vendra pas l'un fans l'autre;
ii les donnera a I'effai fi on. le desire. Sa demeure eft
rue des 'Frontsforts, maifon de M. Robin.
11 fera proc'id le 8 de ce nois, a la Barre du Siege
Royal, aui bail a ferme d'ane maifon dependante de la
fuccefTion de feu Sieur Perdrifat, fituee au Morne-a-Tuf,
compof6e d'une cafe principal, fept chambres dans la
cour, un colombier f6r la barriere, le tout covert en
eflentes; ledit emplacement eft entoure en mur
MA. Maf,.:c pr'ie les creanciers du nomm. Cheva-
lier M. L. cornme fyndic de la maffe, de vouloir bien
produire leur titre .de cr6ance, aux fins de pouvoir pro-
c'der a la repartrtion des fonds qui font en cailTe.


DiPARTS

3 Le Sieur Poulotr,
E ~Ivrier prochain,


POUR


F R A C 1.


part pour France dans le courant
pour caufe de maladie.


29
3 Le Caltaine Prin fe di porant a part pour Fran-
ce dans le courant de Fevrier, price les dbitmurs a la
cargaifon du navire le Manctat, de le folder, faute de
.ce il fera force de les y contiainire.
Le Sieur Arnaud, MaSon, previentle Public qi'il fe
difpofe a partir pour France, au mois d'Avrii piochlin;
en confequence ii prie ceux a qui ii peut devoir de fe
prefenter pour recevoir )eur payment, & ceux qui lui
dolvent de le folder inceffaimmeit, pour lui .it0.r le
d6fagrement de les y contraindre. L-:lit Si ur-a a ven-
d:e un beau billard, bierre en barriqu s, en dam s-jeannes
& en bouteille; Ncgre & Negrefit, prcpre pour le bil-
lard. 11 fera bonne composition du tout pour du comp-
tant, ou en lonne lettre de change fur France.
i Le Sieur Miche Rivau, Charpentier au Cul-de-Sac,
prevent le Public, qu'ii fe difpofc a pa tir pour France
au mois d'Avril prochain; en conf(qernce il prie les
perfonnes a qui ii doit de fe prefenter pour iecevoir
leur payement & celles q-i lui doivent de le foller pout
lui 6viter 't dhfagrement de les y contraindre par les
voies de droit.
r M. Pierre-Touflaint Bierre, Notaire & Subftitut de
M. le Procureur du Roi a Aquin, Jarifdicioa de Saint-
Louis, part pour France, au mois d'Avril prochain,
pour caufe de maladie.
I M. Jean- ap'tife Guieu, Negociant en cette ville
part pour France au printemps prochain.
i M. Porneyrol, fe difpofe a partir pour France, pour
caufe de maladie.
i M. Paquier, Negociaht au Petir-Trou de Nipes, pr.-
vient le Public qu'il part pour France dans tout le
courant de Mai prochain. II prie ceux qui lui doiveng
de ie folder de fuite, & ceux a qui il peut devoir de
fe prefenter pour recevoir leur payemen,.

R iuNION AU D O AINt D Ro i:

i M. Lahens, demeurant 'a Jremie, pourfuit en reua
union un terrain de 12oo pas carr6s ou valeur, au Fonds-
Cochon, entire le bras fec de la riviere des rofeaux,
dependance de Jernmie, borne au nord de M. Bourdon.
chaffant au fud & l'eft de M. Fougeron, & 'a loueft,
de terres non concedees. Ce terrain a 6te concede le z2
Septembre 1771, a M. de B.rcy qui ne l'a jamis ':a-
bli.
En vertu d'ordonnance de MM. les Admiriftra-
teurs, donnee le 30 Decembre 1786 M. le Maire, de-
meurant au Fond des Verettes pourfuit en reunioa
un terrain de o000 pas carries ou la valeur, fitue dans
les hauteurs des Verettes, paroiffe de la Croix-des-
Bouquets, fur lequel il n'exifte aucun &tabliffement.
Ledit terrain concede depuis environ i1 ans, au Sieur
Toderne .borne left du Sieur J. F. Og.er, aEcluelle-
ment appartenaat au Sieur Mathiieu, 'a loueft de la
riviere des Vreretes, au nord de Thomas Pinganeau,
& au fud de Mm" de Pontieu.
2 Les Sieurs Gabaroche & Navarre, p:urfulvent en
reunion un terrain, fitue a la coline des Verettes, pa-
roiffe de la Croix des Bouquets au lieu dit les Plat-
tons-des-Ravinesborne 'roueft de la Demoifelle Sol







Aheret, au nord cfe la ravine, dire des Plattons & te
long d'icelle, au fed & a l'eft de terres inon conctdees.
Ledrt terrain condda au no6tni Nicolas Leroy, M. L.
le 8 Fivrier 1771, par MM. de Nolivos & de Bdngars.
z Le Sieur Feury, maitre en Chirurgie, pourfuit en
reunion un terrain de mille pas en carre, borne & l'eft
dui Sieur Lachaud, a l'oueft diu Sieur Dulary, au nord
dr Sieur Cornillon, fitu6 au Grand-Cahos, paroiffe de la
Petite-Riviere, dependance de Saint-Marc. Ce terrain
appartenant a Mme de Woofoin, en vertu d'ordon-
nance de MM. les Gbenral & Intendant.
r Le Sieur Dodart atni, demeurant pres Saint-Marc,
p6urfuit en reunion in terrain, fitu aux Cahos, borne
au nord.du Sieur Britard, au fud du Sieur George, a
I'eff du Sieur Lafaye & & l'oueft du Sieur Dulary. Ce
terrain a ite conc.d au Sieur Salnave, il y a plufieurs
annies & appartient atuellement aux Sieur & Dame
de Wfoofoin, qui n'y ont fait aucun itabliffement.
i Lenomme Augufle Lafond cadet, pourfuit en reunion
uih terrain firue ~ la rivie'e-4-maho, quarter de Jere-
mie, nommn le Gros-Mapou,de quinze centspas carre,
borne au nord & a I'ft du Sieur Martiniire; a l'oueft
par le Sieur Dehaire & au fud par la riviere-h-maho,
concede au Sieur EDutreville, qui ne l'a jamais etabli.
i En vertu d'ordonnance de MM. les General & In-
ttdant, M Baron, Notaire & Leogane, pourfuit en
reunion un t rain Four culture, de la contenance de
cent ving-cinq caireaox de terre, fiue'a la montagne du
Rochellais, bo n" ~ l'cArt des Sieurs Baron &6 Vantelon,
au fid: du' Sieur avelle & aux autres airs de vent, de
qui il appartiendcra. Ce terrain n'a jamais ti etabli par
Vaul Chrifian, MI.. L.~ qui il a Cte concdea au mois
&-FrtFier iy68.
x Le Sieur Drouikiet demeurant en cette ville, pourfuit
en reunion un terrain pour hatte & corail, de 150oo pas
carrds, fitue dans le quartieVe d rs V ettes, dependance
de la Croix-des-Bouquets, au lieu dit le Platon-des-Ra-
vines,- border au nord de M. Soleillet, & d'autres parts
de terres non defignees. Ce terrain a 6 concede le 14
Avril 1770, a DuL" Marie Solillet qui n'y a former au-
cun etabliffement.
1 Les nommis Alexandre de Gaud & Louis, demeurans
en cette ville, pourfuivent.en reunion un terrain pour
emiplacement, fitu4 en la nouvellelle vle dh Pbrt-au-Prince,
no 194., de la countenance de cent vingt pieds carr6s.
Bbrne & l'oueft de la rue Royale, au nord de Ia rue
de Penthiivre, a l'eft & au fud d'emplacemens non
Concedes. Ledit terrain a 't6 concede au Sieur Chalu-
Mieu, le 3 Fivrier 1752.


E F F E TS


P E R DU S,


II a &te perdu le 13 du courant, au board de la mer,
Sl'mbarcadaire Lacombe, une montre d'or, attach6e-a
ii cordon de foie a glands en or, une clef d'or & un
cachet monte fur or. Ceux qui en auront connaiffance
fInt pries d'en donner avis a M" Lacombe frres & Com-
pagnie ; U y aura une portugaife de recompenfe.
11 a ete perdu une tabatiere d'caille a gorge & cer-
Ole en or le cercir servant a encadrer un portrait


de femrie. Ce~r qui 'auroit trouv&e font pris de la
rermeffe a MK. Cotfloul, chez lequel on trouvera du
beau merrain anglais, routes fortes de falaifons de la
Nouvelle-Aigleteere. Ledit Sieur a aufli a vendre un
beau brigantin d'enviton ino tonneaux, don't il fera
bonne composition.
DiM A vD S S;

3 On difireraittrouver un jeune home honnete, ayant
des etudes, l'orthographe & une belle triture. S'adreffer
a l'Imprimerie Roya'e de cette ville.
1 Vu l'annonce que M. Vignaud fait pour partir pour
France, le Sieur Pierre Augier, fon Commis dep-uis long.
temps, defirerait fe placer dans une maifon de com-
nmerce de cette ville, ou & difaut de place, ailleurs.
Ceux qui voudront s'informer de fa conduit, pour-
ront s'adreffer a M. Vignaud, chez lequel il reflera Com-
mnis jufqu'h fon depart.
Les perfonnes qui defirent vendre un attelier de Ne-
gres faits a une fucrerie, ou a la culture du cafe, peu-
vent s'adreffer i M. Cadieu qui leur propofera des lettres
de change fur France, payables d'annie en annee par
o3, ooo livres chaque, fur une bonne mai'on de com-
merce, a Nantes. On achettera depuis vingt-cinq jufqu'a
quarante tetes de Noirs.
On defirerait avoir des nouvelles de M. Mauquid, natifde
ontgaillard Diocefe & Senechauffee de Le&oure, Ref-
fort du Parlement de Touloufe, Ge'nralite d'Auch & Pau
en Beam & Gafcogne, aeg d'environ 5o & 60 ans,
pafit a Saint-Domingue, depuis environ 2 ou 30 ans.
On croit beaucoup qu'il rtait Praticien: il a t vu au
Cap, en 1770 ou 1772. On aurait des affaires de trbs-
grande importance a lui communique. On prie M"
les Cures & autres perfonnes quispourralent en avoir
eu quelque connaiffance, d'en informer M. Goupy, Di-
redeur de la Pofte aux Cayes.

NArIRsS xa C UA' aS M I zI

3 La Prudence, CapitaineAuvrai, eft en charge a Je-
remie pour le Havre, & partira a la fin de Mars pro-
chain. Ceux qui voudront y paffer ou charger pour-
ront s'adreffer & M" Plicque &6 Lemoine, Negocians au-
dit lieu. On trouvera dans leur magafin un affortiment
de marchandifes seches & comeftibles, vin en caiffes
& en barriques.
2 Le Comte-de-Rochambeau, Capitaine Bonfin, partira
pour Bordeaux dans le courant de Mars ou au to Avril
prochain pour le plus tard. Ceux qui voudront y pafler
ou charger a fret s'adrefferont audit Capitaine dans fon
magafin fur la place, entire M" Deymenc & Compagnie &
M" Chanberlatte & Brochier; il previent M" les Habi-
tans de l'Artibonite & ceux de la ville de Saint-Marc,
qu'il a encore du vin vieux & nouveau, i vendre. &
un parti de boeuf fale. Ceux qui voudront lui fare l'hon-
neur de venir dans fon magafin, font affurks qu'il leur
vendra au meilleur compete, voulant terminer la vente
de fa cargaifon.
a La Minerve, Capitaine Faux, partira pour Bordeaux


II-..-` ------i --- -- --.~.-~I-~-.: ...l.-l.~`.--F1~---.r~--~ ----~~







le du moi prochia, pour profiter des a,'urances d't A.;
ce navire eft du powt de 5o tonneaux, a fon troifisme
voyage, tres-folidement conftruit & d'une march fu-
p&rieure, prendra foixate barriques de fucre a fret,
pour prtfaire fan chargeament, du cafe, indigo & cotoin,
il prendra audi des paTfagers. S'adreifer audit Capitaine,
rue Royale, vis-a-vis M. Borgella.
. 2 La Princefe d'Hinin, Capitaine Danglade, partira
pour Bordeaux du 15 au 5 du mois prochain, ce
navire eft bon vollier & commode pour les paihagers.
Ceux qui voudront y paffer ou charger a fret s'adreffe-
ront audit Capitaine, dans les magafins de M. Flon,
rue Sainte-Claire, a cobt de M. Lartigau. Ledit Capitaine
pri! les debiteurs a fa cargaifon de vouloir bien folder
leur compete au p'utbt, afin de lui eviter le defagrement
d'ufer des voies de rigueur pour les y contraindre.
Le Zenit, Capitaine Antoine Bauzan, partira pour
Marfeilie le o2 du mois prochain prefix. Ceux qui vou-
dront y charger s'adrefferont audit Capitaine, en ion
magafin [rue Sainte-Claire.
L'Alkxandre', Capitaine Moreau, partira pour Nantes
a la fin de ce mois. Ceux qui voudront y paffer ou
charger fret s'adrefferont audit Capitaine, qui a ven-
dre une grande chaloupe.
La Diligence-de-Cadix, du Havre, Capitaine Delaro-
que, partira pour ledit lieu, dans le courant du mois
prochain. Ceux qui voudiont y paffer ou charger a
a fret, s'adrefferont a M. Lajard, Negociant en cette
ville.
L'Alliance, de Bordeaux, Caditaine Lal!ane, partira
pour ledit lieu dans le courant du mois prochain. Ce
navire eft excellent voiier. Ceux qui voudront y paffer
ou charger a fret, s'adrefleront a M. Lajard.
i Le Miromenil, du Havre, Capitaine Lecerf, par-
tira pour ledit lieu; du -0 au 25 du mois prochain. Ceux
qui voudront y paffer ou charger s'adrefferont a M.
Mlflac, dansm es magafins du Sieur. Raguenau, Place
de Valliere, qui a de tres-beaux affortimens de porce-
laine & du bon vin vieux de Medoc en barriques & en
bouteilles, a vendre.
i Le Fidelle, de Saint-Malo, Capitaine Lebolloche,
du port de 0oo tonneaux, 'a fon second voyage, ayant
une parties de fon chargement pret, partira pour Bor-
deaux, du iy au 2o Fvrier prothain. Ceux qui vou-
dront y charger aa fret, fucre, cafe, cotton & indigo ,
s'adrefferont audit Capitaine chez M. Dudillot ou a M.
Gabalde, en fon magafin rue Royale, a cOt6 de M.
Cadic,.

A Y x oR 1i.

3 Une manufafure de charronnerie & machoqueterie,
avec les Nbgres qui en dependent, au nombre de neuf,
charrons ou machoquets, ainfi que les mat6riaux, uften-
files & une belle & vafte maifon, fitu6e a Lsogane ,
dans une tres-belle position. S'adreffer a M. Jacinthe
Gaurjon, audit lieu, ou a MM. Gourjon aind & Com-
pagnie, au Cap, qui en front bonne composition, en,
par l'acquereur donnant les firet6s neceffaires & d'ufa-
ge pour les terms a accorder,


3 Dix-fept Negres travalllans i la terre depuis quii-
tre mois, 4 Nigriiions, une Negreffe & fon enfant la
mame'le & une N6gritte un peu couturibre, tous de la
c6:e d'Or. S'adrefler a MM. Rat, Inginac & Compa-
gnie, Negocians a Leogane, qui en front bonne com-
pofition pour du comp:ant, foit en efpece ou en bones
denrees.
2 La totatite del'habitation Dommartin, de la contenance
de cent carreaux de terre fufceptible de culture, doc
I5 en bois de bout, fitu6e a deux lieues de Mirebalais
& a douze du Port-au-Prince y ayant les batimens,
moulins, magafins & cafes a Negres neceffaires, quatre-
vingt fix tetes de Nigres, prefque tous Creoles, nrom-
bre de mulets, chevaux & vaches; ladite habitation
done trois miliers d'indigo, & peut rendre le double,
au moyen d'une augmentation peu confiderable. L'ha-
bitatiop des hiritiers Lafalle, fiirue au Grand-Fond,
a quatre lieues du Port-au-Prince, fur laquelle il y a
quarante-cinq cinquanre mille pieds de cafe rappor-
tans, quarante-cinq Negres don't vingt-cinq a trente
d'elites; des mulets & vaches. Deux emplacemens, i'un
faifant face au fort Sainte Claire avec quarre bati-
mens fiparts, propres a loger quatre manages; I'autre
vis-a-vis le magafin du Roi, faifant l'encoignure des
rues Rouille & Sainte-Claire, lefdites habitations &
emplacemens font a vendre. S'adreffer a M" Laffiteau,
Faure, Odin 6 Compagnie, Negocians en cette ville,
qui donneront tous les eclairciffemens dfirables, fur la
quality defdites habitations & emplacemens ci-deffus
mentionn&s.
2 Une maifon fitu6e au Grand-Goave, fervant depuis
tr4s-longtemps de grand'auberge & boulangerie, deuti
magafins de trois chambres chaque, don't Iun fert de
cuifine & I'autre a mettre des provisions, un troifieme
grand magafin fervant de boulangerie, un four affe;
fpacieux & un puits, a vendre tou( prifentement. S'a-.
dreffer a M. Rmnond, far fon habitation au Grand Goave.
2Le brigantin 'Argo, de 60 pieds de quille & i$
de beau, double en cuivre, a vendre. S'adreffer a M.
Fremon, chez M' Meynardie, Piccard Compagnit, oh
i'on trouvera l'inventaire. Ledit Sieur Fremon, a aufli
a. vendre une jument batarde anglaife, excellent pour
la route don't il fera bonne composition.
Un fonds de magafin, confidant en diverfes marchan-
difes skches & autres, des mieux achalandes de la ville,
fitu6 rue de Frontforts, maifon de M. Fleuriau, n' rt
pres la rue des Capitaines ou Saint-Jean-Baptifle, ap.
partenant aux Sieur & Dame Lartigau, qui vendront le
tout de gr h gr6, & c6deront auffi le bail de pris de
deux ans, de ladite maifon, la charge par l'acqu6reur
de remettre au Sieur -Lartigau I'acquit de fes dettes:,
don't il donnera note d'accord qu'on foit de prix;
offrant de donner un terme raifonnable a l'acheteur pour
ce qui pourra lui appartenir. Le present avis fera infire
trois fois.
Moulins a vanner le cafe, a vendre a 1 'preuve. S'a-.
dreffer au Sieur Guilloteau june, demeurant rue Tire-n
maffe a Belair.
2 Bois iquarris du pays, idem de la Nouvelle-.Orleans,
planches, chevrons, effentes i riz en barils, more fran-







iaife, belle & fraiche, arrivee de Saint-Pierre & Mique;
Ion, huile de poiffon, a vendre, chez M. Cadieu, Nego-
ciant en cette ville. Plus, mules tirant a la chaife, belles
& bones; fils i voile & a folle. S'adreffer au Sieur
Brockard, Marchand fur la place.
Plufieurs. Negres.a talents, tels. que tonneliers, tail-
leurs, cuifiniers, perruquiers & autres; N6greffes cui-
finiere & couturiere, blanchiffeufe & autres a vendre.
S'adreffer au Sieur Hinfant, Huiffier, en- cette ville.

A L o v E R.

2 Une maifon h etage. & balcon-, tres-commode
falfant l'encoignure des rues Royale & des Miracles,
vis-a-vis de M..le Senechal, ocupp6e par M" Martineau
SBl.anchaud.
2 Une autre maifon avec une grande cour, ou fans elle,
fituee dans la rue des Frontforts, occupee ci-devant par
les nommes Fontaine &' Haram..S'adreffer a M.Cadieu.,
proprietaire des deux.


E s c A VE S E I


MA R R ON N'A G E.


2, Michel, Creole, maigre de vifage, ayant quelques
'dents de moins a la. machoire fuperieure; ce. Negre eft
fellier & pourrait fe faire paffer pour libre. On eft price
de l'arreter & de vouloir bien en donner avis au Pere
Prefet en cette ville.
Similien, Creole, age. de 20 ans,. appartenant B M..
'Bourgeois Deflources, Habitant aux Verettes, eft part
,parron de lidi:e habitation depuis environ deux mois.
En donner avis a M. MA.Ltignac, Ngoaciant a Saints-
Marc, ou au Sicur Joullain, Ger.ant de ladite habi:a:ion.
La nommiee, Ca'/hzrin:e S, mba, N-. L. demeurant a
Jriemie, proprietaire des Negres nommes MabiaL, Mon-
dongue, Franpois, dit Sans-Soucis, Michel, & Mar-
guerite, Cr'oles & Marie Franc fie, Mulatreffe fa fille,
prie les peribnnes qui pouri ai-nt cn avoir connaiffance de
ui en donner avis, ayant par-devers, elle un Arret du
Confeil Superieur du Port-au-Prince, en c'ate du 18
Avril. dernier ,,qui I'autorife B fare prendre par-tout ca
elles pilrta dicouvrir lefdits enclaves & meme a em-
ployer la Marechauffie.
Antoine, Creole, ag6 d'enviro* 3o ans,.ta!l e de
pieds 2 pouces, fort & bienfait, marque de petite-
vWrole, la peau rougeatre & fe. difant libre, parti marron
d..ppuis lI 8 de.ce mois de:l'habirtati6n du Sieur Duplan,
dcans les hauteurs de la Charbonniere. En donner avis a
M" Ljcombe fires 6& Compagn'ie, N.gocians en cette
ville, ou au':it Sieur Duplan, a qui il appartient.; il y
au-a tecompnfe-.
Marguerite, Co-go, itampee ..FRAIGNEAU PORT-
AU-PRINCE, pai:ie marronne depuis trois m.-is, di-
fant qu'Ulie allait a Leogane, en pacotille;- & Gr.ce,


~-~t ILC~r~--LI -~ II-~l -~L~C Y llClll~(A1~1111)3(1101~)~


Avec permlffion de M M. les Gdneral 6& Intendant.


AU P O RT-AU-PRIN CE2 DE L'.I M P R ME P I E ROYAL E,


Anglaie, avec fon einfant Ia a tamelle, partly mair
ronne depuis le 2. D6cembre dernier, vendant des
falaifons du cobt de l'habitation firen. En donner avis ar
Sieur Fraigneau, Ha.bitant dans les has de la Charbom.
niCre, ou aux S eurs Hattemann, en cette ville.
Louis, dit Ginga, Congo, e6ampe LAMARDELLE;
Ag6 d'environ 22 ans, taiile de 5 pieds I a 2 pouces.,
ayant de'petites. marques de fon pays fur le vifage,
joli de figure & d'une belle corpulence, ayant un collier
auquel pend un bout de chaine d'un pied & demi, un
nabot &. un malingre ~ une jambe, & les oreilles cou.
pees. En donner avis au Sieur Coutaud, Perruquier en
cette ville.
2Jacquot, Ibo, tampere F. LAROQUE, age de 2
ans, taille de 5 pieds 3 pouces, ayant des marques de
fon pays fur le vifage; & un autre nomme Grand-GoI;t,
etampe J. SOULARD, age de 2.9 ans, taille de pieds
5 pouces,.parti marrons dans la nuit du .7 au 8 .de c
mois., avec un cannot d'acajou, de 24 pieds de longfur
environ 4 pieds de large, ayant trois vojies & tous fes
agres & apparaux. En donner avis au Siur Laroque,
Pecheur, demeurant a Belair en cette ville.

SN I ZM A U X E G A RE S.-

3I1 s'eftechappe de chez M. H'udicourt, Capitaine a
Regiment de cette vile, le Samedi 9 du mois dernier,
un ch.val fous poil alezan, court queue, ckanfrein
blanc, 6tampe du c6te du montoir ICB, tout fellS,
avec un harnais de volee. En donner, avis audit Sieur;
il y aura r6compenfe.
2 II s'eft echappe en Novembre dernier ,des favannes
de l'habitation Solon Beneche, a Saint-Louis, gerte pal M
Mevignac, un mulet fous pcil gris, 6tampe 0 croi,.
En donner avis M'" Lefranc, Habitant aus Baradaires.,
a qui ii appartient, ou au Sieur A. Lomenie, Habitant
audit lieu ; i y aura deux portugaifes de recompenfe.
II s'efit happen dans la nui du 24 au s2 du mois
dernier-, de la. cour de la maifon de M. Thenet, rue Dau-
phine, i Saint-Marc, une mule focus poil bai,tirant fir
le gris iouris etamFe THENE entrelace. En donner
avis a MN' Lbin,, Fi-el&6 tompagnie, ou a M. Soule-,
Geant i'habitalon Thenet aux Peti-s-Matheux.
Ii s'efl &chpp' de Logane, le 7 de ce mois, ine
mule fot:s pod roigce, dtampbe du c'6e du montoir J. P.
Savant unefoullur. fur, le ds. En donner avis au Sieur
Cle:mon, audit lieu..

----'"
DU Pv R A -PR I NC .
M M. les AdmirHirneurs font de retour ici depuisle
13 de ce mois, de la. ournee d'infpeftion quits ont
fate dans la pa:ie clu nord.












LI
? ^a~'S
I $rc



.?-J^ <^


HES

Du Samedi


Poids du


2


aI Olncfs


NOUVELLES DIVERSE.
G R A N D E-B R T A G N E.
L'AmiraL Keppel, eft mort dans le courant d'Ooa-
bre, ag4 de 62 ans:. l'Angleterre perd en lui un tres-
ton Oficier de mer.
Extrait dune Iltre de la Nouelle-Ecofe..
i II fe fait afuellement ici un commerce tr&s-avaw-
tageux, & particuierement a Hallifax,. a Port-Ro(way
& ~ la riviere de Saint-Jean la pe&he de la. baleine &
celle de la morue,qui produit environ mille quintaux,.
(*) font floriffanves. La population, aujourd'hui fept fois
plu, confiderable qu'elle ne 1'erait avant la guerre, ne
laiffe point pour le moment de bled ni de farinede refte,
Ynais avant pen, les Habitans front en etat d'en exporter.
Quant au bois pour les futailles & la tonnellerie, les
foiets de cette Province, cells du Canada & les mou-
lins a fcie qui y font etablis en grand nombre, la
mettront porte- de fournir, pour cet article ,. la con-
fommation de toutes les Ifes Britanniques, pendant plus
d'un file peut-gtre.. Par la mnme raifon, les bois de
conftrufien n'y front pas moins 'communs, ainfi que
le goud on, la poix & la therebentine ,Aans un pays oou
la moiti6 des arbres eft compofee de pins & d'autres
arbres refineux ,,.
Nous avons quelquefois. donned des exemples des
plaifanteries,. fouvent tres-cauftiques,. que les. Anglais fe
permettent dans leurs papiers,envers tous ceux qui don-
nent prife par leur conduite a ces fortes de diatribes.-En
voila une relative au procds que M.. Haftings foutient
au Parlement, iabccafion de fon administration dans
r1nd.,

(V) Il y a fans doute erreur :. mille quintaux ne font
ue ek chargement d'un navire de- to tonneaux. (note du
Reda6ur1.


MERICAINES.

o Janvier 1787.



a' Les Direfteurs du Theatre de Saint-Etienne (')
n'on epargnr ni pines ni depenfes pendant la cl6ture,
p:.ur preparer au Public de nouveaux amufemens. Ils ont
engage.plufieurs Adeurs qui promettent beaucoup; leur
repertoire fra fort rempli. Les coflumes front brillans,
il y aura des plaques & des 6toiles fur prefque tous,
les habits r.-
a. L'ouverture du Th'aere fe fera en Novembre. Le
prologue, de la composition du Soifleur,, fera prononce
par le Direclur. d la Troupe. On y annoncera lew
princ:pales pieces qui occuperont la fcene pendant l'hy-
ver : la premiere eft intitulee 'Empechement', ou le Nababk
dans le Margouillis, par M. Burke, Autour tres-avanta--
geufement connu du Public.-Gette piece a deja ete repe-.
tee & le Public a paru y prend-e gout. Le drame n'eft.
pas fort regulier, mais 1'Auteur a compenfe ce defaur
d'unite par des details tres-piquans. On affure que le'
theatre ferajonch6 au denouement d'une muiitude de-
mortsi Cette Comedie-Tragique fera fuivie d'une nou-
velle pantomime, intitulee, le Diamant, ou 1'Argumenit
irrfifitble (*) ; M. Raflings- terminera le Spedacle pav;
unt danfe. de corde >..


FR A- i C ..


Le Gouvernement s'occupe d'un canal qui doit reunir
la, Loire a la Garonne. Les nivdlemens fe font a cet;
efftt, avec beaucoup d'adivite, dans le Limoufin ou ce
canal doit paffer:.on travailie fans.-relache a celui de la
Bourgogne..
Le Roi a etabli une Ecole-Militaire, fous le titre
d'Ecole des En fans de l.Armih, en faveur de cent enfans,
de foldats- invalides.
L'Acadd mie Franqaife-a decerne 'annde dernmire, le
prix d'encouragement a M.-Roucher; celui d'unilte, quia
etait double,. a Ct partag6 entire M. de la Cretelle pour
fon Difcours fur les prejuges des planes infamantes., &.

( ) Lieu oi fe tienrent les af mblees du Parlement.
S) Ceci eft relatif h un certain diamant qu'on dit quer.
M. Haftligs itait charged de remettre au Roi de la part
d'un Prince Indien, 6' qu'il n'a prefenti a S.. M..B.. qpe
long-temps. apris fon retour 4 Londres.


1^V^S?'P0-4^^ i nT^(rr-Tk^Cr) <^ '1

b / NO 6.


.4c~ifA ^a')*^ i~tr-~~X-~ ;~i--i--r-iP--3-*~cic--i~ii---- -~
++ __ ___^^^ ^^*-^i11*


~L Cll~ll~ll~W31-~ _~ _


ss


~ar~b~ -Y~qIIA~J~LI~ Pb~?~IIII~AIWII~T~d~~ ~)
- -- --'


_


y


O35

+4

atI
gi .ie
S- ~ ^--- vI ~ ii
*-^^^^*-^*^*^-^ 4^







i'. AbbR4 y,-b.mv pour fes S, c-yme. Francais; cciui
,qCi etait define a la plus belle action de i'a,,nde,a ete
renis au j!un Jopf:.h hrijt.esz, qui, come nous 1'avons
rapport, a fauve trois enfans prets a perir fur la gla-
.Ie, dans la piece d'eau des Suiffes, Verfailles; le prix
. pendant x ans, fa mritreffe, que des malheurs avaient
p'ongcg dans la mifere.
M. le Baron de lugny, Gouvernur de la Guade-
l'p-e, & M. Fonlq:.ier intendant de la Martinique,
f difpofant a retourner a.leurs fonCtions., ont eu l'hon-
.r. ir d'de-e prAfentes au Roi, le premier Octobre, par
,. le Marechal de Caflries, Miniftre & Secr'taire d'E:at
.a, d4parrement de la Mar.ie.
On a mis en vented a Paris, a la fin d'O&obre, I'Ex-
p'.ition de Cyrus, on la Retraite des Dix-mille ouvrage
triduit du grec, de Xenophon, par M. le Comte de la
jtLuernc, Lieutenant Gineral des armies du Roi, Gou-
.vrneur-Gonerai des files fous le vent: troifieme edi-
tion revue, corrigee & augment(e, 2 vol. in-i2. [ Ex-
ir.:it du Me'-cre de France no 42 3.
'Le premier volume du Ditiannai-e univerfel .de Poli-
,ce, contenant I'origiie 6' les progress de cette parties impor-
tante de fadmidiflration civil en France, &c. avec un ta-
ibe'au hiflorique de la marniire don't elle fefait che( les prin-
,;ipales Nations de I'Europe, par M. DeJf/arts, Avocat.,
Jl1embre de plufieurs Academies, a paru a la fin d'Oc-
tobre. Entr'aurres articles intereffans, contenus dans cet
iouvrage, on a remarque que la l6giflation tres-abrege'e
concernant les Comediens, content plus de too pages
in-4, & qu'il n'exifte pas autant de loix pour gouver-
ner I'Empire immenfe dela Chine. On pourrait croire,
d'apris cela, qu'aucune fociete n'eft plus police, & que
tout fe pafle parmi les Comediens, dans le meilleur or-
dre; que les querelles, la jaloufie, les cabales, les
negligences, l'impudence ne s'y montrent jamais, que
chacun faith fon devoir fans difficult. Ce ne font point
ces observations qui nous engagent a parler du Dic-
tionaire de Police : nous avons voulu anooncer cet ou-
vrage comme un repertoire tres-utile a tous les Jurif-
confultes, & que la plupart des Citoyens doivent fe
procurer. En lea lifant, ils y trouveront du plaifir &
de l'avantage.

SQuelques Journaux ont donned pubicit ~a la ettre
fAivante.
c J'ai 1'honneur de vous prier d'annoncer dans un
.de vos premiers Journaux, que j'ai fait la decouverte
d'une machine tres-utile pour les perfonnes qui font
obligees d'entreprendre de longues routes a pied. Cette
machine, a qui j'ai donned le nom de Graditive, faci-
like tellement la march, qu'un homme, mee pen vi-
goureux, peut, avec fon fecours, parceurir l'efpace de
6o toifes en moins d'une minute & davantage, fuivant
I'acion qu'on faurait donner a la machine, La conftruc-
tion en eft tres-fimple & tres-faile ce qui en fait le prin-
cipal merite; d'ailleurs la modicite de fon prix la met
a portSe de tout le monde. II n'eft point de petite bour-
gade ohi il ne puiffe fe rencontrer des ouvriers affez
adroits & affez intelligens pour I'excuter avec jufieffe
prtcifion & foliditi. Cette machine peut encore-utile-
pnezt fervir a des perfonnes qui ayant 6te eftropiees
pnt de la difficult a rmarcher, a ceux qui ayant des
pors aux pieds, font fenfibles i la march; elle peut


e:re utile'aux perfonnes de tun & de fautre fete. Quoi.
que- cette decouverte n'ait ni le merite ni le brilliant
des voirures aerienes, elle a plus de folidit & de ref.
forces. Je me propofe d'en fire graver Je module &
d'y joindre le detail neceIfaire poursen fervir utilement,.
.A Cette gravure & ces details front I'objet d'une
foufcription au nombre de 5ojo exemplaires. Le p'x
fera de 4 1. 4 f., & j'indiquerai un Notaire a Paris,
ch-rgi d'en recevoir le prix. Signi, DE LA BRYETTE,
Phyficien a Tours.
ST A T S U VN s.
M., Adams, Miniftre des ttats-Unis, pres de Ia Cour
de Londres, ayant demand que les Anglais evacuaffent
les forts qu'ils occupent en Amerique, a requ pour
reponfe qu'on fatisferait a ia r6quifition, quand les
AmnricaiRs auraient execut6 les articles du dernier traite.
Les Sujets de la Grande-Bretagne, qui ont des biens
& des creances dans les Etats-Unis, font aux Ameri.
cains differens reproches que nous nous abftenons d'in-
krer ici, a caufe de leur longueur.
Du Po r -A v-PRt c z.
Riponfes aux queflions infirees dans le n" Cr des Affiches
Americaines, relativement i la fabrique dufucre.
o Le vefou n'eft-il, au fortir de la canne, que du
Sfucre criftalifable, diffous dans l'eau furabondante ?
Je fuis pour l'affirmative de la question. Pour en etre
convaincu, que I'on faffe attention aux progress fucceffifs
de. I'op6ration des chaudieres. Lorfque la matiere eft
mife en action par le feu, peu de temps apres que le
baflia s'eft vid6 dans la grande, I'vaporation devient
fenfible, file chauffage eft bon; & fi l'on a fufpendu
au-deffus de cette premiere chaudiere une glace, ou
une planche de metal unie, on y voit bientot une par-
tie de 1'ivaporation s'y fixer. Soyez affez prompt pour
ramaffer ces exhalaifons, & vous verrez fenfiblement
que ce n'eft qu'une eau claire, d'un gout un peu amer,
il eft vrai, mais don't l'amertume a pour caufe un fai-
ble extrait des corps hetirogenes. Suivez votre experience
dans la propre, dans leflambeau, dans le firop & dans
la batteries, vous verrez, en obfervant,la diminution
progreffive que i'evaporation fucceffive occafionne, que
le vefou n'eft reellement que le fucre criftallifable di-
vi(f & difperf6 dans la furabondance aqueufe; que l'ope-
ration principal, des, chaudieres eft d'vaporer cette eau
pour faciliter le rapprochement des corps homogenes,
pour les difpofer a I'epaiffiflement & bientot a la crif-
tallifation.
Voila ce que jaai cru voir dans IVexperience que je
viens de faire. J- puis me tromper affure'ment, mais
d'erreur en erreur on parvient a la verite: tell eft la
march lente de 1'efprit human.
Je me prepare a rkpondre aiifia toutes les questions,
par chaque ordinaire.
Au Cap le ii Janvier 1787. Signed, B . .
Extrait dune lettre au Ridafleur.
cc II y a en mer, & vous le dire, M. n'eft pas vous
l'apprendre, une forte de necekffite de reflechir & de me-
diter, pour carter I'ennui. Tout le monde en a le droit,
fans en recueillir le mime fruit. J'ai voulu comme un
autre, profiter de mon droir, reflech'ir, & ccmme bien
d'autres, je n'ai pa., tire grand parti de mes reflexions.


~_I ___ ~ _ _I~_~_j____r _CI_^^ I___~CI~








I


Pouces.


Janvier.
Fivrier.
Mars.
Avril.
Mai.
Juin.
Juillet.
Aout.
Septembre.
Oaobre.
Novembre.
D6cembre.


Total


Lignes.
6
II


& demi.


&
&l
&


demi.
quart.
demi.


i 9 & demi.

32 a o & x quart.


low


Cependant je prendra' petit-ere la liberty de vous fair
part de quelques-unes fur le lock, les cartes d variation
& le moyen de calculer facilement en mer la distance,
d'une terre, quand on en connait la hauteur, ou la hau-
teur, quand on en connait la diftance. Les locks ordi-
naires ne peuvent A're juftes. M. de Gaule, en a in-
vent6 un dans lequel on trouve une preuve de plus de
fon g6nie; mais, outre qu'on ne peut guere s'en fer-
vir, lorfque la mer eft ce qu'on appelle grof, c'eft
qu'il faut le placer a l'un des cotes du navire, & il y
a niceffairement une refiftance quelconque qu'on 6vite-
rait certainemenr, en placant un lock devant & dans
I'etrave nmmre. Je me bornerai a vous dire, lorfque je
pourrai m'en occuper, de quelle maniere je le con-
Cois, & fi mon project n'eft pas faux, les perfonnes de
I'art pourront 1'evecuter. Je n'ai d'aurre pretention que
celle d'etre utile. Au Cap le i Janvier 1786. Signe, C....
Extrait de l'Arret du Confeil Superieur du Cap en date
dN ti Dccembre dernier, qui prof/rit les demands en
validity de fai/ie-exdcution.
LA COUR, faifant droit fur les plus amples conclufions
iu Procureur-Genbral du Roi, ordonne que le titre tren-
te-trois de l'ordonnance civil de 1667, concernant les
faifies-executions, fera excate felon fa forme & teneur;
en conf6quence, que la vente des chores faifies fera
pourfuivie dans les delais & dans la forme portie audit
titre, fans qu'il puiffe 4tre pris par les faififfans, ordon-
vance des Juges pour faire d6clarer les faifies-executions
valables, a peine de nullit6 des procedures faites fur les
demands en validity de faifie, & de repondre des
dommages & intircts pour raifon de retard & des frais
qu'elles auront occafionnes, & en outre, d'interdiiion
& meme d'amende centre les Huiffiers & les Proct-
reurs qui auraient donned cette extenfion aux formalities
prefcrites par l'ordonnance.
Ordonne qu'h la diligence du Procureur-Gen6ral du
Roi, ledit arret fera envoy aux Sieges des JurifdiAions
& des Amirautes du effort, pour y etre lu, publiC
& enregiftre, iuivi, & ex6cut6 & en outre ,fignifie aux
Procureurs, en la perfonne de leur Doyen, & tranf-
crit fur les regiftres des bourfes communes des Huif-
fers; enjoint aux Subilituts du Procureur-General du
Roi efdits Sieges d'y tenir la main & d'en certifier
la Cour dans quinzaine.
M T RO R O LO G I E.
Eaux de pluie tombles au Port-au-Prince, pendant 'anne'
1786, mefurees par le Ridatlur.


pluie tombe'es a Le'gane, pendant la mCm' annee,
mefuries par M Bauffan.


Jours.


Janvier.
Fevrier.
Mars.
Avril.
Mai.
Juin.
Juillet.
Aout.
Septembre.
Odobre.
Novembre.
D cembre.


Pouces.


4


Lignes.


6
9
7
8
4


10
19

I


Total,


Le plus fort orage a eu lieu pendant le mois de FC-
vrier: il a donned 36 lignes d'eau.
Nous prions les perfonnes qui fe font occupies, pen-
dant l'annee derniere, d'obfervations meteorologiques
de nous les envoyer, pour les publier par extrait. C'eft
particulierement le rapprochement de ces observations,
qui les rend intereffantes : elles font connaltre quels
font les lieux qui font les plus chauds, les plus froids,
les plus fecs, les plus humides. L'Agriculture, la Phy-
fique, la M6decine & la Politique en tirent des induc-
tions utiles. Que ne donneraient point les Amateers de
ces Sciences, pour avoir un Precis d'obfervations me-
teorologiques faites dans la Colonie, depuis 25 ans?
On verrait que la temperature a change d'annee en an-
nee, par les etabliffemens. En reconnaiffant que les
pluies ont diminu6 dans tel quarter, on en recherche-
rait les causes, il ferait facile de les trouver & pent-
etre d'apporter remede aux changemens prejudiciables a
la fante des hommes & a 1'Agriculture.


B E LL E S-L E TR E S.

Depuis le Capucin Rubriquis, qui fut un des premiers
Europeens qui pen6trerent I la Chine, jufqu'aux der-
niers voyageurs qui ont donned des descriptions de ce
vafte Empire, on s'eft beaucoup occupe'des moeurs de
ce Peuple intreffant fous quelque point de vue qu'oa
l'envifage : les notions que nous en avons font cepen-
dant peu r6pandues, parce que ceux qui nous les ont
fournies, fe contredifent pour la plupart, & que l'on
n'a fu auquel accorder de la confiance. Une autre raifor
qui empeche que les moeurs des Chinois ne foient connues
par ceux qui ne fe font pas appliques a les approfon-
dir, c'eft que tous les ouvrages qui en traitent, font
tres-volumineux. Les gens du monde ont peu de temps


c~- -I


31
Le plus fort grain a eu lieu le 28 Ao't: i a dcne
a pouces z lines. Le .6 Juillet, ii eft tombe qulques
grains de grele. Les fecouffes de tremblement ont ife,
pendant lannie rares & peu fortes, en comparaifon de
celles des annees precedeiites.


Eaux de






^6
ou de volonti pour lire. Depuis loFl-temps, on attend;
dait avec impatience, que quelqu'un raffemblat dans
un court efpace, tout ce qu'il ya de plus curieux a
favoir fur ces countries, qui meritent tant d'etre con-
sues, c'eft ce que M. l'Abb6 Grofier, Chanoine de St.
Louis du Louvre, vient d'executer,. en publiant une
Defcription general de la Chine, ou Tableau de I'etat ac-
tuelde cet Empire, en un volume gros in-80 de 79,8 pages.
Nous allons en extraire, d'apres les Journaux qui en
ont parle, tous les endroits qui nous out paru fufcep-
tibles de donner-une idie des moeurs., du gouverne nent
& de la politique des Chinois. Nous. ne. pourrons nous
arreter aux defiripdons geographiques &, topographiques,
parce qu'elles donneraient trop d'etendue a cet article,
& que d'ailleurs, les bons livres,de geographie peuivent
y fupple"r.
Nul Potentat ne jouit d'un pouvoir plus illimit que
'rEmpereur de la Chine.'Toute puiffance refide en lui
& en lui feul.. 11 eft 1arbitre de la vie & de la mort
de chacun des individus. qui component la -nombreufe
nation qu'il gouverne, & par une fuite heureufe de ce
pouvoir tans bornes, nulle sentence de mort prononc~e
par les tribunaux, ne peut &tre executee fa!s fon aveu..
Soins prodigieux dans un Empire auffit e6t:du, & don't
fuivantqueiques voyageurs, la population eft aufli con-
iderable que ceile de l'Europe etiere, mais foins n6cef-
faires pour oblige, les, tribunaux a fe furveiller eux-
minmes.
Les arrAts pfrement ci;vils font fujets i la meme rd-
vlfion.. Aucun d'eux n'a de force que I'Empereur ne
1fait confirm&. Ceux qu'il pronence au contraire, font
Ax&cuts. fans delai. Chaque ordonnance qui- mane du
trrne, eft pour tout le nefte, un oracle facr6. On. les
enregiftre, on les public fans retard ,.fans reprefenta-
lions. L'Empereur difpofe feul de toutes les charges de
I'rat: il &tablit les Vice-Rois & les Gouverneurs ;
les change & les deftitue a. fon gre;; il a le droit de
fe choifir un fucceffeur, ou parmi fes enfans, ou dans
le refte de fa famille, & memre parmi fes autros fujets,
& il peut encore reoenir de. fn choix,. nommer un au-.
tre fuc.ceffeur, & le premier eft enticement oubli..Dans
tout cela, nous voyons bien que la loi n'eft autre chofe:
que la volonte du Defpote;. mais nous n'y voyons pas
'empire de la. loi, qu'on veut appeler defpatifme legal.
La dignity de. Prince du fang eft generetlcment r-,
Wvree a la Chine. Toutefois, ii depend de 1'Empereur
d'empecher celui qui, la nature. l'a donni, d'en pren-
tire le titre. Ceux meme a qui lion permit de le con--
ferver n'ont ni .puiffance ni credit:: iisjouiflent de re--
venus proportions. leur rang; ils ont un palais,,des
officers une court : a cela press moins d'autorite qpe-
)e dernier, des Mandarins. II n'y a que deux ordres a,
la Chine: Ia Nobleffe & le.Peu),le; mais la, premiere
n'eft pas her&ditaire (*),c'eft l'Empereur qui la donne,
uo qui la. continue. Un fils n'a pas le droit d'afpirer a
( ) Excepti parmi 4s, defcfdans de Confucius (Note
su Redaftaur ),.


~'~~~c -"""1"~~-'~""~""51~"""r"b7~lenrrm~F^1-. ~~___


Avc per miffon de M'M. lts Generalt lintendant..


AU P ORT-AU.- RINCE.,, DE. L'L M P.BL E IE ROYAL.E,.


et emplo parce que fo phre s'y eft diftingu ; I1 dot
fe montrer en 6tat d'y briller lui- mime.
Ce font les Mandarins de Lettes & ceux d'Armes,
qui component ce qu'on appelle la Nobleffe; mais il s'en
faut de beaucoup qu'un Mandarin de guerre jouiffe de
la meme confide&ation qu'un Mandarin Lettre~. Lamo.
rale & Tinftru&ion 6tant la premiere bafe de: la Poli.
tique chinoife, ce fifteme de Gouvernement a df faire
accorder la preference aux Lettris qui, devenant plus
utiles pour administrationn interieure, y tiennent le pre.
mier rang & jouillent du plus grand credit. Pour arri-
ver I ce grade,, il faut en avoir franchi plufieurs au-
tres, tels que ceux de Bachelier, de Licenci6, de Doc-
teur. Plufieurs Gouvernemens viennent-i's a vaquer,
on en informed rEmpereur, qui appelle a fa cour un
pareil nombre de Lettres infcrits fur la. ifle. On place
dans une boite le nom des Gouvernemens vacans; les
Candidates tirent chacun a leur tour,, & chacun eft elu
Gouverneur de la ville dent le riom li et 'ef hu. .11
exifte huit ordres de ces Mandarins, & c'ief fur eux
que role toute l'adminiftration de la Chine. L'hom-
mage que rend le Peuple a tout Mandarin en place ,
eft prefqu'egal a celui qu'on rend a i'Empereur
meme.. Le grand nombre des Mandarins Lettr6s ne nuit
pas aux hommages qu'ils exigent. Leur nombre n'eft
gumre au-deffous de quatorze mille, & la v6n&ration.
que le people a pour eux ef toujours la meme..
Jamais les Mandarins d'armes n'ont la plus legere part
au gouvernement de l'at. II y' a plus,. leurs tribunaux.
font furveilles par des, Lettres.. Ainfi tout concourt a
rendre le Chinois doux & pacifique. 11 eft fourbe avec
beaucoup de docility, fripon avee beaucoup de gra-
viti, & lIche avec beaucoup d'urbanit..
Le nombre des troupes de-cet Empire ex cede 7oo0,0oo
homes, bien vetus, bien pays, bien arms. Mais
ces troupes nombreufes ne font que pour Ia montre
& I'oftentation.. Eiles ne fervent guere qu'd paffer des.
revues de parade,, oi l'on vifite leurs armes. Si quel-
ques-unes fe trourven en #auvais etat, cette negligence'
eit ai infantt menie punie par 30 ou 40 coups de bU-
ton, file coupable eft Chinois,. ou Epar autant decoups.
de fouet s'il eft Tartare,
Chaque parties de L'adminiftration a fon tribunal,, &.
chaque tribunal fupreme a fon. Cenfeur. Cet un offi-
cier purement pallff, qui ne decide ren mais quu
obferve tout.. II aflite a toutes les aIembles, en revolt
tous les ades, ne fair aucune observation. au tribunal
fur ce qu'il peut y avoir d'irrgulier, mais en informed:
fur le champ P'Empereur. II 1Iinforme egalement des
fautes que. les Mandarins commettent, foit dans l'ad-
minifiration publique des affaires de I'ltat, foit dana,
leur conduite particuliire.. Ces rigides Cenfeuis fontre-
doutbs & refpeBes de tous les Ordres de l'tat.. On ne:
les deplace jamais. que pour leslever a de plus hauts
grades. Leur moindre fort eft de refter dans leur em-
ploi, & cette ficurite foutient le courage qu'ls dpoloyent!
contre.les abus.
La fuite j. ifordinaire prochain..





37
c1 ci ----*|--olII yi-,1 _L Fi* *


AFFICHES A

/c- DDu Jeudi z<



Prix de March4ndifs dei Co!onie, au Port-au-Prince*.
Sucre blanc, premiere quality; 68 a 72 1. feconde, 60
a 65 1. troifitme, 45 a ol1. brut30o, 35 1. Lndi,;o bleu,
xI 1. 'a cuivr6, 9 1. a IQ 1. 1oi. C afe nouveau, 1t f. a
,. f. 6. vieux 2o0 2. f. Coron, .5o a 265 liv. Cuirs, 9 1.


PrNx des Marchandifes de France, au Port-au-Prince.
Vin vieux, 132 a 8o 1. nouveau, 72 o 90. Farine
de Moiffac, 95 a ioo 1. commune, 80 a 85 1. Boeuf fale,
70 a 75 1. le baril.,Petit-fale, 24 a 27 1. 1'ancre. Beurre,
a 25 f. laiv. Huile, 4 'a 51o. le panier. Savon, 45
a 5 ol. la caiffe.
Course du Fret. Sucre blanc, to a ti d. brut, to 'a t
i. Indigo, 24 a 3o d. Cafe 1o a d. Coton, 24 a 3od.
N kG c a M A R R N S.

A Saint-Lous, le 26 du mois dernier, eft entr
]a Geole, un Negre nouveau, Thiamba', etampe fur !e
fein droit illifiblement, taille de 5 pieds 2 pouces, ayant
des marques de fon pays 'fur la figure & fur le venture,
ne pouvant dire ton nom ni celui de fon mal:re.
A Jacmel, le 6 de ce tois, un Negre nouveau, fans
&tampe apparent, age de 3o ans, ne pouvant dire fon
nom ni celui de fon mattre: le 8, acques, Congo,
etampe fCr le fein droit BANGE & fur le gauche
IOVRNIE, age de 36 ans, taille de 5 pieds, borgne
de fceil droit, fe difant appartenir 'a M. Fournier, au
Port-au-Prince; & deux Negres nouveau, etampes
fAr le fein droit V.I. au-deffous BAINET, ages de 24
a 16 ans, taille de 5 pieds i pouce, ne pouvant dire
leur; ncms ni celui de le-a maitre: le 13, un Negre nou-
veau, etam p fur le fe'n droit, autairt qu'on a pu le
difiinguer ,CAFDEBS, au-dtffous PT. GOAVE & fur le
gauche, autant qu'on a pu le diftinguer, AR entrelacks.
A Saint-Marc, le 8 de ce mois, Denis, Creole, 6tam-
p fur le fein droit R. LETORT, Ag6 de 0o ans, taille
e 4 pieds to pouces, fe difant appartenir a M. Letort,
aux Cahos: le us un Negre nouveau, Thiamba, 6tamp6
fur le fein droit L.E.S.T.R, au-deffous ST M, ag6 de 22


MERICAINES.


Janvier


1787.


ans, taille de 5 pieds, ayant des marques de Ton pays
fur la poitrine, ne pouvant dire fon nom ni celui de foa
maitre; & Jean-Pierre, Creole, etampe fur fe rein gau-
che d'd, au-deffous Ia-IiOD, & fur le droit illifible-
ment, age de 25"ans, taile de 5 pieds, fe difans appar-
tenir a M. Fievre, l'Arcahaye: le 13, Lubin, Amine,
etampe fur le fein droit L3NO d 3ITV, fgg de 22 ans,
taille de 5 pieds I pouce, fe difant appartenir au Sieur
Chapotot, au Port-au-Prince: le 14, un Negre nouveau,
Congo, &aampe D. NIAIS, age de 24 ans, ayant ui
ulc&re au jarret droit un coup de manchette fur le
gauche & diverfes bleffures fur le corps, ne pouvant
dire fon nom ni celui de (on ma~ere; & Jerome, Creole,
6tampe PINSON, au-deffous AST MARC, age de 8
ans, taille de 4 pieds to pouces, fe difant appartenij.
a M. Pinfon.
La Negreffe nouvelle, en piifon du'4 Janvier, inferi
dans le n 5, eft etampee D. NIAIS.
Au Port-au-Prince, le 9 de ce mois, un Np gre noi~
neau, Nago, etampe fur le fein droit CHEVRY & fur
le gauche MIRBALAI, ayant des marques de fon pays
fur la figure, ne pouvant dire (on nom ni celii de for
maitre: le 13, Caflor, Congo, tampere MONTEIL, fe
difant appartenir a M. Brunet, en cette ville; & Zator,
Congo, fans etampe, fe difant appartenir au nommb
Pierre, M. L. a Leogane : le 15, Jean, eampe fur le
fein droit GIRAUD & fur le gauche MEINGUY, fe
difant appartenir a M. Duthil, a la Croix-des-Bouquets;
& Pier Creole, etamp6 F VISSIERE, fe difant ap-
partenir au Sieur Pierre, aux Gonaives: le 16, Lucas ,
Creole, 6tampe fur les feins & fur la joue MONLIARDE
fe difant de I'habitation Monliard: le 19, Lafleur,
Ib,, etampe ERNOUF, fe difant appartenir a M. Ernouf,
caboteur: le 20, Jacques, Congo, tamper ICARD B,
fe difant appartenir a M. Icard; & un Negre nouveau,
Congo, tamp6 TRUBLET, ne pouvant dire fon notA
ni celui de fon maitre; & Roymond 6* Pierre, congo ,
etamp6s DESSERT, fe difant appartenir au nomm&
Desert, a Mirebabais: le 1t Francois, creole, &tamp6
c. AQUIN & d'autres etampes illifibles, fe difant appar
tenir a M, Bordes, a Liogane.


Lai~C ~ ~E`YYla rL~L~r I~irici~ribr ~tl~S


a~E~BAb~s~39~kil~e~L~aEIRlg~






"A f M A v x x P v 1e

A Saint-Louis, le I de ce mois, il a kt conduit a
la Geole., une jument & fa fuite pouliche,, fous poil
qouge, agran4e queue, la jument etampee.au montoir
BS & de lautre cot6 .%., la pouliche, etamp6e du co6e
du montoir BE.
Au Port-au-Prince, le I de ce mois, unejunment fous
poil gris-de-fer., atampde d'tampes efpagnoles; un che-
val fous poil .bai-blanc, t&i PA.: le 16, une hour-
,ique fous poil gris-de-fer, ,tampie autant qu'on a pu
Ie difinguer,PS; une idem, mime poil., etampee DS;
un cheval fous poil brun, court queue, tapee AP
entrela.ces; & une jument fous poil rouge, 6tamp6e %M,M
ou IIM :le 18, ,pu myl.et, fous poil gris, &tampe hours
le mnontoir Ic:: le 2o, un cheval fous poil rouge, 6tam-
p6 R3.I; & un mulet fous poil bai-fouris, etamp6 FP.:
2r, un bourriquet fous poil .ougeatre, etamp6 illi,-
fiblement; & une mule fous poil brun, &tamp6e iUifi-
blement, ayant une qreille fendue 4- .des marques d'an-
siennes bleffures fur le dos.


S P E C T A C L E.
Les Comediens de .cette ville.donneront Mardi prochain
3o de ce mois, au ben6fice du Sieur Durofier, une pre-
minire Reprefentation de la Carayanne du Caire, Grand-
Opira,en trois ates, paroles de M. Marmronel., mufique
de M Gretry. Quoique ce genre de ,Speiac.le femble
pr&fenter des dificult6s prefqd'infirmontables fur les
Thitres des Colonies, le Sieur Durafier, feconde des
foins & du zele de fes Camarades, ofe affurer que peu de
Reprefentations auront&te executes avec l'enfemble, la
precision & tout le brillant qu'exige cette Pice,.
Les Comedieps de Saint-Marc, donneront Lundi 29
de ce mois, au beneficee du Sieur Schoubert, Muficien,
.ane premiere ReprCfentation-de Felix ou ifEnfant trouyd,
Grand-Opera, en trois aAes, paroles de M. Sedaine,
mtufique de M. Monfign.y,,orni de.toutes les decorations
& du coftume analogue : ce Spe&ale fera termine par
.
la Serenade Champetre ou le Pupitre Magique, PQt-Pour-
nia grand-orcheftre, arrange pur ledit Sieur Scoubert. Si
in exrreme defir de varier les plaifirs du Public, peut
.tre un titre a Ces yeux, le Sieur Schou'ert nen r cla-
me point d'autre pour-meriter fes bones.


Les Avis, pour etre inseirs dans les Affiches .Amricai-
mes, doivent atre remis.a IJmprinreriejufqu'au 'Lundi foir;
. ceux qu'on apportera aprr s cette epoque, fernt reculs de
uitaine, 6& on n'en recevr4 aucun qui ne foit figfi..


A VIS


D IYA~c~ R $.


ta Bains Publics a l'infar de Paris, fitues rues Royale
& de Bonnefoi, maifon qu'occupait ci-devant la Dam.
'Pommier, tenantla grande auberge, en gette ville. L'En-
trepreneur n'a rien negllge pour que .lordre & la pro-
prete regne dans cet etabliffement don't cette.Capitalea 6et
prive jufqu'a ce moment, & qui eft i utile a la fante.Les
Bains feront ouverts a touteheure, pour la commodity
publique. I1 y a des chambres a un & 2 bains. L'abon-
Aement de xt bins .ft de 33 liv. ,eui de 5, de .16 Iiv


r I.-.-r-


to oi ; Jos & fQr rif Eeul4. I. a f'.6 Os opuordit
difpofer des' billets.
3 M" les crianciers dela fucceffion du Sieur Geodet
vivant, Nkgociant au Petit-,Goave, font pris -de fire
connaitre M' de Beffas, Avocaten Parlement & Prov
cureur audit lieu du Perit-Goave, la nature & le montant
de leurs cr6ances, pour qu'il puiffe prendre les mefures
les plus propres a leur en procurer le payment h tur
j& mefure qu'il touchera des fonds de cette ;fucceflion,
en vertu de, l ,procuration qui lui a cte-donrme a ce
fujet.
.3 La ferme de la maifon &boulangeie desmiineurs
Leroux, a L6ogane, cidevant rigie par M" Dadinis
& Compagnie, ayant 6te adjughe & M. Baudry, Nigo.
ciant de cette ville; en confequence il a l'honneur de
prevenir M" les Habitans & N6gocians, qu'il a tranC.
fire fon domicile audit lieu; ce changement de local
n'occafionnera .aucun relachement aux qualities effentielles
qui concourent a la fatisfa&ion des commettans, &
.dont l'analyfe et- vraiment inutilee ;orfqu'il s'agit de
parler de foi; il fe borne a offrir fes services en ce
quartere, aux perfonnes qui voudront bien honorerr de
leurs ordres : il fera tonjours muni des anarchandifes
de confommation, au traitement le plus mod6r poffible,
3 En vertu de deux arrests rendus au Parlement de
Provence les 3. .Aout x785 & x1 Juillet 1786, centre
le Sieur d'Ailhaud, Baron d'Antrechaux & du Cafte-
let, .& d'arrt de la Cour du Confeil Supirieur de cette
ville, du 4 Decembre dernier, qui permit de imettre a
execution dans '&tendue de fon reffort les arrt&s fufdates.
Les fyndics diredeurs des creanciers unis dudit Sieur
Baron d'Antrechaux & du Caftelet, reptifentks par le
Sieur Daubigny, .Entrepreneur-Genral .du Remide uni-
verfel ou nFodres d'Ailhaud demeurant & Marfeille4.
fuite & diligence des Sieurs Delifle 6& Liman, Nego-.
c.ians en cette ville, opt 'honneur de pievenir le Pu-
blic, queils font autorifes par les fufdics arr^ts du Par.
element de Provence, a faire faifir & arreter toutes les
P.oudres generalement quelconques, fous tellss marques
qu'elles puiffent fe trouver, & notamment.celles etiquet.
tees : Colonie Saint-Domingue; bon pour dix prifes dd
ipa Poudr.e quator e ,iyres ournois. Sipe, d'Ailhaud,
Baron du .Caflelet, qui autont et6 exporties dans cette
.Colonie, .& qui y front vendues par d'autres que par
leurs Commis .ou leurp prkpofes. Le prefent avis fera
infere trois fois dans a Gazette, afin que ceux qui
peuvent en .avpir en depot, n'en preetlent caufe
ignorance.
3 Le Siear .Corbel .de Kret, Negociant a J&rkmie;
comee charge de la liquidation des affaires de M" La-
comhe &6 Miranda, ci-devant en fociete audit lieu de
Jeremie, par pouvoir.defdits ci-devant affocies, en date
du 29 Odobre dernier, confirmed par sentence arbitrale
du 2t Dicembre aufli dernier, previent les dhbite.rs
a ladite focite de payer de fuite entire fes mains, pour
eviter a fiais de .uftice, & les perfonnes qui ont ,des
competes a regler ou qui fe trouvent creancieres de :la-
dite' focit6e,.de lui fare connaltre leur du par la re-
mife de leurs competes courans ou bordereaux .certifies,
pour .qu'l puiffe proceder a la liquidation des affairs
de cette fociet..
3 M' Fournier, ci-devant Procureur par interim ea
ce Siege, vient d'&tre nomm aux places de Notaire
{ Subititut .du QaPqcureur.du Roi a Jlermie, oblige, dg







, ttiri 6us pen de I'urs pour Wedit ieo; prie les
perfonnes qul l'avaient honor de leur confiance de fair
Petirer de Con etude les pieces & doffiers'qui leur appar-
tiennent & de reggler avec lui..
5 Ja Dame Sainton Marchandede Modes & Couturiere
en robes, arrivee depuis peu de la Nouveile-Angleterre,
demeurant rue Royale en cette vitle, dans la feconde
mnaifon au-deffus de la rue de Bonnefoi, a l'honneur de
prevenir le Public,:qu'elle vientd'y ouvrir une boutique
de Modes; ille taille les rob]Ss 'a la franyaife & 'a Fan-
glaife, & prendra des apprentice. Le Sieur Sainton, ion
Mnari, Confifeur,. tient dans le meme magafin une infi-
nite d'articles analogues a fon etat;. i executera avec
exa~fitude & diligence les- ordres qu'on- voudra -bien lui
donner.
2 A la re!qutee de la non'mee'Margueritt, dite Liio-
quois, N. L. demeurante a Saint-Marc, il a ite le a de
ce mois proccde a la Barre du Siege Royal de ladite
ville, a l'adjudication du bail a fermne volontaire de S8
efclaves, denommins en la carte-bannie, dont on pourra
prendre connaiffancechezr M'Riviires- des Rofeaux-,.Pro-
cureur audit lieu;.
B M" Daubagna, Tigaitwt Compagie,- oht 1'htifneur'
de prevenir les perlpnnesqui doivent aux cargai'ons des
riavires le Marquis- d-la-Fayette la-ville-du- Prt-au-
Prince, It Jeune-Alexandre, le Meilieur-Ami & le. Dun-
Skrquee, d'avoir la bonte d6 les 'older, afin de leur evi-
ter le d6fagrmen't de les y contraindre par les voices de
droits; lefdits Sieurs ont toujours d'excellens vin vieux
& nouveaux-ea barriques- & en caiffes ,~ du riz--de-la
Caroline, nouvellement arrive..
SM Salvan d:- Jonquieres, P'rocireu' enila S .--
chauffiede Jeremie ,.al'honneur de pr6venir les per-
fennes denuees de facultes pour plaider, qu'il fe char-
gera volontiers de- leur- defense a tire gratuit,. dcfirant
par cet a&e de bienfaifance &- d'humanite, donner, au
public un t6moignage de fa.reconaaiffance..
I Le Sieur-Lavelle, nt Couturier, prvient M. Deflouth s;
Habitant au quarter de Nipes, & M. Ducoudraijeune,
1Ngocia ant a Rochellais, meme quaotief que c'eft & tort
qu'ils pourfuivent en reunion un terrain qu'ils difent
appartenir a M., l Rol,, Habitant au Pins, ow a M.
Auguflin Mortau;, pluifque cette conceffion lui apartment
par ancienneti de titre, qu'elle eft arpentie & plantie
en vivres & caf 'depuis environ deux ans; il aarait eu lieu
de croire que ces M" ne pourfivaient pas fa terre en
reunion, fi les abornemens qu'ils donnent dans leurslavis
itarf&6s, dins' les Afches Am6ricanesi, is 5 &2' s
a'etaient les mn6mes..
S- A la requ de du Sieur fiePtrDival, H abitant au Cult'
de-Sa ,-au norn'&. conimme tuteur du Sieur Aiexandre.
Dival Menage-, -il fera le Samedi z7 de ce mois, procde
'a la Barre du Sikge de cette ville, iffue d'audience-; au'
ba6il .a ferme poa 5- annees*, d'u-a d6uziine appar-
tenant audit mineut, dans habitation ftuee-' a Mire-"
balais t &ablie en indigo, dependante de la fucceffiton Ni
feu Sieur Micage .& indivife entire les aut-es onzeco-he-
ritiers de ce dernier, &-.de h-l't thes d'efclaves y attaches
Aux cliufes & conditions de la carte-bannie, don't oun
pourra prendre connaiffance chiz MC Bourget, Procurer:-
2A- lWi require de, la Dame veuvt di feEU Sieur Bkrut ,-
demeurante au Boucalii aau nom &- come tuttrie de
fbn enfant mineur, il. fra le Samedi 27" de ce mois,.
B rsaid la tarre Siged cetteu ville, iflek d'avn-


S_- .39
diepoe, au bail I ferme poui 7* ahnees, d'ui terrain,
fitm6 a l'embarcadaire du Boucaffin, fur lequel eft ta-
bli una guildive, tous les tabliffemens n&eeffaires, ainfi
que tous les uftenfiles, Negrts & ahimaux y attaches,
le tout detaill6 & dnommn dans la carte-bannie, aux
claufes & conditions, don't on pourra-prendre connaif-,
lance chuz M' Eourget,, Procureur.
z Le Sieur de la Villottec, Huiif'er regu par Brevet du
Roi, a flAmiiraut du Port-au-Prince,' a la r6fidence de
LUogane a l'honneur de prevenir M" les Nkgocians ,
qu'i eft le feul en ladite ville qui pulffe y travailler en
cene qualiie..
a M. Durand, N&gocianit en cette ville, au nom &
Sconmte'excuteur-tefiamenaaire du feu Sieur Laurent de
Viilequoy, vivant Habitant au quarter du Boucan-Greffin,
prie M" les creanciers de cette fueceffion, de remettre
en .Vtudede,.M' Bvurget, Pyocureuren ce Siege, un etat
de leuis- creances, tant en capital, interets que frais,
pour avifer aux moyens de liquider ke plus promptement
poffioe cette fucctffiob..
S- MF' Shirid.n, Gatechair & (Compagnie, N6gociansa'
Leogane;,donnebt avis qu'iis viennent d'etre charges, par
les (ynd ics des ci~aanciers de la fucceffion Buter, de 'ad-
miniitration de ia g~neraiit&'des biens qui en dependent:
S& notamment de aeux habitations fi'es dans la d6pein-
Sdance des Cayes Saint-Louis, & que Sa. Majefti ayant
ivoqu t-fon Confil, par fon Arret du 8i O&obre
1783,, totes les affaires contentieufes y relatives,h 1'ex-
cluiion de toute autret Cour & Jurifdifion, -'is prient'
SM' les crianciers qui nont pas prefent6 leurs tires de'
creances-; de les produire le plutof pLoflible par-devant:
la- comminfon, tablie, afin de- concourir unanimement
aux moyens de-liquidation; its priviennent en leur dite
quaie qtue toute alention de partiede cesbiens ferait
nli, avant la liquidan*isdes droits d'tr chacun &- la
quality de vendeur;, lgalement etablie.
AM. M.Mafac prie les creanciers du noinnl Cheva-
liere, M. L. come fyndicede la m'affe, 'de vouloir bien
produire leurs tires de criantcs, iux fins'de poutvoit probe.
ceder 'ala repartition'des forics qui font en' caiffe.
i A'la requete du Sieur Lamarque Habitant akArcahaye;
au nom & comme tuteur des mnineurs Maurick, il ieta
; le famedi 3 mars prochtlin, protced atr bail a fernie de
treize tees de Negres d6pendari de-ladite flcceffion-,
aux charges, claufest & conditions enoncees dans la
carte-bannie, dont on pourraprendre communication en
e'tud~dee M1 Lecert Procureur .
SLe Samedi que Pon comptera 24.Fevrier procharid,
il'ferra a la'-requ&ee de M- Maldan, Gurateur aux fuci'
ceffions vacantes du reffort du Siege Royal des Cayser,
en execution de sentence du meme Sirge, du 1 Nor-
Svembre .1783;, & d'apres le vifa, de M. le- Procirear'
Gen&ral, du 19 Mars 1784-, protdd e-la- Barre duidt
Siege, a la vente:& adjudication au plus offrant &der-
nier enchriffeur; i9 de la mo6ie'- d'une hatt'e, fituee
au lieu dit la Plaire-a-Pltre, indivife entire M. & M1
de Perignty & lai'fucceffion de' M. de Coudreau,; la.itre
meotie contenant environ, poo carreaux de terre fians
neaninoins garantia a cet egard: cette momieteft auluel
lemntm inculte, parties : en favannes 8&'partrie en bois
debour fur laquelle il y a quuelqes reflet d'anciens
iab1iffemense:e tout fera ccnflat' lors' de" la prife de
poffeffion par l'acqtiereur. z de quatre te'cs de vjetd
N$gres ou Neigrffes qui ca d6pendnt. 3. d'u nor-


-I--P~~"--CII~--------_-





.40
.ceau de terre, fitu& au quarter de Jean-Dee, born
eft & fud par M. Dubrufquet, au nord par la Ravine-
Shche & a foueft par M"" Siron. Enfin d'un autre
morceau de terre, fitu6 au quarter des Trols-Riviwres,
i fix lieues du bord de mer, borne a I'ouet de M.
de Saint-Hilaire, au fud du bras-de-Maya, au nord
& a left de terres non concedes; la contenance, ni
'exiftance reelle des deux derniers terrains ne font pas
reconnues, en confiquence fans garantie a cet gard.
Le tout aux conditions de la carte.bannie dreffie a
.cet effet.
i La Dame veuve Arnoux, Habitante a Miragoane,
:au nom & comme tutrice de fes enfans mineurs, & le
Sieur Gruau, mari & maitre des droits d'une Demoifelle.
drnoux, priviennent les creanciers de feu M. 4rnoux,
que d6firant en op6rer le plus promptement poflible la
liquidation, ils ont convoques affemblee de parents,
devant M. le S-nechal du Petit-Goave, aux fins de
-dlibrer fur les advantages a rifulter, tant pour eux que
pour leurs creanciers, de la vefte a fair d'une-habi-
.4ation, fife I la grande-riviere de Nipes, 6tablie en in-
.digo, pour le prix en Otre riparti auxdits creanciers;
qu'il a ete decide dans eette afTembl6e qu'il etait plus
avantageux, que Favis a 6te homologu6, & qu'il a ete
ordonn6 que la carte-bannie en ferait dreT~6e, & les
claufes arretees contradi6oirement avec les creanciers,
lefquels ha et effet feraient pr6venus par la vaie des
Afches Americaines: c'eft d'apres cela,. que la Dame
veuve Ardoux & le Sieur Gruau, prient M" les crean-
ciers de vouloir fe trouver en l'tude de MI de Cornotte,
Procureur an Petit-Goave, le 8 Fevrier prochain, foit
par eux ou par Procureurs, pour arreter lefdites claufes.
tis efperent, par les payemens que cette vente ope-
:rera, & par ceux que la roulaifon a&uelle les mettra
-ans le cas de fire, pouvoir leurs prouver l'envie qu'ils
pnt de fe liquider,
S M"e Lefebure de la Gautraye, ayant lu dans le n
;o des Affches Americaines de Iannee derniere que
rM" Ddafaberie &6 Marfan, pourfuivaient la reunion d'un
terrain, fiue a Plimouth,.a 1honneur de les prevenir
.:ue ledit terrain, appartient a M, le Chevalier de Pra-
,ine fils anid, & que la conceffion en a ktk accordie
a ladite Dame, par MM, de Valliere & Montarcher, le
jf 3 Juin 177 qu'elle a faith arpenter ce terrain en 1773,
dont elle a les titres, & que M. le Chevalier de Pridine
ya toujours employ de NMgres, pour en emplcher
Ja reunion,
x Le Sieur Prudon de Laveaublanehe, Tapiffier &
Miroitier de Paris, demeurant rues Royale & de Bonne-
foi, a coti les Bains publics, a I'honneur de privenir le
Public qu'il tient magafin de meubles tous faits, comme
lit fauteuil, chaiTe, canape, confolle doree a deffus de
jnarbre, baguette-dorke de toute larger, fecretaire &
fonfolle d'acajou de differentes grandeurs; eftampes an-
glaife colbriBes, glace & verre de differences grandeurs,
toile pour meubles, damas & foes de differentes cou-
Jeurs, paper pour tapifferie. Ledit Sieur remet les gla-
ces a neuf & les repaffe au vif argent; il fait tout ce
fui concern les meubles dans 1l plus nouveau genre.
A la requite de M, Grenier, Receveur des batardi-
fifes, ii fera proved 'a la Barre du Siege Royal de
0atte yi3 le S-medi _7 de ce mois, X la v1nte d'ua


terrain, fituk la Marre-Bleue,' qurtier. de Mirebalai,
dependant des fucceffions des nomm's Henri & Bn-.
jamrn,
Le mime Receveur fera procider ledit jour, h la
vente de la moitie d'un emplacement, fitue Laogane-,
rue Sainte-Catherine; ledit emplacement indivis entire
feu Jean-Baptife Diegue, N. L. & Marion Diegue, N.
L. fa four.
, l Le Sieur Roche de Monbellair, Nkgociant l'Ance.
a-Veau, voulant fe retire 1'annee prochaine. en France,
vendra deux habitations, l'une fituee au revers de la
montagne d4 Rochellais, dCpendance du Fond-des-
Nlgres, press l'habitation de M. de Perigny, h la Cra-
bibre, de la contenance de 215 carreaux de terre,
propre a la culture du cafS, ayant de l'eau par-tout,
quatre mille touffes de bananiers, quelques vieux pieds
de cafe fuperbes & un boisneuf pour en planter 15op
pieds au printemps prochain. On y ajowtera to Negres;
& l'autre habitation, fituee au Bouc'an-la-Poinwe, press
Plaifance, de la contenance de I5o carreaux de terre,
avec des 6tabliffemens pour loger Blancs & Negres,
beaucoup de bananiers, fix mille pieds de vieux cafe
taillis & un bois neuf pour en plan er 3ooo mille pieds,
que le vendeur s'oblige de planter d ici en Juin prochain.,
il y joindra aufli o tetes de- Ngres. S'adreffer I M"
Cottineau, Chofard & Compagnie, N6gocians en cette
ville, ou audit Sieur Roche de Monbelair.
I Les nommbs Alexandre Degaud 6 Louis, pourful-
vant en rCunfon un emplacement, fitue en la nouvelle
ville du Port-au-Prince, n 194, de la countenance de
cent vingt pieds carrbs, borne a Ioueft de la rue Royale,
& au nord de la rue de Pinthievre, ledit !emplacement
a te -concde au S;eur C alumeau, le 3 Fivrier 1752,
font avertis par M'" le Comte de Trogolf & le Vicomte
de Santo-Domingue, que ledit emplacement leur appar.
tient, & qu'ils ont un furcis de MM. les GeneIal &
Intendant pour l'etablir, jufqu'au 29 Oaobre prochain.


DiPARTS


POUR


F RAN C.


3 Le Capitaine Prin fe difpofant a partir pour Fran-
ce dans le courant de Fevrier, prie les debiteurs a la
cargaifon du navire leA Mnetat, de le folder, faute de
ce il fera forc6 de les y contraindre.
i Le Sieur Michd Rivau, Charpentier am Cul-de-Sac,
privient le Public, qu'il fe difpofe a partir pour France
au mois d'Avril prochain; en confequence ii prie les
perfonnes a qui il doit de fe prefenter pour recevoir
leur payment & celles qui lui doivent de le folder pour
lui eviter le defagrement de les y contraindre par les
voices de droit.
i M. Pierre-Touflaint Bierri, Notaire & Subftitut de
M. le Procureur du Roi a Aquin, Jurifdi&ion de Saint-
Louis, part pour France, au mois d'Avril prochain,
pour caufe de maladie.
i M. Jean-3aptifle Guieu, Negociant en cette ville,
part pour France au printemps prochain.
I M. Pomeyrol, fe di(pofe a partir pour France, pour
caufe de maladie.
2 M. Paquier, Negociant au Petit-Trou de Nipes, pr6-
vient le Public qu'il part pour France dans tout le






eurrant de mal. prochain. ILprie ceux qui lui doivent
de le folder de fuite, & ceux a qui ii peut devoir 4e
fe prefenter pour recevoir leur payment.
i Le Sieur Jean-Etienne. Fraud, Negociant a Saint-
Marc, fe difpofe a partir pour France avec la Da-
mOe fon ep6ufe dans les premiers jours de Mars pro-
chain; il prie de rechef les perfonnes qui lui doivent de
le payer, & cells a qui il peut devoir de fe presenter
chez lui pour recevoir leur payment.
i Monfieur & Madame de Mauger, & M'E Desbarres,
Habitans aux Vrettes, parent pour France en Avril
ou Mai prochain, ils print ceux qui auront des affairs
a r6gler avec eux de s'adreffer a M. Pere's, Procureur
de l'habitation de M. le Vicomte de la Bourdonnaye, I
'Artibonite, 'a qui ils laifent leur procuration, mais qui
me payera aucun compete apres leur depart qui ae foit
accepted de M. de Mauger.
1 Le Sieur Pernot, Marchand Chapellier en cette ville,
fe difpofe a partir pour France au mois de Mai,prochain;
en confequence ii prie les perfonnes qpi lui doivenm de
le payer inceffamment, pour qu'il puiffe payer ceuix a
qui il doit, & lui eviter le defagrement de les-y con-
traindre. 11 a a vendre avant fon depart un emplace-
nent tres-commode, nouvellement tati, fitue au Morne-
'-Tuf, vis-a-vis la Place d'Armes, don't il traiteraavec
Iacquereur foit pour des degrees, foit pour une traite
folide fur France.
i Le Sieur T. Deshais, previent le Public qu'il fe
difpofe a partir pour France* pour caufe de maladie:
Ion depart ne derangera en rien les affaires de la mai-
fon, qui continuera d'etre regie par ;M. Lalaiue Saint
Jacques, fon affocie, fous la meme raifon de T. Desh.nis
.6 LalaUe Saint-Jucques.. Its ont 'honneur d'offrir de
nouveau leurs services a M" les Habitans, pour leurs
commiffions & toute autre chofe, don't ils pourraient
avoir befoin.
x Le Sieur Barthe'lmi de Vileltte agarofy, age de
43 ans, demeurant a Jacmel, prevent le Public qu'il
part pour France dans le courant de Mars prochain.
i M. Jean-Baptitle Meuner, Subititut de M. le Pro-
cureur du Roi & Notaire en la Jurifdition des Cayes,
pour le quarter des C8:eaux, Habitant audit quarter,
fe propose de partir pour France, par cong, au prin-
temps prochain, pour caufe de maladie,
i M. Franceis Martineau, Nigociant en cette ville,
part pour France au mois d'Avril prochain pour caufe
de maladie. Pendant fon absence fa maifon fera r6gie
par fon affocik, fous la raifon de Martineau 6& Blnchaud.
i M. Chenais, Capitaine de Milices & Habitant a
Jacmel, part pour France le printemps prochain; il
declare que rien ne fera pay6 apres fon depart, qu'il
.me foit revitu de fa fignature; en conf6quence il'prie
ceux a qui il peut devoir de fe prefenter pour etre paye
& ceux qui lui doivent de le folder. M. Chenais prevent
auffi qu'il a a vendre une malfon, fife dans la favanne
de la ville des Cayes, bitie fur un emplacement de 6o pieds
defacade, fur 2o de profondeur ce:te maifon eft neuve
& compof6e de trois grandes chambres. S'adreffer fur
Ies lieux a M. Bridon, Nigociant aux Cayes, charge de
,Vwendre.
i Les Sieurs O-Poix & Guillebert, parent pour France
k mtois prochain. Ceux qui doivent au Sieur 0-Poix


font pr4i de le- fowler de fuht, pout lul i viter le df'a-
gr6ment de les y contraindle.
i M. Jafeph. Dulary, Hibitant 'Artibonite, part
pour France au moist d'Avril prochain, ii prevent qu'Jl
laiffe.charge de fa procuration le Sieur. Dodart aine, foft
.beau-frre, refidant fur 'habitation Venot., prs. Saint--
Ma.rc.

R i I N o N A Do M 4.t N D y Ro I.

3- M. Lahens, demeurant a. Jenmie, pou;fuit en r6u-
nlon un terrain de oo00 pas cares ou valeur au Fonds-
Cochon,. entire le bras fec de la rivibre des rofeaIlx,
dependance de Jeremie, born au nord de M. Bourdon..
chaffant au fud & a 'eft de M. Fougeron, & a I'oueft,
de.terres non concedees. Ce terrain aete concede le'i
Septembre 1771, a M. de Bercy qui ne l'a amais ea
bli.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftra-
teurs, donnle le 30 D&cembre 1786 M. le Maire, de-
Smeurant au Fond des Verettes, pourfuit en reunion
un terrain de 1ooo pas carries ou la valeur fitu6 dans
les hauteurs des V,ettes, paroiite de la Croix-des-
Jouquets, fur lequel il n'exifte aucun etabliffement.
Ledit terrain concedC depuis environ 1i, ans., au.Sieur
Toderne, borne a left du Sieur J. F. Ogier, a&uelle-
ment appartenant au Sieur Mathieu, a Ioueft de la
riviere des Verettes, au nord de Thomas Pinganeau,
& au fud de M"' de Ponticu.
3 Les Sieurs Gabaroche 6 Navarre, pourfuivent en
reunion un. terrain, fitue a la coine des Verettes, pa-
roiffe de la Croix des Bouquets au lieu dit les Plas-
:tpns-des-Ravines, borne a Joueft de la Demoifelle Sol-
heillet, au nord de la. ravine, dite des Plattons & le
long d'icelle, au fud & a l'eit de terres non conc6dees.
Ledit terrain concede au nomme Nicolas Leroy, M. L
Ie. 8 F6vrier 1771, par MM. de Nolivos & de Bongars.
3 Le Sieur Fwury, maitre en Chirurgie, pourfuit ef
reunion un terrain de mille pas en care, borne a 'eft
du Sieur Lachaud, a rou'd du Sieur Dulary, au nord
du Sieur Corn'lori, fitue au Grand-Cahos, paroiffe de la
Petite-Riviere, dependance de Saint-Marc. Ce terrain
appartenant a M" mede Wfoofoili, en vertu d'ordon-
nance de. MMA les G n&ral & Intendant,
a Le Sieur Dodart atne, demeurant pres, Saint-Marc,
pourfuit en reunion un terrain, ftuu aux Cahos, borne
au nord du Sieur Brigard, au fud. du Sieur George, a
l'eA 4 u Sieur Lafaye, & a l'oueft du Sieur Dulary. Ce
terrain a ete concede au Sieur Salnav, il y aplufieurs
annees & appartient a&uellement aux Siur & Dame
de Wloofoin, qui n'y ont fait aucun etabliffement.
2 Le nomm6 Augufte Lafond cadet, pourfuit en reunion
un terrain fitue a la riviere-a-maho, quarter de Jere-
mie, nomme leGros-Mapou., de quinze ce born au nord & a i'etft du Sieur Martini'e a l'oueft
par le Sieur Dehaire & au fud par la riviere-a-mah ,
concede au Sieur Darvrcille, qui ne 1'a jamais etabli.
% En vertu d'ordonnance de MM. les General & In-
teqdant, M' Baron, Notaire a I kogane, pourfuh en
reunion un terrain pour culture, de la contenance de
cent ving-cinq carreaux de terre, fitu' a la montagne du
Rochellais, borne l' eft des Sieurs Baron & anrtelon,
au fud du Sieur Javelle & aux autres airs ~e vent, de
qui il a.artiendra, Ce terrain n'a jaiw it tiabli pa


ii


raE~,--,,--~,~_______~~ ~






Paul' Ckriflan, MK. L. a qui il a Wt6 concede an motis
de F6vrier 1768.
Le Sieur Drouilhet demeuranten cette vville, pourfuit
en reunion. un terrain pour hatte & corail:, de i ooo pas
earres, fitue dans le quarter des Verettes, dependance
de la Croix-des-Bouquetsa au-lieu-dit le Platon-des-Ra-
vines, bord6 au. nord de M,.Sleillet, & d'autres parts
de terres non defignees.. Ce terrain a ete concede .le 14
Avril 1770, a D Marie Sbleillit qui n'y a fbrm~e au-
cun itabliffement.
2 L:s nommes Alexandre de Gaud & Louis, demeurans
en cette vile, pourfuivent en reunion un terrain pour
emp'a.cemRnt, fitu- e: laniouvelle ville du Port-au-Piince,
no 194, de la -contenance de cent vingt pieds carres'..
borne a l'ouef-de la rue Royale, au nord de Ia ,rue
de Penhievre, a l'eft & au fud d'emplacemens non
conced-s. -Ledit terrain a et6 concede- au Sieur Chalu-
tneau, le 3 F6vrier 17z2.
i Le Sieur Jean-Baptifle Dlhfirte'. Orffvre a Saint-
Marc, pourfuit en reunion un terrain d'environ mille
pas carries, fituk au quarter de i*Artibonite, prs Ia.
riviere de I'Eiler, paroiffe de Sain.-Marc ,. a lieu dit
Leftab,, bcrne au nord.de Mi" des Dunes Lachicotte 6-
.Dugas de Rochefiuide, au fud de. M Guiton 6 BrunIet
des Hjuts, l'oueft-du nomme Coquard, M. L.. & a
l'eft defdiTs Sieurs Brunet & Dugas; ledit terrain a ete
conc6de il y a environ quarante ans au nomme Tolvy,
& appartient aujourd'hui aux nommes Jannin, Gallieau ,
veuve Roger &les hiritiers du Sieur Brinard, repre-
ientant Mathurirn Tlivy, tous Habitans dans. la Jurif-
dif&ion de Saint-Marc, lefquels ont laiff ce terrain fans.
:itabliffemens depuis environ dix-huit i vingt ans..
x, Ei vertu d'ordonnance de MM.. les General &
Intendant, du 4,0 obre dernier,. no t177, le Sieur
de la Garde du Ponteuil,. rfidant a Saint-Marc., pour'
fuit en; runion- un terrain non.cultiv,.de la.. conte-
mancel mille pas carr6s ou li valeur, ftu- au lieu dit
la Fauteuille, paroiffe de. la. Peite,-Riviere, borne &'
roueft de Jean-Louis la Pointe, lefet de.Bonne. Lachi-
cette, au fid de M. Bataillk d Sialanfay, & a*r nord
de terres-non reconnues..
i En, vertui d'ordonnance de MM. Its G!n ral &
"Iktendant, en-date du 17 Janvier-de la*-prifente ann6e ,
M" Pafquet de Leyde,. Avocat en PIrlement, pourfuit'en
'abunion un emplacement, fitd6 en cette viHe, n0 6i,
born au fud d e 'a rue Saint-Honor6; au-nord'par Louis
Borno i.8t l'eft;par la rue .deConti .vis-a-vis les jar--
dins du' Gouvernement, fir lequel- it n'exifte aucun
-'abliffement; ledit emplacement riuni au domaine di
RRoi, par jugement du Tribunal Thrrier, en date-du 8 '
Nevembre 178- & conc6d- au Sieur Bauduy, qui en
'tait l'ancien conceffionnaire, te 7 Jinvier 1786.
i En vertu d'brdonnance de MM. les Gkn&ral & I-
vendant, du i3 de ce moist, M. Pafcaud, Ngociant en
tette ville, pourfuit en reunion un terrain de mille pas
'carr6s, fitu" dans les doubles montagnes di Cul-de-Sac,
concede le iz M2ai 1770, i .la Demoifelle Sufin Bonnetr;
aduellement en 'France,.for lequel'il n'exifte aucun ta-
Hiffement,Jedit terrain eft born-' Ir'oneft de Remi Bonnet,
shaffant au nord', fud- & eft" des hefitiers Mo'quet
z L~e Sieur Arduin, pourfuit en reunion un .terrain
dl 'cent cinquante earreaux, fitu6 au Grand-Cahos, bor-
n"e au nordc t'au .fd des mineurs Jorge, : l'ef de M.
Whiktl i, appartunaaft'ta Daime 'vevce Jouvr.. coacd64


i y a environ dcx-hu;t i visngt-ans, an Sieur Jouve de
Cabcuil lequel n'a }amais 6te -tabli & eft abandonne.,

E F F T S s 0 L S.;

1 a ic vole famedi o0 de ce mois, dans le maga,
fin de M. Marchery, Negociant en cette ville, derriere.
la Comedie., entire .o & ci heures d umatin, cinq:
Montres dfor, don't une unie recouvrement, prefque
neuve, forte;, une autre guilochie, fim6e d'etoils; une,
en or de couleur, fond fabl6, les deux autres auIfi en
or de couleur non fable, qui ne font pas neuves, don't
une tres-petite, garnie de mauvaifes marcaflites-ainfi;
que l'aiguile des minutes, l'autre en cuivre dore, ayant
un cordon rouge auquel eftattachee ue breloque en or
bofflee, fur laq4elle font de pe items dragees de differ&
rentes couleurs & eft icrit, da.gees fines;. une paire
de boucles. femine,.en cailioux, a un rang deux dez.
a coudre en yvoire avec un cercle d'or ,, & une taba-
ti're de cuirs,
M"'les Orfevres:, Bijoutiers Joailliers & Horlogers
dela Colonie ainfi que touwes autres perfonnes font
pries d'arreter lefd.ts effects dans les main de ceux qui
les leur prgfenterotr,., & d'en donner avis a M.-MrW
chery..

D x M A N D S $.

SVu l'annonce- que M. Vignaudfait pour partir pour
France, le Sieur Pierre, Augier, fon Commis depuis long.
temps, defirerait fe placer dans, une maifon de com-
merce de cette ville, ou- & dfaut de place, ailleurs..
Ceux qui voudront s'informer de fa conduite, pourront
s'adreffer 4.M. Vignaud,.chez.-lequel it reftera-Commisn
jufqan' forn part.
2Les- perfonnes qui deiirent vendre un attelier de Ne-
gres faits & une fucrerie, ou a la culture du cafe, peu.
vent s'adreffer ..M. Cadieu, qui-leur propofera desdettres,
de change fur France, payables d'annee en annee par
30,000 livres chaque,. fur une bonne maifon de com-
merce,. a. Nantes. On. achettera. deppis, vingt-cinq juf-.-
qu'a.quarante tees de Noirs..
On d6firerait favoir des nouvelles-duSieur Lbuis Au.
dap, de Clifon.. en Bretagne, ag6e de 3 14 ans4
Mouflfe fuir e navire la: Berre., de Nantes, qui en a
dffert1 & Leogane depuis environ un an. Ceux qui au-
ront connaiffance de on exiftence ou de fa mort, font
pribs d'en donner-avis' & M. Girard hiez M. Muffaur
june, oun M. Fruchard, N4gocians en cette ville, qui
ont des affaires de famille. a lui communiquer..

E IF. E T- P E R It, V.

If a ieperdu, depuis la fortie d& cette ville, jufP
qu'au pontrde Valliere,. une epe a poignee d'argent tresi
forte, ayant un fourreaun en galucha blanc, garni de
mmin, avec un ceinturon de foie cramoifi im pen uf ,
la garniture en cuivre. Ceux qui l'auront trouv6e font
pri6s de la remetre cher M" Roeles,, Niegcians pros
le Fort Saint-Jofeph.:.

NAit ;ipl s i AStoie iuanSpatira -poc
zLe Zinit, Capihaine Antoiuie BSusan a pattira poag


L
r---






Marfillee reo iu idbosy procainr. fr r. Ceut qui voU
Iront. y charger s'adreflerost audit .Capitaine, en fon
tnagafin rue Sainte-Claire.
2 Le Miromenil, du Havre., Capitaine Lecerf, par-
lira pour Iedit.lieu; du .o au 2z du mois prochain. Ceux
Sui voudront y paffer .oi charger s'adrefferont a M.
faffac, dans les magafins du Sieur .Raguenau, Place
de Valliere., qui a de tres-beaux affortimens de porce-
laine c du bon vin ivieux de Medoc en barriques & en
bouteilles, a vendre.
SLe Fiddle., de Saint--Mlo, Capitaine Lebolloche,,
du port de .oo tonneaux, a fon second voyage,.ayant
ine parties. de ofn chargement przt, partira pour Bor-
deaux, du i$ au so Frvrier prochain. Ceux qui vou-
e ron: Caain ch MdIfret,, o .
dronty charger a fret, lucre, caf6, cotton& indigo,
sfadrefferont audit Capitaine chez M. Dudillot ,.ou a ,.
Gabalde, en fon magafin rue Royale, a cot6 de M.
Cadieu.
La Plaine-du-Fond, Capitaine Meribielle fils aini,
du port de .400oo tonneaux, ttes-folide &.commode pour
les paffagers, ayant ,pour logement .dunette & grand-
chambre, partira pour Bordeaux au commencement de
Mars prochain. Ceux qui voudront y paffer ou char-
ger a fret s'adtefferont audit Capitaiae, en cette ville.,
qui privient,les fr&teurs que fon navire a 4t6 nouvelie-
.pent care .en 'Efpagne.
SLes .Troir-Amis, Capitaine Cornen, reconnu pour
fa march fuperieure & tres-commode pour les Jpaffa-
gers, partira pour Bordeaux, .aa- fin du.mois prochain
pr6fix, il lui manque tres-peu de chofe pour parfaire
fon chargement. ,Ceux qui voudront y paffer oul char-
ger a fret s'adrefferont a M" Chafaing & Compagnie,
ou audit Capitaine en fon magafin en cette ville.
iLe Prince-de-Condi, 4e 'Bordeaux, Capitaine Pichevin.,
partira du to au 15 Fvrier,prochain. Ceux qui vou-
'dront y paffer ou charger a fret,, du cafe, coton ou indigo.,
s'adrefferont audit Cgpitaine en fon magafin rue Sainta.
Clare, maifon du _ieur .Raguenau.

A r s If M M D S

S3La totality de-l'habitation Dommartin, de la contenance
de cent carreaux de terre fufceptible de culture, don't
5 en bois de bout, fiutue a deux lieues de Mirebalais
.& douze du Port-au-Prince y ayant les bitiimens,
noulins, magafins & cafes a Ntgres neceffaires, quatre-
vingt fix t&tes de Negres, prefque tous Creoles, nonm-
bre de Omulets, chevaux .& vaches; ladite habitation
donne trois miller, d'indigo, & peut rendre le double.,
au moyen d'une augmentation peu considerable. L'ha-
bitation des h&ritiers Lafalle, fi;ue au Grand-Fond.,
a quatre lieues du Port-au-Prince,, fur laquelle il y a
quarante-cinq a cinquante mille pieds de caf6 rappor-
tans, quarante-cinq Nfgres,, don't vingt-cinq & trente
d'lites; des mulets & vaches. Deux emplacemens, Fun
faifant face au fort Sainte Claire avec quatre bati-
mens fepares, propres a longer quatre manages; l'autre
vis-a-vis le magafin du Roi, faifant 'encoignure des
rues Rouille & Sainte-Claire, lefdites :habitations, &
emplacemens font a vendre. S'adreffar a M" Laffteau,
Faure, Odin & Compagnie, Negocians en cette ville,
qui donneront tous les iclairciffemens d6firables, fur la
quality defdites habitations & emplacemens ci-deffus
saendionnf .


SUUne nmafon-fittrie autGrand-Goave, fervant depuis
ttes-longtemps de .grand'auberge .& boulangerie, deux
noagafins de trois cbambres chaque., don'tt 'un -fert de
cuisine & i'autte .i .mettre des provisionss, ,un troifieme
grand magafin servant de boulangerie, un four affez
ipacieux .& un puits, a vendre tout prefentement. S'a-
dreffer a M..Remond, fur fon habitation au Grand-Goave.
3 Le brigantin 1'Argo, de 60o pieds de quille & i8
de beau, double en cuivre, a *vendre. Sadreffer a M.
Fremon, chez M" Meynardie, Piccard & Compagnie, oit
I'on trouvera l'inventaire. Ledit Sieur Fremon, a aufi
a vendre une jument a route, don't il fera bonne composition.
2 Un fonds de magafin, confitanit en diverfesmarchan.
difes seches &.autres, des mieuxachalandis de la ville,
fitui rue de Frontforts, maifon de M. Fleuriau, no .iz
prs la rue-des Capitaines ou Saint-Jean-Baptifte, ap-
partenant aux Sieur &-Dame Lartigau, qui vendront le
tout de gr1 & gr6, & cedecont auffi le bail de pris de
deux ans, de ladite maifon, a la charge par l'acqureur
de remettre au Sieur Lartigau 'acquit de fes dettes,
don't il donnera note, d'accord qu'on :foit de prix.;
offrant de donner un terme raifonnable ia facheteur pour
ce qui pourra lui appartenir. Le prefent avis fera inf6rc
trois fois.
3 Bois equarris du pays, idem de la Nouvelle-Orleans ;
planches, chevrons effentes, riz en barils, more fran-
gaife, belle &-fraiche, arrivee de Saint-Pierre & Miquo.
lon, huilede poiffon, ai vendre, chez M. Cadieu, N6go-
ciant en.cette ville. Plus, mules tirant a la chaife, belles
& -honnes, filsa voile & a folle. S'adrefer au Sieur
,Brochard, Marchand fur la place.
Une maifon fitube a Belair., faifant angle des rues
Tiremaffe & des.Favoris, ayant cent vingt pieds de
facade de long, fur quarante de large, compofee de
neu~chambres neuves. Sadreffer au Sieur Robert Mickel,
Entrepreneur & Propriktaire, qui en fera bonne compo-
'fition, foitaticomptant, en letttes de changes fur France
.ou denrdes du pays.
SPlufieurs Negres a talens, tels.que tonneliers, tailt-
leurs, cuifiniers, perruquiers & autres,; Nigreffes cni-
finiere & couturiere, blanchiffeufe & autres .a vendre.
S'adreffer au Sieur Hinfant., Huiffier en cette ville.
.' .Une Habitation fife au Fond-des-Negres apparte-
-nant ci-4evant a M. Boidenier,, de la countenance de
.cent-vingt carreaux 4de terre, don't trente en plaine,
arrofables, & le refte en mornes, propres a la culture
du caf, .indigo & cotton fur laquelle eft une fa-
vanne entouree de haies.vives, une grande cafe en bois
6quarris, couverte en eflentes du pays, une cuifine en
.mnaonne, & .quelques cafes a Negres. S'adreffer a M.
Iuguet, Negociant au Petit-Goave.
II fera,.le famedi 3 .Fvrier prochain., prockde a la
-Barre du Siege, a la requete du Sieur Lamarque ,'Ha-
,bitant a l'Arcahaye, tuteur des mineurs Maurice, a la
vente de neuf teres d'efclaves, favor: une Negreffe &
fes quatre erifans, & quatre Mulatres, dependans de la-
dite fucceflion aux charges, claufes &.conditions enom-
c6es en la carte bannie, don't on pourra prendre com-
Lmunication en '&tude de Me Leclrc., Procureur
Chevaux, Jumens & leurs fuites: un troupeau de belles
.Brebis & deux Beliers de la plus belle efpece, a ven-
.dre fur l'habitation de M. de Vaucreffon, auLamentin
./ Cent trerte-cinq carreaux de terre, fitues i 'Aanfe--;





44
Beaif quarter du Sale-Trou, borne au Cud du Sieur Selkss
aux drouis Duberge's, chaffant au nord, douze-cents pas
vers la pe:ite Plaine, borne l'aoueft de qui il appar ien-
dra, chlaffant a 1'dft quinze cents pas dans les terresnon
conceddes, en fuivant la lifiere du c6:e nord de VhaH.i-
tailon du Sieur Sells. S'adrefer au Sieur Crefcl qui en
fera bonne composition pour du comptant.
A VE D R A 0o A. A FF E R M X R.
/ Une habitation en fucretie de cent foixante-trois car-
reaux., fituee-au Cul-de-Sac, & connue fous le nom
de. 1'habitation Molet, colloqube a la riviete creife.pocr
60 pouces d'eau-, borne des habitations Toi.m-feau la
Judonnerie & Drouillard, -aauellement affermee a Ma-
damede Po;thieu ,quila faitcultiver depuishuit ans, en
cannes, qui produifent de tres-bon fucre, & don't la fer-
,me expire au mois de Septembre prochain. Ladite Da-
me' remetra cette habitation avec huit pieces de car.-
nes & huit carreaux en vivres. On vendra ad:te habi-
tation avec faculty al'acqu&reur de fairetravailler aux bati-
mens quand bon luifemblera. On pourra fe procurer le bois
& les roches fur une petite place qui depend de ladite
habitation ; a defaut d'acquiereur, on I'affermer.a facs
Negres., avec condition de taire kls etabliffemens. bYadref-
fer a Jacmel, a Douge filt, proprietaire; a 'a Croix-
des-Bouquets, a Mathieu Dougd, .& au Port-au-Piince
SChanl.tte aind, N6gociant.
AS C LAVY S zN M A R R O N N A E.
3 Michel, Creole, maigre de vifage, ayant quelques
tents de emoins la mrchoire fup6rieure; ce Nigre eft
fellier '& pourrait fe fair -paffer pour libre vOn eft price
de l'arrter & d" vouloir bien en donner avis au Pere
Trifet en cette ville.
i Aritoire, Croc'e, tgC d'envircn 30 ans, tai!'e de ~
pleds a pouces, fort & bienfait, marque de petite-
v&role, la peau rougeatre & fe difant libre, part marron
depuis le 8 de ce mois de I'habitation du Sieur Duplan,
dans les hauteursde la Charbonniere. En donner avis a
*M" Lacombe fires &6 Compagnie, N6gocians en cette
ille, ou audit Sieur Duplan, a qui ii appartient; il y
aura recompenfe.
z Un Negre nouveau nomme Petro, Congo, &tampi
fur le fein droit en croiffant JEAN BAPTISTE ESPA.
GNET, age de 30 ans, ayant une jambe plus groffe
que l'aure, parti marron depuis environ uil mois &
'demi. En donner avis au Sieur Jean-Baptifle Efpagnet,
i Saint-Marc.
i Un Negre, Mondongue, tiampe LUTIN PETIT-
.GOAVE, ag6 de 4o a 45 ans, part marron depuls
le premier Decembre dernier. En donner avis au Sieur
'Gautier, Negociant au Trou-Bonbon, ou au Sieur Maurel,
Marchand en cette ville.
Francifco, Portugais, provenant de la fucceffion de
.Jacques Laplace, 6tampe fur le fein gauche CHANLAT
'& fur les deux feins DEVERGiS, taille de 5 pieds a
pouces, parlant Anglais & E(pagnol, avant la peau
un peu rouge, & des habitudes du cBte du Fond-Baptifte
.& du Trou-Forban, En donner avis a Deverges.


Mare,"Cr ole, atipe IB, 'gee cdenviron 44 ans;
de forte corpulence, ayant la peau fort noire & lei
membres groF. En donner avis a la veuve Eaptife, ou
a Charks 'Duvivier, en cette ville.
Triton, -Congo, ag de 22 ans tail!e I pieds pou-
ces ,ayant des marques de fon pays, etamp' fur le fein
droit YR&'MARTIGNAC & au-deffous YRM, gross
nombril, & le gros orteil f6par6 des autres doigts du
pied; on.le foupFonne du c6t6 de Jremie. Ceux quiea
auront conoaiffance font pries d'en donner avis a M"
'Yvendorf, Raymond & Martignac, Negocians aux Cayes,
auxquels il appartient.
Joli- eur, Congo, age.de 28 ans, tai;le de 4 pieds to
pouces, tampere ANNETTE AZOR. Ceux qui en au-
ront conraiflance font pries d'en donner avis au Sieur
Jonquire, Charpentier en ville.

.AN VX A GA RE S.
3 1 s'eft echapph en Novetibre dernicr, des favannes
de Phabitatioi Slcon Beneche, a Saint-Louis, ger&e par M.
Mevignac, un mulet fous pcil g'is, etamp6 O croif .
'En donner avis a M L Lefranc, HLbitant aux Baradaires,
a qui il appartient, ou au Sieur A. Lomenie, Habitant
audit lieu ; il y aura deux portugaifes de recompenfe.
II s'eft echapp6 du Petit-Goave, dans la nuit du- 17
au I8 dumois dernier, un mulet focus poil brun, 6tam-
pe LD TR entrelac s. En donner avis a M. Dreux, fur
'habitation Pays Merlier, a L ogane; il y aura recom-
penfe.
II s'i t chapp6 le 7 de ce mois, un cheval fous poil
brun itampt G, ayr.nt une marque blanche fur la te:e.
En donner avis a M. Deyrem, Capitaine du navire la
Bonne-Henriette, (Bordeaux, aux Caycs.
II s'ft &chapp6 de la favanne de la veuve Jeanton, Habi-
'tante au Canot pr es Saint. Marc,un cheval fous poil rouge,
Itamp6 fur la:croupe du co6t du montoir, BCEL. Ceux qui
le trouveront font 'pris de le fire conduire chez M.
de Bourcel, Procureur du Roi a Saint-Marc; il y aura
recompense.
II- I[ --- -L L' ill-' .. .


AVIS


PARTICULIER.


Le Sieur Catarette, Chirurgien-Dentifle, appelld di
Cap en cette ville, par des perfonnes les plus recom-
mandables, pour des op6rattons relatives a fon Art,
a l'honneur de prevenir le Public qu'il prolongera fen
f6jour au Port-au-Princc, lufqu'au 20 Fevrier prochain,
epoque a laquelle ii fixe fon retour au Cap, d'oi il dolt
s'embarquer pour aller fe fixer en France. II faifit avec
empreffement, cette occasion de temoigner & fa recon-
naillance & fes regrets aux perfonnes qui ont bien vou-
1u l'honnorer de leur confiance dans ce Quartier. II fe
fera un vrai plaifir & meme un devoir de redoubler
de zile pour les perfonnes qui lui front l'honneur de
rclamer fes talens. Sa demeure eft chez le Sieur Fabhre.
a I'iHtel de la Luzerne.


Avec permifon de MM. les Ginral 6 Intendant.


AU POR T-A U-P R I N CE,- D E L'IMPRIME RIE RO YALE,


- -




____________________________ r- 4T




0~ +
*r Xla" t~,T t^^ 11 Lt~i (Ij^PJ^^^
IInv **>~ 3Qr
++ + No0 8'. 1

I', AK^ K ^^^^^^^h w&^ ^- 18
FIX % -^
--- -14
4qP


AF


E S


AME RICAINE S.

edi 27 Janvi. r 1787.


2x once '


D I'V ERSE S.


F R A N C E.

Les details de la Caufa qi'on va lire, qioique pea
fuleptibles d'une attention gn-,rate, nous oit, cependant,
femble de nature a trouver pace dans notre Feuiiie,
parce qu'ils peuvent intieffer quelques perfonnres qui..
habitent Ia Colonie.

Extrait. d'une, Gatcte des- Tribunaux,-

M. de ** Capitaine an Regiment de .. n'avait.
'ue 2o ans, lorfqu'il paffa en Ami:ique avec fon Corps;
fon-pree, Chevalier de Saint-Louis, retire du Service ,
& don't il &tait i'unique enfant, tui donna a cette 6po-
que, une procuration en blanc:, devant' deux Notai-
res de Verfailles, pour confentir au marriage qu'il pour-
rait 'fire. M. de fils, revint en France fur la fin de
l'annie 1774, & fe rendit aupris de fon pere, qui avait
fixed fa refidence a Beziers. C'eft dans cette ville, ohi .l
fit connaiffanee avec la-Demoifelle P*** ne de parents
honnetes, mais peu aifes. Ayant voulu conclude avec
cette Demoifelle un manage don't les loix de I'honneur &
fes prbmeffes reiteries lui faiaient un devoir, il denan-
da-a ton pere fon confentement, qui ui fut refufe. II
fit alors trots fommations refpeaueufes, a trois jo:rs dif-
f&rens, a ton p~re', -qui -garda-uri-proforid filn.ce. 1I
obtint de M. I'veque- de Beziers, la difpenfe de.deux
bans; on allait publier le troifi1me lorfque l e ure re-
cut une oppofirion a la req1ite de M. de p;re,
qui prttendait que fon fils etait deja mario au Port-au-
Prince, avec lMie Mr" ..M. de .* fils, s'adrTffa au
S~n&ehat &. lui demanda q:je, .fans st"rrreter r .opp,
fition il ftt permits au (Cu:- de -':4er outre a lI:celXe-
bration de fon m iage avec .M "., & que 'ordon-
rsncequi intervicnrait ferat p;.vifoir:tment xce.cutce, La
ecqutie ayaat Qti reavoyge en j.,.'gment,..il. intervint i


1'Audiernc, un appointment conform aax conclulonsi
d' M. de "*. Son pere en appella auiot t au Parlement
de Touloiife, oh ii donna rfqute ,.tendante a ce que
par provision, il fut ffiri i'execution de l'appminte-
ment du Scn&ch1l, & ii demanda qu'il lui fut accor-
dd un dslai pour rapporter la preuve fuffifante du ma.
riage de fon fils. Celui-ci demand a de fon coit 1'exe-
cution provifoire de l'appointement ci-deffus. Ar:it q i:
renvoya les-parties a 1'Audience. Le pere expofa i'int-'
r&t fenfible'qu'il avait de s'oppofer au maria que you-
lait contrater fon fils; qu'il foutenait Ctre mari6 au-de!'i
.E cs mers; il inififait fur-tout, fir la fi'trifTure qu'un'
'crime femblable a celui de la bigamie & la condam-
nation qui pourrait en etre la fuite, imprimeraient fur
un brave viellard, iffa d'Ayeux nobles & fans tache,
& qui porte a fa houtonieie le timoignage diftin&cif
des blellures honorabi:,s qu'il a requ;es aul service de
fon Prince & de fa Patrie. Le Fils foutenait que fon
pietendu marriage avec M N11 Hzb:tante au Poit-
au-Prince, n'etalt qu'une chimere, don't on pere vou-
lair colorer fon opposition, fau:e d'autre moyen &
pour la faire evanouir, il maiployait la procuration qui
lui avait &e donn'e par fon peie, pour confentir au
marriage qu'il pourrait fire dans les Colonies, oi il allait
fe rendre. Cete procuration etait encore en blanc; cer-'
tainement fit.M. de ** fils eut 6pouf6 M1 M***, i
eut ete oblige de fire ufage de la procuration, qui
non-feulement eui ~te' remplie, mais eut demeure dans urn
dcpot pub ic. ww Arret qni a deboute M. de ** pere ,
de fun opposition, avec amende, depens compenfds.


D' V P0 Rnr-A U-P I N C S.


Extrait d'ane Lettre de La Martinique, en date da" if
O ,lkbre.
w VTous me demanded des nodtnelles de la methode '
que AMl Eot:uchric ont voulu intrcduire pour fire le
fucre; on ne l'a point adoptee ici, parcel qu'll y a tro '
pet d'Habitans affLEz icli.ls, poir fire des iTzs au LS:
Scouteux & chant-r l'ancien ufge. A NM" D** avaient
tent ;, a grinds' frais i' bblUilTlnt d'unc rufinerie--


Poids du Pain d'un efcalin.


lO U V E L L' S


L~~
nt~81Q~e~,nrs~e~s~3~3~~i~E~1~S~L~S~a.FZ '~kPr~9~
~-U--c*---. --. ---






ts fe' fnt 'ecrkfs fous le pols des dtspentes,; Ie'ii
*nanufa&are n'a point eu de fucces. Tout eft dit fur cette
tnatitre n.
En rapportant 1'extrait de.cette lettre., nous ae you-
ions pas dinner une ide definitive de ia aouvelle me-
thode de M'" Boucherie. Notre Feuille eft ouverte an
pour & au contre'fur toutes les matieres utiles. Nous
S4vons recueillir les divers ientimens, c'eft le feul moyen
d'eclairer le Public & de le mettre en tat de pronon-
.cer. On peut coxmpter fur notre imparialite, & nous
faurons toujours beaucoup de gri a ceux qui nous front
.cmnnaitre les erreurs que nous fommes tres-fouvent dans
le cas de commettre: nous accueiilerons avec empref-
fement tout ce qui nous ofrira.les mLoyens de !es corriger.

l. Chappey de Ltngprd, commandant le fenault l
Conflat, du Havre, arrive ici le 7 de ce mois,' nous
a fait part de I'anecdote fuivante, don't toss les details
font conformes la d&laration qa'il a faite a 1'A mirautC
en debarquant, & don't il nous a remis copie.
Parti du Havre, le main du I80 Qobre, chacua Ctait
occupy des arrangements ordinaires pendiat les premiers
-aomens d'une traverlie, lorquie vers las 3 heures de
demie de 1'apres midi le Quartier-Maltre, en faianat
.arrimer diverfes caiffes dans le carre de la grande Ccou-
tiile, entendit une voix fortir d'un tres-grand coffre qui
avait 6be place dans cet eadroit, & misa fret par
un des Paffagers prefqu'a infantt du depart. Le Ca-
pitaine fut auffitot averti de la decouverte tout le moia-
ce defcendit, on fit ouverture da coffre & 1:on y trou-
va unr femme, grande, bien faite, d'une figure agrea-
ble. Ele fe reclama du Pailager gqi avait fait embar-
quer .le grand coffre. Celui-cl la reconnut pour fa fer-
mee, & pretendit que .cet arrangement s'6tait fait foa n
infgu. Paas le coffre talentt encore des pirvifions de
bouche, & quelques vales nceffaires certain befoins.
.Oa avait. pratique une petite fenetre, qui s'ouvrait &
fe fermait par le moyen d'une couliffe. Cette paffagere
n'etant point portee fur le role d'6quipage, le Capitaine
voulat la faire mettre a terre & il manceuvra pour par-
ler i plufieurs batimrns qui ffaiaient route pour le Ha-
Vre, mais aucun ne voulut fe charger du depot. Cette
venture a beaucoup amuf6 pendant la traverfee, qui
a 4to longue & fatiguante. On eft force de s'en tenir a
des conjecures fur ce qui a pu engager ce paffager a
fair embarquer ainfi fa femme a fret.

Le pain a pefe au Port-au-Prince, en 1786, pendant
S femaines, z6 onces, pendant it femaines, 14 oaces,
pendant 19 femaines, 2z onces, pendant i femaine,
3o once ,. pendant 5 femaines, 19 ounces & peIAant
8 femaines, 17 fences : c'eft pour le poids moyen ti
onces 4 gros & pour le prix moyen de la livre de pain
ix fous in den. & demi de Colonie, ou 7 f. 5 d. argent
de 'France.
Cette observation, qui eft de 'M. Bauffan, Habiaat
a Leogane, nous a engage a fire -les memes calcals.
pour le Cap; il en refulte que le pain d'un efcalin ya
pef 28 onces pendant, 23 femaines, 24 once, pen-
dant 1z femaines & 2x onces, pendant 17 femaines;
ce qui done pour le poids moyen 24 orces 6 gros :
difference pour le poids a d'favantage du Port-au-
Prince, a oaces deux groes pour le prix de la livre z
X 4 denakrs ,a tiefr


Sartjs NittiqW t Sfil ie fe t1 0 ftA '1t1p4fu .-Mi*l
tamment au mrme poids au Cap qu'am Port-au-Prince,
.d'oi Fen peut conje6aurer que les revolutions fur le pnix
des marchandifes font moins fiUquentes an Cap qu'ici,,
& effe&ivement tout portes c;oire [que les armemens
en France font plus r6guliers pour la premiere ville que
pour la feconde., oh les navires ne .vienneat :ouvent
qu'apre avoir touchI au Cap ; on voit cependant
d'appercus, .4 en juger par 4, frine, .que les ventes font
plus avantageufes., d'enviroa un.dixisme, ici q'au.Capk

gpq es Maria'es &. Sepaltures,, liqud f ont fits, d
,Iz paroeje de Ia MLaratlade, en .1785.
S A T A ;X a -S,


{ GarporA.
Files.
MA R AGES.

SHommes.
Feemases.


IBm pA P Si


in


C'
0n




rbs


(4


Gargons.
i Files.
MA IA GE s..

n. HomIes.
Femmes,.


6.
3*


SepU 7ejdq*~


Bat' a eepp p


GarqoaRs
Filles.
ARIAG I 2S.

Homes,
Femnnes6.


S4

i3.
O,


BaRpdmes d'Efclaes adhcs 6 ~~easue.


SNeigres.
Negreffes.


84.


MM. Los Cures qal vo'drent avoir la complaifane.
de nous eavoyer les releves de leurs regifires, pour etre
publics, font pries de nous les adrefer foes I'enveloppe
de M. I'Intendast,

Un de nos Correfpondaiia nous a priis de profiter da
premier vuide d'une de nos Gazettes, pour y inf&er
un avis qui pent etre utile au Public: nous le prions de
croire .qu'il y a toujours place pouwjes articles de eo
genre, & noas on donnerow %at bica viaoatiis a
6j'il ous A 4-


- 4 -- - , I - I - A


no


T




-' '- -


It f a, M. b9 ip a0 pfhW s #f)1ft en M N
.fftors de la Colonie qui portent le m4mee nom: beau-
Sctrp de Riviires-Froides, Grande-Plaine, Petite-
oPlaine Gr&ndes Rivires, Petites Rivieres ,
}nTapion, .&c. &c. On &crit des lettres fans autre
I dffignations do lieu ; j'ai mime vu des aAes
,nfaits avec la mma n negligence. II en rfialte des
wa mprifes dans les Bureaux des Polles: c'eft an aliment
aI la chicane, an embarras pour ceux qui cherchent
ide bonaefoi un local, ou un correrpondant. Jo penfe
squ'ua moyen face a o'Ivier 1 ces inconvenieas, fe-
y rait de joindre toujours le nom principal du quarter, &c.
i Nous avons auffi des correfpondantes en France ;
,fi elles lifaient vore Gaizette, noas ls prions de me
plus dater, leurs letres de Jeudi ma in, Dimancke au
nfoir, ou Ie premier jour du mois, &c. w.
Nous apprenons par plufizurs perfonnes qui oat 6t
Sides prem res a tfemer de la graine de la racine de di--
fette, que cette piante reuflie trs-bien fur diverfes ha-
bitations; que fes femi:les fourniffent un mrts iprefra-
Yle aux meieeurs 'pinards de France & que les racines,
abjet de lIattention principal, font deja -plus groffes
jue le poing. Ces fucces doivent engager les Habitans
qui ont de cette graine i donner tous leurs fins fa
eablar. Nous n'avons pu latisfaire a toutes les deman-
des qui nons ont etc faites de tou; les quarters de la Co-
leoie suals nous avons diftribue :out ce qui nous en reftait,
a ceux qui-nous ant timoigna le defir d'en avoir &
(eux auxquels nous n'avons pu en envoyer doivent
&tre perfuades que neas avoas &e plus mortifies qu'eux
de ae les pouvoir farisfaire.
Nous donnerons a 'avenir chaque femaine, dans la
Feuille du Samedi, le recit d'un ou de plufieurs ievene-
meas kiftoriques les plus remarquables, qui- ont confa-
-re la mtrmoire des jours pricidens delamneme femaine.
Notr: project eft d'inculquer, par ce moyen, dans ref-
prit des jeunes Crioles le fouvenir des principaux faits
de I'Hittoire, particuliirement de celle de France. Nous
detaillerons ces faits en peu de mots, de facan qu'ils
teftent fans effort dans la memoire des enfans; ce petit
travail peut contribuer a leur education, dans un 'pays
oh l'on trouve difficilement des facilities pour ur
ca prorrer aune bin foign6e.

tvinement HHlesrique.

'RAN O 0r Is PREMI ER, Comte d'Angeouli e &
Duc de Va!ois, arriere petit-fils de Louis, Duc d'Or-
Ilans & de Valentine de Milan, n 6 Cognac le 12 Sep-
temhre 1494, parvint a la Couronne 'a 1'ge de z2
ans, le 1" Janvier 1S15. Le 25 du mmn e rnois & de
la mrnae alunee, il fut facre & couronn6 a Reims II
ficc&da a L o vu s XII, fon beau-frere, come fon plus
pcoche heritier 11 eftle 77"e de nos Rois & le 23I
de lh "3"e race. Ce Prince fut furnomme le Pare des
Lettres. I1 recueillit les debris des Sciences, & des Arts
echappes a la ruine de' la Grece & de Rome & les fit
flurir en Europe, de concert avec le Pape L i 0 N X.
C'eft lii qui ordorna q.i'a i'avenir tous les ades publics
fuTfent 6crits en franqiis, atiparavant on les redigeait en
hlati-, qu pludiiurs des parties n'entendaient fouvent pas,
& cependant la fortune, ia vi, l'honneur des homes
d6pen.ent quelqAefois de cesTitres, dent la ciarti fait
le deveir indifpeaf1aebl d x aqui 1 drefi


B
Sxite


L L E S-L E T T R E S.
l'Extrait de l'ouvrage de M, l'Abbd Grofier, f~
la Chine.


Ce n'eft pas tout : ces mrnies Cenfeurs forment en
particulier, un Tribunal qui a infpet&on fur tout 1'Em-
pire. Its ont le droit de fire 'a 'Empereur touts les
remontrances qu'exigent on les intirets du Prince ou celui
du Public. Leuriinflpa ion s'etend fur tous les homes
publics de robe ou d'6pe fur tous les Ordres des Ci-
toyens; ils font pour ainfi dire,. places entire le Prince
& les Mandarins, entire ceux-ci & le Peuple, entire les
families & les Particuliers, & ils joignent ordinairement
a 1'importance de leurs fon&ion's, une probity incorrup-
tible au courage que rien ae peat abattre. Le Mo-
narque peut, a toute rigueur leur 6ter la vie, mais
plufiurs ent fouffet la mort pltu6t que de trahir la vy-
rite, que de tolerer un abuse. 11 ne iuffit pas alors d'eea
frapper un, il faut les frapper tous-: le dernier qu'oa
epargnerait n'en fuirrait pas moins la trace de tous les
autres. Les Annales d'aucane Nation a'offrent d'exem-
pie d'un pareil Tribanal, & il ferait niceffaire chez tou-
tes, fans exception. 1 ne faut pas, capendant, pre-i
fumer que les privileges d'un Cenfeur lui donnent Ie
droit de manquer a. Souverain, ni d'inflruire le Pu-
blic des obfervations qu'il ofe lui faire : il ferait pu,
ni de mort s'il en faifait part feulemnnt a un de fee
Cellegues: il ferait puni de mort, s'il lui &chapait dans'
fes reprefentations, un feal terae qui s'eloignat de laf
moderation & du refpea.
Le Tribunal de 1'Hiftoire n'ef. pas moms fingulierh
II eft compof6 des pIus beaux Genies Je I'Empire,
de fes Hommes de Lettres les plus profo.ds. Is fubif-
fent., avant que d'y etre admis, un exam n rigoureux.
C'efl a eux qu eft confine leduca-ion de IPHririer dw
Trone & la redaftion de 1'Hiftoire gen&rale de 1'Empire.
Cette derniere fon&ion les faith redouter de I'Empereur
lui-mtne. Ils ont prouve qu'il pouvait plut6: les oppri*
mer que les feduire. Ce n'eft pas tout : lopreflion ou
les tentatives feraicnt malgr, lui, confign6es dans
l'Hiftoire.
Les Lettres font tellem'nt en honneur a la Chine,
par 6gard pour les avan:a~as qu'on a rcconnu qu'elles
procuraient la focicte que to ;t ce qtL y a rapi-ort
jouit de la plus grande co-ifi i.ration : Imprnrimiurs, Pa-
petiers, faifeuws d'cncre & d'encier, enfin tous ceux qui
exercent 1'art d'-crire & d'eprimer les penfties dei'horn-
me, font tres-diRligues de ceux qui profeffent des tats
mechaniques.
.Les Loix civiles des Chinois ne font prefcru'autre
chofe que des pr&ceptes de morale; la p'et filiale ent
eft la bafe come elle eft cel'e du Gouvernement. Tout
Mandarin, Gouverneur fol: de P; ovince, foi.t de Vi'le,
eft oblige de les enfeigner dux fois par mois, au peu-
pie qui fe raffemble a-tour de lui.
Les Loir qui concernent le marriage font trts-ten-
dues. Un Chinois ne peut avoir qu'une femme ligitime ,
mais 11 lui eft permis d'avcir plufieurs concubines qu i
font reques dans la maifon fans diflcult6. N'y a-t-it
pas au moins de rinconf6quence a perme-tie on tel abuse
dans un pays affame de fon exceldive population, &
das lequel on eA rduit tgplier la barb iv des pif


~ ~~lrawrrrrmrrmmr~lrr~t~ --- r~+131~CCiPPPIPD*LOirl~


-. c-e~







qui font p&r odi trpofint les enfans don't its font fur;
charges? Ces femmes de Ia feeonde clafie dependent
totalement de la femme legitime; elles font ou doivent
Otre toujours a fes ordres, & leurs enfans font repu-
tes les fiens. Le divorce eft permits a la Chine, come
il, le fut chez tons les Peuples anciens, mais. avec moins
de facility & dans certain cas feulement, tels que l'adul-
tere, l'antipathie, la c6feb6iffance la ftrilit6 & les:
maladies habituelles qui fe communiquent.
La procedure criminelie des Chinois eft peut-errela
plus parfaite de routes celles qui exiftent. Sa lenteurde-
vient la fauve-garde de-ceux qu'on accufe injuftement..
Les criminals n'y gagnent rien, puifque le temps dde-
couvre la. verite qui ne peut leur Ctre favorable. Tout
accufe eft foumis l'a xamen de cinq ou fix Tribunaux;.
chacun d'cux reqoit la procedure, & 'information n'eft
pas uniquement dirigae centre l'accuf6, elle left aufli.
contre les accufateurs & les tcmoin's..
La moindre de toutes les punitions eft la-BaflJnade :
le plus ou moins.de gravity de la faute determine le
mombre de coups de biton; le moindre nombre eft tou-
jours de zo: cette punition n'a rien d'infamant, fou-
,vent m me, I'Empereur la fait donner a quelqqes-uns
'de fes Courtifans, ce qui n'empeche pas qu'il ne les
reqoive enfuite ,.& qu'il ne les traite aufli bien qu'au--
parava:n. Cela s'appelle une correction paternelle. Ce
baton eft de Bambou, un peu applati, large du has,
poli du haut, pour etre mani6 plus aifement. Tout
Mandarin pent en ufer a fa volont-, dans certain cas-,
f6it lorfqu'on oublie de le faluer, foit lorfql'il tient fon
tribunal. On peut dire que le baton eft le Lieutenant'
de Police de la Chine ; mais il privient beaucoup de
de86dres qui neceffiteraient de plus. grands chatimens.
L'homicide eft punt de. mort. L'homme qui dans une
simple rixe, aura tue fon adverfaire, eft etrangle fans
remiffion: mais la potence ef inconnue a la Chine. Un
fupplice qui ne d6shonore point parmi nus, celui d'a--
voir la tete tranchee, ef regard parmi les Chinois,
come le plus honteui das chaiimens: on le referve
pour les affaffins & ceux qui. ont commis quelque cri-
mne de ak rmem enormit4. Nul arret de mort, come.
Rnousl'avons dbja dit, n'eft mit a execution, fans avoir et6
ratlfie par I'Empereur. On lai prefente une copie au
met de toute la procedure, .on. en tire un nombre d'au--
tres copies-, tant en langue chinoife qu'en langue tar-
tare, & l'Empereur les foumet a un pareil.nombre de
Do&eurs Tartares & Chinois. L'Empereur ne figneja-
mRais un arre: de mort, avant de. s'y etre prepare
par le jeane. On vante bien moins a la Chine, la fa-
gacite d'un Juge qui a fqu demeIlr un .coupable a tra-
vers tous les d&tours qu' l emploie pour eciapper au ch-.
timent .qu on n admire cslle du uge qui a fu de'ouvrii
uri innocent ~ travers toes les rufes que la calomnie
employaic pour le.perdre,. & 'Empereur place au nom-
bre des annees qui honore-nt le plus fon regne, cells
ih le glaive de la Jaftioe a en le, moins occasion de-
trapper.


e ---- --------- o ". i c

La plupart des timpts fe payment en degrees. te cu-
tivateur des vers a foie, paye en foie, le laboureur,
en grains, le jardinier en fruits, &c. Les denr6es per-
cues dans telle ou telle province, y font confommies
prefque fans d6placement,par un grand nombre de Man-
darins,. d'Officiers., de Soldats, &c. auxquels le Souve.
rain fournit en nature de quoi fe nourrir & fe vetir.
Ce qui en refte eft vendu au profit du trefor imperial.
Les feuls tributs en argent provienoent de la vente du
ii, des droirs d'entree peru.s dans les ports, & des droits
impofrs fur le commerce. A -cela prs le Commergant
ne paye aucune efphce de retribution. L'artifan ne lui:
paye rien du tott : c'eft fur le cultivateur que tombe
le. poids des taxes permanentes & perfonnelles. On a
pris les plus g:andes precautions pour qu'il ne foit ri
furcharge pat la taxes, ni trop vexe par le recouvrement,
Cette repartition eft facile a fire: Ie cadrafire des terres
fi fouvent & fi inutilement projett6 en France, exifle:
depuis long-temps a la Chine malgr6 la prodigieufe
itendue de cet Empire. Les revenues de i'Empereur font
equivalent ~ plus d'un milliard de notre monnoie.
Les Chinois ont fur le commerce, un fyflime Lien:
oppofe i celui de route l'Europe; il ne leur parait utile
qu'autant qu'il fe borne a leur enlever des chores fuper-
flues, pour leur en procurer de niceiraires. De-1a, ils
regardent comme i;uifibe celui qu'ils font Canton,
avec les Europeens. Ils nous enlevent difent-ils, nes
foies notre the, notre porcelaine: ces objets augmen-
tent de prix dans toutes nos provinces; des-lots, il ne
peut etre avantageux a l'Empire. L'argent que nous ap-
portent les Europiens, les pricieufe.s Lagatelles qui Iap.
compagnent, font de pure furabondance pour un Itat
tel que le n6tre. II ne lui faut qu'une maffe d'argent re-
lative a fes befoins en general, & aux befoins relatifs-
de chaque individu en particulier.. Kouan.- TTe, un .de
leurs Philofophes, difait, ii y a 2oo ans, c I n'y a
,,de commerce long-temps avantageux, que celui des,
nchangs neceffaires.ou utils :le commerce des objets
,de fafie,de delicateffe ou de cilrin.fie, foit qu'il fe
"faffe par change ou achat fuppofe Je luxe: or, e.
,,luxe qui eft.labondance du tuperflu chez certain Ci-
Stoyens, fuppofe le manque du neceffaire chez.beaucoup,
d'autres. Pius les riches mettent de chevaux a leurs
Scars, plus il y, a de gens qui vont a pied: plus
, leurs mafons font vaftes & magnifiques, plus cells
i-des .pauvres font peyites & miferables : plus leur ta-
Sble eft couverte de mets, plus il y a de gens qui funt
,.riduits uniquement a leur iz.: Ce que lts hammes en
nfociete peuvent fire de mieux, a force d'inufirie & de.
,,.travail, d'economie. & de fagefe dans un Royaume bien
,,peupli, c'efl d'avoir tous le nceffaire 6& de procurer le
,,commode a lqulques-uns ,.
On ferait tentb de croire, dit M. .'Abbe GrofJir, cqu,
I'Auteur du Contrat Social avait lu Kouant-Tfi


La fn l' rordinaire pochain.


'Avec permnT7on de M lM. les General & Ibtendant,


A U POR T-A U-PRI N C E,


ROYALE.


~P~E~SP~i~XIEZl~r
2~ClrhY.UhhlKZ~T*JLtW;~l~nPrRIL~4


DE. L'IM ?PR ; ME R IE





49 -.


me-m MWm--WMmM -emm-m


HE


t NO


S


Du Jeudi


99


AME RICAINE S.

ixe Fivrier 787.


D NA rta s.


A U Port-au-Prince, le 13 du mois dernier, la Cigogne,
de la Rochelle, Capitaine Grenot, parti le 14 Fevrier,
venant de la c6te d'Or :le 14, it Jeune-Alexandre, de Bor-
deaux, Capitaine Noel, parti le 7 Novemrbre : le 2 ., la
Concorde, du Havre, Capitaine Gardane, pati le 26 Avril,
venant de la cote d'Or; & la Ville-de-Nantes, Capitaine
Magouet, parti le 2z Decembre 1785, venant de la c6te
d'Or & de i'fle du Prince. (8).


DirPAR


nDE. NA I R E s.


* Du Port-au-Prince, le 17 du mois dernier, 1'Aimable-
Rofalie, Capitaine Lebefque, pour Nantes: le 124, le Mars,
Capicaine Lartigue, pour Bordeaux, iaifant efcale a Saint-
Marc (8).
' Prix de Marchandifes de ia Colonie au Port-au-Prince.
Sucre blanc, premiere qualit6;-68 a 72 1. feconde, 6o
a"65 1. troifieme, 45 a 31o. brut 30, 1 35 1. Indigo bleu,
xi1. 'a12 cuavre,91. a rol. io f.-Caft nouveau, 2t f. a-
2. f. 6 d. vieux 2o a 21f. Coton, 2o a 265 1. Cuits, 91.
Prix des Marchandifes de France au Port-au-Prince.
Vin vieur, 132 a iSo 1. nouveau, 72 a 90 I. Faint
de Moiffac, 95 a ico. commtne, 8So 85 1. Boeuf fale,
70 a 75 1. le baril. Petit-falb, 24 a 27 1. I'ancre. Beurre,
12 a 251 la liv. Huile, 45 a 5o 1. le panier. Savon, 45
a So 1. la caiffe.
Cours du Fret. Sucre blanc, to a. 12 d. brut, to 'a x
d. Indigo, 24 30 d. Caf6 o a r12 d. Coton, 24 30o d.


N cR E


MAR R N .


Au Petit-Goave, Ie iT du mois dernier, eft entr 'a la
Geole, Gilli, Bamba'a, etampe fur le fein gauche CNM,
fe difant appartenir a M. Lami, Habitant au Grigri :le 2 ,
un NEgre nouveau Nago, etampe fur le fein droit CHA-
RITAS, ne pouvant dire fon nom ni celui de fon maitre.
A Saint-Marc, le 15 du mois dernier, Paftal, Mulatre,
etampi fur le fein gauche, auwant qu'on a pu le diftinguer,
PVTTEI aig de 21 ans, taille de 5 pieds 4 polces, fe
difant appartenir a M. Durtvyd:: le 18, Jean-Jacques, Creole,
itampe fur les deux feins V.E.GRENADE agede ,2 ans,
taille de 5 pieds 6 Ip'ucts, fe cilant apparmt.ir au no.nrs:.e
&arks, M. L. demeurant au Trou; Le 22, Cairmir, Taqua,


daftly


* I M A V


A r s s


Au Port-au-Prince, il a t6 conduit a la Geole, une mule
fous poil brun, trampee illifiblement, ayant des marques
d'anciennes bleiTures fur le dos; une jument fous poil gris,
etampee MCG; une jument fous poil gris; une mule f-us
poil brun etamp6e fur la croupe D & d'autres lettres
illifibles; & un bourriquet fous poil brun, etampe AA"


S P EC T


A CL E.


Les Comediens de cette ville donneront mardi 6 du ctU#
rant, au bendfice de la Dame Detrcfinohd une troifi,44a


A


6tanmpe fur le fein gauche, autant qu'on a pu le diffinguer;
FRERE, ag# de x5 ans, taille de 4 pieds 9 pouces, fe
difant appartenir a M. Bonne.
A Jacmel, le 19 du mois dernier, Eaptife, Creole, etam-
pe fur les deux feins, autant qu'on a pu le diftinguer, IM,
a g4 de so ans, taille de 4 pieds xx pouces, fe difant ap-
partenir a M. de la Bretonniere, Habitant aux Vafes: le 2o,
un Negre nouveau, etampe fur le fein droit MB, autant.
qu'on a pu le diffinguer, au-deffous A BAINET, age de
25 ans, taille de 5 pieds, ne pouvant dire ion nom ni ce-
lui de fon maitre ; & Pangous, Quifi, ctampe far le fein
droit Og & d'autres lettres illifibles, age de 30 ans taille
de 5 pieds i pouce, ne pouvant dire le nom de fon maitre :
le 21 un Negre nouveau, 6tampe fur 1'edomac LA HER-
VAIS & d'autres lettres illifibles, age de 40 ans, taille de.
4 pieds ix pouces, ayant des marques de lon pays fur le'
vifage & fur l'eftomac, ne pouvant dire fon nom ni cclui
de fon rnairre.
Au Port-au-Prince, le 21 de ce mois, Jean-Frangfos
Creole, tampi C, au-deffous AQUIN, plus bas & d'ana-
tres lettres illifibles, fe difant appartenir a M. Bordes, Ha.
bitant a Leogane : 1~ 14, Seris, Nago, etamp sBOWTIN,,
fe difant appartenir M. Saulmer, en plane: le 2, usae.
Negreffe nouvelle, nation Inconnue, fans etampe, ne pou-
vant direTon nom ni celui de fon maitre: le 26, Paul, Congo,
etamnp4 fur le fein droit LAMONTAGINE, fur le gauche,
MOISSET & d'autres etampes illifibles, fe difant de l'ha-
bitation de la Montagne, au uoucafln: le 28, Heris, de
I'habitation Duvivier; & Lafortune, reconnu pour appar-
tenir a M. Lafferre : le 29, Tliemaque, Congo, etampe
MONJALAR, appartenant a M. MIonjalar de Saint-Veran;
Pierre-Louis, Creole, etampe illifiblement, fe difant de
l'habitation Marcombe, 'a Leogane; & Alcxis, Congo, etam-
p. CHARITAS, fe difast appartenir M. Durege, i
Leogane.


I



I







i
'i


- s

i


PC- I-- ---* ---II- --*,--O-I-----* -- ww"-------1- P*""""***"" "1 .


- - ------ -----







Seprefentation de RICRAOD CMUR 1B E lON, grad-
Opera on 3 a&es, gaenraltment orna de tout fon Spec-
taclt
La Dame Derefmend, n'afpirantqu'au bonheur de fatis.-
faire le Public, a cru no pouvoir mieux y ruiiir qu'enlui
efirant un Spectacle defire de tout le monde: elle ofe ef-
p&rer par fon zele & fes foins, que le Public voudra bien
I'honnorer de fa presence.


Les Avis, pour trre inseres dans les Affiches Americai-
les, doivent 1tre remis A I'tprirnerie jufqu'au Lundi foir;
acux qu'on appartera apres cette dpoque front reculs de
hkitaine, 6( on n'en recevra aucun qui ne jit finid.


~A yiS


DIVERS.


Bains Publics a l'inflar de Paris, fitues rues Royale
& de Bonnefoi maifon qu'occupait ci-devant la Daame
Pommier, tenant la grande auberge, en cette ville. L'En-
trepreneur n'a rien negligee pour que l'ordre & la pro-
pret6 regne dans cet itablifiement-dont cette Capitale a ete
prive jufqu'a ce moment, & qui eft fi utile la fantm. Les
Bains front ouverts a toute here pour la commodity
publique. y a des chambres a un & 2 bains. L'abon-
nementde i bains eft de 33 liv. celui de 5, de 16 liv.
To fols, & pour un feul 4 1, f. 6 d, On pourra dif-
pofer des billets,
3 M" Daubagna, Trigant 6 Compagnie ont l'honneur
de prevenir les perfonnes qui doivent aux cargaifons des
navires le. Marquis de la Fayette la ville du Port au-
Prince, le Jeune Alexandre I Mdilleur Ami & le Dun-
kerque, d'avoir la bonte de les folder, afin de leur kvi-
ter le dcfagrement de les y contraindre par les voices de
droits; lefdits Sieurs ont toujours d'excellens vins vieux
&'nouveaux en barriques & en caiffes, & du riz de la Ca-
roline, souvellement arrive.
3 M" Salvan de Jonquieres Procureur en la S&ne-
chauffle de Jer6mie a l'honneur de prevenir les per-
fonnes dinu6es de facultes pour plider, qu'il fe char-
gera volontiers de leur defenfe a titre gratuit, defirant
par cet a&e de bienfaifance & d'humaniti, donner au Pu-
ic un t&moignage de fa reconnaiffance.
3 La Dame Lavall'e, nke Couturier, previent M. Deflouches,
Habitant au quarter de Nipes, & M. Ducoudrai jeune ,
Negociant au Rochellais, mnme quarter, que c'eft a tort
qu'ils peurfuivent en reunion un terrain qu'ils difent
appartenir. a M. le Roi, Habitant au Pins, ou a M.
Auguflin Moreau puifqee cette conceffion lui appartient
par anciennete de titre qu'elle eft arpemite & plantle
en vivres & caf6 depuis environ deux ans; elle aurait eu lieu
dIe croir que ces M" ne pourfuivaient pas fa terre en
reunion, fi les abornemens qu'ils donnent dans leurs avis
inf&r6 dans les Affiches Americaines, n 2 z & 54, n'e-
asient les mtnes.
3 A la requite du Sieur P'erre Dural, Habitant au Cul.
de.-Sac, a nmom & comma tuteur du Sieur Alexandre
Dwali Menage, il fera le Samedi 27 de ce mois, procede
' Ta Barre du Siege de cette ville iffue d'audience, au
bail a ferme pour 5 .annes d'ua douzi;me appar-
teanat audit mineur dans l'habitation fitu"e a Mire-
balais, 6tablie en indigo dependante de la fucceflion du
feu Sieur Menage, & indivife entire les autres onze cp-he-
"i ers do oe aier? & de huit tites d'fcldves y attaches


Aux claufes o riMton I Ie t 'erf9 ie d9tt
pourra prendre connaiffance chez M* Bourget, Procureur.
3 Le Sieur de la Villotte, Haiffier reu par Brevet da
Roi, a 'Amiraut6 du Port-au-Prince, a la rfideacle de
L"ogane, a l'honneur de privenir M" les Negocians,
qu'i eft le feul en ladite vilIe qui pulffe y travailler en
cette quality.
3 M. Durand, Negociant en cette ville, au nom &
corn.me executeur tefamentaire du feu Sieur Laurent de
Vd/cquoy, vivant Habitant au quarter du Boucan-Grtfin,
prie M" les cr6anciers de cette fucceflion, de remettre
en 1'6tude de M' Bourget, Procureur en ce Siege, un etat
de leurs chances tant en capital, inthets .que frais;
pour aviler aux moyens de liquider le plus promptement
poflible cette fucceflion.
3 M" hihridan Gatechair 6 Compagnie, Negocians &
LUogane, donnent avis qu'ils viennent d'&tre cha:rgs, par
ks iynndics des creanciers de la futeefion Buret de 1'ad-
miniftration de la g6n&ralith des biens qui en dependent
& notamnient de deux habitations fifes dans la dtpen-
dance des Cayes Saint-Louis, & que Sa Majefte ayant
evoqu" a fon Confeil, par fon Arret du i8 Odobre
1783, toutes les affaires contentieufes y relatives, a l'ex,
clufion de touted autre Cour & JurifdiAion ils prient
M" les creanciers qui n'ont pas prefentk leurs tires de
creances, de les produire le plut6t pofible par-devant
la commission &tablie, afin de concourir unaniemement
aux moyens de liquidation; ils priviennent en leur dite
quality que toute alienation de parties de ces biens ferait
nulle avant la liquidation des droits d'an chacun & la
quality de vendeur, legalement tablie.
z A la requete du Sieur Lamarque, Habitant a l'Arcahaye,
au orom & come tuteur des mineurs Maurice i tera
le famedi 3 Mars prochain, procede au bail a ferme de
treize tetes de Nigres dependans de ladite fucceffion,
aux charges, claufes & conditions enoncees dansla carte.
bannie, don't on pourra prendre communication en 'tude
de Me Leclerc Procureur.
z Le Samedi que Y'on comptera 24 de ce mois
ii fera & la requete de M* Madan Curateur aux fuc-
ceffions vacantes du effort du- Si6ge Royal des Cayes,
en execution de sentence du mnme Siege du x2 No-
vembre 1783, & d'apres le vifa, de M. le Procureur-
General, du x9 Mars 1784, procede a la Barre dudit
Si6ge, a la vente & adjudication au plus offrant & der.
nier encheriffeur ; i" de la moitie d'une hatte fitu6e
au lieu dit la Plaine-h-Pitre, indivife entire M. & M"a
de Perigny & la fucceffion de M. de Coudreau; ladite
mnoiti6 contenant environ 300 carreaux de terre fans
neanmoins garantie a cet regard: cette moitie eft afuel-
lement inculte parties en favannes & parties en bois
debout fur laquelle il y a quelques refles d'anciens
. abliffemens : le tout fera conftat6 lors de la prife do
poffeflion par l'acqureur. z de quatre tetes de vieux
Negres ou Negreffes qui en cbpendent. 3" d'un mor-
ceau de terre, fitei au quarter de Jean-DeiD born
eft & fud par M. Dubrufquet, au noid par la Ravine.
Siche & a l'oueft par M" Siron. Enfin d'un autre
morceau de terre, frue au quarter des Trois Rivieres,
a fix lieues du board de mer born a l'ouet de M.
de Saint- Hilaire, au fud du bras-de- Maya au nord
& 'a 'eft de terres son concedees; la contenance, ni
l'exifiance reelle des deux derniers terrains ne font pas
resonnues, ea con6quence fans garantie a set 6gardn


F1(_113_______CCCI____*l~--i-rC---*l ---C-b31~--~1-rr--~_I~C--ICII~(-~







Le tdut at conditions le la arte-bannie dreffie &
cet effet.
S La Dame veuve Arnohx Habitante a Miragoane,
S a notr & comme tutrice de tes enfans miners, & le
Sieur Gruau mari & maitre des droits .d'une Demoifelle
Arnoux previenient les creancie s de feu M. Arnoux,
que dcfirant en operer le plus promptement pofible la
liquidation ils ont convoqt'i aliemblee de parents,
devant M. le S&nkchal du Pett Goave aux fins de
deiib'ier fur les avanaagss a r6~'ilter, tant pour eux qie
pour leurs creanciers de Ia vente a faire d'une habi-
tation, fife la grande rivire, de Nipes, itabiie en in-
digo, pour le prix en tre reparti auxdits ercanciers;
qu'ii a eit decide dans cette affembl.e qi'il 6tait plus
ava:rageux, que 'avis a et6 homologu6, & qu'il a ete
orjonnf que la carte banpie en ferait dreffie & les
claufes arretes contradiAoirement avec les creanciers 9
lefquels i cet effect feraient prnvenus par la vowi des
Affiches Americaines : c'eft d'apies cela, que la. Dame
veuve Arnoux & le Sieur Gruau, prient Me'S les crean-
ciers de vouloir fe trover en l'rtude de Me de Cornotte,
Procureur .aa Pet;t-Goave le 8 de ce mois oit
pf; eu.a on p.r Procureurs, pour arreer lefiires ciau'es.
is efperenc par les payemens que cette venze ope-
rara, & par ceux que la roIlaifon aauel!e les mcttra,
dans le cas de fire, pouvoir leurs prouver 'envie qu'ils ont
de fe liqwider.
S M" Lefebure de la Gautraye, ayant Iu dans le n'
6o des Affiches Amiricaines de 'ann6e derniere, que
M" Delafaberie & Mar an pourfuivaient la reunion d'un
terrain, fitue a Plimouth, a Vhonneur de ls prevenir
que ledit terrain, appartient a M. le Chevalier de Pra-
dine fils aind & que la conceffion en a e&t accordee
a ladite Dame, par MM. de Valliere 6& Montarcher le
15 Juin 1772 qu'elle a fait carpenter ce terrain en 1773,
dent elle a les tires, & que M. le Chevalier de Pradine
y a toujours employee des Negres, pour ea empecher la
reunion.
2 Le Sieur Prudon de Laveaublanche Tapiffer &
Miroitier de Paris demeurant rues Royale & de Bonne-
foi, a cote les Bains publics, a I'honneur de prevenir le
Public qu'il tient magafin de meubles tous faits, come.
lit, fauteuil, chaife, canape, confoile'dorie a deffus de
marbre; baguette doree de toute larger, fecretaire &
confolle d'acaoou de diffirentes grandeur; eftampes an-
glaifes coloriCes, giace & verre de diffieretes grandeur,
tile pour meubles damas & foics de differentes cou-
leurs, paper pour tapifferie. Ledit Sieur remet les gla-
ees a neuf & les repaffe au vif argent; il fait tout ce
qui concern les meubles dans le plus nouveau genre..
t. Le Sieur Roche de Monbelair, Negociant a l'Ance-
a*Veau, voulant fe retire lannee prochaine en France,
vendra deux habitations l'une fituke au revers de la.
montagne du Rochellais, dependance du Fond-des-
Negres pri l'habitation de A. de Pezigny 'a la Cra-
biere de la contenance de 2Z1 carreAux de terre,
propre a la culture dn cafe ayant de l'eau par tout,
quatre mile touffes de bananiers quelques vieux pieds
de cafe fuperbes & un bois neuf pour en planter 200
pieds au printemps prochain. On y ajoutera to Nkgres;
& autre habitation fire au Boucan- la Pointe pros
Plaifance de la countenance de 1o5 carreaux de terre,
avec des atabliffemens pour loger Blancs &. Negres,
beau:oup de bana~irs ,. [ii mille plied de vieux cafti


tallks & an hols neuf pour ea planter 3eoo mille pieds,
que le vendeur s'oblige de planter d'ici en Juin prochain
il y joinra aufii to tetes de Negres. S'adreffer a M'
Cottintau, Cho.fard Compagnie N6gocians en cette
ville, on audit Sieur Roche de- ronbellair.
2 Les nommes Akxandre Dcgaud & Louis, pourfu.i
vant ea reunion un emplacement fitui en la nouvelle
ville du Port-au-Prince ~ n I194, de la countenance de
cent vingt .pieds cars, borne a 'ooueft de la rue Royale,
& au nord de la rue de Penthievre, kdit emplacement
a eec concede au Sieur Chalumeau, le 3 F'vrier 1750,
font avertis par M" 'e Comte de Trog*elf & le Vicomte
de Santo- Domingue, que ledit emplacement leur appar-
tient, & qu'ils ont un furcis de MM. les General &
Iulendant pour 'atabilr, jufqu'au 9 OM0obre prochain.
M. Dujbur, rairtre en Chirurgie, demeurant fur l'habi-
tation Santo, au Cul-de-Sac, a l'honveur de prevenir M'*
les Habizans qu'il vient d'itabiir un H6pital, oh il recoit
les Negres pianifl{s & autres maladies.
Le Sieur Tainturie, Marchand Luthier, demeurant fur
la place de l'Pglife aux Cayes, a l'honrieur de prtvenir le
Public quc'ii vend & racommode toutes fortes d'infirumens,
comme baffe, violon, jguitare, mandoline, harpe, forth-
piano, fli'e & clarinette; il a aufli a vendre d'excellent~
cor,'e de Naple,
Le Nkgrier la Ville-de-Nantes, Capltaine Magcuet
venant de la co'e d'Or avec trois cents beaux Noirs, Ara-
das, elf arrive en ce port, I'adreffe de M" Corvaifier,
Benoif & Co6 n mpgniec
Le nomm6 Soleilket fits aid, M.L. ayant Ia dans lesfn
6 & 7 des Affiches Am-ricaines, que le Sieur Drotilhet:'
demeurant en cette ville, pourfuivait la reunion d'un ter-
rain, de la contenance de 10oo pas carries, pour hatte &P
corail, fitue dans le quarter ldes VBreres, dependance de
la Croix-des-BouquetsI au lieu dit le Iatrcn des Ravines,
a 1'honneur de le prevenir que ce terrain eft etabli enrcoto*
& vivres, depuis i'anne derniere,
Le Sieur Gale(, Capitaine Aidd-Major des Milices &
Habitant au Petit-Trou da quarter de Nipes, juri.di&i:or
du Petit-Goave, pri'e M" les creanciers de la fucceffion d
feu Sieur Bird, duquel ii eft ex&ecteur-teflamentaire, df
veuloir bien prifevter leurs titres de creances a M' de Cot-*
notte, Procureur au Petit-Goave, pour qu'ap-r&s lek dette.
convues, il puiffe entrar .n arrangement avec eur.
Mf. Gabriel Jaflramn, a 'hnrneur de pr&venir le Public que
depuis le 13 du mois dernier, iI a diffous fa iociete con-
nue fous la raifon de Marex 6' Jaflrar, & que ledit Siete
refte charge de la. liquidation die's affairss.
Le Sieur Arault, Oi fivre a Jirmmie, a l'honeur de pr&-'
venir le Public que de t:is-fortes raifors. '"engagent i ne
plus payer les dettes contract&s par I' a Dame Arault ftt
4poufe, de quelque nature qu'elles fcent..
A la requete de M' Gayot Curateur par interla a-ut
fucceffions vacantes dans Ie effort du Siege Royal du Port-
au-Prince, charge en cette qualtie, de c lle de feit MW
d'AnticamnarctaiHabitant aux Grands-Bois,il fera Samedi pro-
chain 3 de ce mols,, proced6 la vente & adjudication
au plus offrant & dernier encheritfeur, de Gx tetes deN&-
gres & Negreffes faits a la culture dii caf ,,& de a clievaux
d6pendans de ladite fucc-f,.on..
M' Frongous, Notaire 'a Jacmet, ee'cuteur-tefiamentaire
de feu Sieur Nicola-.r, vivant, bowl'anger audit lieu, prd.
vient les creanciers de cette fucceflion qu'il fera le 2. tde
mlois, procd4 4i la pr micr' reqartition en l'tuddc


'I


ICIIC-b--CI*~--*~____l___l_





Bourgeois, f Proetrert I Yaemet, aquel is fto t invi-
tis de communiquer leurs titres de c.rances, d'ici audit
jour 22 Fevrier, faute de ce, ils nepourront tre.admis qj''a
la deuxieme repartition.
M"r Plicque 6' Lemoine, Nigocians a JIrfmie, fondus de
la procuration de M. Dukamel, a&uellement en France ,
ont I'honneur de prevenir le Public que c'eft tort que le
Sieur Lambdi Deigranges pourfuit la reunion d'une habi-
tation appartena'nte audit Sieur Duhamel, fife a la grande
riviere de Jremnie ainfi qu'elle a &t6 annoncee dan's les
Affiches du 30 Decembre dernier n" 6 & dans celles
du 4 de ce mois n t ; 0 parce q'il y a des etabiiffe-
mens 2 parce que cette meme habitation eil actuelle-
ment en vente, & qwe I'avis en a. &e infer6 trois -fois dans
le fuppliment des memes Affiches, & notamment dans la
Feuille du 26 Aolt dernier, n0 34. Lefdits Sieurs Plicque
6' Lemoine annoncent qu'ils font toujours dans I'intention
de vendre cette m me habitation pour, du produit, payer
les creanciers dudit Sieur Duharmel, & principalement les
bailleurs de fonds, JIs font audli charges de louer en to-
talite ou vendre une maifon fife 'a la haute ville de Jerk-
m ie, de 75 pieds de facade fur la rue de la Batterie, &
.& cent -trente,-cinq pieds de profondeur fur celle de la
Pointe; elle confide en un batiment de 60 pieds de long
fur i a 6 de large ea tres-bon etat, avec un autre corps
die logis dans la cour de ladite maifon ci-devant a M. Barbe.
1 I1 fera proc6de le to de ce mois, a la Barre du Siege
Royal de cette ville, Ala vente & adjudication d'un Negre
aommC Jafmbin,poftillon & feliier, d'un autre nornmm Phi.
lippe, bon cuifinier & patilier, & d'un troifieme nomme
Proper, bon co.hfifeur dcpendans de la fucceiiion de M.
de Bercy.
I 11 fera procde Ile to de ce mois, a la Barre du Siege
de cette ville, aux adjudications des baux a ferme de piu-
fieurs feivantes, blanchiffeufes & couturieres, d&pendantes de
la fucceffon de M. de Bercy.
'. Le Sieur DiDouchet, a l'honneur de prevenir le Public qu'il
/ a a vendre une habitation fituae dans les hauteurs du Petit-
Goave, tloignie d'environ une lieue & demi de la ville,
/ de la contenance d'environ dix-huit carreaux, plantee en ca-
fe, bananiers & auTires v Tres;tur aquleret une grande
cafTe, compofie de deux chambres, couverte en paille &
paliffadde en planches de palmifte, & plufieurs cafes a Ne-
gres. Ceux qui voudront en fire lacquifition s'adrefferont
SM R Renard, Notaire au Petit.-Goave, ou audit Sieur Dou-
,bet., fur fon habitation dans les hauteurs dudit quarter.
M" Chajffaing & Compagnie ont l'honneur de donner avis
12u Public qu'ils viennent d'affocier a leur maifon le Sieur
.. C. J. Molier, & qu"a compter.du premier de ce mois,
la raifon de leur maifon fera celle de Chafaing, Molier 6t
Companies.
La Concord du Havre, Capitaine Charles Gardane ve-
jiant de la c6te d'Or, avec 380 Noirs, a l'adrefe de M"
Pierre &' Louis Siguineau,
La Ville.de-Bafe, de la Rochelle, Capitaine Vileneau,
4ft arrive de Porto-Novo, c6te d'Or, avec une fuperbe car-
gaifon de 300 tetes de Noirs a I'adreffe de M" Cottineau,
L4nfard & Compagnte qui en ouvriront la vente vendredi
49 s c noib p
fat, des Ntgres ipaver qui dolvent htre vendus a la Bar.
Sfie'g Royal du Port.-auPrince, le ai Avril prochain.
Vcef-Frnjois Mapdingue, tampere illifibleaent ayant


des marques de fon pays for l figure, Age de t7 ase, taoile
de 5 pieds a pouces, fe difant appartenir au Sieur Blec,
Caboteur.
Alexandre, Creole, &e CODER, autant qu'on a
pa le difiinguer agt de 19 ans, taille de 4 pieds io
pouces, fe difant appartenir au Sieur Plantin.
Charles, Ibo, etampe illifiblement, fge' de 18 ans, taille
de 4 pieds to pouces, fe difant appartenir au Sieur Gilot,
Habitant a 1'Artibonite.
Jofiph, Hollandais, etamp6 fur le fein droit illifiblement,
& fur le gauche, autant qu'on apu le le difinguer,GUER-
DNO, age de 26 aas, taille de pieds, d'une belle cor-
pulence, fe difant appartenir au Sieur Guerneau, Habitant
aux Gonaives.
Louis, Creole, fans tapep, age d'environ 18 ans, taille
de 5 pieds, fe difant libre & fiis de la nommee Chrijfine,
Negreffe libre, demeurante a la Croix-des-Bouquets.
Franfois, -Congo, etamp6 N.AUGE', ig de 28 ans;
taille de 4 pieds lopouces, ayant une taie fur Neil gau-
che, fe difant appartenir au Sieur Aug!, refidant au Cap,
Un Negre nouveau, Nago, atanmp. fur le fein droic
CHEVERY & fur le gauche MIRE[BALAIS, ag de 30 ans,
taille 5 pieds 5 pouces, ayant des.marques de (on pays
fur la figure, ne pouvant dire Ion norn ni celui de foin maitre.
Zamor, Congo, fans etampe apparent, age de 13 ans,
taille de 4 pieds 4 pouces, le difant appartenir au nomm"
Picard, Mulatre libre, demeurant a L6ogane.
Jean, Mondongue, etarap fur le fein droit GIROUD
& fur le gauche MEINGUY, ayant d'autres tampes illi-
fibles, age de 22 ans, taille de 4 pieds ii pouces, fe di.
fant appartenir au Sieur Dutil, a la Croix-des-Bouquets.
Un Negrillon nommi Pierre, furnomme Toujfjint, Creole,
fan? etampe, ag' de 8 a 9 ans, fe difant appartenir au Sieur
Popin, Chirurgien a I'Artibonite.
Pierre, Creole, etampe E. VISSIFRE, a~g de 36 ans;
taille de pieds, fe difant appartenir au Sieur Viytfre,
Leogane.
Lafleur, Ibo, 6tampk ARNOUF, age de 32 ans, taille
de -4 pieds ir pouces, fe difant appartenir au Sieur Arnouf,
Caboteur.
Un N gre nouveau, Congo, etampe TRUBLEE, Ag de
23 ans, taile de 5 pieds I pouce, ne pouvant dire fon nom
ni celui de fon maitre.
Francois, Creole, ayant fur le fein droit une 6tampe don't
on ne diflingue que la lettre G, au-deffous AQUVN & plus.
bas B, & fur le gauche i;lifiblement, age de 28 ans, taille
de 5 pieds 2 pouces, fe difant appaut ir au Sieur .aordc a
a Leogane.


DiPAarTS


PQUR


FRAN C .


3 Le Sieur Michel Rivau, Charpentier au Cul-de-Sac;
prkvient le Public, qu'il fe difpofe a pattir pour France,
au mois d'Avril prochain ; en confiquei:ce .il prie les
perronnes a qui il doit de fe prefenter pour recevoir'
leur payemrnt & celles qui lui doiveii de le folder pour,
lui kviter le defagrement de les y contraindre par les
voies de droit.
3 M. Pierre-Touf'aint Bierre, Notaire & Subffitut de
M. le Procureur du Roi a Aquin Jurifdidion de Saint-.
Louis, part pour France au mois d'Avril prochain,
pour caufe de maladie.
3 M. Jean- Baptifle Guieu Negociant en cette ville
part pour France au printrmps prochaiin


~


7


1






n"


w


.3 M. Pomeyrol, fe difpofe apartir pour France, pour
ufe de maladie.
S M. Paquir, Negociantau Petit-Trou de Nipes, pr.-
viest le. Public qu'il part pour France dans tout le
gourant de Mai prochain. 11 prie ceux qui lui doivent
de le folder de luite, & ceux a qui il pett devoir de fe
prefenter pour recevoir leur payment.
2 Le Sieur Jean Etienne Ferandd, Ncgociant a Saint-
Marc ,- fe difpofe partir pour France avec la Da-
jee fon 6poufe dans les premiers jours de Mars pro-
chain; il p ie de rechef les perfonnes qui lui doivent de
le payer, & celles a qui it peut devoir de fe prefen:er
chez lui pour rccevoir leur payemnent,
2 Monfieur & Madame de Maauger, & MI11 Desbarres,
FIbitans aux Verettes parent pour France en Avril
ou N4i prochain, ils prient cetx qui auront des affaires
a r6gler avec eux, de s'adteffer a M. Per's, Procureur
de lihabitation de M. le Vi.omte de la Bourdonnaye, a
I'Artibonite, qui ils laiffent leur procuration, mais qui
se payera aucun compete apres.leur depart qui ne foit
accepted de M. de Mauger.
2 Le Sieur Pernot, Marchand Chapellier en cette ville,
fe difpofe a partir pour France au mois de Mai prochain;
ea confiquence, il prie les perfonnes qui lui doivent de
le payer inceffamment pour qu'il puiffe payer ceux a
qui ii doit & lui eviter le deagriment de les y con-
traindre. 11 a a vendre avant fon, depart un emplace-
ment ti8s-commode, nouvellement bati, fitue au Morne-
a-Tuf, vis- i- vis la Place d'Armes', don't il traitera avec
l'acquereur foit pour des denrees, foit pour une traite fo-
lide fur France.
2. Le Sieur T.' Deshais prevent le PubI g qu'il fe
difpofe a partir pour France pour caufe de maladie:
fon depart ne dirangera en rien les affaires de (a mai-
foi, qui continuera d'&tre rgie par M. Lalai;e Saint-
Jacques, Con affocli, fous ta meme raifon de T. Desklis
6 Lalaie' Saint-Jacques. Ils ont' lhonneur d'offrir de
nouveau leurs services a M" les Habitans pour leurs
commifions & toute autre chole, don't is pourraient
avoir befoin.
a Le Sieur Barthlcmni de Villtte Lagarofy Ag6 de
43 ans, demeurant a Jacmel prtvient le Public qu'il
part pour France dans le courant de Mars prochain.
2 M. .han Baptifle AMeinier, Subffitut de M. le Pro-.
cureur du Roi & Notaire en la Jurifdilion des Cayes,
pour le quarter des Co'eaux, Habitant audit quarrier,
fe propose de partir pour France, par conge, au printemps
prochain, pour caufe de mnaladie.
2 M. Fran:ois 'rtineau N6gociant en cette ville,
part pour France au mris d'Avril prochain ponr caufe
de maladie. Pendant fon absence fa maifon fera rigie
par fon affocis, fous la raifon de Martineau 6& Binchaud.
-M. Chenais, Capitaine de Milices & Habitant ,a
Jacmel part pour France le printemps prochain ; il
decare que rien .ne fera paye aprUs' fon depart qu'il
ne foit revetu de la fignture; en confiqunce il prie
ceux a qui il peut devoir de fe prefenter pour ctre pays
& ceux qui lui doivent de le folder. M. CChenais prevent
auffi qu'il a h vendre une maiibn, fife dans la avanne
de la ville des Cayes, bade fur un.enplacement de 6a pieds
de fca.de, fur 1i.o di proforndeur cette sairon efl neunve
& compofe de trois grannies chambrcs, S'adreffer fur
les liC-! x a M b, Jidani, Negociant aux Caye chlar-e de
Tedre, I


SR ~i'.v:o r A DOMAIrts


ov Rotr.


3 Le Sieur Dodart aind, demeurant prbs Saint Mare;
pourfuit en reunion un terrain, fituk aux Cahos borne
au nord'du Sieur Britard au fud du Sieur George, a
left du Sieur Lafaye, & l'oueft du- Sieur Dulary. Ce
terrain a &t6 conaded au Sieur Salave i y a plufieurs
annees & appartient auellement ,aux Sieur & Dame do
Wloofoin, qui n'y ont fait aucun ktabliflement,
3 Le nomme Augufle Lafond cadet, pourfuit en reunion
mn terrain fitue la riviere-r.maho quarter de Jer4
mie, nomm6 leGros Mapou, dequinze cents pas carries,
borne au nord & a l'eft. du Sieur Martinire, a i'ouef
Spar le Sieur Dehaire & atu ud par la riviere- maho
concede au Sieur Dutrevil!e, qui ne l'a jamais tabli.
3 En vertu d'ordotnance de MM. les GaPnral & In.
tendant, M" Baron Notaire L0ogane pourfuit en
reunion un terrain pour culture, de la countenance de
cent vingtcinq carreaux de terre, fitue i la montagne da
Rochellais, torne a 1'eft des Sieurs Baron 6& Vantduon
Sa fidid du Sieur lavwle & aux autres airs da vent do
qui il appartiendra. Ce terrain n'a jamais et 6rahli rar
Paul Chri.jan, M, L,. a qui'l a te coInced4 a n mcis
de Fevrier 1768.
3 Le Sieur Drouihct demeurant en cette ville, p.ourfut
en reunion un terrain pour hate & corail, de 7rco pas
carr6s, fitu dans le quarter des VWretres, dtpendc, ce
de la Croix-des- Bouquets, au lieu dit le Plarorn-des-Ra a
vines border au nord de M. Solilcit, & d'aures parts
de terres non defign'es. Ce terrain a 6th cci,-d6 le 14
Avril 1770 a D" Marie Soleillt qui n'y a (0tom au,
cut drtabliflement.
3 Ls UVmes Ahidri 1C God 4* JiUs iemaeuraas


l Les Sleurs O-Poix &* GCllebrt, parent pour France
le mois' prochain. Ceux qui font pries de le folder de fuite, pour lui 6viter le d6a-
grement de les y cohtraindre..
z M. Jofeph Dulary Habitant a 1'Artibonite part
pour .Frarce au mois d'Avril prcchain i prviePt qu'lt
laiffe cha'rg"'de fa procuration le Sieur Doart al.i, foa
beau-frere refidant fur .1'iab.itation enot pri~ Saint'
Marc.
i Le Sieur Jofeph Drouet, ci-devant tconore, done
avis qu'il part pour France aa mcis de Mars prochaia,
pour caufe de ma!adie. I1 declare ne rien devoir.
i M Mthieu Dubourget des Guiliens, G rant aux Ma.
.tetix, fe difpofe ~ partir pour France dens le courant de
Mars prochain, pour caufe de maladies. 11 prie cu, qui
il doit de fe prCfenter pour recevoir leur payment & ceux
qui lui doivent de le folder.
I Le Sieur de Ponton du Pont, fe difpofe a partir pour
France au printemps prochain. II prie ceux qui lui doivent
de le folder Ie plus promptement potfible,
I Le Sieur Felix Irnbeit, de Marfeil ci-devant rfidant
SAquin, part pour Frawce. 11 declare ne rien devoir.
i Le Sieur Demi', Tapifilir, part pour France: il price
fes creanciers de fe. pr eenwer pour recevoir leur payermeat
& fes debiteurs de le folder.
i M. Claude Danglade, Habitant a la Montagne de Jac;
meel, part pour France au commencement d'Avril prochaia,
ayant des afffaires de famille tres-intreflantes i regler. t*
prie ceux auxquels il peut devoir de s'adreffer aptis fos
depart a la Darme fon 6poufe far fon habitation.


_ -- -- ------ I- 1'-~~' ~'"


p1




I



$i
















.1'







ea cette vie'; poera(vent en runien "un terrain pour
placementn, fita~ en la nouvelle ville du Port au Prince,
a* Xt94 de la contenance de cent vingt pieds carries,
borne a 1'oueft de la rue Royale au nord de la rue
de-wPenthievre a l'el & au fud d'emplacemens non
eoncedis. Ledit terrain a ete concede au Sieur Ch.dumeav,
e 3 Fivrier 1752.
a Le Sieur Jean-Baptifle Ddaferte', Orffvre a Saint-
?Marc pourfuit en reunion un terrain d'environ mille
pas carries fitue au quarter de PAribonite pros 'la
riviere de 'Efi.r, paroiffe de Saint-Marc, au lieu dit
Leftab&, born au nord de M" des Dunes Lachicotte &
Dug.:s de Rochefeuille au fud de M" Guiton 6& Brunet
des Haits a l'oueft da nommt Coquard, M. L,. & &
reft defdi:s Sieurs Brunet & Dugas ; ledit terrain a e't
,oncide il y a environ quarante ans au nomme Tolvy,
& appartient aujourd'hui aux nommis Jannin, Gallieau,
veuve Roger & les heritiers du Sieur Britard rpie-
kntant Mathurin Tolvy, tous Habitans dans la Jarif-
di&ion de Saint-Marc, lefquels ont lailT6 ce terrain faiis
itabliffemens depuis environ dix-huit a vingt ans.
2 En vertu d'erdonnance de MM. les General &
Intendant du 4 ORobre dernier, n" 1727 le Sieur
de la Garde du Ponicuil rifidant a Saint-Marc, pour-
fait en reunion un terrain non cuhiv ,. de la conte-
mance de mille pas carries on la valeur, fitua au lieu dit
h Fauteuille paroiffe de la Petire -Riviere borne a
l'ueft de Jean-Louis la Pointe a l'eft de Bonne Lac/li-
lette, aa fud de M~. Bataille de Salanfay & au nord
de terres non reconnues.
a En vertu d'ordonnance de MM. -.les Gn&ral: &
Intendant, en date du 17 Janvier de la prbfente anne,
M" Pafquet de Leyde, Avocat en Parlement, pourfuit,.en
reunion un emplacement, fitu6 en cette ville, n0 6;,.
korne au fud de la rue Saint -HonorB, au nord par Louis
Borno, & a left par la rue de Conti, vis-a-vis. les jar-.
dins du Gouvernement fur sequel ii n'exiie aucun
itabliffement;. ledit emplacement reuni an domain du
Roi, par jugement du Tribunal Terrier, en date du 18
Novembre- 1738 & concede au Sieur Bauduy, qui en itait
ancientn concefdionnaire, le 7 lanvier 1786..
2 En vertu d'ordonnance de. MM. les Gendral & In-
tendant, du 1 de ce moi,, M. Pafiaud, Nigociant en
cette ville, pourfuit en reunion un terrain de mille pas
carries, fitue dans les doubles montagnes du Cul de Sac,
cencd le I z Mai 1770, & la Demoifelle Sufon Bonnet,
aluellement en France, far lequel il n'exifle aucun eta-.
liffementr; ledit terrain eft borne & l'oueft de Remi Bonnet,
ehaffant au nord, fud & eft des h&ritiers Moquet.
2 Le Sieur Ardouin, pourfuit en reunion un terrain
i&e cant cinquante carreaux fitu au Grand-Cahos, bor-
na au nord & au fud des mineurs Jorge, a 1'eft de M.
Rooisbtcl, appartenant la. Dame veuve Jouvc, concede
if y a environ dix-huit a vingt ans, au Sieur Jouve de
Cabsuil, lequel n'a iarnais ite etabli & eft abandoned.
x En vertu d'ordonnance de MM. les General & Inten-
dant, M. Beomble eveu, Nigociant a Saint-Marc, pourfuit
en rdurion un -rrain de 1zo0 pas carr6s, fitue dans les bus
de l'Arnibonit paroiffe de Saint-Marc, au lieu apple la
favanne on faline des cot4s, lequel terrain a 6te conc'd-
an Sieur Tarta: la Zo Jil-.let 1753 born ~r Peft de Je, re
Verg ue, au ful de la Riviere-Salee, a: nord & ia ioucil
de terres non corfcedis, & i. a c au Sietr Defoch,,s,
per 1" cof:clition..ar-, 1a a a:vir 7ij ", .1d I'- tiit


arpetter le as Mars 1775; ce terrain eiA aaetflemens hbor
ne au fu de la Riviare-Salie, a l'eft de la faccecl on Pey.
rottes, oz de fes ayans caufoa, au nord des hritiers 'loville
& Desbarrms, & a i'oucef par des terrains noyes & noa
reconnus.
i Le Sieur Jofph Bergette, Marchand, demeurant a Saint
Marc, pourfuit en reunion an terrain de mille pas carxrs,
fitu dans les has du quarter de 1'Artibonite, conckid Ie 14
Novembre 1754, au Sieur Charics-Gabriel Bi(oton de la
Mothe, borne, fuivant ladite conceilon, au nord du Sieur
Guiton, au fud du Siear Bernard, 'a Veft de la fucceffiou i
Rodot, &'a l'ouefl du Sieur Ducla; ledit terrain born au.
jourd'hui, au nord du Sieur Lavau, au fud du Sieur Du.
buijfon, ,a 'eft du Sieur Guiton, & a l'oueft de Jean Robi-
net, appartenant au Sieur Biioton de la MIoke, Habitant
au Cul-de-Sac, de priefnt en France, qui ne l'a point
ktabli, ni fon auteur.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftrateurs
en date du 24 D&cembre 1785, Le Sieur Ville-Neuve, de.
meurant. a la Croixl-des-Bouquets, pourfuit en reunion un
terrain, pou. hatte & corail, de quinze cents pas carries ou
la valeur reduite, fitiu au quarter da Platon-Jambette, pa-
roiffe de la Croix-des-Bouquets, born a 1'eft du Sieur
Beauras, & des autres cores de terres non concedees, ainf
qu'il appert de la conceffion qui en a et accordle le 22i
Novembre 1769 au Sieur Moraud.
i Le Sieur Cileflin Tirbe, demeurant 'a la Voldrogue,.
quarrier de J.rbmie, pourfuit en reunion un terrain pour
culture, fitue dans les hauteurs de la montagne de la Vol-
drogue, d6pendance de Jeremie, de la countenance de mille
pas carries, conedd le 28 Janvier 1772,. a la nomm
1lifabeth Themond & fes enfans Alifabeth & Catherine, M.
L. borne au nord du Sieur Guillanme Fondelain, au fud ,
eft & oueft, de terres non concedes. Ce terrain n'a jamais
&t6 etabli.
i Louis-Michel, M. L. pourfuit en reunion un terraila
de mille pas carries, fitui dans les hauteurs de la riviere.
des Rofeaaux ulieu dit le Boucan-Louis, quarter de Je-
remie, borne, d'uncote ,' de fa force dudit Bouican nord,
fud & eft fuivant le certificat du Sieur Manfc', concede
le 7 Mars 1771 au Seur Squirol de L Nofe, enrgiflfte le
18 dudit mois, lequel ne fa j.amais fait &tablir..
i Pierre-Nicolas Laneau, pourfuit en reunion un terrain:
de x Soo pas carries, fitu6 au Fond-d'Icaque, ab.ndonne
depuis trbs-long-temps, born au nord dela Dame Douce! .,
aux droits de la Demoifelle Dutrenille & du Sieur Tonnricr,
la lcft du Sieur Bardou, aux droits du Sicur Gebaud, an
f.d du Sieur Manfil & a 'oueft du Sieur Geflin. Cette co't-
ceffion a it3 accordee au Sietir Chalmette, qui 'avait cedte'
au Sieur Geflinr, & par ce dernier au Sieur MiAret..
I Charles-Boromze Laneri, pourfuit ena union un ter-
rain de trente carreaux, fitue Fond-d'Icaque, quarter da
Jeremie, abandon& depuis tres-long-temps, born, au nord
& 'a i'eft de Paul Fortunat, aux droits de Mallct, 'a I'etldi
Sieur Regnier, au fud du Sieur Friguet,. & a. Ioueft dai
Sieur Montaguere. Accord autrefois au. Sieur Burot.
Pierre-Vidal Laneau, pourfuit en reunidn un terrain de
mille pas carr6s, fitue dans. les hauteurs de la riviere des
Rofeaux, lieu dit le Boucan-Louiss,quartier de J&rmie, lequel
pread pour. centre an fud la borne angulaire fep:entrionale
de la rivi're, chaffant eft, oueft & mille pas nord de terres
non conc dWes, fuivant le certificate du Sieur Manfil, don't
la conciffion a t& accordee au Sieur Picrre Ma;zfd, l 2
Dce.mibre ;770, i enrcgiftr le 9 Janvirr fuivanh


_li I__T~_IT I~ ~ ____~1C__ _1I_____1


--~"-''~"~'1--I~-~"--- --- ------ -----~11~O111~1CI~







S En vertu d'ordonnanee de MM. les CnvraI & Inteh;
IWat, en date du 27 Janvier dernihr, le Sieur Galle(or, Ad-
jdant au Regiment, pourfuit en reunion urs emplacement
fitu dans la nouvelle ville du Port-au-Prince, n" 65, bor-
Sa l'eft du n' 64, au nord de la rue St. Honnor6, &
l'ouea du n" 66, & au fud parties des n"f 67 & 68: ledit
.mp!acement fut conc&d" au Sieur Jean Ragunau, le 24
D.cembre 1757.
I En vetru d'ordonnance de MM. les Gen&ral & Inten-
elant en date du 27 Janvier dernier leSieur Carpenter, Adju-
Sdantau Regiment, pourfuit en runioii un emplacement fitu
cans la nouvelle ville du Port-au-Prince born a l'eft
de la rue d'Orleans, au nord du n" 185, l'oueft do n0 188,
& au fud parties des n 189 & 190o: ledit emplacement
fut conce6d au Sieur Berto.niere.
i En vertu d'ordonnaace de MM. les General & Inten-
dant, da 27 Janvier dernier, le Sieur Jean-Roch Lacroix,
Habitant a Mirehalais, pourfuit en reunion un terrain
fitue as qtrartier de Mirebalais, lieu dit le Fond-d'Enfer ,
de la coitenance de 1zoo pas de loy-g fur 600 de large,
ffaifant roitin d'une conceffion accordke au no-nmm Cofy ,
ladite moitie borne des reprifentans de Marion Grinout,
des h'riri~ts de Rend Lacrcix, p&re, de la riviere du Fond-
d'Enfer & du vieux Jeannot, appartenant au Sieur Fran-
*is Elie, pour l'avoir acquis du Sieur Francois Trumaux,
Je i Novembre 1764.


E F E T


P RD tr.


1 y a environ un mois, qu'un petit Nigre nouveau, ap-
partenant a M. Gaudi, a trouve pres les magafins du Roi,
ane montre a boitier d'argent: elle fera remife celui qui
la difignera ainfi que le cordon & ce qui y eft attache,
ei payant les frais du prifeat avis.

zD M M AN D x S.

I Les perfonnes qui defirent vendre un atteller de N&-
gres faits 1 une fucrerie ou $ la culture du cafe, peu-
vent s'adreffer a M. Cadieu, qui leur propofera des lettres
de change fur France, payables d'annee en annie par
3o,ooo livres chaque fur une bonne maifon de com-
merce, a Nantes. On achettera depuis vingt-cinq jufqu'ia
quarante trtes de Noirs.
Une perfonne d'un cara&fre & d'un age murs, ayant
dj'a huit ans de Cloniie, fouhaiterait trouver dans une
mairon de commerce, une place de commis & Interpr&te
Efpagnol; il fe chargerait auti des ecritures de quelque forte
habitation, o de V'eiucation & inftru&ion generale de plu-
fieurs enfans, ou mrme de l'un & 'autre eafemble. S'adrffTer
a I'nhrimerie Royale de cette ville.

Nirr Ais x c adt as x fWsT

3 Le Zenit Capitaine Antoine Bauzan partra pour
Marfeille le 2o de ce mois prefix. Ceux qui vou-
droot y charger s'adrefferont audit Capitaine, en fonma-
gafin rue Saiate-Claire.
3 Le Fidelle, de Saint Malo Capitaine Lebolloche,
d' port de o00 tonneaux a fon second voyage, ayant
une parties de Con chargement pret partira pour Bor-
deaux, du iI au t0 de ce rois. Ceux qui vou-
dront y charger a fret, fucre cafe coton & indigo,
'adraffeot audit Capitaine GQ MA. Dudiilot ou a M.


Galau ; Ea ftn magana t r ole Royale I cot I de 1VAe .-
Cadieu.
2 Les Treis-Amis, Capitaine Cornen, reconnu pour .
fa marche fup6rieure & tres-comrmode pour les pdfa-
gers partira pour Bordeaux a la fin de ce mois
prefix, il lui manque ttis-peu de chofe pour parfaire
ion chargement. Ceux qui voudront y pafter ou char-
ger a fret s'adreffercnt a M" Ckjaffing 6 Compagnie,
ou audit Capitaine en fon magafin en cette ville.
i L'Emdraude, Capitaine Petiteau, partira pour Bordeaux
du 2. F6vrier aw 5 Mars prifix. Ceux qui v.udrot .y
paffer ou charger a fret s'adrefferont audit CaFitaine, dans
le magafin du Sieur Pexote, rue Sainte-Claire. 11 a du vin
vieux & nouveau, de Monferrant, vendre.
i La Duchefe-de-Lavel, Capiraine Cibaut de Nique, par;
tira pour Bordeaux du 5 au To Avril prefix : ce navire eft
tres-commode pour les paffagers & a une fuperbe duaette.
Ceux qui voudront y paffer ou charger a fret s'adrefer rnt
audit Capitaife, ea fon magaiin, maifon du Sieur B1ureatz

A V s I D a S.

3 Un fonds de magafin, confiflant en diverfes nmarchai
difes sches & autres, des mieux achalandAe de la ville,
fittu rue de Frontforts, maifon de M. Flewriau, n i il
pres la rue des Capitaines ou Saint Jean Baptifte ap-
partenant aux Sieur & Dame Lartigau, qui vendront le
tout de gre grC, & cederont auffi le ball de prbs de
deux ans, de ladite maifon, a la charge par l'acquereur
de remettre au Sieur Lcrtigau I'acquit de fes dettes,
don't il donnera note d'accord quoa foit de prix;
offrant de donner un terme raifonnable ~aF'acheteur pour
ce qui pourra lui appartenir. Le prefeat avis fera infirs
trois fois.
3 Bois Cquarris du pays, idem de la Nouvelle-Oritans
planches, chevrons, effentes, riz en barils, more fran-
5aife, belle & fraiche, arrive de Saint-Pierre & Mique.
Ion, huile de poiffon, a vendre, chef M. Cadieu, Nego-.
ciant en cette ville. Plus, mules tirant i la chaife, belles
& bones; fils a voile & a folle. S'adreffer au Siear
Brochlrd, Marchand fur la place.
Moulins i ma'is, de bonne qaalite, moutarde en flacons
more en boucauts & en detail, riz de la Caroline, plan-
ches de fap, effentes de cypres, a vendre, chez M" Sar.
ra in 6 rEpes.
SUne habitation etablie en indigo, fire au Rcchellais;
quarter de Nipes, pres le bourg de la Pekite-Rivire, de
la contenance de 350 carreaux de terre ou environ, en
ayant 60 dans la haureur propre a la culture du caf6, de
1'cau en abordance en ha t, en has & pr&s des etabliffe.
means, confi;fans en une maifon principal de 66 pieds de
long fur 44 de large bhtie enbeis durs, a r pieds d'el'-
vation fous travers, planch'iee & couverte en effentes da
pays, en ,rcs-bon btat & bien diftribuee; une autre cafe
formant l'aile de 'eft, divifee en deux chambres, trois ca-
binets & une galerie, at nif en bois durs & couverte et
effentes; un m.ogifin format 'aile de 1'oueft, divifk en qua-
tre chambres, couvert en effentes; une remife en bois due
equarri; un fuperbe poulailler, un hpital, une fecherie,
un magafin a grains, couvert en paille, & des commodity
couvertes en effentes ; quatorze cafes & N.gres en bon 6tatp
un four en maconnerie, une cloche monte, huit vaifTeauz
en bon etat: plus un troupeau de b&tes I cores & cavali-
nes, idem de meutons, ainfi que diners meusjes nmeuiAas


1








I /


:I


I
I
I ~
I i
I i


L_~I 1~___1_







~ ~v a affi une bananerie vimm.nfe, des vivres de toute ef-
pen & en quantitY, baucoup dg bois durs, propres a'faire
les plus beaux rolles de mouins a eau, en parties abattus
.& bo:is a employer; -un taangpoiffonn\3'x. e1, propri6taire
prevent qu'il" fe riferve la r6eolte des indigos de cette annee.
Un fiimne de ladite habitation, appartient au mineur le
SSnecial de Carcado, que 1'acqu&reqr pourra liciter. Ceux
qui voudront en fire I'acquifition s'adrefferont a M. eI
Marquis d'AddhIznr Lant,.gnsc, far ladite habitation, ou a
MI" Meynardie, 'Piccard & Cotmpagnie, Ncgociant en ce:te
viile.
Vaches laitices mulets faits au pays, cabrits, chaux
vive ou 6teinte, a vendre fur 'habitatioi Chavannes: s'adref-
fer a M" Hartmann frcres., au coin du March-.
A Vx E N D R a oU A F F R ME R.
Une habitation en fucrerie de cent foixan:e-trois car-
reaur fitted au Cul de Sac, & connue fous le nom
de i'habi'ation MLlet colloq .~e a la riviere crenfe pour
62 pouces d'eti tornee des habitations Toumafeau ia
Judonnerie 6' Drouill.ard alellnment affrmee a Ma-
dome de Ponthieu, qui la fait cultiver depuis huit ans, el
cannes., lefquelles produifent de trs-bon fucre & dons la fe'r-
me expire au mois de Septembre prochain. Ladite Da-
mne remetrra cette habitation avec huit pieces de can-
ees & huit careaux en vivrs. On vendra ladite habi-
ration avec faculty 'a L'acquereur de fire travailler aux baii-
mens quand bon lui femblera. On pourra fe procurer le bois
& les roches fur. une petite place qui depend de ladite
habitation ; a difaut d'acqfereur on i'afferaera fans
Negres, avec condition de fire les 6tab1iffemrnns. S'adref-
fer 'a Jacmel I'Douge fis, proprietaire ; a la Croix-
des-Bouquets a Mathimu Dotd & au Port-au-Prince '
Chanltte. ain, Ng goqiant.
A. A. F, F i. AM R.
Une habitation de 30 carreaux, fitue au plus belendroit
iu quarter, redevenue bois d& bout, & 'a oo pas de la
iviBre del'Artibonite:, borne d'un c5te de i'habi:a;ion de
feu Madame Raulin & de M. Cavaye, tres-boane iniogo-
serie& cotonerie, fur laquelle il y a deux indigoteries. S'a-
dreffer a M. Bernard Boulin, Habitant a I'Artibonite, re-
ficant a Saint-Marc, qui en fera bonne compofition, &
s1ne 1'a{rme d'ici a 3 moiss il y tera beaucoup de
c'aux, i'annee prochaine, po-r pro:iter de. tons les bois
&. a mettra enfuite en valeur dans tbute Ca totalih:
SS C L A V E. S V M Ar R R o 0 N ~ E .
Un Ngre nouveau nomm' Petro Co.r etampi
fr le fein droit en croiffant JEAN BAPTITE ESPA-
G'4ET, age de 30 ans ayant une jambe plus groffe
cue I'autre part marron depuis environ un mois &
4emi. En donner avis au Sieur Jean Baptife Efpagriat a
$aint-Marc.
r Un Negre, Mondongue etampi LUTIN PETIT-
GOAVE E .g de 40 a 45 ans part marron depus
W premier Decembre dernier. En donner avis au Sietur
Gauticr; N'gociaW au Trou Bonbon, ou au Sieur Maurel,
Maichand era sette iile,


FatFte., Canga, &tampee B DEBRIEU A AQUIN, ailt
d'environ 5 pieds 4 pouces, jolie de figure ayant de belles
dents, parties marronne de 1'habitation Bodkin, le to Di.
cembre dernier. En donner avis a M. Babin Debrieu, Ha-
bitant a Aquin ; ii y aura recompenfe.
Trois Negres, Congos, Iun nomm6 Orleans, &tamp6
fur le fein guche JEULIN, age de 28 ans, taille de 5 pieds
7 pouces, ayant des marques de fon pays fur l'eftomac;
l'autre nommr Donnery ag de 21 ans, taille de pieds
2 pouces, ayant une cicatrice a gauche du front; & .1
troifihme Hafard, 6tamp' fur le fein droit meme trampe que
le premier, ge de 18 ans, taille de pids i pouce, ayant la
'e petits points fur la figure: -tous trois parties marrons-. le
8 dumtois dernier. En donner avis au Sieur-Jeidin, Tonnelier,
rue. Royale.
Anne, Tiamba, etampr e VALLIERE, agee de 40 ans ,
de forte corpulence ayant un goltre & une chaine au
cqu. En donner avis 'a M" Patot 6 Compagnie, Negocians
en cette ville.
i Jacques Tangouli, Creole, fans &tamp', ag d'envlroa
28 ans, parti marron de l'habitation de M. Bearn, "a Mira-
goane, depuis trois femaines. En donner avis audit Sieur
'Btin, a qui il appartient.
i Hieriete, Arada, ayant appartenue an Sieur Franfois
Af ath, parties marrer.;e le 22 du mois dernier. En donner
avis 'a M. Pcrrier, Negociant en ceite ville; il y aura re-
compen e.
Joftph, 'Canga, a, amph ur le *fein droit A LESCON-
FLER au-detTous G:A:, ag6 de 21 ans parlant Anglais,
part marron depuis le .20 Decerbre dernier. En donner
avis aux Sieurs Francois f'Efcoufliur 6 Dutue, tenant bou-
langerie a J&ermie; il y aura r6compenfe.
Jean-Pierre, Congo, etampe AD ST G. les deur premieres
lettres entrelac~es, age de 20 ans, taille de pieds 2 pouces,
ayant la peau noire, bien fait, appartenant 'a M. Jane, part
marron le 14 du mois dernier. En donner avis aux Sieurs
Pargon, aux Cayes.
Tdikmnque, Congo, etarl e PELLISSIER, taille ae'
pieds 5 pouces, figure pi e gros nez, & Boulanger
de Ton mtier, pari marron le 8 du mois dern:er. En don-
ner avis au Sieur Dalefl, oulangeren cette ville.


A i M A UX


QARLS.


11 s'eft: chapp6 le 2. Novembre dernier, entire le Cap
Dame-Marie & les Irois, un cheval efpagnol fous poil rou-
ge, fans 6tanpe, vif, ayanr.des marques de fon pays, le
dos enfonc6, court queue-, allant I'allure, & portant bien
fa ette. En donner avis a M Tapiau 6' Delville, N6go-
clars aux Cayes.
1 II s'eflt chappe le to du mois dernier de la Savane-
Ronde, quartierdes Gonalives, une mule. fous poil rouge,
fellle & bride, etampie du c6t6 du montoir LV, ayant
une tache blanche au flanc'-provenant d'une bleffure. En don-
ner avis M. /Vialene, a la Petite-Riviere de 1'Artibonite,
ou au Sieur Barbaroux, Negociant a Saint-Marc i i y aura
une portugaife de recompenfe.


Avec permiffgon de M M. les Ge nral & Intundant.


AU. PORT..AU-PRINCE, DE L'I M P RI ME R I E R OYALE


F"-~-- -- -- ----____ t_ _








--rrr~~mw .-I(ILk~J~yl
*L.) -~~` t1 ~~, r*) ci I


N Io.fl


g s--Mm -M > 4m li-


CHES


Du Samedi


efcalin. 21 once.


E T A T S -U N I S.

Extrait dune G.qette de Bofon', en date du er" Decembre.

Une lettre d'un Habitant de Porfmouth, date du 28
Novembre, porter ce qui fuit:
a Le courier de Portland m'a inform, qu'un batiment
? arrive Vendredi dernidr de Saintc-Croix a repnndu !a
nouvelle, que le Capitaine d'un navire venu du Porr-au-
7 Prince a Sainte-Croix en 5 jours a ;&tr qi'un tr.e'."micmnia.
vde terre avait renverfl la ville du Port-au-Ptince & que
)1700 perfcnnes 6taient peries. On a objet a-el:ui quii
va rapport cet ev&eement qu'on e pouvair fWe, en 5
)s Jours, a traverfie du Port-au-Pince a Sain;:-Croir, nmais
Nil a repondu que le navire avait &r favorite par iin fort
T coup de vent d'ouei. L'accident a eu lieu vers le o
v Otobre ,.
I es Habians de Saint-Domingue connaiffent touted la fauf-
fete du contenu en cette lettre: ele prouve combir n on
doit f. difier de beaucoup de nouvtIles particuli'res. On fe
fait quelquefois un jeu d'en r'pan.re d'fff.ayantes, mais on
f'rait p!us circonfpcEf fi I'on confid.rait que ces inconfi-
quiences peuvent po't.r I'allarme dans le coeur de ceux qui
cnt des parens & des interets de commerce dans les lieux
cue l'on dit avoir ete le thi^tre des evenemens les plus
fu"' eles.
I! imported a ceux qui font le commerce des t ats-Unis,
d'en connatre- les loix navales & commercials, c'efl ce qui
rous a d..r;ni.:.s a in'err ici u. extrait du Code des R,-
:.b:i:l'qties d_ Nv w-Hamps'nire, Maffa.hufetts & New-York.
On y var-a Ij.qu' i. qcel point de fverite les Americains
r',airniiennent d'-;. L prt: i'Nxecution des rtglemens, &
combien le s itcau'oi-s qu'ils out prices contre la fraud
font m.:.pl&:s. /
L~ relations q,'i., o, t avec les ports d'entrep6t de cette
gColAnie nous fonr a .prer ,., ce:te publication y fera bien
r-:ue, .c nr;us n 'A.oni pas p ain de furs remarquer a nos
La.". mn:rU eie;! -.e en, a leur prefenter tout ce qui
r.,) s parta; p.pr a s iner,'-^er & a rendre cette Feuille
d'une u:ii'!',, .{::,' i,;.
Nu.is avmns fi. : t e,-trait fur une tradu&ion public en
F.a-:sdds aJn le ,:.' HTipshire, a laquelle nous n'avons
7ri(:'. v.J1 it 6-:,i;:.-, n,.i..: !es aglicifmnes que l'on y pourra
erarquei, .. ~~ .jdceur y a fans doute, laiiTcs parce
I'il fdaii csu,.,duls t.uier I'tlgtanc a I'exaditude.


MERICAINES.


3 Fevrier 1787.



ExtraiL des Loix commerc;dles de lItat de Mafachwfets.

Droits de confommation. On payera pour vin de Madere,
8 denier (.*) --- autre vin 6 d. genievre & rum des Indes
occidentales, 6 d. --- rum de la Nouvelle-Argleterre &C
auntes liqueurs diltiiee6s, 3 d. par gallon de chaz;ue arti-
cle ----. caf &i cacao, i d. fucre en pains 4 d.-
autres facres un demi denier par livre de chaque arti-
cle --- citrons, par caiflhs de 400, 3 fchelings < en pro-
portion pour une qiantitm moindre ou plus grande. Nousne
faifons p-s mention des articles qui ne font pas fufceptibles
d'itrhffer la Colonie.
L'Officier naval, ou le ColleSeur, eft, en cas de fuf-
picion du manifele, autorif'-a fe tranfporter a board de tout
batiiRent, y computer tous les pacquets, balles, caifles, a
,nef'ire qu'ils front decharges. Si aucun des paquets,
balls & caiffes, eft enlev6 hours du batiment, apres quele
Capitaine ou Proprie:aire aura eti informed que le mani-
feie eft fufp-e{; apres le coucher ou avant le lever du fo.
leil, on a toute autre hcure, fans avis prea!able aux em-
ployes, le fait fera confid er comme une preuve fuffifante
de la fraude du manifefte.


(*) Le dollar, gourde, ou piaflre, vaut, dans s s tats
de Pe' Flvanie ANe';-Jer'fy, Deleware 6' Mairmland, 7 fchelo
lings 6 deniers ; dans is tatst de ia.,"w-I'ork & de ia Caro-
line du nord, 8 fchellings; dans I:s Etats de Viroinie, Connec-
ticut, Rfode-IIand, MajFJackfittts & VNw-h'ampnshire, 6
f/hellings; dars les Etais de la Caroline du fud & de la
Georgie 4 fch. 8 d. Si le dollar efl ivalud ioy fils tournois
6 divifi en 6 fi/ell:ings, le fha. vaut 17 f 6 d. tour. 6& le
iz"' du fch. ou Ie denier, vaut 7 d. & dem i tour. On compete
par denis, ds, c e denCse pr deniers, fols &
livres; e fhellirngs. eft la :o''" partie du pounds ;' la va.
leur dau pound depend dc l,. divi d d d dollar en Jchellings: le
dollar ejq-il a 6 ou 8 f itellings le pound v,:ut 3 dollars 6*
& un tiers, ou 2 dollars &' de;mi, di'rence .qui en ivaluant
le dollar a ito fi product cell e de 7 1I. ito f. 3 1. 2 f 6 d.
tour. --- L'icu de 6 1. efi recu pour 6 fch'. 8 d. & toute di-
vifion d'cu en proportion. Le louis d'or, fimple, pefat y de-
niers, p enny-weightt, & 6 grains, vaut 27 fch. 4 den. A;nfi
le louis vaut 8 den. de phis que 4 cue u 6 1, ToiU!es ejfpces
d'or font rnues dans le payment des dettes pour une jbmme
proportior1nede ai y pounds 6 f/I. S den. par once & dans le
payemrnt des taxes, au taux du turif, fuffent-elles au delous
du poid's.
Les voids & mefures d'A nglterre font ccux des Etats-tUnis
c'eI-d-dire, que jQQ lb. poid dc marc font i s k AAn4iaifes oQ
Amiricdinc'


~~~_X ~ ___ ~I~__







Quicenque donnera In faux manifefe, ufaure, ertif.ccat
quittance, ou connaiffement, avec deTifn de frauder, en.
nu:rera une amended de too pounds & la confiscation de fa
valeur des marchandiies; me&xe amende & confiscation con-
tre le falfificareur.
OOutre les droits ci-deffus, ii yen a un additionnel fur
toutes !es marchandifes manuf Litures hours des Etars-Unis.
La melaffe.importee fur des airtimens appartenanssux
Ci!oyens des'Etats-Unis, ne payera aucuss drokis; celle
i:nprte fur d'autres batimens, payera 5 pour 1oo pour
droitde do..ane au lieu de ceiui etabli ci-devant.
.On appointera dans chaque lieu pri.icipal des .p:rfonnes cen.
vn abess,b don't 1g de-o:r fera de denoncer les contraventiors
anx droits d'entrfe & de coafommation ( of inmpff nd
eqif ).
Aucunies denres, produa~ions ou marchandifes da cri,
produlit, otu manufa&ure de cet Etat, ou d'autres des Etat-
Unis, ne pourront etre exporties de cet Etat, far aucun
navire on autre bitiment, appartenant en totalit6 ou ea
parties 2 aucun des fujets du Roi de Ia Graindr-Bretagne. Cette
difenfe ceffera lorfque les prohibitions centre les batimens
Americains, dans plufieurs poffetlins de i'Angrleterre, au-
ront etc revoquies, & n'aura efft aufli lonig-temips que la.
liberty d'y commerce leur fera accordee.
Tout navire ou autre batiment dfigne ci-dejffus, char,
geat ou ayant charge dans cet etat, en contravention au
prCent bill, fera con~fquce avec la cargaifon. Tout Gitoyen
des Etats-Unis pourra faifir: apres la dedLtion des frais,
une moitie du produit fera donned au pourfuivant ou fai-
fifant, & l'autre moitie fera payee ai trefor de cette
4Rpublique.
Le bois, la graine de ln la pot-ask & pe,.irl-as;, le bmauf,
le porc, le poiffon, le tabac, le beurre, les oignons & la
Ohaux, doivent stre infp5eis avant d'etre exp3rtis, pour
-en 'afurer la quality, bonne & marchande, !es poids & me.-
fures, en conferver ainJi la reputation ch l'E'trranger.
Tout fucre en pain, de manufacture 6trangere, imported
par terre ou par eau, & dicharge, fera confifqu-, s'ils n'aft
pas prouve par le proprietaire que le fucre a 6ee raffink dans
cet Etat, ou autre dei Etats-Unis; moitie 4e la confifcation
an faififfant & l'autre moiti a 1l'E'at. L:s Commis des bu-
reaux de navigation & de doua e font.autorifis a aller a
bord de tout batiment, avec affiftance, fi elle e'f nceffaire,
prendre des informations far la cargaifon .;. destination, 4t
i quelque chofe leur parait non jatisfaifant, ils pourront
commettre une ou plufieurs perfonnes, pour d.emuarer baerd
jufqu'a l'enregiftrement regulisr de la cargaifon, oujufqu'au
part,

Extrait des Loix commerclc'ss "de fEtat de Ncw-York.

Le Capitaine d'un hatiment arrive a un port, Creek, ou
HI.avre de cet Etat, au fud on a 'eft de esw-York, fera
la declaration dans 72 hears, & s'il aft a New-York on
8 Saggharbour, ,dan1s 24 heures. 96 heares apres, il prkfen-
tera fon manifte, pre:era & fignera le fermenct d'a firma-
lion q'e le manifiele par luii remis eft eira, & que ni
plus, ni a'tres mirchandifes qn'il o'eft porter aiu manifefle,
etaient h bord du batiment quand il a quittr le port de...
& n'y cart kte en'aucun temps decuis, & que le batiment
eft 'arti en r'rnier lieu du port de....
Taut bAtimnit qii fera conaruit dans cet Etat pir ou
pour an ktrr Tger & agrci avee des cordages du procduit &
aqufaare dia an des EtatsaVnis, aura droit sx mfimes


; pr ;gs que apparrefia!t a des Gitrym de Met ir
ou d'aucun des Etats-Uis & fur prewve fate i la liati
fa6&on du C)ilh eur, on se payera.pour lei marchan.jif%
imrportres fur un tel ba9iment ni plus forts, ni autres droits
qu'ld 'eft payi par les G.:oyeas de ceA Etat, on d'aucs
des Etats-Unis.
Toutes marchandifes importkes daas cee Etat- par u'
&ranger & non confign4-s a un citoyes de cei Etat, feror~
f;ojttes au droit d'un & demi pour Ioo, plus que Ias mt,
mrs artices import6t par l6 G.toQyeas de cet Eiat, on d'aa.
cun des Eiats-Uiis.

Extrait des Loix commercial de lEt at de New-Hlamptir~e,

Le Capitaine de tout bl!imeat donnera dans 48 khtpi
do fon arrivee, une dclaration exa&e- & iar O6i t de la car.
gaifo avec les soms des proprieraires ou coafignatairu, &
expofera, imPrailiatementn i on ie requiert, les nmarchan.
difss a 1's.ftiuation, ce qui ne fera paas, r6put6 d chage;
mais les marchanfifes refieront fous la garde du Colle teur
jufqu'au payeisat: d's. droits.
Tout Capitaina qui dcbha-gora fans lepermis du Navl..
O.icer, qui ne le d'livreri qi;e fOr le certificate de ti'nMo/;o
Ofrer, qu. les droits out e4 pays ou cautionnes, fera
coadsmnl : 2 une amende d 2,3 pouna'd, & les marchan..
dies ;infi d6chargc s front conHfiquaes.
C.t Eat, eoI ii n'y a auctns draits fatr les veate s.a e-,
ch.'re, a les m-nes laix fur le pilorage, la police des ma-
telots & l'iufpetion des mnamee articles d'exportation que
'Etat de Maffachufetts.
Dans.m New-Hamphire, le pound vaut 3 dol!as.

Dv Po atr A v- PatRI c

Le 30 du mois dernier, a 6 h.7 m. du foir, on a refenti
iri ume forte fecoufie de tremblement de terre qui a durk
au moins deux fecondes; la direlmion nous a fermble de 1'E. A
'O. IIy avait degros nuages neirs qui occupaient toute ii par-
tie de Ioueft, s'itendant jufqu'au S. O. La une 6tait fort
ble. Nous n'avonspu fire furlchampd'autres observations.
Un quart d'heureapres, le thermoai:re au mercury mar quait
25 degrs, le barometre S pouces 5 lignes, & il mon-
tait. Depuis plus de huit jours la brife d'eft regne prefque
fans interruption; le thermoram tre marque ordinairermeat
14 ou 25" i heureapris midi.

Ex~uter un grand Opera fur un Thetre de Colonie,
eft une entreprife qui parait d'abord tembraire, elle a cepen,
dant retiffi la Comedie de cette vile. Mardi dernier on y a
don:6 la CaaraPvanc du Caire, & le Public, qui n'esxie pas
ordin.iremrnet au-dela du poflible, eft en geiral forti fatis-
fait. C'eA particulibrement l'enfemble qui a regii4 dans
toutes les parties de la piece qua les PKAeurs doivent ee
fucces. Si ious les outrages qu'ils repr"ienten- ietaient mis
avec drint de fpin, s'ils etaient rip'ts avec aurant '' at-
ten:io0n., Cs Comrndenri juliifr.i nt le zlek donu, dans tou-.
tes leurs annonces, ils ie diilnt animes. LU dire, ce n'co
pas Ic prouver. Dans le nombre d& ceux auxquel la Ca-
ravane a valn des applaudiTIemens, on doit di{l-inguer li
)Demtoiltcll Sintfe-Foix, qii a lou.1 le ro!e de Ztlime avec
fenfibitt ; fa figure jufitie amour que le Pacha conmoit
pour elle a la premiere vue. La Deinoiflle Thibault a
fort bien chdntb les deux principles arittes du rbie de
'Efrliave fritnaift, ia voix i de l'iteniue, ia proQionciag


T~T~--~L~--------------L- I I


~....~~~~ ~~








I-


r


Ic4p"-~ra~lctrrnr.rr~L IILr~ mC ~ss -I _ ~_ ~ ------


tIna EA purt,fi i t Itsatet tWens nicetff'aires pet ditre Acz
rcae r6pondaient a ces qualities, il eft peu de fes cama-
aics ici qti portraiat 'clipfer ; mais il faut qa'e!le tra-
vaille beaucoup, qu'elle cerche i acqerir des graces, de l'ai-
fance,da maiatien fi ale veut fair des prorwes daws la carriere
te'elle parcourt. Le role d'Alm.iAe n'eil pas ag:6able, &
Vepeadant la Demoifelle Minette y a reu des applaadif.-
mras anxquels elle doit rtre accoutum6e : nous i'invitoas
& mttrre an pea plus de chaleur & de pr6cifion qnand
sU s'cerie : Je triomphe enfin, aprcs announcee de 1'enlIve.
rmesamt de Zilkime; mais la maniere don't elle s'acqutte
(~avest de quslques r6les, eft pluiat faite pour etre featie
par ls connaifteurs que par la multitude Le Sicur Dure-
fir, at b bi ,fice dtqual drait cette reprbfentation, a joa6
Ifcar & Floreflan le Public a et6 aufi content de laI
qu'il a di l'etre de la recette. C'eft fans doutI par un exces
de complaifance que le Sieur Doevilriers s'ef charge da
r4le de Saint-Pkar, car la premiere obligation d'tra Aqeur
d'Opira eft do ne point chanter faux, & cela eft impofli-
ble au Sieur Douvilliers. On a fait recommencer air Sieur
e 'linval la charmante ariette ; Paincment Almaide encore.
Nous Ciens prets a terminer cet article, lorfque nous
avons reu une lettre qui fuppliera a que!ques autres ob-
f arations que nous nous propofions de fire.
a J'aurais hien voulu vous voir hier au Spedacle, mes
yeux me fervaient mal, je n'ai pu :ous dkcouvrir : voici,
-rime Muficien, ce que j'ai obferve; ir mauvaife diftri-
lntion de rbles. II me femble que celui du jeune Oflicier
francais, qui eft lon0 & qui exige beaucoup de chant, de-
vait d're donned au Sieur Saint-Liger, & le fien, celui de
Zamorif, au Sieur Douvilliers; 2 plufieurs choeurs ont 6te
r sduits des duo, dorat m8me la plupart eraient chants '
Puniffon; *le coftume de qwelques voyageufes m'a fen-
bei us pen lefle pour la fcene, notamment celui de la De-
saifelle Tkibault, au premier ade. J'ai kte d'ailieurs gene-
ralement fatisfait : le Sieur Durofier m'a faith plaifir, &
pour la voix j'aie te ravi de cell duSieur Deflinval; J'aurais
dafire cependant que dans le petit air du .troifieme a6le,
it eut moiansfait fonner & nafiller les mots : partage man
ardeur; dans la totality, il a fait beaucoup de progress
ppaor 1'aplomb. Enfin, le tout a furpaffh mon atte-nte .s ii
Ihrait a foulaiter que nous fuflions toujours auffi bien traits ,

tvine rent Hijforique.
Le -S Janvier 14, mort de Charlenmgne, age de 72 ans ;
i eft enterre4 Aix-la-Chapelle. Ce Prince fut en mnime-
temps Rl i de France, & premier Empereur d'Oacident. 11
combattit les Saxons pendant 30 ans pour leur faire adcpter
]a Relisian Chretienne : apt~s pluiteurs viCloircs, i for'ay
Ieur Roi Vitikind a fe fire baptifer & a s'avouer fon tribe-
taire. Quoique pinfieurs Hiftoriens reprefententt Chiari:m,;-g:;
comme un Prince doux & bienfaifant, fon zile avengle pour
lr Religion n'avait cependant pas afaibli dans fon coeur
I'kumeur fanguinaire qui dominant les Princes dans les temps
de b'urbrie: enjun feul jour cet Emperear-Roi fit dicapi-
ter de faig froid 4o00 Saxons; execution epouvantable,,
a.niound'un brigand, qui eloigna pendant long-tem ss fes
peuples de la fonmiffion. Ses viaoies fur lc Sarrafins, ces
Huluni, les Arabes, fes triomphes cn Italic, &c. lui mt ite-
rUnt autant le furnom de M;ag';, g"and, que la prote.'ctiI
qu'il accord aux Bellrs-Lettres, qu'il cultiva & don't ii fut
l Roflaurateur. 11 itablicr a man:ire de chapter par livres,
I'ls & dniezrs, tell qu'eli eii efere a ufa" e ajourd'hlui,


mats afe EM' dtfeeIto que la ivre drilors enpriw.
ane lirs r&elle d'argezt, au aeu te maintenant elle e 'clt
qu'idiale. to fols du temps de Charlemagne, fervlent 64L
8 f. de la monmiie a&uelle. On doit a ce Prince les pre-
mitres Lix f oma tuaire4, qui rgJrcnri le prix des &tc-%s
& la deipsfe de ckaque particali,'r. L i-mpnme donna fe-
xemple de la pl~s g'ands firnplicit- dsns fes habits & de la
vie frugal. Ce Conquraat Ldg;flate r a fait plufienr r6gle.
mnns qui foat connus tous le nonr de C.qtulaires. Romae 1.a
plac6 au nsmbre des Saints ; ii le meriai: par des qua-
lit&s brilantes, mais jil ripandir beaucoup de fang, il d6-
poui!la fesineveax, ii fut foupconne d'incefle, & malgr.le,
rang qu'il occupe dais le cJ.-.dricw, on fait tens les ans- ux
service a Metz pour l-j reps de fon aane.


B E L L E S-L E T T R E S.

Suite de r xtrait de l'ouvrage de M. I.AbbSU ob or, fw-
la Chie.

.-La piete finale eft un des pl"s grands reports du Gou-
vernement chinoi, Ce R'de pas come ailleurs, une simple
regle de bienftaace, un devoir purement natural, e'eft usi
point de religion fcrupuleuiement obfccve. L'objet de la
pit e filiale eft de ne laiffar voir au Souverain, dans fes
fujets,, que fes vefitables enfans, & aux fujets, dans leur
Souverain, que le Pere common d? la Naticn. Les Anci&ns
1'appelaiont meme, le Pcre 6& la Mtre de I'Empire. Le Code
de la piet' filiale a acquis force de loi. Seloa ce qu'il pref-
crit, un fils, ne poffode rien en propre du vivant de f.*x
pere; it ne doit s'affeoir nulle part fur la mr4e- naite
quu lui; il ne fort jar:ais fans ie prkvenir, & ie rentre
jamais fans venir le faluer. Un ills qui march avec for
Pre, ne fAit que le fuivre & fe tient en arriere tla difta:ce
d'un pas. Si un fils attente aux jours de fon pere ou de fa
rne, tout officer, tout domfltique de la maifon eft au-
torife a tuer ce fits parricide; ia maifon eil abbatue, rafe,
& le terrein qu'el!e occupait change en egour. Cette loi
parait avoir ere adopt6e dans tout I'Empire ; mais il eil care
qu'on foit reduit ~ la fire exucuter. Le Prince qui la pro-
mulga s'impofa a lui-n~me uie forte de cbatitment, pour
n'avoir paE prevu un crime de certe nature, ou plutbt,
pour exprer !a honte qui en rejailiilait fur fon reg-.e: ii fe
condamna a s'abtenir de vin pendant une lune entire. On
demandait a Confucius cmmrnent un hfs devait fe comrpor-
ter covers l'enncmi de fon rpre. C Philofophe repondit:
II dit .e coacher en r habits de dc:li, &6 r'i,'.rir que fs ar-
mrs pour chevet. On enfalgne le reifpe t filiAl dans tou:es lei
Pcoles p-bliqucs de l'Emipire c'Ai n. .rne ce qu'on y ea-
feigne d'abord avcc le p!us pgrid (cin. L'Empereur lui-
mime y eft aufli fourmis q:e le derni'r de fei fuje.:s. C'c
une ef-ce dIe ciUte qu'il rend a l'Impriatrice-Mtec fi elie
a ifrvecu fon 6poux. Aucur.e m ne, dans le monde en-
tier, ne jouit d'un hormmi ge aufii marqu6 a'.;ii claant ,
Rufii public. C'eft fur-tout le premier jcur de chcaque an-
ne qu'il fe renoi,,ellc e dla mani'e la pu:s ii-ipofrare.
Nous n'avens point de fite qui .'.o cette a.gufe c.r-
monie. Enfin, o1; tient pour ma'inae a la Chins: Que
lia piete filiale du Prince double rtCnto s lc vcrt:s d? fes
, fi ]ets; que tout fce6!rat a cornm:enc6 par tre Inauva:s
i filis; que tcttes les vertus rfont en pril cqun.d Ia piete
>?fi!.ale rft aitaqiMei que. louet fon ifls, c"'t e vf ,,er :








,,q'.ie blmer fon phre, c'=ft fe fltrir; qta tout ce qui don-
n. ateinte a-la pC;rt, fli-le et une calatiite publique, &
Squce tout ce qui i'argmente elt un grain coup d'tfcat ,.
L'Agricu!ture il t i:guliS;.tnt honc ie a Ca hine.On
fait que fEm:per2ur, a iouverture du Printemps done a
a touimfes fujets, i'e:Nemple de fun refped pour la charrue,
tn tr-!ant lui-rAnme qudlques iiilo's.
Qite'que fibi ie pouvoir des Gouverneurs de Province,
its en doivent ufer avec beaucoup de circonipeAion car
ils font furveiills f.ns ccffl par des Vifitenus que le Sou-
verain envoie udins les provis;c;s, & IEmpereur replace
queiquefols lui-meane ccs 'Viiieurs.
La Cldorinuc fur 1'exi).tnce i les attrlbuts d'un Souverain
.tre, fur le cute & les hon;rnages qui lui font dus, a fub-
tfit: la Chin: fans a'teration & fans melange, pendant
ne tongue fit2 -c, fi c1,s. i..Ls fees & les fuprfitions
font venues p"r ia fucc:4dl n des temps; elles partagent
1'efprih du uPe-p!e, mras it p;arart que 1,s Grands & ies
Leztres !fort ref'ss a'aCh-s d la fcule religion Iarurelle. 603
ars avant norre Ere naquit Lao- Tfi lEpicure de la
Chine ; fa philofophie n'.tait aurre chole que 1'atd-ime voile
& raffini. Ses difciples Ievren-: Ie voile & affich'rent ia plus
grofi&ere impi&te.. Leurs erreurs donnerent lieu a une foule
d'extravogances & particuli:eement a celles de la Magie.
Mais cette folie eft pafie aux Chinois, come elle eft
aauellement mrprif4e parmi .las Francais, qui en ont eit
pofldlis jufqu'au commencement du ficle de Louis xiv.
es lumieres qui ont brilc pendant cz beau regne, ont
difip6 ces tinbbres. Nous neus fommes defaits affli des
chimnres de i'AG.rologie ju .iciair: les Chinois y croyent
encore, & le mondrelre phenomei clcTe met touts les
ttes de Pekin en movement; le Alt:onomes, qui jouent
auffi le rble d'Aflroitg' es, font confulies pour favor fi une
iclipfe n'eif pas d4pendante des jours & des aaions non-
feniement de 1'Empeiur, mais meme de chacun des in-
dividus qui ont le moyen de payer la confuita;ion. Une
Compete trouble tous les efprits: gardons-nous d'en tire s
nous ne fommes pas encore bien gueris de la frayeur que
ces corps ,eldtes nous inrpirenr.
Deux f<'.s s tres-fuperritieufes fon maintenante tablis; par-
mni les gens du Peuple: celles des Tao-ffe & Vdbfurde re-
ligien du DIeu Fo. La fuperflition chinoife a prodigieure-
--nent multiple les idoles; mais le Peuple tr4-famiiier avec
.elles, les tra te-quelquefois fort mal. Comment, c'hien
-d'Efprit, difent-ils, nous te logeons dan u:ni imple c;m--
a mode, tu es bien nourri, bien dore, bien encen, &
7,apres tous les foins que nous nous donnohis, tu es aLfcz
",ingrat pour nous rcfufer ce qui nous eit nec,.i.,re .
Enfuite on lie le Dieu ave: d,.s cordes, on le tnaim- dans
le r.ifeau, oh o 1'abreuve de bo.e & d'immojices
pour 1.u fire payer tout<'s I.-s paitiles don't on I'a piifu-
me tcus ls cierges qu'on a brules en ton ho'neur. S'
arrive que pendant I'eecuiion, les di&,ots obri'.p-arni, par
ha'ard ce q'u'ils avaient fo',haite, alo s iS 9re'o:- tr en
4er"monie le SAint dans fa niche, :3,es f1'avoir b;.n ladve
kleu effovew ils fe pro-Arnent enfLite a f, s pi::s, & i.i
fott divdrfes excufes; i!s lui dilent d A la v.ri t6, nolus
"eous fonrmcs trop preffes, mais au find, n'avez-vous

Avec perv:ifion de M M.f.


------ -- ZL~I~a~~Z2A~a W4IaL~7~1"~


,,pas tort d'tre r e lifficite ? Pourquoi vous faire battle f ro
.effe ? Vous en couterait-il davantage d'accorder les chores
de bone grace ? Cependant ce qui eft fair .eft fait, n'y
P fongeons plus : on vous redorera, pourvu que vous ne
n vous fouveniez plus du pafi~ ,..
Les Preties du Dieu Fo font livres 'a avidith, ala luxu.
re, a i'hypocrifie, a la gourmandib, & favent tirer le
plus grand parti de Ia faibille des devots,
Les Chinois font peu jaloux d'orer & d'ermellir linm
tericur de leurs maifons : on n'y voit nl snr;oirs. ni ta.
pifferies, ni dormes. D'ailleurs, ils ne reeivent-. de vifites
que dans une falle particuliere deftinke a cet ufa'e. Elie
eft place en avant de routes les autres, fans 'que ce:jx
qu'on y admet puiffent communiquLer avec les app.iter:ns
interieurs. Le cesemonial de leurs vifi:es & de leurs invi-
tations eft d'une civility genante & purile. Une invita-
tion un repas n'eit fuppolee reelle, qu'apres avoir etz
renouveilde trois fois. La marniiie de fatiuer, n;,m entire
Particuliers d'un 4:at mediocre, eit bien moins e:.pv'diTie
que la n6tre. Le fa;ut ordinaire confifte joindre kt.s m ins
devant la pcitrine, a les remuer d'une manire ai:cu .cr,
& a recourber tant foit peu la t'ei, en fe difa;: rccipr -
quement tfin-tfin, mot de coiu.nlirmen qui figniie tout. ce
qu'on veut, come les n8tres. Au frpls, ia noliteffe eft
repandue a la Chine dans les villages come dans les
villes memes; & comme on fa erig en loi elle i'cl
guEre plus fincre cans les uns que dans les au .es.
Aulli la Chine ef-elle le pays du monde oih la dfi: ce
eft le plus n&ceffaire; elle -ft m meautorif~ea i par l'u' c &
par la loi. Cdlui qui achete doil porter avec lui fa ba-
lance, autrement il rifque fort d'etre trompeF fur le poids
de ce qu'on lui vend; car le poids feuI en rlg]. ,Y'ur.
La maxime du marchand.eft, que I'achaeur a pour princip
de donner tonjours le moins qi'i pent, & par cette raifon,
il fe croit fond. f tirer de lui, le plus qu'il lui efjl y/ible,
Ce n'jf? pas le aichand, dil'en-ils, qui trompe, c'ef I'ache-
tcur qui je tr,.mpe luih-mi'n .
Les foires del'Europe les plus frecquentbes ne font qu'un3
faible image de cete foule incroyable.de vendeurs & d'a-
chiteurs qui -s'agizent Ians ceffe dans les grandes villes de
la Chine. On pet dire que la moitie eft occup,ee a trom-
per I'autre. C'ei: fur-tout centre los etrangers que les mar-
chands chinos exe'c..t bur i:nfatiable ratucite.
Les mocc.rs des Ta.iaes, conquerans de la Chine, diff-
rent p.;r de fort.s nwm":rces des .n-s.ois de la Na:icn con-
quife ; is n'ont pris a'eie que des ufages & out gard6
Icur cavr;;,&r. Le Tatat-r? edt oblige art, li-'oral, ennemi de
tou:e diiiinula.ion & plus occupy a jouir de fa fortune,
qu'a l'augmenter. Ii a :,orte dans les travaux mreine du ca-
binet une peretr::.,n oui en abrige pour lui les difli-
cultcs, & dan. Is si' ;.es, core ativite exp.diiyve qum
en eft 'amin. Un ju~ment prompt, rapde, le fert mieux
& tojouj'rs pits ..;,puos que la profonde & tardive me-
ditation du (,;r .'.:-:. E.n un mot, c'eft peu d'avoir I'afcen-
dint des arrmes, le T :rtare peut encore letter avec lai fut
tout le refte.

La fn a' tordinaire prochain.

les (e'ne'ral & Itedant.


I w ^'ssip rlf


AU PORT-AU-PRIN C E, DE L'IM P IM E RIE ROYALE.


/.-et-l-


--?----~n~~l__,~~~_~~~_____~,_~, CI n I


11- IIII F I v A


rraLwrPra~ll~Pz~u~~~"-~-----~U----- --- ----Y.-- C LC--CYI m~~I(CSUIIWU':.~;LiliPir)Z


~ rauehOJUMlu





6t


IN 'o +* +e* N *l *i +*+ .


HES


Du Jeud


AMERICAINES.

i 8 Fevrier 1787.


Xs NA r I A S.


A UPort-au-Prince, le i".de ce mois, la Ville-de-Ba^le,
de la Rochelle, Capic. Villeneau, part le 4 Avril 1726,
tenant de la crte d'Or : le 2, le Fabius, de l'Orient., Cap.
Bridard de la Noue ; part le 17 Decembre, venant de
l'ifle de France & du Cap; le Marquis-de-la-Fyette, de
Bordeaux, Capir. Gelibert, part le 2. Decembre; le Bon-
Pere, de Bordeaux, Capit. Bouyer, parti le 21 Decembre;
k Dagon, du meme port, Capit. Caffaigne, parti le 21
Dkembre : le -, le Bel;pijre, de Nantes, Capit. Demo-
ierere, part' le 2. Novembre, venant de 1'Orient; & le
Comte-de-Puyfigur, de Rochefort, Capit Quenet, part le
%8 Mai, venant de la c6te d'Or. (.x 5).


DL'~P A a


.D N A I R E s,.


Du Port-au-Prince, le 30 du moist dernier, le Iean-Phi-
lippes, Capitaine Querbes, pour Nantes; & I Lion, Capit.
Lucas, pour le mime lieu :le 3 de ce mois, le Jeune-Fri-
deric, Capitaine Queval, our It Havre. (1 ),


MAr ROW s.


A Jacmel, le 3 du mois dernier, eft enttC a la Geole,
Pelagic, Moufondis, agee de 30 ans, fans ktampe apparent,
ayant des marques de fon pays fur le vifage, fur 'efto-
mac & fur les bras, borgae de 'oeil gauche, fe difant ap-
partenir a M. Jofeph, Habitant au Grand-Goave : le i2 ,
deux Negres nouveaux tamphs fur le fein droit, aurant
qu'on a pu le diftinguer, SHT, tailles de 4 pied 8 9p pou-
ces, ne pouvant dire leurs noms, ni celui de leur maitre -
le 28, Altoine, Congo, etamp6 fur le fein droit LEV &
HER MITE, autant qu'on a pu le diftinguer, & fur le
gauche ET avec d'autres lettres lettres brulies, au-defous
LEOGANE, age de o ans, taille de 4 pieds io pouces,
fe difant appartenir a M. Darbonne, Habitant LUogane.
Au Petit-Goave, le 24 du mois dernier, Marie-Jcanne,
Mandingue, etampee far le fein droit ilifiblement,.au-deffous
CAMEMITE, age de 20 ans, taille de 4 pieds 9 pouces,
fe difant appartenir' M. Gros-Jan, Habitant au Trou-
Palmifte : le 2. Pierr<-Louis, Congo, etanmpt fur le fein
"droit LR, au-deffous UL & d'auttes letrres illifibles fur le
gauche RDrR, au-deffous P..AU P. age de 24 ans, tai!le
de 5 pieds, ayant un collier avec un bout de chine, fe
difant appartenir au Sieur Pierre, Ferblantier au Fond : le
26, Louis, Poulard, fans 6tampe apparent, ag6 de 2z an ,
taille de i pieds 4 pouces, fe difant appartenir au Sieur
Robert, Efpagnol Pacotilluur. & une j.euae Negrefle nou-


velle, Mondongue, 6taimp6 fur le .*'n droit NLEBO S8
d'autres lettres iifibles, agee.de 16 ans, taille de 4 pieds-
ne pouvant dire fon nom ni celui de fon naitre.
A Saint-Marc, le 31 diu mci-s dernier, Franpois, Coto-'
coli, etampe fur le fein gaucke autant qu'on a pu le diftin-
guer, GO & far le droit iilifibement, ige de 22 ans, tailli
de 5 pieds i pouce, ayant la bras & la main droireenfl's,
fe difant appartenir h M. Letort, a LEogane.
Le Nigre Jshar-Jacques, Creole, inf.re dans le dernier
r0. eft etamp V.E.LA au-defious GRENADE.
Au Port-au-Prince, le 3o du mois dernier, Anne, Bam-
bara, &rampee DEVALIERE, au-deffous GENERAL, fe
difant appartenir Filiieite Daguin, en cette ville : le tx
de ce mois, Tcny, Congo, etampe DAGASSAN, fe di-
fant appartenir a M. Dagfj^ir a la Croix-des-Bouquets :
le 2, Jean-Louis, Sen4gaiais, tampere fur le fein droit, au-
tant qu'on a pu le diftinguer, LCF, & fur le gauche illifi-
blement, fe difant de l'habitation Lcioi, ef plane : le 6,g
Laffiie, Mandingue, 6tamrp DLB, entrelae's, au-deffous
P. PRINCE, fe difant de 'habitation Blanchard de Lavariew


A N I M AgV


RPA ~1 tL~,


A ]Logane, le 14 du mois dernier, it a &t6 conduit a t
Geole, deux bourriques fous poil blanc, 'une erampe illii-
fiblement, I'autre fans arnmpe apparent: le 26, un Chi-
val fous poil rouge, t~drmp: fur la cuiffe du montoir LM ":
le 27, une pouliche fous poil rouge, fans 6tampe appa.-
rente.
Au Port-au-Prince, le 3 de ce mois, une jument, 6tam4s
pie M.


SSP E C T A C L E.
Les Comrdiens de L ogane donneront Lundi 19 dit
courant, au benefie de la jaune Life, une premiere repre-
fentation de IEpreuve Vill.geoije, Opera-Bouffon en dpux
aftes & en vers de M. Desforgcs, mufique de M. Gretry..
Cette Piece fera prt'cedee d'une premiere reprefentation de:
I'Avocat (.harnpbnicr, ou qui compete fans fon /4te, compete deux
fois, Comedie en un a6tt & en p.ofe, du Th'etre des-
Varietes Anmufantes.
Le f;cces gin;ral de cec deux Pieces furtous les Th'.,
tres, eft u n prtfage bien fir de I'cccueil qu'elles recevront:
fur celui de. Leogane, la j,une Life ofe, en faveur de cec
Spe&acle, rtclamer de la part du P ib:.c, la continuation
des bonts don't il l'a honoree jufqu'a ce jur, elle regard'
dera ce bientarit moins come' un prix dui fes tal~,es
que come un encouragementa ies fire 6closr


A


Ia a


Nk GRaA


CI ~~r__ _ r____ I_~_PC~___~ ~_~ I~___ ~___ __CI__ __~___


1E







Les Avis, pour il~t inse'r" dans les AficheSs Americai-
ses, doivent etrc remis a l'Imp imeric jufju'au Luutdi foir;
ceux qu'on -apportera apris cctre dpoque front reculds de
iitaia: .6 on n'n, rccvra aucun q ri ne f.it /igne.


'A IS


DIVER S.


3 A la recqute du Sieur Lamarque, Habitant B l'Arcahaye,
au nom & come tuteur des mineurs Maurice il lera
le famedi 3 Mars prochain, procede au bail a ferme de
trcize tc:es de Negres d6pendans de lacite fucceifion,
aux charges claufes & conditions 6nonc'es dans la carte-
baanie, don't on pourra prendie communication en l'tiude
de M' Leclerc Proca-eur.
3 La Dame veuve Arnoux Habitante aMiragoane,
au nom & come tutrice de fes enfans miners, & le
Sieur Gruau, mari & maitre des droits d'une Demoifelle
Arnoux previennent les creanciers de feu M. Arnoux,
que defiranc en operer le plus promptement poffible la
liquidation is ont convoque affemblie de parents,
devant M. le Sen~chal du Petit Goave aux fins de
ileliberer fur les avantages a refulter, tant pour eux que
pour leurs creanciers, de la vente a faire d'une habi-
tation, fife a la grandc-rivi're de Nipes, etablie en in-
digo, pour le prix en e:re riparti audits crIanciei ,
qu'il a e decid dans cette affembi.ee qu'd d tair plus
avantageux, que I'avis a &t. homologu~, & qu'il a ete
ordonn6 que la carte bannie en ferait drefte & les
claufes arretees contraditoirement avec les cr.anciers,
lefquels a cet effect feraient pr"venus par la veie des
Affiches Americaines : c'ef d'apres cela, que la Dame
.veuve Arnoux & le Sieur Gruiau, print NM" les crean-
ciers de vouloir fe trouver en i'e.ude de Me de Cornotte,
Procureur au Petit-Goave le 8 de ce mois foit
par eux ou par Procureurs, pour arreter lefdites clauses.
I.s efp~rcnt, par les payemens que cotte vcnte ope-
sera, & par ceux que la roulaifon aEtuelle les mettra
-ans le cas de fire, pouvoir leurs prouver l'envie qu'is ont
te fe liquider.
3 Mm" Lefebure de la Gautraye, ayant lu dans le n*
i6o des Afiches Americaines de 'l'annie derniere, que
M" Del.fiberie & Ma-fan pourfuivaient la reunion d'un
terrain, tiiu Plimouth, a l'honneur de.les prevenir
que ledit terrain, appartient a M. le Chevalier de Pra-
(dine fith aind, que a conceffion en a it6 accordbe
a ladite Dame, par MM. de Valliere & Montarcher le
13 Juin 1772, qu'elle a fait arpenwer ce terrain e 1773,
Zont elle a les titres, & que M. le Chevalier de Pradine
y a toujpurs employee des Ngres, pour en empecher la
i union.
S3 L Sieur Prudon de Laveaublanche, Tapiffier &
Miroitier de Paris, demeurant rues Royals & de Bonne-
foi, ,a c6t des Bains publics, a l'honneur de prevenir le
Public qu'il tient magifin de meubles tous fats, comme
lt, fauteuil, chafe, canapP confelie doree a deffus de
rmarbre, baguette doree de toute largeur fecr~taire &
ponfolle d'acajou de diffirentes grandeurs; eftampes an-
glaifes coloribes, glace & verre de differentes grandeurs,
toile pour meubles damas & foies de differontes cou-
Jeurs, paper pour tapiffeiie. Ledit Sieur remet les gla-
'es a neuf & les repaffe au vif argent; il fait tout ce
,ti concerne les meubles dans e plus nouveau genre.
Le ieur Modhe Mod;anbclir, N gociant a IAnce.


A-Veau, vonlant fe retirer 1'annle prochaine en Frant
vendra deux habitraions l'u.e fit ee au revers de. 1i
men:agne dii Rochellais dpndance au Fond-des.
Ngres, pris Thaibitation de M. de t''igny, a la Cra.
bieie de la contenance de 225 carreaux de "terre,
propre a la culture du cafe ayant de l'eau par -tout,
qaatre mille toufi~s de bananiers q-eolques vieux pieds
de cfe fup' :bes & un bois neuf pour en planter 25o0
pieds au puiitemps prochain. On y ajoutera to Negres;
& l'autre habiation fi:uCe au Boucan- Ia Pointe, p;.
Pialfance de la contenance d igo carreaux'de terre,
avec des &tabliffem~ns pour loger Blkncs & Negres,
beaucoup d- bananiers, fix mille pieds de vieux caf4
tailles & un bois neuf pour en-planter 5ooo mille pied!s,
que le vendeur s'oblige de planter d'ici en Juin prochain,
i- y joindra aufli to tees de Negres. S'adreffer a M"h
Cottineau, Chioff'rd 6 Compagnie Negocians en cette
vile, ou audit Sieur Roche de Monbellair.
3 Les nonnmes Al.xandre Degaud 6 Louis, pourfui.
vant en reunion un emplacement fituk en la nouve4le
ville du Port-au-Prince, n0 194, de la contenance de
cent vingc pieds carries, born l'oueft de la rte Royale,
& au nord de la rue de Penthievre, ledit emplacement
a &t concede au Sieur Ch.lumeau, le 3 Fevrier 1752,
font avertis par M" le Comte de Trogolf & le Vicomte
de Santo Doningue, que ledit emplacement leur appear.
tient, & qu'ils ont un furcis de MM. les Genral &
Intendant pour r1'tablir, jufqu'au 29 Oaobre prochain.
2 M. Gabriel Jaftram, a 'hionneur de pr.venir le Public que
depuis le 13 du mois dernier, il a diffous fa loceteC con-
nue fous la raifon de Marex & Jaflram, & que ladit Sieur
refte charge de la liquidation des arfaires.
s Me Frongous Notaire k Jacmel, exeeuteur-tefiamentaire
de feu Sieur Nicolas, vivant, boulanger audit lieu, pre&
vient les creanciers de cette fucceffion qu'il fera le zi de
ce mois, proced6 a la premiere repartition, en l'etudwde
Me Bourgeois, Procureur a Jacmel, auquel ils font invi-
tes de communiquer leurs titres de creances, d'ici audit
jour 22 Fevrier, faute de ce,'ils ne pourront etre admis.qu'a
la deuxieme repartition.
2 M" Plicque 6& Lemoine, Negocians J rCmie, fondus de
la procuration de M. Duhmiel, a&uellement en France ,
ont I'honneur .de prkvenir le Public que c'eft a tort que le
Sieur Lombde' Defgranges pourfuit la reunion d'une habi-
tation appartenante audit Sieur Dukamel, fife 1 la grande
riviere de Jeremie, ainfi qu'elle a ete announce dans les
Affiches du 30 Dcembre dernier n 60o, & dans cells
du 4 de ce mois n i ; xo parce qu'il y a des ekabliffe.
means 2o parce que cette meme habitation eft a&uelle-
rwent en vente, & que l'avis en a dte inf&r trois fois dans
le fupplement des memes Affiches, & no;amment dans la
Feuille du 26 Aou't dernier, n 34. Lefdits Sieurs Plicque
6' Lemoine annonccent qu'ils font toujours dans I'inteniioR
de vendre cette meme habitation pour, du produit, payer
les creanciers dudit Sieur Duhamel, & principalement les
bailleurs de fonds. Its font auffi charges de louer en to-
talite ou vendre une maifon fife a la haute ville de JIr.-
mie, de 75 pleds de facade fur la rue de la Batterie, &
& cent trente-cinq pieds de profondeur fur celle de la
Pointe; elle confifte ea un batiment de 60 pieds de long
fur ir s6 de large, en trbs-bon etat, avec un autre corps
de logis dans la cour de ladite maifon ci-devant a M. Babe. "
2 11 fera procLde le to de ce mois, h la Barre du Siege
Royal de cette vile, a la vente & adjudication d'un Naere





sKn Jpin,i pofti'on & fellier, d'un autre n6mmi Ph'-
Ipp: bon cuifirier & pitifEier, & d'un troirme nomm:
rofrMe, bon confireur d6pendans de la fucceflin de M.
de i;ercy.
2 fera proc'de le io de ce mois, la Barre du. Sicge
de cette ville, a!x adj.udications des haux a term cd. pii-
fieurs fervantes, b!anchifTeufes &coutu; ieres, dependantes de
Ja fucfEfion de M. de Eercy.
SM'" I/ .ff';g 6* Compagr ie ont l'honneur de donner avis
au Pub!'c qu'ils vienneat d'affocier 4 leur nmaifca le Sieur
J. C. J. AIller, & qu'! computer du premier de ce t.oi0,
la raif.n de leur maifon fera celle de Ci.ffalzn, Mclier 6'
Coinpgnie.
i L:s Cr6anciers de la fiucceffion de f,:u Sieur Sarrut
D.ardigi.c, vivant Caboteur au. bou:g de la peti-e-riviere
du 1o1:hilais, quarter de Nipes, font pries de la part de
M. Garrau, Ngociant audit lieu, fon e.-ecuteur-tciLamen-
taire, d'adreffer a M' d'Hoe d'Al'ie Notaile audit quar-
tier, un etat de ce qui peut leur &tre du par cette fuccef-
fion tant en principal, interats que frais, afin de prendre
le parti le plus convenable pour la lib6:er.
Lc Menv, de Saint-Malo, Capit. Dhir, venant de la
co:e d'Angole, avec une tres-belle cargaifon de 5co Noirs,
Sl'adrefli. de M" Sh/i.'idan, Gatechair & Compa.gnie, N`-
gacians a Liogane, qui en ont ouvert la ven:e Sanedi
dernier 3 de ce mris.
I M. Marche, chez M. Boi/Ton, donne avis qu'il a 'a ven
dre des cartes de Brureels, blanches & tarotdes de toute
couleur, premiere quality; dentelles & toiles de Bruxelles
& d'Angleterre, de toute efpece, toi!e blanche de toute
efjpcc, de Bi-uxeles, d Holandie & de Fla.dres; glaces
& trumeaux avec leuts pieds dores & tabls de mature,
toilett:s affor!ies; & deux cabrouets a muAets, prefque
neufs : ii' fournira auffi du paper fur Bordeaux, a fix
tnois,pour 25 a 30 millelivrestourois, d'une des melleures
m..;ion ('e la C :losi'.
Le Sieur Pierre-Alexandre Chatet, r6fidant au quarter de
I'ArcAhayc, a i'honneur de prevenir Ile debiteurs de la
veuve Jacques MArcom:be, Habitante dans les hauteurs du
Boucaffin, qu'ii ,ift foade de fa procuration en date du 30
Janvier dernier, au rapport de M' Charles, Avocat en
Parlement, Subftim:t de M. le Procureur du Roi & No-
taire a 'Arcahaye, en revocation de tous pouvoirs par icelle
precidemment donors au Sicur Fregate, Nigociant en cette
ville; en con^'quence le Sieur ChatLt, prie fes d4biteurs de
ne payer qu'a lui, :on fonde de procuration aduel. Son
domici le eft en l' tue de M' Epogny Avocat en Parle-
ment & Doyen des Procueurs en ce Siege.
i II fera proced6 le 27 de ce mois, a la Barre du Sl'ge
de l'Arirai't6 de cette ville, a !a vinte & adjudVa ion
d'une cha*oupe cannot & diverfes autres emlbarca-
tions, de'pendantes de la fucceflions du feu Sieur lcig,,;,
don't le Sieur Deshyes eft l~'-xcuteur-tdtfamentaire, tvx
charges, clau"rs & conditions don't on poutra prendre
connainiance en l'ttVde de M Charpectlir, Procureur en
ce SiKge, & ch..z le Sieur M:arify, Huifiier a 'Arc:.hye.
S1ii fera procd&1 Samedi 3 Miars prochain, a a a BErre
..'. S R Aovl de .ette ville, a la v.'nte 8& ti,:6-2fn
de plufieurs Neg'es marines, d6pendans de la fircci.l%., da
feu Sieur d ur Deshy'esI eft xcurtes:uesr-,
teflamentaire, aux charges, cl7ufes & condition. ., don't ni
pourra piendre connaifla;ce en 1'trude de M' ChirvT:'ir.,
Procuriur en ce Siege, ou chez le Sieur Marif, HI iler
6 1'Arcahaye.


DiPAars


PO u


F A N c ;


3 Le Slc -jean Etlene Ferard Ncgcciznt a Saint-
r c, .c difpoe I Iart ir prur I'rance avec la Da-
mie ':-I. ilo'tufc dCa? les premiers jours de Mars pro-
chai:.; il p:ic de rechef les perfo.nnes qui i !i doivent d'e
le pay-r, & celles a qui il petut devoir de fe prefntrer
chCe li pour rrc-'voir leur paven,<'.n".
3 Monfecr & Madanre de Maauer & M1Ie Desbarres;
Habitans aux V4retts partent pour rrance en Avsil


__ ___.


63
Le Se"t Gehtf lcan, iharg6 des aTaires du Sieur Hl7?O;J
M.-:ce!, Avocat en Pariement, prie les p.tifonnes a qui
ledit Sieur Mncd.pourrait devoir par fitres non fip:s a
difcit.ion, de fe pCkfen:er a Con don.lcice aux Caycs pc:.r
y recevoir icur pynimentr ; il pie cga.enmz;t ceux q-',i li
doivcnt de le fatisfaire.
Le Ne gr.er Ic J.'d:nie, du Havre, Capitaine Leguilon,
eft arrive aux Cayes avec une carga2ifbc ce 4c3 Nbgres
venans de la c6:e d'Or, l'a reff de dM"e Tapia & D, ..
Lville, qui en ouv;iront la vente le 12 de ce mois.
Ayant Ct' prefcnt au Sieur Bigourd, des obligations
figr.ees Figourd fi6s, & des competes dtbires fous ce mc -
.me ncin, il a i'hunneur de prevenir qu'il n'a que deux
garoons; l'un ng6 de it ans, aauellEment en France, &
i'autre de 9, qui ne fair pas ectire. 11 fait in.frtr cet as is
pour en pr"venir les fultes.
i Le S'eur Ro:.x, Ma chad Tapifier en cette ville a:-
nonce que pr fe du .- .1 Decembre 1785, il a acquis des
Sieurs Jea.n- S'ptifle !Ph'ilbe:t 6c Michl de la Jonchere, une
mairon & err,npacrrment fitu's en cette ville, fur le ptix
de laquelle acquifu:ion il redoit 9000 lives; etant fur le
point de verfer cette folde tant entire les mains des vc.-
deurs, qu'en celle de quclques creanciers faiffiffan's, il prie
ceux qui ont des hypothiques fur lefdites maifof..& trn-
placement, de voiulcir bien fe fire ieconnaitre d'iciau xz
Mars pro.hain.
On a rnvoy a Samredi prochain, to de ce rncis, la
vente de cinq des Ntg:es de la fucceffion du Sieur d.4A
tic.:rarcta.
11 fera proce d6 S..medi prochain to de ce mois, a la
Barre du Si'ge Royal de cette ville, a la vente & adju-
dication, to d'une Negrelte fervanz: & klanchiffeufe, avec
trois enfans; 20 d'un jeune NZgre valet, excellent fujet;
30 d'une jeune N'greffc. frvante & un peu couturihre 'ce-
pendans de la fuccefiion de feu M. Chot.rd de Lance,
Avocat auConfeil & Subfhilut de M le Procureur du Ri-.
11 fera proce&i Lundi 12 du present mois, neuf heures
do main, en la mai'on de M' Grenier, Receveur des con-
fiications en certe vile, fife rue des Miracles, a la vente
judiciaire d'un parni de madriers d'acajou & d'une longue-
vue, provenzns de la confiscation du batau la Charmantc-
Nancy, de S-.i t-Thomas; le lecrdmain il fera procde a
la vente dudit ba:eau, a la Barre du Sidge de I'Aniraunt.
Le Sieur Dupain Triel, a Fhonneur d'annoncer aux ama-
teurs, qi'ii a a vendre un parti de char antes gravures
arglaifes colorijes dans tcus les genres. Plus, environ
quatre-virgt bouteiles de bon tabac de Faris, quelques
bijoux deux pi'cES de movr..eine Irodcs en argent; fix
pieces de toie de Jouy, peints;'dix-huit douzaines de padres
de g.ands 'e femnim. glces; plus vingt-'eux p'ateaux anglais,
de toutes grandeur : il donnera tous ces cljets a bon com-
ptf. Sa deneure eft en cette ville, rue des Miracles, mal-a
fon du Sicur Thuct.






94
on Mei proAiln, ls prient ceux qr i auront des affairs
a rglter avec eux, de s'adieffer a M. Perds, Procureur
de lh1abitation de M. Ie Vicomte de .t Fourdonnaye, a
I'Artibonite a, qui ils tlaiffent'le ir procuration, mais qui
i e payera aucun compete apres leur dpart qui ne foit
accept- de M. de MA.uger.
3 Le Sieur Pernot, Marchand Chapellier en cette.ville,
fe difpofe 'a partir pour France au rmois de Mai prochain;
en confiqtence, il prie les perfonnes qui lui doi.vent de
le payer inciffamment pour qu'il puiife payer ceux a
.qui i doit & luii eviter Je dclagrement de les y con-
traindre. I a a vendre avant fon depart un emplace-
,nent t;es-cocmmode, nouvellement bati,, .fitut au Morne-
A-Tuf, vis -a-vis Ia Pl4ce d'Armes, don't il tra-itera avec
I'acqu6reur foit pour dms dearces, foit ppur une trite fo-
side fur France.
3 Le Sieur T. Deshais pr&vient le Public qu'il fe
difpofe a partir pour Fiance pour caufe de maladie :
ton depart ne derangera en rien les affairs de fa mai-
fon, qui continuera d'etre rtgle par M. Lahlze Saint-
Jacques, fon affocil, fous la mime raifon de T. Deshais
L& La!ai, SainJCJaqc-es. tIs ont l'honneur d'offrir de
nouveau leurs services a '" les *fHiitans pour leurs
commiffions & toute autre chofe don't itf pourraient
avoir befoin.
3 Le Sieur Barthtl:li de VillottC Lagerofjy age de
43 ans, demeurant a Jacmel previenz le Public qu'il
part pour France dans le courp.nt de Mars prochain.
3 M. Jean Baptifle Meunier, Subf:Iitu de M. le Pro-
cureur du Ri o& Notaire en la Jurifdiaion des Cayes,
pour le quarter des Cbreaux, -Iabitant audit quarter,
fe propose de partir pcur France, par conge, au prinntmps
prochain, pour caufe de maladie.
3 ,M. Fran ois Marineau Negoaciant en cette ville,
part pour France au mois d'Avril prochain pour caufe
de maladie. Pendant fon abfence fa maifon fera regie
par fon affocie, fous la raifon d e Martil.eu & Blanchaud.
S3 M. C'henais, Capitaine de Milices & Habitant a
Jacmel part pour 'France le printeemps prochain ; il
.declare que rien ne fera. pay. apres fc-n partt qu'il
ae foit revetu de fa signature; en cof(equence il prig
ceu a qui il peut devoir de fe prefenter pot', etre pays
.& ceux qui lui doivent a de folder. M. Ch.n.:is prevent
ufli quiil a a vendre ur.e maifon, f~ie dans la favanne
ds la ville des Cayes, bk:ie fir un emi'pacement de 60 pieds
de faacde, fur z1o de profondour cete amnion eft neuve
& compofe de trois grandzs chambres. `'adreffer fur
les lieux a M. Bridon, N''aciant iux Cayes, charge" de
vendre.
3 Les Sizurs 0-Poi; 6* Gu;i!bUert, partent pour France
,e mois p.ochain. Ceux quii doivent au Sieur O-Poix
font pries de le folder de fuite, pour liu evyier le d6fa-
grcment d 'les y contrrindre..
3 IM. Jofp/e' Dualr Habitanat ifArtibonite part
.pour France au mois d'Avril prcchain il previent qu'il
faiffe c.ha lg de fa p:ocuralon le Sieur Dodart an4 l fon
beau-fi-ee r...danrt .fur 'l.,abitation F'eno pros S.in:-
Y!.arc.
2 Le Sieur Jof.ph Drouet, ci-devant tconore, done
avis qu'il part pour France au roois de Mars procha.nin,
pou'r cauf. 2 Ml. M.i;thlu Dubourg d.S Gulllens, Girant aux Ma-
.thcu, fe di"pofe a partir pour France dans le courant de
iNzIs Orofhain?, por p alUfe de maladie. I pric, rux. qai


1 dolt de fe prefeter.-p r receiver leur payement 8& c
qui lui doivent de le folder.
z Le Sieur de Ponton du Pont, fe difpofe a partir pout
France au printemps prochain. II prie ceux qui lui doivent
de le folder le plus promptement pofibie.
s Le Sieur FeCix Imbert, de Marfeille, ci-devant r6fidant
Aquin, part pour France. 11I declare ne rien deyoir.
2 Le Sieur Dimid, Tapiffier, part pour France: i prit
fes creanciers de fe prefenter pour .recevoir leur payement
& fes dbbiteurs de le folder.
2 M. Claude D.:nlade, Habitant a la Montagne de lac.
mel, part pour France au commencement d'Avril prochain,
yyant des affairs de fnaille trs-intereffantes a rtgler. U
,prie ceux aux-.quds ii peut devoir de s'adreffer apres foa
Sdepart 4 la Dame fon poufe fur fon habitation.
t Le Sieur B.re,7t, Orf~vre, fe difpofant i partir pour
France au mois d& Mars prochain pour affaires de famille,
declare ne riln devoir.
x Le Sieur AWiton Horloger, partant pour France,
pour affaire de famille & retablir fa famnt, prie Its per-
lonnes qui lui doiveot de le folder, & celles a .qui il peut
devoir de fe prdfinter pour recevoir leur payment.
i M. Dubertrand, demneurant a J&remie, partant pour
France au prinremps prochain, pour cafe de maladie,
.prie ,ceux qui ii cdit de fe pren mer pour' rece,
voir leur payement, & ceux qui lui doivent de le folder
inceihrmment, pour lui eviter le d-fagrement de les y
con:raindre par lcs voles de rigu.eur,
i Le Sieur 4. Pelet&.r, Ma:chand & Commiffionnaire i
Jacmel depuis cinq a fix ans, part pour France au moist
d'Avril prochain, & prie ceux I qui ii peut devoir de fe
prefenter a la Dame (on 6poufe, qui refte fonde de fa
procuration, pour recevoir leur payment, & ceux qui lui
doivent de le folder, pour lui dviter le difagriment des
poul fuites.
i Le Sieur F' Poman, Charpentier de moulin-a cafe &
Habitani a Jacmel, part pour France au mois d'Avril pro.
cdiin; il declare nf rien devoir, & prie ceux qui lui doi-
vent dle e ob!der inceffamment.
I Le Sieur Jean-Frar]ois Dudois, part pour France dane
le courant de ce mois, pour-caufe de maladie. Le Sieur
Laoorie, fon affoci, refte charge de toutes fes affaires.
I M. Devilfe Dorgemont fe difpofa a partir pour
France pour caufe de maladie.
i Le Sieur Hiebert Devilabi, tenant la grande-auberge
er.mieia, partant psur i;rar..ce dans rout le mnis prochain,
avec toute fa fanille, vendra fon fonds, confiftant en lits
garnish, armoires, tables, glaces, tables de marbre, billard,
line de table, draps & fcrvicttes, batterie de cuifine,
argenterie & gbneralement tout ce qu'uil fault pour une au-
bege bin morinte; il vendra auffi un Ngre bon cuifi-
nier une mularreffe blanchiffufe & honne couturire : il
fera du rout rbonne compofi.ion moyennant du comptant.
II prie ceux qui lui doivent de le older .nceffamrnent pour
lui dviter le defagre~raet d'ufer des voi s de rigueur.
i Le Sieur J~an-Frarqois D-eulefit, r.e : .Thouars, arrive
*au Port--Piment, fur I'hbbitation de M" Breban fCres,
depuis I- mois d'Aou; dernier, part pour France; ii n'a
Foinit cd'eat dans 'la Colonie, & a faith fa r6fidence fur
I'habitation de Mi. Jiourgeois Laraque, Habitant I'Artibo-
nite, q!a;i;ier des ViereutJs le tout fuivant la declaration
par liM f4,e au Greffe de Saint-Ma-c le 4 Janvier
dernecr.
; M, Diupin d la Grave, Habitantit Saint-Marc, pgi


__~ __; ~___~~______~r~___~__,,---* -----m-l--~------n---------.---





Rivi r tom Av DOMAI NS


Dv Ro /.


5 Le 'Sieur Jean-Baptlfl. Dd.zfert Orfbvre a Saint-
Marc pourfuit en reunion un terrain d'environ mille
pas carrots fitt6 au quarter de 1'Aribonite pres la
rivier,? de l'Efhr, pav'iffe de Saint-Marc, au lieu dit
iL'a. i, broni a'i nord de M"' des Dunes La.chicotte 6'
Juig.s de Rocefiuille au fnd de M" Guiton & Brunct
des HaI;:s 'a oud\f: du nomme Coquard, M. I.. &
l'ei deldit.s Sieurs frunet 6' &Dugz ; l edt terrain a ite
concide il v a environ quarante ans au nommb Tolvy,
& apirtient a1jlonrd'i'i aux nomrrmes J.znn'in Gallnu,
yeuye Rv er & les hnitiers da Sieur ritard repd,-


ic


~C~FI~


our France an prnttetmp prochain, & declare fe rten
;evoir 1 perfonne.
I M. Samoel, Chirurgien de l'Amiraut6 de la ville de
Saint-Marc, parrant pour France au printemps prochain,.
prie les perfonnes qui lui doivent de 1W folder, & cells
a qui it peut devoir de fe prefenter pour recevoir leur
payment.
I Le Sieur Pirre Rey, de Grenoble, fe dtfpofe a par-
tir pour France.
i M. J. Beolt, part pour France dans le courant d'A-
wril prochain,
i M. Mickel, Negociant & Treforier particulier des Inva-
lides a Jacmel, parrira pour France en Avril prochain.
,La maifon o4u il fair fa reidlance a une tres-belle vue &
eft une des plus commodev de I'endroit pour une maifon
de commerce en gros, eft a vendre ou louer, pour en
prcndre pofTefffion d'ne maniere ou de I'autre au premier
)Aai prechain. S'a-lreffer audit Sieur -Michd.
i Le S;eur Riviere, maitre Tonnelier en cette ville, a
I'honneur de pr.ve.nir qu'il fe difpofe a partir pour France
au mois de Mars prochain. Ceux qui li doivent font
pries de le payer, ceur qui a qui il doit peuvent fe pri-
fenter pour etre pays.
i Le Sieur Guimbaud, Dire&eur de Poftes a Saint-Marc,
;oblig de partir pour France au printcmps prochain, avec
Ja Dame fon epoule, pour affairs de famille prie de
nouveau M" fes dCbiteurs de terminer avec lui fans en
,vanir aux voices de rigueur, qui ne font pas dans fon
cara&tre. PenetrA de la plus vive reconnaiffance envers
tous ceux qui l'ont honor de leur confiance, ii les prie
de continue les memes bontes aux Sieurs Saint-Martin,
paff' & Compagnie, qui le remplacent & qui redouble-
ront de zble pour les meriter.
i M. Salaignac, Avocat au Confeil Superieur de cette
ville, eft forc6 par le delabrementde fa fante a partir pour
France; ii eft dans intention de s'embarquer dans le
courant d'Avril. II defirerait pouvoir fatisfaire tous fes
creanciers & y parviendra aif6ment s'il eft paye par
fes debireurs; il les prie done de vouloir s'acquitter avant
fon depart : ce ne ferait qu'avec le plus grand regret qu'il
fe verrait reduit a fire quelques pourfuites, il efpere qu'on
lui en epargera le defagr~ment. It invite ceux qui
auront fait quelu.ues fournitures pour la conifru&ion des
snagfins de M"~ Daupo'y, s'il y en a encore quelques.-uns
qui ne foient pas ?ayes, de lui -peenter leurs tires.
t M. Barri, Chihurgian & Habitant aux Cayes, fond
de I'Ifle-V.-Vache, fe difpofant a partir pour France au prin-
temps prochlin, prie les perfonne; qiui li doivent de le
folder, & cells gqui il peut devoir de fe prefenter pour
s:ecevoir leur payment. (44).


61
fenfant Matutrn Tolvy tues Habaitas dans la Jurif-
di&tion de Saint-Marc, lefquels one laiff. ce terrain fans
itabliffemens depuis environ dix-huit a vingt ans.
3 En vertu d'ord6nnance de MM. les General &
Intendant du 4 Odobre dernier, n 1727 le Sieur
de la Garde du Ponteuil refidant a Saint Marc, pour-
fuit en reunion un terrain non cuhive de la conte-
nance de mille pas carr6s ou la valeur, fitue au lieu dit
la Fauieuiile paroiffe de la Petite-Riviere borne i
l'oueft de Jean-Louis La Pointe a I'eft de Bonne Lachi-
cotte, au fud de M. Bataille de Salanfay & au nord
de terres non reconnues.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les General & In-
tendant, du 13 de ce moi*, M. Pafcaud, Negociant en
cette ville, pourfuit en reunion un terrain de mille pas
carr6s, fitu dans les doubles montagnes du Cul- de Sac,
concede le 12 Mai 1770 a la Demoifelle Sufon Bonnet,
aatuellement en France, fur lequel il n'exifle aucun eta-
bliffement; ledit terrain eft borne a l'oueft de Remi Bonnet,
chaffant au nord, fud & eft des heritiers Moquet.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Gineral & Inten-
dant, M. Bouble neveu, Negociant a Saint-Marc, pourfuit
en reunion un terrain de 200 pas carries, fitue dans les bas
de l'Artibonite, paroiffe de Saint-Marc, au lieu appel! la
favanne ou faline des c5tes, lequel terrain a ete concede
au Sieur Tartae, le 20 Juillet 1753, born= 6 l'eft de Jerome
Vergue, au fud de la Riviere-Salie, am nord & a l'oueft
de terres non concCdees, & il a 'te cIde au Sieur Defrockhe,
par le sonceifionnaire, le 8 Jaavier 1755, lequel l'a fait
carpenter le 22 Mars 1758; ce terrain eft atuellemens bor-
ne au fud de la Rivi&re-Sal6e, I'eft de la fucceffion Pey-
rottes, ou de fes ayans caufes, au nord des heritiers Cloville
& Desbarres, & a l'oueft par des terrains noyis & noa
reconnus.
2. Le Sieur JoeFph Bergette, Marchand, demeurant a Saint.
Marc, pourfui: en reunion un terrain de mille pas cars.
fitue dans les bas du quarter de l'Artibonite, concede le r4
Novembre 1t74, au Sieur Charles-Gabriel Bitoton de ls
Mothe, borne, fuivant ladite con~ceffion, au nord du Sieur
Guiton, au fud du Sieur Bernard, i l'eif de la fucceffion
Rodot, & l'oueft du Sieur Ducla; ledit terrain borne au-
jourd'hui, au nord du Sieur Lavau, au fud du Sieur Du-
buiffbn, a left du Sieur Guiton, & i l'oueft de Jean Robi-
net, appartenant au Sieur Bi(oton de la Mothe, Habitant
au Cul-de-Sac, de prefent en France, qui ne i'a point
Etabli, ni fon auteur.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les Adminifirateurs;
en date du 24 D&cembre 1785, Le Sieur Ville-Neuve, de.
meurant a la Croix-des-Bouquets, pourfuit en reunion uit
terrain, pour hatte & corail, de quinze cents pas carries oit
la valeur reduite, fitue au quarter du Platon-Jambette, pa.
roiffe de la Croix-des-Bouquets, borne a 1'eft du Sisur
Beauras, & des autres co'6s de terres non concedes, ainsi
qu'il appert de la conceffioi qui en a et6 accordie le a2
Novembre 1769 an Sieur Mordu?.
2 Le Sienr C'dcjlin Turbe, demeurant la aVoldrcgue,
quarnier de Jeremie, pourfui: en reunion un terrain pour
culture, fitue dans les hauteurs de la montagne de la Vol-
drogue., dpendarce de Je,6mie, d- la con:enarce de m'le
pas carries, conce>i le 28 Jinver 1772., la nommea
"lifabeth Thci:ond & fes enfans Elfabeth 6' Cathricrne M,
L. borne au nord du Sieur Guillaume Fond elin, au fud ,
eft & oueft, de terres non concedees, Ce terrain n' jamAui
6te 6tabli,






2 -LZo. -M.'chd, M. L. pourrult en r&unton un terrain
de tiille paS carries, finui dans les hauteurs de la riviere
des Rofeaux au li-ii. dit le Boucan-Lot:is, qu-artier de Jc-
retaie, borne, d'an c6 de la force dudit Boucan, nord,
ud & t fuivan: Ie cerrif:cat du Siucr M.anfl, conc6dd
le 7 M:,ars 177t au S.eur Sqairol de la Naj, enregif~e le
I8 dadit mti3i, l4equel ne i'a jamais fi: ei;,:b!ir.
SP.erre-Nicuo.is Lane.iu, pourfuit en reunion un terrain
de iroo pas ca:-s, fiwea au Fond-d'1caque!, abandonne
depuis t;es-long-temps, borne au nca; del Dame Doucet,
aus droits de la D.noifelile Dutren:7le du Sicur Tonn-lier,
ik 1'ft du Sieur Bardou, aux droL:s du Sieutr Gebaud, au
fid do Sieur M.:nfl & l' 1oueif du Sieur Gejlin. C*:te coun-
cefion a eie accordCe au Sieur C /inmctte, qui i'ava: cede
au Sieur Geflin,t & p,.r ce dernier au Sieur Maret.
2 Charles-Borom 'e Lane., pou fitit en reunion un ter-,
raia de trente car, : ux, fius. Fond-d'Icaque, quarter de
JTr6emi?, aba!donne dep:is tres-long-temps, bore au nord
a, ~ i'eft de Paul iortnaat, aux droits de Mal let, E'aditdu
Steur Renier, au fud du Si'ur Friguet, & I''ouefl du
Sieur Moatagu'-re. Accord aurrefois au Sieur B.-;rt.
2 Pier;e FV.il Laneau, pourfjit en reunion un terrain de
nille pas cars, irue dan:s les kauteurs de la riviere des
Rofeaux, leu dit le Boucan-Louis, quarter de JIrenie, iequel
prend pour centre au fud la borne angulaire .f prcntrionale
de la riviere, chaffant eft, outft & mille pas nord de terres
mon concidees, fuivant le certificate du Sieur Manfel, don't
la concefiion a &et accordee au Sieur Pierre Manfel, le 29
Dicembre 1770, & enregiftre le 9 Janvier fuivan.,
2 En vertu d'ordoonance de MM. les General & Inten-
dant, en date du 27 Janvier dernier, le Sieur Gallqot, Ad-
judant au R ,ftue dans la nouvelle viile du Port-au-Prince, n0 65 bor-
nCi I'eft du n0 64, au nord de la rue St. Honnore, a
roueft du n 66., & au fud parties des nO' 67 & 68: ledit
etrplacement fut concedW au Sieur Jean Raguenau le 24
D.cembre 1757.
2 En vetru d'ordonnar.ce de MM. les Ginral & Inten-
cant en date du 27 Janvisrdrnierle Si.:,r Curpcntier, Adju-
aant aa Regiment, pourfuit en reunion un i en plcemrent fitu
dans la nauvclle viiledu Port-aux-Prince, 7ua- ore t 7, b)orne
Sleftde ia rue d'Or. ns, aa .o:d du ns ir'~ S ,a i'oueft du n
288, & au. fud partic des n"S 1i & 19' : l:dit emplace-
ment fu; concede an Sia.ur e 8'tcnie, le 8 Msrs 1i Y.
2 En vertu d'o dnna: ce d: MM. les Gniral & Intea-
da du 27 Janver de:i:ier, le Sieur Jean-Roch Lacroix,
Habtant a Mlire' aLis, pourfurt ea reuinion un terrain
i uk ia quarter de \1' ebdaais, lieu dit le Fond-d'Enfer ,
e la com.enance de co pas de long fur 600 de large,
taifant moiii6 d'une cc ceffion acco:ddee ai nom.mb Coffv,
la-ite moirin born&, des rcprefentans de MarLn Greno:at,
des hsrii.ts de Re.:. Iacroix, pere, de la riviere du Fond-
d'En:rr & du vieux Jean.wt, apparteaant au Sieur Fran-
fois Flr,. pCrr i'aV(.ir .cI.ia du Sieur Franrois Trumaux,
k 15 Novembre 17 4.
x Ai. Icl Bailf de Md-a;er, Chevalier de Saint-Louis,
A'de- Mijor de la Pl C:-, par interim, en vertu d'-or
donnanc, de MM. les GnA-al & Intend.nt, en date du
29 Janvier de: ni.r, pourflit en reaunin deux terrains pour
eiplac-rmnt en gette % *'I, n' 73 & 74 fuiva.it Flancicn
plan,& uivant le nouveau 575 & 575, oornes 'el par
la rue de-Conti, au nerd par iei n"' 71 & 72 de I'ar.cien
plan, & du nouveau 573 & 574, a .'ouet par le n 5 75
de ancientn plan, & 77 du nouveu,au afud par Ia iue


mop. 1 M4 1-11


de Penth'evre: ce terrain a ee condced le to Notemrbrt
1767, au Sieur Chavra,
i Le S.eur Parage, pourfuit en reunion utn itrrain de
S0oo pas ou la valeur reduite, au lieu vu'ga-irement appe!i
le Platon-Jambztte, quarter du Fond-Parifian, d6pen-
dance de la Croix-des-Bouquets, born l'ouit du Sieur
MIorau, & des autres cbtes de terres non concd-,es; ledit
terrain a.t6 concede, pour hatte & coral, au Sieur Bovais
fan mi-le fept cent foixanut-neuf, lequel n'y a jamais fa4t
aucun etabliffement.
z Le Sieur Ardouin, pourfuit en reunion un terrain
decent carreaux fitu au Grand- Cahos, borne au ro.d
du Sieur Magnan & des miners Jorge, au fud dudit ':ieu
Magnan, 1 i'oaeft du Sieur Jumelle & a l'efl de la Lan;e
veuve Bidonne; concede il y a environ dix- hui.r vingt
an,, au Sieur Jacques Jouve, lequel ne 'a j-ama s 'tabli
& efl abandonnr.
i En vertu d'ordonaance MM. les General & InterFdanv,
en date du 17 Janvier 1787, leSieur Vilarsde C/kaf.,no!,
pourfuit en reunion. i un terrain de lacontena ce de 43
carreaux de terre, fitue au lieu dit les platons, d endanc-
du Fond, paroiffe de Torbeck, borne & pregnant pied i
l'ouet du Sieur Collet, chaffant a 'efi 4oo pas pour iargeuI,
& 1o00 pas nord & fud pour hauteur; ce terrain a 6:e
accorce i Marie-Elijabeth, M. L. le 26 Juin 1770, laquelle
ett more fans jamais y avoir fair aucun etabliffement. 2
un terrain de ino carreaux de terre, fitue au nmse iieu,
pregnant pied & borne ouift des lifitres, eft de Marie-El.
fabeth, M. L. peadant douze cents. p.s de hauteur notd &
fud, chaffant a i'eft mille pas, pour larger eft & oueft;
ladite conctflion a ete accoirde au Sieur Claude Hardi, por
ha:te & corail, le o1 Juin 1770. 3, un terrain de 63
carreaux, fitue au meme lieu ,des Platons, borne & pre-
nant pied, oueft de la lifire, eft du Sieur Claude Hardy,
pendant 12oo pas, chaffant a i'eft 0oo pas terres non re-
cormues, chffant nord &. fud pour hauteur, eft & ouefl
pour larger; accord au Sieur Claudc-Jean-Marie Hardy,
fits dudit Sieur Claude Hardy, leCquels fent morts, fans
avoir fai. aucun etablii ment fur ledit terrain.
1 En vertu d'ordonnance de MM. les Genfral & Intern-
dant, en date du 3 Fevrier 1787, M. be Chevalier d'Attel,
Capitaine-Commandant au Regimentd du Port-au-Prince,
pou.fait en reunion un emplacement, n 38, felon l'an-
cien plan de la ville, & n* 690, fuivant le nouveau, fittti
dans la nouvelle ville du Port-au-Pince; ledit n' 690 coam
c6d' le premier Novembre 176.t1 la nnomi iAi ari Houy
& appartient aluellement 1 la anormae AlexJa.dre N. i.
en cette ville; ce n 690, confront a. I'ft de la rue Cond,
au Nord de la rua de Breragne, au fud du in 694, app:'-
tenant la ma me Negreffe, & la 'oueft dua' 69)2, appTr-
tenant auffi ala meme di:e Alexandr,.
x En vertu d'ordonnance de MM. les Gineral & Inten-
dant, en date du 3 de ce mois le Sieur Frrancois Prevot,
Quartier-Mattre Treforier du Regiment dt Port-au-Prince,
pourfuit eu reunion un emplacement, n' 38e fuivant I'aa-
c.en plan de la ville, & 694, fuivant le nouveau, fitue daCs
la nouvelle ville du Port-au-Prince, ce dit nO 694 cor-
c6de le 12 Novembre 1761, a Jean.-Piere Herbert, & ap-
[artient auiellement a. la nomn.me AlexandrA, N. L. en
cette ville; lequel no 694, eft borr a i'e t de la rue de
Cond au nord en parties par les n" 690 & 691, appar-
tenant ia a mime Negreffe, au fud par 1c n" 695, apparte-
nant aufli a la meme, & lI'oueft par Ie un 693, appax-m
tenant i laditie Ni reTff Alxa"re,





P E RD U.-


II a t' perdu, depuis la maifon de M. de KrencofpIre,
jufqu'au fort Saint-Jofeph, un collier d'or. Ceux qui I'au-
rent trouve font pries de le fire remettre a M. AJ.hit4 june
a qui il apparent.


D S Ma N Da S.


On defirerait acheter, un boa & jeune Negre, Boulan-
ger, on le payera fa valur, a condition qd'on le donne-
1a I5 jours a l'effai, pour connaltre fes talens. S'adreffera
M" Martineau 6 Blanchaud, N6gocians en cette ville, a
M" Laprie fJires, a Saint-Marc, & a M. Larue, au Mont-
Rouis.
On difirerat trouver quinze a vingt mille. livres, on
donnera toute firete au repondant, a celui ou ceux qui
zuraient cette fomme a placer. S'adreffer 'ImprimtIrie
Royale de cette ville, ou a M. Thomin, vis--vis la Pofte.

NArTIl S 5X C$AI S IE M XT,

5 Les Trois Amis, Capitaine Cornen reconnu pour
fa march fup6rieure & tres-commode pour les paffa-
gers, partira pour Bordeaux a la fin de ce rois
prifix, ii lui manque tres-peu de chofe pour parfaire
fon chargemcnt. Ceux qui voudront y paffer ou char-
ger a fret s'adrefferont a M" Chafaing & Compagnie,
ou audit Capitaine en fon magafin en cette ville.
L'Ene'raude, Capitaine Petiteau, partira pour Bordeaux
du 25 F&vrier au 5 Mars prefix. Ceux qui voudront y
paler ou charger a fret s'adrefferont audit Capitaine, dans
le.magafin du Sieur Pexote, rue Sainte-Claire. 11 a du via
vieux & nouveau, de Monferrant, vendre.
2 Le Prince-de-Condd, de Bordeaux, Capitaine Pichevn ,
partira le 20 de ce mois prefix. Ceux qui voudronty paffer
ou charger a fret, cafe, coton ou indigo, s'adrefferont audit
Capitale, en (on magafin rue Sainte-Claire, maifon du
Sieur Raguenau.
Z L Bieicfaijant, Capitaine Tartout, partira pour Nan-


En vfrtt d'orjcnnance de MM.! es G'r',al & Intei
dant, du 24 du moss drnier, le SilIr Charles Caflagnet,
demeurant en cete vil.a, pourfuit en reunion un terrain
pour hatte & coral de 1500 pas cares, fitu6 dans les hau-
taurs de la granide-rivicre de L&ogane ) d&pendance du Port-
au-Prince, vulglirement appele le grand pays du Boucan-
Citron & oucaa-CoiTy borbe au nord par la crete du
.oucan-Citron, au fud du pied de la feUle cheval, l1'eft
de la hate du Sieur Le'iche & a l'oueft de terres non con-
ede'rs, ainfi qu'il appert de la cdnceffion qui en a ait accor-
dle le 28 Fivrier 1772, au Sieur Jacques Brrd.
EFFECTS TROUV ES .

Une montre en or avec foo cordon, trouvie par us Nae
gre, ily a environ trois fijmaines, dans la plane de L'ogane,
ufr le chem;in du Port-au-Prince. S'adraffer a M. Jacinthe
Gorjon, a L0ogane, qii la remettra ea la deiignant &
pa'ant les frais du present avis.
II a it& trouve fur l'h.:bi:ation de M, Foucaud, au Bou-
caffioa, un mulet dompte a la charge, ceax i qui ii ap-
partient peuvcnt le r&clamer en le dfiignaat & payant lks
iais du prifent avis.


~...


tes du i" a' 5 Mars prtfit, ii It manque pour comp&tere
fon chargement, cinquante barrtques de fucre, qu'il prm-
dra 4 fret, ainfi que du cafe & coron S'adreffer audit Capi-
taine, en fon magafin, 1 l'entree des rues des Ci fars &
Royaloa ; il prendra auffi des paiagers.

A V M DC x It '.

4 Bois equarrls da pays, idem de la NouveIle-Or&anm,
planches, chevrons, effntes, riz on barils more fran.
caife, belle & fraiche, artivie de Saint-Pierre & Mique.
lon, huile de poiffon, a vendre, chez M. Ca lieu, Nego.
ciant en cette ville. Plus, mules tirant a la chaife, belles
& bonnes; fils a voile & a folle, S'adre[ler an Sieur
Brochard, Marchand fur la place.
Un Une habitation de la contenance de i oo pascarr6s, fituae
au Boucan-la-Pluie, pa-oiffe de la CroiK-des-Bouquets, a
3 lieues de la Plaine, a la lifitre de M. Lorquet, ayant
trente-mille pieds de caf6 en rapport, & un bois neuf de
un ou deux ans, ou I'on peut en planter environ cinquante
mille pieds. Sur ladite habitation eft une cafe a moulin a
piler le cafe, de trente-trois pieds carts, confiuite en char-
pente fur feuil, ayant ua galetas, & couverte en effentss,
un moulin I piler, un autre a vaner le cafr, une gande
cafe en charpente, compofle de treis chambres, une galc-
rie, deux cabinets, couverte en effentes, affez 1ien meu-
ble., un magafin, une cuisine ,un poulailler, un four cou-
verts en effentes, ainfi qu'ua fort beau colomkier en char-
peate, bien peupi & covert en effentes, glacis, cafes
a N4gres, & ja.dins pour iceax bien pourvus de vivres
& bien entretenus. Ceux qui voudront en fair l'acquitf-
tion s'adrefferont a M. Couppi, Habitant au Galet, paroiffe
de la Croix-des-Bouquets, qui en fera bone compofitioa
pour moi:ie ou un quart comptant, & qui,. pourle reie,
prendra des terms a la fatisfaiion de l'acquereur.
Une autre habitat ion de la contenance de cent foixante
quinze carreaux, fitcue a la Coupe-'-Mardi-Gras, quarter
de Mirebalais, doat foixante-quinze carreaux en plaine,arro-
fables par une fou:ce qui ne tarit jamais, qui fournit a
deux indigoteries & a un moulin, ladite habitation fer-
pentee par la riviere des Citroniers, propre i &tre eta.
blie en indigo, ayant d:s cafes en bois rond & wie tr&s-
belle bannaneriL,; cent carreaux en miornes faifant face au
sord bien boifes & fuceptible d'un tres-bel Ctabliffement
en cafe. Ceux qui voudront en fair l'a-qfition s'adref-
feront audit Sieur Courpp qui en fera bonne composition.
i Un habitation de la contenance de trois csnts carreaux
don't cent en plaine, arrofables, & deux cents en mornes
proprres a la culture du caf6, fituie au Quartier du Fond-
des-B;ancs, paroiffe de Saint-Michel du Fond-des-Nigres,
a trois lieues de 1'embarcadere de Miragoane, & dans le
fite le plus agrablk. Sa plane prefqu'enti&rement abattue,
a ite rieemment cultivie en indigo, & elle conferve en-
core quatre vaiffeaux battans a eau. Mais fa vraie defti-
nation eft de produire des cannes afucre qui reuffiflent
a merveille dans les habitations etablies en fucrerie qui
I'avolfinent, & don't le fol eft neanmoins infiSieur au fien.
Elle eft dans toute fon itendue, bornee par une belle ri-*
virre qui, avec peu de travail, la rendrait par-tout arro-
fable. Ses mornes font couverts de bois pr&iceux pour un
novel tabliffement, & rec~lent des carriers de pierre de
taille. Enfin, tous les mnoyens d'y bitir i peu de frais s'y
trouvent, pour ainfi dire, reunis fous la main. S'adreffer
f M. Ic Chevalier de.leaumont4 au Fond-des-Ne9gh' oa


E F E T


r





a M" Girmn 6 Evwrd o& Qomp', Negocans en cette ville.
SUne habitation de la. contenance d'environ cent foixante
carreaux, fituee au Quartier de Jacmel, propre a la cul-
ture du cafe, & fur laquelle font plants trente 'a trente-
cinq mille pieds de cafe, le reftant en bois debut & bien
boile ufceptible de r&colter vingt milliers de cafe: fur
laquelle eft une grande cafe couverte en paille, & d'au-
tres cafes en bon etat pour longer 30o Negres; arrof6e de
plufieurs forces, bornee dans toute fa larger, par la gran-
de riviere, & ayant un chemin de chafe jufqu'a la bar-
riere S'adreffer a M" Befnard de Lagroix Pacaud 6 Com-
pagnie, Negocians a Leogane, ou a M. Piron, fur ladite ha-
bitation & propritaire en parties.
i Une boulangerie, fitu'e fur la place de l'Intendance,
a laquelle font attaches trois Negres Boulangers & une N'-
greffe, avec toutes les uftenfiles n&ceffaires. S'adreffer a M.
Jean Bunel, Negociant en cette ville, qui donnera des faci-
lites a l'acquereur.
z Une maifon fituee dans la nouvelle ville du Port-au-
Prince, appelee le Petit-Choifi, fur un terrain de 360 pieds
en carr6, fur 4 faces; la maifon principal eft compofee
de cinq pieces de plein pied, fous trois combles, couverte
en ardoife & effentes, avec un perron & galerie tournans;
quatre pavilions couverts en effentes, 6curie & remife,
donnant fur la rue Royale, puits & autres aifances; ledit
terrain entourri de hayes vives, avec trois barriers a deux
battans. S'adreffer a Mr Daubagna, Trigant 6 Compagnie,
Negocians en cette ville, qui ont i'honneur de privenir qu'ils
fourniffent da paper fur France.
Plomb lamine en planches, effentes de cypres & du nord,
planches de toute quality, vin rouge de Medoc, de 1781,
de quality fupirieure, en caiffes, vin blanc de Sauterne, de
-779, a vendre, chez M. Jacinche Gourjon, Negociant a
1Uogane.
Un phalton anglais, a quatre roues & a foufflet, en tr4s-
bon 6tat avec un arelage de deux jeunes chevaux, anglais,
fous poil gris, tres-bien dreffis & tous les harnais de cuir
anglais, neufs. S'adreffer a M. Riboux, Preivt de Marchauffie
en. cette ville.
Un Negre excellent cuifinier & patiffier a vendre. S'adref-
fer a M. Duch:min, Negociant en cette ville.
1 Une habitation de cent carreaux, fituee a la Monta-
gne du Rochellais, a deux lieues de la mer fur laquelle il
y a environ -cinquante mille pieds de cafiers, vingt-cinq
nille de plantesdepuis plufieurs annees & qui avaient etC
abandonaes pendant long-temps, ils font aujourd'hui en tres-
bon etat, & le furplus a et plante i'annie derniere; ce
terrain eft prefque plat, exploitation pourrait s'en faire facile-
snent avec le cabrouet; on la vendra avec dir Negres, ou 'ha-
)bitation feulement. S'adreffer fur les lieux a M" Tautin, Rey
su de Renoncourt, Habitans voifins, ou a M. Salaignac, Avo-
cat au Confeil Supeieur du Port-au-Prince, a qui elle ap.
patient.
i Une belle malfon, firuee dans la grande rue de cette
ville, pros a pofte ,batie fur un emplacement de cent vingt
pieds de facade fur cent quatre-vingt de profondeur, avec
trois corps de logs dans la cour, cuisine, four, remife, &c.
fufceptible d'augmentation confiderable, puifqu'il refteencore


foiantre pieds de facade 'a btdr. S'adreffer a M. Satignae4
dans ladite maifon, ii prendra pcur comptant les titres d|
creance qu'on lui prefentera acquits.
A A v R m z Ja ,
I Une habitation, fituee pres de cette ville, de la cons
tenance de cent quarante-trois carreaux de terre ou environ,.
don't foixante feize colloques a la grande-fivibre du Cul-
de-Sac, le refle en mornet au bord de mer, &c. fur la.
quelle il y a huit cafes Ne'gres neuves, quatre pieces de
cannes de diff6rens ages, quatre pieces de pirate, jardins i
Nigres &c. on y joindra foixante-cinq Negres, faits iur ladite
habitation & treize mulets. S'adreffer a M. Chanrcerel, Habi-
tant a Leogane, ou a M. Auger, Gerant de ladite habitation,


IscLAv s


SN A ARRO N N G


SJacques Tangould, Creole, fans etampb, agk d'envirom
28 ans, parti marron de l'habitation de M. Betin, a Mira-
goane, depuis trois femaines. En donner avis audit Sieur
Beiin, a qui il appartient.
a Henriete, Arada, ayant appartenue au Sieur Francois
Math, parties marronne le a du mois dernier. En donner
avis a M. Perrier, Negociant en cette ville; il y aura re.
compenfe.


A IM A v X


SGAR AS.


S11 s'eft chapped le to du mois dernier de la Savannea4
Ronde, quarter dis Gona'ives, une mule fous poil rouge,.
fellee ,4 bridee, &tampee du cote du montoir LV, ayans
une taci-e blanche au flanc provenant d'une bleffure. En don-
ner avis a M. Vialene, a la Peti.e-Rivibre de l'Artibonite ,
ou au Sieur Barbaroux, Negociant a Saint-Marc; il y aura
une portugaife de recompenfe.
all s'eft ichappe, dans la nuit du Dimanche .8 Janvier,
un mulet fous poil brun, &tampl fur ]a hanche M, la cri-
niere couple, don't il en refte un petit bouquet pour monter,
ayant une ancienne bleffure fur le ct6, un peu vieux. En
donner avis a M. Mathimu, au Grand-Goave, a qui il ap-
partient; il y aura r6compenfe.


AV IS


PA R T IC U L IE R.


t Le Sieur Ctarette Chirurgien-Dentifte, appelld di-
Cap en cette ville par des perfonnes les plus rkcom-
mandables pour des operations relatives a fon Art,
a l'honneur de prevenir le Public qu'il prolongera fon
f{jour au Port-au-Prince, lufqu'au .5 Fevrier prochain,
4poque a laquelle il fixe fon retour au Cap, d'oh il doit
s'embarquer pour aller fe fixer en France. Ii faifit avec
empreffement, cette occafion de temoigner & fa recon-
naiffance & fes regrets aux perfonnes qui ont Lien vou-
lu l'honnorer de leur confiance dans ce Quartier. Il fe
fera un vrai plaifir & meme un devoir de redoubier
de zele pour les perfonnes qui lui feront 'hor-neur de
reclamer fes talens. Sa demeure eft cher le Sieur Fabre.
a l'HBtel de la Luzerae.


Avec perm/ifon de M M. les Ge'nral & Intendant.'


AV PORT-AU-PRINCE, DE L'IMPRIME RIE


RO Y AL


~-~---------
--~---


Sr ... . ..


r
ho


I


1






69


NO' w. 44. .4. 4 4. +


HES


Du Samedi


Polds du


if onc


I


[C

rma

Cs.


NO UVELLES DIVERSE S.


P iR U S S X.
On lit dans plufieurs Papiers Publics le fait fulvant, que
I'on artribue au feu Roi,
c Un Lieutenant Colonel Pruffien, reform la fin de
la gueire de 1756, ne ceffait de folliciter le Roi pour fon
replacement; il devint fi importun que ie Monarqye de'-
fendit qu'on le laiifft approcher de fa perfonne. li part
un libelle centre le Roi; quelqu'indulgent que fit le Grand
FREDERIC a cet 4gard, ..faudace de i'Ecrivan l'irrita aa
point qu'il promit 5o fred&rics d'or a celui qui le denon-
cerait. Le Lieutenant Colonde fe fair annoncer au Roi,
come ayant un rapport initreffant 'a lu fire. II eft ad-
mis. --- t Sire, vous avez promise So frederics d'or a
,celui qui declarerait I'Auteur d'un tel libelle; c'eft nioi.
0J'apporte ma tete a vos pieds, mais tenez votre parole
royale, & pendant que vous penires le coupable, envoyez
a ma-pauvre femme & a mesmalh'ureux enfans la recom-
a penfe promise au denonciateur -. Le Roi connaiffait deja
ce brave home; ii fut frappe de lextremite a laquelle le
befoin pertait un Officier estimable. a Rendez-vous fur le
,champ a Spandau, lui dit.FREDERIC, & attended dans
wcette fortereffe l'effet du jufte courroux de vote Souve-
train.- "-" a J'obeis, Sire, mais les o0 freerics d'r ?...
'tDans deux heares votre femme les recevra. Prenez cette
lettre & remettez-la au Commandant de Spandau, qui ne
,,doit l'ouvrir qu'apr~s le diner ,. Le Lieutenant Colonel
arrive au terrible Chateau qui lui etait afligtn pour dereure
& s'y declare prifonnier. Aprbs diner le Commandant ouvre
la lettre; elie contenait ces mors : c je donne le comman-
"dement de Spandau au porteur de cet ordre. II verra bientot
tarriver fa ftmme & (es enfans avec les so fr6derics d'or.
n Le Cpmrmandant aduel de Spatidau ira a B .... en la nmme
Squalith. Je lui accord cet avancement en recompeufe de
afes Cervices ,. FaBDiRIc.
GRAN DE-BRtzrGP ic.
'Extrait d'un Papier Public de Londres.
Notre commerce s'accrolt tous les jours & fe malntiendra
probablement dans le degree de fupiriori!, h quil s'eft acquis.
t eux qui out cru que la revolution des E .,s-Uiiis [poure-
rait un coup fu elle k notre pro'lpri4t fe for: bifn grof-
fierement tromnpi; la preuve en e-i l vidente- regard d d:.
commerce. Depuis long-temps, 1 i v'aait pas ete tuft ,tif
qu'il 'eft tmainteran,.. Le numbie ds afean-: a glri,, ti
fiquentent ies cr:As de l'Anr;Cique-U*id,, Ce 62. quL'ii C.rUa


t

IC
r
.

I
I


F--~-C~--------1~17~~n~;l~ ~___


Ipl~2~-LI -~IC~i~FLIBI~I~I~A~I~*~111111~ C16s ~P~nru
'" -- ---- -- -------


MERICAINE S.


) Fevrier 1787.



ci-devant, eft porter a 762, & emiploie 4,000o atelots. Les
remifes en efpices faites du m&me pays depuis la paix
de 1783 jufqu'au commencement de Juiie i 1786, montent
iA i 260,000 o 1. il ef meme encore arrive depuis peu uin
navire de Bofion, don't la valeur n'eft pas au-deifous de
o, ooo 1.ft. tmoignage frappant, qui demontre que ses
memes Bofloniens, ii aigris centre nous, cherchent i re-
nouveller leurs anciennes liaifons de commerce.
Notre Compagnie des Indes eft plus brillante que'jamais;
elle occupe maintenant 7,000o matelots.
La p&ehe du hareng a occupy 1'annie derniere o1,ooo
matelots, & il a &et exported chez i'ftrangr i o, ooo ton-
n- aux de cette marchandife en nature. On a 6quip 20oo nmL
vires pour la derniere peche de la baleine.
F At N C E,
Nous avons annonci, il y a quelque-temps, que PAd&
miniftration avait le project d'tablir un timbre pour la Mu.
fque. Un Arret du Confeil, com.pofi de i ppages d'in-
preflion, a confirmed cette nouvelle. 11 eft an date da i1
Septembre dernier & porter en fubftance,
Qu"a l'avenir toute la mufiqae fera timbre. La nou-
velle payera 2 fous pour livre de fa valeur de marehand
ma archand, & l'ancienne i fou pour livre. Toute cell
qi. viendra de lt'ranger payera 2 fous pour livre & le
dixiime en fus. Le product du timbre, ainfi que celui des
amendes & confiscations, fera employee a 1lentretien de
FEcole Royale de Declamation & de Chant, 6tablie a Paris$
Extrait d'une lettre de Paris, en datr du 26' Novembre..
a Le bruit court que le Confeil d'Etat doit prendre iiM
ceff ,nment des mefures pour donner un ita; civil auz
Proteftans & que M. de Boulainvillirs Intendant de
Languedoc, a des inftru&ions pour l'ex&ution de ce grand
projer. On pretend meme que le Miniftre de la Maifon do
Roi a remis un Mimoire dans lequel on cite quantity de
loi faites par Louis XIV, qui, en proferivant la public
cite du cult des Proteftans, confirm cependant leur 6tat
civil ,I.
La me'me lettre, don't nous ne garantifons pas les n.uw
velles, zjoute :
On mar.de de Breft que lea divisions defines pour
la Martinique & Saint-Domingue, ont mis a la voile &S
qie lVon y attend M. de k4lue, qui doit fe rendre n a la ctet
d'Aftioie fur la frigatx la Juw:oe, & prendre Ie commande-
ment de la fat'ion de ces parages. La Marina compete fur
tine promoion p: chaire.. ;es gbants qui out itd a Rigo
& a Sair.t-fkr bcusg chawgt r des rn^turt.s & autes provi*.
fcn, r.Lval:, f:,at seCiV t e & fft dcpidl2e 2dce ce :ois...
0Y aft ri ;l t drar.s le dtlir c e do.nnurr toute la fo-
jiiu: yidi bt an auiiit4 de t.ig-ncn L, de cor merce qsi
i di r, icnomtr-c,..P




I, U--


70
virnt d'Ttre conclu entrel'Angleterre & la France, les deux
Course en.oat ravu quelques articles, qui ont &te inter-
pretes & &claircis de la maniere la plus amicale. Cette
attention pr6voyante ne peut 8tre trop louse, ayant pour but
d'eviter toure difculioa ultrieure. A la rentree du Parle-
ment d'Angleterre, ce Trait6 a d'i tre le premier objet
foumis a fon exam-n. O. dit, dans une iettre crite de Lon-
dres par un membre de i'oppofition, c'el-a'-dire par un
de ceux qui s'oppofent tout ce que les Minii1res Anglais
font en bien ou ea mal, que le Trai:t avec la France de-
vait .ifer la ruine des trois royaumes. A entendre lm
ge9s de ce parti-la, les modes & les vins de France vont
toyrner toutes Ies t&tcs britanniques. On verra s'rteindre
le cara.^ere natlonnal avec la iskai du people contre les
Francais. Ces raifoas paraiffent bizarre en France; ceperidant
on doit s'attendre qu'elles auront ete difcutees dans )a cham-
bre des Communes & peut-etre meme dans celle des Pairs 7n.
t M. le Marechal de Biron a 6prouve une crife faiu-
taire, & apres une maladie de 22 mois, ce Seigneur jouit
aheuellement d'une meilleure fate -,
t Le Ro.i n'a point encore nommi les perfon.nes qui
idoivent former, fous fautorit6 de M. le Duc d'Harcourt,
1'.ducation de Monfeigneur le Dauphin. Sa Majeftie, diri-
gee par une tendreffe eclaaire pour i'heriter de fon tr6ne,
veut que le Gouverneur choifife lui-mmem fes cooperateurs,
(Cette prcieufe education fera entierement.l'ouvrage de M. le
Due d'Harcourt, qui merite la confiance du Roi & de la
nation par une rare probit6 de n~eurs & des talens con-
nu; .de .tute la France -,
~. 1 eft trYs-probable que la fupprefTon des douaines
interieures aura lieu; on vient de nommer une commiffion
qompofee de 4eux Confeillers d'Etat, di deux Maitrcs des
Requires, de M. Cotlnia charge du department de la
ferme gne&rale, & d'un premier commis des affaires 6tran-
zres, i 'effet dC.ablir les douanes fur les frontieres feu-
lement, 4e d former ux tarif des droits d'entree & de
frtie du Royaume n-
xxtrait dui Traite de navigation & de commerce entire la
France & la Gr. nde"- Bretagne.
II y aura une r&ciprocite entire & parfaite de conm-
tnerce & de navigation entire les fiujets des d.ux Potenrars,
dans lej 6ats europens, aux conditions doat on convien-
dra ci-apr.s.
Pour mieux rafermir cette bonne intelligence il a
te' convenu qu'en cas qu'il fuivienne ~ l'avenir une
rupture, qui ne fera confieree conmme tell qu'apres qae
les Ambaffideurs refpehifs feront rappeis on renvoyes,
les fujets de cheque royaume jouiron: du priviidge dt reler
& de commereer dans les rtats d. l'au:te; & ii leur fera
accord refpeirivem-nt un an porr fe re'ier avec leurs
flets, en cas q'ie leur fortie foit j .g'e necetil .
Le, fuj:ts de S. M. R. &.ceur de S. M, T. C. n'agi-
Font point dire&rmnent ni indiretment:, d'une maniere h.f-
tile les uns contre les autres; ils ne recevroat point non
plus de commriiifons d'aucun. efpkce Ie la part des PoifTan-
ces qui pourr:ienc etre eineranis di I'une o.i de iaatre.
Pour parvenir c~ but, ii fera pub:it des defe~ fs ,res-
e-ipieffes 4 ce fujet dans tou les pays de chriqu Pi;f.an-
ces, portant les puniions les plus feveres contre l:s delin-
quda0s, outre les indemnites accorder contre les parties
10fes, Aucune des dedu Puiffnces n'accordera des le:tres
de repr6fills, a rpoins q'dl n'y air un refuse ou dlai de
j:tice, & 4 refus ou deLi ne feral confid're come fondr,


que quand ta requte de la partle qui demandera des lettres
de ieprefailles fera connue du Minifire qui agira pour 1
Puiffance centre les fuijets de laquelle ces lettres auront
te donn6es; afin que dans l'efpace de quatre mois, ou plu.
tbt s'il fe peur, on puifle prouver qu.il n'y a pas eu ua
tel refus ou deiai, oa procurer la fatida&ion qui fera due.
Les fijets des deux royaumes auront l'emicre liberty,
fans aucune efpece de palFe-port, d'entrer & de fortir dans
tous les pays quelconques des deux Souverains, fortifies
ou non, iilu's en Europe & d'y acheter tout ce qui pourra
leur etre neceffaire pour leur commodih ou leur fubfif-
rince, pourvu qu'ils fe conforment aux Loix itablies dans
les deux pays a quils entretiennent par leur intelligence
union reciproque.
Le fujets &. navires de I'un ou de l'autre pays, avec
quelques parties de leurs marchandifes & cargaitons non
prohibe&s que ce fbit, auront ia permillion de s'appcocher
& d'entrer dans les ports, rivieres, viiies, &c. de 'autre,
fitues en Europe, & Uty refer, fans etre gines pour le temps
de leur fejour. I1s pourront auili mutuellement y rlfider,
acheter tou es les smarchandifes qu'ils voudront, foit des
fabricans, fo.it des marchands. Its pourront auffi garden dans
leurs maga,:n, ies mauhandifes apportWs d'a'tres endroits,
fans Otre oblgs de ies expofer en vente dans les fires
ou marchIs pub.ics. Us ne Ieront affujettis a aucuns droits,
en conhderation de ces privileges, except a ceux.qui
front fpicities dans ce prefem Traite, ou ceux auxquels
les fujets des deux Puiffanc s fervent eux-mnmes aiTujettis.
Is auront refpe&ivement pleine & entire lbbert de fe
r-tirer, eux, leurs fami;ls & leurs fferts, apres avoir paye
les droits accoutumes, par-tout oi ils juge ont a propose.
I1 y aura liberty entire, quant a la religion & ils la pour-
ront exercer dans leurs maiions, felon leurs ufages. I fera
accord 'des lieux convenaalies de ftpultures pour les fujets
d'un royaume, qui mourront fur les territoires de I'autre,
fans qu'on puiffe trouble leurs funerailles ni leurs tombeaux.
Las loix des deux royaumes refpeaifs refteront en force,
& front mifes en execution, relativement au commerce
ou la navigation, a 'exception des cas de r6ferves dans
le prefent Traitr.
Les divers articles mentionnis ci-apres., pouwront dtre
imports au taux tuivant.
Les vins de France, ne payeront plus par tonneau,
pour tous droits, que ceux auxquels font affujetris aduelle-
ment les vins de Portugal.
Les memes vinsimportis en Ilande, ne payeront pas plus de
droits que ceux qu'ils payment aluellkment. Les V'inaz'iras,
lieu de 671.5 f chel. 3 f. & 12 vingni'mes ~i. ne oayeront
plus que 32, i8 fch. iof. & L6 vingtiemes t. par tonnean, les
eaux-de-vie payeront 1l'avenir 7 fchellings ft. par gal on ou 4
quarters, mefure d'Angleterre. L'huile d'olive, p;vera les
m&i es droits que les nations les plus favorifes. La biur
payera mutuellement 30 pour cent de fa val.t;r.
Les droits fur la quincailerie, la coutdclrie, Iks ouvrages
d'birnifle & de tourneur & fur to's ls ouvrag'.s gros oi
lIgers, de fer, d'acier, de cuivret, d'airain front claffs,
& le plus fort n'exc6dera pas dix pour cent de la valour.
Les 'tofes de coten & de l ine fabs iquaes en Europe, y
compris la bonnctcrie, payeronr doize pour cent r&cipro-
quement, a 1'e,: option des etofies oil ii entire de la foie,
qui font prolhib.-s de part & d'autre.
Les toikes de (am.Lnra.i ls Is ro & les batli/s, payeront
6 i. tour. par dCtmi p',:e, d.l fept verges trois quarts,
ausage d'Angleierre. Les toils de ia Grande-Bie:a e &,





I


ge Frace importeroat r&cproquement, au mrame droit
que paye a&uellement cslles de Hoilande & de Fiandres;"
les toiles de tou:es fortes en Irlande & en France, s'im-
porteront rekcipvoquiement a des droits qui ne pairenron pas
ceux que payeam adtueilement les toiles de Hollande & de
France en Ilande.
*Les articles de fllerie ne payeront .rciproquement que
j5 pour cnt de ieur valeur.
Les gxa-.s payeront raciproqWement 1o pour cent de
leur vat'.ur.
Les modes formres de mouffeline, batifle, gaze & autres
articles admis en vertu d. present tarif, payeront recipro-
quIment 12t pour cen:. Les articles non cnooces dans le
tarif payeroit come' la naTion la pius favorifee.
La porcelain, la fai.ance & la poterie payeront r6cipro-
quement 1z pour cent Je ler vaieur.
Les glces & la verrerie payeront a pour ioo de lear
valeur.
Si 'un des deux Souverains accord des'prim:s, l'autre
pourra hauffer en proportion les droits d'i.nportation fur
les mnmes marchandifes.
Les deau Souverains font convenus de re&ifier a l'a-
sniable les erreurs qui pourraient s'etre gliiJees dans le regle-
rmen des droits.
I:s fe font r.ferves aufli la faculty d'ajouter les droitsin-
teieurs i ceux du nouveau tarif, l'-'gard de quelques efpe-
ces de marchandifes, favoir: le Roi de France, a' regard des
cotons, des fers & de la biere, & le Roi d'Angleterre, a
I'egard des toiles peintes & teintes, de la biere & du fer.
D)ans le cas que les deux Souverains accorderaient de
nouveaux avanrtges a queiqu'au:re Nation, iAs y front
pamticiper mnuuellement les Sujtes de aautre, fans prejudice
cependant des avantag~s que la France.a faizs l'Efpagne
par le paae de famiile, & i'Angleterre au Portugal par la
convention de 1703.
Afia que tote perfonne puiffe connaltre avec certitude
les droits de douan:, d'importation & d'exportation ci-deffus
mentionnes, & pour prevenir toumes fortes de difficulties &
de dispute a ce fujer, les details en front affichs publl-
quement dans routes les viiles commeraantes des Etats ref-
pedifs, & tous les Officiers quelconques qul demanderont
ou recevront au-dela de ce -iui eft fix6 par ladite conven-
tion, reftituetont le furplus a la parties qui l'aura donni, &
front punis felon les loix des deux Royamrnes.
Les marchandi'es ne front point confifquees, fous pre-
texte de fraude, d faut, ou imperf:&ion de 'ouvrage, &c.
mais I'achiteur & le vendzur y fixeront le prix qu'isjuge-
ront a propose.
Les marchan:lifes importers d'Angleterre en France, dans
les chai-rmtes, coffres, &c. ne payeront qu'un droit fdlon le
poids reel de ces marcha-.difes, en d*duifant le poids de
I'eml-allage, aiA:fi que cela a te pratique jufqu' prnfent en
Angleterrre.
Si-Je maizre d'un navire, ou foa agent, commettait une
erreirren decha geant fa cargaifoit, le navire ni la cargaifoa
ne front pas pour c.la f,'ijet:' ,, re confifq-ies; & les pro-
pritaire, d.?s marcha..,iif-s miles dans la decia:ation, au-
ront .roit de .:s r. )anes. l, ea pvaynt feulerment le, d4oiIs
accoitumnes, pourvu q:n'il n'y ;t aucune raifon defoupFyJn-
ner de la fraud, f,, marchaind A: i le maitre du :avire, 1.e
front fuje's i a.sc.r-.e ap. d' pour ce.re ornili) fi les
inm-rchAndife o .i.. dai s ia d cldir'in n'nt pas 'e ie.
A terre ava. C] d c!ara*i:n a:t ti '*e.
Si 1runa Ja da., Piriac, w*, iifi'd pro!ibiuois, oa


7t,
augmentait les droits d'importatton fur tes marchandifes
du ,~~ ou des manufa&ures de l'autre, ces prohibitions &
cette augmentation feraient generales & ne faraient point
bornes aux fujets de l'Ane des parties contra&anres, mais
elles auraient un effet legal fur les fujets des Nations Euro-
peennes les pl&ts favorites, & dans le cas ouh 'on r'vo-
querait ces prohibitions & oi I'on diminuerait ces droits en
fav-ur de quelque Nation Europenine, on fuivrait le mreme
fyftv me general, except dans les cas refervis en article
du prifent Traite.
La fulte a 'tOrdinaire prochain.
Dv PoRT-.U-PaRI cI.
Le Sieur Durojer, jaloux de donner une nouvelle preuve
des loins qu'il a apportes pour fire executer i'Opira de lI
Caravane, a fon benefice, nous a &crit pour nous engager
a dire que s'il B'a pas diftribua au Sieur Saint-Leger le r6I"
de Saint-PAar, c'eft que dans celui, de Zamorin, il y a
une ariette tres-difficile que le Sieur Saint-Leger etait plus
en etat de chanter- qu'aucuh de ceut auxquels on aurait pFk
donner ce role, & qu'un enrouement qui lui eft furvent
fiubitemer.t ia force de paffer cette ariette. Nous publions
avec d'autant plus de plaifir ce peu de mors pour prouver
la bonne volonte du Sieur Durofier, que nous ferons tou-
jours difpofls a faire connaitre les raifons courses & vala-
bles qui pourront juftifier les A eurs des petits reproches
que nous prenons quelquefois la liberty de leur fire, d'apre
la voix publique.
tvnemenens Hiforiques,
Le 6 Fevrier i778, M. Girard, charge des pouvoirs dtw
Roi, & MM. Benjamin Francklin Silas d-cane & Arthur Lie,
agiffant au nom du Congres, fignerent un, trait d'amitiA
& de commerce entire la France & les Etats-Unis de l'Am6.
rique: ce trait ranima le courage des Americains, qui corn-
batvaient contre i'Angleterre pour leur liberty. La France
s'engagea pour les fottenir dans la guerre qui a ett d4termi-
nee en 1733 ; par le trait de paix les atars-Unis furent
reconnus poir Puiffance libre & independante : cette revo-
lution eft une d-s plus importantes de f'HiftLire moderne.
PIERRE PREMIER, Empereur de toutes les Ruflies, mou-
rut, a Saint- eteissourg le 8 Fevrier 172.5. En travaillant
luif-meame dans les ateliers d&s artiftes & des ouvriers de
Hollande & d'A:!gleterre, en at:irant chez lui des Savans
de tous les genres, en rCpandant les lumieris qu'il avait
acquires p:Cendant fis voyages, c. Prince drinna fa Nation
une impulfion que les plus grads politiques n'aurai-:nt of
pridi e 20 ans auparavan,; car lorfque PIERRE LE GRAND
parvint au ttione, les Ruffes &6ient a peine connus : ils
r'avaient ni loix, ni meeurs, ni dif ip!ine. La Ruffie doit
encore les changemens heureux qui la foit a6uIellement
biiller, aux regnes de cinq fenmes qui ont fucceIe PERRE.
LE GRAND. Cette fuicceiion de cinq femmnes fans interrup-
tion fur le meite tro:e eft une chofe unique dans l'HiToire.
Ainfi, par le gnie d'an feul home une grande Nation
eft fortie du cahos oil ile veg6tait : les Peupies font ce qua
le s Ros & leurs Niritflres les font e.re, a dit VOLTAIRE.
11 y a a"3ourd'hui 32 ans que mourut a Paris V'iliuftre
MONTESQUIEU, Prfi-ent t Mortier, au Parlkment de Bor-
daux & lu'n de plus Grands Hommes que la France ait
protui'ts. I' fi. 'Ffprit des Loix, les Lettres Perfales, le Tem.
FAI de G.: ide, ; il 4 alctIba en un feul volume 1'It'ftoire i hi.
loflohique & Poliiique des caurs de la grau4cur.f de &


I 22~i~i!iWW-rin~t n- '


I


V


'IT~~"~a"~"P"~""~~------- --- ---- --r------ ~-~n*r~--~rr~*--rr.r~~


I







71
at exce des Romains. Tous ces ouvrages mmertels prou-
vent que MONTESQUIEU itait auffi profond Genie qb'Ecri-
vain eloquent. II donna A tout ce qui forit de fa plume un
cara&kre original. L'Efprit des Loix fert de guide aux L-
giflateurs & aux Politiques, de toutes les nations; les Lettres
Perfanes font un chef-d'oeuvre de gout, d'efprit & de phi-
lofophie; le Temple de Gnide eft un tableau voluptueux,
oh l'Auteur a reprefent6 tout cc que l'amour a de plus de-
licat. MONTESQUIEU fut tourment6 par des devots : les tra-
cafferies qu*il en iprouva abrigerent fes jours. II mourut en
homme, qui etait en meme temps Chretien & Philofophe.
Dans I ligne y du dernic Eivenement Hiferique, aulieu.
ft es, li/ct ces.


B E L L E S-L E T T R E S.
fin de tExtrair de fouvrage de M. FAbbde rofier, fur
Ia Chine.
Tout Ouvrage licencieux & obfcene eft prohibe par les
loix. Tout Auteur qui &crit contre le Gouvernement eft
puni de mort, sinft que ceux qui ont concouru a l'impref-
fion ou I la difiribution de fes Ouvrages. La Comedie eft
plutot toler6e que permife a la Chine, & les Comediens
a'y jouiffent d'aucune confid6ration : les Comediennes y
font traitees come les courifannes ea Europe. Les an-
ciens Sages de la Nation ont conflamment decri la Come-
die; ils l'ont traithe commie un Art corrupteur. Toutes les
Salles de Spe&acle, mifes fur le meme rang que les mai-
fons de prostitution, font releguees dans les faubourgs
de la ville.
Nos jardins anglais ne font qu'une faible imitation des
jardins de plaifance de la Chine, oih certain Empereurs
ent fouvent deployi unn luxe puiril de conflrutions bi-
zrres. Yang-ti, le SardanapFle de la Chine, les avait tel-
lement mukiplies, qu'ils donneent lieu aux representations.
d'un Cenfeur de I'Empire.
Plus les points inutiles de vos jardins, difait ce cou-
srageux & refpefable Officier, s'embelliffent & fa mul-
ttiplient, plus les points necAffaires fe d&eriorent & dimi-
Snuent dans toutes les provinces. Les nombreux effairms
x d'Artifies qui accourent dans votre Capitale, de toutes les
extremists de l'Empire, no front pas des foldats contre
ales Tartares qui nous menacent; & apres avoir bati un
plus grand nombre d& points qu'aucun de vos Prde-
' ceffeurs, il eft bien a craindre que vous n'en trouviez
S)pas pour fair le vainqueur. Votre humble Sujet en f(che
7 d'afliaion, & ne dit fes juftes plaintes a votre Majefte,
'.que parce qu'enivree des menforges de fes Flateurs, elle
,ne voit que les fleurs de la coupe empo'fonn-e qu'ils lui
n pr6fentent. Songez, Seigneur, qu un vieil Officer qui vous
Sdit la verit6 au peril de fa te:e craint plus la mort
O pour votre Majefte que pour 1i r.
Nous terminerons cet extrait par cette retontrance eto-
quente & ferme. Nous croyons en avoir af.ez prefente a
zos Le8eurs pour leur infpirer le difir de connaltre en ea-
dvec permi~on de MM.


tier 'ouvrage tntdreflant de M. 1Abbi CGroer ,qut ,t
beaucoup penfer, en amufant & en infiruifant.

Q VAT r INS fails par VOLTAIRa E& defjinis la
Jeuneffe : on ns lek troupe pas dans fes (Euvrer..

Tout announce d'un Dieu l'ternelle existence;
On ne peut le comprendre, on ne peut l'ignorer.
La voix de lunivers announce fa puiffance,
Et la voix de nos coeurs dic qu'il faut l'adorer.
Mortels, tout eft pour vote ufage;
Dieu vous comble de fes prifens.
Ah I fi vous 6tes fon image,
Soyez comnme lui bienfaifans. -


P&res, de vos enfans guidez le premier age,
Ne force point leur gect, mais dirigez leurs pas:
Cultivez leurs talents, leur efprit, leue courage;
On conduit la nature, on ne la change pas.
Enfant, crains d'etre ingrat, fois foumis, fois fncere
Oesis, fi tu veux qu'on t'obeiffe un pour.
Vois ton Dieu dars ton PEre, cifre lui ton amours
Que celui qui t'infiruit te foit un nouveau pere-
Qui s'"leve trop, s'avilit-;
De la vanity nanr la honte:
C't dpar l'orgueil qu'on eft petit;
On eft grand quand on la furmonte.
"La politeffe eft a lefprit
Ce que la grace ef au vifage.
De la bonte du coeur elle eft h douce image ,
Et c'eft la bonte qu'on cherit.
Soyez vrai,.mals difcret, foyez ouvert, mais fage .
Et fans la prodiguer, aimez la veritr;
Cachez-la fans duplicity;
Ofez la dire avec courage.
Le premier des plaifirs & la plus belle golire
C'eft de repandre des bienfaits.
Si vous en recevez publiez le jamais :
Si vous en repandez, perdei en la memoire.
Rkprimez tout emportement :
On fe nuit alors qu'on offense
]Et l'on hate fon chitiment, .
En croyant hiter fa vengeance.
De rI'mulation diftinguez bien I'envie,
L'une mene a a gloire, & l'autre au deshonneur;
L'une eft I'aliment du genie,
Et lautre eft le peifno du cceur.
La dispute .eft fouvent funefle autant que- valnei
A ces combats d'efprit craignez de vous liver.
Que le flambeaa. divine qui doit vous kclairer,
Ne foit point en vos mainsle flambeau de la haint
Toutes les pafions s'eteignent avec rage:
L'Amour-propre ne meat jamais.
Ce flatteur eft tyran, redoutez fes attracts,.
Et vivez avec lui, fans etre e en efcavage.

les Geindral & Intendant.


AU PORT-AU-PRINCE, DE L'IMPRI ME RIE ROYAL L


1
p

I



I




I







44-
S..-- --


N Oum -, il-a o..o.s smeee-m
0 --


A Jr'nmie, le dce mois, PA.4mrd, de Bordeaux,
Capitainr.Laurent, parni le 4 Decmbre: le 3, le Bon-Henri,
du mcme port, Caprtaine Lemaitre, parti le 30 Novembre.
P:ix Jds .Aarchunjli/ s de la Colonie au Port-au-Prince.
Sicre bianc, premiere qua'itk; 68 a 72 1. feconde, 60
65 L.traifitm-., 45 a 5o. brut 33, 0 35 1. Indigo bleu,
Itl. a 12 cuivre, 9. a lol. o f. Caf6 nouveau, 21 f. a
of. 6 d. vieu- 2 'a 2t f. Coton, 25o 265 1. Cuirs, 91.
Pnrx des Ma-chandffes de France, au Port-au-Prince.
Vin vieu., 140 ao io 1. nouveau, 72 90 1. Farine
de Meoiflac, 95 a loo1 commune ,85 a 90 1. iiceuf fa!e,
66 72 1. le ba ii. Petit-fatl, 24 a 27 1. i'ancre. Beurre,
2 a25 f. la liv. Huile, 45 ai o 1. le panier. Savon, 40
& jo 1. la caiffe.
Course du Fret. Sucre blanc, ito a. 1 d. brut, o 'a 12
d. Indigo, 24 a 30 d. Caf6 io a 12 d. Coton, 24 a 30 d.
E R E S A A R R O N J.
A Jacmel, le 31 du mois dernier, eft entri a la Geok,
tin Ng i.lon nomme AJille, Sofo, etampe furle fein droit
ROGE, les pr.mlkres lttrc.s illifibles, ag6 de 14 ans, taille
de 4 pieds 2 pouces, ayant des cicatrices fur les feins
& une chaine au.cou, fe difant appartenir a M. Roge, Ha-
bi ant au Grand-Goave: le : dt ce mois, un Negre no'-
veau, 4tamI:-e fur le fein droit, artant qu'on a pu le dillin-
guer, I;E[13 & fur.le gauche AR eitrelaces, ag de 25 ins,
tille de 4 pieds 7 pouces, avant la pcau rough& & des
ma-ques de fon pays fur 'eftomac & fur le venre : le 3,
un Negre nouveau, Congo, etanmpe fur le fein droit HF,
au-deiftus AQUIN, ag2 de 26 ans, ayant des marques de
fon pays fur 'eftomic & une cicatrice au front, ne pou-
vant dire fon norm ni celui de fon maitre: le 4 un Nigre
nouveau, 6atamp6 IBERB, autant qu'on a pu le dillinguer,
& fur le gauche AR entrelaces, agede 3oans, taille de 4
pieds o1 pouces, ayant des marques de fon pays for le
vifage & gros de figure, ne pouvant dire fon nom ni ceiui
de- fon m -itee.
A Saint. Marc, le x" de ce mois, Jean-Batjle, Congo,
tampe fur le fein droit, autant ql'on a pu le difingue:r ,
L & d'aut-es lectres illifibles, age de so ars, td:ill de d
pieds 5 pouces, fe difant appartenir a M. Sicar, a'i Don-
don ; Jofepih, Mondo-gue, etampe fur le fein gauche iliifi-
bl:ment, ag6 de 30 ans, taille de 4 pieds opoues, ay.u.t
des ma-ques de fon pays far les fi s, f' difant apart n'r
a M. Sarfn Habitant Jean-Ribe); & Ch.l-,r, Cong s,
itampe fur les feits BER.DV P.TON. g:' e *- 2 .,
tii.le de 5 pieds, ayant un bout de ch.ilr a.i con, of ;-
aut appartenir a M. Bertrand du Plato, iabi:ant ai 'A4-


HES


Du Jeudi I5


A s


v s


Nt ri s s.


MERICAINES.


Fevrier 1787.



tibonite : le f1dkne, 'Poulard, &tampee illifiblerment, aget
de 45 a:s, taille de 4 pieds 8 poucAs, fe difant appartenir
a M. Sanon, Habitant a Jean-Rabl; Francois, Congo,
etampe fur le fein droit SAUPIN, ag6 de 22 ans, taille
de quatre pieds onze pouces, fe difant appartenir a Mm"
Boisdolair, Au Cap; & Ginga, Congo e:amp fur .la poi-
trine & plus has LATOURADAIS.F, ig6 de 20 ans,.
taille de 5 pieds un pouce, ayant des marques de Ton paysi
fur 1a poitrine, ne pouvant dire fon nom ni celui de fom.
mairee.
A S;int-Louis, le 5 de ce rr.os, Julien, Mondongue,
ktampb fur ie fein droit GUILLOU, ag de 2o ans, taille
de j pieds & queiques pouces, ayant des marques de fon
pays fur le vifage, un malingre au jarret gauche, & trs.-
peu de barbe, bien faith, fe difant appartenir au Sieur
Guillou, ne pouvant dire fa demeure: le 6, Mentor, Congo,
&;ampT fur le rein droit iLlifiblenent, age de 28 a 30. ans,
taille de 5 pieds 3 pouces, ayant des marques de fon pays
fur le ventre, une vieille cicatiice a la cuiffe dioite & joli
d fig:rre, fe dil'at appartenir 'a Fin-Aime, ne pouvant
dire fi demeure; & un jeune Neg-e nommi Jean-Charles,
C:Iole, fans e:ampe apparen:e, Iag de x8 ans, taille de
5. pieds, joli de fig-ire ayant une petite cicatrice a c6ti
de i'iel gavche, f: difant appartenir a la nommie Thirife,.
M. L. dmineurante fur 'hibitation Eoni e Miragoane : Le
Negre Franco's, Congo, en p:ifon du 28 Novembre der-
nier, infreC dans !e n0 54, s'eft dit depuis appartenir at
Sieur Cadere, Habitrat au Cap.
A L'ogane, le 7 de ce mois, un vieux NMgre nomm&
I h;rl: e, AMondongue etampe fur le fein droit illifiblement,
taille te cinq pieds t pouce, fe ifant de l'habitation Sercey
le 3, 7J.,n, Co'go, e ampe fur le fein droit ilifiblement,.
t.a;'1e dv pi3ds, a',ant un malingre a la janmbegauche, fe:
difa't app.~ en!r, a Mi. Jaignet, au Port-au-Prince.
A, P, r -:i --Prince, le 6 de ce mois, Jean-Pierre, Ibo,.
&rampd LA WOUbSSY, f, Wir'ant apparterir a M. Jofph
ei cele vi -.r; & :..vode,?, Ib:,, &-e P PIERRET, fe
di'l"n apnpa e,.ir ant Siet- r ..I~~! ,-e, ea. cette ville : le 8.,.
.t .';ne, Congo, '-i.mp, iilifiblemncnt, fe difant appartenir
a M. B :-t, a I'Arcahave: le 9, ,une NPgreffe nouvelle,
n.~.i:n Incorrnli fans etampe appaten-e, ayant un trou-
: la itvre fitrp,!eare, ne pc.-vn,, dire fon nom ni celui
d 'on mrA:re:le ro 1 u.0 fi' Arada, eramnp LG plufieurs.
f..' & ure autre 6:rape illifible, fe di'ant appartenir a M.
Lou!is refqJi-, I bi.ant en paaire le i s, Mina ,.
&eamnp!: DEG.ICEUX, fe dif.nr de i'h ii!tarion BonreFos; 8.
;, iv, A'raia., a"rnp. CHANCELEL, fe difant de l'hd
A M oA-tl ixha: cc rel.
A4 ,V N M xA 7 v x P A r d S.
A nt>.',,c, le 2. e ce mo:s, 11 a cte conduit 1 I1


bF--~-






74
Geo!, wn cheval anglais fous po0l brua &tamp far 1t
uiiife du tnmolir -LC, au-deKr'us GG, ayant at pied
de derriere blanc & une parties de la face blanche le un
sheval fous poil gris, tampere illifiblemeat, ayant une plaie
fur la croupe.
A Saint-Louis, le 4 de ce taois, une boarrique fous poil
gris, ltamp6e fur le collet, da c6ti du moatoir U, ayant
kne fuite.
Au Port-au-Prince, le 7 de ce mois, v e petite gazelle
fots poil noir, fans etampe: le 8, an cheval fous poil bran,
itampe BDO, au-deffous CMV; une bourrique, fous poil
gris1 & une idea fous poil brun 6tampies illiiiblemant; un
cheval fous poil rouge, etampe LF; & us cheval fous
rpil brun, etanmpe J., a'-deffou illifiblement: Ie 9, u
aheval fous poil rouge, batard anglais, fans &tampe: le 10,
une mule fous poil bai, itampia fur la croupe d'une *tampe
don't on ne diftingue que la lettre C: tle 1, ua mulet fous poil
hai tn rougeatre, etampe, avtant qu'on a pu lejdiftingaer,
9M; & une bourrique fous poil gris, &ee LD.

S P E C T A C L E.
L.es Con~ediens de Liogane donneroit Lnndi ig du
courant, au benefice de la jeune Life, une premiere repr+-
fentation de I'Epreuve Villageoift, Opra-Bcuffen en deux
ta es & en vers de M. Desfqrges, mufique de M. Gritry.
Cette PiMe fera priccdbe d iue premiere reprfe~ntaiion de
Y'Avocat Ch/nforniwer, ou qui cnmpte fans fon h4te, compete deux
fpis, Com idje en ua aee t& ea profe, du Th4atre des
Variet6s Amufantes,
Le fucces general de ces deax Pieces for tous les ThBe-
tres, eft un prefage bien ffir de I'accueil qu'elles recevront
far celui de jAogane, la jeune Life ofe, en faveur de ce
$Sedacle, r.'clamr de la part du Public, la continuatinoa
des bortes don't ji l'a honoree que ju jour, elle regar-
dera ge bienfait moins come unprix dh a' fT talens,
que come un encouragement 3 les fire ielore.
1 e : "A
Les Comedien? de cetce ville donneront inceffamment,
pu btnefice da Sieur DeuTilliers., une- premiere Reprefen-
tation de l'Uncndie du fHavre, Piece don't voici lhiftbrique.
La .nui. d4 4 au j J'3vier 1786 le feu .prit au Havre
de Grace, un vent imp ucux lanait les lammes fur les
vjailTeaux & fur une grande partie de la yille. La fortune
& les poffeflfon. des Habitin et ient menaces d'une ruinm
tatale, fias le gnIreuX & prompt fecours qu'ils re urenit
des Soldats 4es Regimens de Poit.4u & de Picarde, ,Les
uns a.rrgehaient, les haches a 14 main, les debris des toits
ambraf^s, dcautre', fufpen..us 4 des d chelles & a des cor-
ees, fauvaient les meubles des incendibs; en un mot tous
aes grgves militmires dortn'reat dans cette ocafion la plus
Jigte preuve du z!ie & du cour.goe intrepide qui carade-
ifenth le Soldat FrancSais. Les Habitans, penatres de recon-
riLiffan;e, yeu .offrjr!ent pnA formm d'argent, qu'iiS n'ac-
PPo~reat que pour la porter a 1'iflant m me a un aom-
F7e Sfimon, n lPoanger, qu, le f'e ayvat entierement ruane.
I elf Je fa~e qui dovnai lieu a la Pikce que le Sieur
Vptvillicrs o rte gau Pulic.o 1 croit ne devoir rien ajou-
ter cet expfei, b:en perfuac e que tout bon Franaais verra
veS Bathofi.fanme n-stror en aio t un trait de d efntireffe-
i"Mnst eneperfine n'iaura pu lirs fans motionn. Ii don.-
ferp toPs rif fifons pour que les diff4rens coups de th1a-
t qal tccr-;>orxr cette Pieee feienit rendus avac verite
& pretfciloa
L SEP acle commsencera par I'pvreuv: Vlla.reo f, Ope-
fl. CEarcls c(eux Piuzes le Sieur Te'ir dan'era I Anglif/.


Le peAacle era termink par le MIentut l b Iarkaf
danf6s par les Siwrs Saint.Leger & Tefer, eu grenadin
& en femme.

SAVIS D ~ VE R S.
5 Bains Publics l'inflar de Paris, fituis rues Royale
& de Bonnesfi maifon qu'occupait ci-devant la Damnr
Pommiir, tenant la grande auberge, ea cette ville. L'En.
treprenear n'a rien ngglig r pour que rordre & la pro.
pretb rkgne dans cet tabliffement don't cette Capkale a 44
prive jufqua cie moment, & qui eft fi ttile a la fante. Les
&Sains front ouverts i toute here pour la ceommedit6
publique, II y a des chambres a us & 2 bains. L'ahon-
nementde iz brains et de 33 liv. celui de 5,,de i6 liv,
to folks, & pour un feul 4 1. f. 6 d. OA pearradif.
pofer des billets.
S M, Gabriel Jaflr4*, a l'henncur de pryvenir le Public quo
depuis le 13 da mois dernier, ii a diffous fa focikth con.
nue fous !a raifon de Marex 6 Jaffram, & que ledit Sieur
refle charge de la liquidation des affaires.
3 M' Frongouu Notaire i Jacmel, ex&cuteur-teflamentaire
de few Sieur Nicelas, vivant, boulanger audit lieu,. pri4
vient les creanciers.de cette fucceflfon qu'il fera le ai de
ce rois, proc6d a la premiere repartition en l'tude de
M" Bourgeois, Procureur & Jacmel auquel ils font invi-
t4s de communique leurs titres de creances, d'ici audit
jour as: Fevrier, faute de ce, ils ne pourront tre admis qu'i
Ia deuxipme repartition.
3 M" Czhajfing Compagmie oAt 1'honnear de donner avis
au Public qu'ils viennent d'affdcier I leur miifon le Sieur
J. C. J. Molier, &. qu'a computer dz premier de ce mois,
la raifon de lear maifon fera celle de Ch.-faing, Molier 6
Companies.
i Les Cr'anciers de la fucce(fion de feu Sieur Sarmv
Dardignac, vivantCaboteur au bourg de la petite-rivire
du R ocheiiais, quarter de Nipes, font prits de la part de
M. Garru, Nigociant audit lieu, foa execuzeur-teftamen-
taire, d'adrefftr a Md d'Hoee d'Allerie, Notaire audit quar-
tier, un tat de ce qui peut leur Ctre di par cette fuccef-
fion tant en principal, inerets que frais, afin de prendre
Ie pari le plus convenable pour la lib6rer.
a Le Meny, de Saint-Malo, Capit. Dhier, venant de la
cote d'Angole, avec une tris-belle cargaifon de 5oo Noirs,
S1'adreffe de M' Shiridan, Gatechair & Compa.gnic, N&-
gacians i Lkogane, quci e o pnt ouvert la vente Sasndi
dermier 3 de ce mois.
i M. March, chcz M. Bqoijon, done avis qu'il a a ven;
dre des cartes de Bruxelles, blanches & tarotees de toute
couleur, premiere quality; dentelles & treilles de Bruxelles
& d'Angleterre, de toute efp'ce, toile blanche de touted
efpece, de Bruxelles, d'Hollande & de Flandres; glac e
& trumeaux avec leurs pieds dores & tables de maibree
toilettes afforties; & deux cabroters a mulets, prefque
neufs :il fournira 'aufi du pwplr far Bordeaux, i fix
mois, pour 40 ha o mille livres tournois,d'une des meilleures
maifon de la Colonie.
2 II fera procede le 27 de ce mois, a la Barre du S1 ge
del'Amiraute de cette ville, a ta vente & adjudicaticn
d'une chaloupe cannot & diverfes autres 'embarca-
tions, d8pendantes de la fucc-ffions du feu Sieur Peigniie
don't le Sieur Deshayes eft lPx.cuteur tcftmentaire, aux
charges, claufes & conditions dont tn pourra prendre
connatifance en 1'tude de M ,LChpertier, Procureur ea
se Siege. & we I Siewur Aify, IuileIi i PArcilbays


~ _~~~ ~, ~ ____ 1 -~-----~II~







s fera predd Sa3n tedl Mars prokhsan I la larre
lu Site Royal de cetre ville, a la veatre & adjudication
de lulieurs N.gres inarims, dippntdns de la fuccefiion du
eu Sieur )Peigr ~n don't le Sicur. De:.hys, eft executeur-
teftamentaire, aux charges, claufeis conditions, don't on
Sourra pren'dre coa: aiffiance en l'etude de Me Ckarpentier,
Prqcrurc ec, ce che le Sieur Marify, Hauilier
i 1'Arcahay-.
SAvant .ti pr-.rnte au Sizur BJigeurd, des obligations
fgnLc.s tigi, fils, & des comrtes d.bits fous ce me-
Ine )non. ii a I'h nnear d. pr venir qu'il n'a que deux
gao iJs; L'u 1. de it ans, a.uile.men.. en France, &
'autte de. q'i ne fait pas &cIi-e.'Il fakl inierr cet avis
pour an pr,- ;:r; C les fuites.
SL. SI-Tur Ix Marchl.d. T ,piisr r. cette ville an-
aone :tpar' dcu 12 DCi '.! zS i aacquis des
Sieur 'n- '-Baf ,'' PIlbe. : .ic. 'l de ia Jon'here, une
maifon a. e:p ac'tpio'. fitmus en citte ville, fur le prix
de laquell a..i: i;>'.:c. redci: 90c00 i~vres; ,tant fur le
poia: de verl.2r ca", cc: cant ei.re les mains des ven-
deurs, qu'en celie de q'eques crdanciers faitiiTanis, il prie
ceuX qui ont des hvpo .'c.qes fur ieidites maifqn & erm-
piacemen, de vouloir bien fe fire ieconnai:re F'ic au 12
Mars prochain..
SLe'Sieur Dupain Trid, a l'honneur d'annoncer aux ama-
teurs, qu'il a a vendre un part de charmantes gravures
anglaifes colorices dans tous les genres. Plus, environ
qTjatre-vingt bouteilles de ban tabac de Paris, quelques
bijoux, deux pieces de mouffeline brodbes en argent; fix
pieces de role de Jouy, peintes; dix-hui't douzaines de paires
degands de ferme glaces; plus vingt-deux plateaux anglais,
de toutes grandeurs : il donnera tous ces objets a bon com-
pte. Sa demeure eft en cette ville, rue des Miracles, mai-
foa du Sieur Thuet.
i Le Sieur 'lon, Entrepreneur en catte ville, ayant en-
core, pour terminer fes affairs, dix-huit mois ou d2ux
ans a y refer, offre fes fervires pour les ouvrages de
confequence que M" les Habitans pourront avoir a fair
en plaine ,& mema de fournir tous les matiriaux aeceffaires.
Les Sieur Dame Lartigau, demeurans rue des Fronts-
forts, vont changer de demeure pour fe fixer dans le ma-
gafin n i a M. 'Fir'uriau, rue des Capiraines ou Saint-
Jean-Bptifte. Ils ofrenr en codf quenc leurs services au
Public, tInt pour fe charger de tou:es commiions de com-
merce, que de la vented qu'ils fe pr9pofent d'y faire en
mnarchandifes s-ches & comrefib)es. lis cederont leur bail
de deux ans de la maifon qu'ils occupent n 1 a pren-
dre dans le course de ce mois.
i Le nomm Jsean-Chrifiianne, inftruit que M' Baron, No-
taire a Lcgrane, demand en reunion an terrain fitu'e 1 Ja
raantagne du Rochellais, apparteant a Paul Chriflianne,
a I'honneur de pr'venir ledit MW Baron, que ledit Paul
Chiifianne, fo frnre, ne pofs.de. aucun terrain, mais bien
I1i Jean Chrifijnne, qui a -dei fait un etabliffement deffus
depuis plus de fix mois, 'a connaiffance des voifins;
qu'il y a mimeplifieurs N gres deffus pour y culdver les p!an-
tations ; que ee meme terrain avant iet demanded en reu-
nion par M. Mouz"iid, MdIN ec"n ledit Jean Chr.flia;vnne a mis
fous les yeux de MM. les Adriniifttateurs les raifons qui
1'ont empeche d'itabiir plutst, & qu'il attend ieur ordon-
nance a cet 6gard.
Aupgfle Dofile, au som & comme charge du powv.,ir
de la nommiee U'fule Nabl, Mlultrerefe !TEre, ef.hute
a JirCmie, declare que c'dt cal a propose qe la iY:1<


75
GotAen Sa t-teul.r pourfult en rrnio.n yt, emplacrmeat
fur sequel il y a une cafe ca mailon de bntie, t qdin
outre il y a plus de quatre mois que Cix tIte, de Ntgret
travaillent au remblaie dudit ermpaciemrnt ;, ce qui iera
facile a prouver en teimps & lieu par I';.tt.ialicn des v i-
fins limitrophes & par le proccs verbal de M. DutrevilTe,
Arpenteur, qui a procede a la rmif en poiL.ioni, que
c'ei depuis l'kpoque de ce process verbal, close ,ipuis plus
de qua~re mois, que ces dix thees de Negies tivailleie:
rfmblayer le surplus dudit emplacement.
La D" L~fere, Couturiere en robes, arrive de France
depuis peu, demeurante rue de Vaudrevil naiibn du
-Sieur Bo:g:ela, Boulanger au coin di march, a Phonncur
de privenir le Public qu'elle taille les robes [ la iran aife
& a l'anglaif-, levitrs, turques, pierrots fourrcaux, goiies,
chermies pliffees, juftes pour femriAes & enfans, & gen.-
ralement tcut ce qui concern l'habillement das Darnes.
Elle prendra des apprenties, en faveur defqueiies elle ne
negliigera rien pour leur coiniunlquer fon talent.
C'eft par erreur que le nnomm6 Auvufie Lafond cadet;
pourfuit en reunion un terrain fitue i la riviere a Maho,
qu'ii dit avoir &iz concede au Sieur Dutrevil~,; ledit Sieur
I'a jamais eu de conceffion dans cette parties ni ai!leurs.
x Le Sieur Tejfier aiirC, Marchand Orfevre, Joaillier, Bi-
joutier, en cette viwe, rue des Frontsfor.s, maifen de M.
Fieurian, fait, vend, troque & acheke tout ce qui concer-
ne l'orf6vrerie & la bijouterie; il remote Ies diamans a
la nouvelle-mode. II vient de recavoir un joli affortment
de hijouterie dans le dernier gout, des couverts d'argeat
au poingon de Paris, unis & a filets; cuiliers a cafe, a
ragoft, i foupe; boucles d'oreilles & colliers Ia Cagiiof-
tro & autres de-modes plus nouvelles; bagues, chaiaes &
montres d'or unies, gravias, fimples & a ripe'ion; bre-
loques de routes efpces. Cannes de jonc, de bmboru &
de bois des Indes, unies & apomme d'or. I1 fe charge
de tou cequiconcerne 'horlogerie & la fourbidIeri, ayairt
chez lui des ouvriers a ceteffet. I1 tient en tout ttemps ~n fu per-
be affortiment de bijoux. Ilvient d'acheter 1. Flnd de fouibitl-
ferie de M. le MAarie ancient Capitaine de ravire, qui-le
tenait du. Sieur Chevalier, prercentema'nt e.n France. On
trouvera chez iui tout ce qui eft du effort de la coutele-
rie; rafoirs anglais d'acier fondu, couteaux & c"ifeaux de
toutes efpeces, infirumans de chirutgit & de clentifte : i
repaffe les couteaux, cifeaux, rafoirs & lancettes. Les pei ion-
nes qui pourraient avoir hypoth'que fur ce fonds de couiel-
ierie font prices de le lui fair favoir ;fous un mroi.
i M" R. Marie & Ccmpagrnie, pr'virnnen: le L.btic, q.u'ils
Ont quitter les affairs le ri du co:!rat & qu'its out cede
leur maifon de ccrmmerce M. Dam;iA.qc. Ft,rrois:s, qui
refle charge de la Iiquidarion d'icelle; i ccntinuefa les Um6-
re aares airefous la raifon de Franoir C'ompa m c.
M. Dominique Francois, a l'hornneu: de prevenir le Pa.
blic que M" R. Marie & Compagnie, Liui ont ced leIur
maifon de commerce, & qu'it cornin;e-a ies rmenes afai-
res, a comprer du to du.coutant, for:s ;a riifon de F;an-
cois 6S Compa, .gni, & qu'ils reiten. e,.is haties de la li-
quidation dd la ioci.te R. Marie & C''..`..R,.,6,
La Concorde, du Havre, CaFl.; Chr-Jies Gardanne,
venant de la cote d'Or, avec 3,0 Noirs. 'i'.adrcfe de
M" Pierre Louis Spegtir;nuf.f s, Negoians s n cette villc.
i A la rIeci':e de MA' Gayot Cur-t.r par interim au
fuccelliors va'a.an:es dans le reiffo ci- Sli ', i al de ea-te
ville, charge en ce;te quality de We"ii du Sis~r d' ARnta-
n..a, i\ f ia le Siamcd 4 d cs aoi4,s, piodtc ti lai


.... 7--~- r ~-





76
Barre dudit Sige, 1 Pi'dte de 'audience, la vente &
ajudication, aut plu! offrant & dernier enchiriffeur, d'nne
Milatrefie, i..;: d'eaviron 32 ans, avec fes trois entans
Quarteioas & Quarteronne, ages de iz ans, io ans &
Vi gt rnois.
i M. Collin, Habitant au quarter de LIogane, executeur-
tefiltrcentaire de feu M~ C/otard de Lance, Avocat au
Coifeil & Subiitut de M. le Procureur du Roi du
.' ge du Port-au-Piince, p:ie les crcanciers du dfuant de
fe p;efenter avec leurs tires en '6tude de M Baudjaman,
Procureur en'ce Siege, pour recevoir leur payment, &
les debiteurs de vouloir bieit payer. i prie auffi les per-
fonnes qui ont des pieces & affaires dans Ie cabinet dudit
d6funt, de les faire retire de f'etude dudit MW Baudaman,
6tant charge de les retettre, ,
D E PA R T S P O R F RA w C t.
3 Le Sieur Jofcph Drouet, ci-aevant tconome, donne
.avis qu'il part pour France au mois de Mars prochain,
pour caufe de maladie. Ii declare ne rien devoir.
3 M, Mathleu Dubourgae des Guilliens, Gerant aux Ma-
theux, fe difpofe a partir pour France dans le courant de
Mars prochain, pour caufe de maladie. I1 prie ceux a qui
ji doit de fe prefenter pour recevoir ieur payment & ceux
qui lui doivent de le folder,
3 Le Sieur de Ponton du Pont, fe difpofe a partir pour
France au printemps prochain. II prie ceux qui lui doivent
ge le folder le plus promptement poffihle.
3 Le Sieur felix linbert, de Marfeille', ci-devant refidant
4 Aquin, part pour FraRce. II declare ne rien devoir.
3 Le Sieur DArni Tapiilier, part pour France: il prie
fes creanciers de fe prefenter pour recevoir leur payment
& fes dcbiteurs de le folder.
z M, Claude DangL:de, Habitant a la Montagne de Jac-
pnel, part pour France au commencement d'Avril prochain,
pyant des affairs de famille tris-intereffantes reg'er. II
prie ceux auxquels il peut devoir de s'adreffer ap.rs fon
d6part la Dame fon epoufe fur ,on habitation,
2 Le Sieur Breffant, Orfivre, fe difpofant h partir pour
France au piois de Mars prochain, pour affaires de famille,
declare ne rien devoir,
2 Le Sieur Nelaton, IHorloger, partant pour France,
pour affaire de famille & retablir fa fante, prie les per-
(onnes qui lui doivent de le folder, & celles a qui ii peut
devoir de fe prefenter pour recevoir leur payment.
2 M. Dubertrand, demeurant a Jeremie, partant pour
France au prin:emps-prochain, pour caufe de maladie ,
prie ceux a qui ii doit de fe presenter pour rece-
voir leur payment, & ccux qui lui doivent de le folder
inceflamnment, pour lui eviter le defagrement de les y
gontraindre par les voles de rigueur.
a Le Sieur J. Pelletier, Marchand & Commiflionnaire .,
Jacmel depuis cinq a fix ans, part pour France au mois
d'Avril prochain, & prie ceux qui ii peut devoir de fe
prefenter a la Dame fon epoufe, qui refe fond de fa
procuration, pour recevoir leur payment, & ceux qui lui
4oivent de le folder, pour luji viter le difagrement des
pou fuites,
2 Le Sieur F Roman, Charpentier de moulin a cafe &
Habitant Jacmel, part pour France an mois d'Avril pro-
phain; il declare ne rien devoir, & price ceux qui lui doi-
*ent de le folder inceffamme-nt.
2 Le Sieur Jean-Franfois Dudois, part pour France dans
le courant de ce mois., pour caufe de maladie. Le Sieur
'lborief fon affocie, refte charge de touts fes affairs.


s M. Deville Dorgeont, fe difpofe a partir pout
France pour ca.:f. de maladie.
a Le Sieu ieblert Devilad, tenant la grande-auberge (
Jeremie, partant pour Farie dans tout le mois prochain,
avec touted fa famiile, vendra fon fonds, confidant ea lit,
garnish, armoires, tables, glaces, tables de marbre, bitlard,
linge d. tabi:., draps & ferviettes batterie de cuifine,
argentvrie & -gieralement tout ce qu'il faut pour une au.
berge bien mnratee; il vendra audif un N~eg'e bon cu.i.
nier, une mulatrefle blanchiff.eufi & bonne couturiEre :il
fera du tout Lonne compofitin moyennant du comptant.
II prie ceux qui lui doivent de le folder inczffamment pour
lui eviter le d6fagr&nent d'ufer des voices de rigueur.
2 Le Sieur Jean-Fran-ois Dieuleft, ne6Thouars, a3riv
.au Port---Piment, fur I'habita:ion de M'" Br.ban fries,
depuis ie mois d'Aout deinier, part pour France; il n'a
point d'ctat dans la Colonie, & a fait fa r'"idence fur
I habitation de M. Bourgeois Laraque, Habitant a i'Artibo.
nite, quarter des Veretics : le tout fuivarnt ia d&iaaraioa
par lui faiie au Greffe de Saint Marc le 4 Janvier
dernier.
2 M. Dupin de la Grave, Habitant a Saint-Marc, part
pour Frince au printemps prochain, & declare ne riea
devoir perfonne.
2 M. Samoli, Chirurgien de IAmiraute de la ville de
Saint-Marc, partant pour France au. printemps p:ochain,
prie les perfonnes qui lui doivent de le folder, & celles
a qui il peut devoir de fe prefenter pour recevoir leur
payemenet.
S 2 Le Sieur Pierre Rey, de Grenoble, fe difpofe a par.
tir pour France.
2 M. J. Beot, part pour France dans le courant d'A-
vril prochain,
2 M. Michel, Negociant & T e6forier particulier des Inva.
lides & Jacmel, partira pour France en Avril prochain.
La maifon di il fait fia refidance a une tres-belle vue &
eft une des plus commodes de l'endroit pour une maifoa
de commerce en gros, eft i vendre ou n louer, pour ern
prendre poffeflion d'u.e maniere ou de l'autre au premier
Mai prochain. S'adreffer audit Sieur Michd.
2 Le Sieur Riviere, maitre Tonnelier en cette ville, a
l'honneur de prevenir qu'il fe difpofe a partir pour France
au mois de Mars prochain. Ceux qui lhi doivent font
pries de le payer, ceux qui a qui ii doit peuvent fe pre-
fenter pour e:re pays.
2 Le Sieur Guimbaud, Dire6leur de Poftes a Saint-Marc,
oblige de partir pour France au printt:mps prochain, avec
la Dame fon epoute, pour affaires de famille prie de
nouveau M" fes dibiteurs de terminer avec lui fans en
venir aux voices de rigueur, qui ne font pas dans fon
carat're. .Penetre de la plus vive reconnaiiTfnce envers
tous ceux qui Font honored de leur confiance, ii les prie
de continue les mcmes bontes aux Sieurs Saint-Martin,
Daffe 6 Compagnie, qui le remplacent & qui redouble-
rent de zele pour les meriter.
2 M. Salaignac, Avocat au Confeil Superieur de cette
ville, eft force par le delabrement de fa fante A partir pour
France; il eft dans intention de s'embaruer dans le
courant d'Avril. II d6firerait pouvoir fatisfaire tous fes
creanciers & y parviendra aifiment s'il eft paye par
fes debiteurs; il Ics prie done de vouloir s'acquitter avant
fon depart : ce ne ferait qu'avec le plus grand regret quAil
Sfe verrait r6duit fire quelques pourfuites, ii efpere qu'or
lui en 4pargnera le dlfagriment. 11 invite ceux qui"i























I


atront fait queues fournitures pour la conftruAion des
S nagafins de M" Dupoiy s'il y en a encore quelques-uns
qui ne foient pas pays, de lui prefenter leurs titres.
SiM. Barrd, Chirurgien & Habitant aux Cayes, fond
de flile-a-Vache, fe difpofant a partir pour.France au prin-
temps prochain, prie les perfonnes qui lui doivent de le
folder, & celles a qui ii peut devoir de fe prefenter pour
:ecavoir laur payment.
i Le Sieur Viaonneau, N6gociant a l'fllt-k-Pierre-Jofeph,
je difpofe a pardr pour France au printemps prochain. II
prie les prfonnes qui lui doivent de vouloir bien le payer,
pour lui evitr le def, griment de les y contraindre.
I Le Sieur Duclos, demeurapt aux Cayes, przvient le
Public qu'il eft fur fon depart pour France; ii declare ne
rien devoir. ,
r Le S3ieur Defiyard, d:meurant a Jacmel, part pour
Fiance au piintemps prochain.
i M. F. Pavrct, Ndgocian: en cette ville, part pour France
au printemps prochain.
z Le Sieur Ds vau, ri6dant fur I'habitation des hritiers
Simon, au Fond de l'Iile--Vache, fe dirpofant a partir
pour France au mo:s d'Avrit prochain, pri les per-
fonins a qui il peut devoir de fe prdfenter pour recevoir
leur payemcnt, ainfi que celles qui iui doivent de le payer
avant fon depart.
t Le Sieur Guillnume Ergentier, Gerant de l'labitation
RJalaud, aux Grands-0oi', dcilare qu'il partira pour Fran-
ce fur le navire le Zi'it, de Markiille, Capi:aine Bauzan.
M' Frigola, Notaires aux Gondives, etant fur fon c!'-
part .pour France, prie les perfonnes qui out des papieis
chez lui de les retire, & ceiies qui lui doivent de le payer.
i Le Sieur Ducoucdit, demeurant au Cul-de-Sac, part
pour France inceffamment.
I M. Charles Chiacerel, Habitant a L cgane, fe difpofe
a partir pour France au printemps. II a a vetdre des che-
vaux de chiife, des vachis lai'.i'rcs & des meubles. ( 53).

tat des Negres paves qui doivent Itre vendus a la Bar-
du Siege Royal dui Ptit- Goave, en Avril prochain.

Le so OIobre, Jean, Creole, fans etampe apparent,
ayant des marques de coups de fouet fur les teffes r.e
voulant pas dire le nom de fon maitre.
Le 3 Novembre, un NIgre nouveau, Congo, etampe
fur le fein droit, uatant qu'on a pu le diflinguer, IFB,
au-defous PTrGOAVE, & fur le gauche d'une &e
brtute, au-deffous NE, autant qu'on a pu le diflinguer,
ne pouvant dire Ton nom ni celui de fon maitre.
Et un Negre nouveau nation Inconrue, etampe fur
le fein droit 3SSflOD, ne pouvant dire fon nom ni celui
de fon maitre.
Le 8, Gin:gt, Congo, etampe illifibYement, fe difant
appartenir au Sieur Pato, Habitant a la Croix-des-Boqueuts.
Le 9, un Negre nouveau, Mondongue, etanmpc AP21IR3,
ae pouvant dire Con nom, ni celui de fon mnitre.
Le 14, un Ncgre nouveau, Congo, fans ~.ampe appa-
rente, ayant des marques de fon pays f'ir tous le corps,
ne pouvant dire fon niom ni celui de fon maltre.
Le' 5, un Negre nouveau, Congo, fans etampe appa-
rente, ayant des marques de fon pays for la poitrine ~k
le venture, ne pouvant dire fon nom ni celui d. lon maitr?.
Le 30, Zemir, Congo, tamp,6 fur le fein gauche CHA-
POTO, & fur le droit d'une etampe brnile, fe difant
appartenir M. Petit, Habitant i Mireb&lais,


77
Le ii D&cembre, tn Negre nouveau; Nago, etampa
fur la poitrine DABZAC, ne pouvant dire fon nern ni
celui de fon maitre.
Un Negre nouveau, Cogo, &tamp6 fur le f-in droit
DIG & d'autre tlettres illilibles, ayant des marques de
fon pays fur la poitrine, ne pouvant dire fon nom ni
celui de fon maitre.
Un Negre nouveau, Bibi, tamp" illifiblement, ne pot.
vant dire fon ncm ni celki de fon maitre.
Et Jean-Francois, Creole 6tamp6 fur le fein gauche
DUCIU, fe difant appartenir au Si.ur Bernard, Cabeteut
au Port-au-Prince.
Riu i o v Av DOuArI C D v Ro t.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Gnedral & Inten-
dan, M. Boubee nevea, N4gociant a Saint-Marc, pourfuit
en reunion un terrain de 12oo pas carries, fitau dans-les bas
de I'Artibonite, paroiffe de Saint-Maic, au lieu appele la
favanne ou faline des cotes, lequel terrain a et6 conced6
au Sieur Tartae, le to Juillet 1753, born~ a l'eft de Jeiormt
Ver:gu, au fud de la Rivi&re-SaIde, aa nord & a l'oueft
de terres non concedes, & il a ti c&de au Sieur Defrocliet,
par le conceffionnaire, le 8 Janvier t17S lequel I'a faith
arpenter le 22 Mars 1758 ; ce terrain efi aauellemens bo--
n6 au fad de la Riviere-Salie, a i'eft de la fuccefilon Pey-
rottes, ou de fes ayans caufes, au nord des heritiers (iovil'e
& Derbarres, & a l'ouefl par des terrains noylb & not
reconnus.
3 Le Sieur Jofeph Bergette, Marchand, demeurant a Saint-
Marc, pourfuir en reunion un terrain de mille pas carries,
fi:ue dans les has du quarter de l'Artibonite, concede le 14
Novembre 1754, au Sieur Charifs-Gabrid BiCoton de la
Mothe, borne, fuivant ladite coaceffion, au nord du Sieur
Gu'ton, au fud du Sieur Bernard, a left de la facceffion
Rodot, & i i'oueft du Sieur Ducla; ledit terrain borne au-
jourd'hui, au nord du Sieur Lavau, au fud du Sieur Du-
buiffon, a l'eft du Sieur Guiton, & a l'ouef de Jean Robli
net, appartenant au Sieur Bifcton de 1. Mothe, Habitant
au Cul-de-Sac, de present en France, qui ne -'a point
&tabli, ni fon auteur.
3 En vertu d'ordonnarce de MM. les Adminiftrateurs;
en date du 24 Decembre 1785, Le Sieur Ville-Neuve, de-
meurant a la Croix-des-Bouquets, pourfuit en reunion un
terrain, pour hatte & coaail, de quinze cents pas carris on
la valeur reduite, fitu6 au quarter du Platon-Jambette, pa~
roiffe de la Croix-des-Bouquets, born i 'eft du Sisur
Beauvais, & des autres cotrs de terres non .conc6dees, ainrt
qu'il appert de la conceflion qui en a iti accordie le i2
Novembre 1769 au Sieur Moran.'
3 Le Sieur Celeflin Turbd, demeurant la Voldrogue;
quarter de Jeremie, pourfuit en reunion un terrain pour.
culture, fiu6 dans les hauteurs de la montagne de la Vol-
drogue, dependance de Je'imie, de la comenance de mille
pas carrds, concede 1le 28 Janvier 1772, a la nommie
Elif.beth Th.emond & fes enfans tlifabeth &i Catherine, M.
L. borne au nord du Sieur Guillaume Fonddlain, au fud,
eft & ouefi, de terres non conc6d&es. Ce terrain n'a jamais
6te etabli.
3 Louis-Michel, M. L. pourfult en reunion un terrain
de nille pas carries, fitue dans les hauteurs de la riviere
des Rofeaux an lieu dit le Boucan-Louis, quarter de J..
rnmie, borne, d'un co.e de la force dudit Boucan nord,
it;d & eft fuivant le certificate du Sieur Manfel, cao'ncd6
le 7 Mars 1771 au Sieur Squirol de la Nofe, enregiift le
i8 dudit mois, lequel ne l'a jamais fait itablir.







Pierre-Ni2cols Laeita, pourfult en rlunton ua terrati
de iloo pas carries, fitu6 au Fond'-d'caqae, abandoned
depuis tres-long-temps, born au nord de la Dame Doucet,
aux droits de la Demoifelle Dutrenilk & da Sieur Tonnelier,
Sl'eft du Sieur Bardou, aux droits da Sieur Gebaud, au
fsd du Sieur Manfl & l'obeft du Sieur Geflin. Cette con-
sefien a et6 accordee au Sieur Chalmette, qui I'avait cid6e
au Sieur Geflin, & par ce dernier au Sieur Maret.
SCharles-Boromde Laneau, pourfuit en reunion un ter-
ran de trente carreaux, fitu6 Fond-d'Icaque, quarter de
Jeremie, abandoned depuis tris-long-temps, born au nord
& a 'eft de Paul Fortunat, aux droits de Mallet, a 'eftda
Sieur Regnier, au fud du Sieur Friguet, & a l'oueft du
Sieur Mentagucre. Accord autrefois au Sieur Burot.
3 Pierre-VidalLaneau, pourfuit en reunion un terrain de
mille pas carries, fitue dans les hauteurs de la riviere des
Rofeaux, lieu dit le Boucan-Louis, quarter de Jerimie, lequel
prend pour centre au fud la borne angulaire feptentriona!e
de la riviere, chaffant eft, ouef & mille pas nord de terr:es
non concedees, fuivant le certificate du Sieur Manfel, don't
la conceffion a &te accordee au Sieur Pierre Manfel, le 29
Dcemnbre 1770, & enregiftrk le 9 Janvier fuivant
3 En vertu d'ordonnance de MM. les Gene&al & Inten-
dant, en date du 27 Janvier dernier, le Sieur Galle-ot, Ad-
judant au R6giment, pourfuit en reunion un emplacement
- fitu dans la nouvelle ville du Port-au-Prince, no 65, bor-
ne a ile du no 64, au nord de la rue St. Honnore, a
I'oueft du n" 66, & au fud parties des n" 67 & 68: ledit
emplacement fut concede au Sieur Jean Raguenau, ie 24
Dicembre 1757.
3 En vetru d'ordonnance de MM. les General & Inten-
dant en date du 27 Janvierdernier, le Sieur Carpentier, Adju-
Sdant au Regiment, pourfuit en reunion un emplacement fituk
dans la nouvelle ville da Port-au-Prince, numeroth 187, borne
i 'eft de la rue d'Orleans, au nord du n* 185, I'oueft du n
188, & au fud partic des n" 189 & 90o: ledit emplace-
rent fut concede au Sieur Bertoniere, le 8 Mars 1759.
3 En vertu d'ordonnance de MM. les General & Inten-
ihnt, du 27 Janvier dernier, le Sieur Jean-Rech Lacroix',
Habitant a Mirebalais, pourfuit en reunion un terrain
fitue. a quarter de Mirebalais, lieu dit le Fond-d'Enfer ,
de la countenance de 12oo pas de long fur 600 de large,
faitant moitie d'une conceflion accord e au nommr Coffy,
ladite moitie bornee des reprefintans de Marion Grcnout,
des hiri:iets de Rene Lacroix, pere, do la riviere du Fond-
.d'Enfar & du vieux Jeannot, apartenant au Sieur Fran-
-cis Eiic, pour I'avoir acquis du Sieur Fran'cis Trumaux,
le 15 Novembre 1764.
2 M. ie Bjaiiif de M'nager, Chevalier de Saint- Louis,
Aide- Major de la Place, par interim, en vertu d'or-
donnance de MM. les General & Intendant, en date du
29 JaLvier dernier, pourfuit en reunion deux terrains pour
emptacegment en cette ville, n' 73 & 74 fuivant ancientn
ian ,& f vant le nouveau S75 & 576, bornbs a left par
ia rue de Conti, au nord par les n0' 71 & 72 de ancientn
plan do nouveau l:i & 5 -4, a l'oulft par le n 75
de i'ancien plan, & 577 du nouveau, au fud par la rue
de Penthievre: ce trrmin a 6t concid le lo Novembre
1767, au Si-ur Cha-ray.
2 L? S5eur Parage, pourfuit en reunion un terrain de
s50 opas o, ;a va.ear reJukte au lient vuigairement appel&
-le Piatcr:-L-Jambitte, c.artier du Fond-Parifian, d6pen-
danc: de i ,Croix-des-Boaquets, borne a IoueLt du Sieur
Mara, dej, aut;trs c:..s de trrcs non conccdies; lcdit


terrain a &ft coand paor hatte i oorafl, au Seur Brauwv.s,
l'an mille fept cent foixante-neuf, lequel n'y a jamais fait
aucu e tabliffement.
2 Le Sieur Ardouin pouifuit ea reunion 'un terrais
de cent earreaux, fitue au Grand -Cahos, borne au nord
du Sieur Magnan & des mineurs Jorge, au fud dudit Sieur
Magnan, a l'oueft du Sieur Jumelle & i l'eft de la Dame
veuve Bidonne; concede. i y a environ dix-huit a vingt
ans, a Sieur Jacques Jouve, lequel a I'a jamais etabli
& eft abandonn6.
2 En vertu d'ordonaance MM. les Gnebral & Intendant,
en da e du 17 Janvier 1787, leSieur Villars de CkaTignol,
pourfuit en r~anion. I ua terrain de la contenance de 48
carreaux de terre, fitue au lieu dit les platons, dependance
du Fond, paroiffe de Tolrbck, bornA & pregnant pied
l'oueftdu Sieur Co!kei, cL.aifant a 1'eft 400 pas pour larger,
& 2o00 pas ord & fiud pc'u r hauteur; ce terrain a AiN
accord' a Marie-Eli.sbeth, M. L. le s6 Juin 1770, laquelle
eft morte 'fans jamais y avoir fait aucun.etabliffement. z2
un terrain de 20o carreaux de cerre, fitue au nieme iiiiu,
pregnant pied & borne oueft des hfieres, eft de Marie-El.
fabeth, M. L. pendant douze cents pss de hauteur nord &
fid, chaffant a l'eft mille pas, pour larger eft & oueft;
ladite conceflion a eti accordie aiu Sieur Claude Hardi, pour
hatte .& corail, le o }uin I77o. n3, un :errain de 63
carreaux, fitue au mnmne lieu d's P;aitons, borne & pre-
nant pied, oueft de la Uljire, eft d du Sieur Clauld: Hardy,
pendant 12oo par. ,chaffant a Ieift '0 pas ter;es non re-
connues, chiLTant nord & fud pour hauteur, eft &d oueft
pour larger; accord au Sieur Claude-Jean-Marie Hardy,
fils dudit Sieur Claude Hlardy, lefquels font morts, fans
avoir fait aucun etabliffement fur ledit terrain.
2 En vertu d'ordonnance de MM. les General & Intert-
dant, du 24 du mois dernier, le Sieur Charles Caflagnet,
demeurant en cette ville, pourfuit en reunion un terrain
pour hatte & corail de i 5oo pas carries, fitud dans les hau-
teurs de la grande-rivilre de Leogane, d6pendance du Port-
au-Prince, vulgairement apple le grand pays du Boucan-
Citron & Boucan-Coiffy, borne au nord par la crete da
Boucan-Citron, au fud du pied de la fell a cheval, 'eft
de la hatte du Sieur Leriche & l'oueft de terres non con-
c"dees, ainfi qu'il appert de la concefion qui en a te accor-
dee le 28 Fkvrier 1772, au Sieur Jacques Barre,
i En vertu d'ordonnance de MM. les Adminiftratears,
en date du 23 Juia 1786, M. de la Bar tux Bois, i Jr-
mie, powrfuit ea reuaion un terrain de mille pas carries,
firub au bras gauche de ia grande-rivirre de la Grande-
Anfe, born au fad d la ravi'n l Souris-Chanve, au norA
& a l'oueft le long du bras gauche, & "C afAt de divers ; e,
terrain a 'i accord a Michel Pargade, 1 6 Miars 1771,
lequel ne l'a jarais fait etabiir
x Le Sieur Lafonit, r fidant au quarter de J'r6mie, pour-
fuit en reuaioa ua terrain de 15 cents pas carries, Gitue
dans le quarter de la R.viere-h-Miahot, nonmmi e CiGre&-
Mapou, dpeidrdance de Jer6aiie, borne au nord par ja veuve
Solar, l'eft & au fa par la Rivi re-i-Mahot, & 1'oueft
par M. Desires ;,ed t terrain concedi dans le temps a M. Du-
treville, qui juiqu'a priLfent 'a iai~t- fais culture.
i Les Sieurs Barbicr & Demoiihiie Potier, Habitans Ila
,Guinaudais, quarter de Jermie. pa~rfuivent un terrain pour
culture de huir ceite par carre&, fi:ue proche la giand.-
rivibre du meme quarter & dtpendance, deptois ptufifis
anaias concdi4 & dont le dernier proprietaire etait & eft
en:ore le Sieur Dukarel; 1sdit terrain botrn au nord dsM,


.. t I rr --------~"~~ ~~-`-"~~"l~cl~ ~





f Bat'r I Breltd, ia futdw e M. C l' ire v O'e de h
rve Legrasd, & .a l'oust de Ia grandc-rivire. Ce terrain
eo abandoan6 depuis plufieurs annes.
i EM vertm d'ordonnance de MM. les Adrminitratears,
le Sieur Bei I Membrus, refidaat au Petit-Goive, pourfwit
en reunion no terrain de x oo pas carries, born& i rft de
h force a Pineau, a foueft de terres non conc'd6es, au
ford de ladite force a Pineau & de 1'tang de Miragoane;
laqueal terrain arait ktC concede le 9 Janvier 1733, au Sieur
%d.age de a Miork, qui I' abdeandn depuis lonques
anstes.
iLa Demeilelle Mar uerite-Genevilve Faugas, Dae Far..
rofilk, pourfuit en reunion un terrain de mille pas carries,
n(si aux Abricots, dependance de J&ramie, borne au nerd
du Sieur BMrot, an fud de terres son concedees, a l'ef de
La rivibre des Baliziers; ce terrain a &te concede au Siear
rermouret, Ie 1 Decemkre x7y6 & n'a jamais e t tabli.
i En vertu d'ordorinance de MM. les Giniral & Inten-
dant, du x FCvrier 1787, le Sieur Ducartry, Officier au
Regiment du Port-au-Prince, pourfuit en reunion deux
cmplatemens, fitues dans la nouvelle villedu Port-au-Prince,
aarques fur I'ancien plan n* 387 & 388 Ie premier born
a l'ef par la rue de Condi, au nord par le n ~85, au fud
par le n* 389 & l'ouefi par le na 388; le deuxiime,
born a 1'eft par ie a' 387, au nord per le n 5386, a, fud
par le n 39o & 'a l'oueft par la rue d'Orleans; ces deux
emplacemens ent ete concedes au Sieur Franrois Farmer, le
a Odebre 1767, & ont appartenu enfuite i la veuve Cau-
ment, morte depuis 5 ans, & appartiennest a6aellement i
M. Caradeu la C4liie.
r En vertu d'ordonnance de MM. les Gent~ral & laten-
dant, le Sieur Bonnet pourfuit en reunion deux emplace-
mcns, fitu6s dans la nouvelle ville du Port-au-Prince, di-
fignes par les n* 409 & 410, & conc.6ds en 1759 aux
Sieurs de LabicAelltric, & Petit Charantair; le premier n*
born* an nord par les no 406 & pattie de 407, au fud par
le n* 411, a l'eft par la rue, d'Orlians, & t l'oueA par lI
n* 410; le second, born au nord, par les n" 408 & par-
tie de 407, au fud par le a' 41 a 2 eft par 1 n' 409
kt l'oueft par la rue Dauphine,
D M 4A D P S.
a On difirerait acheter, un bon & jeune Negre, Boulan-
ger, on le payera fa valeur, a condition qu'on le donne-
ra 1 jours a 'effai, pour connaitre fes talens, S'adreffera
M'" Marrtineau & Blanchaud, N6gocians en cette ville, a
M" Laprie firres, k Saint-Marc, & a M, Larue, au Mont-
Rouis.
iaOn dfCreralt trouver quinze a vingt mille livres, on
donnera toute firete at r6pondant, a celui ou ceux qui
auraient cette fomme a placer. S'adreffer a l'Imprimerie
kRyale de cette ville.
"its jeune homme connu, de- bonne vie k moears,
poignant & rangeant bien, connaifTant parfaitement bien la
pattie double & fimwple des livres, defirerait trouver a fe
p'acer chz qu;ulEi.q Njgociant pu autres, il donnera toutes
kcs notiot.s nceff-aires de fa conduit. S'adreffer a l'Impti-
M;irie Royale de cite ville.
On dkfirerait favoir fi l'avis infr' dans le n* x des
AIiches Americaines, eft relatifau Sieur Maurel, ci-devar.t
grant les bisns des h6ritiers Barbcaux, & ayant laiLr% fa p-o-
Viration an Sieur Gertillon, bors de fon depart de la Colo-
.ie; on perfume que c'eft par rreur qne le nown de Mancec
a kt6 fubJfitu audit avis, i ealii de Masrel & on a in-
tixlt de 6s'0 aIurer,


I


- --- ---- ------~-~--~--- -C1~T;I' -~-~,----~-~--------- --_~.._~


5 L'Emeraude, Capitaine Petiteau, partira pour Bordeaux
du i- Fevrier au 5 Mars prefix. Ceux qui voudront y
paler ou charger a fret s'adrefferont audit Capitaine, damu
le magafia du Sieur Pexote, rue Sainte-Claire. 11 a da via
vieux & nouveau, de Monferrant, a vendre.
2 Le Bienfaifant, Capitaine Tartouh, partira pour Nan-
tes du i" au 5 Mars prifix, ii lui manque pour compliter
fon chargement, cinquante barriques de ficre, qu'il presrn
dra a fret, ainfi que du cafe & cotton S'adreffer audit Capi-
taine, en Ton magafin, a l'entree des rues des GCfars &
Royales ; il prendra aufi des paffagers.
L La Ducheffe-de-Lavl,, Capitaine Cibaut de Nique, pat.
tira pour Bordeaux du 5 au to Avril prfit : ce navire eft
tres-commode pour lei pa"agers & a uwe fuperbe dunette.
Ceux qui voudront y paffer ou charger a fret s'adreffront
audit Capitaipe, en fon magafin, maifon du Sieur Beoueau
L'Artibonite, de Nantes, Capitaine Sambron partira
pour ledit lieu, a la fin de ce nois, & fera efcale de
huit jours a Saint-Marc, d'oh il fuivra fa route en droi-
ture pour Nantes, Ceux qui voudront y charger du fucre
a fret ou y prendre paffage, s'adreferont audit Capitaine,
*a fon magafin grande rue pros la place de Valliere, en
cette ville.
i La Jeuni-Narnjife, Cap. Michateau, partira pour Nantes
le 2 du courant prefix. Ceux qui voudront y paffer on charger
a fret [uelques futailles d'indigo pourront s'adrafer a M. Tr,~e
tier, ou audit Capit. dmns fon magafin en cette ville,
La Fiddllt, Capitaine Tranchevent, eft en charge pew'
Nantes, il ne lui manque que cinquante barriques de fucre
qu'il prendra i bas prix, voulant s'expidier promptemeat,
S'adreffer audit Capiraine, dans fen magafin maifon de
M. SaJis, on cette viHe.
I Le Saint-Charler, de Nantes, Capitaine Hardounlu
prtira pour ledit lieu, du to au i Mars prochain. Ceux
qui voudront y palter on charger a fret, fucre, coron,
ou indigo, s'adrefferont audit Capitaiae, demrurant en cette
ville, grande rue.
I Le Fabius, Capitaine Bidard, nouvellement trriv4 da
Cap de Bonne-Efperance en ce port, partira pour Nantre
dans le courant du mois prochain,: ce navire eft trbs-cormn
mode pour les paffagers. Ceux qui voudront y paffer on
charger a fret s'adrefferont audit Capitaine, dans le maga-
fin de M. Trotter, Nigociant en catte ville, eh l'on troi.
vera de fuperbe riz de la Caroline, & un aflortiment do
marchandifes en tout genre,
La Concorde: du Havre Captaline Gardane, partira pour
ledit lieu du 20 au s1 Avril prochain, Cowx qui vou-
dront y pafler ou charger a fret s'adrefferont audit Capi-
talne ou a M" Seguineau freres, Nigocians en cette ville.
La ViRoire, du Havre, Capitaine Alerandre Ferey, par-
tira pour Jedit lieu du io au 1i Mars prechain. Ceur
qui voudront y pafler ou charger i fret, s'adrefferent au-
dit Capitaine; dans fon, magafia rue Saint, Philippe ea
cette ville.
A Vz D a -S.
i Une chaife roulante, neuve, faite au pays, i place &
demie, avec fes harnais pour trois chevaux ; du vin vieux
rouge de Bordeaux, en barriques, & du vin blanc de
Langon, en cliffs, t4 s-vieux. S'adreffer a M'" Dafylva &
Duliepvre, Nigocians en cette ville.
Pots & former a fucre, fabrique de Maribaroix, i ven*
dre ch-z M" Sarr.tin & Lefprs, Nbgociaas n. ta ville
dans letr rnmaafm ap brd e6 la rau,







Bo0 die moulins, grands roles & petlts, cafes & N'gre,
pieur & gaules d'c-tourage, bois de campeche, a buier.
S'adreffer a M. Fraigneau aji, Habitant dans les bas de
la Charbonniere.
- Une Habitation fife aux Abricots, quarter de Jiremi.,
peu 4!oign4e de la mer, contenant 164 carreaux de terre,
avec 3 i 36 milie pieds de cafe ou cacaoyers de plants,
don't la plus grande parties ef en report & le refle p;et
;a rapporter, baucoup de vivres, 23 Negres & deux mu-
l:ts. on fera bone compofi:ion du tout moyennant du
comptant; on fe contentera meme de la moieii & le refte
a term. S'adrefler j M. F. Guilhou, N.'gociant a i'Arcahaye.
x Une grande 6 belle maifon avec etage & galerie,
court, jardin, caifin cafes a Ngr-es, fi:uie rue du Pont ,
aux Cayes, bien ;o'~e, appartenante a M. Desgrouas. S'a-
dreffer au Sieur Ef;:ulh, demcurant chez Me Licae Pro-
cureur audit lieu, qui facilitera i'acqu&e'er, en affurant ks
payemens en France.
Farine de mais en barils, riz nouveau de la Caroline,
norue, harergs & autres falaifons; merrain a fucre, plan-
ches de fape, de pitchpin & de cyprbs, bois iquaris &i
effentes de routes efpc::s, a ven ire chtz IM" Francois 6&
Compagnie, Negocians en cette ville.
A* A RV E D R A AFF E R M R.
3 Une habitation en fucrerie de c:nt foiLante-trols. car-
reaux, fiiu'e au Cul-de-Sac, & connue fous le norn
de I'habi;ation ALlet, colloqiee la liviere creufe pour
60 pouces d'eau, bornee des habitations Toum.afeau 1z
Judonnerie & DrouilLrd aLcuellement affermee a Ma-
dame de Po'nt'ieu, qui la fait cultiver depuis hiit ans e
cannes, lefquelles produifent de tres-bon fucre & don't la fer-
ne expire au mois de Septembre prochain. Latite Da-
me remettra cette habitation avec huit pieces de can-
ies & huit carreaui en vivres. On vendra ladite habi-
ta'ionavec faculte a I'acqureur de fire travailler aux ba^i-
mznsquand ban tui femblera. On poutra fe procurer le boil
& Ies roches fur une petite place qui depend de ladite
habitation ; defaut d'acqjireur on 1'affrmera fans
Negres, avec condirioc de fire les Ctabliffem.ns. S'adref-
fer a Jacmel a Doug' fil, propnri:aire ; a la Croix-
des-Bouquets a Mthicu Dougi, & au Port-au-Prince a
Cranirae aine, Negociant.
A A F F E R M E R.
2 Une habitation, fituCe pres de cette vile, de la con-
tenance de cent ruarante-trois cArrewax de terre ou environ
don't foixante-feiz. colloquies la g-ande-riviere du Cul-
de-Sac, le reftle en corners au bord le la mer, &c. furla-
q:elle ii y a huit caf-s '- Ngres neuves, quatre pieces de
cinnes de diff rens ages, quarre 0ibces de palate, jardins a
NMgres, &c. on y joi.d a foixante-cinq Negres, faits fur
ladite hah!ita:ion & treize mni'es. S'adreffer a M. Chance-
rel, Habirant i Leogane, ou i M. Auger, Gerant de ladite
habitation.
.A L A. V E S s M Ai RR O N G-E.
3 Jacques Tangoul', Criole, fans etampe, age d'environ
S ans, parti marron de i'habiration de M. Betin, Mira-
goane, depuis trois fe aines. En donner avis audit Sieur
i(in, a qai il appartient.


r Franfoife, Ctrole, 4tamnpe RENOTUBLAV., agle de
4 a 5o ans, staille de pieds, tres-noire, ayantun collier
dcL fr avec une chaine, marronne depuis trois meis & demi.
F it dc&'er avis a M"' d'A.bon Ballet, en cette ville, a qui
die apparrien.
i U:i jeu:e Negre nomm M'fI, Congo, btampe auq
d(L ffs du fein droit ROY.LtRfTt., au-deflous NIPE, de
p:ie a;lle, parti marron'il y a environ trois mois. En
don;ner avis a M,. Roy de la Reintrie, Habitant a Nip.s.
i U;* june Negre nomme Narcife, Nago, beampe fur
ls d.ux le ins MARTHE P. PRINCE, ayant des marques
Cd: fon p.ys fur le corps & une dent de deva;tr de la ma.
choire fup;i-:utre caffte, pardi marron il y a fit femain.'s;
o0 croit q.I'i, a des habitudes au Morne-'-Tuf. 1n donner
avis M. Lejfivre, N6gociant en cette ville, ou i la nom-
tr '..- Ar.the Lys,' M. L. a qui il appartient.
Larofe, Congo, ttampe DASILVA, prefq'e illifible,
a., d? 22 ans & begue, marron depuis plufieurs mois.
E:i donner avis a M. Gaurier, en cette ville, ou a M.
,j7,va, a qui il appartient.
L'iv ill/', Bambl:a etamrp SrTA, age de.6o a 66 .ns,
avant .:al aux j.imbes, pa-ti marron le s de ce mois de
I'habitation du Baconnais. En donner avis a M. Leriche,
ci-devant Procureur d! ladite ha'itvation, ou an Direaiur
de la Pofle i'Anfe-a-Veau, quarrier de Nipes.
A ,v I M A U X E C A R E S.
It s'efr 6chap-e, ii y a i jours, d l'habiwa:ion Dajmen
P'e, an PouicA-fiin, tne mule fous poll rouge, e:ampeeau
monIoir DYC, avart une marque blanche fur ie caie. En
doPner avis i M. KHil.is, Neg-.ciant i'A'cahaye.
SII s'eft echlapp? depuis quelques jo.rs, un mullet poil
rouge, etamp~ AGB SYadrdTer a M"N Gdibe't, a Mirebalais,
a M. Mf--iot Lafercux, fur I'habitation Cafle-a, ou 'a M.
unel, N, gociant en cette ville, rue de Belair; il y aura
r&compenfe.
A V IS PAR TICULIE R.
I Les Sieurs Bouvier & Saladin, Apothicaires breve'-
du Roi, en cette ville, pour faciliter la diftibution de leur
firop de falfepareille compoft, ou rob ani-fyph:itiqne, don't
les bons effects font conftans & geni-r',ement reconnus, ort
ktablis de nouveaux bureaux chez .' Jean Gir.rd & Com-
yiagne, Apo:hicaires a Jacmel, chez M. Lape 'ice, maitre
en Chirurgie-au Petit-Goave; on tro vera to:jouirs ce re-
mede chez M. Loir, Apothicaire au Cap, M. B:.bola,,
SSaint-Marc, M. Dam.;re, 'a Logane, M. A .id, a Jr-
Vrie, M. Ollivier, a Tiburon, tous Apothiaaires, & M.
Efnault, maifon de M. Lacate, Ptocureurs ax Caves.
Le prix eft de 24 1. l f. la bouwile en cer'e vill-, &
de trois gourdes & demi dans ies bureau ci -defThs dlnom-
mes; Je paquet de fix medecines ft venr 8 1. 5 f. Chaque
bouteille porter une etiquette fignue d'eux.


S P E C T


AC L E.


Les Comediens du Port-au-Prince, donnerrot Dimanche
prochain, l. Caravanne; Luadi 19, Ricchard ,aur de lion
Mardi io, la Dot.


Avec permiffon de MM. es General & Intendant.


U PORT-AU-PR IN CE, DE L' IMPRIMER -IE RO -- ..IE-YA- LL
AU PORT-AU-PRI'NCE, DE L'IMPRIMER IE ROYALE,








- - +9- ** -+-- I 4 -> -* *>> * *
II~R -.-- --*- -4B ---p----R --.--- -
= ~a --~- ~--~s- 1;Z;;;rii~"S


INCHES AMEI


Dui Samedi 17 Fevrier


SICAINES.


1787.


efcalin.


ar oncCs.


C'efl aux I.,,rinerues f'ulcs q:.e ton do;t adrefj-r tout
ce qui co.cr'ne l s .:v!S. M. Mozard, R ..tlIur de cente
.Fu.!, rec-vrj toc!o'u-s avc recon, ait, rice, les a'rickes
de Nori'AtLL.s & de' VA nrITES do!it on vo,'dra bicn
. ;.'tr b.'i o.. .!.. Tjut ce qti lubi pz.c.:ndra fans etre
afr vich' r2e fira pI'nt otv:t & il re fer.z aucun ufage
d ce q, f'oi !uit e.iverr.t anonyinement : les perfcn:es qui
ne voud o'.t pas CtAre nomme.s, Feauvent computer fur & plus
parfa:te difcretron.
NOUVELLES DIVERSE.
G a A rN D E- R T A G ,V E.
Le Commodore Gardrer, asyant d'emande fon reour, le
Capi'aime Kinneer a 6th nommr e Commandant en chef de
la itanion de la Jarnaique; il doit s'y re!4 e fur la friate
Y'Afrie de 32 canons, qui, avac i'Europ: de 5o., I'Expi--
di;ton de 44., le Southl.mpton de 36, le Saolb..y de 3 2 & Ie
Scoraiis de 16, comnpofera l'eFcadie des llls fouss le Vent.
Extrit a'un.- lettre de la L. m.:ique.
,c On a commerce" cette annie ( r786) a fire du 'fucre
d'wint nouvlle ma:r ie, qui a eu les plus grants fucces, &
qui fera bien'-r univerfel)emernt alpte ,,.
a El le confif, a fai.e bouillir les cann.s a pi'its h'ouua ns,
& i fe fervir d'un pit:s grand nombre de r'frigerens que ci-
devant, dans le centre de chac'n d fqjis on place untin be,
qu'on retire aiffi't que la cr;fJh.ii:on, eef- ffite, & il
r.tle une cavili qui fert i fire ecouler le firop. On fiit
enruite rebouilir te fucre, qui, par ce moyein, ci entiere-
msent d ge < da i rop, v& par con.feqent plus b:'au :' les
er ftau !ont gros & m ins ftie-s i fe liu La- tneme
qinanite d. cannes proJiit auiri une- pls gralId quiari;e
d fucre ,,.
t -Oa attrlbue cetr- d'eco'verse a une corrpagnie der
Chimiitcs nommine par le Roi de France,. qui firent des
experiences dans le Royaume av.c des cannes fraiches,
qu'on fit venir de Madere a To]l in oul a Marfille, och Fe
firent les cptratiors. Le Sit"ur ld/0t' ,fou/ie, pf:offJeur cd. ce
fecret, eft venn s'tabfir dans c'-te. iii', oh il enrf&gne fon
proc. a ceux p,4i le pavenr. On p'lr s':ttrEn-r're Ta voir 1e
fucre pl I fi & i meileu:r rarch.- q,-'t'paarava:t ,..
Le priced dorit 11 .efil q'!inn e l fans doute celui 'e
M''. ;ouc.he-le, q'le FAu'eur de ce=:e lttre a cruellemecnt
df~'(;e. y a plfie :s n cis qu'. n no s a ffrTusq ue ccs Chi-
ni'ies .-vaient cnvoy un A. -nt a la Jlaniqaue -oa y pro-
Fp-.,g le-.ar ,:ethode


F R A N C I .


On a appris Ir mort de ITEmp-reur de la Ch!ne : at
evenemer.t pourra caufcr que&ques chrangemens dans les affl-.
res des diffrentres Compagnies des Indes.-
NM. Rutlln, Armateur dti navi're qui a porter le Roi de'
Horfl..ur au Havre, a recu de S. M. une tiperbe rabatier
d'or & la permiiiion.de nommer ce batimenr te Paf'age di
Roi, ainfi que cete de lui fire porter urr pavilion de poupS
avec une tleur de 1ys rouge. Ce navire a i.i exempted dC
droit de baiin tantm Honeetir qu'au Havre.
Ft.v de l'xtraii drt nouve-u T-a:!, de Comn;erce cozclU entree
S la France & An.'c rre.
Lerphce de capitation conn frous le ncmr d'Head-rr'oncy
qie les Francais payment en Angleterre & le mnma
droit appe'll argent du chef, que les Arglais payment et
Franc., front abolis dans les deux pays.
Auffi't que les lroix c nceffaiies pr ur afTurer aux fujetv
de S. M;T. C. les avarages rciproques de ce Trai"e 'our-
ront ere paiecs d'ars la Grande-Br:tagne, les fLjets de'
S.,v MB.. jouiront &s m.rn'ms avantages en Fiarce. II en,
fera de meme ia ilgard de lIrlande.
Les navires de S. M. 3. arrivant dans ls'portS de France,
foit de la Grandc-Bretrne foir d't' lande ou de ports-
etrangers, nr payeront pas ie droit de fret, ni aucun au-
tre droit fembl.ble. L-s navir:s fraraisi front pareillkmente
exempt ans !es 's b e izannbiq:iues-d droit de cinq fchellings
ou autre fembib'e.
Les coifaires'qui ne feronr fujits d 'ucune Je deux cnatIbns,.
ou qui feront ennomis de 1'une ou de i'alure i'arnreront:
point leurs yaiffeaux dans res ports de l'tn des deux
Royaumes, n'y dlipofe-ont point de !eurs prifis, & n'a--
cheteror.t pas pu-s' de provisions qu'il re leur en faudra,
pour fe rendre au port le plrs proche de leur pavs.
S''1 fuvrveait qt!eic're different en:ie le Capiraine d'tn
avirre- & fon-erquipage das qudeque port que ce; ftie:
de 1' ure des deux Piffancet, la fetil clhofe le Mie gle '
trar poirra exrg er de la partie accitfee, fera de I'oHicer
Sa dinner a 1'accufatcur une declaration fignie dldit Mhgi'-
Sirat, par laqelle ladite parties s'oblgera c(omparaire
Sd;vant un Magiilrat de fon propre pays pour repondra.
aixr accula ions rorries conrre elle, & ccn, f1rmati-6 ur.e
f;is i~mp!i', it fera dfeindu au2. mtnl,.ts d'abaindorncr
le ravire ou d'mrnich- r par aucun moyen, le Capit'inre
de t'ortirrer Con voyag,..
Les Negrc:ans pour ort tr;it'r l'P rs afatires ou ccrref-
p,'n-ire p"r lettres (arns la ling'e qs.'ils voa'dron; cn, ccas
'e di:c flion ils front obii-' s r'e p.oduire Il,.Irs livres enrv
*. jlice, C...rs eTre tenis a; moio r Ir:s qce ce qui feia n.
Sceldire picur ec!aildi I'a,,ile don't ii kIra qucUion, 6 Ia.






8.
lives ne pourrtot Atre tires des manlr.s de eur nt oprtitare
que dans le cas de banqueroute. L:s Ar.gllis ne front ps
obliges de fe f vir de ppiep r tirPbre, pour les af1a:es
quHiss front avec les fuje:s de la France; leurs joimnau:
front cotis & paraphes gratis par le uge, confobrmCmnt
aux loix itab%.is en France, qui afujettilent tous bks mar-
chands U cevte fo:rialit..
Tous es N6gocians, Capitaines de navircs & autres fujcts
de la Grande-Bretagne, qui fe trouveront dans les Erats
Europens de S. M. T. C. purront fEire leurs sffaircs par
cux-m~mes Ou Far tells perfonnes qu'ils jugercnt a pro-
pos, fans etre obliges de. fe fervir d'un ltetrp.-ete ou
Courtier. Les mat:res des navires, foit a Dordcaux, foit
dans tout autre pott, pourront dicharger leurs navires,
foit par eux-m:nes, foit par les perfonnes qu'il leur plaira
choifir, fans &:re obliges de fe fervir de ceux qui font
nomires par attorite pub:ique. U!s ne front pas tenus de
d&charger leurs marchandifes dans les navires d'autrui, ni
d'en prendre dans les leurs, ni d'attendre pour leur char-
genent plus long-temps qu'ils ne jugeront a propos; les
fujets du Roi Tres-Chrr&ien jouiront des menmes avanta-
ges dans les Etats Europbens de S. M.B.
Let navires de lune des deux Puiffances qul, ktant char-
g;s, feron: forces par le gros temps d'entrer dans les ports
de I'autre ou de prendre terre, ne front point obliges 'a
decharger, a moins que ce ne foit volontairement, ni a
payer aucun droit; ils pourront, apris en avoir prialable-
ment obtenu la permliTion de l'Oiicier prpofr a cet effect .
vendre telle pattie de leur chargement qui pourra leur 4tre
iceffaire pour payer les frais d'approvifionnement ou de
radoub, & ne payer les droits que pour ce qui fera vendu.
11 fera mutuellement permits aux Ravires don't le Souve-
rain.ferait en guerre avec l'une des deux Puiffances, d'entrer
dans les ports de l'autre & d'en fortir fans etre inquie-
tes en augune maniere, & fans qu'on faffe aucune recher-
che pour favoir quels font les proprietaires des marchan-
difes qu'ils porteront; fons qu'on s'embarraffe fi ces navi-
res front defines pour les ports de 1'ennemi oa s'ils en
viennent, & fi lefdi:s navires front charge s dans un port
de l'ennerni pour ailer dans un autre. Tous let articles
trouv-s i board des navites qui apparri.?ndront aux fujits
.des Puiffances refpeEtives, front regards comme lihres,
.uant m(ne tout le chargement ou une partie apparien-
4rair aux ennemis des parties contra'antes, a l'exception
des articles de c.-rrebande, & quant meme ie charge-
nen: ferait deftini ia fecourir les ennemis de la PuifTance
Fhcz laquelle le navire fe trouvera. Les perfonnes a board
les navires iibres, quoiqu'enn.emis d2 l'une dees deux Puif-
fances, jouiront de eIur liberty, a moins qu'elles ne foient
gens de gnerre alors au service de la parrie ennemie &
defines a 6tre erployhes come tells daas les flotes on
dans les armies : routes .les marchandifes qui ne front
pas de contrebande jouiront de la mSae liberty de corn-
inerce & de navigation.
Tous les uftenfiles de guerre, de quelqu'efpece qu'ils
foient, reront regards cornme de contrebande.
Si 1'une des deux Puiffances entire en guerre, les vaiffeaux
bi batimens de I'autre front munis de letters de mer, qui
eront renouvell$es chaque ann6e afin que l'on puif-
fe connaltre s'ils ne portent pas aux ennemis des marchan-
$ifes riputies dp contrebande par le present Traih; & les
Fapitaincs feront obliges d'exhiber ces lettres d;ns le port
C en pleine mer.
Ses baiimens d'une dea deux Puirlances entrant dais an des


ports ce pautre& neo voulant pas chargere, an front pas
ter.us de decarer la nature de leur chargerent, a moins
qui'is ne foient fifleA s d'avoir a board des marchandifc'
Scontrtbande, pour les porter aux ennemis de Fune des
deux Puiffaicfs.
Les vai- aux de guerre des deux Puiffarces qai rencon.
trcront en mer des b timens rarchlands n'en appio-
cheront paI au-cdela de ?a por;te" du canon, mais ils po,:.-
ront envoyer ieuss chaloiupcs zm nees de deux on trois hom.
meas 2 bo~ds des enavircs m.archands, p;ur vcrifiser c le le
tres d!t :;er, lanrs conmm:tre aucun dcforc'e ni violence,
Les maichanditcs de co(rnrehande trouw'es a board d cs
btimnwns, ne fei-ont confifqie'es q-u'apes q(.e la fentencQ
en aura p,-nonce la confif'caion, & Ie p-ropri:aire de res
marchandices de contiehande pourra conrinmutr fon voya-
ge en abandonnant liefdites marchaaiifes, fans que pour
raifon de ce:te contrebande trouVi'e 'a bcod, on le pulfTe
re:enir apris ledit abandon.
II fera fait difenfes mut:ulles au-r C-aptalnes des valf-.
feaux de guerre ou -utres itimens armsns d'idfultcr en
aucune fagon les vaifFaux & btimer.s qu'l's rencontrf:ront,
focus peine de reparer tous l-s dcnmmages qu'iis ciuferont,
de quelque nature qu'ils foient. A cet eest, les pnrtizus
liers qui armeront des batimens en guerre, front tenus
de donner caution de 36, oco 1. tour, on do t5oc I. 1t.
pour chaque navire ai.fi arms, qui n'aura pas a bord plus
de 1io matelots, & pour les batimens qui porteront uR
plus fort' quipage,' la caution fera de 72, coo 1, turn.
ou 3000 1. it. Ceux qui cautionneront front folidaires &
n'auront aucun interest dans l'armement; ils r6pondront des
dommages qui pourraient &tre faults i l'autre Puiffance
par lefdits batimens arms, jufqu'a la concurrence des
fommes mor nnes. -
Les batimens de l'une des deux Puiffances repris par
les armateurs de l'autre, feron.-rendus au premier pro-
prittaire, s'il n'y a pas plus de 24 hures que la prife
ait ree faite, a la charge de payer le tiers de -la valeur
des batimens & de la cargaifon. Si la reprife eft faite par des
vaiffeaux de guerre, le bitiment fera refiitue au premier pro-
pri6taire, en payant le trentieme, fi la prife a etc faitq
dans les vingr-quatre heures, & le dixieme fi c'eft aprhs
cet efpace de temps.
Les navires de l'une des deux Puiffances qui feront naufra-.
ge fur les c6:es de I'autre front rendus de bonaefoi sui
proprietaires ainfi que tout ce qui en fera fauv4, en
payant feulement les frais de fauvetage,
Les deux PuiTances s'engagent mutul.lement a retenir les
pirates & forbans qui fe riftgieront dans les ports appar-
tenans a lrune d'elles & a les faire punir, I reftituer autE
propri6p ires les b:aimens, effects & marchandifes don't ces
pirates on forbans fe feraient empares.
Les deux parties contra&antes s'engagerft emp&cher qua
des navires ou marchandifes appartenans aux fujets de
l'une d'elles ne foient pris par les ennemis de rautre a la
porte du canon, dans les ports & rivieres fous leur do-
mination, & fi malgri les fecours qui front envoys les
ennemis caufaient du dommage ii fera ripati par les
fecours qui front fournis,
S'il eft prouv6 que celui qui aura fait une prife alt em.
ploye quelque genre de torture centre le Capitaine!, 1'equi-
page on autres perfonnes qui fe front trouves dans quel.
que vaiffeau appartenant aux ftuets de l'autre Puiffance,
non-feulerient Ie vaiffeau & les perfonnes les marchandifes
& effets front relIcdis auflitbt & mis ea libei ~4, snai?







jimrn ceux quij eront convaincus d'un crime fi tnorme
& leurs compiices front punis des plus grades pnmes
prop-,rtonnees a leurs fautes; ce que les deux Souverains
'obiigent reciproquinent ;i tauire observer, fans aucun Cgard
pour que;que peifonne que cc foit.
11 fera refpiltivemmnt libre aux deux Puiffances d'eta-
bjir des Confuls da is les &iati de I'autre, & l'on convien-
dca dJ-:s lieux oh ils front &-abiis.
A l'gird de la charge & de la decharge des batimens,
ide lau ret1 d6 s nmarchandifes, ls fujets des dcux Souverains
jouiront riciproquiment des privileges & droits accords
a ia nation la pius favorifee.
S. M. T. C. & S.M. B. fe font referv6es la faculty de
revoir ce Traiti danm douze annees a computer du jour
ol il aura t6 paTi en Angleterre & en Irlande, des loix
pour foa excuudon & d'y p: opofr &L fire tel changement
que les circoxil a:aces exlige o.it. Li revifion devra fe fire
dans le term', de doni: mois, ap.s lefk cies le Trai:l fera
ial, fans que la boone harmaoni foAufie aucune altera-
tion enrre les deux Souverains.
Ce Traiti, figna a Paris Ie t6 Septembre dernier, par
M. Gerard de Reynevd,. pour le Roi de France, & yar
M. I. Ed'. pour le Roi d'Angleterre, a eti ratified a
Fontainebleau le 1o Novembre, par S.' M. T. C.
L- prtmhbule du Traiti indique les principles qui lui
ont fervi de bale, ainfi que tes vues dans lefqluelies il a
&t6 redige. L'inrention des deux Souveraiis eft de rappro-
cher d'avantage deux Nations qui fe haiffent depuis des
fiicles, & de confolider Ia pair enr'elles, en confondant
leurs in:erets; d'un autre cote, on a cru devoir mettre
un irein i la coatrebande, qui tous les jours devenait plus
scefllive, & contre Iaquelle on n'a pu jufqu'I prefent trou-
ver dans aucun pays .des remndes qui puffent etre adop:rs
par Jne adminiffration moderee. II parait que ce font, les
frais de la contrebande qui ont done la mefure des droits :
de cette manitre, les manufa&ures nationals n'6prouve.1
ront aucun changement a leur d6favantage, & les deux
Etats auront un accroiffement de'revenu. 11 eft etonnant
que ce principle, don't on a pr&chi depuis fi long-temps
'uttilit, n'ait pas eti adopt plutot par routes les nations
commerqantgs.
La nouvelle de la fignature de ce trait a 4t4 reque
avec la plus grande joie en Angleterre par les manufactures
des trois Royaumes.. M. Pitt le leur a fait announcer ofi.-
ciellement, & des ce moment 'aCtivir6 a redouble dans
tous les ateliers, afin que les objets d'Cchange fe trouvaffent
prkts au moment de l'ex6cution du Traite. M. Pitt a du
prCfenter en m&me temps, a la rentrke du Parlemeat,
trois traits de commerce; Fun avec la France, 'autre avec
la Ruffle & le troifiem' avec le Portugal. I1 a df rne:tre
fur le tapis la convention qui a 6tk conclue avec I'Efpav
gne rela:ivement a la c6te des Mofquites. Nous avons don-
ia un extrait de cette convention, Malgr6 tous les avanta-
ges que les Anglais doivent retire de ces travaux minifiU-
riels, on s'attend cependant a voir le part de i'oppofi-
tion ~lever des cris centre des arrangements autfi tiles;
tant les perfonnes i la tate du Gouvernement font expo-
fees a voir leurs plus ages operations cenfurkes par ceux
qui n'coutent que leurs propres Inttrts, qui ne jugent
que d'apres leur maniare de voir, & qui ne favent pas
faifir rcnfemble de la grande machine politique, au mou-
vement utile de laquelle ons les intrts fubalternes doivent
rre impiroyablhment facrifiis par les Adminiftrateurs in-
tgres & i add q oui le cotuage de prtferer le bica


de 1t'tat a leut trantquilttri, que [es gens courte- vue
troublerain t, s'ils le pouvaient.
ORZC0'ANCE DUr. Rol, concernant les Ofic;ers de Port d:i:?
ks C'lonra Orientales 6& Occideit:!:s. LDu I"' Janwier 1785.
D P A R LE RO 1.
SA MAJEST.: ayant, par fon Ordonnance de ce nur
rigl la compcfition & ks rangs des O()lcieis de Poet, dans
les Pbrts & A.rlfnaux du Royaume, &voulant y affimiler,
aurant qu'il feri poflible, les Officiers de Port dans fes C.o
lonies orient Ies & ocidentales, Elle a ordonn'6 & ordoa-
ne ce qui f.i:::
Ar4t. t". Les Ports des Colonies orientales & occidentales
front divi':s en trois Claffes.
La preirmire fera compose du Port-Louis a 'Il.e de
France, dr: Fort-Royal ia Martfnique, & du Cpp a Saint-
Domirgr.e. I1 fera babli dans chacun un Capitaine & us
Lieutenant de Port.
La feconde Cl.'ffe fera compofee des Ports de Pon' ch-ry
dans i'Inde, du Fort-Saint-Pierre a la Martinique, de I1
Baffeterre 4& de la pointe Pitre la Guadeloupe, da Porr-
au-Prince, des Cayes Saint-Louis & du Mle Saint-Nicolas
a Saint-Domingue; & il y fera eiabli des Capitaines de
Port feulement.
La iroifieme ClaffT contendra les Ports de Caliles t
Sainte-Lucile, de Scarborough a Tabago, de Cayenne
dans la Guyanne, du Fort-Louis au Sen&gal, & de l'Ifl
SaintPierre de Terreneuve; il n'y fera etabli que des L4ieu-
tenans de Port titulaires.
S. I1 ne pourra Are nommv aux places de Capitaines de
Port de la premiere Claffe, que des fujets qui atent, aR
Smoins, & depuis trois ans, le grade de Sous- Lieu:enant
dans la Marine de Sa Majefit. Is pourront enrui;e obtenir
facceflivement dans rexercice de leurs fontlons 'es brevetr
de Lieutenant de Port & de Sous-Diredeur de Port.
S3. Les places de Capitaines de Port de la fecondeClaffe;
ne front accord&es qu'a des fujets qui par 1t nature de leurs
services, front fufcptibles du brevet de Sous-Lieutenant
de Port en France, lequel leur fera exp6di on m6ame tempat
que celui de leur place titulaire de Capitaiae de Port. li1
pourront enfuite obtenir, par anciennet., la commiilioa
de Lieutenant de Port en France.
4. II ne fera exrpdie que des brevets de Lieutenant de
Port titulaire aux Ofliciers employes en chef dan les Port
de la troifimre Claffe, & en second dans ceux de la pre.
mitre. I1 leur fera enfuire accord des commiffions de Saus.
Lieutenant de Port en France iorfqu'il en front jusgedi.
genes & fut les propositions des Adminiarateurs ; mais its ne
pourront, dans ces places, obtenir un grade fuperiur.
S Les Officiers de Ports, quiferont jugs neAcefLires dans
les lieux non comprise dans les trois ClafTes de l'ar.ile pre.
mier, ne front normms que par les Adminiftrr-*trs, &C
ne pourront ere pourvusd'aucun brevetni comimiflion de S. M,
6, Les Officiers de Port dans les Colonies, porteront
luniformne des grades qu'ils auront obtenus daans le Co ps des
Officers de Port de France, lmais il ne jouiront que det
appointemens rPglis pour lears places par les ,ats de di.
penfes qui front arre6es par Sa Majefte; les autres port.
ront feulement i'uniforme d'~live de Port.
MANDo & ordonne Sa Maijeirt 4 Monf. le Duc de Pen.
thievre, Amiral dte France, anx Vice-Amiraux, Lieutenans
g6neraux & Chefs d'Efcadre des Armies navales, aux Gou.
verneurs genkraux & particuliers, Intendans ou Ordonna.
Sturs des Colonies, & a tous autres qu'il appartiendra, de






84
teair ht main, chacetm en dtrot fAi, l'rexcttion, dte pre-
fenre Ordo-mracce. FAIT' a Verfailles le prenimer Javier
tmll fept cent juatre-vingt-fix.
Sign iLOUIS. Et plus b s, LE IM/RIECIHAL DE CAST.RIES..
LE D UC. DE. P E. N.T IM I: VRE ,
Amiral de Fdanc'e.
Vi' 1'0 donnance ci-deTffs, & des autres parts, i nous
adreiite : Mandoas au.x Vice-Amiraux, Lieutenans gn&-
raux, Chefs d'Efcadre des Armies navales, & Cnomm'-,
dans de la Marine dans les Ports; aux Intendans ou Oldor.-
natcurs de la Marine, & tous aitres qu'll appa:tie-dra ,
de i'axecuter & fair ex4cuter felon fa former & teneur.
FAITr a Chiteaunerf-fIr-Loire, le 3 Janvier 1786. S" 'Z
L. J. M. DE BOURBON,. t plus bas, Par Son Arte T'
S5re'niffim-. Sigs PE-AItER.
Cette Ordonnance ne- nous eft parvenue que. depuis pema
dce jours..
D V Po R A V Pa t.v l.
La. gabarre le. MAlet, commander par M.. le commasB-
deur dec ;.Be, parties de Bret. le 20 D-cembre,. e{t arri-.
ve au. Cap l 24.: Ja. iVir dernier avec des recrTis & des
vivrs:on y attend ., B e ,eu., e D.v"o;nd.aire, &c. uie autre
gabarre qui doivant auti apor:er d&. recrues & dos. vivres.
C o.m j R C '.
11 rcftal en entrej.t a Bordeaux. Ie i Oobr.e, poids
Net, 1o, 1.o, 6oo lb. de fucreblanc & brut, i,,.34,678.lb.
de cafi, 32i,.563 lb. d'indigo, 279, 9.1" lb. ..d 8, 437 lb, de roc.u, o1, 7081b. d8. gingembre (4' lem n 2)
SII et entri pendant le meme mois 9,9r, Tj4, lb de flicre
41anc & brut, -, 63 133 ib..de caf, 4,73t.lb..d'indigo
:o6, .86. lb. de cacao, 644, lb. de rocou.
II elf ordi 6, 721,613 ib. de fucre blanc & brut, 3~ t2
o92-1U. de cafe, 29640 lb. d'indigo, 52., 4.2 Ib.de cacao,
Z~.474- de rocou, 2,0 39 ib. de gingembre.
i reflait.en..entrepat, le i Nbvembre, 13, 3.Sot 29 lb de.
fcse blanc & brut; i, o07i 819 ib. d caf.;: 1o6, 5A4 ib..d'In-
Sdigo, 332, 9461b. de caca0;. 37, 65.7 lb..de rocou,..8, 369:1-..
de ging mrtr.
tdvd nem ns rifql"'..
Le iI Fevier 16o5, mort de Reai Defcartes, I'inm des
Vlus beaux G iris & ds plus grands Philofophes quit aient
caair I'Univers: la To6ra.ne s honore de I'avoir produir. 11
crea une ph fi~q.e roovelle & s'll ne la. donna point par-
ajte, c'eft qu'un feul hcmme ne npent con.imnre tout ce qui
teifte dans a. nature. 1 ne dut fcs decouv ertes qu'a lui-meme
S& rica a ceux qcii 1'avaient precede : moins heureu, que.
."wtonc,. qui eut pour gu:'.e les vrs i & m lee !es erreurs.
de D.fartei's. Ii rendit praticable le la'yrinthe de- la Philo-
bfphie, dont les tours avant lui &taient inextricables. II.
dbtruwfit les. pr.eug6s que lignorance des ficlcs de bar-.
arie avait confacres.. L'application del'algobre la geome-
trie fuffirait pour rendre fo0 nom immortel: e-tte idet fu-
l;ime a fait trouver la clef de touts les fci.nces mat:h6r-n.
iques. It invent un fyfteme du monde, qui fbit prerfqu
generatrmnt frivi pendant plus de ioo ans &. que cellu-de
A'stwin a fait abandow.er.. II raffrcmb!a une foule de preu-
A.wc permirfon d: M M.


ves de I'exltfence de Dieu & nesanmolrns il'f't accu''d'adi'
me par quelques Tart:ffes jaloux de fa gloire. I1 vicut de
peu de ch,1fe & rfufa toujours les bienfaits des Grands. Lc
invita,.ions de LOjws XIII & do Mi.ifire-Roi qui gouver*
nait ia Fkance a:ors ne parent lractirer a la Cour i,.
acep a. cependant le brevet d'une penfion, nrais. il ne s'ei
it jaman payer.' C(irisrTNE, PrincefTe Philofbphe, once.
pait 1 t: 6..e dce S-;de:. 'Decaftes fe rendit au d-fir e trinme
qu' ii lui temcgna de i'avoir anpries d'eUe. Mais i1 fur con..
ifrver a i Cour la liberty. qui ifaiai fes d8iices. Touis-cs,
jo lus, a 5 hE.ures d'u main, la, Reiae.& le Philofoph. ft.
1tid.iiLient. Ce foit fans doute ces' converftions qui erga.
g re:t.cr. !'.ue temps apr's Chrirfnd a abdiquer le tro:,..
D).:c,.t;'s mourtre i Stockolri. Son illufere kColiere voh:t.
le fire inhumter. aupres des Io'is, mais la. France r&c:lkna
les trf-.s rei fs de ce grand hommne, qui furen't tranfports.
a Pa. s & entcir7es en d67, avec beauco'ip de pompe, dns.
I' ,l;." Saiire Genevieve-du-Mon,-. Cent di'x ans aprs.
- LoeisXVI, lii a fait rigcr. une ftatue demarbre, qui a i.
ex@C&tee p( r M. P.joV.
: L? 17 Fevrier .167'3 eft mn jo ir jatna-s maemorab'2
par la r ori de A.qu.r:, le plus graitd Pote cemique ,qu
ait e.xi'. Auct:n Ph:i1c!'oh re connut, meux que ui'r le
Scctr h~;ma:n. Il-:faifiait avec jLftfite Les- vices & le' ri"-
dicules de ia fociere,. pour les tranfporter, au .Thi'aire & .
ks montrer dans tout lur jour :- on applaudiHfait, f'is-
corrigeanr. -1 plailfaniait I'humanitl avec fineffe, avec far
ce-, mais fans a;greir &' fans' emportnment,. Dans tous f's,
Souvrgeos on recornaitr i fleai du ridicirle, le p-irntre de
la nature.. Ses ch'.fi-d'Ge'uvres font Tartfii, 'Avare, ,,:
Alif.r trope, les Femrmes frvar:tes, on peut ret:ne ajoncr
encore 1'Ecole des rmais & cel:F' des femrms." Lor:Is XIV.
honorait Moliere de; fon aini:ie i le Tfoi int centre la.
cabbe- des de'vots, qui i'aiUrait peTrec;te fans cetre il'i.
prnteaion. A fa met, le TheItre futferm, pendant quirze
jours"& teus ls Ecrivains qui e~if ieint alors ver&rent
des lartmes firnces fur fc n. tomhsau. Moliere eft un de
ceux- qui- a le. mivux fet'eri que chaque g,4nre a 'on 'Pub!c
& que qu.in.. on v6ut pk.ire g&nial:m'mr nt il fs;;t prff-.
ter a toctes les claffes de.la foriete les di.Ars e.jets qt i
lui conviencnnt; a -fli a-t-il -fir des forces potr le Peupkt ;,
- ces produtcions qri feinblent indignes. de, lti & qui tcu-
tes cependant portent quelques traits de genie, faifair.,
6eouter f s meilleurs ouvrag s.- qni, autremenrit,.nn'iuraint
ete conrlius qoe dutr petit nombre de fpe.&ateurs iclai"rs,.
11 faut un art ifini pour amener t:s homme'i s a i'admrr.ra-
rion du vrai-beau : ce a'et- fouvient q'.i' I'aid e qe q I-
ques idees triviac.s qu'n" fait entendre les grandes v&r.cs
de la Philfo1phie. Apres avoir pure, amule. fon fiT':l,
Mol.e'e. rifqca de n'caoir :as un doin de terte pour- h'p t-
ture,. La populace voulait!ap'ider fon cadavre ;-.on l'.ppi ';
en lui jettnt de l'argent 11 failuc de.s ordies de L.ov:s
XIV pour obiig;Er I'Archev~T~e de Paris perniettre que
I'on enterrrt un a'.fli Grand HoiT:men;. auffi fi vc,.(ve s'td
criait-elle :on rfife tn ion:beau a. cldui auqd la Gnu
aurait dilcvi des ajutels.
M. Daj(ncouit.,. PrEfient da la Coupr des. Mofnaies, palt
pour France.


les, Ge'niraL & Inutndantz.


DI L "-I M P R I: E R I E ROY A L.~


AU PORT-A U-PR SINCE,


~--~cn acI* I


I


I o il i s it





C H ES


AMERICAI NES.


Du Jeudi


zz2 Fvrier 1787.


J an


. N r rt a s.


11U Port-au-Prince, le 6 de ce mois, Le' Vicomte-de-
Brous, de Bordeaux, Capitaine Collineau, parti eI 21 Di--
cembre; & k Baron-de-Clutgny, de Nanrts, Capitaine Leroy,
part -ie 20 Septembre, venant de Bordeaux : le 14, kle
Deux-Jeuns-lrers, de Nanes Capitaine Raffi., part le
5 Janvier; & la Dor;dogne, de Bordeaux. Capir. Sabrier ,
par.i le 21 Dcceimbrre, venant de Saint-Marc: e 16 ai
i ovidenrce, de MNarfiil!e, Capi,. Pout, parti le 2.9 D6cem-
ibr; & Ic i'revI-ac-Langril:n, de Rochefort, Capit. Mi-
ch '' pard tie 12 Avril 1786, venant de la co.e d'An-
gale. (21).
D? P4ar VE NAV I REs.
Du Poit-au-Prince, le 10 de ce mois, L. Sophie, de Bordeaux,
Capit. Uoileau ; &le Comte-de-Neny, de Durk-qrque, Capit.
1Morel: ie 14, la Torierecle, de Nantes, Capi., Vaillant
lei 6, l Naaett.:, de Touion, Capit. MairnjAud (14).
Prix des AMarchandifts de la Colonit au Port-au-Prince,.
Sucre blanc, prenmire qualit'; 68 72 1. feconde, 60
a 65 1. trorfieme, 445 ~ ol. brut go, a 1. Indigo blet,
i l. a 12 cuivrc, 91. a ol. 10 f. Ca6 nouveau, 1 f. a
22 f. 6 d. vicux o a 21 f. Coton, 5o0 a 265 1. Cuirs, 91.
Prx des Marchandifes de France am Port-au-Prince.
Vin vieux, 140 ao 1 1. nouveau, 72 a 90 1. Farine
de Moiffac, 95 a xooI. commune, 8 a 90 1. Bceuf fale,
66 a 72 1. le baril. Pltit-fale, 24 27 1. l'ancre. Beurre,
2zz 2 5 f. la liv. Huile 45 'a o 1. le panier. Savon, 40
a o 1. la caiffe.
Cours du Fret. Sucre blanc, io 'a 1 d. brut, 1o a 12
d. Indigo, 24 a 30 d. Cafe io a 12 d. Coton 24 30 d.
N R E S MA R R N S.
A Saint-Marc, le o1 de ce mois, eft entC a la Geole,
'Jean-Louis, Creole, etamp, fur la poirine LADORSAN,
au-deffous J PROQUAU & plus bas TAILLEFER NEVEV,
ag, de 30 ans, taille de 5 pieds 5 pouces, fe difant appar.-
tenir a IM. Sores, Procureur au Cap: le Ix, CeIar, Avada,
fans ':ampe apparent, gke de i8 ans, taille de 5 pieds 4
pouces,.ayant des marques de fon pays fur le vifige, fe
difant appartenir a M; Duplej/fs: le 12, Auguflin, Congo,
fans 6tampe apparent, ag de 22 ans, taille e r pieds,
ayant une cicatrice fur la poitrine, une autre fur le fein
droit & une bleffure au fiont, fe difant appartenir a M.
Dutrj et, Habitant; & Cefar, Mofambique, twam.pe fur le
fein droit DVBOIS, au-deffous ST MARC,, age de 30 ans,
tail1e de 5 pieds 2 polces, ayant des marques de i n pays
fur le vifage, fe dilant apparten'ir a M Dt bois,.H.)bitant.
Au Petit-Goave, le 9 de ce mois, Jofiph, Man:diingue,
fans itampe apparente, aI de 24 ans, tailc; de pi5ids 5
jouccs, ayant fur lui unI livre de drap gris, paremen &


collet rouges, boutons blancs usis, fe difant appartenir au
Sieur Jojeph, Fondeur a Leogane; & Rjffinol,, Ibo, fans
eta:npe apparent, age de 26 ans', taille de 5 pieds 6 pouces,
fe difarlt appartenir au Sieur Antoine, Charpentier Leogane.
A Saint-Louis, le 8 de ce mois, Francois, Congo, e:am-
p6 fur le fein droit illifiblement, Ige de 18 a 20 ans, taille
de 4 pieds i pouces, ayant une petite cicarice a une m'-
choire, peu de barbe, les pieds petits & bien fairs, fe di-
fant appartenir au Sieur Cadet, Habitant aux Fonds.
A Lecgane, le 13 de ce mois, un j-une Negre nommi
Dyar', Congo, L ampe fur le fein gauche C &L, au-def-
fois PP, taille de 4 pieds 6 pouces, fe difant appartenir
au Sieur Del.fe au Port-au-Prince.
Au Port-au-Prince, le 4 de ce mois, une jeure Ngreffe,
Taquoua, fans &:ampe apparent, ayant des marques de
fon pays fur la figure, paraiffant irnbcil!e ne pouvant dire
fon nom ni celii de fon mtaitre tle 6, Jean-Charles, Con-
go etampe GOUREAU, fe difant de I'habitation Goureat,
a L6ogane: le 2 ; Jean, Congo, fans &e apparentte.
ayant une marque d'ancienne b!effure fur un fein, fe difant
appartenir a RM. Soutier, au Boucaffin; & un Negre nol-
)veau, Taquoua, atimpe HERLOHE ou ERIOGE, ne pout-
vant dire fon nom ni celui de fon maitre, arr&ee i'a &--
pagnol : le 14, Lubin, Ccngo etampe illifiblement, fe di-
fant appartenir a M. martin Habitant a Mirebalais & avoir
appartenu a M. de Lajetiere: le I Scipion, Mandingue, tamp~
PASCAUD, au-deffous G.G, fe difant appartenir au Sieur
Lambert, au Petit-Goave ; Llite, Congo fans etampe appa-
- rente, ayant des marques de fon pays fur les tempes, fe
difant appartenir a m. Bayc, a la montagne des Grands-Bois;.
& Venus, Ibo, fans dtampe apparente. rouge de peau,
ayant un enfant d'environ 18 aws, fe difant appartenir a
Marie Lajetiere, M. L. a Belair: le 16, Alexandre, Aouffa,
etampe ARNOUS, fe difant appartenir a M. Arnous, au
Foff.; & une N6greffe nouvelle, nation Inconnu, etampte
LLUSSON, au-deffous F BELL ayant des mratques de fon
pays fur Ia poitrine :le 17, Jean-Jacques, etamp1 MDV;.
ayant une oreille couple, fe difant de 1'habitation Vaudreuil;.
Zedmire, Cramenty, fe difant appartenir a Gcncvicve Caries ,;
M. L. Vin;ccrt, Creola, etampe fur les feins DUVAL, fe
difant de l'habitation Duval, en plane; Terfy, Arada,
ttamp6 I. A, fe dilant appartenir a la nommee MarieLoitife,
N.. L Lcuis, Barba, etamp (fur le fein droit, autant qu'on
a pu le diftieguer, LR, & fur le ga~che ILD, l!s deux
dernieies lettres entrelaccC:s, ne pouvant dire le nor de fonr
maitne; & un Ncgrt~ nouveau, nation Igy, ,fatnmp FER.F,
nc pocvari dire fon nonm ni celti de fon maitre : le 18.
Gcor!es, b1o, ernmp, LEPOlNET, au-defics PPC,fe di-
tLnt a)p,;itnnir a M. Bonnct, en cette ville; Sanscmn,.&
Lafiancc, iiby t IrnpLs 511ERT, ie tiiars de 1'habitation.


Irrr~nrrr 4+4+ 4+4+I
IFl cF r t-~ 4-


A F F


i
i
~
r


I


em.dSJ






E6
6ebrt, en plaie ; & Printemps, ongo, appartetnnt a M.
,Robergot : Mifre, Creole, fans etampe, rouge de peau, ie
diiant appartenir a M. Lottin, B'elair; & Jean-Louis, Con-
go, .&aamnp fur les desa feins LDVG, au-deffous STM,
fe difant appaitenir a M. Dufourneau, a Saint-Marc.
A Yj I M A U X .4P r AS.
A Saint-Marc, le 1t de ce mois, il a te' condnit a la
'Geole, ene jument fous poil rouge, .:amnp. e fur la cuiffe
du montoir ASL, ayant les pieds nons,
A L0ogane, le 6 d! ce mois, un cheval fous poil rouge,
itampe fyr la cuiffe du montoir VG: le 7, une mule fous
poil brun, &ee fur les cui es !L entrelacCs, buvant
darts fon blanc: le it, un cheval folk's poil rouge, erampr
fiir la caiffe du montoir VM & fur la troupe, IO ayant
une petite. marque blanche au front, un nabot & court
queue: le 14, us cheval fous poil rouge, 6tampe fur la
suiffe du mon:oir (I, ayant une etoile blanche au front
Au.Port-au-Prince, le 14 de ce mois, il a eit conduit
. ila Geole une mule for's poil bai brun, tample fur la
croupe VN; une idem, focus poil bai-fouris, erampe d'e-
-ampes efpagnoles ; & une iem fous poil bai,
:tampe illifiblemenr. ayant une erciile clabaude; un cheval fous
poil rouge court queue, etamp" VC; & une mule fous
poil brun, tampere DP, a.u-deffous LPT.
S P E C TA CL E.
Les Comediens de cette ville donneront iardi 27 de ce
gnois, au benefice du S' Douvilliers, une premiere Reprefen-
tation de Y'Icendiid du Havre, Pice don't yoici I'h ftlrique.
La nuit du 4 au ( Janvier 1786 le fea prit au Havre
,~. Grace, un vent imprtueux lancait les flames fur les
vaiffeaux & fur uoe grande parties de la yille. La fortune
& les poefftons des Habitans 6taient menacecs d'une ruine
,otale, fans le gen-reux & prompt fecours qu'ils recurent
Sides Soldats des 6g:me-sn4 de Poitou & de Picardie. Les
.,muns arrachaient, les haches k la main, les debris des toits
- jmbriis, 4'autrs, fafpendus a dei echelles c a des cor-
4es, ftau.aiet les m-eibles de incendis; en un mot ftus
ics Braves m'litaires doanereat dans cette occasion la plus
haute preuve du zele & du courage intrkpide qui cara&6e
rifent le Soldat Francais. Les HabitanS, penetr6s de recon.
.niffange, leur offrirent une formme #argent, qu'ils n'ac-
,cept&rent que pour la porter a l'Fisant merpe a un nom-
, p Simorn Boulanger, que e .feu a.yait entierement ruined.
Tel eft le fait qui a done lieu a l Pice que Ie ieur
pouvillicrf off r au Puaic. 11 croit ne deyvoir rien a ou-
$er 'a ct expof6, tf en perfuade que tout bon Francais verra
vec ntbouffiain tfn ttre en adion un trait de definterefe-
ment que orfonne n'aura pu lire fans emotion. II don-
nSer tQup fes foins pour que les di&ffrens coups de thea-
tre qui conqpfent cette i e fOientt rendeus vec yrit
& prtifion. e -
Le Specacle ,omnmeace.ra pr pEpreuve Villageoif, Qpa-
r. g.nue les deux 'Pices le Sieur Teffler danfera I'Anglaife.
ke Spectacle fera termij. par le Menuet & la Fricaffe,
a Fn(f par le'Sieurr Saint-Ler & TeIer, e grenrreir
*Pf fetreae,
'Le Cor dietn de Leogape donacr.ont Lundi 26 du
,orait, a bln'be ce de la june L&f, une premiere repr-
S ti 1- o de 'EprvYCe Villa igeo, 4Opa-lBouffon en deux
ager 4 lon vers de M, Desfirgez, ,muua de M. f1 retry
anp ~equelle Sieur Mouras, A. eur ngovellemeut arrive du
Lap, remplira le R6 d o Andre. Cette Pi6ce fera pr&cdde d'une
rernitre repr featation de l'Asocat Panrnjicr, ou qi cqmp.,


tefzis Anaite, compare Jeux f4s, ComMde at an a&e 8t
ea prof;, tdu Theatre des Vari&ts Amuafntes.
Le fi:ce.s gneral de ces deux Pieces far tous les ThM+.
tres, eft un prcfage bien fur de l'accueil qu'elles recevront
fur ceiui de Leogane, la jeune Life ofe, en faveur de ce
SpZ&acie, rclamer de la part du Public, la continuation
des bontes d nt ii 'a honoree jufqu'a ce jour, elle regar.
d-ra ce bienfait moins come un prix d4 k fes tales,
que come ua encouragement a les fire clore.
.. .. -S ..
AVIS D'AD MINISTRATION.
I On fait favor qte lundi 26 de ce mois, il fera'proj
cd6 ai dix heuras du matin, en 1'Hbtel de 'Intendance,
a l'adididcatien au rabais da remblai a fair en roches,
po'Tr a foliditd di quai fait en avant des magafins deSa
Majefth. Ce remblai fera fait on roches.de mer, il aura
4 pieds de larger & 130 toifes de longueur; la hauseur
fera toif.e a mefare que les travaux avanceroat.
L'adjudicataire recevra un tiers a compete au quart de
Pouvrage, un tiers a a moitid, & le reliant aufitott qe
le travail fera fiji.
i II eft arr'6 que la carcaffe du navire qui a 6tC coul6
pour fervir d'eilacade au quai de cette ville, fera entire,
remanit dcpec6e, & que les rochis qui s'y trouvent: front
enlevees.
Ce travail fera faith aux fra s du Rci: ceux qui dfitrq.
ront s'en charger, pourront faire leurs proportions i M. le
Cpntroleur de la Colonie, d'ici au mars prochain. Une
des clauses du march fera que les debris & les roches appar-.
t;endront a I'entrepreneur qui ne pourra en rien laiffer ni
better a la mer.
i On faith favor que le land 79 mars prochain, il fera
proc6d een la ville du M6le S int-Nicolas, maifon de M.
Vaffal, Comriffaire de la Marine, a!'adjudication au plus
offrant & dernier encheiffeur, du bail a ferme de 'habi-.
tation du Roi, fitua~e la plane d'Orange, paroifTe de Bom.
barde, de la contenenc, de zoo carreaux, don't environ
60 en bt!lage, yo en favanns Ie refe en bois debout,
avec les blatimns qui font deffus. C.eux qui voudront la
conraitre plus particulierement en voir le plan & s'in.-
former des charges de 'adjui:cation, pourront. s'adreffer at
Portrau-Prince, au Controli de la Marine,. & au Mole,
che. MW. Bonafon, Notaire de l'Inteadance.


A V I S


D I E R S.


3 M" Plicque & Ilemine, Negopians a J&remie, fond's de
la procuration de M. Duhamcl, atueilement en France ,
ont. lhonneur de pr&venir le Public que c'eft tort que la
Sieur Lombdi Defgranges pourfuit la reunion d'une habi-
tation appartenaune atdit Sieur Duhamel, fife a la grande
riviea de Jeremie airfi qu'elle a 6Ct announce dans les
Affiches du 30 Dcembre dernier n" 60 C dans da 4 de ce mois n i ; i parcr qu'il y a des irabliffer
means par.ce que cette mema hrabtation eft a&uelle-
wrent en vente, & que l'avis en a ed infe&t trois fois dars
le fuppl'ment des memes Affiches, & notamment dans la
Feuill, do 26 AoUt dernier, n" 34. L.efdits Sicurs Plicque
& Lenoier' anponccent qu'ils font toujours dans 1'intention
de vendre cette meme habitation pour, du product, payer
les crCanciers dudit Sieur Duhk:mel, & principalement leS
bailieurs de fords, Ils font aufli charges de louer en to-
talith ou vendre une .maifon fife a haute ville de Jer,.
mie, de 75 pieds de facade fur la rue de la Batterie, &
& Ep tate-ciaq p-d.s ,Qe pgfonrPrr fair llp 4e 4


r-----i -I--- .. ----Tl~r --- -r--r----..-..,~._~--._- ,7-rr~---rrrrcr~aql~rm~*TIIr~ ~_L__I---~-----rr*-~---r--~-~,l,~---r







Polnte; elle confine en un b.timentm e 6o pleds de long
fur i5 a 16 de large, err rrs-bon &Eat, avac un autre corp!
de logis dans la cour de ladite mainon ci-devant a M. Barbe
3 Les Creaaciers de la fucceffion de feu Sieur Sarru
Dardignac, vivant Cabo.eur au boung de la petite-rivier
du Rochellais, quarter de Nipes, fcnt pries de la part de
M. Garru, Negoiant audit lieu, fon exccuteur-teftame3a-
taire, d'adrefer & Me d'-hlo d'Alleie Notaire audit qC:ar-
tier, un etat de ce qui peur leur- erre dti par cette ftccef-
fion tant en principal, intr&&s que frais, afin de prei.dre
le parti le plus convenable pour la libeer.
3 Le Meny, de Saint-.Malo Capit. DhIier, ve.ant de la
tore d'Angole, avec une tres-beile cargaio-n de oo Noirs
N 1'adreffe de M" Shinidan, Gatechair & Ccm,.:gnic, Ne-
gocians a Leogane, q.,i en ont ouvert la vente Samedi
de.rpier 3 d ce mris.
3 M. March, .hez M. .oi- 'o, donne avis qu'il a a ven.
dre des cartes dt Bruse!les, bLua ::bhs & taro~ecs de toute
cor..eur, prrnmiee qualii; dentelies & treilles de Bruxelles
& d'A.g':cterre, de ?rotr efp'ce, toile blarche de toute
efpece, de B-uxelles, d'H&iia ule & de- Flandres; gk1ces
& trumeaux avec Icurs picds dorts & t.:blbs de marbre,
toilertes afforties* & deuz cabrouets a mulets, prefque
neufs : ii fournira aiffi du papier fur Bordeaux, a fix
nois, poUI 40 'a 5 mriile lives tournois, d'une des meilleures
mnaifon de Ia Coionie.
311 fera procede le 27 de ce mois, la Barre du SiTge
de F'Amiraute de cette ville, a la vente & .adjudication
d'une chaloupe cannot & diverfes autres embarca-
tions, dipendantes de la fucceffions du feu Sieur Peigni,
don't le Sieur Deshayes eft I'excuteur teftamentare, aux
charges, claufes & conditions don't on pourra prendre
connaiffance ea I'etude de M' Chapentier, Procureur en
ce Siege, & chez le Sieur Marify, Huiflier 'a 'Arcahaye.
3 11 fera proc6de Samedi r Mars prochain a la Barre
du Siege Royal de cette ville, a la vente & adjuflication
de pluieurs Negres marins, dependans de la fucceflion du
feu Sieur Peignid, don't le Sieur Deshayes, eft executeur-
tefiamentaire, aux charges, claufes & conditions, dort on
pourra prendre connaiflance en l'tude de M (hrpentier,
Procureur en ce Siege, ou chez le Sieur Marify, Huiflier
i l'Arcahaye.
3 Ayant &t prefenti at Sieur Bigourd, des obligations
fignues Bigourd fils, & des competes debis:s fous ce mre-
me nom, il a I'honneur de prevenir qu'il n'a que deux
garqons; lI'n age de it ans, a6uellement en France, &
rI'sre de 9, qui ne fait pas icrire. 1 faith inf&rer cet avis
pour en prevenir les fuites.
3 Le Sieur Roux, Marchand Tapipter en cette ville an-
nonce qie par a&e dau it Dcembre ~178, il acquis dec
Sieurs Jean-Baptife Philebert & Michcl de la Jonchere, une
maifon & emplacement fituas, en cette ville, fur le prix
de laquelle acquifhion il redoit 900ooo livres; etant fur le
point de verfer ceste folde tant entire les mains des yen-
deurs', qu'en celle de queques creanciers faiffiTars, it prie
ceax qui ont des hypotheques fir lefdites maifon & ~m-
lacement, de voulolr bien fe fair reconnaltre d'ici au 12
Mars prochain.
3 Le Sieur Duasin Tril, a I'honneur d'annoncer aux ama-
teurs, qu'il a a vendre un parti dc chirmant!s gravures
anglalfes colcrices, dans tous les genres. Pl'.s, eoviron
Quatre-vingt bouteilles de bon tabac de Pari-, qu.lqucs
bjoux deux pieces de rouffeline brodees en argent; fix
pieces de toile de Jouy, peintes; dix-luit douzain%& de paii es


de p.nds de femme glac6s; plus vingt-dount c atenx ang'is,
s d.- toutes grandeur : il donnera tous ces objets a bon com-
S pte. Sa demeure eft en cetteville, rue des Miracles, mai-
t fon du Sieur Thuet.
e 2 Le Sieur Fhln, Entrepreneur en cette ville, ayant en-
e core, pour terminer fes affairs, dix-huit mois ou deux
ans a y refer, iffre fcs services pour les ouvrages de
S confluence que M" les Habitans pourront avoir a faire
en plaine, & meme de fournir tous les matrriaux neceffaires.
2 Le nommC Jean-Chrifli.nne, infiruit que M" Baron, No.
taire a L ogane, demand en reunion un terrain firtu u a
i montage du Rochellais, appartenant a Palul Chrifianne,
S a l'ho:aeur de prevenir ledit M' Baron, que ledit Paul
Chriflianne, fon frere, ne pofsede aucun terrain, mais bMen
lui Jean Chrilianne, qui a d6'a fait un etabliffement deffus
depuis plus de fix mois, a la connaiffance des voifins?
qui'il ya mmeplufieurs Nkgres defTus pour y cultiver les plan-
r nations; que ce nmme terrain ayant 6:6 demanded en reu-
nion par M. Moulid, Medecin, ledit Jean Chripiannc a mirs
fous les yeux de MM. les Adminiftrateurs les raifons qui
I'ont empech6 d'etablir plutot, & qu'il attend leur ordon-
nance a cet 6gard,
2 Le Sieur Tffer at4 Marchard Orfcvre, loalfier, Bi.
joutier, en cette ville, rue des Frontsforts, mraifen de M.
Fleurian, fait, vend, troque & achlie tout ce qui concer-
ne i'orfvrerie & la bijouterie; ii remente les diamans a
la nouve!le mode. II vient de recevoir un joli affortiment
de bijouterie dans le dernier gout, des converts d'argent
au pominon de Paris, unis & a filets; cuillers a cafe, a
ragout, a foupe; boucles d'oreilles & colliers a la Cagliof
tro & autres de modes plus nouvelles; bagues, chaines &
montres d'or unies, graves, fimples & a repetion; bre-
loques de toutes efpeces. Cannes de jonc, de bambou &
de bois des Indes, unies & i pomme d'or. II fe charge
de tout ce qui concern l'horlogerie & la fourbifferie, ayant
chez lui des ouviiers a cet effect. I1 tient en tout termps un fuper-
be affortiment de bijoux. Iivient d'acheter le fond de fourbif-
ferie de M. le Marie ancient Capitaine de ravire, qui le
tcnait du Sieur Chevalier, prifentement en France. Om'
tiouvera chez l:i tout ce qui eft du reftort de la ccuti:ele-
rie; raf6irs arglais d'acier fondu, couteaux & cifeaux de
toutes efpces, inftrumens-de chirurgie & de dentifle : if
repaffe ls coutcaux, cifeaux, rafoirs & lancettes. Les-perfon'
rcs qui pourrai:nt avoir hypothbque fur ce fonds de coutel*
lerie l-nt prices de le lui fire favoir fous un mois.
2 M" RP. Mar;e ,' Compag.ne, previennent le PubNic, qu'ifs
ont quitti les aiTaires le io du courant & qu'ils ont ccda
liur fitaifon de commerce a M. Dominique Frawois, qui
refle cha-g4 de lai Uquidation d'icelle; ii contimuera les mfl
mes affairs fous la raifon de Francois & Compagnie.
2 M. Dominique Francois, a l'honneur de pr6venir le Pu-
blic q'ie M" R. Marie & Compagnie, lui ont cead& leur
maif'on de commerce, & qu'il continuera les memes affai-
rcs, a corrnprer du to du coutant, fous a raifon de Fr4n-
cois & (o;mg,:ie, & qu'ils rereimt feuls charge de a li-
qyidarion de -!: focite R. Marie & Compagnie.
: A la r.o.Cete de M' G:ic-t Curateur par interim aux
f1c:fi.T:ns .vatcantes d4an lee effort cd Siege Royal de cettz
viie, ch;re en cetre quiali ce ce!te du Sieur d'An'rica-
marce.i, il fera le Sarmedi 24 de ce mois, proc~de l La
Earre d&TiOt S6ige, Wfiau d i r'udiedice a Ia vente &
adcdicatic:n, '~ Ilus cfi'raft & dernier encrniffieur, d'une
Mu!l.t .ff. agS e d'envl cn 32 ans, avec fes trois e'nfari; Qua-.
.. (enons & Quarteronne, ags de 12 as, so ansi& 2.0o ios


~______*rCI____IC____1-r)-3------1







2 M. Collin, Hab'tant as quarrier da Lsoganm, exuteur-
teftamentaire de feu M* Chot.ard de Lvies, Avocit au
Confeil & Subititut de M. le Procureur du Roi dua
Siege du Port-aa-P:ince, prie les creanciers du derunt de
fe prsfenter avec leurs tires en I'&ude de M' B.adam/an,
Procureur en ce Si~ge, pour recevoir leur payetient, &
les debiteus de vouloir bien payer. II prie aufli les per-
fonnes qui oet des pi.ces & affairs dins le cabinet du2it
detunt, de les fire retire de i'tude dudtc M' Baud.;mnn,
etant charge de les remettre.
I M. Vandervecke, Negociant a Saint-Marc, voulant fe
defaire de fon fonds de maga.fi confiflant en marchandi-
fes fines, merceries, fiance & verrerie, &c. &c. prevent
qu'il le donnera a bon compete en faveur du comp:ant, il
le vendra auiti a term, pourvu qu'on iui fourni.'e bonne
& valuable caution.
M. Jean-Jofiph Rertrard de Sjint- Onet, Ecuyer Seigneur
de Saint-Ouen Ckatres, Limnray & autres lieux, Com-
miffaire da Roi pour la difIribution des eaux de i'Arribo-
site & dependances, eft mort le 8 de ce mois fur fon
habitation. II a nomczn M" Lubin, Fikel & Compagnie,
Negocians i Saint-Marc, fes exicuteurs-teilameataires.
11 fera vendu la Barre de Siege de Jac.el, le 12
Mars prochain, a la reque:e de M Belliot, Receveur des
confiscations audit Siege, la vente de quaran.e-fepr N,
gres, Nigrillons & Negrittes.
i 11 a ete vole fur i'habitation de M. Tauchrnmoulin Ha-
bitant a I'Artiboaite, un Negre de nation Qaiamba, fans
4tampe, taille 5 pieds 5 pouces, affez jolie de figure &
a'ayant aucune marque de fon P ays; & un petit cheval
hai-k-onde, fous poll rouge, tampere P du co:~ du money
toir. Ceux qui auront connaiffance de ces deux objets,
font pries d'en donner avis a M. de Noa. les, fur ]a m^-
ie habitation 1'Arribonite,, paroiffe de la Petite-Riviere.
A la requete de M~ Gayot, Curateur par in:erim aux
lucceffions vacantes dans le reffort du Siege Royal de cet:e
ville, charge en cette quality de celle. du Sieur M.iynial,
Marchand Liquoriile audit lieu, il fera Samedi prochain 24
de-ce mois, procede a la Barre dudit Siege, ifTie d'au-
dience,.a l'adjudication au plus offrant & dernier enchi-
(eur, du bail a ferms de l'appartement que le d6funt oc-
cupait, dipendant d',ne maifon appartenante a M. de Saint-
,Romes, fife fur la place de i'Intendance. On pourra prendre con-
r4iffance des clauses de la carte-bannie, chez le S:eur
Orillion, Huiffier.
a M,. Braut, Habitant demeurant fur fon habitation, pa-
soiffe de Torbeck, & Commiffaire nomme pour les repa-
rations a' faire rant a i'Eglife de ladite paroiffe, qu'au
Presbytire, & confiradion d'un clocher, &c. Les entire.
preneurs qui defireront en faire l'entreprife pourront s'adreffer
audit Commiffaire. Cette entreprife fera publiee au rdabis
pendant trois Dimanches confcutifs, a l'iffue de la Mefle
paroiffiale, .qui feront les 4 i & 18 Mars prochain,
& a cet effort les perfonnes qui defireront fire cetie en.-
treprife pourront prendre connaiffance du devis defdites
rfparations & plan figuratif, chez !e R. P Joullsai, Cure
de ladite paroiffTe.
Le navire le Privofl-de-Langiflin, de la Rochelle, Ca,
pitaine Micheau, venant de Malimtbe, c6te d'Angaie, avec
uie fuperle cargaifon de o Noirs, l'adi'effe de M" XMey-
n4rdie, Piccard & Compagriie, Ncgodians en cette ville,
qui en ont ouvert la venre Ie 7o de ce mois,
i Les Sieurs de Rui 6& Denion, Negocians au Port-h-
itnien: quatier des Coteaux, dan~ n: avis qu'iis out dif-


fous leur foicdit & qu'~ part r du premier Janviet de.r
nier toutes l.es affires qu'ils f-rant eronm a leur propre
& priv6, nom. Le Sieur Denion refte feul charge de la
liquidation de leur ancienne fociete.
Le brigantin le Caflor, de 190 tonneaux, fera vendi
le Io du mois prochain a la Barre du Sidge Royal de
faint-Marc.
Les debiteurs de M" Nicolas Charert pIre & fijs, Nego.
cians a Nantes, font prevenus que M. J. Guiet, rfidant
a Saint-Marc, eft e feul charge de leurs pouvoirs dans
cette Colonie, par procuration grnerale & fpkciale, qui
le fubftitue dans tous ceux donnes ci-devant a M. le Che.
valier de Liberge ou autres, & qui 1'autorife a r6gir & ad-
minillrer tou:es leurs affaires, tant de la fuccCfliao de M.
Nicolas Charet, leur pere, que de cells de M. Jofeph
Charrct de la Fremoire, lequel a faith ceffion par con-ra at
a 1TNicolas Charetpr 're &fis : en conlequencede ce:te cefiTn
& de la procuration ci-deffus, ledirSieur J. Guitet prie ceux
qui doivent de ne payer qu'en fes mains & de ne trailer
qu'avec lui pour eviter le de"agriment de payer deux fois.
DiEPARTS POUR FRA NCE.
3 Le Sieur Guimbaud, Direaeur de Poftes a Saint-Marc,
oblige de parrir pour France au printempls prochain, avec
la Dame fon &pou,fe, pour affaires de famille prie de
nouveau M" fes debiteurs de terminer avec lui fans en
venir aux voices de rig.ieur, qui ne font pas dans fon
carac&re. Penetr4 de la plus vive reconnaifance envers
tous ceux qui Font honored de leur confiance, il les prie
de con:inuer les m&nees bont6s aux Sie rs Saint-Martin,
DAni 6 Cormpagnie, quii le remplacent & qui redouble-
ront de zele pour les meriter. II prevent 'en outre qu'il
Saa vendre 18 Sa o carreaux de terre en bcis debout,
a une iieue & demie de Saint-Marc, fur le chemin Royal
proptes a fire des vivres & du bois.
3 Le Sieur Pierre Rcy, de Gren.ble, fe difpofe a par-
tir pour France.
3 M. J, Betot, part pour France dans le courant d'A-
vril prochain, (13
g M, Pierre-Louis Mare Datincourt, Prefident en la
Cour des monnoies du royaume, & M, Louis-Marie-Sta.
niflas Mare Dajincourt, Capitaine au Regiment Royal ca-
valerie, parent inceffamment pour Fraice; les perfonnes
qui pourraient avoir affairs a eux font pries de s'adreffr a
IM" Shdridan, Gatechair 6& Cormpnagie, Negocians a Lo-
gane, leurs fondis de pouvoirs en cette Colonie.
i M. Joftph Reynard, Habitant l'Ari:boni:te & Garde-
du-Corps de Monfeigneur Com.te d'Artois, fe propofe de
peffer en France au printemps prochain; il pievienr ceux
qui ont des affairs avec lui de s'adreffer a M'1 S.aint-Ma-
cary Beanramp 6' oyer frPres, Ngogians S Saint-Marc,
fes fond6s de pouvoirs
i Le Sieur Sadou, i la fuite des r.ecouvremens du na-.
vire la Fiicite, de Marfille, fe difpofant a par-ir pour
ledit lien, prie les debteurs a la cargapion du. t navire
de le payer fans delai, faute de quoi il ne potrra fe dif-
penfer de les y contraindre par les voies de droir.
i Le Sieur Audier, Arpenteur du goi, & Voyer de
la paroiffe des Gonaives; part pour France par tout Mars
prochain; il prie les perfonnes qui out des, tires relatfs
i fon &tat de les retis r; ceux a qui peut devoir de ft
prfeanter pour recevoir leur payment, & ceux qui lul
dcivent de vouloir bien le folder. 11 vendra cinquante car*'
reaux de terre, pres le bourg & fes meubles, a&ffermrira
fix tEes de Negres faits au pays.


~-n*4""~*C3blCCI*.~~~?___l-r~~- --.I..~-- I--~r_~RT~II. -.~-__ ---1~1~___.1--- _..~ I--~~--------- ----~-- -;rr-l----~i----i







g Le Sieur Cado, Charpenter en cette ville, done avis
u'il partira pour France a la fin d'Avril prochain. II a
t vendre fix beafix N.gres & un Mulitre charpeniers,
fcieurs do long & couvreats, tOil bonts fujrs &
boas ouvtiers qu'il donnera l& preuve. 11 vendra
galkment fa mnifon fituee place du GouvernemenX
& fe defera du tout ensemble ou fpariment pour du comp-
tant, ou moitie comptant & le refte en lettres de change
fur France.
L Le Sieur Pierre Ferrier, Marchand Graiffier en cette
iile, fe difpofe a partir pour France.
i Le Sieur Bernard Imbrt, Cuifinier demearant en cette
ville, fe difpo(e partir pour France.
x Le Sieur T. d'Epierrc, Marchand Bijoutir a Baineft,
part pour France dans tout le courant de Mars prochain,
& priNc les perfonnes a qui it peat devoir de fe presenter
pour recevoir leur pay ement, & celles qui lui doivent
de le folder, pour lui eviter le defagriment de les y con-
train.re par les voies de rigueur.
I ,adame Vax-Ecckhout, demeurante en cette ville, part
,our France le i 5 du mois prochain, pour caufe de matadie.
i M. Joubert, Medecin du Roi en cette ville, partira
inceiTfnimment pour France avec fa famille, fi fa fan:6 ne
fe rtabiir pas.
i Le R. Pere Boucon, Religieux Dominicain du Cou-
vent de Grenoble, Miflionnaire Apollolique & Cure de
J& Paroife des Gonaives. partira inceflamment pour France.
i Le iSieur Pierre Gamier, ci-devant Gerant au Cul-de-
Sac, demeurant afeuellement en cette.ville, part pour Fran-
;ce pour caufe de maladie.
i Le Sieur Jean-Francois Abadie, Habitant au Fond, lieu
vulgairement appeal les hauteurs de la Ravine du nord,
dependance des Cayes Saint-Louis, fe propofe de partir
pour France par les premiers navires.
I Le Sieur Peret, fe difpofant a partir pour France au mois
d'Avril prochain, prie ceux i qui ii peut devoir de fe
prifenter pour recevcir leur payment, &c ceux qui lui
doivent de le folder inceffamment.
Le Sieur Deymene ayant vendu fon fonds aux Sieurs
Chal/a 6 Gachot, declare qu'il part pour France au mois
d'Avril. II pile fes crkanciers, s'il en a, de fe prefenter
pour recevoir leur payment.
z M. Lambe; Npgociant au Petit-Goave, part pour
France avc foia eo.ure dans le courant de Mai
prochain.
i Madame veuve Ferrand, ayant .afferme fa moitib d'ha-
tiitation, fife au Cul-de-Sac, quarter des PTtits-Bois, a
M. Canier, proptiitaire de r'autre moitid, a 1'honnear de
ptdvenir le Public, qu'elle part pour France dans le cou-
rant de Mai prochamn, & qu'i' ne fera rien paye que fur
fa signature. Ellet a vendre plufisurs Negres domeftiques,
perruquier pour'homme & pour femme, poftillon, valet,
chaffeur, cuifinier, Negr Ifes blanchilfeufes & autres, ainfi
que difiLrens meubles ume.ubans, de tout quoi el!e fera
bone composition moyennant du comptant ou en lettres
de change cautionnees de bons Ngoccians.
I te Sieur Rcnc ouilde, ci-devant Gtrant a Mirebalais
& Habitant audit lieu, pa't pour Fiance en Avril pro-
(thjl & .ecc.are ne ien devoir.
SM. T urt arind, Entrepreneur en cette ville, partant pour
Trance au irois d'Avril prochzit, prie ceux a qui il doit
de fe printer pour recevoir leur payerment, & ceux qui
lui !doVit de !e iflder, (ain de lui cvitcr le dcfAgrl menti
de le. y contrainde, II a vendre plufieurs N'~res char!


pentiers, In cuifinier & ptI(fier des domefriques, un
riulatre pofiillon & perruquier, des Negreffes fervantes,
deux'ou trois jeunes Negres fans talents, des chevaur, une
chaife a place & demise t divers meubles.
I M. Chaillau, Notaire &6 Habitant an Fond, quarter de
1'Accul, donne avis qu'il part pour France & qu'il laiff
M. ChIllfou, Pro.cieur aux Cayes, charge de fes affairs
& de fa procuration.
ilt des NIgres cp.ves qui dolytnt tre vendus a I Barre
du Sidge Royal du S.aint-MArc, le 7 Avril prochain.
Da i6 O6obre Noil-Denis, Griff, etampr fur le fein
droit, autant qu'on a pu le diflinguer, G.BRUN & d'au.-
tres lettres illifibles, ge. d'environ 2o ans, taAlle de 5 pieds
6 pouces, mar qu de pente-vorola, fe difant appartenir
a la nommee Douet, N6greffe libre, fa mere, au Cap.
Du 9 Dicembre, Lafortune,'Arada, fans Arampe appa-
rente, ag6 d'environ 8o ans, tville de 4 pieds to pouces.
ne pouvant dire fon nom ni celui de fon mattre,
Du I6, TIilmaque, Nat'.n Conni, fans etampe appa.
rente, agi d'environ 2o, taille de $ pieds %. pouces, ayant
des marques de fon pays fur la poitrine, (e difant appar-
tenir a Ml. Mare.
Du 13, Jefiph, Mondongue, fans tampe, age de -o
ans, taiie de 5 pieds z pouces ne pouvant dire le
nom de fon mairre.
Du 25, Pyrame, Coigo, atampe fur le fein gauche illifi-
blement, age de 18 ans, taille de 4 p. 8 pouces, ayant des
marques de fon pays fur la poitrine, fe difant apparte-
nir i M. Gamrntis., aux Gonaives.
REUNION AU DOMAIN RoP1.
I En vertu d'ordonnancede MM. les Gen&ral & Inten-
dant, M. Neaudet pourfuit en reunion un terrain de qua.
torze cents pas nord & fud, fur mille pas eft & oueft,
fitue la afaline de la grande-riviere des Baradaires, quar-
tier de Nipes, ayant pour bornes au nord & a 1'efl, le
morne de Bellevue & le Sieur Etienne Laurent, a lrem-
barcadaire Ca'iran; au fud, la grande-rivibre des Baradal-
res, i l'ouef,, les Sieurs Choifiil & CCarmilly, aux droits
de la veuve Chevalier : ledit terrain concede depuis plus
de quarante ans au Sieur Mariot, repr6fentm par la famille
Raymond.
1 En vertu d'ordonQ nce de MM. les Gineral & In-;
tendant, M. Jean Guiot, pourfuit en reunion un terrain de
mille .ps borne au nord des hauteurs du mor-
ne de Bell-vue, au fud de. la grande-riviere, left de
la mer, a I'oueft d'une concefiion du Sieur Mariot : ce
terrain eft fitue Ia famine de la grande-riviere des Bara-
dades, & n'a jamais 4:e6 tabli par le Sieur Etienne Lau-.
reit, h qui il a C6i conc66.
i En vertu d'ordonnance de MM. les Gen&ral & Inten-
dant, du to Fevrier prefente annee,le Sieur Pierre-Lafart
Gaudaire, demeurant en cette ville, pourfuit en reunion ua
terrain pour emplacerent, fitue en cette ville, numerot6
fur 'ancien plan 430, borne au nord de la rue de Breta-
gne, a I'et de la rue Dauphine, a I'oueft du Sieur Pilla-
voine, au fud du n 433 ; ledit terrain aRpartieut a la nom,
mee AM.ariajn Vildek iMulaireffe libre.
i En vertu ci'ordonnar.ca de MM, Ies General & In-.
tendant, du io Fevrier prefente annee, la Demoifella Hen-
rictt I'Hdrtt'cr, demeurante en certe ville, pourfuit en iru-
nion un terrain fitue en cette ville, numr&otr fur l'ancien
plan 431 bornt .u nord de la rue de Bretagne, a l'ouef
du n0 435, au fd du Sieui Bcudi. & a left du no 403o
ce terrain a 6t6 concidd en Janvie 1752 u Sieur Fillavei~i,




^----------------r-7- -

90
x En vertu dordonnanee de MM. les G&n-ral & Intesn
dant, M. J. Revol, Capitaine de navire demeurant a Saint-
Marc, pourfuit en reunion un terrain fitu6 I la riviere-
fall, quarter de l'Artibonite, compof6 de deux petites
concelaions, I'une de cinquante carreaux & I'autre
de cinquasrte-cinq environ; la premire a et conci.ee
au Sieur Aubrys le 8 Janvier 1729, bornee d'un bout de
Vincent Fouchi, d'un e6t de la hatte du Sieur Lafont,
d'autre bout & d'autres cotes de terres non .concdees : ce
terrain a &t6 vendu par le conceffionniaire as Sieur Jac-
ques Periff, & le Sieur Peri; au Sieur Reni Prouteau,
ce dernierau Sieur Chenie, & enfin appartenant aujourd'hui
su Sieur Robert, Habitant aux Gonaives, qui n'y a fait
aucun etabiffem'nt. L'aLrtre concefflion accordie au Sieur
Fouche, enfCiite i la Da me D, alague, a la Demoifelle Proa-
teau ou Chinie, enfia apparenant aujourd'hui au Sieur Ro-
hert, qui i'y a formal autcun 6cabliffement : cette concef-
ion ef borne aujourd'hui a 1',ft de la fucccflion Demier,
au fud & a I'oueft du Sieur T,%enet, & au nord du Sieur
Fertrand; elle eft de miile pas ft & oueft, fur cinq cents
cinquante nord & fud.
x En vertu d'ordonnance de MM. les G'naral & In-
tendant, da 14 Fevrier, ?e Sieur Dieudonn-Edmnond Bourlon
dcmeurant au Port-a,-Prince, pourfuit en reunion un t-er-
rain num'erote ir 'ancicn p!'nA de la ville, 43 born a
'eft par la rue DIuphi.e, au fud da n 435, a 'oueft du
n" 534, & au rord du n 53 : lequel terrain parait ap-
partenir a la nominee Mariannne, di:e Valdck, M. L.
z Le nomm6 Jean-Jacques Srtvin M. L. pourfuit en r"u-
nion un terrain pour culture, de icoo pas carris ou la
valeur rduhte, fitruh la coine des Verettes paroiffe &
dependance de la Croix-des-Bouguets, au lieu dit le Bou-
can-Royer, borne a l'oueft dudit Boucan-Royer, au nord
de la Ravine dite des Platons, & le long d'icelle au fud
& 1'eft de terres non concedes : ledit terrain concede
iu nomm6 Louis Leroy, M. L. le 8 Fevrier 1775.
I Le Sieur Dufeuil Jouon, pourfuit en Orunion deux ter-
tains conc6d6s aux Sieurs SoiTon & Pederon, les iS Jan-
yier 1727 & a: Septembre 1713 : le premier pour hatte
& corail, de 300 pas de large nord & fud, fur 20oo pas
de haut, borne a l'oueft de la Ravine a Poux-d.-bois &
de la force de la Mahautiere & des autres c6tes de terres
non concedes. Le second auffi pour hatte & cotail, de
0oo pas de large fur iooo de long, fitu6e & a Ravine a
Roux-de-bois, borne & I'eft du Sieur Mailles, a loueit
du Sieur Gaudry, au nord & au fud de terres non con-
ciades.
E FFET TROUV .
II a Nt trouve, a Saint-Marc, une tabatiere d'or; celui
a qui elle appartient peut la reclamer chez le Greffier
de ladite ville, en la defignant & payant les frais du pr'-
fent avis.
E F F T P E R D U.
II a kt perdu, vendredi foir, 16 du courant, depuis la barri&-
re de Marquiffan 'jufqu'au Morne-a-Tuf, une canne a ponm-
me d'or guilloches & un bout d'argent de 4 pouces ,
ayant un cordon de cuir uf6. S'adrrfer i 1'Imprimerie de cette
ville; il y aura recompenfe.
D M A N D z s.
3 On deirerait acheter, un bon & jeune Negre, Boulan-
ger, on le payera fa valeur, a condition qu'oa le donne-
ra i jours a Yeffai, pour conna lre fes talens. S'adreffer a
M" Martine.iu & Blanchaud, Negcians en cette ville, a
t" Lap.rc fires, S Marc, & i M. Larae, a t Mont-Rouis


Un particulier dfi reraitafermer une tannerie pros de certe
ville. S'adreffer au Sieur Merceron i'nd, qui en eft charge
& en fera bonne composition.
,A i zMS M i c Wr A MI ?i T.
3 Le Bienfaifant, Capitaine Tartoue, paltira pour Nan-
tes du i" au Mars prFefix, i lui manque pour completer
o fon chargtmnent, cinquante bar iques de fucre, qu'il pren,
dra a fre:, ainfi que du cafe & coton Sadreffer audit Capi.
taine, en fon magafin, a i'entr'e des rues des Cefars &
Roya!es; il piendra aufli des paffage.s.
a La Joune-Nant.:ie, Cap. Michateax, partira pour Nantes
le 25 du courant prefix. Ceux qui voudront y paffer ou charger
a fret queli-ues futaillcs d'indig', pourront s'adreffer & M. Trot.
tier, ou audit Gapit. dans ion magafin en cette ville.
2 Le Fabius, Cnpitaine Bidard, nouvellement arrive du
Cap de Bonne-Efperance en ce port, partira pour Nantes
dans le courarnt du mois prochain: ce invire eft tres-com-
mode pour les pafTagers. Ceux qui voudront y paffer on
charger a fre-t s'adretferont audit Copitaine, dans le maga.
fin da M. Trottier, Nkgociant en c tte ville, oih lon trou-
vera de fupeibe riz de la Carcli;e, & un a{fortimnent de
marcha~;dites en tout genre
2 Le ifAcr, du Havre, Capitaine Ale xandre Ferey, par-
tira pour Jleit lieu du io au 1 Mars prochain. Ceux
qui voudront y paffer ou chager fret, s'adrefferont au-
dit Capitaine; daas fon s~agafin rue Saint-Philippe en
cctee ville. ( 'efl p r errear que dans le Numero dernier cc
naivire a dtd an'enned fous le nom de la V-idtoire ).
x Le-Marechal-de-Livis de Nantes, du port de 8oo ton,
neaux, a6tueilement en rade a LUogane, partira pour ledit
lien dans le courant d'Avril prochain: il prendra a fret loo
barriques de ficre pour completer fon entier chargernent: ce
navire joint a une march fuperieure, les meilleures qualities,
fon logement eft fuperbe & difiribui de la manibre la plus
commode & la plus agr.able les Paffagers & fur-tout les.
Dames y trouveront tons les agrimens que l'on puiffe di-
firer. S'adrefier au Sieur Barre, Capitaine, maifon de M"
Tiby Sanlecque & Compagnie, N.gocians a L ogarie.
LAlexandre, de Nantes, Capitaine Moreau, partira fans
faute, la fin du courant pour ledit lieu Ledit Capitai-
ne prie tres-infIamment les fr&reurs de payer leurs droits ,
& les debiteurs a la cargaifon de (on navire de folder
leurs competes.
i Le-Bon-Henri, d- Bordeaux, Capitaine Lemaitre, ayant
la majeure parties de fon chargement arrest partira par
tout Mars. Ceux qui voudront y charger ou paffer *
s'adrefferont audit Capitaine en fon magafin chez M" D.
* E. Thouron N4gocians en ville.
La-Doube-Sirene, de Na ites, Capit Lebefque, neuve, tr&s-
commode pour les Paffagers,ayant grande chambre & dunette,
partira fans faute pour ledit lieu, du 2o au. z AMarsprochain,
S dreffer audit Capitaine dans les magafins de M. Sab&s ,
Place de Valiere.
La Fidilide, de Nantes, Capitaina Tranchvent, tr&s-
commode pour les Paffagers, partira inceffamment pour
ledit lieu. Ceux qui voudront y charger s'adrefferont auw
dit Capitaiae, dans les magafins de M. Sabis.
A y a n D R I a.
2 Une habitation de la countenance de T 5 oo pas carries, fitu
au Boucan-la-Pluie, paroiffe de la Croix-des-Boucquets, A
3 lieues de la Plaine, la lifi&re ds M. Lorquet, ayant
trente-mille pieds de cafe en rapport, & un bois neuf de
un ou deux ans, oh i'on peut en planter environ cinquante
mille pieds. Sur ladite habitation eft une cafe a moulin &


'








piler le cafe, de trente-trols pleds cacrrs, conftruite en char.
pente fur feuil, ayant un galetas, & couverte en effentes,
un moulin a piler, un autre a vaner le caf6 ; une grande
eafe en charpente, compofie de trois chambres, une gale-
rie, deux cabinets, couverte en effentes, affez bien meu-
blee, un magalin, une cuifne, un poulailler, un four cou-
verts en effe'tes, ainfi qu'un fort beau colombier en char-
pente,- bien peupl6 & couvert en effentes, glacis, cafes
a Negres, & jardins pour iceux bien pourvus de Arivres
& bien entretenus. Ceux qui voudront en faire 1'acquifi-
tion s'adrefferont a M. Couppi, Habitant au Galet, paroiffe
de la Croi -des-Bouquets, qui en fera bonne composition
pour moitie ou un quart comptant, & qui, pour le refte,
prendra des terms a la fatisfa6tion de facquereur.
2 Une autre habitation de la countenance de cent foixante-
quinze carreaux, fituee C la Coupe-1-Mardi-Gras, quarter
de Mirebalais, don't foixante-quinze carreaux en plaine,arro-
fabks par une force qui ne tarit jamais, qui fournit a
deux indigoteries & a un moulin ladite habitation fer-
pent'e par la rivire des Gitroniers, propre a tre ta-
blie en indigo, ayant des cafes en bois rond & une tres-
belle bannanerie; cent carreaux en mornes faifant face au
nord, bien boifds & fuceptible d'un tres-bel itabliffement
en cafe. Ceux qui voudront en fair acquisitionn s'adref-
feront audit Sieur Couppi qui en fera bonne composition.
2 Un habitation de la contenance de trois cents carreaux
don't cent en plane, arrofables, & deux cents en mornes
propres a la culture du caf6, fituee au Quartier du Fond-
des-Blancs, paroiffe de Saint-Michel du Eond-des-Negres,
a trois lieues de 1'embarcadere de Miragoane, & dans le
fite le plus agreable. Sa plaine prefqu'entierement abattue,
a ete r6cemment cultivie en indigo, & elle conferve en-
core quatre vaiffeaux battans a eau. Mais fa vraie defti-
nation eft de produire des cannes a fucre qui rkuffiffent
a merveille dans les habitations etablies en fucrerie qui
ravoifinent, & don't le fol eilt neanmoins inferieur au fien.
Elle eft dans toute fon itendue, borne par ine belle ri-
viere qui, avec peu de travail, la rendrait par-tout arro-
fable. Ses mores font couverts de bois pricieux pour un
novel ttabliffement, & recelent des carricres de pierre de
taille. Enfin, tous les moyens d'y batir a peu de frais s'y
trouvent, pour aiifi dire, reunis fous la main. S'adreiTer
a M. le Chevalier de Leaumont, au Fond-des-Negres, ou
a M" Geirn & Evtard 6 Comp', Nagocians en cette ville,
i Une boulangerie, fituae fur la place de 1'Intendance,
i laqueleo font attaches trois NBgres Boulangers & une N'-
greffe, avec toutes, les uftenfiles nciccfaires, S'adreffer a M.
Jean Aunel, Negociant en cette ville, qui donnera des faci
ites a l'acquireur.
2 Une malfon fituie dans la nouvelle ville du Port.-aus
Prince, appelee le Petit-Cboifi, fur un terrain de 360 pieds
en carre, fur. 4 faces; la maifon prir-ciplle et compofee
4e cinq pieces de plein ped, fous trolS combl!s, couverte
en ardoife & effentes, avec un perron & galrie tournans;
quatre pavilions couverts en effentes, 6cuti & remife,
donnant fur 14 rue Royale, puts & autres aifa.ce&s; ledit
terrain entourr6 de hayes vives, avec trois barriers h deux
battans. S'adrefer h M" Daubagna, Tigant & Con;pagni,
Negocians en cette ville, qui ont I'ionpeur de preverir qu'ils
ourniffent du paper fur France,
U Vne habitation de cent carreawa, ftuee I la Monta-
gae du Rochellais, a deux lieues de la mer fur laquelle ii
a environ cinquante mille pi.ds de cafiers, vingt-cinj
ile de lant depuis pluficurs annres &c qui avaient 6


S91
abandonns pendant loag-temps, its font aujotwrd'hut en tr s-
bon itat, & le furplus a et6 plant l'annie derniere; ce
terrain eft prefque plat, l'exploitation pourrait s'en fire facile-
nent avec le cabrouet; on la vendra avec dix Negres, ou i'ha-
bitation feulement. S'adreffer fur les lieux % M" Tautin, Rey
ou de Rcnoncourt, Habitans voifins, ou a M. Salaignc Avo-
cat au Confeil Superieur du Port-au-Prince, ~ qui eile ap-
partient.
2 Une belle maifon, fitu6e dans la grande rue de cette
ville, pris la pofte batie fur un emplacement de cent vingt
pieds de faCade fur cent quatre-vingt de profondear, avec
trois corps de logis dans la court cuiine, four, remife, &c.
fui(ceptible d'augmentation confiderable, pwifqu'il refteencore
foixante pieds de facade i batir. S'adreffer a M. Salaignac,
dans ladite maifon; il prendra pour comprant les titres de
creance qu'on lui prifentera acqaittks.
2 Une chaife roulante, neuve, faite tu pays, place 86
demie, avee fes harnais pour trois chevaux; du vin vieux
rouge de Bordeaux, en barriques, & da vin blanc de
Larigon, en caiffes, trrs-vieux. S'adreffer a M" Dafylva &
Duliepvre, Negocians en cette vilte.
2 Une grande & belle maifon avec stagee & galerie,
cour, jardin, cuifine, cafes a Negres, fituee rue du Pont,
aux Cayes, bien louee, appartenante a M. Desgrouas. S'a-
drefler au Sieur Efnault, demeurant cheek M' Lacate, Pro-
cureur audit lieu, qui facilitera 'acquereur, en affurant leI.
payemens en France.
2 Farine de mais en barils, riz nouveau de la Caroline,
more, harengs & autres falaifons; merrain h fucre, plan-
ches de fape, de pitchpin & de cypres, bois equaris &
effentes de toutes efpces, a vendre chez M" Franfsis &
Compagnie, Nigocians en cette ville.
z Une habitation de la contenance de cent carreaux de ter.
re riveraine de La rivi&re de lAnibonite, fitue dans let
bas dudit quarter, fufceptible d'ecre arrofle par l'eau da
canal de M. Bertrand de Saint-Ouin, fur laquelle ily a une
grande cafe ec charpente, de 60 piedG de iong, deux petits
magafins, cinq cafes i Negres en bois rond le tout cou-
verts en paiile; plus, trente ttres de Noirs, autant de bhtes
Scornes, & des cheva':x de chaife, le tout a vendre, S'.-
dreffer a M" Lubin & Fitelle, Nigocians a Saint-Marc, oi
| M. Gervais, Habitant l' Artibonite.
Une habitation de cent carreaux de terre,,propre i la
cuhure du caf6, urt laquelle ii y a qte!ques ~abliffemens
en vivres & s t&tes de Nfgres, fitu6e dans la hauteur dec
Orangers, quarrier de Bayneff, a quatre lieues & demie da
Petit-Gove, S'adreffer a M. Cors, Habitant a Bayneft & a
M, Leroi, chez M, Lepont du Fortin, Jacmel; on downera
tops les moyens de traiter,
Un briq avec fes agres & apparaux, du port de 8o ton-
neaux ou environ, confltruion de Philadelphie, reconnu
par fa march fuperieure & en bon &tat. S'adieffer a M&"
Gautier & Ggqrier, en cette ville, on a M. Gibouin, I
Liogane,
r Une habitation de la contenance de cent foixante-diz*
huit carreaux ou environ, fituee qux A'ricots, quarter de
Jfermie, a deux lieues du bourg & embuicadaire, chemia
de cabrouets, fur laquelle ii y a envion 3000ooo pieds de
cafiers en bon rapport & blen entretenus, 6ooo autres pieds
ayant 4 ans, 85oo plantesen Jiin & Juillet 1784,& 5o00
en Thillet 1786; ladite habitation peut avoir 6o carreaux
decoyverts tant en favannes, places a Negres & vivres
qu'en plantations, le refle en bois de bout; il y a tous les
6tablidnmen v qui cpnvienrtent une cate e; i ua mapi-








fin tout neuf de 63 pieds de long fur o de large, y com-
pis la galerie fous le m6me comble, poteaux en terre de
bons bois durs 6quarris, clife & boufille chaux & i fable,
lecit magafina tou:es les commodities convenables a l'exploi-
ta'io- du cafe, ayant in plancher bas dans toute fa lon.
gueur, ainfi qu'un second eleve fous le comb!e fermi com-
mne un ccff.e & bien fowtenu de poteaux, on y monte faci-
lement p-r un efcalier commode; aux deux bouts de la
galeie dLdit magafin il y a an cabinet de huit pieds carries;
20 un att e magafin b~ii a ncuF d-puis 4 ans, de k6 pies
le long fir 14 de large, propre a ferrer du coton, ayant
n bon planch2rau-deffus ce terre, de 5 pieds en bonnes
,planches de fciage, poreaux quarik, paliffade en palmifes;
o une cafe de inaite, de 80 pieds de long fur 34 de lat..
ge, divifee en une grande falle, deux chambres k coucher,
quatre cabinets, un office & deux galleries, le tout en bons
poteaux de bois durs & carrele; 4 une autre cafe de 37
pieds de long fur 13 de large, feparCe en trois chambres,
don't une fert de cuifine galement en bois durs; 5' un au-
tre de 21 pieds de long fur iz de large, divifee en deux
chambres & cliffee; fix. cafes a Negres de diff6rentes gran-
deurs depuis 30 pieds de ioag juiqu' 60, en bons bois
durs & routes en bon etat; un co'ombier de 2 pieds de
long fur 15 de large, paliffade en planche de pairitmes; une
petite cafe pour les pianiites, eloignee de toutes les autres,
ayant 21 pieds de long fur o1 de large, en bons poteaux
en terre & cliflite; tous les ba-imens & cafes fout couverts
en effentes; 80o pieds de glacis fur 75 de large, lia pro-
ximite du magafin a cafe & de la grande caet; un moulin
a piler & autres objets propres la manufature,'une gran-
de favanne bien entretenue, d'environ 5 carreaux, oh font
les 6tabliffemens des arbres fruitiers, & deux forces abon-
dantes,entourees de haies vives en rangers & citronniers;
une autre petite favanne d'enyiron un carreau & demi,
2uffi entouree de haies vives, ayant une marre de roo pieds
de diametre. On vendsa avec ladire habitation 1o 11i
betes a comes, j mu.lets ~71t tetes de Noirs, dans lenorm-
bre defquels il y en a plufieurs h tales. Ceux qui vou-
dront fire 'acquifition da tout, on fans les Ngries, s'adref-
ferontm M. Crimon, aux Abricots, G&rant ladite habitation;
a M Baudamant, Procureur au Port-au-Prince, ou M.
Parifon, fur 'habitation de M"" Dufort, t Leogane, qui
tn front bonnecompofition pour un certain comptaat paya-
ble en France, & pour le reile on prendra des terms la
atisfadion de I'acquireur, moyennant q'on en fafle la rente
avec furete convenable.
a Une N6greffe, bonne blanchiffeufe & un peu cuiflni're,
a vendre. S'adreffer au Sieur Dominique Gabriel Delaferti,
a a' priimCerie Royale de cette ville, qui en fera bonne com-
pofi:ion pour du comptant.
A A F FE R M E R.
3 Une habitation, fituee pres de cette ville, de la con-
,enance de cent quarante-trois carreaux de terre ouenviron
dont foixame-feize colloques i la grande-riviere du Cul-
4e-Sac, le refte.en mornets au bord de la mer, &c. fur la-
quelle il y a huit cafes a Nigres nerves, quatre pieces de
cannes de -if5erfns Ages, quatre pieces de patate, jardins a
e'gies, &c. on y joindra foixante-cinq Negres, fairs fur


hdite habitation & trelze mulets. S'adreffer a M. Chance.
rd, Habitant a LUogane, ou a M. AAuger, Gerant de ladite
habitation.
Tiois magafins compofes de trois chambres de facade
deux halles y attenante dans les cots nord &. fud, fttu's
en certe ville, derriere la Comedie a cote de M" Bouvier
& Salzdin, Apothicaires, a affermer pour le 6 du mois
dertier. S'ad'efklr a M. UArdoliin, chez la nommr e Suran,
Idi, N. L. rue d'Au.is, ou a M* Gautier 6' Gamier, Nego-
cians, rue Sainte-Claire.
i Une boulangerie, fituee dans l.e bourg des Coteaux,
confidant en 3 chambres fur 1. devat de la grande rue, ine
cuisine d'environ .o pieds fur le derrire, oI fe trouve le foti
a pouvoir contenir unbaril & demi de farine, un bon NMgre
houlanger, & toss les uienfiles n-ceffaires, a afkrmer po. r
trois ans. S'adreffer aux Demoifelles Anne &6 Fiici:' Orccdke,
audit bourg, a q ui ladite boulangerie appartient.
A S e t s A F E R M R.
I Une grande & belle maifon pour le commerce, en tout
ou en parties, fiume au coin de rues Saint-Philippe & de
Be!air, occupee par M" Janfon & H1uard, Negocians, aux-
quels on s'adreflera.
ES CLA Y a S E M A R J0 ON N A G E.
Deux NMgres nouveaux, I'un Nago & P'aitre Congo,
ktamp's CHVRY MWIR LAL, prts arris arons le i4 de ce
mois. Es donner avis a M"A Dufo'q 6& Liberal, en cette
ville, ouh M. Cyr Prevofl, ifur 'habitation Chevry, a
Mlirebalais.
Ator, Congo, fans etampe, age d'environ 20 a 2- ans,
part marron le 3 de ce mois de I'habitation du romm6
Gabriel Champio4, M. L. aux Vkrettes. Ceux qui en au-
ront.connaifTance font pries d'en donner avis audit Chanmp.',n.
Toutmanbicn, Congo, fans etampe, age e 25 ans. En
donner avis a Pierre-lRofe Bourdault, N. L. en cette vile.
Quatre NMgres nouveaux, etampin s fur le fein droit LR,
tailles de 5 pieds 6 a 7 pouces, le nomme Figaro, ayant
des marques de fon pays fur le I.vifage, le .omnme Laro-
chelle, ayant un maiingre 1 la cuiffe, Baptifle, ayant la fi
gure rougeatre, les yeux enfoncks & la poitrine levee.
En donner avis a M. Guieu, Notaire en cette ville; ii y
aura ricompnfee.
Jean-baptifie Congo tamp6 fur le fein droit E. PATOT
& Compagnie,~ ag d'environ 30 ans, taille de I pieds 3
pouces, marque de verettes. En donner avis a AI Patot
& Compagnie, Negocians en cette vill.
Hyder-Aly, Mofambique, 6tamp6 D &'L au-deffous
PP, age de 18 ails, taille de 4 pieds 5 pouces. En donner
avis a M'" Delifle & Liman; il y aura bonne rccmpenfe.


MULE


E G A R .


3 11 s'eft echapp6 le to du mois.dernier de la Savanne-
Ronde, quarter des Gonaives, une mule feus poil rouge,
fellee & bride, etampee du cort du montoir LV, ayant
une tache blanche au flanc provenant d'une bleiTur$. En don-
ner avis a M. Vialne, a la Petite-Riviere de I'Artibonite,
ou au Sieur Barbaroux, Negociant a Saint-Marc, il y aura
une portugaife de recompenfe.


Avec permifion de MM. les General 6' nlandant.


AU PORT..AU-PRINCE, DE L'IMPRIMER IE ROYALE.


~IC-Lh ----








Ir - - | 1
~-,,,4.* sp~-C j*JIEii1 ~ NG-fi4


.44. 4.*:I .14.~rc- 44.~ .i4 ''*44


AF


CHES


AM A ERIC A I NES.


Du Samnedi 1 Fevrier


1787.


-.U.! -l


Poids du Pi d'u4 efca~i
'""-V- *i'- --'


- onces.


AVIS D'ADMINIST RATION.
a On faith favor que lundi 26 de ce mois, il fera pro-
c6de a dix heures du martin en l'Hbtel de l'in:endance,
S1l'adjudication au rabais ad remblai faiire en roches-,
pour la foliditi du quai fait en avant des magafia de Sa
Majefie. Ce remblai fera fait en roA es de mnr, il aura
4 pieds de larger & 130 toifes de longueur; la hauteur
fera toifle a mefureque les travaux avanceront.
L'adjudicataire recevra ua tiers k comp:e' au quart de
1ouvrage un tiers a la moitie, & le ref ant au fiLot que
le travail fera fini.
2 I1 eft arreei que la carcaffe du navire qui a te4 coule
pour fervir d'eflacade au. quai de cette ville, fera entie-
rement depecee & que les rochrs qui s'y trouvent: front
enlevies.
Ce travail fera fault aux frais du Roi: ceux qu'i d4fire-
roat s'en clirger, pourront faire leurs propositions a M. le
Conti6keur de ]a ColAonie, dici au 5 mars prochain. Une
des clauses du march f!ra que les debris & lesroches appar-
tiendront la entrepreneur qui ne pourra ena rien laiffrr ni
Je:tr; a a mer.
a On fdit favoir que le lundi 19 ars prochai ,il era
proc nl en la ville du Mole Saint-Nicolas, maifon de M.
VanTal, Commiifaire de la Marine, a l'adjudication au plus
offra'l &( derni:r enche:iiffeur, di bail a ferme de l'habi-
taidoo du Roi, fituwe la plain d'Orarge, paroiffe de Bom-
bard!, de la contenance de 200oo carreanx, don't environ
60 en br iage, Io en favann;s, le reie en boes devout,
avec les .b;limens qui font deffus. Ceux qui voudrcr-.. la
conraire plus pariculierement en voir le plan & s'in-
formerdes chag'es de T'adjudication, pourront s'adr ffer au
Port-au-Prince, au Contible de la a-arine, & au Mble,
hhez MN Bo.nafon, Notaire de I'tntendance.


N 0UV EL LES D I V E R 5 ES.
SA dT S- UN I Sr .
Extr.aJt des G.:ettls de Ncw- Y.rk, de WlaAdel, 'ie c6
M,:fj'ichurtts ,. dpuiss la fin de Novtinbre, jufqu'aUu !3
J4Anvier derniar.,
I1 tff extraordinaire, dit un Papier de Londres, que
les Fra!rais qui, au'rfois rmplil'er.t l'Uvnvers r: foe,-
tes ls eiravaGance d leu:s mnd 's, ai,-.' tCo' c'
ab:indonr. aux Anrrglas 6< .ls In;-l; k *r, di .
ter des habiliemnr'. tfaits d'uie fao-n btar-, q; 0 r
adopted la wnaniere d4 fe v^ir d G;..s & ..;,


qu'ils opt copies fur les atues &les peintures qunous reden
des srcins PeuPlks. Les DI)r.es de Faris & de la Cour
de Vtrf'aies, font ahu5lirmertnt habillkes avec des robes
de mot.fldine & de bat.ife, cuii rtfimnblent a des robes
de chambre. Ces ~&termcns defcendent dcpvis les 6~aulcs
j'.. fqu'iau talons, & dans toutes les occasions, on n'en porte
point d'autres..Le fexe, en France, n'a plus de fauffes han-
ches, de faux croupions, &c. ni tout cet amas d'orne-
mers aifid:des que L'on voitercore aux Dames Ar.glaifes
& Irlndaifes, & qui rendait autrefois fi ridicule la 1 a,
ruce des Frarnaifes.
Extrait fdune Lttre du Cap-Franrais.
a Un IatIment de Bordeaux arrive ici ces jours der'`
, niers,- avec des d.peches pour le Gcntral, a rapportr
n qu'une frigate frargaife en avait pdis une arglaife dans la
nM.lanche, en conflquence, on a retEnu tine grande qt.an.
nirk de matelors pour renforcer les 6eqipag.es des vaifleaux
, de guerre qui font dans notre port, No'us atre.dens a cha-
n que infant 1o,o0o homes de troupes pour protigerla
n Colonie .
Le RLdab.ur de la Feuille Americaine qui nous fournit
en argl;iis ce fragment de Irme, ajowie qv'on n'a accord
aucune f-i a ceu nouvElle dans le. I ,ars-Unis, & cu'on la
cosfd.'reie come une petite ma ce.,vr d0e ipeculaIeur.
Pl!,fi:-rs d-s Gaztt-.s qie c,'.io analbfons, font men-.
tion e divers coiups de vent qui er ',- per.dant les moil
de S piTrr,0b; Oa&obre & de No. m'- ri d" & quI ont cauf,
beaucouliep de rsav2gs la JI.. It.:'iq. a la Grenade & danr
fa pIL.part'des It": dua vrent. Ls owagn.n~, du mois d'Oc-
T"b-e ont con~fid6Ji .eme -cr ad g pfieu-_s navires 4
'K WiYtui ,'& .U Pr'.:-'R val. Les re',uions c .nois a'ons aveq
les Coloaiies Arg'aft" fi:n i. rare q.'il nt ous efI gu&re
polible d're pPoIn pt ai, a initrris de ce quui s'y paffer
On, vie'nt de puL.l-e ion t;bt.au de Ta p pulation. dw
Nw-Yo-r 'ak p- znoi'. 6p*oqieiS dltff&entes on y ,vit que
e0 i756, 'l rr,; cb.: des blancs eait d 83,233,
77 ~ i4'8, 2.4
E L.1786.. -- ., ; 219,996,.
A;:!ii ii parait cque rnal'.'e la g!e-re,"la population de
et L.:at s 'ehi ,cc:ie t. 3 o n*, en r;ron. Je 5 a a. Una
p., iLre de ?ei a g, ;i,,. 2 ,n el due ;lrni"r.nl..ior, iaiis
la pl; gr,nr, o r nX ni F r. e..' ( Natral[C:.eratio:.,
:iit t na', le n1w'-r,, des haOmm,:s au'-..ieiL de 6o.anJ
St (t" 4 73 I.t
tnr- f t a ns & 16 un-;, d s .9?.7,
A:-:. oui de 16. ns, de 4+ 8o7.-


J'~i:n3 r:c1L ~c~.~r,~~ tiarc~







V4
emmes au-deffus de t6 ats
.Au-deffous

Total des femmes blanches


51,766.


ro7,53 I


Total des blancs des deux fexes 219,996.
11 eft peu de pays oh le nombre des-femmes approche
plus de celui des boiW aes, qu-e daas I'Etat de iNewYork.

En 1757 73,4I.-
1771 9,883.
1786 18,889.
Dans ce ndmbre font 9, 31 hommes,
Et 9,368 femmes.
Cette parhei entire les hommes & les temmnns doit beat-
coup contribute ~i Ia population, & un des principaux obf-
tacles a la mulhiplicke des naiffances dans les Colonies Fran--
Jkeaucoup plus considerable que celui des f-mmes.
11 y a dans 'Etat de New-York z1 Indiens payant Jes taxes.
ROicapitulaton,
flancs :zi9,996.
E~ilaves e8A9.
Indiens 12.
Total de la population de lE'rat de New-York ---
;au 23 DLcembre 1786 38,897.
It faut que dans le nombre des Etats-Unis, iI y en ait
ie beaucoup plus peuplts que celui de New-York, puif-
lue Fon corpte au moins trois millions d'ames dans les
Etats de l'Union.
Al8e pafje pendant la dernlre Sefwn de la' L.g!Jfture de
Virginie pour em pdcr I'importautio ualrieurf des Efa-
vts dans cet Etat,
i I1 a 6t6 ar.ete par lAffemblee g6nerale qu't computer
Ae la date du prfent afte, il ne fera imports aucun efclave
planss cet Etat, par terre ni par eau, & qu'ii n'en fera achert
p~i vendu par qui que ce foit ",I
cc Quiconqu2 importera a l'aveqi'r des enclaves dans
fet Etat, payera une amended de iooo pounds; elle fera
de 5oo pounds centre ceux qui en acheteroat ou qui en
'enront ; 1. tout par chaque there d'efclaves i,.
c Tout eCciave imported en cpntravention au prifent
Cte, feta libre -,
uLere de M de Calonne, Controleur- General des Finances
de France, a M. Jefrfoar MinifJre Plhnipotentiaire des
'tats-U/nis dt I'Am"ique.
Foatainebleau, le 22 Oaobre 1786.
et Mentieur, lfintention du Roi 6rant de favorifer autaat
u'il fera poffible, le commerce des Etats-Unis de 'Am&-
r que, j'ai I'honneur de vous fire part des mefures qui
pnt :6 prices ce fujet ,.
a Par ma Lettre du 9 Janv'icr 1784, adrefTe M. le
VMarcuis de Li Fayetre., ] l'ai informed, qu'au lieu de deux
Ports libres qui avaient etc promise par le Traite conclu avec
les Etats-Unis, le Roi etait dtermin a leur en accorder
mua're ; j lui fis efperer en meme temps, qe je dirigerais
fnon attention fur les Douanes & les diffrens droits qui
font prejudiciables au commerce, en obfervant neanmois ,
que cet objet demandait de grande recherches qui ne font
pas encore termine&s. Par une autre Lettre, je lui donnai
pvis cue S. M, avait fupprim.n les droits fur Iexportation
de !'eau-de-vie & que je me fla:tais que cette fuppreffion
crait utile au commerce des Americains. Je promiis dans


la m eae Lettre que les droits de rAmirautp, payables pr
les navires des Etats-Unis B leur arrive dans un Port de
France, feraient diminuns & reduits a un feul rkgle, fur le
ncmbre des miats & non fur l'cimnation incertaine de la
grandeur. Cet.e reldtc&ion exige urie parfaite connaiffance
de toes les droits qui font pays dans nos Ports conmnme
il y en a de divecfes. efces, les ordres que j'ai donnvs
pour ktre inflruis de tous, n'ont pas encore pu erre -c..
tierev:ent executes ,v.
Vous favez, Monfieur, que le Roi a former un Co.
mite d6nt le; foncAions confident principalement a exami.
ner nos liziions de commerce mutual, & que le Marquis
de la Fayc'e a prefenat un project conform aux prin-cipes
contenus dans votre Lettre au Comte de Vergenncs; mais
vous trouveriez impudent de comprometre fans une
niceffi-e urgente, en changeant le fyfteme aduel, un re-
venu de z8 millions products par un feul article. Apris de
longues dicuffions fur Ics moyens d'encourager 'rimporta-
tion du tabat am-ricain, il a eth refolu de ne pas rompre
le trait conclt! avec M. Morris, mais qu'. l'expiration de ce
contract, on n'en ferait plus de femblables, & que les Fer-
mer-s-Ge'iraux s'obiigeraient d'acheter annuellement, en-
viron z ,c0oo barriques de tabac ameicain qui ferait im..
porter des Exats-Unis, dans des batimens franqais on ame-
ricains, au rr.me prix & aux m4mes conditions qui font
piUpultes dans le march paffe avec M. Morris ,.
A Vous vous rappelierez, Monfieur, qu'avant la publi-
cite donnee a 1'arrangement fait en faveur de l'importation
de l'huile de baleine, le Marquis de la Fayctte en avait fait
un particulier avec M. Saugrain, pour la vente de cet ar-
ticle, jufqu'a la concurrence de 800,000 1. & que je lui
donna ua paire-port afin que cette importation antrivat
exempte de tous droirs. Le mne M. Saugrain a fait enfuite
un accord avec des Ma:chands de Bolton, pour les mettre
en 6tat de nous fonrnir annuellement & pendant les fix
dernieres annees, pour 400,oo0001. de cxtte marchandife, a
laquelle Sa Majefti a accordC res memes faveurs don't jouiffent
les villes anfiatiqies ( lHnfe-towns ) n.
i Cet objet ayant 4t0 depuis peu examine avec plus
d'attention, 1'Adminifiration qui cut connaiffance du d6fir
que vous aviez de voir abolir tous les dreits fur I'huile ,
a decid qu'elle n'y pouvait confentir main:enant, a caufe
des engagemens pris avec d'autres Puiffances, & que tout
ce qu'elle pouvait faike, k:ait d'accorder pendant ix ans,
pour l'huile de baleine de fpermaceti, &c. imported des
Etats-Unis, dans des batimens francais ou am6ricains, la
meme faveur, la mgme diminution des droits don't jouif-
lent les villas anfeatiques ),.
t Sa Majefti efphre que les liaisons de commerce entire
les Etats-Unis & fon Royaume, deviendront affez cor.fi-
d&rables, pour Iengager a continue 1'effet de cette r6fo-
lution au-dela du term fixe; & come il a 6:e obferve
par le Comite qu'un fort droit de fabrication a eu lieu juf-
qu'- prefent, fur l'huie e de baleine importhe par les Na-
tions les plus f". orifees, & n meme fur celle qui provient
de la peche national, Sa Majefi content abolir ce droit
de fabrique 'a gard de 'huile de baleine & ie fperma-
ceti, qui fera dire&ement imported des Etats-Unis, dans
des navires am&ricains ou frangais; & ces marchandifes no
payeront pendant to ans, aucuns droits que cElui de 7 1.
1o f. avec les to f. pour livre; & ce dernier droit ceffera
en 1790 -.
c II a 6t6 auffi refolu que fur les informations part.
culires, prices ~ l'egard de la confommation qui fe faith








.n France du riz de ha Caroline., on iccuperait ites moyens
d'encourager l'imporra:ion de cet article i.
On a fait des reprifenrations pour les droits confidi-
Stables qui eiiftent fur la Pot-afh & la Pearl-afh, les peaux
&les poils de caftor & les cuirs cruds.; Sa Majefte a fup-
prime tous droits fur ces marchandifes, pourvu qu'elles
oitent importers de I'Am6rique dans des batimens, ameri-
cains ou fr'anaUis:: le Roi efl difpofe !.ire tout ce qui
y ourra en':ouragwe r le commerce des fourures americaines n.
cc Sa Majetce a de plus confenti a abolir tous droits fur
.les ma-s, vergues, cou bes de vaifleau, fur le cedre rouge,
lh cline verd & le mnerrain de toute efpce, 'qui feronr
imports fur des batimens frangais ou .amricains n.
c Le Comiti ayant .repr6fernti qu'on paya't en Fran-
.ce un droit dee 5 pour ioo fur tous les bAtimens conftruits
She7z l'1tranger, & que ce droit itait prijudiciable la
rvence des batiiueas amnricains, Sa Majefte exempte de
-ous droits la vente des bitimens confiruits dams les Etats-
~Unis 7.
c( I y avat ci-devant de forts droits fwr les arbres, ar-
I riieaux & graines imports en France : Sa Majeft' a
;aboli ces droits fur les articles de certe nature qui front
intrrduits en France fur des bainmens frarais ou ameiri-
cains s
,i Le Roi ayant ith inform qu'en avait commandU en
France des arimes pour la milice de l'Etat de Virginie, Sa
lMajefie aa ordonne que les defenfes qui avaient lieu aucre-
fiis pour empecher lVexportation des armBes & de la pou-
dre feu fuffent abo-ies, ainfi que les droits fur ces ar-
z1icles, lorfqu'ils f-ront export's avec permilion: quandles
Etaut-Unis front exporter de France des armes, des ca-
:ons, de la poudre a feu, iUs ne trouveront aucun empe-
chement, pourvu que ces obj:!ts foient exports dans des
navires franaais ou americains on &tablira feulement un
iris-petit droit pour faciiter les calculs d'exportation n.
c Sa Majeite a requ avec la .mme faveur, la propo-
fition faite ,par le Comite de fupprimer les droits que
V'on paye atuellement pour ls eslires & kes papers de
:toute efpece ,,.
cc Le Roi abolit ces dreits, a condition que les expor-
tations fe faffnnt fur des navires Frantais ou americains -.
SA Ceft avec un grand plaifir, Monfieur, que je vous
informe des difpofitions de Sa M.ljei,, elles font une
inouvelie preave du dCfir extreme que le Roi a d'etablir
les liaifons de commerce les plus intimes entire les deux
Nations, & de I'attention favorable que Sa Majefte don-
mera toujours aux propofi.ions qui lui front fdi:es parles
Etats-Unis de l'Amerique ".
u J'aiI'honneur d'erre, &c. SigneDE CALONNE '.
Nous traduifons cete lettre fur 1a verfon anglalrS &* nous
7 s pouvons garantir que la notre foi t xalement conform i
J'origi nal.
D V P R T-A v -P R N c z.
Otfirvanions fuir les maladies qui ent reg'e dans la d&pen
glance du Cap, depui lei mois de Mai jufii'aau mIno do
INovenbre dernier,..
Tout le monde a' ti tEmoin des ravages affreux da
temps fee que nous avons eprouvb dans prefque tooute 'ten-
dte de la Colonie, depiis la fin "de a7S5 jqu'auqdx
ITIlis de Juin & de uillet 1786; les trgnes vegetdl & ani-
mtal en ont fouffert Cgalenient. Les Nedci;is l.fcervateurs
& phyficiens ont reiiarqiq le I ra'pprt pjrt:ci;icr de cce
Ctat de l'atmol pher avce iifi',tta flr v curps humin l


& les maladies qui en ont j&6 le rCfultat. M. et dals
fon excellent MWmoire far la metoorologl appliqee a la
m6decine & a Pagriculture., couronn6 par IAcadmiie de
Bruxelles en 1778, dit: n Pendant la sechereffe, 'air qui.
,,ne tend qu'a s'aflimiler des particules aqueufes, abforbe
ncelles mines des corps vivans; ii ea rfeulte lappauvriffe-
nment des fics & le deffichement des fibres; deli, us
-,frottement vif & acclerc& entire les organes & les liqueurs,
'rexal:ation de celles-ci & bientmt apcrs la fisvre, & l'ex-
ncoriatioa des vaifecatux dont les tuniques fone 1?s plus
minces, tels -qua les inteftins. Les ditfftnries font Ils fuites
n de cette toiftitutiom. Lur regne a lieu pour 1ordiaaire
,,pendant 1'& e & certain printemps plus fees que les au-
ntires. La firie des obflrvations moderns que j'ai ran-
,)g.es fous rinqfuence de la fa chrede & qui et fort lon-
gue, conmmence par une fievre dyffenterique qui a ravage
ola ville de Lille & fes environs, en 1750. lipo:rata &
SSydenham ont auffi remarquc que cette raladie ktait la
nfuiite de la feckereffe v.
a Auffi perfonne n'ignore ha quantity de dyffenteries, accornm
pagntes fouvent de fievres, qui ont regne dans toure la
d4pendance du Cap dans les mois de Mai, Juin & Juillet
dertiers & qui ott 'fait tant de ravage. Les Mdecins &
Chirurgiens, qui n'ont point confidir I'Ctat de 'atmof-
phkre & qui ont employee, des le commencement de la
maladie., les remides ggneraux & fur-tout les 6metiques &
les evacuans, ent donni la mort a leurs nalades, ou let
ont jett6 dans des maladies chroniques qui ont produit le,
marafme & la mort, apres plufieurs mois de fouffrances.
Les fecours qui ont le mieux reuifi font les faignees, eI
demi bains, les d&layans, les temperans les mucilagb-
neux, pendant plufieurs yours, avant 'ufage de 'ip6cacuanha,
en faifant les exceptions & modifications .coavenables aux
temperamens & a fage des malades ".
A Peu apres l'arriv.e des pluses, I'tat de r'atrmofphhre a
change & le temps etant devena variable, orageux accom.
pagne de pirfieurs trermHemens de terre, on a vu regner
une autre efpece de raladie, c'eft--dire, des fievres bi-
lieufes ardentes, accompagn6es de vomiffemens & de quel-
ques fymptomrns intlammatoires chez les uns, avec tendance
Sla malignite chez les autres, que les purgatifs n'ont pas
manqu. de decider, en dAiaturant mnie quelquefois la
maladie; aufli la medetine agiffante a-t-elle moiffonn6 des
vi4limes, & ii e i a remarquer que prefque tous les mala-
des qui ont te purges pendant les cinq premiers jours de
la taladie, en font morts, ou ont itc fort rmalades & ont
eu des convalefcences penibles & longues. Les fecours qui
ont eu des fuccis & qui ont paru les mieur indiqubs;
coanfifnt dans la rrndecine exp: -ante ou celle d'tpocrat ,
& i eft bien &6onnant que beamuoup de Medecins qui re.
connaiffent la fuperiorie de cette inidecine & qui favcnt
que le climate focus lequel exeraait Hypocrate e ait fermbia*
ble a celui de Saint-Domingue, par une contraaio ti on on
ante, ufent d'une prat~que toure oppolee a celle du Pert
de la mndecine, C'e(l fouvent a ce';e b:zarrere qu'l fraart
attribuer le peu de fCcces de plufaurs ,Mdecins d(ns certe
Colonie. On a remaraue que cLre ef.~ce de fievre, qui
a paru un pen upidma.qe, tant fir le s Bancs que fur 1es
Nigres, ne s'df rdapamde dans cheque quarter de la d.ia n-
dance du C;p que prcg,'f-l vement & a inf: ure qe I-s
plus s'y font dcciaru'. VEn efer, les quarters de Mari-
baroux, du Foit-)auphia & du Trcu ont ic: les premiers
artcints de cet'e inal.cic, cinmme ayant eu des ploies in
rU;i ou Ceu aevilent lin quarriers plsis volfins du Cap, 6








fit- ca en except les quarters plus voifins des montagnes, -
peine dix perfonnes dans chaque quarter ont 6t exempts
de cette maladie, & tout le monde fait la quantity piodi-
g'euft de maladcs qui en font morts dans dl ville duC ap,
an FoF-Dauphin & dans les differens bourgs de la depen-
daiace. Les fecours,. come je viens, de Ie dire, tir.s de
lar mndecine expe&ante, ont eu ie p!us gran's. fucces, tels
queles bains, les faignees reieries chez les jeunes gsens &
les perfonnes fang.ines, i'ufage fur-tout des boiffons acidu-
lees & t mpeiran'es, avc le nitre, le caniphre & la crenme
de tartre ; ies purg.itifs dans la cafe des mninoratlfs, n'onit
paru u iles que veis la fin de la maladie, q.ioiq.'indiqus,.
queiquefois dcs le commencement, par i'6tat de la Ingue,.
mais contre-indiques par l'irritabilite & 1agrat ion des mna-
lades; aufii, les itimulants, le quinquina rntin & les pu.-
g-atifs, des. le commencement de la maladie, i'ont to .ou-rs
denature & fait d6gn irer en fievre nmaluge,, ou les vei-*
ca:oirfs. ont fait fort pen d'effet, & doat la m.ort a 6te
prefque tuouurs le refulrat ,n.
-< Ccs fievres ont difparu a l'approche des vents & dis
pluics du nerd, & f i'on compare ce qui vient d'&ere dit
avcc les obfe'rwtions fur s maladies ipidminques, de M. Juacs.
Sims, on rouvera ce.tte observation conforms. aux pi-nci-
p.s & a l'experience de cet Auteur, qui a rermarqud cue
hls maladies epidemiques produites pas les fui:ec faheufes
de la chaleur & de la fchereffe n'ont communiment befoia.
d'autres fecours que d. l'expedation de la variation de la.
temperature, & qu'on a mnrI des raifons pour croire qupe
plufieurs remedes. par lefquels on s'einmreflf de comba:tre
oes inlacies, ne font qu'empirer 'etat des maladies, &
fouvent eniever l'epeiance de Leur gu6&6in-".
Rifultat dir ebfeivations m'tlorologiqu.es faites- act quarter
du Trou, dipendance du Cp pendant les maladies- qui y
ont re'ni depuis le -mis de Mlai jufqu'4 cluid de Noverm-
bre 1786.
Ba.:onttre, plus grande el"vation, 28' p. 4 I. moindre,
17 p.. 6 1.
Thermomitre de Rjaumu" (*), plus grande chaleur 32 ,
snoindre 29 (fans doutr qu'il n'efl quejiion que des obfervations
faites de midi: 3 hcures) ?*
Udomitre. MAi, 9 jours de p}uie, j p. r 1. d'eau. Juin ,
P j. 4 p. I- Juiildt, 17 1o p. 1 1. Aouit, 7 4 p. r
t. & demie. Seprer-.b-e, 18 1. 14 p. 6 1. & demie. OAo-
bre, xi j. 6 p. 2 1. Novembre, n i. 1. -- Tot.dl, 69
yours de pli.ie qui ont donned 43 pouces 4 lig4;cs d'ua-,. Plus
foit gain 36 lignes ,. 1: 4. Joilet ;,i moinlre, demie ligne les
0o & ?I1 Mai.
Animombe. Vents domn>ans, E. S. E.--- O. S. ..
,Ven:s les plus rares N. N. 0.
Temperature. D'.bord seche, einuite variable & oraigeue..
Au Trou, le rt Janvier 1787.,-.-- Par-tn correfpon-
.l [*] Xo, -:--"
J jo pions ls Ifs M- ierclgues ,de ~otolo;r bien totunvurs
indiquer d:;:ns ieurs cbfrvtions /i ls thermomrIetrs fmt ,:u
metrcure ou i i'fprit-de-vinf; la d:frence dtant conjidsrable,
fouvent de y 6& 4 pendant le foit de la chaleur., quoiqu0
pxofition foit la imeme.


dait de la Socie't Reyate de mi~ecine de Parts.
Rifultat dts obfervations metiorologiques faites a Plafancte
en 1786 ,par M L. Dumefnil, A:pentcrr & Voyer principal.
Janvier, plus g:ande chaleur, 8 3-4, moindre 14";.
pluie, 3, ours, I peuce t-2. ligne d'eau pL;s fort grain tl,.
Fivrier, plus grande chaleur, g9c, moinere 1 :-4-; pluie,.
4 j. i p. I 1. 1-2 d'eau;. plh:s fort gain 11 1. 3-4,
Ma.rs, plus grande chaleur, 19 -2,. moindre 130 3-4;.
Dplui, I j. 3"4 de line.
Avril, plus grande chaleur, .22 3-4,. moindre l6; pluie,.
Sij. I p. 2 1. plus fort grain 5 1.
Mai, plus grande chaleur, z23 -2., moindre 170 1-4;,
pluie, IL j. 4 p. 8 1. plus foit grain 1 n ..
Jain, plus grands chaleur, 2' l-z2, moindre 18 1-2-, ; plie,
2o j. 7 p. i 1. plus fort graina 1.
Juliikt, plus grande chaleur, 2-2, moin -re 18.2-3; pluie.
17-. 5 p.- 7 1. i-2 d'ca.; plus tort grain 1 p. 4 1.
Aoit, p.us giauide hditur 23 nmoindrie 8 2-3,; pluie,;
14 j. 3 p. 1. plus fort grain i p. 1.
September, plus grande ciiaeur, 2zz 2-3 ,. moindre 17,
1-2; pluiv, 10 j. 6 p. 2 1. i-4; plus fart grain L p. 4 1.
iodbre plus grande chak.ur, 22. L-2 mioindre I8 I-2;
plui3, i 1i 5 p.. 9 1. d'cat; plus ibr: grain i p. 61.1-2.
Novembre, plus grande chaljur, 1' I 4, moindre 17';
pluie, 6 j. 7 1. 1-2; plus fort grain 3 1 1-..
Decembrbe, plus grande chalenr "-' 14, moindre 14 1-2
pluie 7 j. 6. p.. 7 i, 34 ~ plus frt grain 3 p. 2. 1.
TotI,,.114 jqiurs de pluie, 4.3. pouces 7. lines 3-4, ce
q.i ef. ien bloigni de 14, pouces,--2. que produit l'Angle-
terre annce moyenne.. V. Journal de Genive, no 3,5, 178,.-
[ Cette. observation eft juife, mais il efct preuve qu'il
tombe beaucoup plus d'eau dans les pays chauds que dans
les pays froiids: ainfl Saint-Domingue n'offre rien d'extra-
ordimaire a cet igard; plus 1e foieil evapore d'eau, plus il
en- doit retomber. On peut rem'arquer que. Leogane, Plai-
fance & le Trou ont repu a peu pres la mIme quantity de
pluie, pendant le course de 'arrnee derniere :.on en a mefu;4
environ un quart de moins au Port-au-Prince. Nous dcfi-.
rerions beaucoup que quelqu'ua s'occupat de ces observations
au. Cap & aux Caves. Note du Ridalteur].
Trcmblemens de terre, a Plaifince. November 30, avant
minuit, fecouffe vive & momentann'e. Dacembre c7 aa
petit jour, fecouffe 1~gere-;- le 21 verse 8 {h. du foir feconftT
fo;te-& courte; le 24., vers.- i h. du foir,. fecoulfefaible,
nais d'environ 4 fecondes. Toutes venant du N, O.
Les vonts:ont t& variables l'annee derni're,. niis on a
plus eprouve eeux depuis.le fud jufqu'a l'oudfi que les au-
tres.
Bea:coup d'opthalmies, h Plaifance, par les vents de
S.. 0. quantity de ficvres,. par les-pluies.cominuelles de Juin,
fur-tout dans les quarters argleux.
L'abondance des mathires ne nous perm.nttra pas de rapport.
aucun ivinemen~t hijorique LOrdinaire. p oc ai,..
3 M. Pierre-Louis Mare ,4 tincourt Prfidenr en
Cour des monroiei du royaume, A MM Louis-Mvic-.Sta-
nflas j Mare DaC'ncourt, Capi:aii-e ai Reginen Royal c&
valerie, parent incefiamnient. pour Frainci.


Avec pcrmiJlon de M M. les Gdndral & Ihtendant;


- ~ -, ~ % ".. m-.r4redMV.,.,4t* ..,


D E L' I M MPR IM I. t E ROYALE,


- m, Bm WI rem ---,,I, ..W--^ .m--,T =,, 'ao.,a r .. srt i.a.->. ..s..Wi. rat j.i. .i _.rsi,_ar.am-am


U1DurcrwrucrL~wuwra


* I~j- A i i - * 3r-rr


.


S4 P OR T-AU-P R.I NC E,







i le ++* + + ++ *1 l^ +17 I 'olIl> I + + 1* -' !|*
+40 +* -1 *
t~-- -?_ -----~ bN~I7f ~ cl;~y-No 17fi;t


AFFICHES


Du Jeudi


AM ERI C A I NE S.


Ie Mars 1787.


SA rj i -i p I NA rta i s.
A
A U Port-au-frTce, le 17 du mois dernier, la Duchkffc-
de-Coffi, de Bordeaux, Capit. Decoud, parti le 5 Janvier:
le 18, les Bons-Enfans, de Nantes, Capit. Guichet, part
le in Janvier; le Hon-lenri, de Bordeaux, Capit. Lemai-
tre, part le 22 Decembre; le Comte-de-Mantmorin, de Nan-
tes, Capit. Mailiart, parti le 4 Dcembre; & la Litette, de
Bordeaux, Capit. Gourege part le 4 Septembre, venant
de la cte d'Or: le x9, l'Aimable-Amilie, du Havre, Capit.
Lenud, parti le 7 Janvier dernier. (27).
D ZP ART D r NAV I RE S.
Da Port-au-Prince, le 2i du mois dernler, le Neptune,
Capit. Chambrelan, pour Dunkerqu:e le 24, i'Efpoir, Cap.
Loufier; pour Bordeaux; & la Bonne-Mere, Capir.-Plaffan,
pour Bordeaux. ( 17).-
Prix des Marchandifes de la Colonie au Port-au-Prince.
Sucre blan.c, premiere quality; 6o a 66 1. feconde, 5o
i 58 I. troifinme, 40 a 461. brut 30, a 39 I. Indigo bleu,
ll. 'a 12 cuivre,9 1. 'a io. to f. Cafe nouveau, 21 f. a
f. 6 d. vieux 20 a 21 f. Colon, 2zo 'a 2s5 1. Cuirs, 91.
Prix des Marchandifes de France au Port-au-Prince.
Vin vieur, 120 a 10o 1. nouveau, 75 a 82 1. Farine
de Moiffac, 8o 0a 8 1. commune, 75 a 78 1. Bceuf fale,
S 66 75 1. le baril. Petit-fale, 24 a 27 1. I'ancre. Beurre,
2z a 1z f. la liv. Huile, 45 'a o 1. le panier. Savon, 36
a 40 1. la caiffe.
Course du Fret. Sucre blanc, 1o a 12 d. brut, io a 12
d. Indigo, 1t i 24 d. Cafe, io a 12 d. Coton, 21 a 4d.
N c R S M S R a N 1.
At Petit-Goave, le 14 du mois dernier, eft entrea la
Geole, Baptifle, Congo, 6tamp fur le fein droit illifible-
ment, age de 30 ans, taille de pieds 6 pouces, ne pou-
j vant dire fon mom ni celui de fon maitre.
A Jacmel, le 17 du mois dernier, un Negre nouveau, 6tam-
p fur le fein droit D*DOREGE, ^a de 26 ans, taille
de pieds 3 pouces, ne pouvant dire foa nom ni celui
de fon maitre : le 18, deux Negres nouveaux, ktamp's fur
les deux feins LAVRANT, ages de 18 a 22 ans, taille
de 4 pieds 8 a i pouces, ma!qiies de pe:ite-verole, & ayant
beaucoups de morfures de chiens, ne pouvant dire hurs ni
celui de leur mature.
Au Port-au-Prince, le 20 du mois dernier, Jea--L.:us,
Creole, erampe LDVG, au-deflous ST Al. fe diila.t av'-
partenirta M. Dufourneau, a S.iint-Marc: le 21 ,Jean-Baptilfc,
Alondongue, etampe MESPLS ,8 &. dautres etampes ili-
fible, fe dilant aopartenir a M. *Gul/:u, a I'Arcahay I : le
(J Clarice, Nago, fc difait appArtenir a M. D.fptjl :r


C5, Charles Mondongue, 4tampi SD & N, ne pouvant dire
le nom de fon maitre; Antoine, Congo, etampe plufieurs
fois CARRADEUX, fe difant appartenir a M"" Bof'oniere
des Mornais ; & Vincent, Creole, Ctamph MASSE, fe difant
appartenir i M. Debergues: le 26, Francif ue, Creole Por-
tugais, fans 6tampe apparent, fe difant appartenir a Madame
Mcynial, Habi:ante a la Riviere-Froide ; Lubin, Congo,
&ramp6 CHAPOTOT, fe difant appartenir au Sieur Cha-
potot; Pierre, Creole, &e illifiblement, fe difant de I'ha-
bitation Damin/s, & un N gre nouveau, Ibo, &tamp6
BARGUES, ne pouvant dire fon nomr ni celui de fon
mniiue.
ANI I M A x i P A I S.
Au Pe:it-Goave, le zy du mois dernier, il a kth con-
duit a la Geole, un mulet fous poil brun, etamph la
cuiffe du montoir DR, ktant coupe & ayant la queue longue,
Au Port-au-Prince, un bourriquet fous poil brun, ktampeC
amtant qu'on a pu le diftinguer, R.


S P E C T


A C L E S.


Les Comndiens de cette ville donneront Mardi 4 de
ce mois, au ben'fice dte la D"' Mineite, une premiere
Repr'fentation de NINA ou la Folle par Amour, Opera
en un a.e & en profe mufique de M. d'Aleyrac. Cette
Piece fera fuivie de S IL VA IN, Op&ra-Bouffon en un ale
& en profe mufique de M. Gtriry ; dans lequel la DU,
Sainte-Fei, remplira le Role d'HeIine,
Le fucces de cette derniere Piece fur tous les Theatres de
la Capitate & de la Province, & la reputation de l'Auteur
de la mufique font trop bien etablis, pour qu'il foit necef-
faire d'entrer dans aucun detail.
La Dl' Miinctte fe flatte que l'intireffante Nina ne fera
pas moins propre a piquer la curiofit& d.s Amateurs de
Spcacle. Nina amlait Gerrtmuil; mais fon pcre qui lui def.
tinait un aiitre 'poux a retuf6 de 'unir a fon amant. Ger-
menil s'elt battu contre fon rival. On a fait courier le bruit
de fa mort, & Nina eft devenue foiL?. Sa folie eft d'atten-
dre fans celfe le re;our de ion bicn aimed a 1'endroit oh elle
a regu IA fauffe no-;velle de fon ir-pas. Elle mnconnait tout
ce qui l'approche : fon pere rr.emc n'eft plus a fes veux
cq'un Ctranger dent ihe ne craint pas de dechirer l'ame en
i'entretenant de fa douieur. Enfin GermcUal reparait fans &tre
recoanu par fa niaitreffe ; mais lfs dircours, fes careffes &
fhr-'out un bailer rendnt Nina a fa raifon & la joie
rentre cans ous les coeurs.
La I ') Minete ne fe diffimule pas combien il eft difi-
e dC rendre un r, e qui ex;ge tout la fois un debit tan-
St iinaccentae, tntot pa fln re & dcoulourcux ; un ceil
va' ute, un .gflt'. ti,,ion tour a tour encrgque & inde'ir-
[ nlnee t.ne taobi.it h de hiliionomie : entin des ilans du






98
cceur teujours ?oquens pour Fame mtme quand ils font
muets pour I'orcille. Elle a done moins conuilte fes forces
que vos plaifirs & fur-tout votre indulgence. C'eft dans
cette Pice principalement qu'elle aura befoin de fe rappeler,
que, nee au milieu de vous, foimee par vous dans cette
carrier dificile & epineufe, fes talents font a vous, & fes
difauts tous a elle.
Cabinet curieux femblable celui du Sieur Curtius, de
Paris. Le Sieur Laffay, ayant entrepris de raffembler dans
cette Colonie plufrnrs figures de grandeur naturelle, tres-
refTemblantes, il fait voir la Famille Royale en habit de
cour, le Roi tenant fon lit de justice, accompagne de fes
Gsrdes en uniform. Ce Speftacle eft digne des connaiffe.rs,
i eft des plus curieux pour ceux qai n'ont jamais vu So
Majeflt. I ofe efperer que ceux qui 'honoreront de leur
Iefence, front fatisfaits. It prendra une gourde par per-
Jonne & deux gourdins pour les Gensde Couleur. Le Cabinet
fera ouvert depuis le martin jufqu'a dix heures du foir, maifon
de M. la Souchere Riviere, rue Royale, en cette ville.

AVIS ADMINISTRATION.
3 II eft arr6:6 que la carcaffe du navire qui a etC couli
pour fervir d'eftacade au quai de cette ville, fera entie-
rement depecee, & que les roches qui s'y trouvent, front
enlevees.
Ce travail fera fait aux frais du Roi. Ceur qui dEfireront
s'en charger, pourront fair. eurs propositions a M. le Contr6.
teur de la Colonie, d'ici au a de ce mois. Une des claufes
du march fera que les debris & les roches appartiendront a
'entrepreneur, qui pe pourra en rien laiffer ni better a la mer.
3 On fait favor que le lundis 9 de ce mois il fera
precede en la ville du Mole Saint-Nicolas, mailon de M.
Vaffal, Commifaire de la Marine, a I'adjudication au plus
offrant & dernier encheriffeur, du bail a ferme de l'habi-
tation du Roi, fituee Ia plaine d'Orange, paroifTe de Bomre
barde, de la contenance de 2oo carreaux, don't environ
60 en brulage, 50 en favannes, le refle en bois debut,
Save les bitimens qui font deffus. Ceux qui voudront la
ionnaltre plus paruculibrement e:r voir fe plan & s'in-
former des charges de 'adjudication, pourront s'adreffer au
Port-au-Prince, au Contrble de la Marine; & au M61e,
chez M' Bonafan, Notaire de l'Intendance.


A IS


D IV R S.


3 Le Sieur Flon, Entrepreneur en cette ville, ayant en-
fore, pour ter iinei fes affairs, dix-huit mois ou deux
ans a y refer, offre fes services pour les puvrages de
ionfiquence que M" les Haitans pourront avoir a'faire
Jn plane, & mems de fournir tous les materiaux neceffaires.
3 Le nomme fean-Chrlfiianne, inftruit que M' Baron, No-
taire 4 Leogane, demanded en rienion qn terrain fitu a la
noontagne du Rochellais, app.artenant k Padl Chriflianne,
a l'honaeur de-prevenir'ledit M' Baron, que ledit Paul
Chriffianne, ,fn frere, ne pofslde aucun terrain, mais bien
;ui lean Chrifliarnne, qui a deia fait un etabliffement deffus
dUepui' plus de fix mois, la connaiffance des voifins;
u'il y a' mme plufieurs Negres'deffus pour y cultiver les plan,
nations; que ce meme terrain ayant ere demanded en reu-
~ion par iM Moulh, Medein ledit Jea Chrifianne a mis
fou les yeuar dM MM. les Adminifirateurs les raifons qui
iont ermpchU d'tailir pluttp & qu'il attend leur ordon-
r Snce a cet 6gard.
"3 Le Sieur Tefiir aind, Marchaad Orfivre, Joaillier, Bi.


joutler; en cette ville, rue des Frontsfom,'malfn de ?4
Fleuriau, fait, vend, troque & achete tout ce qui cancer.
ne rorf6vrerie & ]a bijouterie; il remonie les diamans i
la nouvelle mode. II vient de recevoir un joli affortiment
de bijouterie dans le dernier gouft, des converts d'argent
au poincon de Paris, units & a filets; cuillers a cafe,
ragout, a foupe; boucles d'oreilles & colliers a la Cagliof
tro & autres de modes plus nouvelles; bagues, chains &
montres d'or unies, gravees, fimples & a rep6tion; bre.
loques de toutes efpeces. Cannes de jonc, de bambou &
de bois des Indes, unies & a pomme d'or. Ii fe charge
de tout ce qui concern l'horlogerie & la fourbifferie, aya it
chez lui des ouvriers a cet effect. 11 tient en tout temps un fuper.
be affortiment de bijoux, Il vient d'acheter le fond de fourbif-
ferie de M. le Maril ancien Capitaine de navire, qui le
tenait du Sieur Chevalier, prifentement en France. On
trouvera chez lui tout ce qui eft du effort de la coutelle.
rie; rafoirs anglais d'acier fondu, couteaux & eifeaux de
toutes efpeces, infirumens de chirurgie & de dentite : ii
repaffe les couteaux, cifeaux, rafoirs & lancettes. Les perfonh
nes qui pourraient avoir hypotheque fur ce fonds de coutell
lerie font prides de le lui faire favor fous un mois.
3 M. Collin, Habitant au quarter de Leogane, executeur.
teftamentaire de feu M Chotard de Lance, Avocat an
Confeil & Subflitut de M. le Procureur du Roi du
Siege du Port-au-Prince, prie les creanciers du d6funt de
fe presenter avec leurs titres en l'etude de Mc Baudaman,
Procureur en ce Siege, pour recevoir leur payment, 4
les dbbiteqrs de vyuloir bien payer. Il prie auffi les per-
fonnes qui ont des pieces & affaires dans le cabinet dudit
defunt, de les faire retire de l'etude dudit M Baudaman,
6tant charge de les remettre,
M, Vandervecke, Negociant a Saint-Marc, voulant fe
defaire de fon fonds de magafin confifiant en marchandi-
fes fines, merceries, faiance &6verrerie, &c. &c. prevent
qu'il le donnera bon compte en faveur du comptant, il
le vendra aufi a term, pourvu qu'on lui fournitle bonne
& valuable caution.
2 I a te6 vol fur l'habitation de M. Touchemoulin, Ha-
bitant a l'Artibonite, un Negre de nation Quiamba, fans
etanpe, taille 5 pieds 5 pouces, affez jolie de figure &
n'ayant aucune marque de fon pays; & un petit cheval
bai-a-onde, fous poll rouge, 6tampr P du c6te du mon-
toir. Ceux qui auront connaiffance de ces deux objets,
font pries d'en donner avis a M. de Noailles, fur la mi-
me habitation a 1'Artibonite, paroiffe de la Petite-Riviere.
2 M. Beraut, Habitant demeurant fur fon habitation, pa.
roiffe de Torbeck, & Commiffaire nommo pour les r6pa-
rations a fire tant a 1'Eglife de ladite paroiffe, qu'aa
Presbytere, & coinfru&tion d'un clocher, &c. Les entre-
preneurs qui dfireront en fair lentreprife pourront s'adrefler
audit Commiffaire. Cette entreprife fera public au rabais
pendant trois Dimanches conf6cutifs, a 'iffue de la Mefle
paroiffiale, qui front les 4 ix &'18 de ce mois,
& 'a cet effet les perfonnes qui defireront faire cette en-
treprife pourrpnt prendre connaiffance du devis defdites
reparations & plan figuratif, chez le R. P Joullain, Cure
de ladite paroiffe.
a Les Sieurs de Rue & Denion, Negocians au Port-a;
Piment quarrier des Coteaux, donncnt avis qu'ils ont dif-
fous leur fociet6, & qu'd partir du premier Janvier der-
nier toutes les affaires qu'ils front feront a leur propre
& prive nom. Le Sieur Denion refle feul charge de la
liquidation de leur anc;nrne focieteo


I
*.'










4,,
' ,

















I
. 'll


















I







4;
V'i
:3

,,:_ )



.'.







ii:


r.s




I^


SLe brigartdn le Crafer, de 190 tenneaux, fera vendu
le o1 de ce mois a la Barre du Siege Royal de SJint-
i M. Viguier, Habitant & Proprietaire de l'habitation en
fucrerie, dite Larchevique, fituie au Eoucaffin, Ctant fur le
point de vendre ladite habitatin veut en liquider toutes
les dettes en fe deifaifiiarnt de cet effet la perfonne qui
G2fire en fire l'acquifiticn voulant gnlement en connaitre
toutes les creances pour folder en acquerant; en consequence
MM. les creanciers de la fufdite habitation ou du feu S'
Larcheveque, font pries de remettre un tat de leurs creances,
certified d'eux, d'ict au 15 de ce rnois en i'etude de M'
Le Clerc, Procureur de la perf0nne qui fe propose d'acquerir
cette habitation.
x Le Sieur Viaud, ci-devant Capitaine de navire & rfi-
dant i Saint-Marc come charge des procurations de la
naifon Guillon, & miners Viviens, de Bordeaux, depuis
fon 46part de France, prie tous ceux qui font dans le cas
de devoir a ces maifons ou bien a Iui de vouloir bien te
payer a Saint -Marc on u MM. Martineau & Blanchaud,
Negocians en cette ville, comme charges de fes pouvoirs;
Ion intention 6tant de partir pour France, foudain que fes
affaires feroat terminus.
La fr gate particuliere la Madame, de Nantes, Capltaine
Berthomme, eft arrive avec une cargaifon de 365 Noirs,
venant du Mozambique, a l'adreffe de MtM. Lacombe fires
& Compagnie qui en ouvriront la vente aujourd'hui Jeudi
premier de ce mois.
MM. C(mfrancq, Thetan & Compagnie, ent l'honneur d&
pr venir qu'ils oat ouverts Samedi 4 F vrier la vente de
ha cargaifon du navire Negrier la Lifete de Bordeaux,
Capitaine Gourrege, venant de Juda, Cote-d Or, mouille
fur cette rade le 19 avec une fuperbe cargaifon de 450
tites de Negres.
i M. Gallis Capitaine Aide-Major des Milices, &
Habitant au Petit-Trou, executeur-teflamentaire de feu 'M.
Bired, vivant, Habitant & Negociant audit lieu, d6pendance
& Jurifdicion du Petit-Goave, prie les creanciers dudit ftau
Sieur Bird d'envoyer le decompte de iteurs crear.ces M4
de Cornotte, Procureur au Petit-Goave, afin qu'apres les
dettes enti&rement connues i puiffe pcurvoir aux moyens qui
pourront op4rer la plus prompted liquidation de cette fucceflion.
i M. Compans, Habitant au Petit-Trou, executeur-tefta-
mentaire de feu M. Thibaud, vivant Habitant audit lieu,
prie les creanciers de certe fucceflion d'envoyer le d&compte
de leurs creances a M' de Cornctte Procureur au Petit-
Goave, a l'effet d'avifer aux moyens d'une prompted liqui-
dation de cette fucceflion.
i II fera le Lundi que l'on comptera dix neuf Mars,
procdd a la Barre du Siege Royal de J'rmie, a la requete
du Siesr Dufour aine tuteur de la DemoifeJle Elifabetk
Vaudry, au bail a ferme pour neuf annees enti.res & con-
ficutives, d'une habitation fituce au lieu dit la Seringue,
paroiffe du Cap Dame-Marie, dependante de la fuccfdiion
du feu Sieur Vaudry fur laquelle font une cafe princi-
pale, plufieurs magafins une caloge; le tout en maqonne,
dix glacis & un mouiin cent cinquante mille pieds de
'cafe, tant jeunes que vieux tous en rapports ; favannes
entourres; quatre-virgt-un Negres qui en dependent. On
pourra s'adreffer, pour prendre connoiffance des claufes de
I~ carre-bannie, en l'Xtude de M' Salvan de Jonquieres,
Procureur a Je'imrie.
Les S" Pqjol rfrces, Confifeurs en cette ville viennent
de recevoir un afIrotiment de touted fortes de graine de jar-


99
dinge ; ils ont aufit requs un aIfortIment de coniturrs dut
S.eur 7i by, de Ni : iis font toujours aio.,is pour !es
articles de lcur etat, & font auii du firop de vinalgre
la framboifl.
i Le S' Duvet, Marchand Orfivre,Joaillier & Bijou:ier,
place de I'lntendance au coin de la rue de Bonnefoi, a
I'honneur de pievenir ie Public qu'il vient de recevoic
de Pris tin affortiment ou ii n'y a rien i defirr ,r
tant en argenterie, qu'en bijouterie; tels que pots a
l'.au avec leurs cuvettes, porte-huiliers, fucriers, moutar-
diers, fibres a montures d'argent pour MM. les Officiers
de AMilices & de Marechauff6e ; tabatieres dor pour homes
& pour feinmes, etuis d'or idem, boucles de fouiiers idem,
eperons d'argent; le tout dans le dernier gofit; & enfii
bien d'autres articles don't le detail ferait trop long : ii
prendra en payment des denrees de la Colonie, vu qu'il
eft oblige d'accompagner la Dame fon Epoufe qui fe dif-
pofe a partir pour France fur la fin d'Avril prochain, pour
pour caufe de maladie. Cette derniere circonflance force-
ledit Sieur Duvet d'engager les perfonnes qui iui dSivent
de le folder dans le-courant de ce mois, pour qu'il puiffe
fire honneur a fes engagement. II epere qu'on lui epar-
gnera le defagriment d'ermpioyer les vci.s de la j:ulice pour
la rentre de fes fonds.
D PART S POUR FR A N C..
4 Le Sieur Guimbaud, Directeur de Poftes a Saint-Marc,
oblige de partir pour France au printemps proch4in avec
la Dame fin 6poute, pour affaires de famille, prie de
nouveau M'r fcs dibiteurs de terminer avec lui fans en
venir aux voles de rigueur, qui ne font pas dans fon
cara&ere. Penetre de la plus vive reconnaiffance envers
tous ceux qui 'ont honor de leur confiance, ii les prie
de continue lts memes bontes aux Sieurs Saint-Martiin,
Dane 6& Compagnic qui le remplacent & qui redouble-
ront de zele pour les meriter. I1 prevent en outre qu'il
a a vendre 18 i 20 carreaux de terre en bois debout,
a une lieue & demie de Saint-Marc, fur le chemiin Royal,
propres a faire des vivres & du bois.
4 M. Pierre-Louis Mard Datincourt, Prefidcnt en la
Cour des monnoies du royaume, & M. Louis-Mafrie-Sta-
nijlas Mare Datincourt, Capitaine au Rbgimenc Royal ca-
valerie, parent inceffamment pour France; les perfonnes
qui pourraient avoir affaire h eux font priss de s'adreffer a
MI'S Sheridan, Gatechair & Comp.;gnie, Negocians a Leo-
gane, leurs fond6s de pouvoirs en cette Colonie.
z M. Jofeph Reynard, Habitant a 1'Artibonite & Garde-
du-Corps de Monfeigneur Comte d'Artois, fe propofe de
paffer en France au printemps prochain; il prevent ceux
qui out des affairs avec lui de s'adreffer a M" Saint-Ma-
ca-y, Be,;ncamp & Boyer frcres, N6gocians a Saint-Marc,
fes fond6s de pouvcrs
2 Le Sieur S;Jou, 'a la fuite des recouvremens du na-
vire la Fdliciti, de Marfeille, fe difpofant a partir pour
ledit lieu, prie les d biteurs a la cargaifon dudit navire
de le payer fans delai, faute de quoi il ne pourra fe dif-
penfer de les y contraindre par les voices de droir.
2 Le Sieur Audier, Arpenteur du Roi, & Voyer de
la paroiffe des Gonaives, part pour France par tout Mars
courant; ii prie les perfonnes qui ont des titres relatifs
a fon erat de les retire; ceux a qui peut devoir de fe
prefenrer pour recevoir leur payment, & ceux qui lui
doivent d, vouloir bien le folder. II vendra cinquante car.
reaux de terre prs le bourg & fes meubles, & affermega
fix tctes de .legres fits au pays,