<%BANNER%>

Les Affiches americaines

Digital Library of the Caribbean LLMC - Law Library Microform Consortium
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000449/00006

Material Information

Title: Les Affiches americaines
Physical Description: Serial
Publisher: s.n.
Place of Publication: Haiti s.n., 1766-1791
Publication Date: 1770
Edition: Microfilm (26 reels). Negative.

Subjects

Genre: serial   ( sobekcm )

Record Information

Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001894300
notis - AJW9563
System ID: AA00000449:00006

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000449/00006

Material Information

Title: Les Affiches americaines
Physical Description: Serial
Publisher: s.n.
Place of Publication: Haiti s.n., 1766-1791
Publication Date: 1770
Edition: Microfilm (26 reels). Negative.

Subjects

Genre: serial   ( sobekcm )

Record Information

Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001894300
notis - AJW9563
System ID: AA00000449:00006

Full Text















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library




r --, .- .... .


ANNiE1770. LN. 1.j r



AFFICEES AMERICAINES

Du Mercredi 3 j anver.
]I 4


NavIres Marchands.


'E3IE ,AYES, le 9 du mois dernier,
la Veflale, de Nantes, Capit. Denis :
e I2 la Fide'lite du m8me Port, Cap.
Halgan : le 2x, la Nayade de Bor-
deaux, Capit. Caflaing, venant de la
C6te d'Angole, avec une cargaifbn de-
2. 157 Noirs, A l'adreffe de M.Dutruch,
N gociant aux Cayes.
Au PORT-AU-PRINCE, e 27 du
meme mois, la Cicogne, de la Ro-
chelle, Capit. Corby venant dI a.
Cote. de Guine : le 29, Ie Jafon, du
xneme Port, Capit. Vinet, ayant tou-,
che6 Cayenne Wc au Cap; le 31 La
Sirene, du Havre, Capit. Langlois,
&la Charmante-Magdeleine de Bor-
deaux, Capit Michel, venant tous les
deux de Saipt-Marc. ,
DtP ART des Navires Marchands.
DE LEOGANE, le z5 du mois der-.
nier., le Fortune, Capit. Sigaud, pour
Marfeille.
DU PORT AU- PRINCE e ier
ce mois, I'Empereur, Capit. Durfek, pour,
.Bordeaux. ,
jR IX des Marchandfqs de Ia Colonis.
AUX CAYEs, le 24du mois dernier,
Sucre blanc, premiere quality 50
. l.feconde,36A4l, brut 22z 261.
SIndigo bleu, 7 I. 'p f. 8 1. cuivre,
61 f. 7 I, Caf e nouveau, 8A f


( il n'y en a point de vieux ). Coton
o.a I 15.
A SAINT MARC, le 29 dtu m' me^
mois, Sucre blanc, premiere quality,'
55 1. feconde, 52 1. troifieme,48 50 1.L
commun, 38 4 40 1. brut, 30 1. In-
digo bleu, 71. o f. cuivre, 61. I8 f.
S7 1. Caf6 nouveau, 18 19 f. (i
n'y en a point de vieux ). Coton, 12
Siol 1. Cuirs, 7 1. io f. Piaffres gour.
des, 35 pour cent.
A LEOGANE le 30 du mrme mois;
Sucre blanc, premiere quality ,o 50
52 1. feconde 46 A 48 1. troifieme,
40q 44 1. commun, 34 381. brut, 28
a 3 1. Indigo bleu, 8 a 9 1. cuivre'
6 .lof4 "07 1. Caf6 nouveau, 2z fz z
12 f. 6 d. (il n'y en a point de vietx).
Coton, '15 A io 1.
AU PORT -AU PRINCE, le 2 de
ce mois, Sucre blanc premiere
quality, 5 Az t 41. feconde, 4o0 A 5o
troifieme, 41 t 46 1. ,ommun, 36 &
40 l.brut, 28 A 301. Indigo bleu, 8 liv.
cuivre, 6 1. o f. 7 1. Cafe nou-
veau, 2.1 22 f. ( il n'y en a point
de vieux). Coton, 110 & Oi .Cuirs,
7 1. 10o f. 91. Piaftres gourdes, 37 pour
cent.
PRIX des Marchandifes de France.
Aux CAYES, ledit jour 24 du mois
dernier, Vin nouveau, 132 & 200 1.
(il n'y en a point de vieux ). Marine de
Moiffat, 8o& 951. commune, 66 A 751. .
Boeuffale, 70 a So 1 le baril. Petit'
fal, 24 A 6 1. 1'ancre, Beurre, 0o 2


S.
* 1.1




ft



I




~*~*7Th~


ft 7 la'1vre. HuHe,i4 40 L cave
Soavn, 70 A 85 1. recent.
A SAINT-MARC ledit jour 19 du
Imnme mois, Vin vieux, 0oo & 2zo 1.
nouveau, i32 At io 1. Farine de Moif,
'ac, 80 o 90 1. commune, 60 1. Boeuf
fal6,70 A 8o 1. le baril. Beurre, io A
x5 f. la livre. Petit fal6, 30 A 36 1.
Iancre. Huile, 30 1. la cave. Savon, 8o
A 90 1. l e etit.
A LEOGANE, ledit jour 30 du mAme
mois, Vin vieux, o I z140o1. nou-
veau, xI 10 A zo 1. Farine de Moiffac,
66 & 701. commune, 5o A -5 1. Boeuf
fal1e, 6o A 66 liv. le baril. Petit-fale,
27 ao I, l.lancre. Beurre 18 A o f.
la livre. Huile 4 a 36 L la cave, Sa-
yon,72. A 7$51. le cent.
Au PORT-AU-PRINCE, ledit jour z
de ce mnois, Vin vieux, 8o A zoo 1.
nouveau tioA 3o 1. Farine de Moif-
ac ,. 66 70 1. commune, a 6o01.
Boeuffale, 55 A 661. le baril. Petit-fale,
7 A: 30 1. 'Pan.cre. Beurre, a o2f.
la livre. Huile 18 +A- 6 t. la yare, Sa-
you,-66 Irl een.t. .
CoUvRS Dr Frtr.
,Aux CAYES Sucre blanc, i z 13 d.
brut, x A x6 d. Indigo, 17 A ,o d. Cafe,
I A 2.4 d. Cototn, 30 A 36 d,
A SAINT-MARC, Sucre blanc, 4d.
brut, 15 d. Indigo, 310 36 d. Caf
x6A x 8 d, Coton, 41 a 48 d.
A LfeoGANE Sucre blanco, *I z
'3 d brut, a 1s d. Indigo, 14 A 27 d.
Cafe, Ia 15 d. Coton, 'o 0 36 d.
Au'PORT-AU-PRINCE, Sucre blanc,
xo0 iAd. brut,, 1 k z1 d. Indigo, z hA
P4 d. Caf4, 54- x d. Coton P zj

NzodEs t Aaws*
A SAINT-LOUIS, le 1i dumois der-
iter, eft entr A- la Geole, un Negre
Posd Philipp,, itamp6 fur le fern


gaiche L TELLIER, ayant ue
chaine au col, lequel a dit appartwenig
A feu M. Letellier, Habitant A Cavail.
Ion : le 19 Nicolas, creoIe, fans
etampe, fe difant apparteriii A M. Bap-
tlfe, Habitant A la Grande-Anfe : le
121, Pierre, creole, etamp6 fur le fein
droit REVEUD, & au deffous TA?'
MAGNAT, fe difant appartenir & M.
Tamagnat, Chirurgien A la Croix-des.
Bouquets.
A SAINT -MARC, le 16, du meme
mois, Michel, creole, etampe fur le
fein droit PAQUET, & fur le gauche
A RODES, age de 33 A 34 ans, taille
de 5 pieds i pouce, lequel a dit ap-
partenir A M. Reau, Negociant an
Cap.

NOUVELLES D'EUROPE.
TUR Q UI E.
Suite du Manifefle de la Cour Ottomane'
*, Toutes ces precautions prifes pour
, affurer au Royaume, la Republique
&w & aux Stijets de Pologne, la protec-
n tion & 1'afiftance de la fublime Porte,
.4 lui faifoient prefumer que ladite Re.
w publique, en reconnoiffance de cet
, advantage, feroir conftante A mainte,
, nir & obferver le trait6de Carlowitz,
.& s'abfliendroit de toutede'marche qui
,! tendroit a enfreindre la paix ; mais
* il arriva que les Ruffes, ces ennemis
) de la Religion & de l'Empire Otto-
t) man, formerent un camp ou une
P armee dans 'interieur de la Pologne,
. y amafferent des vivres, fourmnrent
o des fubfiftances a leurs troupes, &
. marcherent dans la voie des rufes &
wdes fineffes; qu'ils realiferent enfia
o les conje&ures de la fublime Porte
) en prouvant encore aujourd'hui ce,
k qu'un long fijour des troupes Ruiffe
o en Pologne a toujours produit, 'etIs


i1i~


I.





V.1

I'
il



I










4








~



L1~J


I












V


A &dire les torts Sc dommages x'qi1
Scadufe aux frontieres Ottomanes.
. Cette atmie Ruffe, anticipant far
f) la faifon vint inopiniment atta-
i quer & affi6ger Choczim; mais avec
S1'aide & F'affiflance du Souverain
i Etre qui eft le Dieu vengeur & ex-
o terminateur, I'armee Mufulmane fut
. vi&torieufe & fes ennemis furent
o vaincus & defaits.
S Cependant la Cour Ottomane ap-
o prit, & par des A Mahtat., ou
reprifentations gen&rales qu'elle re-
o 5ut des frontieres, & par des avis
a donnes par des Prifonniers de guerre
o & par quelques Conf6derds Polonois,
~que I'armee Ruffe, qui avoit mar-
o che contre Choczim, ,toit formnee
d'un tiers de troupes Ruffes & de
s deux tiers de troupes Polonoifes, &
que ces dernieres avoient agiles unes
de plein gr6, les autres par violence
& comme forces de fe foumettre
f aux Ruffes. D'apres ces informations,
l ia fublime Porte ayant fait de rigou-
a reufes recherches pour dicouvrir la
0 caufe d'une pareille conduite de la
) part des Polonois, parvint A favoir
que les Cours de Ruffile & de Pologne,
P agiffant centre le trait de Carlowitz,
avoient deux ans auparavant, re-
,nouvelle leurs anciens traits, &
o ctoient convenues entr'elles par des
traits changes, que lorfqu'ilfurvien-
droit quelque guerre entire I'Empire Ot-
Stoman & la Ruzje, la Polognefiroitte-.
nue de faire la guerre de concert; '& que
Sreciproquement lorfqu'il furviendroit
t quelque guerre entire la fublime Porte & la
a Pologne, la Ruffe feroit egalement tenue
0 de faire la guerre de concert. Cette cir-
o conftance a non feulement ete com-
muniquee & reprefentee A la Cour Ot-
tozmane,par Potocki & Krafinski, gens
n notables & diftingu's-, dans la Repu-


o blique de Polognfe, lefquels fe font reim
o fugi.s A la Haute & Imperiale Cour
n Ottomane, mais d'apres la recher-
o che qui a ete faite, elle fe trouvb
n encore confirmee & certified par utr
if Meimoire 6erit & figne de la proprie
o main de M. Obreskow, Refident de
) la Cour de Ruffle qui felon l'ufage
o de cet augufte Empire, eft detena
, dans le camp Imperial,
On voit done clairement & evi-
demment, tant par les lumieres de
la raifon que par des informations &
des faits certain, que la Republique
de Pologne, parties de plein gre &
I parties de violence fe trouve avoir
enrfreinit la paix & viole le trait de
n Carlowitz. Cependant la fublime Por-
n te a conflamment obferve toutes les
conditions de fes traits de paix &
d'amitie; elle avoit cependant uf6 de
w diffimulation envers les Ruffes, dans la
r vue de maintenir la paix & la tran-
o quillit6, & d'eviter la perte & la ruine
n des Sujets de part & d'autre. Mais
come its -ont mcconnu des bien-
faits fi fignal6s, & qu'ils ont of6
mettre en ufage des rules, des frau-
des & des artifices, & maintenir
leur inimitie contre la fublime Porte,
elle s'eft vue contrainte en confk-
n quence de faire la guerre A de tells
P, ennemis, & de travailler A les ex.-
termincr par-tout ott on les trouve-
n ra : & quoique la fublime Porte, A
n jamais permanent, foit A tous 6gards
o excufable fur cette demarche, &4
qu'il foit convenable & neceffaire,
ainfi que s'expliquent les facres Fet-
,)fas, ou Sentences de la Loi, pronon-.
ces A ce fujet de faire la guerre aux
Polonois qui fur I'article de infrac.
tion de la paix, fe trouvent dans le
meme cas que les Ruffes, & de prove.
n ~cder A f'gard de tout Polonois qi'







t' uniffant aux Ruffer; Tviendrolt I
o attaquer & combattre l'armee Otto-
p mane, de la meme maniere qu'il con-
* vient 1galement de proceder contre
* les Ruffes ; cependant les fufdits
SKrafinski & Potocki, Grands Mar
Strechaux de la Republique de Pologne,
o ont inflamment price la Cour Otto-
) mane, & lui ont demanded en grace
s) & par piti6, de faire entrer en Po-
* logne une armce Ottomane pour en
, chaffer & y exterminer les Ruffes,
) & tous ceux qui leur font foumis;
) & pour cet effet, ledit Potocki s'eft
rendu au camp Imperial, & a remis
o un paper cachet, agiffant en cela
so & de fon chef & par procuration,
Nous avons donc arrete, ainfi que
f) tout homme doue de prudence &
o de jugement le trouvera jufte & con.
p venable, de faire entrer en Pologne
, une armee Ottomane, pour attaquer
r & combattre les Ruffes qui s'y trou-
pvent & tous ceux des Polonois qui leur
Sfnt font foumis, & pour nous venger ainfi
p de npsennemis. F-n conf4qucnae :,ura
, Seraskier, nu GIn ral en chef, a eti
. envoy en Pologne, a la thte d'un.
a nombrpife armree pourvue de muni-
> tions & d'une artillerie complete,
t avec ordre d'y exterminer les Ruffes
P & ceux des Poonois qui leur font.
, foupmis & qui combattront avec eux,
s, & d'avoir foin en mrme terns de.
a garantir de tout tort, 8 de tout dom-
0 mage ceux des Polonois qui perfintent,
o dans notre amiti6 & qui demande-
p front grace. C'ef de quoi, par le pre.,
4 fent Manifefte nous donnons part 4
, toutes les Puiffances amies 4e la fu-
0 blime Pqrte w'
A L E M A GN E.
L'Empereur ne paflfa que trpis jours
SNeiff, au grand regret de toutes,
1?s perfonnes qui s'toient reodues


dans cette Ville, pour y voir uri MWI
.narque qui donne d'auffi belles efpe--
rances; II prit la route de Konisgrats
avec la-meme efcorte. Nous avons omis
de dire qu'A fon arrivee A Neiff, it
s'ecria en. embraffant le Roide Pruffe:
je vois enfin mes voeux accomplish, &
que ce Roi, pen6tre de ces paroles
flatteufes lui repondit : cejour efj le plus
fortune'de ma vie. 1Us fe font donnes les
temoignages les plus expreflifs d'une
eftime reciproque dans leurs entretiens
particuliers, & rien n'eft plus tendre
& plus affeftueux que les adieux que fe
font faits ces deux auguftesSouverains.
Sa Majeflte Impriale a toujours refte
en simple habit d'Officier, fans aucune
marque de diflindion, & dans cet
appareil modefte qu'Elle a conflam-
ment conferve dans les diffirentes
Cours d'Italie qu'Elle a vifite. Elle a,
parcouru tous les rangs des troupes qui
ctoient fous les armes observant,
comme nous l'avons deja dit, de c&.
der la droite au Roi, a qui Elle te--
imoigna dans les termfes les plus ener-
giques & les plus vifs fa fatisfaadion
de la precifion avec laquelle fe faifoient
les manoeuvres & les evolutionsPruf-..
fiennes ; Elle admira fur-tout la prom-
ptitude des charges & des dccharges
de la moufqueterie, Cet augufte Mo.
narque a laiff6 dans cette Ville, ainfi
que dans toutes celles par oih il a paffU,
des marques de fa munificence.
Le Prince de Lambefc, Grand-Ecu
yer de France, de la Maifon de Lor-.
raine, qui voyage depuis quelque teams
en differentes parties de I'Europe, &
qui a parcouru l'ltalie dernierement,
en meme teams que 1'Empereur, a eu
l'agre6ment de 1'accompagiier 4 Neiff.
On parole de marier ce Prince avec une
Princeffe d'une Maifon $ouveraine quo
i'on ne nomme pas.


3 -t







- r 4 I
J


















'P,





-X







IV

gi


La Vile de Feltri n'eft pas la feule
que le feu du Ciel ait endommag6e;
le tonnerre a cauf6 des ravages bien
plus confid&rables encore, dans celle
de Brefcia fituee dans. I'Etat Veni-
tien. On en jugera par le detail de ce
finiffre evenement. Le 18 du mois de
feptembre, le feu du Ciel tomba dans
ie magafin A poudre de cette Ville, qui
en contenoit 28oo barils deftinds pour
Venife, & depofds dans un fouter-
rain vofit. L'explofion fut fi violent,
que toute la Ville en fut ebranlde, &
la fixieme parties de fes edifices renver-
f6s de fond en comble.- D'abord une
Tour de pierre de taille, batie fur le
fouterrain oh la poudre etoit renfer-
mnee, fauta toute entire en Pair, &
fes differentes parties, en retombant
comme une grele de pierres,abymerent
un grand nombre d'Eglifes, de Palais
& de maifons particulieres. Une de ces
pierces lancee dans la Ville A plus
d'un demi mille de distance tomba
fur une maifon qu'elle ecrafa, & fous
les debris de laquelle cinq perfbnnes fu-
rent tuees. Tout ce qui s'eft trouve
expof, aux effects de cette explofion,
ne prifente que d'affreufes ruines: les
rues fonat fermeres par les decombres
des batimens renverf6s; & de 500 mai-
fons qui font encore debo.ut, iI n'yen
a pas une qui ne menace ruine : les ver-
roux & les guichets des portes ont 6tc
forces a i miles de l'endroit de l'ex-
plofion; des grofles pierres de taille ont
ete emportees A la difiance de dix mil-
les, & un canon du plus gros calibre a
ete port A un mille & demi. Toute la
terreaux environs du fouterrain, a It
brul e & couverte de ruines, d'artbes
dracines & de cadavres, & rien n'a-
joutoit A l'horreur de ce tableau fi
,ffrayant par lui-mcme, que ie fpedta-


cle d'u grand nombre de perfonnes
qui fe trouvoient enterrees toutes vi-
ves jufqu'aux aiffelles, & A qui on
n'ktoitpas en etat de porter du fecours.
On fait monter a plus de trois mille
le nombre de celles qui ont peri, &
l'on value a plus de 6 millions de du-
cats, la perte occafionnee par cet af-
freux, defaftre.
11 eft arrive de Palerme A Naples
un batiment qui par fa fingularite a fixe
attention particuliere du Roi ,&
celle des principaux Officiers de Sa
Marine. Ce batiment d&environ douze
pieds de quille, mate A trois mlts ,
avec tous les agr8ts d'un vaiffeau ,
etoit conduit par un feul homme. Sa
Majefitd Pa fait manoeuvrer deux fois
devant Elle, & en a paru trs -fatis-
faite. L'homme qui dirigeoit ces ma-s
noeuvres, eft un Charpentier qui, em-
ploy6 A l'Arfenal de Trapani & m&-
content de fes Superieurs, paffa A Trief
te oiiil conflruifit ce petit batiment,
d'oh il s'eft rendu A Palerme & enfiri
A Naples pour y prefenter au Roi'ce
chef-d'oeuvre, qui pett fervir de model
Sun Vaiffeau de 6o pieces de canon.
On apprend de Venife, que nonobf-*
tant la permiffion que le General des
Jefuites avoit donnee aux Religieux
qui font dants IEtat de la Republique,
de fe feumettre au decret du 7 fep.
tembre 1768, & de s'affembler pour
1'Elef&in d'un Provincial, le S6nat
leur a fait infinuer de ne pas fe prefer
d'obeir en cela A leur General, ce qui
fait croire qu'on doit avoir pris quel-.
qu'autre- r6folution A leur 6gard.
On parole beaucoup d'une promo-
tion de Cardinaux,mais dans laquelle
ne front point compris ceux A qui
lesCouronnes ont donned leur nomi-
nation. Elle ne fera pas fort nombreufe,
M. le Majordome & M. le Maitrc




.9


de Chambre ferbnt A 'ce qu'on prl-
tend, honors feuls de la pourpre avec
quelques Religieux.
Le celebre Peintre Battoni a requ
ordre de 1'Empereur de lui faire deux
portraits du Pape que Sa Majefht Impe-
riale defire d'avoir ; il y travaille ac-
tuellement.
AN GLETERRE.
La Compagnie des Indes a requ avis
par la voie de la Hollande, qu'Hider-
Ali-Kan, apres avoir ravage tous les
environs des etabliffemens Anglois, s'6.
toit enfin rendau maitre de Madraff:
cette nouvelle quoique conteflee,, a
fait baiffer les a&ions de fix pour cent,
& 'on affure que c'eft la principal cau-
fe qui a fait fufpendre le- depart des
Commiffaires jufques a ce que Pon fa-
che quelque chofe de plus pofitif, &
que la legalite de leur Commiffion ait
ite plus fiverement examine.
Le Commerce de la Grande-Breta-
gne avec les Colonies de I'Amerique,
qui, en cette faifon, 6toit ordinaire.
ment tres-confiderable fe trouve re-
duit a&uellement, vis-a-vis des prin-
cipaux N6gocians de Londres, A quel-
cques commiffions de Marchandifes peu
effentielles. 11 n'y a qu'un feul navire
charge pour la Nouvelle -Yorck, ou
la Penfilvanie, & trois pour la Caro-
line. Les envois pour les Ifles Angloi-
fes, font auffi tres ralentis; de forte
clue les Negocians de la Capitale fen-
tent plus que jamais la neceffite
de joindre leurs inflances a celles des
Americains, pour obtenir la juffice
que ceux-ci demandent depuis long-
tems: & ils fe preparent a faire leurs
reprefentations, imme~diatement apres
la convocation du Parlement. On pre-
fume que cette convocation fera retar.
Odeeplus long-tems qu'on ne I'aVoit-cru.


'-


t RAN et;
Oh thande de Bordeaux que Ia intit
du 7 au 8 feptembre la grele a fait
des ravages affreux dans les Campagnes
voifines. Non feulement le fruit des
vignes a te entierement detruit, mais
les ceps ont extr8mement fouffert. Le
dommage eft d'autant plus confid6ra-.
ble, fuivant ces lettres, que les Quar-
tiers des vignobles les plus effimes ,
& do.nt les vins fe vendent au plus
hautprix, font malheureufement com-
pris dans la devaftation qu"a fait la
grele.
Le Roi ayant reconnu que la Comrn
pagnie des Indes n'avoit fait jufqu'a
prCfent ,aucunes difpofitions pour fe
mettre en etat d'approvifionner les Ifles
de France & de Bourbon & pour rem-
plir les obligations que lui'impofe foi
privilege., de faire fans difcontinua-
tion fon commerce des Indes ; Sa Ma-
jefte vient de faire publier un Arret
de Son Confeil d'Etat, par sequel Elfe
juge a propos de fufpendre 1'exercice
du privilege exclufif de la Compagnie
des Indes, & permet A tous fes fujets
de necgocier librement dans les diffi-
rentes parties de FInde, A la Chine &
dans les mers an delay du Cap de Bon-
ne-Efperance, A la charge par eux de
prendre pour cet effet, des paffeports
qui leur front delivres gratuitement:
les difpofitions de cet Arret font con-
tenues en huit articles.
M. le Duc de Chartres, & M. leDuc
de Choifeul doivent 8tre parties piour
fe rendre A Metz, A Nancy & a Straf-
bourg pour y voir les camps que
forment les troupes de ces diverfes
garnifons.On made h cefujet de Metz,
que M. le Marechal d'Armentieres, fait
des grandes difpofitions pour l'excu-
tion des matioeuvres de guerre qui
auront lieu a l'arrivde du Prince &


'.1
'7





,'1







'at





k~!

~ ~U4



.4
'4,
I,








I'


'4



.1.1.
1'1

'4



4

'4


te M. Te Due de Chboieut, oique
la garnifon de cette Ville foit tr's-
confidirable, on a tir6 ceit hommes
de chaque Regiment, de celles des pla-
ces voifines, pour augmenter le nom-
bre des troupes qui doivent manoeu-
yrer.
II regne dit-on de la defunion dans
le nouveau Confeil etabli en Corfe ,
& Pon prefume que le Parlement de
Provence pourroit bien etre charge d'y
ctablir une Jurifdi&ion qui lui feroit
fubordonnee comme celle du Comte
Yenaifin.m
La poudre Medicinale d'Ailhaud vient
de recevoir un nouveau timoignage
de la faveur du Roi, qui doit former
la bouche X P1'Envie, & accrediter de
plus en plus ce remede. Sa Majefte pour
ireconnoitre les important services que
le feu Sr Jean Ailhaud, avoit rendu,
au Genre human, par la decouverte de
fon fecret, vient d'accorder a fon Fils,
par un Arret de Son Confeil d'Etat
& Lettres-patentes enregiffrees au Par-
lement & & la Cour des Aides, 1'exemnp-
tion des droits de la Ferme general
fur la Poudre Medicinale qu'il fera
entrer, fortir & circuler dans le Royau-
me par paquets de dix prifes, revetus
des marques indiquies dans l'Inftruc-
tion, pour Pufage de ladite poudre,
du 2o novembre 1744 ; Inftru&ion
qui fera inf6ree dans chaque paquet.

AVIS DIVERS.
Le Sieur Guillot previent que Pon
trouve a&uellement des Etrennes Ame-
ricainesaux deux Imprimeries Royales
& chez tous Mrs fes Correfpondans
de la Colonie.
De toutes les Maladies don't le gen-
re human eft afflig, cells de PUretre
fent fans contredit les plus communes


& tes plus dangtretifes. On ne voit
que trop frequemment les hommes
attaques de ces. Maladies, perir fate
de fecours fuffifans. Les malades eux-
nmemes ne fentant la douleur que lorf-
que le mal eft a fon dernier perio-
de, negligent pour Fordinaire de fe
fire traiter. M. Ernaud brevete du
Roi, pour le traitement des Maladies
de l'Uretre demeurant a Nantes, lieu
de fa naiffance s'eft particulierement
attache a etudier cette parties fi inte-
reffante de la Chirurgie & les heu-
reux fucces qui ont toujours refulte
de fes traitemens dans les villes de
Londres, Paris Verfailles & Nantes,
lui ont attire la confiance des habiles
Medecins qui Font vu operer. Les
moyens qu'il emploie dans fes traite-
mens, font les Bougies Me'dicamenteufes
de fa compofition don't lufage n'eft
nullement douloureux. 11 en envoie '
l'Amerique avec une indication fur la
maniere d'en fare ufage. On peut avec
confiance s'adreffer A lui il fe trou-
vera toujours fort heureux lorfqu'i1
pourra contribuer "a foulager & gu&ir
ceux qui font attaques de quelqu'une
des cruelles Maladies de PUretre. II
demeure au haut du Bignon-Leftard,
pres de la Croix des Gatineaux. On
trouvera de ces Bougies au Port-au-
Prince dans le magafin du Capit. Pa.
caud, Commandantle Navire le Grandw
Carlos, de Nantes.
La Dame le Bourdier de Kermaboux
Veuve Lanoe', etant decedee depuis
quelque mois, M. Lanoe', fon fils, Har-
bitant au Mirebalais, & M. & Dame
Badet, Habitans A l'Artibonite, fes
prefomptifs HWritiers, prient Mr les
Creanciers de cette fucceffion de
donner un etat de ce qui leur eft dufi
& de communiquer leurs titres de
creance Me Lucas, Avocat & Doyen






des Procireurs & Saint- Marc, pour
prendre, d'apres un examen de ces .dif
firentes pieces, des arrangements con-
yenables.
M. Girard Labaflille, Capitalne-Ai-
de-Major des Milices de Jeremie &
dependances, prevent Mrs fes Crean-
ciers & fes debiteurs qu'il fe difpofe a
partir pour France, au mois d'avril pro-
chain. 1 avertit ces derniers qu'ils pour-
ront prendre des arrangements avec M"
Goguet, Etienne & Compagnie, ou bien
avec tel autre de fes Crdanciers ,
qu'il leur fera loifible de choifir, juf-
qu'a la concurrence de ce qu'ils peuvent
mui devoir, en rapportant toutefois ,
bonne & valuable quittance defdits Srs
Creanciers A fa decharge.
NAVIRES EN CHARGEMENT.
Le Navire l'Ange'lique de Bordeaux,
Capitaine Fonfrede du port de 300
tonneaux, -a&uellement mouille A St
Marc, partira pour ledit lieu du 15
au z5 t6vrier. Ceux qui voudront y
paffer ou charger a fret, n'auront qu'a
s'adreffer audit Capit. dans fon maga-
fin, A Saint-Marc.
La J:une-Rofalie de Nantes, Capit.
MichelGaret, partira pour Nantes A la
fin de janvier. Ceux qui voudront Iy
paffer ou charger A fret, s'adrefferont
A Mrs Bretonniere & Sorin Negocians
au Port-au-Prince, ou audit Capit. en
.fon magafin, pres la place.
Le Navire I'Aimable-Helene, de Bor-
ieaux Capit. Amant Dumas, partira
pour ledit lieu A la fin de ce mois, ou
vers le 5 de f6vrier. Ceux qui voudront
y. paffer ou charger A fret, s'adreffe-
ront audit Capit. dans fon magafin chezz
Avec Permiffon de MM.


M. "Moulaz'n danis Ia gratid'rNd; 4
Port-au-Prince.
A AFFERMER.
Six Negres & 4 N6greffes, apparte-
nans aux Mineurs J. P. Rouffeau. II faut
s'adreffer A Md veuve Turbe, Habitante
au Quarter. du Cul-de-Sac, qui en fera
bonne composition, pourvu toutefois
qu'on lui donne toutes les ffiretes pof-
fibles; favoir, une Caution & Certi.
ficateur etablis au Port-au-Prince.
ESCLAVES EN MARONAGE.
Un Negre de nation Ibo, Matelot
de profeffion, taille d'environ 5 pieds,
tres.noir, les jambes cambrees, appar-
tenant A la Dame Veuve Guillery re.
fidante aux Coteaux, eft maron depuis
jeudi dernier. Ceux qui le reconnoi-
tront, font pries de le faire arreter &
d'en donner avis A M. Pierre Robert,
Negociant au Port-au-Prince, ou aux
C6teaux, A ladite Dame Veuve Guil*
lery.
Deux Negres nouveaux, de nation
Congo, fans etampe Marins, font
marons depuis le 4 du mois dernier;
Pun defquels nomme Cupidon., de fi-
gure noire, Age d'environ 3 5 A 36ans,
taille de cinq pieds fix pouces, eft vetu
d'une cafaque rouge; & l'autre nomme
La Fortune, de figure rouge, ag6 d'en-
viron 34 A, 3 5 ans taille de cinq
pieds, cinq pouces, eft vetu pareille-
ment d'une cafaque rouge. Ceux qui
les reconnoifront, font pries d'en don-
ner avis, a Leogane a M" Darnaud
jeune, ou Garde's ; au Port-au-Prince A
M. Daikere; au Petit-Goave A M. Brun;
aux Cayes A M. Suire; A Jacmel A M.
Chenais.
le Ge'ne'ral 6 l'Intendant.


AU PORT-AU-PRINCE, chez GUILLOT, Inprimeur brevete du Roi.


*,4










Vs"'



Alr





ANNiE


[NO I.)


, JP MENT AUX AFFICHES AMERICAINES.

S \ Du Samedi 6 Janvier.
:. .. ..-^ i ^j .... ,...-.. _,,_..____


~ji~






~IL
'.1w





I


1*''


~-, .4
~1


Ao .Rj A I E de Navire au Cap.

L E 4 de ce mois la Biche, de
Bordeaux, Capit. Marfelet, parti le 9
novembre, ayant touche a la Marti-
nique.
PRIX des Marchandifes de, la Colonie
au Cap,.
Sucre blanc, premiere quality, 60
A 62 1. feconde, 56 A 58 1. troifieme,
50 a 541. commun, 40 451. brut, 28
S30o1. Indigo bleu, 7 1. o . 81. 5 f.
cuivre, 7 a 7 1. I f. Cafe, 22 f. 6 d.
Coton, I o a 125 1. Cuirs, 7 a 9 L.
Piafires gourdes, 37 pour 1oo.
PRIX des Marchandifis de France au-
Cap..
Vin vieux, 250o A 270 1. nouveau,
1nio A 130 1. Farine de MoLffac, 70 A
72 1. commune, 50 5 51. Boeuffale, 56
a 63 1. le baril. Petit-fale, 30 1.1'ancre.
Beurre, 18 f. la livre. Huile, 18 42, 1.
la cave. Savon, 60 a 66 1. le cent.
COURs du Fret au Cap.
Sucre blanc, 12z A 13 d. brut, 13 A
14 d. Indigo, 20 A 24 d. Cafe, 15
a 16 d. Coton, 24 A 30 d.
M0 T s.
Le Sieur Etienne Fie(ac eft mort A
la Petite-Anfe le 29 du mois dernier,
age de 3 5 ans : il 'toit natif de Lan-
gouran ,Diocefe de Bordeaux.


Le Sieur Duvigneau, Marchand au
Cap, y eft mort le meme jour. Sa fuc-
ceffion eft tombee A la Vacance.
NEGRES MARONS.
Au FORT-DAUPHIN, le L5 du mois
dernier, eft entr6 a la Geole tin Negre
nouveau, etampe fur le fein droit,
autant qu'on a pu le diflinguer, LE
CHAT, lequel n'a pu dire fon nom,
celui de fa nation, ni celui de fon mai-
tre ; & Louis, nation Congo fans
etanipe fe difant appartenir a Mde
Prau, touis les deux pris A l'Efpagnol:
le 26, tin jeuzne Negre nomme Antoine,
nation Mifdrable, fe difant appartenir
A la fucceffion du feu Sieur Pierre, a
Maribaroux; & Pierre, creole, etampe
HVRVOY, fe difant appartenir A M.
Hurvoy : le 29, Thomas, etampe fur
des deux feins BROSSARD & au def-
fous AV CAP, fe difant appartenir a
M. Favroge, Habitant au Grand-Boucan.
Au CAP 9 Jean, creole, etampe fur
le fein droit DUBOIS, & fur le gauche
I. B. D., fe difant appartenir A M. Du-
bois, au Fort-Dauphin; Marie-Louije,
creole, etampee fur le fein droit DAR-
MAND, ayant des fers aux pieds, &
fe difant appartenir A Mde Darmand,
demeurant en cette Ville ; un Negre
nouveau, nation Congo, age d'environ
25 ans, pris A 1'Efpagnol, lequel n'a pu
dire fon nom ni celui de fon maitre;
un autre Negre nouveau, de meme
nation, nomme Michau, etampe fur le,


1 .1 -0 = I -_ I I ill
- Moe ---------- 120


17700-4


{**






10
fein droit RENAL, & fur le gauche
SALNAVE, age d'environ 30 ans, fe
difant appartenir a M. Renal, a l1'Arti-
bonite; Domba, nation Bambara, age
d'environ 36 ans, taille d'environ 5
pieds, ayant des marques de fon Pays
fur les joues, & une Negreffe nommee
Comba, nation Poulard, agree d'environ
25 ans, ayant le corps covert de dar-
tres, tous les deux etampes fur le fein
droit MAUREL & au deffous GO-
NAIVE, fe difant appartenir a M. Mau-
rel, aux Gonaives; & Sans Souci,
nation Congo, etampe fur le fein droit
GASTARD, & fur le gauche illifible-
ment, age d'environ 30 ans, taille de
5 pieds 2. pouces, eflropie des deux
mains, fe difant appartenir a M. No-
gais, au Dondon.


AVIS


DIVERS.


Les perfonnes qui ont des Papiers
dans la fucceffion de feu Me Robert de
la Breffrudiere, Procureur a la Jurif-
diaion Royale du Cap, font prices de
la part de M' Beaujouan, Executeur-
teflamentaire dudit feu Me Robert, de
vouloir bien les retire; fans quoi, il
fera oblige, malgre lui, de pourfuivre
juridiquement la rentree des fonds.
Le Sieur fHebert demeurant ci-de-
vant avec le Sieur Sayde, Marchand
Miroitier, rie Dauphine au Cap, prd-
vient M" les Negocians, Capitaines &
autres, qu'il demeure atuellement rue
Saint-Dominguie, chez M. Stollenwarck,
Horloger du Roi, & qu'il continue de
vc-ndre & de raccommoder les Baro-
metres & The-rmornetres ainfi que
d'enter les Joncs & les vernir.
Le Sieur Guillou, Habitant au Bras-
foufrd', a i'honneur de prevenir le Pu-
blic qu'ile eftn efin parvenu a diffoudre
fa focidtd avec le Sieur Jacquand; il


s'eft cru oblige de faire paffer cet avis
pour retablir le-credit qu'il avoit, etant
feul, chez tous les N6gocians & autres,
dans toutes les affaires qu'il a faites
avec eux, & auxquelles il a toujours
fait honneur.
Les perfonnes qui ont des Papiers
dans la fucceffion de feu M de Litre',
Avocat au Confeil Superieur du Cap,
font prices de la part de Me Prieur,
Curateur aux vacances de vouloir
bien les retire au plutot, les avertif-
fant que comme cette fucceffion a des
dettes a acquitter it fera oblige mat-
gre lui, de pourfuivre juridiquement
la rentree des fonds qui lui font dus.
Le Sieur Drieau, dit Lataille, te-
nant ci-devant I'Auberge du Lion-d'Or,
rue Efpagnole vis-a-vis la Place de
Clugny, au Cap, donne avis au Public
qu'il vient de monter un H6tel, a la
meme enfeigne du Lion-d'Or & meme
rue Efpagnole dans la maifon oih etoit
ci-devant l'Imprimerie Royale, fitude
dans I'iflet plus bas que celle qu'occu-
poit Touffaint, Mulatre : on y trouvera
toutes les commodities & agrimens
poffibles, comme chambres ai un &
deux lits chambres & appartemens
fepares pour ceux qui ne voudront
point avoir communication, oh its fe-
ront, s'ils veulent, fervis feparement
& avec la derniere delicateffe, ayant
chez lui un tres-bon Cuifinier Blanc;
de grandes & belles remifes pour les
chevaux & dquipages, &c. On trou-
vera en outre chez lui, en tout teams,
des chevaux & chaifes de louage qu'il
tient express dans une cour f6parement,
vis-a-vis fa maifon, oil it a de tres-
grandes remifes avec Cochers & Pof-
tillons, & des Negres pour faire des
commiffions dans toute la dependance.
M. le Chevalier Noge.r'e de la Filliere,
Enfeigne de Vaiffeau & Habitant A


*'1













I'



I,,'.




* .Ij
,.1







'\'* ~,




A
* *1'
I..;.



:;~,.* ~*








'*1
4q~~



.4








I,


r'Accul, engage M1" les Cr6anciers de
M. Beaulieu, Habitant au Limbe de
fe trouver le 20o du courant chez M'
Chiron, Avocat au Confeil Superieur
du Cap, & d'y apporter les titres de
leurs clpances, & les Sentences & dof-
fiers qui en conflatent les inter&ts.
M. Philippe-Claude Mayne', Nego-
ciant & Habitant au Limbe, eft fur fon
depart pour France.
NAVIRES EN CHARGEMENT.
Le Duc-de-Choifeul, de Nantes, Ca-
pitaine Samoual, eft en charge pour
ledit lieu, & partira dans les premiers
jours du mois prochain : il lui manque
75 barriques de fucre a freter feule-
ment. Ceux qui voudront y paffer, ou
charger a fret s'adrefferont a Mr
Tardivy & Collot, Negocians au Cap,
ou audit Capitaine, en fon magafin,
rue de Penthievre, maifon de Mr Lory
& Plombard.
L'Ac7if, de Bordeaux Capitaine
Chicou Saint-Bris, partira pour ledit
lieu dans les premiers jours d'avril : ce
Navire eft grand voilier & tres-com-
mode pour des Paffagers, ayant une
belle dunette. Ceux qui voudront y
paffer, ou charger a fret, s'adrefferont
audit Capitaine, en fon magafin au
Cap, maifon de M. Lafitte rues du
Vieux-Gouvernement & Saint-Jofeph.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Une Place fife 'a la Guinaude, Quar-
tier de Jean-Rabel, d6pendance du
Port de Paix, contenant oo1000 pas
quarres, bornee a l'eft & au nord duI
Sieur Marc Datty, au fud du Sieur
Boufflet, & a l'oueft de terres non con-
cedees. Une autre Place, en bois de-
bout, fife a la Plaine-Dacoma, audit
Quarter de Jean Rabel, contenant
o000 pas quarres, bornee A 'oueft du
Sieur Michel, A left, au nord & au fud


Ir
de terres non concddies. On s'adref-
fera au S' Define' Desjoutieres, Habitant
A Jean-Rabel.
Une Habitation fife au pied de la
montagne de Plaifance, contenant 36
quarreaux de terre, en plat pays, fur
laquelle il y a 16 mille pieds de cafe,
don't 6 mille plants depuis un an, &
le reffe de 4 & 6 mois; des vivres de
toute efpece pour la nourriture de 2o
Negres; un pavilion avec deux cabi-
nets; une cafe compofee de trois cham-
bres, une cuifine & trois cafes a Ne-
gres, le tout en bon etat. On s'adref-
fera a M. Dupuis, fur ladite Habita-
tioe, ou A M. Stollenwerck, rue Saint-
Domingue, press la Place, au Cap.
Une Place fife a l'Accul-de-Roche-
plate, Quartier du Trou A trois lieues
de distance de la mer, prefque toute
en bois debout, don't la terre eft excel-
lente pour la culture du cafe : la chaife
& le cabrouet peuvent y rouler. On
s'adreffera A M. Pillet, fur fon Habita-
tion, au Trou qui vendra un tiers
comptant, & les deux autres tiers du
prix de la vente en quittances de ceux
a qui il doit.
Un Terrein en bois debout, de la
contenance de 61 quarreaux 8 dixie-
mes, fis au Boucan-a-Michel, Quartier
du Port-Margot, borne au nord de la
riviere du Saule & des Sieurs Villars
& Cochon jeune, au fIud du Sieur Viard,
\ l'eft de la crete qui fepare cet endroit
du Port-MNargot & des Sieurs Villars
& Cochon, & a I'ouefl d'une partie de
la riviere. On s'adreffera A M. Bertin,
Notaire & Habitant au Port-Margot.
Treize tetes de Negres ; fcavoir,
trois Negres, nation Congo ages de-
puis 16 ans jufqui'A 20; quatre Negres,
nation Arada, 9 ges depuis i ans jlf-
qu'a i4, trois Negreffes, nation Aradca,
agees depuis 16 ans jufqu' a 24, & trois








1~


Negres, nation Arada, ages depuis I r
ans jufqu'a 14. On s'adreffera a M.
Francillon, N6gociant au Cap.
Une Barque de 38 pieds de quille
& 1 pieds de baux, a&uellement fur
le chantier au Carenage, avec fes
agres & apparaux. On s'adreffera a M.
Samoual, Capitaine du Navire le Duc-
de-Choifeulz, en fon magafin au Cap,
rue de Penthievre, maifon de M" Lory
& Plombard. Ledit Capitaine a rec.u
par le Navire li Mercure, de Nantes,
une barrique de Graine de Poireau &
quelques autres Graines nouvelles,
qu'il vendra avec garantie.
Un Negre de jolie figure, age d'en-
viron i6 ans, bon valet, obeiffant &
foumis parlant frangais, & danfant
toutes fortes de danfes de caraleres ;
il fgait rafer & coeffer, foigner & con-
duire une voiture. On s'adreffera au
Capitaine Boulouvard, en fon magafin
au Cap rue Notr6 Dame pres le
Marche-des-Blancs, a qui ce Negre a
ete remis a Marfeille.
Une belle cargaifon de Chevaux
Anglois, arrives du M6le-Saint-Nicolas,
a l'adreffe de Mrs Faribault & Martin.
On pourra voir lefdits Chevaux dans
1'emplacement de M. Charrier, au Cap.
Le Sieur Gillet, venant' dire&eneent
des Indes, & demeurant au Cap, rue
Saint-Laurent, proche M" Pereira &
Totta, vend toutes fortes de marchan-
difes en cotton, comme Perfe, Mou-
choirs de Mafulipatan, Steinkerque &
autres, ainfi que des Liqueurs de la
Martinique, Bouts a fimer, Chocolat,
le tout A jufle prix.
Le Sieur Dallefl ayant achete le Ma-
gafin de Droguerie tenu ci-devant par
le Sieur Perier, prevent qu'on trou-
vera chez lui gendralement toutes for-
tes de Drogues, tant fimples que com-
pofdes, ainfi cue de la Peinture broyde.


Le S' Confeil, Habitant ala Petite;
Anfe, Executeur-teftamentaire du feu
Sieur Etienne Fietac, fera fire jeudi
prochain I1 du courant la vente des
Meubles & Effets Mulets?, Pieces,
Chaudieres & tous les uftenfiles pro-
pres a une Guildiverie, avec une Bar-
que, le tout dependant de cette fuccef-
fion.
Le famedi 7o du courant, A la re-
quete de Me Pricur, grant la ficceffion
Decam, it fera procedd A la Barre du
Siege Royal du Cap, aux crimes, vente
& adjudication d'une Maifon fife press
la Place de Clugny.
ESCLAVES EN MARONAGE.
Un Negre Mazelingua ,nomme Pier-
rot, etampe BAROTEAVX, ige d'en-
viron 40 ans, taille de 5 pieds fort
mince; un Negre Congo, nomm6 Pe-
tro auffi fort mince, etampe L. R.,
age de 18 a io ans, taille de 5 pieds.
i pouce; un autre Negre Congo, nom-
me JFendredi tamp6 BESSON, age
de j4 a I ans, taifle de 47pieds 9 a
o10 potices; & une Negrefle Adia, nom-
mee Zaire, etampee FR. BONNEFOIS
& au deffous MVS, aigde d'environ 26
ans, taille d'environ 5 pieds, ayant
plufie.urs marques de fon Pays fur le
vifage. Ceux qui les reconnoitront,
font pries de les fire arreter, & d'en
donner avis A M. Mus, Negociant au
Cap, a qui ils appartiennent, ou A M.
Romagnan fur l'Habitation dudit Sieur
Mus, au Port-Margot.
Une Negreffe Madingue, nominee
Marie, etampde J. G., agee d'environ
30 ans., un peu fourde, eft parties ma-
rone de la Riviere-falee depuis environ
un mois. Ceux qui la reconnoitront,
font pries de la fire arreter, & d'en
donner avis A M. Chatard, Apothicaire
du Roi, rue Dauphine, au Cap.


AI'





'h. 4


mlww mom






ANNtl 1770. 'LNe.1i
j.F &^^^^^ ^^ ^7_7^^^ 3^ ^r


AFFICHES


r o janvier.


- ~L ~~)- ___________


3'


















'2t

C'


A-R4 riE des Navires Marchands.

A SAINT-MARC, le 3 de ce mois ,
le Croifant, de Nantes, Capit. Gueni-
chon, venant de la C6te d'Angole,
avec 204 Noirs aya.nt touched A la
Guadeloupe ; & la Loire du meme
port, Capit. Guefdon, part le x8 nov.
dernier.
Au PORT-AU-PRINCE, le i de ce
mois, le St. Julien, de Nantes, Capit.
Pafcaud & le Dragon du meme port,
Capit. le Ray la Rochandiere, venant
du Cap : le 9, la Bretagne, de Nantes,
Capit. Soliman.
DVPART des Navires Marchands.
DE SAINT MARC, le 2 du meme
snois, 1'Acajou, de Rochefort, Capit.
Siccard, pour le Port-au-Prince.
,Du PORT AU- PRINCE', le 6 k
Septentrion, de la Rochelle, Capitaine
Hamel.
PRIX des Marchandifes de la Colonie.
Aux CAYES, le 31 du mois dernier,
Sucre blanc, premiere quality 50o A
5 51. feconde, 16 A 42 1. brut 2 2A 261.
Indigo bleu, 7 1. o10 f. A 8 1. cuivre,
6 1.5 f.a7 1. Caf6 nouveau, x8 Ah z f.
( if n'y en a point de vieux ). Coton,
110 a 115 1.
A SAINT-MARC, le 5 de ce mois,
Sucre blhnc, premiere quality, ,554
6o 1. feco0nde, 48 a 52 troifieme,


AMERICAINESo


Du Mercredi


42 a 45 1. common, 35 A 40 1. brut,
28 a 30 1. Indigo bleu, 8 1. cuivre,
7 1. Caf6 nouveau, zo f. 6 d. ( i
n'y en a point de vieux). Coton, 125 .5
Cuirs, 7 1. so f. Piafires gourdes, 35
pour cent.
A LEOGANE le 6 du meme mois;
Sucre blanc premiere quality 50 o
52 1. feconde 46 A 48 1. troifieme,
4o a 44 commun, 34 a 381.brut, 28
a 30 1, Indigo bleu, 8 a 9 1. cuivre,
6 i. 10 f. A 7 1. Caf6 nouveau, 22 f. k
22 f. 6 d. ( il n'y en a point de vieux).
Coton, 115 A 1 0 o1.
Au' PORT -AUA-PRINCE le 9 de
ce mois, Sucre blanc premiere
quality, 5 1 A 54 1. feconde, 50o A a 1.
troifieme, 45 a 48 1. commun, 36 a
40 1. brut, 18 A 30 1. Indigo bleu, 7 1.
io f. A 8 1. cuivre, 6 1. 10o f. 7 .
Caf6 nouveau, 2 1A 2 f. ( il n'y en
a point de vieux). Coton, i 2o a 125 .
Cuirs, 8 a 9 1. Piafires gourdes, 37
pour cent.
PRIX des Marchandijes de France.
Aux CAYES, ledit jour 3 1 du mois
dernier, Vin nouveau, 131 A zoo 1.
( il n'y en a point de vieux ). Farine de
Moiffac, 8o0 9 5 1. commune, 66 7 1.
Boeuf fale, 70 a 80 1. le baril. Petit-
fale, 24 A 36 1. I'ancre. Beurre, 20o
15 f. la livre. Huile, 24 A 40 1. la cave,
Savon, 70 A 85 1. le cent.
A SAINT- MARC ledit jour 5 de
.ce mois, Vin vieux, zoo A .24z 0 1





4
liouveau, 14o0 io 1. Farine de Moif
1fac, 70 A 8o 1. commune, 5o 0 6o 1.
'Boeuffal 801. le baril. Beurre, 25 f.
la livre. Petit-fald, 30 1. acrer. Huile,
361. la cave. Savon, 90 1. le cent.
A LEOGANE, ledit jour 6 du meme-
mnois Vin vieux, 2.o A z4o 1. nou-
veau, I 10o i o 1. Farine de Moiffac,
166 a 701. commune, 50o A 55 1. Boeuf
fale, 6o A 66 liv. le baril. Petit-fale,
Z.7a 30 1. I'ancre. Beurre 18 a o0 f.
la livre. Huile, 14 A 36 1. la cave., Sa-
von, 71 A 75 1. le cent.
Au PORT-AU-PRINCE, ledit jour 9
de ce mois, Vin vieux 240 A 250o 1.
nouveau oo A a o 1. Farine de Moif-
fac 66 A 7Z 1. commune, 5o A 5 1.
Boeuf fale, 5o 6o 1. le baril. Petit-fald,
24 A 30 1. 1'ancre, Beurre, 16 A i8f.
Ja livre. Huile 18 A 36 1. la cave. Sa.
ron) 66 a 70 1. le cent.
CoURs Dtr FIETr.
Aux CAYEs, Sucre blantc, xI 13 d.
irut, 15 a 16 d. Indigo, 27 A 30 d. Cafe,
8 : 4 d. Coton, 3o 3 A6 d.
A $A1NT-MARC, Sucre blanc, 14 a
t 5 d. brut, 15 A 1;6 d. Indigo, 30 d.
,Caf6', 8 4., Coton, 45 d.
A LUOGANE Sucre blanc, i2 A
I3 d. brut, x a i2z d, Indigo, z4 a 27 d.
Cafe, 1 a. x5 d. Coton, 30 A 36 d.
Av PORT-AU-PRINCE, Sucre blanc,
so i zA d. brut, 1 .A 13 d. Indigo, 2o a
4 d. Caf6, z1 a 18 d. Cotn, 30 A
16 d.i
WOUVELLES D'EUROPE.
T R Q U I E.
Nous allons donner ainfi que nous
l'avons promise, quelques details des
avantages que les troupes Ottomanes
pnt eu fur les R uffes. On fait aujour-
W'hoi pofitivement que le g Ic te 4


de juillet, it y ut trols affalres faRi
glantes, dans lefquelles la Cavalere
du Prince Proforowski, le Corps des
Grenadiers du Gendral Stoffel & 'In.
fanterle du General Bruce, fouffrirent
egalement. Le refte de I'armee Ruffe,
s'etant approche, le Seraskier ou Ge&
neral des Turcs fe retire c profit
del 'obfcurite de la nuit & du teams que
luilaiffoit la defaite de l'avant-garde
Ruffe, pour conduire toute fon Infan-
terie A Choczim afin d'en renforcer
la garnifon qui, par cette manoeuvre
habile, fe trouva forte de treize mille
homes. II revint enfuite fur fes pas
avec fa Cavalerie, pour harceler la
grande armie Ruffe, ce qu'il fit avec
tant de ficces, qu'il en trouble la mar.
che & la retarda au point qu'elle .ne
put fe rendre devant Choczim que
trois jours apr's. L'armee diu Prince
de Gallitzin forma tout de fuite fe
locus de cette place; mais la garni.
,fon. tant abondammerit pourvue de vi.
vres pour un fiege de deux ans les
munitions.de toute efpece s'y trouyant
en tres-grande quantity, toute la mona
tagne fur laquelle cette citadelle eft
aflife, etant remplie de mines & les
fortifications, d'ailleurs en bon etat,
garnies d'une immenfe artillerie i(
e4oit aif6 de prefumer que cette entree .
prife tm&eraire feroit vaine; auffi n'aw-'
t-on pas ,t0 furpris d'apprendre que
les Ruffes, apres avoir et6 battus Itic.
ceffivement en plufieurs rencontres
ayent ete forces d'en lever le Siege. Lb
Prince deGallitzin fit auparavant une
derniere tentative pour exporter cette
place d'affaut; mais les affieges firent'
jouer une mine fi A propos, qu'ellt
couta la vie A un grand nombre d'affid-
geans & decouragea les autres au point
qu'ils refuferent d'avancer. Ce Ge6
n~iral fut donc oblige de fertireer avec






I 4


1. 1'


i te: fO4 armndei n remontaht le Nief-
tar; les Turcs le harcelerent danis fa
retraite; il paffa cependant le fleuve,
mais ce fut avec tant de precipitation,
que les, pontons qui, felon l'ufage des
Ruffes, font de toile goudronn6e fe
rompirent de forte qu'il pirit plus de
trols inille homrmes. On value A pious
de vingt mille la perte des Ruffes a ce
fiege.
RU S S I E.
L'ImperatriceajugeA propos de rap-
peller A fa Cour le Prince de Gallitzin,
G6ndral en chef de fa grande;armee,
pour l'employer auxaffaires interieures
4e 1'Empire. On affure que la difette
exceflive des fourrages en Moldavie,
eft la feule raifon qui ait obligi ce Gc-
ueral d'en fortir & de repaffi'e e Nief.
ter & Ion ajoute que dans cette re-
traite, fes troupes n'ont pas- faith une
auffi grande perte qu'on l'avoit d'abord
divulgu6.
On dit que cette Souveraine offre de,
confentir A l'abolition de la garantie,
& des dernieres conflitutions, pourvut
que les Polonois veuillent travailler de.
concert avec Elle, pour en rediger des
nouvelles, & qu'A l'egard des Diffidens,
Elle paroit difpofee A fe contender de
quelques conditions raifonables qu'on
voudra leur accorder; mais on ajoute
que totis les Polonois, A qui on a fait
cette proposition, ont refidif d'y fouf-
crire.
II y a quelque teams qu'on a pretendu
que le Roi de Pologne fe preparoit A,
quitter Varfovie : ce bruit fe renou-
velle, & l'on dit que Sa Majefte fuivra
de pres le depart des deux Regimens
de Gardes A cheval. On donne pour
pretexte du depart de ces Regimens,
la difette des fourrages & des vivres;
O pretehnL que le Roi fera accomapa-


gnd de plafieurs Magnat~ qii ne violent
plus de surete dans le fijour de Var.<
fovie.
ALLEMAGN t,
L'Empereur accompagne du Due
de Saxe Tefchen arriva A- Prague.
II venoit de voir le Camp de Collins.
lien repartit A trois heures, apres avoir
vifite les magafins & lArfenal, & prit
la route de Vienne.
On ecrit de Berlin que le Roi dJ
Pruffe etoit arrive A Pofidam, de re
tour. du voyage que Sa Majeflt a fait
en Silefie; Elle etoit accompagnee duO
Prince de Pruffe & du Margrave de
Brandebourg-Anfpach, Elle requt a' fon
arrivee, les complimens des principa-
les perfonnes de la Cour & ceux
des Ambaffadeurs & Miniftres etran-
gers.
La Cour a envoy des nouveaux
renforts plus confiderables que les pr&
cedens, aux Commandans des Troupe%
Impnriales, qui forment des cordons
en HoRgr-ie & en Tranfilvanie; elle
a reiterl fes ordres, afin que l'on prenne
les mefiires les plus efficaces pour pre.
venir toute furprife de ce c6te & pour
empacher que la maladie contagieufe,
A fuppofer qu'elle regne dans l'armde
Ottomane, ne fe repande dans ces deux
Etats.
L'Imp6ratrice-Reine & le Roi Tres.
Chretien, animes l'un & l'autre dtu
defir de refferrer de plus en plus lest
liens de l'amitie qui les unit, & de
terminer, conformement aux Traitis
& aux convenances mutuelles les
conteftations qui fubfiftoient relative-
ment A leurs poffefions refpe&fives
des Pays-bas, ont conclu en confe-
quence, un Traite, pour fixer les lit
mites r ciproques de tIurs Etats ct
Flandre.


1. 7







T A 1L ,
On ne peut encore pe6ntrer les in-.
tentions du Pape concernant Faboli-
tion de la Societe des Jefuites; mais
les billets que le Cardinal Pallavicini,
Secretaire d'Etat & le Cardinal de
Bernis s'envoyent reciproquement
tous les jours, & les conferences qui
fe tiennent deux fois la femaine chez
le Minifire de France font prefumer
qa'on fera bientot inftruit de fon fort
& qu'il s'entuivra un accommriodement
fiable entire le Saint-Siege & les Cours
de Bourbon.
Sa Saintete fit defendre, au fujet du
Jubile qui commenca le 17 feptembre,
que les Miffions ordinaires en ce cas,
fe fiffent par les Jefuites dans l'Eglife
de Saint-Ignace, come elles avoient
coutume de s'y faire & comme le
Cardinal- Vicaire l'avoit dejiaregle ;
Elle veut que ces Miffions etablies pour
preparer les Fideles A profiter digne-
lent des indulgences accordees fe
faffent par des Pretres Seculiers, dans
1'Eglife de Saint-Marc.
. Le Pape eft fort micontent de la Re'-
publique de Venife; qui innove chaque
jour dans les affaires Ecclfiaftiques.
Elle vient d'ordonner, que quand il
vaquera quelque Canonicat dans une
Cathedrale, ou une Coigiale, it fera
rempli par une election des Chanoines
de la meme Eglife, fans qu'il foit be-
foin que Sa $aintete l'approuve &8 la
ratified.
Le St. Pete fe plaint auffi des innova-
tions qui fe font tous les jours A la Cour
de Naples contre laJurifdidion Eccle-
fiaftique & l'autorite du Saint-Siege. Sa
Saintete a dcrit a ce fujet, dans les ter-
rnes les plus pathetiques, at Roi d'Ef.
p,?gne, pour qu'il interpofat fa media-
(iotn & fQr autorit. On tache de for-


mier tmn plah quT pulfe tertmnier lei,
diff6rens, qui fubfiftent entire les deux
Cours, ce qui paroit tr's-difficile, vut
les pretentions reciproques & l'impor-
tance des objets qu'on y doit traiter.
FRANCE.
Le Parlement de Paris ayant fait des
Remontrances au Roi, fur les difpo-
fitions continues dans l'Arret de fon
Confeil d'Etat relativement au Com-
merce des Indes, don't nous avons fait
mention dans notre feuille derniere ,
a regi de Sa Majeftehune reponfe con-.:
9ue en ces terms.
J'ai edt oblige de fufpendre l'exer-
cice du privilege de la Compagnie,
a par l'impoffibilite oh elle eft de conti-
, nuer fon Commerce & d'approvifion.
, ner les Colonies de l'Ifle-de-France &I
I de Bourbon. Mon Parlement auroit
, du s'en rapporter A l'examen que j'en;
n avois fait faire dans mon Confeil;
,le compete que mon Parlement s'eft
, fait rendre dans Paffemblee du 2.1
n aotit, a dfi le convaincre de la n6cefw
, fite des mefures que j'ai jug6 devoir
o prendre. Je fixerai fans delai,les droits
o qui front percus fur les marchan-
, difes de l'Inde; il eft jufte que le Comn
m errant fupporte A la decharge de
n mes autres fujets, une portion des
Sdepenfes d'un Commerce don't il re-.,
, tirera plus qu'aucun autre le benefice.
, J'ordonnerai la plus grande econo-,
mie fur ces depenfes. .
) Les reprefentations de mon Parle.
o ment fur Particle 4 de 1'Arret de mon
> Confeil, concourent avec les vues?
, qui m'ont deja ete prefentees par.
0,plufieurs Commerqans. Je flatuerail
, ineeffamment fur cet objet. Je verrai
, toujours avec fatisfafion mon Par-,
Slement adopter les principles les plus,
n favorables A laliberte d6 Commerce.


em ."t :!!!- 5 -v







te dfipoflttont de' PArrSt de miotie
Confeil n'attaquent en rien les pro-
) prietes des Adionnaires. Auffi-t6t que
,je me ferai fait rendre compete des
o Mimoires & Obfervations que doi-
, vent me pr'fenter leurs Ddputes; je
, prendrai les moyens neceffaires pour
*affurer aux Creanciers de la Com-
o pagnie lacquitktement des engagemens
wqu'elle a contraifts, & aux Adion-
a naires, la jouiffance de ce qui leur
4 appartient. Je ferai connoitre mes
, volontes fur le tout A mon Parle-
4 ment en la fdrme ordinaire a la
Srentree de fes f6ances. ,
La Commiffion etablie en 1766,
pour l'examen des Ordres Reguliers,
vient de fixer Pl'tat del'Ordre des Re-
guliers de Sainte-Croix de la Breton-
nerie, quis'eteindra par la mort de ceux
qui y font, leur dtantinterditde pren-
dre des Novices. Ces Religieux ont feu-
lement demand' qu'on les laiffat mou-
rir dans les Maifons qu'ils occupent;
its en ont -onze, & ne fontque tren-
te -trois.
On fait que nonobftant la reunion
du Parlement de Bretagne, les Magif-
trats ci-devant exiles ont temoigne
defirer que les inculpations, qui ont
donned lieu a leur exil fuffent traitees
& difcutees en regle par leurs juges
competens. Sur quoi le Roi vient de
faire 6maner des nouvelles Lettres-Pa.
tentes qui ont te prefentees au Par-
lement, qui a nomm' des Commiffaires
pour deliberer fur ces lettres.
On affure que le Roi a agree le plan
projet6 pour procurer aux matelots
Invalides, une retraite honorable dans
la Maifon de Cha-mbord. C'eft & M. le
Duc de Praflin, Minifire de la Mari-
ne qu'on devra un etabliffement fi
stile, & fi propre a exciter Pl'mula-
tion de quantity de fuj ets, qui n'ofoient


embrafTer la'profeffion de mnatelot, par
rapport a Pe'tat oh l'on etoit reduit,
lorfqu'on fe trouvoit hors de service.
Leur paye fera de 15 f. par jour fur
lefquels on en retiendra 5 pour leur ha-
billement & les autres 10 front k
leur difpofition, comme nous lavons
deja dit.
Le Roi ayant declare qu'il ne don-
neroit fon agreement qu't tin Lieute-
nant-Gendral, pour la charge de Ca-
pitaine-Lieutenant des Chevaux-legers
de fa Garde, don't etoit ci-devant re-
vetu feu M. le Duc de Chaulnes. Sa Mad
jefte a nommi le Ducd'Aiguillon, Lieu-..
tenant-General de fes armees & Gou-
verneur d'Alface, "a cet emploi.
On made de Rabaftens, Diocefe:
d'Alby, que derni'rement, la femmer
du nomme Millet, Faaurier de cettem
Ville,y eltaccouchee A term ,dedeux
enfans jumeaux en vie, joints enfem.
ble parles feffes.Chacun de ces enfans'
6toit tres-bien former dans toutes fes
parties jufqu'A la parties infeieure dw
trone, lieu de leur union. La parties.
pofterieure de chaque enfant etoit dans
un etat natural depuis les vertebres
cervicales jufqu'A, la derniere lombaire,
qui fe trouvoit unie a. la derniere loml-
baire de l'autre. On ne pouvoit tenir
un de ces enfans droit que I'autre n'eftt
la et.e en bas : lorfqu'ils 6toient cou-
ches fur leur dos, les deux enfans fe
regardoient : leurs cuiffes dtoient dans
un etat de flexion & les jambes 'le-a
vees : leurs extrrnites etoient fans la.
moindre difformite. La parties ante-
rieure de chaque enfant etoit egale-.
ment.dans un -6tat natural jufqu' Ila
parties infrieure de la region hypogaf-
trique qui etoit unie a la region hypo-
gafirique de I'autre : a la jonftion de-
ces parties, on diflinguoit une petite.
line circulaire qui paroiffoit fair la




- -. -- __________________________


divifiotn des deux corps. Att bds &'aU
;nilieu de la region hypogaftrique, pre'-
cif6ment fur la ligne de f6paration, on
voyoit les parties du fexe feminin,
snais elles n'etoient pas dans un etat
naturel. Entre la cuiffe droite de l'un
de ces enfans, repondant A la cuiffe
gauche de l'autre, on remarquoit un
enfoncement,au fond duquel on voyoit
une tres-petite ouverture par laquelle
fortoit le meconium. Ces enfans furent
ports A 'Eglife & baptif6s le jour meme
de leur naiffance. Chacun a avale du
lait qu'on lui donnoit avec une cuiller.
Le lendemain, Pun d'eux demeura de-
puis quatre heures du foir jufqu'A huit,
fans donner le moihdre figne de vie:
it commenqa enfuite A remuer les le-
vres, fe colora & revint entierement;
snais auffi-t6t, l'autre tomba dans l'tat
d'oft le dernier fortoit : ces foibleffes
furent alternatives, mais de moindre
durie que la premiere fois, jufqu'au
lendemain, trois ou qiatre heures
du martin, que ces enfans mouru rent
tous deux a la fois. On a remiarque
que le nombril de celui qui n'etoit pas
en foibleffe fortoit beaucoup pendant
la foibleffe de 1'autre, & cet effet f&it
auffi alternatif jufqu'A leur mort. Cha-
que enfant avoit un cordon ombilical
qui communiquoit A un feul arriere-
Afix. Leurs parents n'ayant pas voulu.
qu'on fit I'ouverture des corps, on a
6t hors d'etat de pouffer plus loin les-
obfervations don't ce phenomene [toit
Affceptible.

A M RIQ U E.
DPS Port-au-Prince le 1 ojanvier.
Le fameux Proces de M. de Caftra,
vient d'etre jug6 a fon advantage, par
on Arret du Confeil.
Lie ConfeilSuperieur dii Cap ,a ren-


dtt,le ft ct vffs oh1erne' Utt Arr$t
don't nous allons faire mention.
Le S' Lafargue, Habitant au Port,
Margo, avoit, par fon Teftament dw
janvier 1744, lgup une Habitation,
6tablie en cafeterie avec 6o Negres,
au Sr Jean Guerre fon neveu ; & dans,
le cas ou celui-ci d'cederoit fans en?.
fans, nes en legitime marriage, il fubf.,
titue fes biens au profit du Sieur Frana
5ois Jamet, auffi fon neveu.
Apris le decks du Teflateur, Jeatt
Guerre fut mis en poffeflion des biens$
fubftitues, parmi lefquels fe trouvoit
une NWgreffe nommbe Petite Nanon,
eftimee par 1'inventaire 18oo liv. avec
deux de fes enfans, don't l'un Age do
6 ans, & lautre A la mamelle.
En 1748, Jean Guerre donne la lie
berte a cette Negreffe & en 175 5, it
Fl'poufe & legitime cinq mulatres qu'iI
en avoit eu avant leur marriage. Apret$
le deces de Jean Guerre le S Jamet,
Habitant au Borgne, a reclam6 les biens
fubftitues, pretendant qu'ils ne poul
voient etre recueillis par les MultreA
legitimis: il corivenoit bien que la legi'
timation, par marriage fubf6quent, don.
noit la capacity de recueillir des biens,
fubflituds; mais il foutenoit que cette
faveur finguliere de nos Loix ne pou-
voit s'etendre qu'A des perfonnes de
race libre, c'eft-a-dire A des Blancs ,
pour parler le language de nos Colonies ,
& non A des gens de couleur nes dans-
l'efclavage ; que d'ailleurs la condition
portee au Teflament de Nicolas Law
fargue, n'avoit pu etre remplie par la
legitimation des Mulatres, enfans d'une
efclave du Teftateur ; qu'il 6toit A prew
fumer que fon intention n'avoit ja-w
mais et& de conferver& transfer fes
biens A des enfans don't la couleuar
demontreroit Ia mefalliance la phlu hoom
tmufe.




'


-eAeWN., e odme pal
turent cependant pas fuffifans au Siege
Royal du Port-de-Paix, & le S, Jamet
interjeta Appel'de la Sentence qui le
ddboutoit de fa demand. La caufe
ayant 6t6 plaidde au Confeil Superieur
du Cap pendant fix Audiences, Me
Behagnon, Avocat, plaidant pour le
$' Jamet, & Me Tremolet, pour le
Tuteur des mineurs legitims M.Lo-
lyerde la Chameraye ,Premier Subf-
titut, portant la parole, eft intervenu
1'Arret qui porte: .
LA COUR a mis & met I'Appel-
lation & ce don't eft Appel au neant;
tnmandant, declare la Subflitution ou-
verte au profit de la Partie de Beha-
gnon; en conf6quence ordonne que de-
livrance lui fera faite dans le mois du
jour de la fignification du prefent Arret,
des biens compris dans ladite Subiti-
tution ; condamne la Partie de Tremo-
let, en fa quality, aux ddpens tant
des caufes principles que d'appel; or-
donne que l'Amende fera remife A celle
de Behagnon, & fur le furplus des de.
mnandes, met les Parties hors de Cour
& de Proces. 0
Suivant des lettres de Bordeaux,
tes prix courans des denrees de I'Ame
rique 6toient le 3 oftobre dernier,
pourle Sucre blanc, Ire forte, 51 A 53 1.
le quintal; 2e forte, 48 A 5o; 3e forte,
43 A 46; 4e forte, 41 A 42; petits fucres,
39 A 40; communs, 34 A 37; tate, 30
A 33. Sucre brut de Leogane, 26 A 31 ;
du Cap, 2 A 31; de Saint-Louis, 24 A
30; de la Martinique, 22. A 2.7. Cafd
de la Martinique, nouveau fin, zo f.
14 livre; dito marchand, 19 f. 6 d. A
1,9 f. 9 d. dito vieux, 8 f. 6 d. a 19 f.
Caf6 de Saint-Domingue, nouveau fin,
19 f. A 19 f. 3 d. dito marchand, 18 f.
6 d. A 18 f. 9 d. dito vieux, 17 f. 9 d. A'
48 f. Indigo bleu & violet, 81. io f.


A 9 I. a livre mn81, 7 A 8 1. cuivr fixr,
6 1. 5 f. dito marchand, 6 6 1. '2 f.
dito ordinaire, 1. A 17 f. Coton
de Saint-Domingue, oo0 A i o 1. le
quintal; dito de la Martinique, 8o A
9o 1. Gingembre gris, 18 A 19 1. Can.o
fice, 40 1. Cuirs tann's, 5o0 70 1.dito
en poil, 30 A 45 1. Cacao de la Mar-
tinique, ii f. 6 d. at 3 f. la livre.
Sirop de raffinerie, 15 1. le quintal.
Eaux-de-vie, 130o 1. les 3z veltes.

AVIS DIVERS.
Le S& Guillot previent les Perfoash
nes qui defireront s'abonner aux 4f-
fiches Am'ricaines, de fe faire infcrire
inceffamment chez M"S fes Correfpotn
dans ,afin qu'il puiffe porter leurs noms
dans la Lifte des Soufcriptears- qu'il fe
propofe de donner & de faire paroitre
vers la fin de ce mois ; il previent en
outre qu'on trouvera chez les memes
Correfpondans, des Affiches & des
Quittances fignees de lui, ainfi que dqs
Almanachs de cette annee.
M. Denoulceau, Chevalier de 1'Or.
dre Royal & Militairede Saint-Louis,
Habitant au Cul-de-Sac, donne avis
aux Heritiers, LUgataires, Donataires,
Creanciers, & tous autresayant uni int .
r&treel A la fucceffion de feu MO la VI.
comteffe de'Beon, que pour les mettre A
m, mede prendre une connoiffance des
affaires de cette fucceffion & de l'em-
ploi des revenues de rHabitation qui
en depend, de laquelle il a tr & eft
encore charge es qualities de fondly
de la procuration de ladite Dame, de
fon Executeur-Teftamentaire& d'Ad.
minifirateur, jufqu'a lparfaite liqui
dation de fa fuccefflion, au defir de fon
teflament, il a depof, au Greffe de la Jut
rifdifion du Port au Prince, les comr,
ptes de fon administration jufques at






preimer javet 179, & pfi@ e Iprd
nier f6vrier de cette anne, lour pre-
fix, celui de 1'annee derniere y fera
depofe; defquels comptes il leur fera
loifible de prendre communication, en
juffifiant de l'intert qu'ils font dans
le cas d'y avoir ; leur offrant en outre,
de leur donner chez lii A tous jours &
etieures, la verification des quittances
& pieces/au foutien defdits-comptes.
M. Fouchier, Habitant A la Colline,
Quarter de 1'Artibonite, donne avis
Sii'un de fes Negres de ferme, trouva
i Saint-Marc le iy di t ois dernier,
uni cachet. Ceux qui l'auront perdu,
pourront s'adreffer audit Sieur, qui le
leur remettra, A la charge par .eux de
le de igner & de le rembourfer des frais
da prefent avis, ainfi qute de quatre
efcalins don't il a cru devoir gratifier-le
Negre.
Le Sr Kdrel, Marchand. au Port-au-
Prince,. dans la Grand'rue previent
qu'on trouvera chez lui, de la Pommade
pour les dartres de M. Dupuy, Habi-
tant au Gros-Morne, aifri que 'es im-
primes qui indiquent la faqon de s'en
Jervir.


* 4 -f


DEMWA 1.D 19


M. Fouchier, Habitant a laColline,
Quarter de l'Artibonite, auroit quel-,
que interest d'apprendre fi le nomme
Cambot, Charron de fon metier, re-
Wide dans la dependance de Saint-Marc
ou dans quelque autre lieu du Reffort
du Confeil Suprieurdu Port-au-Prince.
11 prie les perfonnes qui pourroient lui
donner quelque eclairciffement, A ce
fujet, de s'adreffer 4 M. Loyer, Mar-
chand A Saint-Marc.


** P, P41*9 -ft7 FRAkCE.
M. Glaie, nmandant de Mil4
ces au Grand -6ave.
NAVIRES EN C1ARGEMPENT.
Le Te'llmaque e Bordeaux, Capi.
tale Dozonville, partira pour ledic
lieu A la n4 dtu ni6is de fevrier. Ceulc
4qui voudront y paffer ou charger I
fret, s'adrefferont audit Capitaine, en
fon Magafin chez M. Marquet, rue deo
Capitaines, ott A M. Seguineau, chez
M. Sartre, Negociant au Port-au-Prince.
L'Intelli'genc, de la Rochelle, Ca-
pitaine Henry, du port de 2~0 A 300
tonneaux, partira vers lez i du mois
de mars prochain. Ceux qui voudront
y paffer ou charger A fret,. s'adreffe
front audit Capitaine, dans fort Maga-
fin, au Port-au-Prince, A cote de M'W
Garefiche, freres, Negocians.
EScLAVE EN MARONAGtE
'Un Negre, etampe MENDtS, Ag6
d'environ 35 ans, taille de rj pieds a
pouces & deml, eft marondepuis r
jours. Ceux qui le reconnoitront, au.
roat la bont.e d'en donner avis A M.
Pacaud, Habitant dans les hauteurs
du Petit-Goave.
CHEVAUX PERD JS.
11 s'eft egar6 depuis plus de fix fer
marines, dans le Quartier du Boucaffinr,
deux Chevaux, don't un, poil rouge,
.tampe du cote du montoir I P ,& F'aun
tre, poil brun, etamp I Q L ayant
une etoile au front & trois pieds blanco#
Ceux qui les reconnoitront, font pride
d'en donner avis A M. Moreau Habib
tant A Bellevue,prebsle Port-au-Prince,


Avec Permilion de MM. Ig Geneiral & l'Intendant.

,.AU. PORT-AV -,PRINCE, chE z O1JuLQT, Imprimewr brvet6 du Rpi.


/
I




W, I T
'PP


PSUEPItENT AUX AFFICHES

Du Sameci z3 Janvier



,, ARRItrE de Navires au Cap. PRIx des

L E 4 de ce mois la Re'u te de
Nantes Capit. Hardy, venant de la Vin viei
C6te-d'Or avec 46 Noirs : le 5 la 1o a 12.0
Diane, du Havre, Capit. le Vannier, 701. comnm
venant de la Cote-d'Angole avec 326 a 72 i. le ba
Noirs : Ie 6, le Favori, de Saint-Malo, Betrre, i 7
Capit. Magon, & la Mere-de-Famille, 42 1. la ca1
du Havre Capit. Lefcaut parties le
17 novembre : le 8, le Dauphin de
Bordeaux, Capitaine Dubergier, parti Sucre bl
auffi le 17 novembre; & le Comte-de- 14 d. Indi
la-Tour-d'Auvergne de Saint-Malo, a 14 d. Co
Capit. de la Foffe part le 2 aout,
tenant de Miquelon : le 9, 1FUnion,
de la Rochelle, Capit. Heroux, venant M. Berge
du Port-au-Prince. V eft mort


','1


AMERICAINES.


Marchandlfes de France an
Cap.

ux, 2,50 a 270 1. nouveau,
1. Farine de Moiffac, 66 A
une, 5 a 60, Bceruffale, 66
mrl. Petit-faled 3o 1. 5'ancre.
S18 f. la livre. Huile, 18
ve. Savon, 60 'a 66 Ile cent.


A s du Fret az Cap.


nc, 12 a 1 3 d. brut, 13 a
o, i8 a 20 d. Caf6, 13
)n, 24 A 30 d.
Mo0 T s.


's, Habitant au Haut-du-Cap,
le 26 du mois dernier, a^ig


de 38 ans.
M. Augier, Paffager fur le Navire le
Chavigny, de Nantes, eft mort au Cap
le 28.
Dame Anne Potier, veuve Poiron,
eft morte auffi au Cap le 5 de ce mois,
agde de 40 ans : elle 6toit native de
Nantes.
M. Raby, NWgociant au Cap, y eft
mort le 6, age de 3 x ans.
NEGRES MARONS.
Au CAP, eft entree a la Geole Cath1-
rine, nation Arada, etampee illifible-
ment fur le fein droit, agee d'envirorn
40 ans, ayant un nabot A chaque pied,
avec un bout de chain, & fe difuant
appartenir I M. Calmar, au Dondoa;


DDAPART de Navires dudit Port.
Le 7, la Marquife-de-Gangs, Capit.
Saujon pour Bordeaux ; le Mars,
Capit. Ferrandi, pour Marfeille: le 8,
le Staniflas, Capit. Prevoft, & la Pau-
line, Capit. Rabier, tous les deux pour
le Havre.
PRIX des Marckandifes de la Colonie
au Cap.
Sucre blanc, premiere quality, 60
A 62 I. feconde, 56 A 57 L troifieme,
0o ah 41. common, 40 & 4 1. brut, 2.
A 30 1. Indigo bleu, 8 a 9 1. cuivrd, 61.
A 7 1. io f. Cafe, 20 a 22 fn Coton, 1 0o
i 12. 1. Cuirs, 7 A 9 Piaftres gour-
des, t7 por roo.


m2m1w


oil I im 111111111


ANNiE 1770V [N" 2.N
,I -* L _' i 11j i if VS ll ^ ^ i1
wt.


.


a
g
t(































1 I


AVIS


DIVERS.


M. le Chevalier Nogerle de la Filliere ,
Enfeigne de Vaiffeau & Habitant i
rAccul, engage MW les Creanciers de
IM. Beaulieu, Habitant au Limbe de
fe trouver le zo du courant chez M'
Chiron, Avocat au Confeil Superieur
du Cap, & d'y apporter les titres de
leurs ct~ances, & les Sentences & dof-
fiers qui en conflatent les inter&ts.
Les perfonnes qui ont des Papiers
dans la fucceffion de feu MW de Litre,
Avocat au Confeil Superieur du Cap,
font prides de la part de M' Prieur,
Curateur aux vacances, de vouloir
bien les retire au plutot, les avertif-
fant que comme cette fucceffion a des
dettes "a acquitter it fera oblige mal-
grd lai, de pourfuivre juridiquement
la rentree des fonds qui lui font dus.
Une Dame de la Ville du Cap, fe
propofant de partir pour France vers
les mois de fevrier, mars ou avril pro-
chains, prevent M" les Habitans qui
orit des enfanm i y envoyer, n'importe
pour quel Port, r i'ele fe fera un vrai
plaifir de s'en charger, & de leur don-
ner pendant la traverfde tous les foins
& les attentions d'une bonne mere de
famille, au moyen de telle gratification


Frangois, nation Congo, dtamp6 fur
le fein droit IFF, tg6 d'environ 1 3 ans,
fe difant appartenir a M. Benoit, de-
meurant aux Racadeaux; Adonis, de
meme nation, fans etampe, age d'en-
viron zo ans,, ayant des marques de
fon Pays fur les fourcils & fur les deux
feins, lequel n'a pu dire le nom de fon
Mnaitre; & Prince, Senegalois, etampe
fur le fein droit LABBE & au deffous
B BERARD, & fur le gauche GRON,
fe difant appartenir a M. Gilleron,
Habitant au Grand-Boucan,
-- .. . . .


qu'elle laiffe A leur ginerofite. Elle atia
'honneur de fe faire connoltre, ainfi
que fa conduite, vie & maeurs; & on
pourra prendre A cet igard tels 6clair-
ciffemens qu'on avifera bon etre. It
faut s'adreffer 'a l'Imprimerie Royale
du Cap.I
Le Sieur Farge Marchand Tailleur
au Cap, rue de la Fontaine pres la
Place d'Armes donne avis qu'on
trouve toute forte d'Habits de Mafque,
tant chez lui qu'a la Comedie, Mafques
fins & autres, Gants pour homme &
pour femme. II fait auffi toute forte
d'Habits de differens genres.
Le Sieur Gafpard, Perruquier pour
homme & pour femme demeurant
rue Royale, au Cap donne avis que
Pon trouvera chez lui toute forte de
Parfumerie, ainfi que des Habits de
Mafque A louer. Son Epoufe travaille
en Robes, & prend des Negreffes en
apprentiffage.
Le Sieur Durand Menuifier an
Trou, eft fur fon depart pour France.
NAVIRES EN CHARGEMENT.
Le Prince-Sauvage, de Nantes, Ca-
pitaine Subra, eft en charge pour ledit
lieu, & partira a la fin du mois pro,
chain. Ceux qui voudront y paffer, ou
charger fret s'adrefferont A M.
Aubert & Compagnie, Negocians au
Cap, ou audit Capitaine, en fon ma-
gafin, rue de Penthievre, qui a une
belle Chaloupe neuve A vendre, por-
tant 13 A 14 barriques de fucre, a li-
vrer pr fentement.
Le Vigilant, de Dunkerque, du port
de 300 tonneauix, Capitaine Gafpard,
eft en charge pour ledit lieu, & fretera
au plus bas prix ; il partira dans le cou-
rant de mars ou au commencement
d'avril. Ceux oui vondront y charger
A fret, s'adrefferont audit Capitaine,


!






et. fon magafin au Cap, rue de Pen;
thievre, maifon de M. Vivils, Nego-
ciant.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Un Terrein d'environ I z quarreaux
en plaine, fis aux Perches, Paroiffe de
la Petite-Anfe, A la lifiere de la Sucre-
rie de Mde Lebourdais, les deux tiers
en favanne, & I'autre tiers en vivres,
jardinage & places & Negres, le tout
bien entoure de haies vives, fur lequel
il y a une grande cafe de 5o pieds de
long fur x 8 de large, une autre cafe
fervant de magafin & de parc pour les
veaux & moutons, une cuifine avec un
bon four A pain, une remife & un pou-
lailler, le tout prefque neuf, conftruit
en bois incorruptibles & paliffad6 en
planches de fape; un colombier & cinq
cafes A Negres : on pourra accommo-
der I'Acquereur de quatre meres va-
ches tries bonnes laitieres, avec leur
fuite; d'un troupeau de moutons; d'un
cabrouet A boeufs, tout neuf; d'une
chaife A deux places, en bon etat, &
de quelques meubles. 1 faut s'adreffer
M. & MaW Dufau, refidant fur ledit
Terrein.
Une Maifon en maqonnerie, fife au
Cap, rue du Confeil, entire M. Defpal-
lieres & M. Crofnier, vis-a-vis M. Prieur,
Curateur aux fucceffions vacantes. On
s'adreffera A Me Tremolet de Mercey,
Avocat aa Confeil Superieur.
Un Magafin tout neuf, covert en
tuiies, fis au Cap, rues Dauphine &
des Trois- Chandeliers compote' de
cing chambres deux cuifines trois
cabiej its, cour & puits, payable moitie
comptant, & l'autre moitie en Negres
A bozd. On s'adreffera au Sieur Duclas,
porteur de procuration des Propri6-
taires.
M"r Galibert, Mary & Compagnie,


Negocians au Cap, ont re'u par 1l
Bateau le Neptune de Bayonne, Capit.
Paffama, de l'Eau-de-vie d'Andaye,
de la Liqueur de Roffolis & de l'Eau
de Noyau. On trouve auffi chez eux
de la Liqueur de la Martinique & du
Tabac de Mue Chauffir, de Nantes.
Le Sieur Pierre Menot, Marchand
Droguifte au Cap, vient de recevoir
un affortiment d'excellentes Eaux d'o.
deurs, l'Effence de Rofe, de Violette,
la veritable Poudre d'lroe ou le Pur-
gatif rafralchiffant le Baume-de-vie
de Lelievre, l'Onguent de Cavet, l'On-
guent de MRe Defpret & le Vinaigre
de Perles.
Le Sieur Demeyere, affocie du Sieur
Vanvandermeuen Tailleur au Cap ,
rue de Conflans, vis-A-vis M. Reaud,
Negociant, eft arrive par la Mere-de-
Famille, du Havre, avec une pacotille
affortie d'Habits de taffetas & camelot
poil, brodes en or & en argent, ont
avec des olives en argent & foie, &
d'autres unis ; Redingotes bleues, ga-
lonnees en or & unies; Veftes d'"car-
late, galonnees en or; Veftes blanches;
Culottes noires; Vefles & Culottes de
drap bleu pour Negres ; Julienne,
Drap bleu, Drap gris, Camelot poil
& Camelot mi-foie, en pieces, & un
affortiment de Dorure.
Le Sieur Confeil, Habitant a la Petite-
Anfe, Ex6cuteur-teflamentaire du fett
Sieur Fiegac, fera faire jeudi prochain
i8 du courant, a l'Embarcadaire de la
Petite-Anfe fur le terrein de MMd
Grandin la vente des Meubles & Ef-
fets, Muilets, Cabrouets, Pieces ,Chau-
dieres & tous les uftenfiles propres A
une Guildiverie, avec une Barque &
fes agres & apparaux, le tout depen-
dant de cette fiicceffion. Cette vente
a etc remife, attend le mauvais terms.
Samedi prochaia zo du courant, if





24
fera procedi A la-Barredlu Siege ,Royal
du Cap a la vente & adjudication
d'une Negreffe Congo, agee de 18 a 19
ans, bonne blanchifleufe & marchande,
etant dans cette Ville depuis 15 mois:
ldie n'a aucun defaut effentiel, & n'eft
vendue qu'a caufe du depart de fon
mnaitre pour France.
II fera procede le 26 du courant, A
trois heures de relevee, en 'H6tel de
M1. de Tremais, Comminlaire-General
de la Marine, Ordonnateur en ce De-
partement rcfidant au Cap, A la criee
& adjudication, au rabais, de la four-
niture du Bois A bruiler 'a faire pour les
Troupes de cette Garnifon, & autres
befoins du service de Sa Majeftd., a
computer du er avril prochain, aux
claufes & conditions de la precedente
adjudication, don't il fera donn6 com-
munication A tous ceux qui fe prefen-
teront.
A VENDRE OU A AFFERMER.
Maifon fife au Cap, rues Saint-Jean
& Saint-Domingue, aduellement oc-
cupee par le Sr Courville, Perruquier,
confiftant en trois chambres, un cabi-
net, une cuifine, galerie, cour & puits
fepar6. On s'adreffera a Mrs Groifil,
fecres, rue Notre-Dame.
ESCLAVES EN MARONAGE.
Deux jeunes Negres creoles, 1'un
nomme Saint- Louis, tailleur de fon
mnetier affez joli de figure, fluet de
corps, fans etampe Age d'environ 18
ans, taille de 5 pieds i pouce, fe difant
libre ,.& 'autre nomme Louis, cocher,
auffi de figure jolie & fluet de corps,
age de 2o a n. ans, etamp6 fur le fein
droit JACQUEMIN AU CAP, & fur
le gauche R M B, font marons depuis
environ fix mois. Ceux qui les recon-
noitront font pries de les faire arreter,


& d'en donner avis a M. Jacqemin.; .
foit au Cap, ou fur fon Habitation as
Limbe".
Jean, creole, Age de 12z ans; Maiem
Louife, auffli crole agee de 18 ans,
grande & maigre; Lifette, Ia fille, Agee
de 1 2ans, & Jeannit, fon fils, age de
8 ans, font fortis de 1'Habitation de M.
Provofj, fife ia la Coupe-du-Limbe, la
nuit dui' 1e ai de ce mois, & ont
emporte avec eux leurs effects : plus
Cafimir, nation Congo, trapu, Ag6 de
28 ans maron depuis plus d'un niolis.
Tous ces Efclaves appartenoient ci- :
devant a M. Dufrefne de Pontbriand,
& appartiennent maintenant a Me M- Du-
moulin, Avocat au Confeil Superieur
du Cap: on prefume qu'ils font retour-
nes fur l'ancienne Place Uh ils dtoient,
au Bas-Limbe. Ceux qui les reconnoi-
tront, font pries de les faire arreter,
& d'en donner avis audit Sieur Provojl,.
ou audit M' Dumoulin: il y aura i zo 1.
de recompenfe.
CHEVAUX PERDUS.
Une grande & belle Mule, poll
rouge, ayant plufieurs dtampes & entire
autres D. M., s'eft chappee le mois
de juillet dernier de PHabitation de
M" les Heritiers Mafoncelle A la
Petite-Anfe, prefentement A M. lePre-
fident de Bongars. Ceux qui en auront
connoiffance, font pries d'en donner
avis a M. Chervain, rifidant fur ladite
Habitation.
Un Cheval Anglois, court queue,
poil brun, fans 6tampe, s'eft chapped,
il y a environ fix mois, de la favanne
de M. Sicard, Habitant au Quartier-
Dauphin. Ceux qui en auront connoif-
fance, font pries d'en donner avi; A
M. Guefdier, Curateur aux fuccefflions
vacantes au Fort-Dauphin, ou A MX
Jouzbert Habitant i Limonade.




ANNAE 1770' [N. ] 31
- .^> .. --aaI NI L k-


aRRklEi des Navires Marchands.

AtuPoRT-DE PAIX, le 6 de ce
mois, l'Union, de la Rochelle Capit.
IHerout, allant a Bordeaux & qu'une
voie d'eau a faith relacher.
A SAINT-MARC, le 13 Le Solide,
de Bordeaux, Capit. Viviat, venant
du Port-au Prince, d'oii il 6toit part
le ii.
AU PORT-AU-PRINCE, le 9, le Vol-
tigeur, de Bordeaux, Capit. Lacoudray,
tenant de l'lfle de Gorree. Le 14, le
Prince-de-Rohan, du Havre Capit.
Lefcenne, venant du Cap.
DiPART de Navire Marchand.
Du PORT AU- PRINCE, le 15 de
ce mois, l'Achille, de Bordeaux, Cap.
Caduffeau, allant A Saint-Marc.
PRIX des Marchandifis de la Colonie.
Aux CAYES, le 7 de ce mois, Su-
cre blanc, premiere quality, 50 A
51. feconde, 36 a 42 1. brut 2z A 261.
Indigo bleu, 7 1. o10 f. 8 1. cuivre,
6 1.5 f. a 7 1. Cafe nouveau, 18 A 12 zf
( il n'y en a point de vieux ). Coton,
1o A ii5 1.
A SAINT MARC, le z de ce mois,
Sucre blanc, premiere qua lita, A
60 1. feconde, 48 A 51 1. troifieme,
42. a 45 1. commun, 35 A 40 1. brut,
28 A 30 1. Indigo bleu, 8 1. cuivr6,
7 1. Caf6 nouveau, .o f. 6 d. (i


^i~jW^ S9Vr_

I -^ .** ; -,i i 3E.
11C [ S A M ERICAJ.%.,J-INOES a
S. ."': <. -Du Mercredi 17 Janvier.,
V x / -' .,
I.bA -'.-' .- I- ; i,_ /_ _ ,
_________ -** *\_______________________


n'y en a point de vieux). Coton 1251
Cuirs 7 1. o f. Piafires gourdes 35
pour cent.
A LEOGANE le i1 du mnme mois,
Sucre blanc premiere quality r 50 A
52 1. feconde 46 A 48 1. troifieme,
40 a 44 1. commun, 34 381. brut, 28
a 30 1. Indigo bleu, 8 A 9 1. cuivre,
6 1. 1o f. A7 1. Caf6 nouveau, 22 f. A
22 f. 6 d. (if n'y en a point de vieux).
Coton, IT h A 20 !.
AuJ PORT-AU-PRINCE, le 16 de
ce mois Sucre blanc premiere
qualitY, 52 a 53 1. feconde, 48 a 5o
troifieme, 42 & 46 1. commun, 36 A
40 1. brut, 28 A 30 1. Indigp cuivre
6 1. to f. A 7 1.5 f (il n'y en a point
de bleu ). Cafe nouveau, 2 h 22 Gf
( ii n'y en a point de vieux). Coton,
5 a i zo 1. Cuirs, 7 1. o f. 8 1. Piaf.
tres gourdes, 37 pour cent,
PRiIX des Marchandifes de France.
Aux CAYES, ledit jour 7 de ce
mois, Vin nouveau, 132 200 oo
( il n'y en a point de vieux ). Farine de
Moiffac, 8o a 95 1. commune, 66 A 75 1
Boeuffal', 70 a 8o 1. le baril. Petit.
fale, 24 A 36 1. l'ancre. Beurre, 2o A
25 f. la livre. Huile, 24 A 40 1. la cave.
Savon, 70 A 85 1. le cent.
A SAINT- MARC, ledit jour 12 de
ce mois, Vin vieux, zoo a, 240 1.
nouveau, 140 A 160 1. Farine de Moif
fac, 70 80o L commune, 5o a 60 L
Boeuffale, o80 le baril. Beurre, 32 2






Ja livre Petlt-fal .5o .Parie atie. HuIul
361. la cave. Savon, 90 1. le cent.
A LoGA.E,ledit jour .13 du mnme
inots, Vin vieux, QAo a 2401. nou-
veau, 110 o 1t zo 1. Farine de Moiffac,
66 A 701. commune, 5 ~ $. 1. Bouf
fale 60 h 66 liv. le baril. Petit-fale,
07 3.0o h 'ancre. Beurre 18 a 'o f.
!a livre. Huile, 24 36 1. la cave. Sa-
von, A 75 le cent. .
: AUPORT-AU-PRINCE Iedit JOur 16
de ce mois, Vin vieux, x 8o0 zqo 1.
nouveau xo o ijO3 1. Farine de Moif-
fac, 66 A 7z 1. commune, 55 5 ol.
Boeuffald, 55 i 6o l.le baril. Petit-fal ,
A37 30 1. 'ancre. Beurre., i8 lo f.
la livre. Huile, 18 36 1. la cave. Sa.
ton, 66'A 7z 1. le cent.


COURS v U FRit.


Aux CAvEis, Sucre blaic, i i 13 d.
erut, i 1 1z6 d. Indligo, 17 a 30 d. Caf6
8 a i4 d. Coton, 30o 36 d.
A SAINT-MAC Sucre'blanc., 4 TA
d8. brut, i a 5 6 d. Indig, 9 d.
Cafe, i8' d. Coton, 45 4 4
A LifOGANw Su 3 d.brut, i a x i d.Indigo, 24 a 27 d.
Caf;, iz A i5 d. Coton, 30 a 36 d.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre blanc,
oa 4 d. i rutu a 4 d. jIdigo. -p A
34 d. Cafe, 1z A15 d. Coton, 4 az

ZNMa-s4s MaoysS
A Lt'pGo,.A le 6 de ce mois, eft
Chtre A la Geole un Negre, nomme
Pierre, de nation Congo, fans etampe,
fe difant appartenir au Sr Butenion,
Marchand ag Port-au-Prince.
` Au PoRT-Au-PRi.NCX,, le 9 de ce
pois La Fortufre, Congo, etampe
FRENEL, fe difant appartenir A M.
ouirgeno,, Laogaqne ; & Rofe, SM-
isgaloife, 6tamp'e MAiAOVIT, la


I,


udelle a dit appartenlr au nommine fen
Pierre, Negre libre, au Boucaflin. Le
12, Hyacinite, nation Mina, etampe
illifiblement, fe d(fant appartenir M.
Nicolle, Habitant A I'Artibonite; &
:Toutain, Congo, tampere E. ANTY ,
Ag6 de x i ans, lequel n'a voulu dire
le nom de fon inaitre.

N;*OUVELLES D'E ROPE.
RUSSIE.
Le Comte Panin prit congi de $a
'Maje& e Imperiale, potrr aller' prendre
le Commandement de 1'armne d'Ukrai-
neci-devant commander par le Comnte
iRomanzo w qui a replace le Prince
de Gallitzin.
ToiUte la Pruffe' Podl6noe ctant conf
federee, les troupes Ruffes qui etoient
dansCracovie, s'en retirement le 3 l f0-
bre, & prirent la roiite de Varfovie'
apres leur depart,lkes families desDif-
fidens qui r+fidoient dans la'Ville, fe
difpofoient A fe tauvre avee leurs ef.
fet., 4anslia crainte des Confdeeres.
On mnande des frontiers de Molda.
vie, que lesR'tiffes fe'fInt retranchns
le long du Niefler, & que les C6faques
font de friquentes ihcurfions dans cette
PrincipautO. Qn ajoute que le Gendral
de !'armie Ottomnane.a detached de Ben-
4er vers Choczim, utin corps de vingt
niille homes, & qu'iltfait des difpo-
fitions qu.i paroifent indiquer le pro.
jet de tenter le affage du i"euve.
les Ruffes s'ef recent d empecher
en Polbgne la runtorion des onfdera-
tions particulieres. Le Gid ralAp`ra in,
march, h ce qu'on dit, centre les
Coif6deres de la Granide Pologne, &
le Colonel Dreitkz, centre ceux de la
Pruffe. D'autres affurent qu'ils forme-
ront un cordon' dixlieteesde V arfo-
Vie, l'di s l endvrbont is-ddiahSe


V.







epniso r nohrrtr atrel CGnf&tMrs,.8 ,
4'ot ilss feo.nt: port6e de fd replier'
fr Varfovie enl cas d'Xchec.
" On made. qie la. defection ef fti
confid'rable parmi- les Rcgimens de,
la Courhnad ,. don't les Sbldats vdnt
s'enr6ler chaque jour, au fervice des
Confiddrbs, que pour en ar'rter les'
progrs, on a 6te oblige de porter dans.
Vinterieur'& au dehors de Varfovie
des detachemens de Cofaques Ruffegs
pour les contenir.
Toute la Pologne eft dans les plus
vives alarms, depuis le Manifelle que
la Porte a fait publier pour declarer la
guerre au Roi & A tous les Polonois
qui ne feroient pas avec les Confde-
r.es caufe commune, II eft Certain que
ce Manifefte, s'il eft fufr-tout foutenu
par un nombre .uffifant de troupes,
d.6truira le .fyfteme de neu~tralite, que
la plupart des Grands pargiffoient avoit
adopt pour gagner du temps, & fe join-
dre a la fin aut parti des vi&orieux.
Au refte, le Manifefte Ottoman.n'ef t
que la contre-partie de celui que les
Ruffes publietent le 14 Mars dernier,
& oh il eft dit que la Ruffle ne veut
plus avoir en Pologne que d s amis &
des ennemis d elares.

Les affenblees de la Diete fe con-
tinuent toujours fans rel~che, & les
R4glemens qui en refultent, ont pour
hut l'utilite publique : il y a toute ap-
parence que la fuppreffion d'une partie
4es F&res aura lieu, malgr l'dppdfitionv
de I'Ordre des Payfans.
On a fait le calcul fiivant, A I'occa,-
fion des dernieres deliberations de la,
Diete, fur la defbenfede difiller de f'eau-
de-vie. Les Habitansde Suede montent,
fuivant lafupputation generate, A deux
ml&ions & demni On cbinpte que chain


que Habitant confromme -u quarter
d'eau-de-Vie pat jour; o, e beh confom.
me par'c.nfequent tbus leg ours 'din
le Royaltine 6, o'omefures. Pour dif&
tiller I n iefwres, on a befoin d'uni:
tone de grain, & par cdnfecuenri, i1
faut chaque y6jr 5208 tonnes & demies!
de grain pour cet difage". En les muIti*
pliant pat 365 jots,. I product eft
1, 901, 04 i, tonnes & dent tiers de
grainl par an. II refulte de ce calcul,
que la diflillation d'eau-de-vie emporte
autant de grain par ant, qu'il en faudroit
potr Pentretiende 471, z6o0 etfomies,
d computer par 4 tonnes de grain pour
I'eitretien de chacune. Ces raifori4
etoient affezpuiffantes, pour qie cerobw
jet de deliberation' fflt muirement pef&t
par les Etatsauffil a-t-6n pris les meliure,
les plus ages l'igard de l'Ordre des
Payfans, qui follicifoit la perrhiffion de
fire ufage de 'eau-de-vie.On P'a refirin.
te & modifice dans plufieurs points; e'rl
confeihqence, il a t ddciddI d'une voi'
u'nanime, que les Payfans & les Pro"
pri-taires de terres1 auroient 1a libertd
de diftiller de leautt-ce-;vie dains les cam
pages pour leurs propresbefoins, dew
pois le premier Novemibrejufqu'au pre-
mier Avill, 6 condition cependant que
la vente eri feroit gdneralfment pro'
hibee. Les Etats ont pris enfuite pluw
fieurs objets important en confidera-
tion, tels qte les differens fyf1cmes de
finance, & phifieurs branches d'adamii
niftration & de commerce. Ils onr per.
mis l'importation des vitragesde Franrce
& d'Angleterre, moyennanit un droit
d'entree de 25 pour 100oo, & fe fontr
riferv6s d'examiner avec plus d'atten.
tion les effects de la defenfe du caf6,
portde par la dernieie Diete. Ils dnt
eri attendant fulpendu toute poubrfuite
de la part des Fiicaux centre eit t <4
Snferom irfage.


























I'
'I


Ii I












I; ~
11


. On made d'Elfeneur que la pre-
miere division de l'Efcadre Ruffe, com-
pof6e de. 5 Vaiffeaux, a paffd le de-
troit du Sund avec un vent favorable.
On pretend que chaque Vaiffeau porte
goo hommes. On ecrit auffi qu'on a
vu aupres de l'fle de Falfter, la feconde
division de l'Efcadre, qui eft moins
nombreufe que la premiere, mais com-
pofre de Vaiffeaux plus grands. On af-
ftire que toute l'Efcadre tournera I'E-
coffe & l'lrlande pour eviter les
bancs & les autres difficulties que les
Navigateurs ont a vaincre dans les
parages de la Manche, & qu'elle ef-
pere manoeuvrer plus heureufement
eca pleine mer & hors des canaux,
ALLEMAGNE.
On parole d'un nouveau voyage que
I'Empereur fe propofe de faire en Hon-
grie; F'objet qui le motive, n'eft point
connu. f.On continue de travailler A
Vienne a remplir les magafins, & a
preparer tout ce don't une armee de
8oooo hommes pourroit avoir befoin.
On made d'Italie que depuis le
voyage de l'Empereur, les droits de
Douane fur la foierie, &c. font reduits
A la moitie
L'Imperatrice-Reine eft parties avec
les Archiducheffes Marie-Anne & An-
toinette pour Notre-Dame-de-Zell, en
Styrie. On a vu, pendant quelques
jours, dans une des falles du Palais Im-
perial & Royal, un devant d'Autel
d'argent maffif, du poids de 300 marcs,
que Sa Majeftl define a l'Eglife de ce
lieu,
On ecrit des frontieres de Turquie
que le Grand- Vifir ayant demanded &
obtenu la demiffion de fes emplois, par
rapport A fes infirmities & a fon grand


D A N MARC KCU'


I I


age, fe irand-Seignteur a n6tnmmd pouti?
lui fucceder, Maldovani All Pachai,
& que le Seraskier de Romelie e0-
charge par interim du Commandeiment
de l'armee Ottomane.
Les dernieres lettres de Varfovie
portent qu'on travaille extraordinai-
rement dans le cabinet. On dit qu'iI
va paroitre une nouvelle Declaration
de la Cour, & qu'il fe tiendr'a un Se-
natus-Confiliumn. On s'attend auffi que
les circonflances vont bientot changer,
par la declaration de guerre faite de
la part de la Porte, au Roi & a la Re-
publique de Pologne. Les mnmes let-
tres fe louent beaucoup de la bonne
conduite & de la discipline exa&e que
les Turcs font obferver en Pologne;
ils patient liberalement toutes les livrai-
fons qu'on leur fait, mais ils ne me-:
nagent pas les Grecs : on ajoute que,
de leur co6t, les Ruffes vexent tes
Catholiques & exigent avec beau-
coup de durete des vivres & des four-
rages.
ITALI E.
Le 17 du mois de Septembre, jour
fixed pour l'ouverture du Jubile, le Sou,
verain Pontife fortit 'a midi & demi
du Palais Quirinal -& fe rendit eri
grand cortege, a i'Eglife de Ste. Marie-
des-Anrges oh il celebra la Meffe au
Maltre Autel; apres quoi on commen-
ga la Procefflon folemnelle, compofle
de tout le Clerge f6culier & regulier,
& de toutes les perfonnes qui devoient
y affifter. Le Saint Pere la fuivit a pied,
ainfi que vingt-trois Cardinaux, juf-
qu'a la Bafilique de S. Pierre oi le S.
Sacrement etoit expof6. Sa Saintete y
fut rescue par le Cardinal Colonne, Ar-
chipretre de cette Bafilique, a la tete
du'Chapitre. Le Souverain Pontife fut
porter jufqu'l I'Autel ot, apres avoir,






cite 16es prieres' accouttites, 11 don-
na, par trois fois, la benedidion Pon-
tificale au people. Apres cette cere'-
monie, Sa Saintete retourna en grand
cortege, au Palais Quirinal.
L'entree folemnelle de Sa Saintete A
Rome, & qu'on appelle vulgairement
Paff o, a dfi fe faire le 12 Novem-
bre dernier.
L'Imperatrice- Reine, voulant te-
moigner au fieur Battoni, celebre Pein-
tre, combien elle dtoit fatisfaite des
portraits qu'il a faits de l'Empereur &
du Grand-Duc de Tofcane, lui a fait
remettre une magnifique bague de dia-
mans, & une caffette remplie de me'-
dailles d'or de diffirentes grandeurs.
Cette recompenfe a ete precedde de
plufieurs dons confiderables que le fieur
Battoni a requs de l'Empereur & du
Grand-Duc.
On affure que le Roi de Pologne a
fait annoncer au Souverain Pontife ,
que fi Sa Saintete, a l'gard de quel-
ques Princes, independamment de ceux
de la Maifon de Bourbon, hefitoit fur
'aneantiffement de la Sociedt des Je-
fiites Sa Majefle Polonoife declaroit
definitivement qu'Elle adheroit au de-
fir des Cours de Verfailles, de Madrid
& de Naples.
,On a public Naples, il y a quel-
que temps plufieurs Reglemens tou-
chant les Eccilfiaftiques, qui alarment
avec raifon la Cour de Rome. On y a
defendu les quotes entr'autres aux
Herlnites dont-un a ete arrtet. On a
pris la note de la vaiffelle & des autres
meubles des Religieux Barnabites': on
croit que le Gouvernement veut fiup-
primer leur Ordre dans le Royaume.
Trois cens orphelins ont ete mis dans
une des Maifons des Jefuites, & une
multitude de faineans & de vagabonds
a.-et renfermee dans une autre. On a


abolilla Congregation des Prstres, inf-
titu6e par le Pere Pavone & on a
difpof6 des biens qui y dtoient atta--
ches. Enfin on a defendu d'avoir regard
dans les Etats de S. M. aux difpenfes
qui viennent de Rome, pour ceux qui
veulent entrer dans les Ordres Eccle-
fiaftiques.
La Republique de Venife travaille
fans relsche, a la diminution des Cou-
vens dans fes Etats. Le Senat a donned
ordre a tous les Superieurs des Coin-
munautes de lui faire parvenir fans dd-
lai,une note exa&e.du nombre des Cou,
vens don't la Province eft compofde,
foit qu'ils aient ete fondes ou acquis;
de-celui des Religieux qui a 6te fixed par
foundations de celui de tous les Religieuxi
qui fe trouvent at1uellement (dans les
divers Couvens ou Hofpices en me-
me temps que leur nom; enfin de fuf-
pendre jufqu'a. nouvel ordre ia recep-
tion des Novices.
FRANCE.
II paroitun novel Arret du Confeil
d'ttat, fuivant sequell le Roi s'.tant
fait re-ndre compete en fon Confeil, de
la quantity d'eau que fourniffent, pour
l'ufage de la ville de Paris, les pompes
6tablies fur la riviere & les aqueducs
qui amenent Peau de plufieurs forces
des environs, ainfi que du project qui
a etd former pour amener celle de la
riviere d'Yvette dans cette Capitale ,
Sa Majeflt a reconnu que rien ne feroit
plus avantageux aux habitans de la-
dite Ville,que de leur procurer, pour
faciliter le ndttoiement des rues, entre-
tenir la falubrite de Pair & fervir I.
leurs divers befoins, tn nouveau vo-
lume d'eau auffi confiderable, que ce-
lui que cette riviere eft enetat de four-
nir, & voulant leur donner en toute
occafion, des marques d'une bienveil-
lance particuiiere, Sa. Majeflt a corn-






mses le ietir Petwiet ; ppette h isg6
iieur des points & chaufqfes,,des Aca
demies des Sciences& d'Architeaure,
Chevalier de fon Ordre & le fieur de
Chezy, Ing'nieur des points & chauf-:
g(es pour proceder inceffamment a
la vifite & reconnoiffance du course de.
la riviere d'Yvette, ainfi quedu point
ti il conviendra de le detourner des
terreins, fur lequel il feraneceffaire de
fire paffer Peau de ladite riviere, &k
de l'endroit o. il fera le plus a propos-
de la faire arriver, pour qu'elle puiffe
etre diftribuie ot il en fera befoin ,
4ans les diffircns quarters. de la, ville
4 leur ordonne de lever les profits, de
faire les nivellemens neceffaires,&de
dreffer un plan Topographique des ter-
reins, fur une echelle fiffifante pour
en faire connoitre les details, de for-
mer des plans devis & details efli-
inatifs de tous les ouvrages qui front.
neceffaires, tant en conftrudions, qu'en
terraffemens & autres. II leur efl auffi
ordonne de former un stat detailledes
terres maifons moulins & autres
proprietes quelconques qu'il convien-
dra d'acqucrir pour 1'execution dudit
project, lequel Otat contiendra 'ef-.
timation des indemnites qui feront
dues pour raifon defdites acquifi-
lions.
On apprend par des lettres de Ca-
dix que la Frigate Frangaife, l'fis,
oommandee par. M. deFleurieu, &fur
laquelle eft embarqu6 M. Pingre", ya
relach6. On a vu ces deux Academi-
ciens an Cap, & l'objet de leur voya?
.e eft trop connu pour nous y arreter:
ii nous fuffira de dire que les effais
9u'ils out fait des horloges marines
&u fieour Berthoud font, on ne piut
pas~ plus, fatisfaifans.
iL de Fracs, ) Minifre Plenipo..-


totniaite dc Franee 1w Cowtr de L~t:
dres, ad,.dit-on, pr4fent au, Vicomte<
de Weimouthb, Secretaire d'Etat, uzt
Memoire par lequel it demand, atr
nom de Sa, MaiJ;eft Tres-Chretienne,
fatisfiaion de 1'infulte faite A une Ga-
barre Frangaife, armee par un, N:go-.
ciant, qui.avoit relache. aux Dunes ,
& fur laquelle la Chaloupe de guerre;"
Angloife, le H1auwke,; a tire plufieurs
coups de canon: pour. Pobliger A fair
le falut.
Pafchal Paoli a' eu l'honneur, emn
paffant par la Hollande, de prefenter
fes refpefs au Stathouder, avec lequel
il eut auffi celuide diner. 11 prit enfuirte
la route de Londres oju il arriva le zo,
Septembre ; it fit tout de fuite une vi,,
fite au Duec de Grafton, & parur at la,
Cour .le jour qu'on celebroit I'Anni-
verfaire du Couronnement du Roi. S.
M. lui fit unaccueil tres-gracieux : ce
Ge'nral Corfe eut l'honneur le lende-
main de s'entretenir trbs-long-temps e-n
particulier avec Elle, au Pa'ais de la Rei-.,
ne; la conversation fe tint en Frangais..
Oriaffurecependant quela conduit que
fe propofe de tenir la Cour A fon regard,
fera de nature A ne donner aucun om-,
brage. Les appartemens qi'il occtipe .
font richement meubles. II y reqoit les
vifites des perfonnes de la plus haute
confideration.

AM R I Q U E.

Du Port-au-Prince, le 17y Janvier.
Suivant les observations meteoro'
logiques, faites par M, de Beauffan,
Membre de la Chambre d'Agric.ulttre
du Port-a;u-Prince,, la quantity de pluie
qui.eft tombee L6ogane, pendant le1
courant de ,lann'e derniere,, 4't6 dq
3:8 pouces o ig esen 6 jours diff


I!

ii


Ii





rens, dot plufifeUrs nonttM qia utine
ligne ou une demi-ligne; dans d'autres
jours au contraire, a quantity de pltie
eft allee jufqu'".z6 lignes dans un feul
rage. On n'a eu, fuivant ce calcul,
que les deux tiers delreaut qui tombe
d'ordinaire a L'ogane dans une ann6e
pluvieufe ; & patrione confequence na-
turelle, confirmee par experience,
On peut inferer que les revenues de 1770
i'iront guere qu'aux deux tiers de ce
que ''on efproit dans les endroits qui
ont fouffert le plus de la ,fchereffe ;
ce qui cependant doit fouffrir quelque
exception pour les terreins qui, par
leur situation favorable font fufcep-
tibles d'etre plus fouvent arrof6s.
Le thermometre de, M de Reau-
smur, a refprit de vin, a monte6 Leo-
gane, dans le courant de 1769, tres-
rarement jufqu'A 28 degrts mnime
dcans les plus grandes chaleurs; & il a
quelquefois defcendu jufqu'a dix- fept
degrees.
Nous nous fonimes empreffles datns
le temps de payetr n tribute d&6loges
aux talens & au zele patriotique de
M. Rolland, Ingenieur -,Penfion:naire
du Roi; tun citoyen qui defire- garder
1'anonime, fe joint A nous pour preco-
mifer fa methode d'appliquer desrou-
lettes'aux moulins A fucre; & voici A
peu pres dans qadels terirhes il s'expri-
sne dans une lettre 'crite a TIImpri-
lneur:
On doit fa-voir, Monfiur, d'au-
a tant plus de grd a M. Rolland; d'a-
* voir fait fPajifliation dies ,rulettes
4. aux moulins A fire, que r'avantage
.e en -eft confrm par avance sfit eft
s parvenu & leur donrer la foliditk ne-
i, ceffaire. M. Boisdenier, Comman-
s dant aufond-des-Negres, qui ne fait
*'point myftere derin avoir pris ridde
rdaF ola1rd, a-fait irt Mi RoIIad d,


vvequlifhalreatfchtt h, 66 delleffi
,qu'il en fit fur fon Habititioti an
p Fond-des Blancs iI y a environ
quinze ans;mnthode don't il n'a pasfait
n ufage, s'itant bientot apres ddfait
de ce bien, & n'ayant plus continue
la fabrique du fucre.
Pour juger, 1Monfieur, de la dif-
ference des deux merhodes, M. Boif-
a denier, autlieu d'atteler des mulets
) qui euffent tire avec plus ou moins
o de force, fit attacker a [a queue du
.moulin -une corde, don't it fit paffer
.le bout futr une poulie place devant,
w & y fulfpendit -un panier qu'il fallut
chargerr de 365 a 370 livres, pour
w faire paffer au moulin un paquet de
i2 cannes & un -de I bagafies.Ayant
enfuite ajufti en place de dhaque cra-
paudine trois roulettes de gayac de
fix pouces de diametre, & de trois
n pouces d'epaiffeur,quoique quelques.
,, unes Te fuffent d'abordfracaffes dans
o Piopration, (ce qui dut encore cau-
fer beaucoup d'enibairras & de frotte-
ment) il ne fiut plus befoin de met-
tre dans le panier que le quart des
i poids, ourfaire paffer deux paquets
Sparei-ls aux ,prdedens. II eft aif6 de
i juger, d'apres cet expof6, combiet
,la'machine eftladoucie & combien
o les IHabitans feront redevables A la
Snouvelle-IdAcouverte de M. Rolland,
>Ifi les roulettes de fonte qu'il a fans
o, dote -fibf4itudes a edlies de bois i
,t petvent refifter aut grand effort des
roiuleaux & font d'une durce 6gale
aux. crapaudines ,.

Je fuis, Monfieur, &c.

AVIS _DIVERS.
M. Javin de Lalean, ci-devant DiM
tieur dJu Bwreau-d'Adefle au Pornt





au-Prinnce, & refidant atfiellement att
Port-de-Paix, etant fur fon depart pour
France, prie les perfonnes qui lai doi-
vent, de te folder inceffamment & en.
gage fes Creanciers de fe prifenter pour,
recevoic leur pavement.
DE M A N D E..
On defireroit favoir dans quel lieutt
de la Colonie eft dced6 M. Adrien-
Franwois Dubofe c ci-devant Comman.-
dant le Bateau du Roi, & mort depuis
environ 10 ans ; fes. parents en France
demandent fon Extrait-mortuaire-, &
voudroient avoir connoiffance de ion
teftament. Les perfonnes qui pourront
donner 'a ce fujet quelque eclairciffe-
mnent fatisfaifant, font prides des'adref-
fer a M. D-ubois, Direfteur de la Pofte
a Saint-Louis, out aut S' Gui/llot, Imr-
primeur du Roi, au Port-au-Prince.
DEPART POUR FRANCE.
M. de la Barde ,- Arpenteur du Roi,
demeurant au Port-de-Paix.
A AFFERMER.
Une Habitation fituee a la Riviere-
Creufe, Paroiffe de la Croix-des-Bou-
quets, de la contenance de 240 quar-
reaux, entourde d'une haie vive, avec
unjardin clos auffi par une haie vive, ar-
rof6e.& ayant 6o pouces d'eau par eclu-
fe. Cette Habitation eft fufceptible d'-.
tre etablie en facrerie: on y trouve une
rnaifon principal, trois pieces de can.
nes, des vivres de pkifieurs efpeces,
une bananerie, &c. I faudra s'adreffer
A M. Chapotin Habitant audit lieu qui
I'affermera pour neuf ansy, & qui, en
fera bonne compofition.


ESCLAVES EN MARONAGI. '
Un Negre Arada, nomme Cupidonz
etampe fraichement ftr le fein droit P.
DUPUY, & au deffous P.- P. X., age
d'environ 25 ans, taille de 5 pieds 3 a
4 pouces, marque de la petite-verole,
eft maron. On foupqonne qu'il s'eft refu.
gi6 dans Ia dependance du Cap, & di&
c6td du Terrier-Rouge. Ceux qui le re-
connoitront, auront la bonte de le fair
arreter, & d'en prevenir M. Tendron,.
Dire(teur de la Pofte dLt Port de-
Paix.
Un Negre- nomme Pierre ou Congo,;
creole, tampe fur le fein droit, B.
PORCHER, & fur le gauche SANSE,
age de 2-2 ans, taille de 5 pieds 2 pou-.
ces extremement replet & d'une jo-
lie figure, eft maron. On.eff pride s'it
eft reconnu, de le faire arreter &
d'en donner avis a M.. Defcac,. t Leo-
gane.
Une Negreffe nommee Frangoije,,
creole, fans etarmpe, age d'environ'
24 a 2.5 ans, taille de 5 pieds., le nez
ecrafe eft maronne. On eft prie, fi
elle eft reconnue, d'en donner avis a.
M. Delort, Chirurgien, ai Acquin.
MULE PER.D'UE.,
11s'eft egare une Mule ,.fans. etampe r
de moyenne taille poil noir, & com.-
rnenpant a blanchir de la tate, ayant
a la cuiffe, hors du montoir, une pe,
tite marque blanche -, occafionnee par
les coups qu'elle a recus lorfqu'on l'a
domptee. Ceux qui la reconnoitront,
font pries d'en donner avis au Sr Mar-
tin, Aubergifte, ail'enfeigne des Bons-
Enfans, au Port-au-Prince-


Avec Permiffion de MM, le Geine'ral & 'Intendant.

.AU PORT-AU-PRINCE, chez GVILLOT, Imprimeur br&vet6 du Roi,





ANNiE 1770.


- ~m~mm~


[NO 3.]
S In^


ENT AUX


AFFICHES AMERICAINES.


Du Samedi 20 Janvier.


A RR Ir E de .Navires au Cap.

L E 6 de ce mois Ie Favori, de
Saint Malo, Capit. Boffinot, au. lieu
de Magon : le 9, la Marie-Magdeleine,
de Marfeille, Capit. le Bar, parti le io
novembre : le 1i le Brigantin la Ma-
rie, de la Louyfiane, Capit. Lemelle.
DEP'ART de Navires dudit Port..
Le r2, la Re'uffte, de Nantes, Capit.
Hardy, pour Saint-Marc : le 16 la
Sainte-Anne, Capit. Goujeaud, pour
Bordeaux.
PRIx des Marchandifes de la Colonie
au Cap.,
Sucre blanc, premiere quality, 60
A 62 1. feconde, 55 A 58 1. troifieme,
'oA 531. common, 40o451. brut, z25
a 30 1. Indigo bleu, 8 1. A 8 1. io f. cui-
vre, 6 1. A 7 1. io f. Caf6, 2o a 21 f.
Coton, 12o A 115 1. Cuirs, 8 a 9 1.
Piaftres gourdes, 37 pour 10oo0.
PRIX des Marchandifes de France au
Cap.
Vin vieux, 25o 260o 1. nouveau,
r 0o a z0o 1. Farine de Moiffac, 70 a
711. commune, 55 A 601. Bceuffale, 66
S70 1. le baril. Petit-fale, 27 a 30 liv.
l'ancre. Beurre, 17 A i8 f. la livre.
Huile, 18 A 40 L la cave. Savon, 60 1.
COURS du Fret au Cap.
Sure blanc, a.. 13 d. brut, 13 A


14 d. Indigo, 2o A 24 d. Caf6, 14
15 d. Coton, 24 30 od.
Mo R T S.
M. Dupui du Bufca, eft mort au Cap
le 18 de ce mois.
M. Pierre Mocquard eft mort dans la
meme Ville le 19, age de 38 ans : il
dtoit natif des environs de Nantes.
NEGRES MARONS.
Au FORT-DAUPHIN le 2 de ce
mois, eft entree a la Geole Mondor,
nation Congo, fans erampe, fe difant
appartenir a M. Lejeune, demeurant au
Cap; & Pierre Savoty, creole, fe di-
fant appartenir A M. Renard, au Bri-
lage : le 6, Marguerite, fe difant appar-
tenir A M. Chof/bn, demeurant au Cap;
& deux Negres, nation Congo, cram-
pes METTON, lefquels n'ont pu dire
leurs noms ni celui de leur maitre:
le 8, un Ndgrillon etampe fur le fein
gauche, autant qu'on a pu le diflinguer,
OR L. ROUX, lequel n'a voulu dire
fon nom ni celui de fon maitre.
Au CAP, Barba, nation Bambara,
etampe illifiblement fur le fein droit,
age d'environ 30o ans, taille de 5 pieds
5 pouces, fe difant appartenir au Sieur
Favrau, Mason a Limonade; Antoine,
nation Miferable, fans etampe ayant
une excrefcence a cote du fein gauche,
age d'environ 14 ans, fe difant appar-
tenir au Sieur Champagne; une Negreffe
crdole, nommee Marie-Lou ,.tam-p


----------- A &V





14
p6e fur le fein droit FD, agee d'envi-
ron 25 ans, fe difant appartenir a M.
Barrochin; & Cupidon, nation Congo,
etampe fur les deux feins C L. & au
deffous de meme, ayant fur 1'eftomac
deux large cicatrices, & fe difant ap-
partenir A M. Lombard.

SPECTACLES.
On donnera au Cap, le Dimanche
18 du courant, le Glorieux. Cette Piece
fera fuivie d'un Ballet heroique, inti-
tule Le'da. On fe flatte que le coup de
Theatre qui en fait le denouement,
fera auffi frappant que celui de la Fe'e
Eurgele, puifqu'il depend de la mnme
A&rice.


AVI S


DIVERS.


II fera proced6 vendredi prochain
26 du courant, 'a trois heures de re-
levee, en l'H6tel de M. de Tremais,
Commiffaire General de la Marine,
Ordonnateur en ce Departement, rd-
fidant au Cap, ai la criee & adjudica-
tion, au rabais, de la furniture du
-Bois 'a bru'ler a faire pour les Troupes
de cette Garnifon & autres befoins
du service de Sa Majefit, a computer
du Ier avril prochain, aux claufes &
conditions de la precedente adjudica-
tion, don't it fera donn6 communication
A tous ceux qui fe prefenteront.
Les Creanciers des Sieur & Dame
le Bon, font invites a s'affembler en
1'Etude de Me Cormaux de la Chapelle,
Notaire au Cap, rue Saint-Domingue,
niercredi prochain 14 du courant, Za
trois heures de relevie, pour nommer
un autre Syndic au lieu & place de M.
Dequatreville, qui eft fur fon depart
pour France.
Le Sieur Pedecot, Ch-arpentier au

I li,


Fort-Dauphin, devant partir inceffam:
ment pour France, prie les perfonnes
a qui il peut devoir de fe prefenter
pour recevoir leur pavement, & ceux
qui lui doivent de le folder au plut6t.
DEPARTS POUR FRANCE.
M. Decap, Habitant a la Souffriere du
Limbe.
M. Martin, Habitant au Grand-Baffin.
DEMAND.
Un Particulier defireroit trouver
quelqu'un qui chez lui vouluit y faire
des Briques, Tuilles, &c. en fourniffant
les Negres neceffaires : il prendroit
avec lui des arrangements convenables,
& lui affureroit le debit de tout ce qu'il
feroit, a un prix tres-avantageux. La
cafe, la terre, l'eau & le bois font a la
proximity du four. On s'adreffera a
M" de Blanchardon & Bellot, Nego-
cians au Cap.
NAVIRES EN CHARGEMENT.
La Fortune du Havre, Capitaine
Papillon, fils, partira pour ledit lieu
le 20o du mois prochain : ce Navire
eft fin voilier & commode pour les
Paffagers. Ceux qui voudront y paffer,
ou charger a fret, s'adrefferont audit
Capitaine, chez M. Ballet, Chirurgien
au Cap, rue de la Fontaine.
La Cdte-de-Nipes, de Bordeaux, Ca-
pitaine Guillocheau mouille dans la
rade du Fort-Dauphin partira pour
fon Port dans le courant du mois pro-
chain. Ceux qui voudront y paffer,
ou charger 'a fret, s'adrefferont audit
Capitaine qui prendra les denrees aux
embarcaderes.
Le Printems, de Bordeaux, du port
de 400 tonneaux Capit. Noel Armai-
gnacq, partira pour ledit lieu dans le
courant du mois d'aott : ce Navire n'a






encore fait qu'un voyage a l'Amerique.
Ceux qui voudront y patffer, ou charger
A fret, s'adrefferont audit Capitaine,
en fon magafin au Cap, rues de Con-
flans & du Gouvernement.
BIENS ET EFFECTS A VENDREO.
Un Terrein d'environ 11 quarreaux
en plaine, fis aux Perches, Paroiffe de
la Petite-Anfe, A la lifiere de la Sucre-
rie de Mde Lebourdais, les deux tiers
en favanne, & l'autre tiers en vivres,
jardinage & places 'a Negres, le tout
bien entoure de haies vives, fur lequel
il y a une grande cafe de 50o pieds de
long fur 18 de large, une autre cafe
fervant de magafin & de parc pour les
veaux & moutons, une cuifine avec un
bon four A pain, une remife & un pou-
lailler, le tout prefque neuf, conftruit
en bois incorruptibles & paliffade en
planches de fape; un colombier & cinq
cafes A Negres : on pourra accommo-
der I'Acquereur de quatre meres va-
ches tres bonnes laitieres, avec leur
fuite; d'un troupeau de moutons; d'un
cabrouet A boeufs tout neuf; d'une
chaife ai deux places, en bon etat, &
de quelques meubles. II faut s'adreffer
a M. & M4d Dufau, refidant fur ledit
Terrein.
Une Maifon fife au Cap, rues Saint-
Pierre & Saint-Domingue vis-A-vis
M.Dechevery, confiftant en huit cham-
bres avec planchers deux cuifines,
galerie, puits & cour, le tout carrele
a neuf & covert en tuiles. On s'adref-
fera A M. Lacate, Notaire au Cap, &
en fon abfence a M. Brun, Entrepre-
neur de batimens.
Mde Creba/fa fe propofant de partir
pour France au printems prochain ,
prevent qu'elle a a vendre un Negre
tres-bon jardinier; une N6greffe me-
nagere, bonne couturiere, blanchif-


35
feufe, repaffeufe & brodeufe, ag6e de
28 ans, propre pour un malade; une
Mulatreffe tres-bonne couturiere, bro-
deufe, blanchiffeufe & menagere, Agde
de 16 ans; une N6greffe bonne fer-
vante, agree de i6 ans, ayant un bon
commencement de couture & une
N6gritte agde de 6 ans, de tres-jolie
figure, ayant auffi un commencement
de couture, le tout argent comptant.
On s'adreffera A M. Lareche l'aine,
Horloger au Cap, ou a M. Crebafa,
dans le morne du Cap.
II fera vendu A la Barre da Siege
Royal du Cap famedi prochain 17
du courant, i tetes de Negres de la
fucceffion du feu Sieur Ledoux, fcavoir:
Lacouture, nation Mina, ag6 de 22 ans,
tailleur; Cefar, creole, ag6 de 18 ans,
perruquier; Jean-Baptife, creole, ag6
de 2 5 ans, charpentier; la Rofe, nation
Arada, Ag6 de 27 ans, tailleur; Ze'hyr,
nation Congo, age de i4 ans; Aquilon,
de meme nation Ag6 de z 5 ans; Ro-
falie, Negreffe Bambara, ag5e de 30
ans, avec Saintonge, A la mamelle,
age de 18 mois, & Marie-Louife, Mu-
latreffe, fa fille, ag6e de 1x ans; Elifa.
beth ThimbauZe', nation Congo, agee
de 16 ans, couturiere; & Reyne, de
meme nation, agee de i 5 ans. Ceux
qui voudront s'en accommoder A l'a-
miable s'adrefferont a M" Millot,
Friou & Compagnie, Negocians.
A VENDRE OU A AFFERMER.
Une Maifon fife au Cap, rues Saint-
Jean & Saint-Domingue, a&uellement
occupee par le S' Courvile, Perruquier,
confiftant en trois chambres, un cabi-
net, une cuifine, galerie, cour & puits
f6pare. On s'adreffera A M" Groifi t
freres, rue Notre-Dame.
EFFECTS PERDUS.
11 a ete perdu, le2.9 du mois der,





mier, en deqi de la Riviere du Limbe,
pres le Cabaret, un Paquet de paper,
fous enveloppe,a 1l'adreffe de M. David
Lanoue Habitant au Port Margot.
Ceux qui Fauront trouve font pries
de le faire remettre audit Sieur David
Lanoue, ou a M. Clerifau, N6gociant
au Cap : il y aura recompenfe.
Un Mu'let, poil rouge ayant une
&tampe efpagnole A la cuiffe du co6t
du montoir,, s'eft echappe le mois der-
nier de la favanne de M. Dubreuil,, la
Tannerie. Ceux qui en.auront connoif-
fance, font pries d'en donner avis audit
Sieur Dubreuil, ou A M. Thibaut-, au
Cap, ou A M. Turin, A la Petite-Anfe.
ESCLAVES EN MARONAGE.
Un Negre cr ole, romm. Augufie,
etampe PONS, Age d'environ 28 ans,
taille de 5 pieds 3T pouces;. un Negre
Congo, nomme Colin ,, tamper IHY,
Age d'environ 27 ans taille de 5 pieds
z pouces ; un jeune Negre Bambara,
nomme Portugais, 'tamp' PONS, age
de 16 A 17 ans, taille de 4, pieds i.o
pouces; & un autre jeune Negre Mon-
dongue nomme Marron etamp6
HERON, de meme age & meme taille,
font marons depuis 14 ai y mois; fes
trois premiers fe tiennent dans les cre-
tes des mornes de Mr Millot & Foucher,
au Bonnet : plus, un Negre creole,
nomme Antoine, etampe 'dVE, age
de 36 a 38 ars, taille de 5 pieds 4
pouces, ayant une brflure fur Peflo-
mac, & appartenant ci-devant A M. le
Chevalier de Meterac, maron depuis fix
femaines. Ceux qui-les reconnoitront,
font pries de les faire arreter, & d'en
donner avis a MW5 Delage & Daney,
Negocians au Cap, ou i M. Pons, Ha-
bitant au Quartier-Morin : il y aura
xio 1. de recompenfe pour la prife de.
cbaacua defdits Negres...


Un Negre Congo, &tamp fiir Ib
fein droit MARTINOT A C, maron
depuis environ trois mois. Ceux qui
le reconnoitront, font pries de le faire
arreter, & d'en donner avis au Sieur
Martinot demeurant au bord de la
mer au Cap : il y aura recompenfe.
Un Negre Congo nomme Jean-
Baptife, parlant bon francais, le nez
fort ecraf6, les yeux enfonces & petits,
confiderablement marque de petite
varole, taille d'environ 4 pieds 6 pou-
ces, eft parti maron du Cap, dans le
mois de decembre dernier avec des
marchandifes qu'on lui avoit donnees
pour vendre : on Pa vu au Quartier de
la Grande-Riviere. Ceux qui le recon-
noitront, font pries de le faire arreter,
& d'en donner'avis A Me Lacate, No-
taire au Cap, a qui ilappartient: ily
aura recompenfe.
Une Mulatrefle nommee Marianne,
maigre, affez grande & tres-connue,
ayant long-tems vendu du poiffon frais
an Marche, enfuite des herbes, fruits
& lait, eft marone. depuis le 5 de ce
mois. Ceux qui la reconnoitront, font
pries de la faire arreter, & d'en donner
avis A Mde Quercy, rue de Taranne,
au Cap : it y aura 90 liv. de recom-
penfe.
Un Negre nouveau-, fans etampe,
ag de 24 A 5 ans, de petite taille,
la peau un pen rouge.& les jambes
cambrees, eft maron depuis environ
quinze jours. Ceux qui le reconnoi-
tront, font prids de ?e fire arreter,
& d'en donner avis A, M. Bienac aux
Gonaives, ou A M. Pe'ard, Negociant
au Cap.
Nota. C'eft' par erreur qu'on inf&r6
fous le nom de Louis, dans le prec'-
dent Suppledment, le Negre cocher ap-
partenant a M. Jacquemin; il fe nomme
Jean.





ANNIfE 1770. [N0. 4 3



H IES A ME RICANES
Du Mercredl 24 Janvier.


ARRvIkE des Navires Marchands.

A Ux CAYES, le z de ce mois,
le Saint-Louis, de Bordeaux, Capit.
Arnaud, ayant touched A la Martini-
que, A Jacmel & a Acquin.
A SAINT-MARC, le 13, le Septen-
trion, de la Rochelle, Capitaine Ha-
mel, venant du Port-au-prince. Le 14,
la Re'flite, de Nantes, Capit. Hardy,
venant du Cap avec 46 Negres. Le 16,
l'Achille, de Bordeaux, Capitaine Ca-
duffeau, venant du Port-au-Prince.
Au PORT-AU-PRINCE, le ZI de ce
mnois, a Ce'r's,de la Rochelle, Capit.
Giraud, venant de la Martinique ; & la
Ducheffe-de-Duras, Capit. Giraud, ve-
nant de Saint-Marc, d'otu it eft parti
le Zo de ce mois.
DEPART do Navire Marchand.
Du PORT AU- PRINCE, le 19 de
ce mois, le Comte-d-Clermont, de Bor.
deaux Capit. Dubois, allant A Saint-
Marc.
PR IX des Marchandifes de la Colonic.
Aux CAYES, le T4 de ce mois, Su-
cre blanc, premiere quality 5 a
581. feconde, 40 a 45 1. brut, 2a z5 1.
Indigo bleu, 7 1. 10 f. a 8 1. cuivre,
61. a 7 1. Caf6 nouveau, 16 a 19 f.
( il n'y en a point de vieux ). Coton,
.x 1o a- 5 1.
. A SAINT -MARc,1 e x9 de ce mois,


Sucre blanc, premiere quality, 55 A
60 1. feconde, 48 a 5z 1. troifieme,
41 a 45 1. commrun, 35 40 1. brut,
28 ai 30 1. Indigo bleu, 8 1. cuivre,
7 L1 Cafr nouveau, zo f. 6 d. ( it
n'y en a point de vieux). Coton, I 25 1.
Cuirs, 7 1. 10 f. Piafires gourdes, 35
pour cent.
A LEOGANE le 10 du menme mois ,
Sucre blanc premiere quality 50 A
52 L feconde,, 46 a 48 1. troifieme,
4o A 44 L common, 34 a 381. brut, 28
a 30 1. Indigo bleu, 8 a 9 1. cuivre,
6 1. o f. 7 1. Cafe nouveau, 22 f. a
22 f. 6 d. (il n'y en a point de vieux).
Coton, ir 5 'a zo 1.
Au PORT- Au-PRINCE, le .3 de
ce rmois Sucre blanc premiere
quality, 5 A 5 4 1. feconde, 48 A 50 1-
troifieme, 44 A 46 1. commun, 36 A
401. brut, z8 A 30 1. Indigo bleu, 8 1.
a 8 1. 1o f.cuivre, 6 1. io f. a 7 1. 5 f
Caf6 nouveau, zi a 2z f. 6 d. (il n'y
en a point de vieux ). Coton, I 5
o20 1. Ctirs. 7 1. 10 f. A 9 1. Piafires
gourdes, 37 pour cent.
PR IX des Marchandifes de France.
Aux CAYES ledit jour 14 de ce
mois, Vin vieux 200 a 230 1. nou-
veau, 150 A 180o 1. Farine de Moiflac,
70 a 90 1. commune, 5o A 66 1. Boeur
ftal, 66 a 75 1. le baril. Petit-ffal,
24 A 30 1. 'ancre. Beurre, 18 A z5 f.
la livre. Huile, 36 A 54 1. la cave. Sa-
von, 66 A 751. le cent,


















V.







hi



P '~ll

iti








1'

2

1'
II 1i~~ ~


; A SAINt -MARC, tedifjou 9 t9 de
ce mois, Vin vieux, 2oo A 240 1.
nouveau, 140 160 1. Faring de Moif-
fac, 70 a 8o0 commune, 50 6o 1.
Bceuffale, 8o 1. le baril. Beurre, z 5 f.
la livre. Petit-fald, 30 i.'ancre. 1Hile,
361. la cave. Savon, 90 1. le cent.
A LUoGANE, leditjour 10 du m-me
mois, Vin vieux, 2.o A 240 1. nou-
veau, x o 10zo 1. Farine de Moiffac,
66 A 701. commune, 50 o 51. Boeuf
fall, 66 66 liv. le baril. Petit-fale,
27 130o 1'ancre. Beurre 18 A IQ f.
la livre. Huile, 24 A 36 1. la cave. Sa-
Von, 72 h 75 1. e cent.
Au PORT-AU-PRINCE, ledit jour 213
de ce mois, Vin vieux 180 zoo0 I.
nouveau, 10o A i o 1. Farine de Moif-
fac 66 A 70 1. commune, 55 a 6o 1.
Boeuffal, 5 5 6o 1. le baiil. Petit-fale,
27 A 30 1. Fancre. Beurre, 18 A 2zof.
la livre. Huile, 18 A 30 1. la cave. Sa-
von, 66A 72 1. le cent.
COUvas DV FRgr.
Aux CAYES, Sucre bKhn:, 11 A 13 4,
brut, ,I z 16'd. Indigo, 67 I 30 d. Caf6,
18 a 24 d. Coton, 30 36 d4
A SAINT-MAc, Sucre blanc, 14 h
15 4. brut, 15 i x6 d. Indigo, 30 d.
Cafi, 18 d. Coton, 45 d.
A LEOGANE Sucre blinc, 1; 2
'3 dbrut, 11 a xi dIndigo, z4 A 17 d.
Caf6, 1zA 15 d. Coton, 30 A 36 d.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre blanc,
IoA i t d. brut, Ixi 12 d. Indigo, i 2
24 4d, 4C1 f, z 15 d.CotWn, 7A
3Qd.
0 o t r.
Madame Jliabehth de Laborde Veu-
Ae de'M Charles-Ncolas Bigoton, Con-
feiller au Confeil Superieur du Port-au-
Piince,'S nfchal & Commiffaire de la
Marine i Saint-Marc, eft more 'e 13


'I
.1 -


&4M~~%flfl~ ~ -


fur fon Habitation fgee de 76 ans !
elle etoit native de Rochefort.
NE GRES MAR.ONS.
A SAINT-LOUIS, le II de ce mois;
efl entr. A la Geole, un Negre nomme
Jafon, de nation Bambara, etampe illi-
fiblement lequel a dit appartenir .,
M. Lefevre de Haye, Habitant aux Sa-
vonettes.
Au PORT-AU-PRINCE, Ie 12.Jeans
Baptifle, creole, etamp6 ICBC, fe di-.
fant appartenir a M. Chapotin, Habitant
pres l'Etang : le 18 Pierre, Congo,
etampe MDV, fe difant appartenir I
M. de Vaudreuit.
A LEOGANE,Ie Iz5, Rof/alie, Con-
go, etampee IM fe difant appartenir
au nomme Jean Mirlison g. f. A Lo-
gane : le 16 ,un Negre nouveau, Con-
go, fans dtampe apparent, taille de
5 pieds 3 po0nces lequel n'a fu dire
fon nom ni celui de ion maitre.
A SAINT-MARC, le 14, un Negre
nouveau, etamp6 fur le bras gauche
LU ayant des marques de fon Pays
fur les joues ,age de 17 A 18 ans, taille
de 5 pieds 5 pouces, qui n'a fu dire
fon nom celui de fa nation ni celui de
fon maitre; Andre, Congo, etampe
illifiblement fur le fein gauche, Age de
27 A 18 ans, taille de 5 pieds 4 pouces,
fe difant appartenir A M. Laplace, Ha-
bitant A l'Artibonite :le i9,Candiot,Se-
negalois etampe fur les deux feins
GILBERT, age de 14 A 15 ans taille
de 4 pieds 10 pouces, lequel a dit ap-
partenir a M. Gilbert, Habitant a 'Ard-
bonite.

NOUVELLES D'EURQPE.
P 0 L 0 G N g.
On a r6voqu6 les ordres qu'on avoit
donnis au Regiment des Gardes A che-


'I




yval dela Couronne de fe rendre A Cra.
covie, Les Gdneraux Ruffes n'ont pas
aattendu que ce R6giment fit arrive
dans cette Ville, pour difpofer de qua.
tre cens homes qui en formoient la
garnifon. Des qu'ils en ont it6 fortis,
les Conf6deres y font entrbs & s'en
font rendu les maitres.
Plufieurs detachemens Ruffes font
fortis de Varfovie pour aller attaquer
les Confdeeres : la plupart des Difli-
dens qui dtoient etablis a Cracovie,
font arrives dans cette Capitale avec
leurs meilleurs effets : plufieurs d'entre
eux fe font retires en Silefie; en un
mot, tout 'eft dans la conflernation
dans ce malheureux Royaume. On ef-
pere cependant, qu'apres Plarrivee de
quelques Couriers qu'on a envoys A
Conflantinople, les affaires changeront
de face.
La pertie-verole ayant fait A Var-
fovie, depuis quelque temps, beaucoup
de ravages, it a tet ordonne A fon de
trompe, qu'? Pavenir ceux qui mour-
ront de cette maladie ne front plus en-
tcrres publiquement : on n 'a- mis que
trop tard en ufage la methode de l'ino-
cullation.-Les ravages qu'a cautis cette
epidemie ferviront a Pl'accrediter de
pius en plus dans ce Royaume.
DANrMAiRCK.
Le Dey d'Alger a ijdge a propose de
declarerla guerre i cette Couronne. On
ne- ait pas enc6te les rations qui Pl'ont
port a rompre avec elle; on preftime
que l'on trouvera le moyen de lui faire
changerde ftnmiment .& cu'on' pourra
renouveller l'ancien Traite'de paix; ce-
pendant -e Cdnfil de la nation Danoife
a ete obligede fortir d'Alger & flt ar-
rive a Marfeille.
SUdED E.
Les operationsde laDieteient eit;


39
pour ainfi dire ,f ufpendues par unieveC
nement -auffi fingulier qu'imprevu; ce
qui a donned lieu A l'efpece de fermen-
tation qu'ont dprouve tous les Ordres
tour-A-tour, eft un ecrit periodique,
public fous le titre de penfeespatrioti..
ques. Les nume'ros VIII & IX ont excird
attention du public. L'Auteur y fai'
voir combien il efl .prjudiciable que les
resolutions prices ,par les Etats du
Royaume dans une Diete,foient change'es
dans une Diete fuivante. ,II traite cette
queflion a l'occafion de ce qui s'eft paffT
A la derniere'Diete; &, apres en avoir
montre les fLites pernicieufes, il pro-
pofe, pour prevenir que pareille cho'e
n'arrive plus, que dans la fuite on
P ne puiffe changer aucune refolution
desEtats, que de l'aveu des quatre
Ordres; & que le Roi, comme cela
fe pratique en Angleterre, ait le droit,
I fans igard A l'opinion du Senat, de
dire non dans toutes les occurences,
& d'~mp&cher par -l, que ce qu*il
defapprouve foit expedite ou execute,.
Cet ecrit, ainfi qu'il eft, aif6 de le ju-
ger, a produit 'diverfes fenfations. Les
uns: le regardent comme f6ditieux, &
d'autres fe declarent pour le fentiment
de l'Auteur. On a denonce cet ouvrage
A l'Ordre Equeftre, mais il ne s'eft rien
paff6 dans cette Chambre A cet 6gard;
'tn feul Capitaine s'dtant declare pour
I'opinion de 'Atiteur, & 1'affaire a ete
rcnmie au Plenumn prochain. La Bour-
geoifie fe r6crie affli contre cet ecrit,
& 'a def6re A la Chancellerie de Juffice,
pour traitor cette affaire en conformity
des Loix. En confequence, ce depar-
tement en a deja renvoye l'examen &
le jugement au Tribunal Royal. Un
Bibliothecaire- cependant s'eft charge
1de repondre du contenu de cet ecrit &
.de ce qui pourroit, en refillter & in
Afleffeur s'en elt econnu f'Aueux en-


ll





40
tre les mains de Imprimetir. Depuis
quelques temps, tous les entretiens pu-
blics & particuliers roulent fur ce
fijet. On ne parole plus des Reglemens
important qu'on avoit d'abord propo-
f's, pas meme du Change, matiere qui
paroiffoit occuper f6rieufement la
Diete.
ANGLETERRE.
Les dernieres depeches arrives de
Paris, ont donned lieu a de frequens
entretiens ettre les Miniflres du Roi.
II s'eft tenu 'a ce fujet un Grand Con-
feil, auquel le Grand-Chancelier fut
requis d'afffter; mais rien n'a tranfpiire.
On avoit ecrit de Deal, que l'Ef-
cadre Ruffe, deftinee pour la Mediter-
rannee, etoit arrivee aux Dunes Ie 8
Septembre dernier ; mais cette nou-
velle fe trouve deflituee de fondement,
car les dernieres lettres d'Europe ap-.
prennent qu'on ne favoit pas preciie-
ment on etoit cette Efcadre, & quelle
route elle devoit tenir.
Le Parlement n'a dui fe raffembler
que dans les premiers jours du mois de
Novembre pour travailler a! 'eyp#di-
tion des affaires publiques; 1'impor-
tance de celles qui doivent etre traitees
a fon overture, rendra fes f6ances tres-
curieufes & tres-intereffantes.
Le Sr Allen, Aubergifle don't le fils
unique fit tue par un Soldat aux Gar-
des, dans le tumulte qui s'eleva le ?o
Mai 1768 aux environs de la p:ifon
du Banc du Roi l'occafion de la
detention de M. Wilkes, a prCeente
recemment au Roi une Requete, par
Jaquelle il demand juftice'de ce meur-
tre & que Sa Majefte rebut avec bonte.
FRANC E.
La Commiflion a reduit I'Ordre des
Cordeliers 'a n'avoir deformais que zoo
Maifons e France,


Le Parlement de Grenoble a jug6
Jacques-Francois Reimond Merlin du
Chelas, un de fes Membres, convainciu
d'avoir affaffine Jacques-Thomas Suel
Lambert Beguin, Capitaine dans la Le-
gion de Flandres, a la fuite d'une que-
relle au fujet d'un droit de chaffe. Le
Confeiller s'etant fauve en Savoie, on
affure que le Roi l'a fait reclamer, &
que le nomme Deveau fon domefti-
que confident de la precaution qu'it
avoit prife de fe plaftronner, eft venue
fe conflituer prifonnier, & a donned
toutesles preuves du crime. On ajoute
que, par commif6ration, le Parlement
n'a condamne celui-ci qu'aux galeres.
Le Due de Chartres arriva a Nancy
le 18 de Septembre, & prit fon loge-
ment au Gouvernement. Le Regiment
de Schomberg, Dragons, & un deta-
chement du Regiment de Chartres,
Cavalerie, etoient allies au devant de
ce Prince qui defcendit de fon carroffe
en entrant dans la Ville : il la traverfa
A pied au milieu du Corps des Grena-
diers de France, qui bordoient la haie
depuis la porte de Saint-Staniflas juf-
qu'au Gouvernement. 11 y eut le foir
grand fouper chez le Comte de Stain-
ville. Le lendemain, le Due de Char-
tres, apres avoir recu les complimens
de felicitation de la Cour Souveraine,
de la Chambre des Comptes, de I'U-
niverfite, du Magiftrat de la Ville &c
des antres Corps, vit manoeuvrer le
Corps des Grenadiers de France, q!i
executa differentes evolutions avec la
plus grande precifion. 11 alia enfuite'aut
SpeItacle apres lequel ii fe rendit chez
M. dc la Galaifiere Intendant de la
ProvnOce, otu la Nobleffe des deux fexes
& les Ofciers de differens Corps raf-
fembles fous Nancy, avoient 6te invi.
t(s. Vingt-deux tables de fix a huit cou-
verts chacune, places dans trois falles


'~1





dAcor.'es & entretmil es de tables de
Seux, formoient une efpece de caf6 &&
donnoient 4 cette affemblie nombreufe
le coup d'oeil le plus agreable. Apres
le fouper, les tables furent enlevees &
on danfa jufqu'au matin. Le zo, le Prin-
ce fe rendit au lieu deffin6 pour 1'exer-
cice des troupes de Cavalerie canton-
ines fous Nancy, lefquelles firent dif-
, firentes manoeuvres en fa pr6fence. Il
* y eut le foirgrand fouper chez le Mar-
quis de Choifeul-la-Beaume. Apres le
repas, le Duec de Chartres fe rendit 'a
un grand bal pare que le Comte de
Sta.inville donna dans I'ancienne Biblio-
theque .: la falle etoit magnifiquement
decoree, & 'affemblee etoit tries nom-
breufe& tres-brillante. Le 2. ,le Prince
vit manceuvrer en particulier fon Rd-
giment & partit le lendemain pour
*Metz, oil il arriva vers midi. Toute la
Cavalerie de la place & les ditache-
inens de Cavalerie des garnifons des 3
Evvches toient ranges en bataille hors
de la Ville fur fon paffage. L'Etat-Major
etoit a la barrier, & 'Infanterie bor-
. 4oit la haie depuis la porte Saint-Thie-
bault jufqu'au Gouvernement. CePrin.
ce fut falue a fon arrivee par Partille-
rie de, itoute la Ville & de la Citadelle.
II dina ce jour lI chez le Marechal
d'Armentieres, 'a une table de quatre-
vingts couverts; l'apres-midi, le Duc
de Chartres fe rendit au Parc d'Ar-
tilierie & vifita ies fortifications & les
arfenaux. II alla enfuite ala Comidie,
apres iaquelle ii foupa chez le Mar&
chal d'Armentieres. Le lendemain, le
Prince vit manoeuvrer la Cavalerie ;
apres quoi it revint voir monter la pa-
rade, & alla diner chez le meme Ma-
rechal oh il foupa le foir, apres la Co.
mndie, A une table ohi quatre-vingts
Dames de la Ville eurent I'honneur d'e-
tre admifes. Le 124, le Mar'chal d'Ar-


* mentieras fit jeter, en pr6fence du Prin.
ce fur un bras de la Mozelle, un pont
de bateaux, fur lequel des troupes paf-
ferent avec leur artillerie & furernt at-
taquees par d'autres troupes. Toute
l'Infanterie d-fila devant le Prince; tine
parties des troupes fe porta enfuite dans
le chemin covert de i'ouvrage A corner
de la Citadelle & 'autre dans une
tranch6e qu'on avoit faite. II y eut une
attaque de vive force fur le chemia
covert, & on 6tablit un logement qui
fit culbutd enfuite par tine fortie.
Apres ces deux manceuvres, don't le
Prince part extremement fatisfait, it
revint diner chez le Marechal d'Ar.
mentieres & partit enfuite pour fe ren-
dre a Strasbourg ohl il arriva le 25
au bruit de tous les canons du rempart.
Ce Prince trouva a la porte de Saverne
I routes les troupes de la garnifon fous
les armes : il defcendit de fon carroffe,
&, accompagne de plufieurs Officiers
Gendraux & de l'Etat. Major de la Place,
qui avoit etd a fa rencontre, il fe ren-
dit a pied juftqu'a I'H6tel du Marechal
4e Conta.des, qui l'alla recevoir au de-
bouch6 de la rue qui y conduit : les
Stroupes de la garnifon bordoient toutes
les rues fur fon paffage. Les diffirens
Corps de la Nobleffe & de la Magiftra.
ture de cette Ville eurent 1'honneur de
faluer le Prince a fon arrive; il alia
le foir a la Comedie & trouva a fon
retour chez le Marechal de Contades
toutes les perfonnes qui lui avoient t6e
pr fenCies a fon arrivee, & qui eurent
Phonneur de fouper avec lui. Le len-
demain, toutes les troupes paraderent
& defilerent devant le Duc de Char-
tres, qui alla diner enfuite chez leMar
quis de Vogue Lieutenant-Ge'neral,
Commandant en Alface, en l'abfence
du Marechal de Contades. Apres le di-
ner, ce Prince fe rendit a la Comrndie :


I- .'



>,' ,
I.,'
,\ *I,
:1
r; I ,

, ,.' ., ,
t.'


' -





routes lstfites' deiftih diiaecette
Ville s'y'trouiverefit ;&, apres le Spec-
'tacle, eles fe renidirent chez le Mare.
chalde Coritfdes, h ily eut iinfpieh-
4tide fouper qui'fut fuivi d'un bal qui
'alura6tife la 'riit. Le 17, le Duc de
Chartres, accompagne du Mar6chal de
Contades '& de toutela Geinralite ',
ainfi que de M. d'lnvilliers, Marichal
"de Camp, Infpeeur GeneraI de Tlar-
tillerie, vifita l'arfenal 'de la Place: -on
'fit coiuler en fa presence plufieurs pie-
ces de canon, & ex6cuter toutes les
miariceuvres & les diff6reites op6ra-
tions qui opt rapport A ce service. Le ,
"Prince en fut itrs-fatisfait & donna des
'marques de fa liberalieatix Canoniers
&',aux Ouvriers qui furent employes
A ces inanoeuvres. 11 vifita, dairs la me-
"tne matinee, les remparts, les Forts,
"la Citadelle' de la Place & la Place d'ar-
ines; & apres la parade, il alla'diner
chez le Baron de Wurinfer, Lieutenaht
Geinral des troupes itrahgeres. Apr.s
le diner, le Duc de Chartres fe rendit
dcans la Plaine, dite des Bouchers 6it il
vit manoeu6ivrer toute' la Cavalerie de:
la girnmifn. 1 aIlla enfuite "la la'alle'de
la Comedie, qui avoit ete prepare;
pour une redoute. Le Prince y etdit
attend parine brilltante & nombtibeufe
affemblee qui fut enfuite augment1e
par vingt-quatre jeunes Allemantdes ,
elegammmient v8tues fuiivant la coututme
adu pays & accompagnees par un pa.
reit n-6mbre 'de gaons choifis fispar les
bordres du Preteur Royal & des Ma-,
,giftfats. La plus jeuhe de ces fillespre.
fenta' au Duc de Chartres"tin botrquet:
fce Pr ice parut pr hdre beaucoup de
^plaifir A leurs danfes : .n y diftingta
particulierfetient deux"de ces jleunes
Sperf6nnes, v8tuie err payfans'du Koc-
"kerbeig qui '" x cuterent. a'4c la
3lugfatadepfelifibn, theAlekAtmitle 1


Waehfe "la riatffiere de .ce 'can9dmt
Toutel'affemble fe tranfporta neuf
herures chez M. de Blair, Confeiller
d'Efat,, ntendantfde citte Province ,
oci il y eittin fouiper'de cent tinquante
couverrs fervi fur deux tables. Apris
le foiper, leDuac de Chartresalla'voir
A la Tribu des M'archands la meme
troupe des jeunes Allemandes, qui sy
etoit rendue apres le bal de h redoute,
& qui y avoit trouve un fouper or-
donne par le Corps de Ville. A la fuite
de ce fouper, elles danferent le refte
de'la ntuit, pendant laquelle toutes ls
principles rues furent illumines. Le
Due de Chartres partit de Strasbourg
pour fe rentdte a Nancy, &futi falue
commne a fon artivee, par tous les ca-
nons du rempartde la Ville. Ce Prince
arriva A Nancy le 18 A rieuf heures du
foir. La Ville avoit fait illuminer la
Place Royale, la Place de la Carriere
& l'H6tel du Gouvernement :il affifta
i un bal que lui donna le Comte de
Stainville qui y avoit invite un grand
rdombre de perfonnes de diftindion. Le
lendemain, le Duc de Chartres partit
ppour Paris.

*A M tRIQ U E.

Du Pottadu-Princc, le t4 Janvier.
On reflentit:dans cette Ville, le 7o
de ce mois; & dix heures un quart du
foir, une ficotffe de' tremblement de
terre qui fuit affez violent, mais qui
'ne dura qu'une feconde & ne caufa
aucun dommnage.


AVIS


D IVE RS.


M. Jen'n-Aguflin Hermhte Nego-
'ciant au Port-au-Prince, done, avis
&q'filifera procede au bourg de-krimie,


rx~


.1




*I" ',,1
' ', '
*' 1 I







'; i',

'" I''


i; ,


-i-


t'i

.. ,, -^

*- 1,
,,, 1, ,,- '


.i .', ..'
S*:.,:j.

. ,, .'''' ^

,' t '1,1 .
, ,, ,, i '.
,,' '* i,:'
' ,'?"' .-i
i, '. '

*. /. '
!j,,.


fe to tmo~. eis c Fer ,tr prqchpn, i
la vente & adjudication de la maifon
A, lui appartenante pqr moitie avec les
mineurs fMeynadier, aux terms de la
C(arte-bannie, qui en a ete dreffee audit
lieu, pour payer la moitie comptant
& le refte dans un an: on trouverale
detaildeladite Carte-bannie chez ledit
Sieur Hermitte, au Port-au-Prince, ou
chez leSieur Jofeph fgrrqitte fon f!ere,
M J&rmie, ou blen chez le Sieur Pau-
vert Procureur.
Le 19 du meme mois de F'vrier, il
fera procede 'A la Barre, du Siege de
Jacmel, en vertu d'Arret de la Cour
du Port-au-Prince, & a la Requete de
M. Levaflur Curateur aux Succeffions
vacantes, dans le effort de la Jurif-
didion Royale dudit lieu, 'a la vente
1t adjudication au comptant, d'une
Habitation de la contenance de 00oo
pas quarres, bien arrofee & depen-
dante de la fucceflion de feu Sieur Bru-
net, etablie parties en cafe, parties en
vivres, 6 le refte en bois debut.
Le S. Aubri Chirurgien & Habitant
au Grand-Goave, fe propofant de partir
pour France au Printemps prochain,
prie M" fes Creanciers & Debiteurs de
fe pr6fenterle plutbt poffible, pour ter-
miner avec eux a amiable.
M. Jacques Boccalin aine, Habitant
A J6remie donne avis qu'il fe propofe
de paffler en France inceffamment,
avec deux de fes enfans, & que fon
depart ne d6rangera en rien fa fociete
avec M. fon frere, regie fous la rai-
fon de Roccalin, freres Negocians
a Jeremie.
On propofe de vendre ou de mettre
A ferme une Habitation de la con-
tenance de I37 quqrreqixude terre, fi-
tue dans la Plaine du Ctul-de-Sac, bor-
nee & arrofee par la Riviere-Creufe,
out bien de faire une foci tC pour ce


meime obfjet. II faudra s'adriffer dans
tous ces cas, M. de /4 Perriere Con-
feiller-Affeffeur au Copfeil, Suprieur
dc Port-au-prince, qui Ie pretera avec
plaifir A toutes les propofitions.
DEMAND .
Un Particulier, Habitant du Quar-
tier de LUogane, faiiant travailler fur
fon Habitation 4 de nouveaux bati-
mens, defireroit trouper louer par
mois, pendant quelque temps, deux
Negres de jardin, qui fiffent, fuivant
l'exigence des cas, propres A manier
les outils, ou bien il voudroit lQuer,
auffi par mois, deux Negres charpen-
tiers.
Le mitne Habitant voudroit aufll
faire Pacquifition d'une Mutteffe oi
Quarteronne, de lfge de 2o 0 15 ans,
qui fRtt bonne couturiere, repaffeufe,
rnenagere fidelle; en Un mot qui
n'eut point de dfaut, & qui fit en etat
de foigner & d'elever deux petits Quar-
trqgns $4gs, 1'un de 6 ans, & lautre
de Z ans feulement. II faudra ppur tous,
ces objets, s'adreffer au S! Morand,
Concierge des Prifons de LUogane,
charge de fire ces acquifitiops & de
conclure le march.
DEPART POUR FRANCE.

Le Sr Charreiron, M rchand au Bourg
de la Petite-Riviere de 'Artibonite.
NAVIRE EN CHARGEMENT.
Le Jeune-Henri, de Nantes, Capitai,-
ne Barat, du Port de 440 tonneaux,
partira pour ledit lieu dans le courant
du mois de Mars prgchain. Ceux qui
voudront y paffer ou charger fret,
s'adrefferont audit Capitaine dans fon
Magain, chez M" Kavanagk., Dau
moint & Compagnie, Nigotians, rue
des Cvpitaines, au Port-aii-Prince,







A VEN D R E. "
Une fucrerie fituee au Fond de
l'Ifle-a-Vache, Quartier de Jean-Deze,
Paroiffe de Torbec, de la. contenance
de 128 quarreaux de terre en plaine,
arrofables don't 5o en cannes, 2. en
favanes, tres-bien entourees de haie
vive, ii en vivres & le refle en bois de-
bout. Les etabliffemens de cette Habi-
tation confident en un moulin a eau,
une fucrerie de 40 pieds de.long & une
purgerie de 60, le tout neuf& couvert
en effentes. 11 efti aremarquer que cette
fucrerie a Ia jouifiance d'un canal de
1oo pouces d'eau courans pour fon
moulin, & la proprieet de 80o pour fon
arrofage. 11 faudra s'adreffer A M. La-
foffe, demeurant aux Cayes, ou a M.
le Faucheur, Notaire, qui prefcriront
les conditions de la vente ; ils font ce-
pendant obferver que le Propri.taire
fe contentera d'un comptant modique,
pourvu qu'on donne des ftretes pour
le refte.
Une Habitation contenant I1200 pas
quarres, fituee au lieu dit Goffeline,
a une demi-lieue de la Ville de Jacmel,
fufceptible d'un 6tabliffement en fu.
crerie, plus un terrein de oo1000 pas
quarries contigu a ladite Habitation &
fervant de place. A vivres. Ladite Ha-
bitation jouiffant de tous les uffenfiles
& etabliffemens propres aux cultures
d'indigo & de cotton; le tout borne
d'un c6te,de la riviere dite la Goffeline,
& de l'autre traverf6 en entier par celle
des Orangers, fuivant les titres& plans
qui front remis A l'Acquereur. II fattu-
dra s'adreffer a M. Ode, demeurant fur
ladite Habitation, qui en fera bonne
compofition.


ESCLAVE EN MARONAGE.
Une Negreffe, de nation Congo y
nomm6e Marion, etampee LA TOI-
SON. R., agree d'environ trente ans,
eft marone depuis un mois. Ceux
qui la reconnpitront, font pries d'en
donner avis A la nommee Marie Den.
tell, Negreffe libre auPort-au-Prince,
CHEVAtUX PERDUS.
II s'eft ichappe la nuit du 6 au 7 du.
courant, des favanes de M. le Roi,
Habitant au Cul-de-Sac un Cheval, de
taille ordinaire, poil rouge, & etamp6
prefque illifiblement P M. Ceux qui le'
reconnoitront, auront la bonte d'en
prevenir M. Charet de Fromentaux a
LIogane A qui il appartient.
11 s'eftl gare, auffi le m=me jour,
des favanes de M" Freres ou Augier ,
Habitans audit lieu du Cul-de-Sac, un-
Cheval brun, etampedu c6te du mon-
toir PL entrelacces. Le Sr Burgue', Eco-
nome,.demeurant dans ce Quartier,.
qui le rcclame, prie ceux qui le recon-
noitront, de lui en donner avis ou A M.,
Geflin, Marchand au Port-au-Prince,
Un petit Cheval, poil roux, tamnr
pI de deux c6tes CMQ, ayant le bou-
let du pied gauche blanc & une etoile
imperceptible A la tete, s'eft echappe
au bac de la Petite-Riviere de l'Arti-
bonite, vis- A-vis l'Habitation Courpon.
M. Sotet Habitant a la Grande-Riviere
du Cul-de-Sac, A qui il appartient, prie
les perfonnes qui le reconnoitront ,
d'en donner avis au Sr Loret, Boulan-
ger au Port-au-Prince, rue des Mira-.
cles, pros de M. Sillegie, Notaire-Ge.
ndral.


Avec Permiffon de MM. le Ge'ne'ral & l'Intendant.

AU PORT-AU-PR INCE, chez GUILLOT, Imprimeur brevete du Roi


'I




I-f
~i'.


ANNIE 17704


sU16


[No 4.1


415


? AUX AFFICHES AMERICAINES.

Du Samedi 1 y Janvier.


1620L-m - w i


dtRRrirE de Navires au Cap.

L E 12. de ce mois, l'Adelaide, d'Hon-
fleur Capit. Lelievre venant de la
C6te-d'Or avec 26o Noirs, parti le 26
pour le Port-au-Prince : le 24, leHe'ros,
de Bordeaux, Capit. Beffe, parti le 28
novembre : le 26, la Valle'e-Do/fau,
du meme Port, Capit. Jaulery part
le 20 novembre; le Comte-de-Menou,
de Nantes, Capit. Berthommn parti
le 3 decembre; & le Saint-Marc, de la
Rochelle, Capitaine Dille, venant de
Saint-Marc, de relIche en ce Port.
PRix des Marchandifes de la Colonie
au Cap.
Sucre blanc ,f premiere quality, 60
A 621. feconde, 55 A 57 1. troifieme,
48 5o 1. commun, 43 A 451. brut, z2
A 30 1. Indigo bleu, 8 1. io f. cuivre,
7 1. 10 f. Caf, 2 1 f. Coton, z20o a
125 1. Cuirs, 8 A 9 1. Piaftres gourdes,
37 pour 100oo.
PRIX des Marchandifes de France au
Cap.
Vin vieux, z6o a 270 1. nouveau,
120o a 130 1. Farine de Moiffac, 66 A
7 1. commune, 56 A 6o 1. Boeuffale, 6o
A 70 1. e baril. Petit-fale, 27 a 30 liv.
l'ancre. Beurre, 17 a 18 f. la livre.
Huile, 2o a 401. la cave. Savon, 60 A
68 1. le cent.
COU t du Fret au Cap.
Sucre blanc, 12 a 13 d. brut, 13 .


14 d. Indigo, Zo A 24 d. Cafe,
ai x d. Coton, 2o A 24 d.


14


M ORT S.
M. Claude Figon eft mort au Cap le
i z de ce mois : itl toit natif de Pro'
vence. Sa fucceffion eft aux Vacances.
M. Jofeph Brute', Habitant au Troiu
& Officer des Milices, eft mort le 24,
age de 39 ans : il 6toit natif de Paris.
Dame veuve Chovau eft morte aut
Cap le z2 agee de 55 ans.
NEGaES MARONHS.
Au FORT-DAUPHIN, Ie 15 de ce
mois, eft entree a la Geole un Negre
nouveau, nomme Sans-Quartier, na-
tion Congo, fans etampe, ayant des
marques de fon Pays fur le venture ,
& un Negre Efpagnol, nomme Phi-
lippe Ignas, fans etampe, fe difant
libre : Ie x6 une Ndgreffe creole,
nommee Monique, avec fon enfant,
laquelle n'a voulu dire le nom de fon
maitre : le 18, la Fiolette, Congo,
etampe circulairement fur le fein droit
CHEVALIER, lequel n'a voulu dire
le nom de fon maltre, pris A 1Efpagnol.
Au CAP, le 20, un Negre nouveau,
nation Ibo, etampe fur le fein gauche
D. C., age d'environ 2o ans, taille de
,5 pieds 5 pouces, ayant une cicatrice
fur le front, lequel n'a pu dire fon nom
ni celui de fon maitre; & Titus, creole,
etampe illifiblement fur le fein droit,
Age d'environ i1 ans, fe difant appar-


Yi


tL4"76r
14


ww







46
tenir & M. Danglebert Habitant au
Port-Margot: le i, 'Eveille', nation
Nago, 6tampe fur le fein droit ST. M.,
fe difant appartenir M" rs illeneuve,
& Saint-Marc : le 22, Jean-Pierre, de
nation Congo, etampe, autant qu'on
a cru le diftinguer, BONNET & au
deffous AV CAP Age d'environ 30
ans, fe difant appartenir au feu Sieur
Bonnet Charron en cette Ville ;
Hyppolite, creole, etampe fur les deux
feins G. BVLI, fe difant appartenir au
nomme Charlot Ducartel, Mulatre li-
bre, Habitant A Sainte-Sufanne, pris A
I'Efpagnol.


AVIS


D IV E R S.


11 fera procedd jeudi prochain Ier
fevrier, trois heures de relevce,.en
I'Hotel de M. de Tremais, Commif-
faire-General de la Marine, Ordonna-
teur en ce Departement refidant au
Cap a la crice & adjudication au
rabais ,de la furniture du Bois A brufler
a faire pour les Troupes de cette Gar-
nifon, & autres-befoins du fervice.de
Sa Majefte A computer du i avril
prochain, aux claufes & conditions de
la precedente adjudication, don't il fera
donned communication A tous ceux qui
fe prefenteront.
'Les Creanciers de feu M. Simon
Chicoteau, Habitant au Trou, font pries
de communiquer leurs titres de crean-
ces A M. Malouet, Commiffaire de 'la
Marine, au Fort-Dauphin, charge de
la procuration de M. fon fits, lequel
acceptera tous les arrangements poffi-
bles pour operer leur pavement.
M' Prieur, Curateur aux fuccefflions
vacantes du effort du Cap, previent
le Sieur Georgeon, Navigateur, don't it
ignore la demeure a&uellement, que
dans les papers de la facceffion Figonr,


it s'eft trouve un Teftament dont le
depbt eft fait au Greffe, par lequel
ledit Sieur Georgeon eft nomme Ex'-
cuteur-teflamentaire : ledit Me Prieur
eft pret A lui remettre les objets que
comprend cette fucceffion, auffi-t6t
qu'il en fera valablement requis.
Un Negre nomme Grandpere, & une
Negreffe nommee Marianne, tous les
deux Sedngalois & etampes BLAY,
font A la C haine du Roi au Mo1e-
Saint-Nicolas depuis le 13 aout dernier.
Ceux A qui ils appartiennent, .s'adref-
feront au Sieur Defmart, Econome du
Roi, au M6le-Saint-Nicolas.
Mda & Mile Veillon, Couturieres
en robes pour les Dames & autres
ouvrages, venant de Paris donnent
avis qu'elles prennent des filles en
penfion. Leur demeure eft au Cap,
rue du Confeil, vis-A-vis M. Tremolet,
Avocat.
M. & Mde le Mefle, Habitans au
Quartier-Morin, etant fur leur depart
pour France., donnent avis qu'ils laif-
fent la regie & adminifIration de leurs
Biens au Sieur Pouvillon, refidant fur
une de leurs Habitations, au Terrier-
rouge, lequel fera fpecialement charge
de toutes les dettes qu'ils ont contrac-
ties en cette Colonie, & particuli&.
rement de celles de la fuccefflion &
communaute de feu M. Patricot.
DEPARTS POUR FRANCE.
M. Formalagu4', alne, demeurant au
Cap.
M. Clo et, demeurant auffi au Cap.
DE MAND E S.
Faire du fucre avec du vin de canne,
ce n'eft pas la magie noire, parce que
dans le vin de canne, de quel qua-
lite qu'il foit & dans quelque faifon &
terrein que la cannefoit couple, it y


I ?7jrl















V N,1





a da fire; mais en tirer du fucre en
auffi belle quality & auffi grande quan-
tit6 qu'il fe puiffe, c'eft le fin de l'art.
Un jetlne.homme qui poffede tous les
talens qui cara-&hrifent un excellent
Raffineur, a befoin d'une place : par
fes operations & manutention bien
dirigees, il efpere meriter la confiance
de ceux qui f'employeront. II donnera
des affurances de toute fatisfafion de
fa bonne conduite.
Mde de la Chevalerie Habitante a
Limonade, defireroit acheter des Ne-
gres faits au Pays, qui aient deja tra-
vaill6 A la culture du Pays : elle pro-
pofe en paiement des lettres-de-change
fur France, payables A Paris. On s'a-
dreffera A ladite Dame de la Chevalerie,
fur fon Habitation, on a Ms" Lory,
Plombard & Compagnie N6gocians
au Cap.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Une Habitation fife au Borgne, A
une lieue de l'embarcadere, bornee de
M. Pierre & de M. Millot, contenant
140 quarreaux de terre, fur laquelle
il y a 2 mille pieds de cafe de 6 & de
3 mois, trois cafes don't une pour
loger un Econome, une cuifine & une
cafe A Negres. Une autre Habitation
fife a l'entree du Boucan Mola & Cham-
pagne, A deux lieues de 1'embarcadere,
bornee de M. Freton & de M. Deligny,
contenant 1oo quarreaux de terre, en
bois debout fur laquelle il y a un
ajoupa. On s'adreffera a M" Georges,
freres, fur leur Habitation, au Borgne,
ou a M. Fournier, Negociant au Cap.
Une Maifon en magonnerie, fife au
Cap, rue du Confeil, entire M. Defpal-
lieres & M. Crofnier, vis-a-vis M. Prieur,
Curateur aux fucceffions vacantes. On
s'adreffera A M" Tremolet de Mercey,
Avocat au Confeil Superieur.


47
Un beau Magafin de 61 pleds de long
fur 2.6 de large, y compris fa galerie,
fitue dans la grande rue du Bourg
d'Ouanaminthe; huit Negres charpen-
tiers ; deux N6greffes fervantes, don't
une prete d'accoucher; trois Chevaux
de felle & de chaife diff'rens Outils
de charpenterie & menuiferie ainfi
que quelques Effets. On s'adreffera au
Sieur Giron, Charpentier audit Bourg,
qui, fe difpofant A partir pour France
avec fon 6poufe, fera bonne compo-
fition du tout.
Quatre beaux Negres Sucriers, de
nation Congo, ages de 2.0 o 15 ans,
en etat de rendre tous les services
qu'exige la manufacture de fucre, &
fort intelligens pour les petits ouvrages
de conftru&ion ou de reparation : on
ne les vendra qu'au comptant, ou tout
au plus A trois mois de terms fur
mandate accept d'une Maifon connue
& folide du Cap. On s'adreffera A M.
Gamier, Procureur des Biens de Mdo
de la Pailleterie, au Trou.
Plufieurs Pieces h eau de diffirentes
grandeurs, le tout enfemble ou fepa-
rement. On s'adreffera A. M"' Lory,
Plombard & Compagnie Negocians
au Cap.
Quinze tetes de Negres faits au Pays.
On s'adreffera a M. Latafle, Habitant
A Maribaroux.
Une Negreffe nourrice & fon en-
fant. On s'adreffera a M. Duvigneau,
Procureiir au Cap, rue Notre-Dame,
Viligt-deux Cavallcs avec leur ftite
&,un Bourriquet dquior formant en-
femble 44 A 45 btes. On s'adreffera
A M. Ferret fur fon Habitation, au
Bas-Limb6.
Les Sieurs Guignard & Maydieu ,
Marchands Bijoutiers au Cap, fur la
Place d'Armes au coin de la rue du
Bac, viennent de recevoir un afforti-






48
ment considerable 'de deJoailierie & Bi.-
jouterie, confiftant en Tabatieres d'or
de diffirente grandeur guillochees,
gravees & incruftees en-or de couleur;
Etuis A cure-dent, Boltes A mouches &
a rouge, Des A coudre, Boites A sponge
& Porte-crayons, le tout d'or & enri-
chi en or de couleur varide; Boites
de fantaifie, galonnees en or, propres
a mettre des portraits pour homme
& pour femme; Boucles pour homme
& pour femme, en or & en caillou
de Saxe; toute forte de Pierreries en
colliers, braffelets & boucles d'oreille
dans le dernier goft, & generalement
tout ce qui depend de la Bijouterie &
Joaillierie. Ils font a meme de fournir
ces marchandifes A un bas prix, vu
qu'ils les tirent de l'Ouvrier meme,
& qu'ils font le voyage de France,
pour donner au meilleur march pof-
fible. On trouve auffi chez eux des
Bas de foie de Paris, de la premiere
quality, pour homme & pour femme;
Equipages en velours, galonnes en or
ou en foie; Equipages a toilette pour
les Dames Tables de toilette en bois
marquete, Rouge pour brune & blon-
de, du veritable Bergerac, & genera-
lement tout ce qui concern leur etat.
Samedi prochain 3 f6vrier, il fera
vendu A la Barre de l'Audience, la
requite de Mr" de Rufy Gauget &
Compagnie un Cabriolet avec tous
fes harnois : on pourra le voir chez
les Sieurs Laure & Simon, Selliers, rue
Notre-Dame. S'il fe prefente quelque
Acquereur, on le vendra A l'amiable.
ESCLAVES IN MARONAGE.
Un Negre Nago, nomme Jupiter,
etampe L AC, age de 36 a 40 ans,
d'une foible conftitution & de taille
mediocre, eft parti maron depuis quel-
ques jours de l'Habitation de M. lc Pre'


fident de Bongars, a la Petite-Anfe.
Ceux qui le reconnoitront, font price's
de le faire arreter, & d'en donner avis
a M. Chervain, rifidant fur ladite Ha-
bitation.
Un Negre Congo, nomme Michel,
etampe ROGIER A PLAISANCE,
Age d'environ .o ans. Ceux qui le re-
connoitront, font pries de le faire arre-
ter, & d'en donner avis A M. Lequeux,
Habitant au Grand Boucan, A qui il
appartient : il y aura recompenfe.
Un Negre nomme Guillaume, grand
& bien fait, etampe en fer A cheval
P. FRANCIOSY, ag6 d'environ 30
ans, appartenant ci-devant A la fuc-
ceflion Taiflerot : il a des pratiques dans
la dependance da Cap. Ceux qui le
reconnoitront, font pries de le faire
arreter, & d'en donner avis a M. Fran-
ciofy Habitant au Morne-organifZ,
dependance du Fort-Dauphin: il y aura
r6compenfe.
CHEVAUX PERDUS.
Un Cheval, poil rouge, etamp6 M
& au deffous d'une etampe efpagnole,
ayant fous le venture une groffeur d'un
coup de corne qu'il a recu, s'eft 6chappe
de la Tannerie de la Grande-Riviere
la nuit du 14 au x 5 de ce mois. Ceux
qui en auront connoiffance, font pries
d'en donner avis au Sieur Marechal,
Aubergifte A la Grande-Riviere : il y
aura recompenfe.
Un Cheval batard Anglois poil
alezan, 6tampe IG, ayant A la tete une
etoile filante, deux pieds blancs & une
brulure au jarret, s'eft echappe de la
favanne de M. le Gentil, au Dondon,
depuis 8 a 10o jours. Ceux qui en au-
ront connoiffance font pri.s d'en
donner avis a M. Bivet, Habitant au
Bonnet, ou A M. Rivery, Greffier-
Commis de la Jurifdition, au Cap.


I,



I',


















'1







V


Ii













'Ii


i~iIi Ii




4


ANN-E 1770. [ No. 5"



^f..C"'#ES AMERICAINESo
11 DuiMercred 32 Janvier.
inbmh'"- D -30


'.2 "
'V'1

I I,




"1


A4RRIV E des Navires Marchands.

A Ux CAYES, le i8 de ce emois,
le Monarque, de Bordeaux, Capitaine
Chevelaure, ayant touched A Jacmel.
A SAINT-MARC, le io, le Comte-
"de-Clermont, de Bordeaux, Capitaine
Dubois venant du Port-au-Prince, &
parti pour fon Port le 26 : le 14, I'Al-
gonquin, de Nantes, Capitaine Pavie,
parti le 2 DDcembre.
A LEOGANE, le 27 de ce mois,
la Ville-de-Le'ogane de Nantes, Capi-
taine Tronron, part le 3ojNovembre;
& le Comte-le- Breton, de Bordeaux,
Capitaine Florence parti le 2. i No-
vembre.
Au PORT-AU-PRINCE, le 27 de ce
mois, la Marqufi-de-Segur, de Bor-
deaux, Capitaine Seurin, parti le 18
Novembre: le 28 la Laure d'Hon-
fleur, Capitaine Lemire, venant de la
Cote-d'Or, avec 304 Noirs : le 30,
l'Ade'laide, du meme Port, Capitaine
Lelievre venant auffi de la C6te.
d'Or, avec 26o Noirs.
DEfPART de Navire Marchand.
DE SAINT-MARC, le 2z de ce mois,
le Septentrion, Capitaine Hamel, pour
la Rochelle.
PaRI des Marchandifes de la Colonic.
Avx CA YES Ie zo de ce mois Su-


cre blanc, premiere quality, 5 5
581.feconde,4oa45 1. brut, 2,2 A 251.
Indigo bleu, 7 1. io f. A 8 1. cuivr6,
6 1. a 7 1. Cafe nouveau, 16 A 19 .
( il n'y en a point de vieux ). Coton,
110 A 15 1.
A SAINT- MMARC, le 26 de ce mois
Sucre blanc, premiere quality, 55 1.
feconde, 48 A 5o 1. troifieme, 44 A
46 1. commun, 38 A 42 1. brut, 3o
A 311. Indigo bleu, 7 1. io f. 8 1.
cuivre, 7 1. A 7 1. 5 f. Caf6 nouveau,
2 IA 2z f. ( il n'y en a point de vieux ).
Coton, t125 A 13o L Cuirs, 7 1. io f.
Piaftres gourdes, 35 pour cent.
A LEOGANE, le 27 du m8me mois,
Sucre blanc premiere quality, 5o A
Si2 1. feconde 46 a 48 1. troifieme,
40o A 441. commun, 34 381. brut, 28
A 30 1. Indigo bleu, 8 a 9 1. cuivre,
6 1. io f. 7 1. Caf6 nouveau, 22 f. A
2. f. 6 d. ( il r'y en a point de vieux).
Coton, 115 A o 1.20
Au PORT-AU-PRINCE, le 30 de
ce mois Sucre blanc premiere
quality, 52 54 1. feconde, 48 A Ao 1.
troifieme, 42 A 46 1. common, 36 A
401. brut, 29 30o 1. Indigo bleu, 8 1.
cuivre, 7 1 a 7 1. 5 f. Cafe nouveau)
21 a 2. f. (il n'y en a point de vieux ).
Coton, 120 A 125 1. Cuirs, 8 A 9 .1
Piafires gourdes, 37 pour cent.
PaIX des Marchandfies de France,
Aux CAYES ledit jour 2o de ce
mois Yia viYux 290 A 2Q30 1. nQLO






veau, 5a h 1 go I. Farine de MoifTac,
70 a 90 1. commune, 5o A 66 1. Boeuf
fale, 66 a 75 1. le baril. Petit-fale,
24 a 30 1. l'ancre. Beurre, 18 A 125 f.
la livre. Huile, 36 h 54 1. la cave. Sa-
yon, 66 a 75 1. le cent,
A SAINT- MARC, ledit jour 26 de
ee mois, Vin vieux, 00oo 2o10 1.
nouveau, i 50 180o 1. Farine de Moif-
fac, 8o A 90 1. commune, 66 a 7 I1.
Boeuffale, 8o 1. le baril. Beurre, 1o A
25 f. la livre. Petit-fale, 36 1. I'ancre.
Huile, 30 a 361.la cave. Savon, 90 a
oo00 1. le cent.
A LOGANE,1leditjour 17 du mme
mois, Vin vieux, zo A 240o 1. nou-
veau, 11 0 a 110 1. Farine de Moiffac,
66 a 701. commune, 5o a 55 1. Boeuf
fale, 6o A 66 liv. le baril. Petit-fale,
27 3o0 1. 'ancre. Beurre x8 A zo f.
la livre, Huile, 24 A 36 1. la cave. Sa-
von, 72 a 75 1. le cent.
Au PORT-AU-PRINCE ,ledit jour 30
de ce mois, Vin vieux, 2.oo A 2 2o L
nouveau, 1zoA 130 1. Farine de Moif-
fac 66 A 70 1. commune, 5 A 6o 1.
13oeuf fale, 6oa 65 le baril. Petit-fat1,
%7 a 30 1. I'ancre. Beurre, 16 A i8f.
la livre. Huile, 24 A 42 1. la cave. Sa.
von, 66 a 7z 1. le cent,
CovRs Du FRET.
S Aux CAYES Sucre blanc, 12 A 13 d.
brut, 15 A 16 d. Indigo, 17 a 30 d. Cafe,
S 8 ". 24 d. Coton, 30 o 36 d.
A SAINT-MARC, Sucre blanc, 14 A
x d. brut, 2, d. Indigo, 30 A 36 d.
Cafe, 15 d. Coton, 41 A 48 d.
A LEOGANE, Sucre blanc, I2,
I 3 ,d. brut, xi a ii d. Indigo, 14 a 17 d.
H Caf6, z2. a 15 d. Coton, 30 A 36 d.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre blanc,
|o A x1 d. brut, ii 'a 12 d.Indigo, 1 a
*4 d. Caf6, ii &. d.Coton, 27 a.
Q94,7


j i; i '


NOUVELLES D'EUROPE.
PO L 0 G NE.
Des lettres apportees par un Cou-
rier expedie dela grande armee Ruffe,
portent que, dernierement un corps
confiderable, compof6 de Janiffaires
& de Cavalerie reglIe, ayant paffG le
Niefter, fur un pont de bateaux, an
deffous de Choczim, dans le deffein
d'attaquer les troupes Ruffes, pof-
tees en deqa de ce fleuve, le Prince
Repnin fit avancer quatre Regimens
qui fondirent fur les Turcs la bayon-
nette au bout du fufil, & les repouffe-
rent vigoureufement. On ajoute que,
trois jours apres, les Turcs revinrent
A la charge, & tenterent un second
paffage fur trois points de bateaux;
que le General Ruffe les attaqua A.
fept heures du matin, les mit en de-
route, leur tua beaucoup de monde,
& les contraignit de repaffer le fleuve
avec la plus grande precipitation. Les
Relations des Ruffes font monter la
perte des Turcs, dans la premiere af-
faire, A quatre mille homes, tant
tues que bleffs & noyes, & dans la
feconde, A pres de fept mille hommes:
elles ajoutent que dans celle-ci, le
nouveau Grand- Vifir qui, dit on,
commandoit l'armee Ottomane, forte
de foixante-dix A quatre-vingt mille
hommes, a ete bleffI A mort; que les
Ruffes ont enleve dix-fept 6tendards,
un grand nombre de canons & phluieurs
queues de cheval; qu'ils ont pourfuivi
les Turcs jufqu'aux environs de Choc-
zim, & ont pris pofte au delay du Niefg
ter. D'autres lettfes annoncent ces
deux nouvelles a&ions d'une maniere
bien diffirente; le tempsfera connoitre
ce qu'il y a de vrai dans ces relations
fi diverfes,


IA'


* ,I~*I.I



'''*1


U-






ALL E M A GN E.
L'Imp6ratrice-Reine eft revenue de
Zell A Sconbrun, ainfi que les Archi-
duchefles qui l'avoient accompagnee
dans ce voyage. Sa Majefte a declare
ports francs ceux de Fiume & deTriefle,
relativement a l'importation & l'ex-
portation reciproques des marchandi-
fes des Pays-bas Autrichiens. Les Fa-
bricans Italiens, qui regardent rim-
portation des marchandifes etrangeres
comme defavantageufe pour eux, ont
fait deja des representations A ce fujet.
Le Roi de Pruffe vient de per-
mettre, par un O, roi 1'etabliffe-
ment d'une Compagnie pour la peche
du hareng, a Emden en Ooft Frife.
On prevent tous ceux qui voudront
s'y intereffer par une on plufieurs ac-
tions, de s'adreffer a la banque etablie
a Berlin.
Le Grand-Vifir n'a pas donned, com-.
me on l'avoit d'abord dit, une demif-
fion volontaire, mais il a ete depofe'
& rappelle. Le second Ecuyer de Sa
Hauteffe fut dep&che pour lui fignifier
fa disgrace & fon rappel. La lenteur de
ce Miniftre dans fes operations & fon
pen d'attention a pourvoir de vivres
I'armee Ottomane, femblent etre les
principles raifons qui ont determine
le Grand Seigneur a le priver de fa
Dignite.
ITALI E.
Malgre le fecret qui prefide A toutes
les actions de Sa Saintet6, fes dernie-
res demarches femblent annoncer que
la fuppreffion des Jefuites n'eft pas eloi-
gnee. Toutes les Courqnnes la deman-
dent; il ne leur refte plus aucune ref-
fource.
Le Pape continuant de fe determi-
ner par lui-n me, fans intervention
kaucune Coigregation, le $acr' Col-


lege a fait reprefenter .a Sa Saintet
que, conforme'ment aux Bulles & fid-
vant 'ufage, le Pontife devoit tenirdes
Congregations, & y faire difcutertoutes
les affairs par les Cardinaux, come
fes Cbnfeillers, & enJuite fe determiner
fur leurs avis; mais le Saint-Pere a rd-
pondu au Cardinal Alexandre Albani,
qui avoit ete charge de faire ces re-
montrances que les Bulles & les Conf
titutions lui etoient trbs-bien connues;
mais qu'ilfavoit aufi que du temps qu'il
etoit Cardinal, il n'avoit jamais 'te in.
vite a aucune de ces Congregations, mais
bien a un Confifloire, auquel le feu Pape
avoit impofe' le fecret du Saint Office ;
& que cependant, en moins d'une here
tout Rome avoit fu tout ce qui y avoit ete
traite.
11 s'eft tenu dernierement, entire le
Cardinal de Bernis, le Cardinal Orfini,
Miniftre du Roi des deux Siciles &
M. Azpuru, Miniftre du Roi d'Efpa-
gne, une conference qui a dure fort
long-temps, & laquelle a ete fuivie de-
puis d'une autre, a laquelle le Com--
mandeur d'Almada, Minifire du Roi de
Portugal, a affifle. L'on affure que,
dans ces conferences, on a de nouveau
agite les different, entire ces Cours &
le Saint-Siege, & qu'il a ete refolu
qu'on feroit de nouvelles inflances au-
pres de Sa Saintete, pour la determi-
ner A les faire finir au plutot : on croit
qu'il ne s'agit plus que de la maniere
de mettre A execution, ce qui a ete
decide.
Le Saint-Pere a permis qu'on tirat
des greniers publics trente mille char-
ges de bled, pour ktre diflribuees a
different cultivateurs de la Province
de Rome, qui avoient befoin de ce
fecours, pour pouvoir enfemencer une
grande quantity de terrein qui eft refte
en friche depuis trs-ong-temps, .$


15






Saintete, VOuhlant ger ag-rcul.
ture, a accord en meme temps l'ex-
portation des grains, A condition qu'on
fournira aux greniers publics trois
charges par chaque cent qu'on voudra
exporter,
AN G LETERRE.
Si la liberty des preffes Anglolfes fe
bornoit A des plaifanteries pareilles a
celle qu'on trouvedans l'avertiffement
fuivant, on n'auroit point A s'en plain-
dre : it eft bon d'6gayer quelquefois fes
leaeurs ; ce motif feul nous engage
a inf6rer dans nos feuilles un article
fingulier, qui fe trouve dans prefque
tous les Ouvrages Periodiques Anglois
du mois d'Oaobre dernier. Le voici:
On donne avis qu'une veuve d'en-
o tre trente & quarante ans, don't I'etat
d eft honnete & la fortune affez con-
fiderable, d'une bonne conftitution,
t quoiqu'elle foit blonde, & d'une fi-
gure qui eft mieux que les figures or-
dinaires, defire fe donner avec tous
a fes biens A un epoux qui ait les qua-
lites fuivantes, 1o 11 doit etre d'un
p age mir, c'eflt--dire, entire vingt &
S2.5 ans. 2 Qu'il foit robuflte que
o fon temperament n'ait point et' al-
ter6 par la debauche, exempt de va-
) peurs & autres affelions melancoli-
y quest ou maladies de la rate. 30 Qu'il
p foit brun &4 d'une taille moyenne :
p> on a des raifons pour ne vouloir pas
d'un homme trop grand, & l'on ne
a croit pas qu'il faille fe fier plus aux
o petits. Quant A la figure, it fuffira
o qu'il ne foit pas difforme; mais on
ne veut pas un Adonis, parce qu'on
0 ne veut un epoux que pour foi. 40
t A l'egard de fa fortune, on ne lui en
p demand point; on fe borne aux qua-
> jit's ci-deffus 'noncees: on n'exige
a pas n8 me qu'il ai4t ycu en France,


fl cail~eis il a r~iiune b&nne eddx
a cation, s'il a de la douceur dans le
o caradere, & s'il fait comme on doit
o vivre avec les femmes. Si neanmoins,
q ah qualities egales, il s'en pr6fentoit
* quelqu'un qui euit paff6 deux ans h
* Paris, on lui donneroit la preference.
n Ceux qui peuvent avoir que4que in-
teret au prefent avertiffement, n'ont
o qu'A donner par 6crit leur nom 8
n celui des perfonnes aupres defquelles
) on pourra prendre les informations
) neceffaires, le tout dans un billet ca-
, chete qu'on adreffera fous double
, envelope, A M. James-Son, Bant-
, quier A Londres. On avertit tout Ec.
, clefiaftique, quoique jeune & quel-
que prevenu de fa figure qt'il puiffe
p 8etre, de ne point fe pr6fenter. Oa
, donne l'exclufion a tous ceux de cet
) etat, A caufe de la trifteffe qu'ils rdw.
o pandent fur tout ce quiles environne.
Les affairs minifteriales font tou-
jours dans la m8me position; de quel-
que maniere qu'on s'y prenne on
trove des obstacles qui renverfent
tous les moyens qu'on propofe pour
en venir a une conciliation. Le part
de l'oppofition, en attendant, fe for.
tifie de plus en plus, & paroit fe dif.
pofer a traverfer les demarches du Miv
niftere au Parlement.
Quoique les Ele&eurs de la Ville&
liberty de Weftminfler fe foient trou-
ves au nombre de plus de dix mille
tout s'y eft paffR avec affez d'ordre &
de bienf6ance. L'unique objet de la Re-
quate qu'on a fignee, eft de prier le
Roi de diffoudre le Parlement & d'en
convoquer un autre, ce que l'on fe dif-
pofe auffi A demander au Roi dans pluo4
fieurs autres Provinces.
II1 paroit d cider que le Parlement no
fera convoqu6 que lorfque la manie
des Requites, devenue prefue g8n1


ill





* I


'I,
"1
II!~









* 1,




















oil

1' k~


Vale, uraieffer. Toutes ces Requetes
reunies en un feul point, demandent
avec inflance la diffolution du Parle-
ment atuel & '61lefion g6nerale d'un
nouveau, demarche nouvelle de nos
jours, & A laquelle la Cour ne paroit
nullement difpofee a donner les mains.
FRANCE.
Les conteftations que la fuppreffion
de la Compagnie des Indes a occafion-
nees, ont product plufieurs Memoires
inftruafifs pour & contre. Les plus con-
fiderables font ceux de MM. Morellet
& Necker; nous invitons nos Leleurs
a fe les procurer, parce qu'ils font
bien penfis & bien ecrits, & que les
vices & les avantages de cette Com-
pagnie y font -galement bien demon-
tres. La longueur de ces diffirens ou-
vrages ne nous permet pas d'en donner
ine notice, n'itant pas fufceptibles d'un
extrait.
Un ouvrage qui renferme toutes
les connoifflnces humaines, qui com-
prend le detail de tous les arts & de
toutes les fciences, qui a cout6e vingt-
cinq ans de foins & de travaux, qui
eft le produit des veilles de plus de
quarante homes de lettres, don't plu-
fieurs font du premier merite, n'a be-.
foin d'dloge ni de recommendation.
L'Encyclope'die, malgre les fautes & les
omifflions qui peuvent s'y trouver, eft
encore le plus beau monument que
les hommes dans aucun temps aient
jamais eleven A la gloire des lettres. La
premiere edition de ce Difionaire,
etant entierement epuifee, une Com-
pagnie qui en avoit projete la refonte
& .la redaftion, en ayant reconnu 'Pim-
poffibilite, & cet ouvrage etant au-
jourd'hui d'un prix exceffif, a cru
qt'une nouvelle edition entierement
S exaftement conforme a la premiere,


AVIS


DIVERS.


Le Sr Guillot, ayant par plufieurs
avis repitis dans les Affiches de De-
cembre, prevenu MM. les Habitans
de cette Colonie, qui defireroient s'ae
bonner pour l'annee 1770o, de s'adrf.


meme paper, m~e format, metne ca
raftere, imprim6e ligne pour ligne, mot
pour mot, feroit tres-favorablement ac'
cueillie du public. Le Prix de cette
nouvelle edition par foufcription, fe-
ra de 840 livres, argent de France, pour
les dix-fept volumes de difcours & les
huit volumes de planches. On fera ob-
ferver que le prix de la premiere edi-
tion etoit par foufcription, de 956 liv.
& que le prix aduel. de cette premiere
edition eft de 13 a i-oo livres quand
on peut la trduver; car les fept pre-
miers volumes fur-tout font devenus
tres-rares. On paiera aauellement en
foufcrivant48 livres, en recevant cha-
que volume de difcours 24 liv. & pour
les 17 volumes 408 livres ; en recevant
chaque volume de planches 48 livres,
& pour les huit volumes 384 livres ,
total 840 livres. Comme cette edition
n'a etc tire qu'a tres-petit nombre,
on ne recevra que 800oo foufcriptions.
Tout Pouvrage fera public dans trois
annees au plus tard; on en prend 1'en-
gagement folemnel. Les derniers to-
mes de planches feulement, ne pour-
ront paroitre que dans la quatrieme
annee, parce qu'il faut avoir fe temps
de refaire les planches & de les fair
tirer avec foin. On fait fur-tout ob-
ferver qu'on a annonce dans quelques
Gazettes etrangeres tine edition contre-
faite de l'Encyclope'die. Les avis publids
& les profpeaus qu'on a repandus A.
ce fujet, ne font pas meme ecrits ea
languefranqaife.


U






fer, foit aux deux Imprimeries, foit &
MM. fes Correfpondans ordinaires,
eft furpris aujourd'hui de recevoir des
lettres de plainte, de la part de MM.
les Abonnes de l'annee 1769 de ce
qu'on a difcontinue de leur faire paffer
les Affiches Ame'ricaines de l'ann6e cou-
rante. Son Catalogue etant renouvelle
avec l'annie, il a cru ne devoir les
envoyer qu'a ceux qui ont renouvelle
leur foufcription. II prie les perfon-
nes qui n'auront pas fatisfait A leur
abonnement, de le faire au plut6t ,
parce qu'il n'infirera, dans la Lifte
des Soufcripteurs, qui doit paroitre
inceffamment, que celles qui auront
folded.
M. Cadieu, Negociant au Port-au-
Prince, & Syndic des Creanciers du S't
Marquet, connus ou non connus les
prie de lui remettre inceffamment un
etat certified de leurs creances, afin qu'll
puiffe faire entire eux une repartition
des deniers qu'il a entrees mains, pro-
venus de ce Syndicat.
On propofe de vendre oil de mettre
A ferme une Habitation de la con-
Zenance de 137 quarreaux de terre, fi-
tue edans la Plaine du Cul-de-Sac ,bor-
nee & arrofee par la Riviere-Creiufe,
ou bien de fire une fociedt pour ce
manme objet. II1 faudra s'adreffer dans
tous ces cas, A M. de la Perriere ,Con-
-feiller-Affeffeur au Confeil Sup.rieur
du Port-au-prince, qui fe pretera avec
plaifir A toutes les propositions.
NAVIRES EN CHARGEMENT..
Le Fidele-Jean.Bapt~fe, deBordeaux,
Capitaine Dominique Lamun, partira
pout ledit lieu la fin de Fevrier: le
INavire eft a moitie.charge. Ceux qui
woudront y paffer o u charger A fret,
.s'adrefferont audit Capitaine, en fon
anag


Nigocians au Port- au .Prince; dans
la Grand'Rue : ce Navire eft tres-
commode pour les Paffagers.
La Cigale, de Nantes, define pour
Bordeaux, Capitaine Millau, partira
dans les premiers jours du mois de Mars
prochain. Ceux qui voudront y paffer
ou charger a fret, pourront s'adref-
fer a M. Giffot, Negociant aux Cayes.
La Marquife-de-Segur, de Nantes, Cap.
Barbiniere, partira pour ledit lieu, dt
5 au io du mois de Mars prochain.
Ceux qui voudront y paffer ou char-
ger a fret, s'adrefferont audit Capitai-
ne, en fon magafin, dans la Graede-
Rue, au Port-au-Prince.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Une Habitation fituee dans les hauts
de Saint-Marc difiante de cette Ville
d'environ une lieue & demie, & ot l'on
peut commodement aller en chaife,
provenante de la fucceffion de feu S'
Nicolas Jolly, qui y,a fait un f6jour de
plus de vingt ans de la contenance de
40 quarreaux, don't un tiers en mor-
nes, & les deux,autres enjardins de cul-
tures ou potagers bien entour6s, en
bananerie, & le refte en bois de bout,
favanes, &c. fufceptible d'^tre arrof6e
A pen de frais & fans beaucoup de tra-
vail, par le moyen de la riviere des
Guepes. On trouve fur cette Habita-
tion les et4bliffemens fuivans: 3 belles
indigoteries battantes, pres de la ri-
viere ci-deffus mentionnee, une grande
cafe priincipale, compofde de 3 chamn
bres, de z cabinets du cote du Nord,
& d'une galerie tournante., ma0onnde
entire poteaux & couverte en effentes.
Cette cafe principal a 66 pieds de long
fur 34 de large; les trois chambres ont
enfemble 50o pieds ,de long fir 2o pieds
& demi de large; les deax cabinets ont
17 pieds fur7 : ,e touth bti enbeau


.7 1h






lEon bols de carpente, blen quari
& en tres-bon etat. Les autres bAti.
mens confiftent en une cafe toute neu-
ve, couverte en paille, ayant 3 z pieds
de long fur 19 & demi de large, &
divif6e en i chambres fermantes A clef,
don't une peut fervir de cuisine & l'au-
tre de poulailler ; en un colombier
: monte fur 8 poteaux, covert en paille;
en 6 cafes A Negres, couvertesde me.
S me. Enfin on trouve ftr ladite Habita-
tion le bois fuffifant & define A faire
S une grande cafe de 50 pieds de long
: fr 20o de large, ot I'on pourroit pra-
tiquer un magafin de decharge de 20o
pieds quarries, une chambre pour PE-
conome de i2 pieds fur 20o, & une f6-
cherie de 18 fur zo, don't un cote pour-
roit fervir de remife fans caufer le -
moindre embarras. 11 faudra s'adreffer
A M. Silvain-Louis Mary feul Pro-
prietaire de cette Habitation, qui la
S vendra ou l6changera avec une cafe.
terie fauf les compenfations qu'on
croira raifonnables.
Un Emplacement pour magafin, fi-
tue en la ville du Port-au-Prince, A
A ct & mitoyen de Mde Veuve Da-
Iid, au bord de la iner, fur lequel
dit Emplacement fe trouve une maifon
principal A deux stages, poteaux
equarris fur feuillage, magonnie en-
tre poteaux, divif6e en deux chambres,
fallon & cabinet A chaque bout du fal-
Ion; meme division pour le second eta-
ge, au deffus duquel fe trouve un gre-
S nier d'un bout A l'autre. On voit en-
core A ce second 6tage une galerie fur
les trois faces & une efpece de d6me
dans l'Oueft, attenant Ala maifon prin-
cipale, formant la cage de Pefcalier A
rampe de fer du haut en bas; plus un
appentis regnant depuis la maifon prin.
cipale, jufqu'au mur mitoyen avec la-
dite Dame David, appuy4 fur le mur


de cloture, dont"i t fur la iue Saint.
Philippe; ledit appentis conftruit en
paliffade de planches, poteaux de bois
rond en terre, couvert en effentes, 84
divif6 en deux chambres pour cuifine
& petit cabinet, entire l'entree d'une
porte de la rue Saint-Philippe, atte,-
nante A la maifon principal. On trou-
ve encore A vendre, de l'autre c6td du-
dit Emplacement, un magafin qui a
fervi de forge, eleven fur poteaux en
terre paliffade en planche de palmifte
& covert en effentes, avec les four.
neaux & la cheminee pour forge, le
tout en tres-bon etat. Tous ces objets
font dependans de la fucceffion du feu
Sr Gallet, Maitre Serrurier, & appar-
tiennent A fes Heritiers. Ceux qui vouL
en faire l'acquifition auront la bonte
de s'adreffer A M. Pierre Robert aine,
Npgociant au Port-au-Prince.
Un Bateau, a&uellement mouille dans
la rade de Saint-Marc, confiruit a Nan-
tes, au mois de Septembre r768, par
Bourmeau Faine, ayant 49 pieds de
quille & 17 pieds 6 pouces de baux,
un entre-pont fur taquets de 2 pieds
So pouces de planche en planche, 7
pieds de cale de carlingue focus barrots,
tous fes agrets & apparaux A fon pre-
mier voyage, toutes fes voiles, hu-
nier & voiles de fortune, en outre une
grande ancre de 8oo livres pefant,
une feconde ancre de 730, un grand
cable de 8 pouces de groffeur, a&uel-
lement etalingue fur la grande ancre,
& mouille pour la premiere fois; enfin
un cable de 8 pouces fur la feconde
ancre, & un autre de rechange de 7
pouces.
On trouvera aufll a vendre A bord
dudit Bateau, environ un miller de
poudre A canon d'Hollande, en petits
barils de 7 livres; plus cinq A fix milt
iers de fer en barre de fer plate, deq






puis deux A trols llgnes jufqu'A qvatre
e'6paiffeur fur un pouce & demi A
deux & demi de large, & depuis neuf
jufqu'- treize pieds de longueur, ainfi
que diverfes autres marchandifes en re-
tour de Guinee. II faudra s'adreffer
pour tous ces objets, A Saint-Marc, A
IM. Hardy, Capitaine dudit Bateau ,
ju A MM. Batelais, Drouin, Sagory
,& Compagnie, Negocians audit lieu.
ENCLAVES EN MARONAGE.
Un Negre, etampe SAINSON, tres-
'noir, d'une jolie figure, les yeuxgros,
Age de 14 1 5 ans, taille de 4 pieds
6 pouces, el maron depuis 3 femaines.
Cet efclave appartient a MM. Guilhou,
A l'Arcahaye qui prient ceux qui le
:reconnottront, d.'endonner avis a MM.
Lys & Ca.mefcale N'gocians au Port-
au-Prince.
UnNegre, nomme Alexandre, crele,
etamp6 fraichement CAZIMIR ,4'un
tres-jolie figure, le vifage long la peau
luifante, ayantles genoux un peu cro-
chus, ~ge d'environ .o ans & de la
taille de 5 pieds 3 pouces, eft maron
depuis le 19 de ce mois. M. Catimir,
Habitant A l'Arcahaye A quiilappar-
tient, privient les perfonnes qui le re-
connoitront de lui en donner avis &
,qu'il y aura recompenfe..
Un Mulatre, nomme Jofeph, crdole
de Curapao, Tonnelier, Mayon &
Tailleur, &tampe O G R, ayant la fi-
gure ovale, les yeux fleur de tate,
le nez aquilin & les jambes tres-pe-
tites, Age de 24 ans & de la taille de 5
pieds 3 pouces ; & 4Negres dontun,
nomme Jean-Congo, etamp6 DESMA-
RE & OGR, un peu voute, ayant une
Avec PermifFon de MM.


loupe fur le dos, Agidenviron 46 ans
& de la taille de I pieds i pouces ; I'au
tre, nomme Wils, fans etampe, ayant
les cheveux gris, age d'environ 4o ans,
etant marque de la petite verole, & boi.
teux de la jambe gauche; 1'autre, nom-
mn Champagne, etamp6 ARNOUX &
OGR, Cuifinier, ayant la vue baffe &
une petite plaie A la jambe gauche, de
la taille de 5 pieds tin pouce ; & le
dernier nomme Petito, etampe RDC
& OGR Tonnelier, maigre & regar-
dant de travers, taille de 5 pieds, tous
les quatre de nation Congo & apparte-
nans A M. Ogier, Habitant au Cul-de-
fac font marons. S'ils font reconnus,
on eft price d'en donner avis audit SF,
fur fon Habitation, ou a M. Debonnaire,
Negociant au Port-au-Prince. I1 y aura
recompenfe.
J Ur ENT PER DUE.
UtJne Jument, poil bay, etampee L
G. M., &' fa fuite fggee de trois ans &
indomtee ont .chapp6 depuis envi-
ron deux mois, de la favane de l'Ha-
bitation Cafafgne. Ceux qui en auront
quelque connoiffance, font pries d'en
donner avis A M. Perdereau, Subflitut
du Procureur du Roi, A Leogane.
EFFET PERDU.
Une montre d'or de Paris, guillo0
chee ,ayantune dquerre, une truelle &
une clefde fimilor, avec un cordon de
foie affez fale, a ete perdue le 21 de
ce mois, dans le chemin du Petit au
Grand -Goave. On prie les perfonnes
qui la trouveront, d'avoir la bonth de
la remettre A M. Labriere Doyen des
Procureurs, au Petit-Goave.
le General 6* 'Intendant.


AV P 0RTwAI-VP R IN.C Aez ~GvLaLQ T I IMPIr mbrovct d du Roi,


' .* I
I,' ,I
; :1






















L
' *"i rn '
, i

* "' .'t
.,,?-;. :,]
' ,"'| ,
:, '' '


:^'?'' :i
'', '* -.,*/ i


.,E ". -',* -


*,,. .-;.! ,.a ,.



", *- iH' '
,' ; ,!'. ,
[ .'. '/,:.
-" ',1 'i
2 ,. -',, ,r
, -, .1,

- i. h .
- i ',

; : ,,. a






j K

t






-~
a I,.




r I
I.,.'
1.,~



1
I 'I









'I *,~H*~



~1

I,,


Du Samedi 3 Fe'vrier.


.djuttrzi de Navire an Cap.


L E 29 dui mois derniler, le Vaillant,
de Bordeaux, Capiit. Jalineau, parti le
3 novembre.
PAIX des Marchandifes de la CoklQni
au Cap.
Sucre blanc, premiere quality, 60
1 6 1. feconde, 5 a 57 1. troifieme,
49 a 5 1. common, 40 461. brut, 25
a 30 1. Indigo bleu, 8 1. 8 1. io f. cui-
vre, 6 1. a 7 1. Io f. Caf6., 2 a 212 f.
Coton, io a 130o 1. Cuirs, 7 a 9 1.
Piaftres gourdes, 37 pour x00o.
PRIX des Marchandifis de France au
Cap.
Vin vieux, 2o a 6o01. nouveau,
2.0o x 15 I1. Farine de Moiffac, 66 a
701. commune, 54 -8 1. Boeuffald, 66
a 72 1. le baril. Petit-fale, 3o L l'ancre..
Beurre, 17 a 18 f. la livre.. Huile,
18 a 42 1. la cave. Savon, 60 a 66 1.
le cent.
COURS du Fret au Cap.
Sure blanc, x a 3 d. brut, 13 ?A
4 d. Indigo, o a 1 4 d. Cafe, 14
i d. Coton, z4 3o0 d.
Mo R T s.
M. Herve Delafarge-Taillefir, Habi-
tant A Hiflet - Come Quartier du
Limbe, y eft mort le 19 du moist der-
Mier, g d'aviron 6'6 ans.


Le Sieur Meteye Maitre Tailleur
au Cap, y etl mort le 29.
M. de Met/evilie eft mort 21u Cap 13
31 : il etoit natifde Rouen. '!a Iuccetl
fion eft tombee aux Vacances.
M. Lamothe Arpenteur, e-ft n-ort
dans ladite Ville le i" dae ce mois.
Sa fuccefflion eft tombie auffi aux Va-
cances.
Dame Soubiere, veuve Dupui, eft
morte auffi dans ladite Ville le i, agce
de 1, ans :: elle toit native de Saumur..
NEGRES MAR0oNS.
Au FORT-DAUPHIN ,, le 20 du moist
dernier, eft entr' a la Geole Zingua,
nation Congo, fans etampe, fe difant
appartenir a Md Vale', \ la Savanne
de Limonade : le 21 un Negre nou-
veau, meme nation, aufli fans etampe
A
agi d'environ 40 ans, ayant des, mar-.
ques de fon Pays fur les bras & ur'
le venture : le 22', un aurre Negre nou"
veau, meme nation, etampe i r le fr ia
droit LA MOLERE, lequel n'a pu dire
fon nom ni celui de fon mirtre : le 2,
Janvier, nation Mondongue,. eramie
fur le fein droit VILLATTE, lequ I
n'a voulu dire le nom de fon maire :
le i2., Colas, nation Miferable, &dr;pe
fur le fein droit DOSMONT, Lh cuet
n'a voulu dire le now de ion maitre;
& un Negre nouveau, nation Congo..
etampe fur le fein droit VDC, leqiel:e
n'a pu dire fon nom ni. celuide foni ai
1*tre.-


Aywir i P7701"a


AUX AFFICHES AMERICAINES.


57


( No 1.3


I





" Au CAP le 26, Paul, Creole, fans
etampe, ayant une cicatrice fur 1'e-
paule gauche, Ag6 d'environ z5 ans,
taille d'environ 5 pieds fe difant ap-
partenir a M. Ginet, Habitant A Mari-
baroux : le 19, Janvier, auffi creole,
fans etampe, tout nud, age d'environ
Sz ans, taille de 3 pieds 8 pouces, fe
difant appartenir au nomme Demenil,
MulAtre libre; & deux Negres, nation
Congo, 1'un nomme Thomas & l'autre
1gnace etamp's fur le fein gauche
CYVER, lefquels n'ont pu dire le nomr
de leur maitre, mais feulement qu'il eft
au Dondon : le 30, Jean- Baptifle ,
creole Portugais3, etampe fur le fein
droit BE. BEG., age d'environ 36 ans,
fe difant appartenir au Sieur Legras,
Paffager du Limbe : le 3 x, Cupidon,
nation Congo, etampe fur le fein droit
LESBES, ayant un collier de fer avec
une chain, & fe difant appartenir3
M. Rafinat, Chirurgien A la Riviere-
falee : le de ce mois, Catherine, de
nation Miferable, etampee fur le fein
droit ROUANEZ & au deffous CAP,
fe difant appartenir au Sieur Rouane(,
Mason en cette Ville.

SPECTACLE S.
On donnera au Cap,'Ie mardi 13
du courant, une premiere reprefenta-
tation de Lucile, Opera fuivi des
Amamones modernes, Comedie en trois
A&es & en profe, de M. le Grand,
ornee de chants, de danfes & de tout
fon fpefacle. Le meme jour, il y aura
Grand-Bat. Le tout eft au benefice de
MCe Me'ntet.
I. i i n 1 I ii 1 i i I' I" * * *"


AVIS


DIVERS.


Le Public eft averti que la Societe
de commerce, etablie atu Cap, fous la


raifon de Cafaumajour, le Marchand
& Barer, eft expire le 30 janvier *
dernier.
M. Camufat de Mauroy donne avis
qu'il a refilie le ier de ce mois la So-
ciete de commerce qu'il avoit avec M.
Duverger de Sermet ; qu'il refte feul
charge de la liquidation de cette So-
ciette, & continue le commerce fou
fa signature particuliere de A. Camufat
de Mauroy.
M. Rigaudiere Maltre-es-Arts de
Paris, donne avis qu'il prend le Pen-
fionnat & la Maifon de M. l'AbbCChe-
villey, au Cap : il prie les parents do
l'honorer de leur confiance, fe flattant,
par fes foins, fa vigilance & fa methode
d'enfeigner, de meriter les applaudifle- :
mens & les fuffrages publics. II don-
nera des Lemons particulieres en Ville,
lorfqu'il y fera appelle. La Dame fon
epoufe fe chargers de 1'dducation des
Demoifelles, & leur donnera tous les
petits talents qui la relevent. us pren-
dront des Penfionnaires de l'un & l'au-
tre fexe.
M. Michel Bellanger, Negocant aut
Cap, Executeur-teftamentaire dw fet
Sieur Matthlieu Bellanker, & charge
par I'execution de la liquidation des
dettes des Sieurs Duboullay & Bdlan-
ger, taut en vertu de leur fociete,
qif'en leurs noms particuliers, done
avis aux Creanciers defdits Sieurs, qu'il
met lefdites fucceffions h la Vacance,
& les prie de s'adreffer d6formais i
Me Prieur.
Le Sieur Angers, ancient Charpen- '
tier de moulin canu pour les Sucreries, :p
voit avec la plus fenfible douleur que
dans les intervalles oh les ouvrages de
fa profeffion oa d'autres affaires F'ont
oblige de s'abfenter de la Vitlle du Cap,
ou il fait fa demeure, quoiqu'd chaque
fois il ait laiffl k la Dame.Gautier, fa


*7 ,A(,^






















, '4









It' AIM


fille, les moyens de tubfifter honnte -r
ment, elle a contra&f des dettes qu'elle
ne pourra jamais acquitter : come
elle pourroit encore former de nott-
veaux engagemens auffi peu mefures,
en pure perte pour ceux qui s'y trou-
veroient intereffis, il fe croit oblige
d'avertir Mrs les Negocians, Capitaines
de Navires marchands & autres per-
fonnes de ne faire A ladite Dame
Gautier aucun credit, noo plus qu'A
Louis Gautier, fon fis.
te Sieur Laborie t pere, etant fur
ton depart pour Frahce, prie les per-
fonnes qui il peut devoir de fe pre-
fenter pour recevoir leur pavement,
& ceux qui lui doivent de le fatisfaire.
Il a A vendre plufieurs meubles & effects,
comme Canape & Fauteuils de canne,
Lit Armoires & Bureau d'acajou,
Glace, Tables, Tableaux & Eflampes
points & graves par de bons Maitres,
Argenterie de Paris, Linge de table,
Draps de lit, Vaiffelle, Dames-jeannes,
Batterie de cuifine, &c. don't il fera
bonne composition.
DEPARTS POUR FRANCE.
Mde de Montchlinet, Habitante au Quar-
tier-Dauphin.
M. Lemay, demeurant au Cap.
NAVIRES EN CHARGEMENT.
Le Comte-de-la-Tour-d'Auvergne, de
Saint-Malo, du port de 300 tonneaux,
Capitaine Lafoffe, eft en charge pour
Nantes, & partira au commencement
du mois prochain. Ceux qui voudront
y paffer, ou charger a fret, s'adreffe-
ront audit Capitaine chez M" de
Rufly, Gauge: & Compagnie, rue de
Penthievre, au Cap.
La Marie Jeanne Louif de Bor-
deaux, Capitaine Bacon, partira pour
ledit lieu le io mars prefir. Ceux qui
Voudront y charger & fret, s'adreffe-w


ront au Sieur Gellibert, Capitaine de
Navire, en fon magafin au Cap, rue
de Penthievre.
Le Brigantin l'Aimable-Marguecite,
de Bordeaux, du port de 15o tonneaux,
Capitaine Ducournau partira pour
ledit lieu a la fin du mois prochain.
Ceux qui voudront y paffer, ou char-
ger a fret, s'adrefferont audit Capi-
taine, en fon magafin au Cap, rue
Saint-Simon, entire M. Riviere & le
coin de la rue du Vieux-Gouvernement.
BIENS ET EFFECTS A VENDRL.
Une Habitation fife au Trou, a trois
lieues de 1'embarcadere, contenant en-
viron 130 quarreaux de terre, don't
plus de moiti6 eft propre aux cannes,
& 35 quarreaux a&uellement plants,
le tiers en grandes cannes & les deux
gatres tiers en premiers rejetons, avec
obligation d'en planter 5 autres : on
pourra acquerir un bas fonds de 30
quarreaux, le meilleur de ce Quartier.
Cette Habitation n'a pas de bAtimens ;
mais le Vendeur fe pr&tera au defir de
1'Acqu6reur, foit pour bois incorrup-
tible, faitage, briques, tuiles chaux,
& main d'oeuvre; on peut y conftruire
A peu de frais, un moulin A eau, doot
la prife eft naturelle & fufceptible
d'arrofer plufieurs pieces de cannes. Le
Vendeur pretera quelques Negres ou-
vriers de toute efpece, & cedera plu-
fieurs Sucriers, Doleurs, &c. Les pre-
mieres cannes front bonnes rouler
foius fept mois. 11 accordera auffi io
pour ioo de diminution fur l'efIimation
d'Arbitres, pour s'afTurer pavement ot
quittance du tiers fous fix mois, & des
deux autres tiers fous dix-huit mois,
a computer du jour de la vente. L'Ac-
quereur obtiendra toute facility pour
traiter. On s'adreffera A M" de Blan-
chardon & BeIt, Negocians au Cap.







Une Habitation fife au Margpot, de a
conte-nreede 5o quarreaux de terre,
fur laquelle il y a 15 mille pieds de caf.
en rapport, & des vivres de toute ef-
pece pour nourrir au moins 15 Negres;
une grande cafe de 40 pieds de long
four 8 de large, fourches en terre, de
bois incorruptible, paliffad'e & cou-.
verte en paille, avec deux petites ga-
teries; trois cafes A Negres, compofdes
de deux chambres chacune, en bon
etat; un four & des glacis, avec quel-
ques Negres bons fujets. On s"adref-
fera A M. Mus, Negociant au Cap,
qui,devant partir pour France au rmois
de juin prochain, en fera bonne com-
pofition moyennant du comptaMt.' I
vendra auffi plufieurs Meubles, Iivra-,
bles un mois avant fo6i depart, avec
une Chaife A une place garnie en
velours d'Utrecht, & trois Chevaux,
Une Chaudiere A Guildive de la
eontenance de deux barriques & demie;
une Chaife -toute neuve doublee:de
velours d'Utrech, & trois Che, 0x.
On s'adreffera M"s de Blanchardon
& Bellot, Nigocians au Cap.
Un Bateau aftuellement en rade A
Saint-Marc conftruit A Nantes., en
feptembre 1768, par Bourmeau, 'aine,
ayant 49 pieds de quille & 17 pieds. 6
pouces de baux, un entre-pont fur ta-
quets de x'pieds xo pouces de planche
en planche, & 7 pieds de cale de car-
tingue folis barrots, avec tous fes agres
& appaiaux de fon premier voyage,
ayant fiunier & voile de fortune, une
grand ancre de 8oo livres pefant, une
autre dt 730 livres, un grand cable,
de 8 pouces de groffeur, a&hellement
italingue fur Ia grande ancre, & mouill6
pour la premiere, fois, un cable de 8
pouces fur Pautre ancr., & un de re-
change de 7 pouces. II aauffi A vendre
kbord dudit Bateau environ un miller


de Poudre de guerre d'Hollande, tout*
en petits barils de 7 lives pefant ; 5
6 milliers de fer en barre plate, deputs
zA 3 lignes jufqu'a 4 d'epaiffeur, fu.
une & demie A z & dewie de large ,
& depuis 9 jufqu' A 13 pieds de long,
ainfi que diverfes autres warchandifes
en retour de Guinee. On s'adrefferw
A Saint-Marc au Sieur HIardi, Capitaine
dudit Bateau o hA Mr" BeBalais,
Drouin Sagory & Compagnie, Nigow
cians audit lieu.
Un Negre bon cuifinier & cocher,
ayant plufieurs attres talens & par.
4ant bon franc ais; troi-s Negres & deux
Negreffes, ^igCs depuis i jIfqu'a o0
ans. On s'adreffera au Sieur Rave, i
l'Imprimcrie Royale, au Cap.
Du Riz nouveau, chez M. Lacon-
fourgue, rue de Penthievre, au Cap.
Une Chaudiere de la countenance de
6 barriques-, avec deux couleuvres,
environ 60 pieces de 5 & de 6, & tous
les uftenfiles niceffaires A une Guildie,
verie : plus, une Barque, deport d'en-
viron 24 boucauts, avec fes agres &
apparaux, que l'on pourra voir au Bac,
le tout dependant de la fuccefflion du
feu Sieur Etienne Fietac. On-s'adreffera
A. M. ConfeilHabitant A la Petite-Anfe.
A BAIL. OCU A LOUtaR.
Les Batimens de Guildiverie, avec
baffins A firop & grande cafe, &c. fis
A la Petite-A'nfe, fur le terrein de M,,
Grandin, A affermer pour le terns que
l'on. voudra. On.- s'adreffera, A ladite
Dame Grandin., ou a M. Confeil, Her
bitant audit lieu.-
Une Maifon a un etage, fife au Cap;
rues de Penthievre & des Religieufes,,
occupie ci-devant par M. Labatut,,
Negociant,&appirteoant Mde vcuve
Larralde. On s'adreffera A M. .Duilhk
rue du ConfeiL





'ANNEF 1770. N.63





Du lvercreaz 7 ieva.


A .- .14
p II' I,

Y; q






I v.g
TH
,r
,.,?. ~ '




'. *.IS -
AN


DEiPART des Navires Matchands.

UD E SAINT-MARC, le 26 ilu mois
dernier, le Comte-de-Clermont, Capit.
Dubois, pour Bordeaux: le 29, I'En-
treprfe, Capit. Bellin, pour Marfeille:
le 30, I'Achille, Capit. Caduffeau,
pour Bordeaux.
DE LEOGANE, le i de ce mois,
la Parentiere, Capit. Malefcot, pour
Nantes.
Du PORT-AU-PRINCE, le 3 de ce
mois, la The'refe, Capitaine Frechon,
pour Dunkerque.
PRIx des Marchandifes de la Colonis.
Avx CAYES le 28 du mois dernier,
Sucre blanc, premiere quality ,'50 a
561.feconde,36A42 1. brut, 22 zs51.
Indigo bleu, 71. 1o f. 71. i5 f. cuivre,
61. 5 f. a7 1. Caf6 nouveau, 17 zo1f.
( il n'y en a point de vieux ). Coton,
10z5 'A o 1.
A SAINT-MARC, le 2 de ce mois,
Sucre blanc, premiere quality, 55 1.
feconde, 48 A 50 1. troifieme, 44 A
46 1. commun, 38 A 42 1. brut, 30
A 321. Indigo bleu, 7 1. 1o f. a 8 1.
cuivre, 7 1. A 7 1. 5 f. Cafe nouveau,
2.1 A z f.( iln'y en a point de vieux).
Coton, 125 130o Cuirs, 7 1. 10 f.
Piaffres gourdes, 35 pour cent.
A LEOGANE, le 3 du meme mois,
Sucre blanc premiere quality 50 A
51 1. fecoAde 46 a 48 1. troifieme,


40 A 441. commun, 34 a 38 1. brut, 28
a 30 1. Indigo bleu, 8 a 9 1. cuivre,
6 10 f. a 7 1. Cafe nouveau, 22. f. A
22 f. 6 d. ( ii n'y en a point de vieux).
Coton, zI J ~ z zo 1.
Au PORT-AU-PRINCE, le 6 de
ce mois Sucre blanc premiere
quality, 5 zA 54 1. feconde, 48 A 50o
troifieme, 44 A 46 1. commun, 3 5
40 1. Brut, 28 a 30 1. Indigo cuivre,
71. 5 f. A 7 1. io f. (il n'y en a point
bleu ). Caf6 nouveau, 21i a 22 f. (il n'y
en a point de vieux ). Coton, 120 A
125 1. Cuirs, 8 A 9 1. Piaftres gour-
des, 37 pour cent.
PRIx des Marchandifes de France.
Aux CAYES ledit jour 28 du mols
dernier, Vin vieux 180 A 230 1. nou-
veau, 50o A 18o 1. Farine de Moiffac,
80 a ioo 1. commune, 66 A 75 1. Boeuf
fale, 66 a 80 1. le baril. Petit fale,
24 A 36 1. 'ancre. Beurre, 2. a 30 f.
la livre. Huile, 36 A 40 1. la cave. Sa-
on, 75 A 901. le cent.
A SAINT- MARC, ledit jour 2 de
ce mois, Vin vieux, ioo a 220o L
nouveau, I 5o A 180 1. Farine de Moif.
fac, 8o0 90 1. commune, 66 A 75 1.
Boeuffale 8o 1. le baril. Beurre, 20 A
25 f. la livre. Petit-fale, 36 1. Pancre.
Huile, 3o 0 A 361. la cave. Savon, 90 o
100oo 1. le cent.
A LEOGANE,1edit jour 3 du meme
mois Vin vieux, 22o A 240 1. nou'
veau, i iQ o oq 1. Farine de Moiffac,






66 a 7o0!. commune; 5o a 55 1. Boeuf
fale 60 a 66 liv. le baril. Petit-fale,
,7 a30 1.I'ancre. Beurre x8 a 1o f.
la livre. Huile, 24 A 36 1. la cave. Sa-
von, 7' A 7 5 1. le cent.
AuPORT-AU-PRINCE, ledit jour 6
de ce mois, Vin vieux i8o0 a o 1.
nouveau, 120 a 15o 1. Farine de Moif-
fac 66 A 701. commune, 5 A. 6o 1.
Boeuf fale, 6o A 66 1. le baril. Petit-fale,
-7XA 30 1. I'ancre. Beurre, 18 a 0o f.
la livre. Huile, i8 A 36 1. la cave. Sa-
von, 66 70o 1. le cent.
COURSE DU FRET.
Aux CAYES, Sucre blanc, 12 .a 13 d.
brut, 15 A 16 d. Indigo, 27 a 30 d. Caf6,
8 A 24 d. Coton, 30 a 36 d.
A SAINT-MARC, Sucre blanc, 14 'a
S5 d. brut, 12 d. Indigo, 30 A 36 d.
Caf6, 15 d. Coton, 41 a 48 d.
A LEOGANE, Sucre blanc, nx h
x 3 d.brut, 1 iax i d. Indigo, z4 a 17 d.
Caf6, fI'Z 5- d. Coton, 30 A 36 d.
Au PORT-AU-PRINCE Sucre blanc,
io i x d. brut, i ai x d. Indigo, 2 i
74 d. Caf6, 1 15 d. Coton, Z7 A.
pod.
M OR TS.
M. Coquet, Habitant 'a Saint-Louis,
Quarter du Port-de-Paix, eft mort le
2. du mois dernier ; il toit natif de
Rouen.
M. Jean Paffama demeurant a Saint-
Marc, y eft mort le i de ce mois,
4g6 de 38 ans ; il etoit natif de la Pa-
roiffe de Befeus, en Gafcogne, Diocefe
d'Auch,
NEGRE S MARONS.
A SAINT-LOUIS, le :3 du mois der.-
pier, eft entree a la Geole, un Negre,
nommE Jacques de nation Congo,
4t ipQ fur r'fein droit CHINDN, 8


fur le gauche ARNt, ayant une fleurde
lis fur l'6paule droite, lequel a dit ap-
partenir au Sr Boivert, Pacotilleur ; &
une N6greffe nouvelle, 6tample fur le
fein droit EDM, laquelle n'a fu dire
fon nom, celui de fa nation ni celui
de fon maitre.
A LEOGANE,le 28du mmemoiS,
deux jeunes Negres nouveaux, de na-
tion Congo, fans etampe, Ages l'un &
I'autre d'environ 14 ans, lefquels ont
dit appartenir a M. Mahau, Habitant
aux Vafes.
A SAINT-MARC, le 30, Bof.
fa, Congo etampe fur le fein gau-
che DELLECOVCHE, alg d'en-
viron 4o ans, taille de 5 pieds i pouce,
fe difant appartenir a M. Jofeph Mary,
Habitant A I'Artibonite,

NOUVELLES D'EUROPE.
RUSS I E.
Les lettres de Kaminiec confirment
les fucces &clatans des Ruffes fur les
Turcs, que nous avons annonces dans
notre Feuille derniere, & contiennent
les details fuivans:
Huit mille Janiffaires & quatre mille
hommes de Cavalerie avoient paffe
le Niefler fur un pont, covert par
une batterie qu'on avoit dreffee de l'au-
tre c6te du fleuve. Ce paffage s'etoit
fait dans intention d'attaquer les Ruf~'
fes dans leur camp; mais les eaux grot
firent tellemeht vers le midi, qu'elles
enleverent le pont A. la vue des Turcs,
qui fe trouverent par.14 dans la nicef-
fite d'attendre 1ennemi ou de repaffer
le Niefler A la nage. Le Prince de Gal,
litzin, ayant ete informed de la pofi-
tion critique des Turcs, command un
Corps de fes troupes pour aller atta-
quer l'ennemi pendant la nuit. Les Ruf-
fes les chargerentla bayonnette au-bout


IS,




I'

* ~f* 4





























I,















I,,.
EA~


Plufieurs lettres annoncent


que


du fufit, & eurent, dans cette affaire,
tout le fucces qu'ils pouvoient defirer:
quelques centaines de Turcs fe preci-
piterent dans le Fleuve; les uns y fu-
rent noys ; les autres le pafferent A la
nage & le refte fut fait prilonnier par
les Ruffes, entire les mains defquels font
reftes plufieurs Chefs de l'armie Ot-
tomane. Ius ont pris, dans cette occa-
fion, quinze drapeaux ou queues de
cheval & plufieurs batons de Com-
rnandement & ils ont trouve fiixante-
quatre pieces de canon & quatorze
mortiers fur la batterie qui defendoit
le pont. Leur perte ne confilfe qu'en
cent trente-cinq morts & fix cens blef-
fis. Les Turcs en delay du Niefter, ayant
appris la defaire du Corps qui avoit
paffn le fleuve, fe font revoltes centre
le Grand-Vifir. 11 y a eu plufieurs Turcs
& Confderdes de tuds, & la plus grande
parties de la garnifon de Choczim s'eft
retiree vers Bender. Les Ruffes ont
paff6 enfuite le Niefter, & fe font em-.
pares de Choczim fans 6prouver de
rififtance. us y ont trouve cent qua-
rante-trois pieces de gros canon, une
grande quantite'de bombes, de pro-
vifions de toute efpece & de munitions
de guerre. Le nombre des Prifonniers
faits par les Ruffes, de l'autre cotd du
Nieffer,fe monte A fix mnille hommes ,
parmi lefquels on compete plufieurs
Pachas & des Officiers de marque.
Les Turcs fe font retires vers le Da-
nube, avec tant de precipitation, qu'on
n'en voit plus aucun. On croi t que, dans
le courant du mois de Septembre, ils
ont perdu dans differentes rencontres,
pres de 8ooo000 hommes, & que plus
de 40000 ont deferte dans leur re-
traite de Choczim a Bender.
PO L 0 GNE.


les Confederes ont effuye deux echecs
en Lithuanie; que les freres Pulawski
ont et6 defaits; que 'aind a et tue,
& que le cadet s'eft retire dans le Pa-
latinat de Ruffie. Cette nouvelle mdrite
confirmation.
Les Confederes de la Grande-Po-
logne ont formeun Confeil Superieur,
compofd de trois S'nateurs & des prin-
cipaux de la Nobleffe ,ayant pour Pre&
fident le Starofte de Zitomir. Ce Con-.
feil eft affembld en Pofnanie, oh il y a
une forte garnifon de Confd&eres, & oft
I'on fait quelques ouvrages de fortifi-
cations. C'eft ce Confeil qui reglera,
par interim, toutes les affaires, non feu-
lement de la confdderation |de la Gran-
de-Pologne, mais encore celles de Cu-
javie, de Plock, de Dobrzin. Tous les
Mar&chaux doivent Stre foumis a fes
Ordres.
I T A L I E.
On ecrit de Madrid que P'Archev&-
que de Valladolid a remis, dans les
premiers jours. d'Odobre au Confeil
du Roi, un Exemplaire imprime d'ua
Bref d'Indulgences expedie en Cour
de Rome le x2 Juillet dernier en fa-
veur des Jefuites. Les Fifcaux ont de-
clare dans le Confeil, que ce Brefcoan
tient des vices d'obreption & de fu-
breption, & doit etre, par-IA meme,
fupprim ; qu'il eft adreffe aux Patriar.
ches Primats, Archeveques & Eve-
ques du Monde Chretien, & ne peut
cependant avoir fon effet en Efpagne,
ni dans les autres Royaumes oh lefdits
Religieux font profcrirts & entierement
decredites par leurs fairs & do&rine;
que, rien n'etant plus capable de frap.
per les Fideles que l'exempledesOra.
teurs Chretiens, on ne peut efpirer
aucun fruit de la predication de cer-
tains Mifflionnaires qui abufent de la






64
Parole Divine; en la falfant fervir a
leurs projects; que ceci ayant etd de-
clard, de la maniere la plus folemnelle,
par une Loi generale reque en Efpa-
gne, c'eft-a-dire par la Pragmatique
Sanaion du 24 Avril 1767, accepted
par toute la Nation, il eft clair que le-
dit Bref n'a pu etre expedid dans la
aneme forme que le precedent Bref
feptennal & qu'on ne peut douter
que fes claufes generales ne foient l'ef-
fet de la fuggeftion & de l'importunite
artificieufeddu Geaeral, ainfi que dela
conduite ordinaire de la Compagnie.
On made 4e Venife que la Repu-
blique a accord' 30, ooo ducats pour
le foulagement des malheureux habi-
tans de la ville de Brefcia, & qu'elle
a exempted de tous droits & imp6ts,
pour le terme de vingt ans, plufieurs
families de cette Ville, a qui le defaf-
tre, don't nous avons fait dernierement
mention a caufe le plus de domma-
$es.; d'autres qui ont moins fouffert,
opuiront auffi d'une pareille exemption
pendant dix annees,
ANGLETERRE,
La Fregate de guerre P'Aurore, a
nis a la voile de Portsmouth le 7 Oc-
tobre, ayant a bord les Commiffaires
de la Compagnie des Indes, & un de-
tachement affez confiderable de troupes
de Marine. Le Chevalier John Lindfay,
qui vient d'etre nommq Commandant
en chef poor le Roi, dans les Indes
Orientales, avoit mis a la voile, la
veille, at bord de la Frigate le Hawke.
Le bruit court que le Parlement ne
fera convoque que dans les premiers
mnois de l'annee 1770. Ily abeaucoup
de fermentation dans toutes les Pro-
vinces du Royaume, qui fe reuniffent
a-demander la diffolution du Parlement
gtuel. Le Miniftere, don't la chiute


feroit neceffalrement la fuite de cette
diffolution cherche & prepare des
moyens capable de calmer les efprits.
On dit que, dans la prochaine feffion
du Parlement on prendra des arran-
genmens pour foutenir le credit public
& pour reduire les dettes nationals,
qui montent encore a plus de 140ooo
millions fterlings.
On affure que le Grand-Chancelier
donnera la d6miflion de fa Charge &
que plufieurs autres Membres du Mi-
nifftere pourront bien fuivre cet exem-
ple.
Les fucces d'Hyder-Ali-Kam dans
I'Inde, fe foutiennent toujours, ce qui
conf6quemment fait beaucoup dimi-
nuer les Adions. Toutes les relations
donnent unanimement des eloges A la
bravoure Al'intrepiditd & A l'intelli-
gence de ce Heros moderne. Nous nous
propofons de donner un extrait de fa
vie, & nous efperons qu'il fera vu aver
plaifir.
FRANC E.
Le Roi s'etant rendu le I8 Odobre
fur la terraffe du Tibre A Fontainebleau,
ofi le quarter des Chevaux-legers de
la Garde de service etoit affemble &
range en bataille ayant A fa tete le
Duc d'Aiguillon & les Officiers Sup&.
rieurs; Sa Majdfte cheval & accom-
pagnee du Marechal de Richelieu c&
du Marechal-Prince de Soubife, requt
le Due d'Aiguillon Capitaine Lieute-
nant des Chevaux-legers de Sa Garde,
& le fit reconnoitre par la Compagnie
en cette quality. Le Marechal de Ri-
chelieu, A cheval & l'dpde au c6t ,
fit preter en meme temps au Duc d'Ai-
guillon, qui etoit auffi A cheval, le
ferment de fidelity au Roi.
On affure que le marriage de Mon-
feigneur le Dauphi ane fe fera pas a


~.
I.
* ..
I.'
* 11'1

* 4


P






























4,,,





'It ~
'I-,

-XII

.4
'I,. 4


no;s de Mal prochain, come on l'a-
voit d'abord annonce. On dit qu'il eft
retarAd juiqu'au mois de Septembre : il
a ete accord 10000oooo liv. d'honoraires
a M. I'Abb6 de Vermont qui, depuis
Fannee derniere, a ete envoy a Vien-
e pour perfe&ionner Madame 'Ar-
chiducheffe, future Dauphine, dans la
Langue & la Littdrature Franqaife. Sa
Place de Bibliothecaire du College Ma-
zarin, lui eft en outre confervhe.
Le Comte & la Comteffe de Louef-
me. condamnes a avoir la tete tran-
chee pour rebellion A Juflice, ont ob-
tenu que leur peine ffit commune en
ine prifon perpetuelle. Les Lettres-
patentes de commutation ont tde fcel-
Ides extraordinairement parM. leChan-
celier. Elles ont dht tre enterinees le
jour meme de la cloture des f6ances
du Parlement.
Un Anonyme, prevenu contre l'I-
noculation, ayant, par trop de zele
ou par indiscretion, eu I'imprudence
d'dcrire A Madame la Ducheffe de Char.
tres, pour lui reprefenter le danger,
ou du moins le peu d'utilite de cette
Pratique, & la d.tourner de fon def-
ein on avoit craint que cette Prin-
ceffe n'eiut de l'eloignement pour l'Ino-
cilation ; mais, par la jufte conflance
qu'elle a dans les perfonnes qui ont exa-
mine les avantages de cette precau-
tion, elle executerafon project en toute
f curite. Elle s'eft rendue dans ce def-
fIin au Chateau de Raincy, apparte-
nant A M. le Duc d'Orleans. Elle a m^.
me voulu qu'il ne fRt pas fait la moin-
dre peine a 'Findifcret Anonyme qui,
fur les recherches qu'on a faites, a
bientot ete ddcouvert,.
M. le Duc de Duras a invite alter-
nativement, pendant le fejour qu'il a
fait A Rennes les anciens & les nou-
etaux Membres du Parlement il les


a ancalement exhorts j Ia bonne
harmonies entire eux, & a oublier le
paffG comme le meilleur moyen de md-
riter les bontes du Roi.
-L'arrangement pris, concernant le
Commerce de l'Inde caufe une conf-
ternation generale parmi les Officiers
de Marine qui dtoient aut service de la
Compagnie, & parmi les habitans de
la ville de l'Orient. Ces derniers com.
prennent qu'il n'eft guere poflible de
reftreindre au feul Port d'Orient les
ventes des marchandifes apportees de
'Inde.
On parole d'An nouveau changement
dans le Departement des Finances,
Pour mettre cette parties de l'Admi-
niftration en meilleur etat, on fait
a&uellement attention aux Domaines
demembres autrefois de la Couronne.
M. de l'Averdy avoit deja eu deffeia
de mettre en execution la Loi fonda.
mental, qui defend ces alidnations,
mais qu'on elude par bail emphytdow
tique, par engagement ou par change.
11 feroit cependant tries difficile de re-
venir a&uellement contre des contracts,
don't F'anciennete remote quelques
fiecles; & ces difficulties pourront peut-
etre empecher l'execution d'un project,
don't on attendoit avec raifon de tries.
grands avantages.
La Charge de Premier Maitre-d'H.W
tel du Roi n'etant pas exercee depuis
que le Marquis de Brunoi, filsde fea
M. de Montmartel, en eft pourvu, on
dit que, du confentement de Sa Ma-
jefte, ce Seigneur cedera cette Charge
au Marquis d'Efcars, Lieutenant-GC.
neral de la Province du Limofin.
M. le Vicomte de Thianges, Mar6e
chal de Camp, a paffn depuis peu en
Corfe, pour y remplacer le Comte de
Marbeuf, fous les Ordres de M. 1e
Comte de vaux.






66
Le Regiment Dauphin, Dragons,
allant a Sedan pour y prendre fon quar-
tier d'hiver, a paffG le 1i d'O&obre a
Fontainebleau; M. le Dauphin, accom-
pagne des Princes fes freres, ,'a paffG
en revue & l'a vu enfuite defiler. Le
Regiment de Perigord, qui etoit en
garnifon a Dunkerque, a dfi s'embar-
quer dans le mois de Decembre, pour
fe rendre a la Martinique.
Si l'on en croit quelques lettres par-
ticulieres, le Vaiffeau le Sphinx, fur
lequel eft embarque le Chevalier des
Roches, nomme Gouverneur des Ifles
de France & de Bourbon, s'eft perdu
en doublant le Cap de Bonne-Efperan-
ce: on fe flatte cependant que cette nou-
yelle efl hafardee.
Le Roi & la Famille Royale ont fi-
gn6 le Ier Odobre le Contrat de ma-
riage du Comte de la Tour-d'Auver-
gne, ci-devant Chevalier de Malte &
Marechal de Camp, avec Mademoi-
felle de Beaupreau fille du Marquis de
Beaupreau, Lieutenant-Gendral. M. de
Bougainville, Brigadier des Armees du
Roi, connu par la decouverte des If-
les Malouines, a eul'honneur de pre-
fenter a Sa Majeflt, le ierde Novem-
bre, le Journal manufcrit du voyage
qu'il a fait autour du monde, par Or-
dre du Roi, fur les Vaiffeaux la Bou-
deufi & l'Ezoile, don't il avoit le Corn-
mnandement.
Antoine Senifle, Laboureur du vil-
lage du Puy, Paroiffe de Chateauneuf,
Eledion de Limoges, y eft mort Age
de cent onze ans. II labouroit encore
quinze jours avant fa mort; il avoit
fes cheveux & toutes fes dents, & fa
vue n'dtoit point affoiblie; il fe nour-
riffoit le plus ordinairement de chatai-
gnes & de bled farrafin; it n'avoit ja-
mais ete faigne ni purge. 11 n'a dut cette
longue vie qu'a ce regime.,


AMtRIQ UE.
Du Port-au-Prince, le 7 Fe'vrler.
Une invention nouvelle dans les Arts
agreables, n'eft qu'un objet de luxe
pour les riches & de curiofite pour
quelques Amateurs ; une d6couverte
dans les Arts tiles, eft un droit qu'oa
s'acquiert fur la reconnoiffance de tous
les hommes. L'Inventeur d'une pareille
decouverte eft reellement le bienfai-
teur de F'humanite ; il contribute A la
gloire de fa Patrie & au bien general
de toutes les Nations. Nous ne crai-
gnons pas que ces reflexions paroiffent
deplacees en annoncant A MM. les
Habitans de cette Colonie, que le Mou-
lin a fucre don't M. Barre de Saint-Ve-
nant eft I'Auteur, ainfi que fes machi-
nes a vent d'une nouvelle conflrucTion,
viennent d'etre approuves par MM. de
I'Acadimie des Sciences.
M. Barre de Saint Venant tres-
verf6 dans les Mathematiques, a fait
dans cette Colonie les premiers effais
de ces diverfes machines & eft alley
recueillir, dans la Capitale, le prix que
meritent & fes talens & fes travaux.
11 a prefqu'entierement detruit les frot-
temens qui rendoient les anciens Mou.
lins tres-durs, & l'on pourra faire ai-
fement avec deux mulets, ce que l'on
avoit de la peine A fair ci devant,
avec fix.
M. Bellin de Villeneuve, Habitant
au Limb" & aduellement en France;
M. Bellin, difons-nous, qui merire &
obtient les eloges de tous les bons
Cultivateurs de cette denree principal
de nos Ifles, avoit augmented le dia-
metre des cylindres lateraux : M. de
Saint-Venant les a auffi tous augmen-
ts ; it a fupprime le frottement de ce-
lui du milieu, qui, au lieu de tourney


* .1,


mlj































mlj


dans toute Pepaiffeur du bols, tourne
comme les autres fur un axe de fer; il
a change la difpofition des cylindres,
de forte que les cannes & la bagaffe
ne font jamais doubles les unes fur
les autres ; il y a adapted des collets
ilaftiques qui font d'autant plus avan-
tageux, que, quelque irreguliere que
foit la fagon de prefenter les cannes ,
la refiftance devient uniform. Cette
refiftance eft combinee avec les frot-
temens, de maniere qu'on a fuppri-
me l'engrenage qui augmente beaucoup
les frottemens dans les Moulins ordi-
naires. Ce Mechanicien a fait exe-
cuter a Paris un modele de ce Moulin,
fur lequel 1'Academie a donned fon ju-
gement. MM. les Americains, refidans
a&uellement dans la Capitale, fe font
empreffes d'aller voir cette machine &
Pont tres-gouitee. II offre A MM. les
Habitans d'en faire executer de fem-
blables, & il confeille de les faire faire
a Paris oh les Ouvriers font plus in-
telligens & moins chers que dans les
Colonies.
Le meme M. de Saint-Venant a ima-
gine diffirens Moulins a vent, appli-
cables a tous les ufages; ils peuvent
egalement faire agir les Moulins A fucre,
moudre les grains, piler les ecorces
pour le tan & les matieres qui entrent
dans la fabrication du paper, de la
poudre, &c. mais ils font particuliere.
ment deffines a clever une grande quan-
tite d'eau, pour arrofer les terres ari-
des &defficher celles qui font noyees.
Ces Moulins font fimples, commodes,
de peu de depenfe ; ils ont la propriety
particuliere de s'orientera tous vents,
& de plier & deplier leurs voiles quand
le vent eft plus ou moins fort fans
avoir befoin d'aucun condu&eur; de
forte qu'ils peuvent etre livres A eux-
memes, fans craindre les ouragans; ils


AVIS


DIVERS.


M. Cadieu, Negociant au Port-aum
Prince, & Syndic des Creanciers du S'
Marquet, connus ou non connus les
prie de lui remettre inceffamment un
ctat certifi6 de leurs creances, afin qu'il
puiffe faire entire eux une repartition
des deniers qu'il a entire les mains, pro-
venus de ce Syndicat.
Le Sr Frangois Havard, Marchand
Poelier & Fondeur, dans la rue des
LUzards, au Port-au-Prince, done
avis qu'il a A vendre des chandieres a'
Guildive fabriquees par lui-meme,
ainfi que des collets de moulin, crapau-
dines & autres uftenfiles neceffaires a
M"r les Habitans, A qui il offre parti-
culierement fes services, pour toute
forte d'ouvrages en cuivre & en fonte,
qu'il fera A bonne, composition,


67
peuvent produire les plus grands ef-
fets, & font fuperieurs A toutes les
machines connues dans ce genre.
Cette invention a merite6 l'Auteur
les logess des Connoiffeurs, & parti-
culierement ceux de MM. de 1'Acade-
mie Royaledes Sciences. M. de Bory,
ancien Gouverneur de cette Ifle &
M. le Chevalier de Borda Lieutenant
des Vaiffeaux du Roi, qui connoiffent
les Colonies & favent combien il eft im-
portant d'y employer des machines fim-
ples & de peu d'entretien, par la difficul-
te d'y trouver des Ouvriers capable de
les rtablir, ont ete les Commiffaires
nommes par l'Academie,pour examiner
& faire le rapport du Moulin A fucre
& des machines A vent, don't M. Barre
de Saint-Venant eft l'Auteur; leur fuf-
frage & celui de l'Academie doivent
lui affurer celui du Public en general,
& celui des Habitans de Saint Do-
mingue en particulier.






DEPART POUR FRANCE;
Le S' Antoine Dumas, ancien Eco-
home au Cul-de-Sac.
NAVIRE EN CHARGEMENT.
Le George, de Bordeaux, Capitaine
Loufies, partira du io au 15 du mois
d'Avril prochain. Ceux qui voudront
y paffer ou charger A fret, s'adreffe-
ront audit Capitaine, en fon Magafin
au Port-au-Prince : ce Navire eft neuf,
bon voilier, & trs commode pour
les Paffagers.
B3IENS ET EFFECTS A VENDRE.
Une Negreffe, marchande, agee de
18 a 19 ans, & un jeune Negre, age
de 13 a 14 ans, creole, dune tres-jolie
figure, propre A devenir un excellent
domeftique, ayant fix mois d'appren-
tiffage du metier de Perruquier. II fau-.
dra s'adreffer a M. Belot, Secretaire
des CommandemensdeSon Alteffe Mgr
le Prince de Rohan, qui en fera bonne
compofition.
Un Bateau, afquellement mouillI dans
la rade de Saint-Marc, confiruit a Nan-
tes, au mois de Septembre r768, par
Bourmeau l'alne, ayant 49 pieds de
quille & 17 pieds 6 pouces de baux,
un entre-pont fur taquets de 2 pieds
io pouces de planche en planche, 7
pieds de cale de carlingue fous barrots,
tous fes agrets & apparaux a fon pre-
mier voyage, toutes fes voiles, hu-
nier & voiles de fortune, en ouctre une
grande ancre de 8oo livres pefant ,
une feconde ancre de 730, un grand
cable de 8 pouces de groffeur, aduel-
lement etalingue fur la grande ancre,
& mouille pour la premiere fois; enfin
un cable de 8 pouces fur la feconde


ancre, & un autre de rechange de 7
pouces.
On trouvera auffi h vendre A bord
dudit Bateau, environ un miller de
poudre a canon d'Hollande, en petits
barils de 7 livres ; plus cinq a fix mil-
hlers de fer en barre de fer plate, de-
puis deux a trois lines jufqu'a quatre
d'epaiffeur fur un pouce & demi A
deux & demi de large, & depuisneuf
jufqu'a treize pieds de longueur, ainfi
que diverfes autres marchandifes en re-
tour de Guinee. 11 faudra s'adreffer
pour tous ces objets, a Saint-Marc, A
M. Hardy, Capitaine dudit Bateau ,
ou A MM. Badelais, Drouin, Sagory
& Compagnie, Negocians audit lies.
ESCLAVE EN MARONAGE.
Un Negre, nomme Mathurin, etamrr
pe L. VASSE, poffillon & mason,
provenant de la fucceflion de la Veuve
Be,9ere, Mulitreffe libre, demeurant
au Port-au-Prince, age d'environ 27
ans, taille de 5 pieds I pouces, ex-
tr8mement fluet, eft maron. S'il eft re-
connu, on aura la bomei d'en donner
avis A M, Vafe A Leogane, ou A M.
Brunaux, Negociant au Port-Prince-:
il y aura recompenfe.
CHEVAL PERDU.
Un Cheval hongre poll brfile '
etampe MR entrelacees ayant une
petite etoileau front, s'eft echappedes
favannes de l'Habitation Bonnel, ant
Trou-Bourdet. Ceux qui le reconnot-
tront, auront la bonte d'en donner avis
a l'Imprimerie Royale, au Port-au-
Prince: il y aura recompenfe.
P. S. II a &te perdu au Port-au-Prince, une tabatiere
blanche, double d'&caille, avec cinq cercles d'or & un
portrait de femme. On eft pri6 de la remettre i M. le
Chevalier Deroque, Capit. auRegiment de Vermandois.


Avec Permfizon de MM. le Gine'ral & l'Intendant.

AU PORT-AV-PRINCE, chez GuIu.OT, Imprimeur brevet du Roi


LA
~: '~


I.' '~







,,* S




*1




L













4...
.









1.
~i.





ANIME 1770;


[NO 6.


I
i.... T



I L~









1~















ill





4...
~IU


E de Navires au Cap.

SE 3 de ce mois,. le Saint-Charles,
de Rouenl, Capit. Quibel, parti d'Hon-
fleur le 4 decembre : le 9, la M'inerve,
de Nantes, Capit. Moreau, parti le 5
janvier; & l'Amitie', de Saint-Malo ,
Capitaine Hardy, venant de la Cote-
d'Angole avec 308 Noirs A I'adreffe de
Mrs Sta/2ziJs Foache & Compagnie,
qui en ouvriront la. vente vendredi
prochain 16 du courant.
DEPART de Navires dudit Port.
Le ier de ce mois, la Reine-de Juda,
de Saint- Malo, Capitaine Dubuiffon,
pour Nantes : le 3 I'Hieurife-Paix,
Capit. Lenezet pour Bordeaux : le 7,
la Folie, Capit. Moret, pour le meme
Port.
PRIX des Marchandifes de la Colonie
au Cap,
Sucre blanc, premiere quality, 6o
a 6 1. feconde, 55a 57 1. troifieme,
47 a 5o1. common 40 a 45 1. brut, z5
a 301. I. ndigo bleu, 7 8 1. cuivre, 7 1.
a 7 1. io f. Cafe, 2 f. 6 d. a 2 1f. Co-
ton, 130 1. Cuirs, 7 A 9 1. Piaftres
gourdes, 37 pour 100o.
PRIX des. Marchandifes de France au
Cap.
Vin vieux, 180 a 240 1. nouveau ,
1.20 a 125 1. Farine de Moiffac, 7o0
711. commune, 57 a 6o1. BoeuffaldC, 6o


A 66 1. le baril. Petit-fald,
F'ancre. Beurre, 17 A 8
Huile, I8 A 42 1. la cave.
A 66 1. le cent.


27 a 30 liv.
f. la livre.
Savon, 6]


CouRs du Fret au Cap.
Sucre blanc, 12 a 13 d. brut, 13 1
14 d. Indigo, 2od. Caf6, 15 d. Coton,
24 a 3o0 d.
NEGRES MARONS.
Au FORT-DAUPHIN, le 27 du mols
dernier, eft entree A la Geole Alexwn-
dre, nation Congo, etampe A C, fe
difant appartenir a M. Cron, Habitant
aux Ecreviffes, pris A l'Efpagnol; Pe"
nitent, meme nation, etampe au haut
de l'eflomac MANAVITE, sequel n'a
voulu dire le nom de fon maitre, pris
auffi A l'Efpagnol ; & Lubin nation
Thiambou, etampe fur le fein droit,
autant qu'on a pu le diflinguer, MT,
fe difant appartenir A M. Manavite.,
pris auffi A l'Efpagnol: le 28 un Negre
nouveau etampe fur le fein gauche M..
,NOGVES, lequel n'a pu dire fon nom,
celui de fa nation, ni celui de fon mai.
tre; & Michel, creole, dtampe IB, fe
difant appartenir A M. Menoire : le er
de ce mois une Negreffe nouvelle ,
fans dtampe, ayant des marques de fon
Pays fur les joues & fur le corps, la-
quelle n'a pu dire fon norm, celui de fa
nation ni celui de fbn maitre.
Au CAP, le 3 Jean., creole, etampC
illifiblement fur le feindroit, ge d'ea-


(I-- 1,.

s' NT AUX AFFICHES AMERICAINES.

Du Saind z ,o
, --, :,a. JDu Samedi 10 o vne
t \ :.";e ;. ] ^
.J,I ...." -"<-"' %. r :. ji .i K Mgt^ ^ S #


IQ


69






70
viron 30 ans, taille de 5 pleds z pou-
ces, fe difant appartenir A M. Dupont,
Orfevre en cette Ville : le 4, un Negre
nouveau, 6tampe circulairement fur le
fein droit PERCHAVX, & fur le gau-
che MARAIS & au deffous AV CAP,
lequel n'a pu dire fon nom, celui de fa
nation, ni celui de fon maitre; & Jean,
nation Congo, fans etampe, age d'en-
viron 2.o ans, taille d'environ 5 pieds,
portant une petite culotte d'indienne,
lequel n'a pu dire fon nom ni celui de
fon maitre, pris a. l'Efpagnol: Ie 7, un
Negre Mondongue, 6tampe fur le fein
droit DIN, ,g6 d'environ 3o ans, taille
de 5 pieds z pouces, ayant recu des
coups de manchette, lequel n'a pu dire
fon nom ni celui de fon maitre ; Jean-
Baptifle, nation Congo, etamp6 fur le
fein droit L MENARD & au deffous
RENAVD, & fur le gauche illifible-
ment, fe difant appartenir a M. Me-
nard, du Dondon ; & Eli/abeth, nation
Congo, etampee fur le fein droit CA-
NIVET & au deffous AV CAP, Agee
d'environ 30 ans, fe difant appartenir
& M. Canivet.


AVIS


DIVERS.


ii
Ii ~











*1
ii










~1


pour France, prie les perfonnes A qui
il peut devoir de fe pr6fenter pour re-
cevoir leur paiement, & ceux qui lui
doivent de le folder au plutot.
DEMANDS.
On defireroit fgavoir fi le nomme
Jean-Martin Laurent, natif'de Paris",
age d'environ 24 ans, embarqued aNan-
tes en 1765 ou 1766, eft a&uellemIent
dans cette Colonie, & queAles y font
fes faculties. Ceux qui en auront con-
noiffance, font pries d'en donner avis
A M. du Belloy, Officier du Corps-
Royal d'Artillerie, au Cap.
Un Particulier proprietaire d'une
Habitation fife au haut dua Trou du
Dondon, de la contenadde de 16 quar-
reaux de tres-bonne terre, uir laquelle
il y a une cafe de 40 pieds de long fur
15 de large, cinq bons Negres & IA
mille pieds de cafe quAi ieront dans
leur premier rapport cette annie, vou-
droit trouver quelqu'un qui fe chargeat
de 'gerer ldite Habitation & qui cut
des Negres a y mettre, en failant une
fociete' avec lui. On s'adreffera a M.
Nicolas' ).ubibfoi dansila maifon de
M. Dubourg, Negociant au Cap, rue
de la Fontaine.
NAVIRES EN CHARGEMENT.
Le Duc-de-Choifiul, de Nantes, Ca-
pitaine Samoual, eft expedid pour lcdit
lieu, & partira au premier jour. Ledit
Capitaine prie ceux qui ont arreie du
fret de faire charier inceffamment
leurs fucres come auffi ceux qui
doivent a fa cargaifon de le payer, pour
eviter les frais qu'il fera oblige de leur
fire.
L'Union, de Ia Rochelle, Capitaine
Herout, de relache en ce Port, par-
tira pour Bordeaux du 15 au' 20 du
courant : ce Navire eft neuf."Ceux qui


Le Sieur Labbe nouveau Fermier
du Bac du Cap pour eviter les abus
qui fe font gliffes la derniere annee de
ferme & qui ont et6 tres-prejudicia-
bles au Fermier, previent le Public
qu'il ne recevra aucun abonnement ni
bons pour le paffage dudit Bac : il fera
des bons pour 1'excedant de la piece ,
lefquels front fignes de la main dut
Sieur Pierre Faxardo charge de fes
pouvoirs qui fera. honneur auxdits
bons, lorfqu'on les lui prefentera, foit
au pallage dudit Bac, ou au Cap.
M. Trouchon, tenant Boulangerie au
Fort-Dauphin ; etant fur fon depart


km ~
t~t~

II 'a
''I

hr
















I'.
p.
a,'

r '.


1:1




'''I,





&r~., I*.~'












.1.,.
.

V.























I~.




I.,







* I.,
~


voudront y paffer, ou charger A fret,
foit indigo ou cafe, s'adrefferont audit
Capitaine, chez M. Brunet, Boulanger
au Cap, an bord de la mer, qui fera
-bonne composition aux Paffagers.
La Marie, de Marfeille, Capitaine
Faugere., partira pour ledit lieu dans
le courant de ce mois. Ceux qui vou-
dront y paffer, ou charger A fret, s'a-
drefferont audit Capitaine, en fon ma-
gafin au Cap, rue de la Fontaine.
L'Aimable-Marthe, du Havre, Capi-
taine le Sage, eft en charge pour ledit
lieu: ce Navire partira pour Saint-Marc
le 5 dut mois prochain, oi il reflera
peu de jours. Ceux qui voudront y
paffer, ou charger A fret, s'adrefferont
audit Capitaine, en fon magafin au Cap,
rues du Gouvernement & Saint-Pierre,
qu'occupoit ci-devant feu M. Duplefis;
ou a M" Milot, Friou & Compagnie.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Un Terrein en bois debout, fis A la
Soufriere Quartier du Limbe, conte-
nant 500 pas de large fur 8oo de long,
borne au nord du Sieur de Limes, & a
Peft du Sieur Boyer. On s'adreffera A\
M"r Galibert Mary & Compagnie,
Negocians au Cap.
Un Terrein en favanne, fis au Quar-
tier d'Ouanaminthe, entire les Habita-
tions de Mr" de Corbieres & Robineau,
de la contenance d'environ I8 quar-
reaux, don't parties eft propre A culti-
ver des vivres & parties entouree
d'une haie feche fur lequel Terrcin
on peut former un entrep6t & une
petite hatte, par la proximity de gran-
des favannes, & oih font une cafe pa-
liffadee & couverte en tuiles; deux
petits magafins, I'un couvert en tuiles
& lautre en effentes; une cafe A ca-
brouets, de 60 pieds; deux cafes A
Negres, couvertes ea paille : il y a


en outre utine Machoqueterie couverte
en tuiles & effentes, & une Charron-
nerie couverte en paille avec leurs
outils, le tout en bon etat, aduelle-
ment occupy, & un magafin couvert
en effentes. On s'adreffera a M. Cha-
potin de Vaulorent Habitant audit
Quarter, proprietaire dudit Terrein.
Une Habitation fife a l'Iflet-a-Corne,
Quarter du Limb', fur le bord de la
riviere, de la contenance de i 1 quar-
reanx de terre, don't 2 plants en caf6
rapportant, & le refle en bois debout.
On s'adreffera A M. Philippe Lecoq ,
audit lieu; a M. Autrufeau, au Cap ,
ou a M. Selon, Habitant A la Grande-
Riviere, proprietaire de ladite Habi-
tation qui prendra en paiement des
Negres a bord, ou parties en argent
& 1'autre en marchandifes.
Un Terrein d'environ 12 quarreaux
en plane, fis aux Perches, Paroiffe de
la Petite-Anfe, a la lifiere de la Sucre-
rie de Md' Lebourdais, les deux tiers
en favanne, & I'autre tiers en vivres,
jardinage & places a Negres, le tout
bien entoure de haies vives, fur lequel
il y a une grande cafe de 50 pieds de
long fur x8 de large, une autre cafe
fervant de magafin & de parc pour les
veaux & moutons, tine cuifine avec un
bon four A pain., une remife & un pout-
lailler, le tout prefque neuf, confiruit
en bois incorruptibles & paliffade en
planches de fape; un colombier & cinq
cafes A Negres : on pourra accommo-
der l'Acquereur de quatre meres va-
ches tres- bonnes laitieres, avec leur
fuite; d'un troupean de moutons; d'tin
cabrouet A boeufs, tout neuf; d'une
chaife A deux places, en bon etat, &
de quelanes nieubles. 11 faut s'adreffer
A M. & M4e Dufau, refidant fur ledit
Terrein.
Un Bateau, afuiellement en rade k




B

















Ii

I'
ji I
Ii ~
III
iii ~
11111
I jiij

I p
ii ~ 2




j


111 1

ilL


It


II~


Saint-Marc conftruit a Nantes, en
feptembre 1768, par Bourmeau, 1'aine,
ayant 49 pieds de quille & 17 pieds 6
pouces de baux, un entre-pont fur ta-
quets de 2 pieds 10 pouces de planche
en planche, & 7 pieds de cale de car-
lingue fous barrots, avec tous fes agres
& apparaux de fon premier voyage,
ayant hunier & voile de fortune, lune
grande ancre de 8oo livres pefant, tine
autre de 730 livres, un grand cable
de 8 pouces de groffeur, achellement
etalingud fur la grande ancre, & mouilleI
potir la premiere fois, un cable de 8
pouces fur I'autre ancre, & un de re-
change de 7 pouces. 11 y a aufii a vendre
A board dudit Bateau environ un miller
de Poudre de guerre d'HIollande, toute
en petits barils de 7 livres pefant; 5 a
6 milliers de fer en barre plate, depuis
2 a 3 lignes jufqu'a 4 d'epaiffeur fur
une & demie a 2 & demie de large,
& depuis 9 jufqu'a 13 pieds de long,
ainfi que diverfes autres marchandifes
en retour de Guinee. On s'adreffera
A Saint-Marc au Sieur Hardi, Capitaine
dudit Bateau ou a M" Bagelais,
Drouin, Sagory & Compagnie, Nego-
cians audit lieu.
Une Chaife A une place, garnie de
drap verd, avec harnois pour trois
chevaux le tout en bon 6tat; plus,
trois Chevaux bais crins noirs le
tout enfemble ou feparement. II faut
s'adreffer au Sieur Fau, rue dd Vieux-
Cimetiere, vis-A-vis les Dames Reli-
gieufes an Cap.
Le Sieur Bonneuil, Maitre Luthier
de Paris, nouvellement arrive au Cap,
trend, fait & raccomode des infiru-
mens de mufique comme Violon ,
Baffe, Quinton Mandoline, Vielle,
Guitare, Pfalterion, affortis de cordes,
le tout A jufle prix. 11 demeure vis-a-
ris les Dames Religieufeso.


77J


A VENDRE OU A AFFERMER.o

Quatre tetes de Negres appartenans
a M. Habriac, A prdlent en France,,
fcavoir : la Ramee bon couvreur, en
ctat de conduire toute forte d'ouvrage
en ce genre, age6 d'environ 30 ans;
Zabet, fa femme, belle Negreffe mar-
chande & menagere, agee d'environ
30 ans;. Miciheau, creole, de jolie figu-
re, bon valet, age ed'nviron 12. ans,
&8 Marie-Jeanne, Negritte agree d'en-
viron 8 ans., l'un & l'autre fils & fille
de la Rame'. & d.e Zabet, le tout cnfem-
ble. Plus, fdparnment, un Negre per-
ruquier & domefiique nomrne Mer-
cure, age d'environ 2.5 ans. On s'adref-
fera a M. Julliany, Iain Negociant
au Cap.
A BAIL OU A LOUER..
Une Maifon fife au Cap, rues Saint-
Pierre & de Vaudreuil, oil dtoit autre-
fois la Salle de Comedie. On s'adref-
fera A Mr Delage & Daney, Nego,
cians, ou a M. Legros, Procureur.
Halle fife au Cap, rue des. Trois-
Chandeliers, pres M" Ranfon, freres,
A louer prefentement. On s'adreffera
a M. Papillon Negociant au Cap.
Une Maifon fife au Cap, rues d'An-
jou & du Chantier, occupee afuel-
lement par M. Brun, Entrepreneur, A
affermer pour cinq annees, A commen-
cer du 1er mai prochain. On s'adreffera
A M. Boifjon, Marchand,. rue Neuve,
ou a M. Pineau,. Habitant au Trou t
proprietaire de ladite Maifon.
Une autre Maifon fife au Cap, rues
d'Anjou & des Religieufes, occupee
a&uellement par la Dame Naugarede
& le Sieur Cabanis, A louer pour le
Ier juin prochain. On s'adreffera a M'
Delafont, Avocat au Confcil Superieur},
rue du Morne-des-Capucins..


r




,1
V






~
II.
*1
b
I











I,



I~ I'

II
I-


AL^WS


f



































SIl


A VI S 1

Lj E Sieur Veloppe'e, tenant le Paffage
de Caracole, prevent qu'il tient ac-
tuellement fon magafin, chez M. Cri-
vel, Commiffionnaire au Cap, au bord
de la mer, entire M" Caflille, Boulan-
ger, & Foucauit, Caflera & Compagnie.
II a etc vold, la nuit du 26 au 27
janvier dernier, dans la maifon de M.
Piquais, Procureur au Fort-Dauphin,
les effects fuivans : une Redingote de
drap gris, toute neuve, avec un galon
d'or; un Habit de calandri, A demi-ufd;
une Culotte de coutil, couleur de ci-
tron, toute neuve, avec boutons &
jarretieres d'argent, dans l'une des po-
ches de laquelle 6toient cinq portugai-
fes & un double efcalin, & a l'une des
jarretieres une boucle d'or entrelacle
a quatre filets, ondee fur chaque bande,
poinconnee a la chappe feulement;
tine autre Culotte de chainette de foie
cramoifie, auffi neuve, a boutons &
jarretieres d'argent;.une autre Culotte
de batifte crue, auffi neuve, avec les
jarretieres d'une petite treffe d'argeat
entrelacqee; quatre Culottes de taffetas
noir, don't deux neuves, & les deux
autres a demi-uf6es; deux Culottes de
velours noir, don't une neuve, & l'au-
tre A demi-ufee ; cinq Draps de lit,
don't trois marques L.O. L; une Ta-
batiere d'ecaille ,. ovale, Gha arniere
& cercles d'or; une mauvaife Couver-
ture de laine; un Coffre plein de linge;
deux Vefles, 'une de toile blanche,
& 1'autre de cirfakas. Ceux qui recon-
noitront quelques -utins de ces effects,
font pries d'en donner avis au Sieur
Lormier Lagrave, demeurant au Fort-
Dauphin, A qui ils appartiennent : il y
aura, recompenfe.


) VE


R S.


Etant vent a la connoiffance des
Sieurs Roux & guardd Magafiniers A
I'Embarcadere de la Petite-Anfe, que
des perfonnes mal-inrentionnies contre
eux avoient divulgu6 A M"S ls Nego-
cians de la Ville du Cap, que klurs ma-
gafins A fucres n'etoient point propres
a laconfervation d'iceux, par l'humi-
dite du fol, ils font bien aifes de les
diffuader & leur prouver le contraire,
ayant cinq beaux magafins en macon-
nerie, couverts en tuile, & dont le fol
eft tres-fec ; ils ont en outre des rames
pour mettre fous les barriques, quand
les fucres font pour y refer quelque
teams. La verification de ce qu'ils avan-
cent, eft tres-facile A faire. Ils prient
donc Mrs les Negocians & Capitaines
de leur continue leur confiance.
Le Sieur Fidal, Muficien du Roi de
Portugal, nouvellement arrive au Cap,
donne avis qu'il enfeignera aI jouer de
la Mandoline a pincer la Guitare,
l'Archi-Luth, le Pfalterion, & A donner
du Cor, le tout par mufique, & qu'on
trouvera chez lui de ces divers infiru-
mens, cordes pour iceux, & toute
forte de mufique, tant vocale qu'inf-
trumentale. On s'adreffera au Sieur
Chinon, Dire&eur du Spedacle, au-.
quel ledit Sieur Vidal eft attache.


ESCLAVES EN MARONAGE.
Un Negre creole de l'Artibonite,
nomme Jean-Baptife, dit Agouy, age
d'environ 40 ans, Otampe D M., cli-
gnant continuellement l'oeil gauche,
& appartenant a l'Habitation de M. le
President de Bongars a la Petite-Anfe.
Ceux qui le reconnoitront, font prids
de le faire arreter, & d'en donner avis-


- -~---.--. -~- -


ANN'~ER1770--N06~


[NO 6,j


gV=AVZAVIWO


.1
it



II

















I'


Q





















II



I

~i'~\
1\
I

~ti~









K*\ \\





1.


M. Chervain, r'fidant fur ladite Ha-
hitation.
Un Negre Nago, nomme t'Africain,
taille de 5 pieds I pouce, ayant les
jambes bien faites & les dents de de-
vant pointues ; Nannette, fa femme ,
de meme nation, ayant les oreilles per-
cees d'un grand trout, quelques che-
veux blancs & plufieurs marques de
fon Pays fur les reins & fur le venture;
& une grande N6greffe, nommee Vic-
toire, de jolie figure & de forte com-
plexion, ayant fur chaque joue une
marque de fon Pays, tous les trois
ctampes HONDAIGNA, marons de-
puis le x 5 o&obre dernier. Ceux qui
les reconnoitront font pries de les
faire arr~ter & d'en donner avis a
M. Perard, Negociant au Cap ou 'a
M. Benoift, Habitant A la Grande -Ri-.
viere des Gonaives, 'a qui ces Negres
appartiennent : il y aura 300 1. de re-
compenfe.
Un Negre creole, nomme Domini-
que, fans ctampe, taille de 5 pieds 2
pouces, le vifage gros, les pieds plats,
une jambe plus groffe que Fautre, vetu
d'une vefte de couleur d'ardoife eft
mnaron depuis le 3 dicembre dernier;
il fe tient dans les Quartiers de la
Plaine-du-Nord, le Morne-rouge & la
Petite Anfe. Ceux qui le reconnol-
tront, font pries de le faire arreter avec
tout ce don't il fera porteur, & d'en
donner avis au Sieur Brocas, Marchand
au Cap, a qui ce Negre appartient.
Deux Negres de nation Congo,
gros & petits, l'un nomme Taphy, gc
de 45 ans, etampe GP ayant un nabot
au pied' avec une chaine, maron depuis
un mois fe tenant du c6td des Ecre-
viffes; & l'autre nomme MaiLa, tamper
fur les deux feins RUQUAI, age de
25 ans, retire dans les mornes des
Perches. On s'adreffera a Mr de Blan-


charden & Bellot, Negocians au Cap.
Une NWgreffe nouvelle, de nation
Nago, d'un Age un peu avanc6, ayant
eu depuis peu la gale, don't il lui refle
encore des teaches au vifage, vetue
d'une chemife & d'une cote de toile,
avec une cafaque brune, eft marone
depuis le .o du mois dernier. Ceux
qui la reconnolitront, font pries de la
faire arreter, & d'en donner avis a M.
Charpentier de Cofigny, fur fon Habi-
tation au Grand-Baffin, oun Md' foa
epoufe, au Cap.
Un Negre creole, nomme Daniel,
etamp6 fur un fein F PETIT, & fur
l'autre fein VERON ARPENTEUR,
age d'environ 24 ans taille de 5 pieds
2 a 3 pouces, la peau fort noire, la
figure affez jolie, l'oeil rouge & la jambe
bien faite, portant un bonnet de cuir
A la Belzunce, avec un bourdalou d'ar-
gent, eft parti maron le 24 du mois
dernier, monte fur un cheval courtin,
poil de loup, bleff6 au rognon, ayant
une etoile filante fur le front, le garrot
digarni & une felle de valet. Ceux qui
le reconnolitront, font pries de le faire
arreter, & d'en donner avis a M. Maf-
fon Procureur de M. le Marquis de
Galifet, la Petite Anfe, ou 'a M.
Veron, Arpenteur, au Cap, a qui ce
Negre appartient : il y aura x zo liv. de
recompenfe.
Un Negre creole nomme Petit-
jean, fans etampe, age d'environ 45
ans, taille de 5 pieds 4 pouces, grave
de petite virole, ayant les bourfes
fort groffes & un fer au pied au bout
duquel il y a une efpece de croc, eft
parti maron le 26 du mois dernier de
]'Habitation de M. Champaing ai
Bois-de-Lance. Ceux qui le reconnol-
tront font pries de le faire arreter,
& d'en donner avis audit Sieur Cham-
paing, ou a M. Autrufeau, au Cap.


IIW 77


.iL





AN.1P 1770. [ .No. 7-7'



A, C. ES AMERICAINES.
1Du Mercredi I4 Fe'vrier.


/
N.


ARRIVEE des Navires Marchands.

IA SAINT-MARC, le 7 de ce mois,
le Roi-Negre, de Nantes, Capit. Cazal,
venant de la Cote-d'or, avec une car-
gaifon de 410 Noirs.
A JACMEL, le meme jour, la Pro-
vidence, de Marfeille Capit. Thomas
Doudon, part le io Novembre, ayant
touch A la Martinique.
A LIOGANE le o le Marquis-de-
Levi, Capit. Pierre Gillet, parti le 5
Janvier de J.a riviere de Nantes.
DLPART de Navire Marchand.
Du Po-RT-AU-PRINCE, le I la
Ville Helio de la Rochelle, Capit. Tofl6,
allant a Saint-Marc.
PRIX des Marchandifes de Ia Colonie.
Aux CAYES, le 4 de ce mois, Sucre
blanc, premiere quality, 50 A 56 1.
feconde, 36 A 42 liv. brut, 1z A i5 1.
Indigo bleu,71. 10f.71 f. 715 f.cuivr',
61. 5 f.a7 1. Caf6 nouveau, 17izof.
( il n'y en a point de vieux ). Coton,
o105 A zol.
A SAINT-MARC, le 9 de ce mois,
Sucre blanc, premiere quality, 512A 551.
feconde, 5o 1. troifieme, 48 1. com-
mun, 38 A 45 1. brut 32- 1. Indigo
-cuivre, 7 1. 5 f. 7 1. o f.( I n'y en a
point de bleu ). Cafe nouveau, 2o i f.
( il n'y en a point de vieus ). Coton,
,225 'a 130 1.


A LEOGANE, le io du mmee mois,
Sucre blanc premiere quality 5o o
51 1. feconde 46 A 48 1. troifieme,
40 a 441. common, 34 A 38 1.brut, 28
a 30 1. Indigo bleu, 8 a 9 1. cuivre,
6 1. 1o f. A 7 1. Cafe nouveau, 2. f. A
12 f. 6 d. ( il n'y en a point de vieux).
Coton, I15 1 Io1.
Au PORT AU-PRINCE, le 13 de
ce mois Sucre blanc premiere
quality, 5 1A 54 1. feconde, 5a h 55 1.
troifieme, 41 a 51 1. commun, 36 A
40 1. brut, 27 a 30 1. Indigo cuivr',
61. i 5 f. a 61.10of. (il n'y en a point de
bleu). Caf6 nouveau, 21 A 22 f. (il n'y
en a point de vieux ). Coton, I zo[k
115 1. Cuirs, 8 A 9 1. Piaftres gour-
des, 37 pour cent.
PRIX des Marchandifis de France.
Avx CAYES ,ledit jour4de ce mois
Vin vieux 18o'A 2.30 liv. nouveau,
S15o a 180 1. Farine de Moiffac, 80 o
i oo L commune, 66 a 7 5 1. Boeuffale,
66 8o0 1. le baril. Petit-fale, 24 1
36 1. I'ancre. Beurre, z 2A 30 f. la
livre. Huile, 36 A 40 1. la cave. Saw-
von, 75 A 90 1. le cent.
A SAINT MARC, ledit jour 9 de
ce mois, Vin vieux, oo00 1. nouveau,
x0o A i8o 1. Farine de Moiffac, 80o
90 1.commune, 66 a 72 1. Boeuffale
80ol. le baril. Beurre, 20o A 25 f.la liv.
Petit-fale, 30 A 36 1. P'ancre. Huile 4
30 A 361.1a cave, Sayon, SQ ~0 Y
Wn


I


^Kj- ism$


L I


I
i
[














!

i






A LEOGANE,ledit jour idua meme
mois, Vin vieux, 0o A 240o 1. nou-
veau 10o a 110 1. Farine de Moiflac,
66 A 701. commune, 5o A 55 1. Boeuf
fale, 6o A 66 liv. le baril. Petit-fale,
27a 301. 1'ancre. Beurre I8 A 0o f.
la livre. Huile, 24 A 36 1. la cave. Sa-
von, 72 a 75 1. le cent.
Au PORT-AU-PRINCE, ledit jour 1 3
de ce mois, Vin vieux, 8o A 2 oo 1.
nouveau, I 10 a 1301. Farine de Moif-
fac 66 1. commune, 5o 1.Boeuf fale,
71.le baril.Petit-fale,24 a 30 1. FI'an-
cre. Beurre, i 5a 18 f.la livre. Huile,
i8 A 36 1. la cave. Savon, 66 a 71 1.
le cent.
COURSE DU FRET.
Aux CAYES, Sucre blanc, 12 a 13 d.
brut, 15 16 d. Indigo, 17 A 30 d. Caf6,
i8 a 24 d. Coton, 30 a 36 d.
A SAINT-MARC Sucre blanc, 1 d.
brut, ii 14 d. Indigo, 30 d. Caf6,
S15 d Coton, 48 d.
A LEOGANE Sucre blanc, x 2a
13 d.brut, ii a 1 d. Indigo, 24 a 27 d.
Caf6, I1 Az 5 d. Coton, 30 A 36 d.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre blanc,
9 A io d. brut, 0o a 12 d. Indigo, z i
24 d. Caf6, x 15 d. Coton, 24 A
36d.
NEGRES MAlRONS.
Au PETIT-GOAVE, le 2.o du mois
dernier, eft entire a la Geole une
Negteffe "tampe G RAN GE R, fe
difant appartenir I la nommee Ma-
rianne Dube', demeurant A Leogane :
Ie 6 de ce mois un Negre, de nation
Ibo, etampe illifiblement Age d'eni-
viron 10o ans, taille de 5 pieds 2 pou-
ces, fe difant appartenir au nomme
PFit, demeurant A Leogane.
S A SAINT-LOIS Ie 13 du mois der-
pier, une NegrefTe nouvelle, etam-


pee fur le fein droit EDM, laqueTfe
n'a fut dire fon nom, celui de fa nation,
ni celui de fon maitre : le 19, un Ne-
gre nouveau, etampe fur le fein droit
IKGVIO, & au deffous CANCE, qui
n'a fu dire fon nom, celui de fa nation,
ni celui de fon maitre.
Au POR.- DE PAIX le i2 du
A *
meme mois un Mulatre nomme
Royan, creole, fans etampe, fe difant
appartenir A M. Egenal, demeurant au
Mble-St.-Nicolas :le 28 Jean-Frangois,
Congo, 6tampe d'une etampe illifible,
oh l'on diftingue cependant les deux der-
nieres lettres ET & au deffous AV CAP,
ag6 d'environ 30 ans, lequel n'a voulu
dire le nom de fon maitre : le 5 de ce
mois, deux Negres, don't l'un nomme
Pierre, de nation Mondongue etampe
fur le fein droit STANSAN, & fur Ie
gauche illifiblement, g d'environ 3
ans, & de la taille de 5 pieds z pou-.
ces, lequel a dit appartenir A M. Du-
bord, N6gociant au Cap; & l'autre, nom-
me Jean-Jacques, de nation Thiamba,
etampe fur le fein droit LIB, & fur le
gauche P,FRANCIOSY, ge d'environ
40 ans, taille de 4 pieds ix pouces,
ayant des marques de fon Pays fur le
vifage, fe difant appartenir A M. Fran-
clofy, Habitant au Dondon.
A JACMEL ,le Ier de ce mois, un Ne-
gre, de nation Congo, etampe RN, &
de plufieurs lettres illifibles, lequel n'a
voulu dire fon nom ni celui de fon
maitre.
.A SAINT MARC, le 4, Co/in, de
nation Canga etampe fur le fein gau-
che MAVGt, & fur le droit illifible-
ment,, ag6 de 42 ans, taille de 5 pieds
i pouce, fe difant appartenir a M. Mat.
gi, Habitant A l'Artibonite. Le 9, Jean-
Louis, creole, etampe fur le fein droit
VERSEL AU CAP, Age de 13. A 24
ans, taille de 5 pieds z poutes fe difait


IA





































t.4





appartenir A Md Carbon, Habitante
,A l'Artibonite.
A LEOGANE, le 6 de ce mois, un
Negre, nomme Beno de nation Con-
go,eMip6e fur les deux feins PAQUOT,
fe difant appartenir a M. Brocket, Ha-
bitant A la Riviere-froide.
Au PORT-AU-PRINCE, le to de ce
mois, deux Negres nouveaux Pun
etampe NGE, & au deffous I. BREM,
& l'autre RDC, qui n'ont fu dire leur
nom, celui de leur nation ni celui de
leur maitre. Cefar Congo etampe
MENDPfS, fe difant appartenir A M.
Mende's; & Pierre, Congo, fans etam-
pe, ag6 de 14 a 15 ans lequel a dit
appartenir a MM. Guilhou, A l'Arca-
haye.

NOUVELLES D'EUROPE.
TURQUIE.
Le precedent Grand-Vifir Mehemet
Emin Pacha, qui commandoit en qua-
lite de Generaliflime, les armies Ot-
tomanes, a 6t' decapit6 & fa t&te a
ete expof6e a la porte exterieure du
Serrail avec un 6criteau, par lequel on
apprend au public les motifs de fa con-
damnation.Les principaux crimes qu'on
lui impute, font d'avoir abuf6 de fon
autorite dans la difpofition du trefor
& des troupes ; d'avoir refufe de mar-
cher & d'avancer centre l'ennemi ;
d'avoir fait manquer les Minifires d'E-
tat, les Grands Officiers & les trou-
pes Mufulmanes, de vivres & des chore
fes neceffaires a leur entretien ; d'avoir,
par des delais, affetes & une n6gli-
gence impardonnable diff6re d'en-
voyer du fecoursa Choczim, lorfque
cette Place fut affiegee, & quail fut in-
forme par le Kan des Tartares, de
1'approche de 1'ennemi, ce qui a, ete
caufe de la prolongation du Sieg ,e


de tout ce qu'ont fouffert les Muful-.
mans affiEges dans la Place.
R u s s E.
On celebra A Petersbourg, le i Oc-
tobre, l'Anniverfaire de la naiffance
du Grand-Duc. Pendant le fouper qu'il
y eut A cette occasion, un Officier dC-
peche de l'armee du Prince de Gallit-
zin, arriva avec la nouvelle important
de la defaite des Turcs, pres du Nief-
ter, & de la prife de Choczim, qui
en a ete la fuite. Suivant le rapport dw
cet Officier, on a trouve dans cette-
Place cent quatre vingts canons de
bronze & trente-cinq dans le camp,
outre cinq mortiers de meme metal.
Tous les ouvrages de fortification de
Choczim font dans un tres-bon etat
de defenfe, & il s'eft trouve dans les
magafins, des provisions immenfes de
riz, de farine, de bifcuit, &c.
L'Imperatrice voulant timoigner at
Prince de Gallitzin combien elle eft
fatisfaite de fa conduite, 1'a eleven au
grade de Feld-Marechal.
Les dernieres lettres portent qu'a.-
pres la defaite des Turcs, le Grand-
Vifir & trois Pachas font parties pour
Conftantinople; que l'armee Ottomane:
continue de fe retire, & qu'il n'a pas
ete poffible aux Chefs d'y tablir l'or-
dre & la discipline ; que le Ge6nral Ro-
manzow, qui a prisle Commandement.
de l'armee Ruffe, ci-devant aux Or-
dres du Prince de Gallitzin, s'eft mis*
en march vers Bender; & que le
General Helm occupe aduellement/
Yaffi, Capitale de la Moldavie, & a,
requ, au nom de l'Impratrice de Ruf-
fie, le ferment de fddlite de vingt mille
Moldaves. Ces depeches ajoutent que,
le Colonel Weymar command a&uel-
lement dans Choczim, une Garniforq
confiderable, On n'a trouve dans ett4






Fortereffe que quarante Turcs, & cent
femmes avec leurs enfans.
PO LO G N E.
Les nouvelles des fucces des Ruffes
tie paroiffent pas avoir ralenti l'ardeur
des Confdeeres. Ils ont tenu dans la
Grande-Pologne une affembl6e g6ne-
rale laquelle plufieurs Palatins & Caf-
tellans ont affifte. Toutes les Conf6de-
rations de la Petite-Pologne font a&uel-
lement reunies dans les Palatinats de
Cracovie & de Sendomir,& laNoblefle
des Diffidens de cette Province eft arri-
vee aVarfovie avec les garnifonsRuffes.
Les Diffidens de Cracovie ont d6pof6
a I'H6tel-de-Ville, avant leur depart,
les clefs de leurs maifons, magafins &
autres lieux oh fe trouvent leurs effects;
le Minifire du Roi de Pruffe, en Silefie,
a ecrit au Magiftrat de Cracovie de vou-
loir bienveiller Ace que ces effects furf-
fent en ffiretI
ALLEMAGNE,
Un Courier extraordinaire, arrive a
Vienne le 7 O&obre, apporta A Leurs
Majeftes Imperiales &Royale, la nou-
velle de 1'Eleilon de l'Archiduc Maxi-
rnilien, a la dignity de Coadjuteur de la
grande Maitrife de l'Ordre Teutoni-
que.
L'Imp&ratrice-Reine a fait dernie-
rement une promotion dans l'Ordre de
la Croix-Etoilee, en faveur de vingt-
cinq Dames de diftin&ion.
II paroit uhneOrdonnance qul renou-
velle les anciennes defenfes port6es
contres les jeux de hazard, & defend
particulierement le jeu nouvellement
en ufage, connu fous le nom de Vingt
Sun.
Les Etats de la Baffe-Autriche doi-
vent deliberer fur lesobjetsdes deman-
Aes qui leur ont ete fites par l'Imp-.


ratrice-Reine. On dit que Sa Majefte
Imperiale & Royale leur demand un
riombre de recrues beaucoup plus con-
fiderable que celui qu'ils ont coq ume
de fournir.
IT A LIE.
Le Souverain Pontife jouit 'a Caftel
Gandolfe de la meilleure fante. Sa Sain-
te y prend chaque jour le divertiffe-
ment de la promenade a cheval, exer-
cice qu'Elle faifoit depuis long-temps
dans cette faifon-ci', & qi eft abfolu-
ment neceffaire A fa fante. Le people de
la champagne la fruit en foule & temoigne
par des cris de joie le plaifir que lui
caufe la fuppreffion de Fimp6t fur la
mouture des menus grains fuppref-
fion qui vient d'etre ordonnee par le
Saint.Pere.
Le Cardinal de Bernis, qui a eu le
plaifir de. recevoir une parties de fa
famille a Rome, a remis, de la part
du Roi de France, une magnifique boite
d'or emaillee, ornee du portrait de Sa
Majefte, au Cardinal Orfini, qui, de-
puis la mort du Cardinal Sciarra, a
exerc6, a la fatisfa&ion de Sa Majeftd,
les fondions de Prote&eur des Eglifes
de France, lefquelles font aduellement
remplies par le Cardinal de Bernis.
L'Empereur a fait prefent a S. S. de 14
gros chevaux de frife & d'un tres-magni.
fique caroffe. Le Roi d'Efpagne lui a
envoy trois balles de cacao, avec une
urne d'or, renfermant douze livres de
vanille, deux pieces de drap blanc, 8
vafes de porcelaine de la Chine, lies
en or & fuperbement travailles, 5o
lives de tabac excellent, &c.
AN G.LETERRE,
II fe forme, non feulement dans la
Capital, mais encore dans les prin-
cipales Provinces du Royaume, des'


i~ I

1k
~1
~i~1
II

14 ~











ii




V
L~I~ ~


* I




, ; .l l '


,i

.,^, i.-
i i



' 't,
.- i '



I
i , .' ,
i
.' ,*r
,, ,, ,.


', ~I~A
























II,,




'I









fri


affoclations, don't le but efl de s'oppbo
fer aux operations du Miniftere aduel;
rnais on prend toutes les mefures ne-
ceffaires, pour prevenir les effects de
ces affociations dangereufes. II fe tint a
Saint James le 28 Odobre un Grand-
Confeil extraordinairement affemble,
oil cet objet fit pris en consideration.
On a 6te oblige d'6tablir un corps-de-
garde dans un des quarters de Lon-
dres, pour y prevenir les fuites d'une
emeute qui s'eft levee parmi des Ou-
vriers Tifferans.
On a proced A l1'Ele&ion du Lord-
Maire de la Cite, pour fannee 1770.
II y avoit trois concurrens a cette
Place, dont deux qui font du part
de loppofition, ont etu la nomination
de la Bourgeoifie une grande plurality
de voix fur le Chevalier Banks, qui
etoit foutenu par la Cour; enfin apres
plufieurs debats, M. Beckfort, Alder-
man & Reprefentant de la Cite au Par-
lement, a ete lu par la plus grande plu-
ralite des fuffrages. Cette Eleftion a re-
pandu une joie univerfelle parmi le peu-
ple. M. Beckfort a refufe d'abord d'ac-
cepter cette Place important, A caufe
de fon age avance & de fes infirmities;
mais la Bourgeoifie 'a preffi avec les
plus vives inflances de l'accepter, & lui
a meme envoye une D6putation pour"
Py determiner, en lui reprefentant com-,
bien, dans les circonflances aauelles,
fon zele & fes services pourroient etre
tiles au bien de la Patrie. II a enfin,
cdd' A ces confiderations & a cette
marque flatteufe de confiance. L'occa-
fion d'y repondre s'eft bientot offerte;
car, dans une Affemblee tenue le o0
O&obre, it y eut de vives difcuffions
fur les affaires publiques. On s'y 6leva
contre la conduite du Miniftere, & le
nouveau Lord-Maire parla avec beau-
coup de force fur ce fujet, On lui 4e-


77,
itbanda s'll avolt reeii, nre rdponfe A.
la Requete prefentee au Roi par la
Bourgeoifiede Londres ; it repondit que
non. I11 fut alors arrete de declarer publi-
quement que c'etoit le Lord Holland qui
etoit le Tr6forier-General des troupes,
defign6 dans la meme Requete de la
Bourgeoifie comme Rdliquataire de
plufieurs millions de revenue public,
don't il n'avoit pas rendu conmpte. Ce
Lord a &td oblige, pour fe fouftraire
A la fureur de la populace, de paffer
en France.
FRANC E.
Les Negocians du Royaume ne fe
prrfentant point pour profiter de la li-
berte d'aller trafiquer dans l'Inde, le
Miniftere.,vula preffante neceffite d'ap.
provifionner les Ifles de France & de
Bourbon, tant de munitions de guerre
que de bouche, a et6 oblig.6 d'accor-'
der une faveur extraordinaire A ceux
qui fe chargeront de cette commifllion.
Le Roi prcte deux Vaiffeaux de 900
tonneaux de la Compagnie A des par-
ticuliers, pour les expedier A la Chine.
Ces Vaiffeauxtranfporteront enmeme'
temps 400 hommes A l'fle de France.
Sa Majefte fe charge encore de 1'qui-
pement de ces Vaiffeaux, ce qui fait
au moins un objet de 2ooooo livres ;
au, moyen de conditions fi avantageu-
fes, on fe flatte que le Commerce ne-
fe refufera pas h la tentative d'un pre-
mier envoi aux Indes. On a annonce
par des Affiches, au -nom de la Com-
pagnie des Indes, un dtat des vivres,
effects & marchandifes d'Europe, qui
fe trouvent dans les magafins de PO-
rient; par cet etat, on voit qu'il n"-
toit pas difficile d'expedier encore cette
annee des Vaiffeaux pour l'Inde; ce qui
donne lieu A beaucoupde plaintes, de
raifonnemens &de regrets.






AM RIQ U E.
Du Port-au-Prince, le 14 Fevrier.
Monfieur le Comte DE NOLIVOS,
Commandeur de l'Ordre Militaire de
Saint-Louis, Marechal des Camps &
Armees de Sa Majefte, & nomme Gou-
verneur-General des Ifles fous le vent
de l'Amerique, eft arrive ici vendredi,
.9 de ce mois.
Comme M. le Comte de Nolivos
raa point voulu faire d'entree publi-
que, des le lendemain matin on battit
la generale & toute la Garnifon s'af-
fembla fur la Place du Gouvernement.
M. le Comte de Nolivos fe rendit-
huit heures- A la Place oih les Trou-
pes 6toient en Bataille. M. le Cheva-
lier Prince de Rohan le fit reconnoi-
tre pour Gouverneur General, repre-
fentant la perfonne de Sa Majeftd, aux
Ifles fous le vent.
Le Cure avec fon Clerge & le
Dais, conduifit le nouveau Gouverneur
A la Paroiffe; les troupes bordant la
haie depuis la Place jufqu'A 1'Eglife.
On y chanta le Te Deum, auquel M.
le Chevalier Prince de Rohan affifla.
Apres le Te Deum, les Troupes bor-
dant egalement la haie depuis l'Eglife
jufqu'au Palais, M. le Comte de No-
livos fe rendit au Confeil, ou les Of-
ficiers qui le component, extraordi-
iqairement affembles, procederent fur
le champ a l'inflallation dg nouveau
Gouverneur-General. Dans tous les
lieux ohil a paru pendant cette mati-
nee, les diff6rens Ordres ont tous don-
'r des marques fenfibles de la grande
fatisfaOion qu'ils avoient de le voir.
--- -On trouvera dans, les Affiches Amne'.
ricaines de 1'ordinaire prochain, te de-,
tail de ce qui s'eft paffi au Confeil,
lorfque M. le Gouvernaur-Gendral y
a t6 inflallU.


- --.- -U-.E- ~ -


M. le Comte de Nolivos nous a ap-
pris I'agreable nouvelle que le Vaiffeau
du Roi, leSphinx qui portoit aux Ifles
de France & de Bourbon M. le Cheva-
lier des Roches, Capitaine de Vaiffeau
& Gouverneur- General de ces Ifles, y
etoit heureufement arrive avec tous les
Batimens de transport.
Avec la certitude oh nous fommes,
qu'il fe trouve dans cette Colonie plu-
fieurs perfonnes qui reuniffent une theo.
rie & une pratique, egalement fftres
pour porter le raffinage du fucre aut
plus haut degree nous n'avons pas cru
devoir leur laiffer ignorer le fujet d'un.
prix double que l'Academie Royale des,
Sciences, Belles-Lettres & Arts de Bor-,
deaux propofe pour l'annee 1771 : elle
demand un proce'de' plusfimple & moins
difpendieux que ceux qui font connus ,
( & qui d'ailleursfoit le plus fain) pour
obtenir, par le raffinage, le fucre de la
plus belle quality', & dans la plus grande.
quantite'pofible. Elle avertit les Auteurs,
qu'elle ne recevra plus lesdiffertations.
qui lui front envoyees pour le prix,
que jufqu'au 1"e d'Avrit de l'annee pour
laquelle les Sujets font propof6s ; les
paquets front affranchis de port, &,
adreffs a M. de Lamontaigne fils, Con-
feiller au Parlement & Secretaire de
l'Academie. Les Auteurs auront aufli.
attention de ne point fe faire connol-
tre, & de mettre feulement leur nonr
& leurs qualities dans un billet cachete6,
joint A leur ouvrage,
Il s'eft gliffITune erreur dans les Etren.
nes Amricaines de cette annie, page.
83, A Particle du Journal du Con feil..
Supe'rieur du Port-au-Prince. I11y eft dit
que ce, Confeil tient les Audiences trois,
.jours de chaque femaine ; favoir, les,
jeudi, vendredi &, famedi,.& les lundi.,,
mardi & mercredi de lafimaine fivante;.
;se qui n'eft pas dans 'exake virit6 ,





. ,s...


[1 ~.























.
I..




I,


K..1



Ii I


'I
~d.









I,






























'a


DIVERS.


Le Sieur Germain, maitre Sellier de
Paris, nouvellement arrive de France,
vient de fixer fa refidence a Saint-
Marc, rue de l'Eglife. 11 donne avis au
public qu'il garnit toute forte de voi-
tures de maniere A le fatisfaire : il fait
auffi des felles dans le goit & de la fa-
on qu'on les lui demand, de meme
que tous autres ouvrages concernant
fa profeffion. II offre A vendre a&uel-
lement une tres-belle voiture A trois
glaces, peinte en gris vernis fin de
Martin, avec des medallions fur les pan-
neaux; le refte du corps dore en plein ;
le dedans garni d'un beau velours
d'Utrecht; il a auffi aduellement toute
forte de felles en velours de toutes
couleurs, tant pour homme que pour
femme.
'. M. Cadieu, Negociant au Port-au-
Prince, & Syndic des Creanciers du Sr
Marquet, connus ou non connus, les
prie de lui remettre inceffamment un
etat certifi6 de leurs creances, afin qu'il
puiffe faire entire eux une repartition
des deniers qu'il a entire les mains, pro-
venus de ce Syndicat.
II fera procede6 la Barre du Siege
Royal du Port-de-Paix le famedi 3
du mois de Mars prochain A la vente
& adjudication de fept tetes de Negres
de la fucceffion du feu Sieur Bernard
Dupui vivant, Charpentier de cette
Yille; favoir, Jacques, Charpentier ;


pulfque ce Confei tent fes Audiences
r6guli6rement toutes les femaines, les
lundi, mardi & mercredi. Nous avons
cru devoir reliever cette erreur, parce
que nous avons prefum6 qu'elle pour-
roit Stre prejudiciable aux perfonnes
qui ont des affaires A ce Tribunal.


RecTor, idem ; Michel, Scieur de long;
Paul, idem;Philippe, idem; Jean-Louis,
Negre de Place; & The'refe Couturiere,
A la charge par les Adjudicataires de
payer en argent comptant, entire les
mains deMe. Rabeault-Darand, Procu-
reur au Siege, & fonde de pouvoir.
M. Douat, Habitant A l'Artibonite;
etant fur fon depart pour France, prie
fes debiteurs de le fatisfaire au plutot,
ainfi que fes creanciers de fe prefenter
pour recevoir leur paiement.
Les S"r Jean Chautot, Negociant au Pe'
tit-Goave & Pierre Chautot Garde-ma-
gafin de MM. les Habitans, au bourg
de PAcul dudit lieu, donnent avis au pu-
blic qu'ils viennent de contraterune
Society pour toutes les affaires gen&-
ralement quelconques qu'ils pourront
faire Pun & Pautre, fous la raifon .&
fignature de Chautot freres. Ceux qui
voudront les honorerde leur confiance,
n'auront qu'a fe louer de leur zele&.
de leur exaSitude.
M. Jean--Auguflin Hermite prevent
le public qu'il a requ de la Grande-
C6te, une tres-belle cargaifon de Mu-
lets, qu'on pourra voir en fa maifon,
rue du magafin du Roi, au deffus de
de MM. Garefche freres; en outre on
trouvera chez lui, du tres-bon tabac
d'Efpagne, en boites d'une livre.
D EMAN D E.
M. Fouchier, Habitant A la Colline
Quarter de l'Artibonite, auroit quel-
que interest d'apprendre fi le nomm6
Cambo, Charron de fon metier, oufes
reprefentans, refident dans la depen-.
dance de Saint-Marc, ou dans quelque
autre lieu du Reffort du Confeil Su-
perieur du Port-au-Prince, ou de celui
du Cap. II prie de nouveau les perfon-
nes qui pourroient lui donner quelque
eclairciffement A ce fujet de s'adrefi
A M Loyer Marchand a Saint-Marc,


AVIS







DEPART POUR FRAANC '
M. & Madame Dubin des Roches,
Habitans a Saint-Marc.
M. Lefevre, Chirurgien aux Sources,
Quarter des Gonaives.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Soixante-trois quarreaux de terre,
fur lefquels il n'y.a aucun &tabliffe-
ment, fitues dans les bas de I'Artibo-
nite, don't parties en bois debout, limi-
trophes de la fucrerie de M. Guiton, a
un quart de lieue de la riviere de FAr-
tibonite, avec Feau de laquelle on peut
facilement les arrofer par le moyen
d'une eclufe ; il faudra s'adreffer a Ma-'
dame de CalmefnilHabitante aud.Quar-
tier, qui en fera bonne composition
& qui prendra meme pour argent comp-
tant, les quittances de fes creanciers.
ESCLAVES EN MARONAGE.
Deux Negres, de nation Congo,
itampes 'Pun & Pautre fur le fein gau-
che BIET ags tous les deux d'environ
22z ans, de la taille de cinqpieds deux
pouces, bien faits & d'une jolie figure,
font marons depuis environ cinq fe-
maines, avec des fers aux pieds. Ceux
qui les reconnoitront, auront la bonte
d'en donner avis A M. Biet, Habitant
a la Riviere-Froide, au Port-au-Prince.
Deux Negres,dont 'un nomme Pom-
pee de la C6te-d'or, eft fort rouge, &
Fautre, nomme Antoine, de nation Ibo,
eft marque de la petite verole ,etam-
pes Fun & I'autre P. DE LAPLACE,
de 1'Age de vingt ans & de la taille de
cinq pieds quatre pouces, font marons
depuis le 24 Decembre. S'ils font recon-
nus & arretes, on eft price d'en preve-


nir M. de la Plane ,Ngoclant, demean:
rant vis-A-vis MM.Garef e',Negocians
au Port-au-Prince.
Un Negre, nomme Cupidon, de na-
tion Congo, etampe fur le fein droit
VERDIER & fur le gauche BUTET,
age d'environ vingt-huit ans, taille de
cinq pieds, eft maron. Les perfonnes
qui le reconnoitront, font prices d'en
donner avis au Sieur Chaumet, Perru-
quier aux Cayes, ou au Sieur Piquerel,
Ecotrome chez M. Rayne ,-Habitant &
la Plaine-A-Jacob, Quartier du Fond.
Deux Negres, de nation Barbare,
etampes 'un & l'autre R. COMO, ages
d'environ trente ans, font marons de-
puis le 25 du mois dernier. Ceux qui
les reconnoitront, font pries de les faire
arreter & d'en ,donner avis A M. Du-
lary,Negociant a Saint-Marc, ou A M.
Commeau, Procureur d'une Habita-
tion de M. Mauge f'aine, au Vieux-bac
Al'Artibonite, qui ils appartiennent.
11 y aura recompenfe.
CHEVAUX PERDUS.
Un Cheval, poil brun etampet du
c6te du montoir IM & au deffous FAB,
les deux dernieres lettres entrelacies,
s'eft 6gar6 depuis environ un mois.
Ceux qui le reconnoitront, font prids
d'en donner avis au Sieur Carimir,
Huiflier a l'Arcahaye. I1 y aura recom-
penfe.
Un Mulet, poil gris, etampe PB &
d'une autre etampe Efpagnole s'eA
egare le 2 de ce mois fur le chemin
de Leogane. On eft price, s'il eft recon-
nu & arr8te, d'en donner avis A MM.
Pafquier & Bouyer Ngocians au Port-
au-Prince. I1 y aura recompenfe.


Avec Permif/ion de MM. le Gc'ne'ral & l'Intendant.


-AV PORrrooAVwF--R IN C.9;;hvz GUILLOT, Imprimeurbreveti du R4i.


,,, =
X m










V
t: .:;~








~ 1








3-,



II,
,3, ~
~r-.
'1(
'3 '~2'
-'3,
-'2.
.~ 1-3~,~


3'~.*,

F


V.- -.. ___a _ _.._ __.._-=... .. .. ... .


AUX AFFICHES AMIRICA NES.

Du Samedi z y Fevrier.


A RRVEE de Navires au Cap.

gL E II de ce mrois, la Foi, de Dieppe,
Capit. Dujardin, parti de Bordeaux
le 18 feptembre ;. & le Saint-Jean-
Baptlfle, de la Rochelle, Capit. Laif-
fard, parti le 18 novembre ayant
touch& a la Martinique : le 12., 1'An-
dromede, du Havre ,.Capitaine Revet,
parti le 3 janvier ; l'Aquitaine,~ de
Bordeaux, Capit. Berdoulin, part le
1er janvier; & le Prince-Edouard, de
Dunkerque, Capit. Deftrais,.parti de'
ce Port la v.eille, & rentr.~ par rela-
che, ayant eu fon petit mat de hune
caffn : le 13 l'Africain de Nantes,
Capitaine Defrud, venant de la Cote-
d'Or avec 2."t 8 Noirs de nation Arada,
a l'adreffe de M" Tardivy, Collot &
Compagnie, qui en ont ouvert ce jour
la vente.; & le Saint-Charles, de Saint-
Malo', Capit. Coflard, part le 18 oc-
tobre, ayant touched A la Martinique:
le 14, le Saint-Domingue, de Nantes,
Capit. Maillard,oparti le io janvier :
le t6, la MarieSe'raphiqe de Nantes,
Capitaine Gaugy, venant de la Cote-
1'Angole en 46 jours de traverfie,
avec une tres-belle cargaifon de 300
Noirs A l'adreffe de MrsTardivy, Collot
& Compagnie, qui en ouvriront la
vente famedi prochain 24 du courant.
DEPART de Navires dudit Port.
Le 9 de ce mois, la Charite', du Ha-
we, Capit. Manoury, pour les Cayes;.


& la The'refe-Bernard, Capit. Carouges,
pour Nantes : le 1 3, le Don-de-Dieui,
Capit. Manpetit, pour Bordeaux : le
14, le Neptune, Capit. Brunet, pour
Marfeille..
PRIX des Marchandifes de la Colonie
au Cap.
Sucre blanc, premiere quality 6o
S6z 1. feconde, 54 57 1, troifieme,
48 a 501. common, 40 a 441. brut, 2.5
a 301. Indigo bleu, 8 1. A 8 1. 10 f. cui-
vre, 7 1. 5 f. a 7 1. 5 f. Cafe, 2.f.
Coton, 120 al 130 1. Cuirs, 8 A 9 1.
Piaf'res gourdes, 37 pour 100oo.
PRIX des Marchandifes de France au
Ca?,
Vin vieux, i80o A 240 1. nouveau,
i10 io 1o.1. Farine de Moiffac, 66 a
71l. commune, 57 A 6o1. Boeuffale, 66
a 70 1. le baril. Petit-fale, 17 A 30 liv.
l'ancre. Beurre, 17 a x8 f. la livre.
Huile, 18 A 41 1. la cave. Savon, 60
A 63 .1 le cent..
COVRS du Fret ax Cap.
Sucre blanc, 12. A 13 d. brut, 13 4
14 d. Indigo, i8 A 2.d. Cafe, 14 A 15 d.
Coton, 24 a 30 d.
M 0 R T S.
Le Sieur Berte, Pecheur, eft mort
au Cap le 6 de ce mois, age de 25 ans:
il etoit natif de Marfeille.
M. Pierre.le Blond, aine, Officie>:


SU7 M MaEN T
/ V / '


o. [N 7.1


L I -- ip.v!porpw-- wrk-- N4


AWNE'E 1771






82,
de Milices & Habitant A Maribaroux,
efl mort le io.
Le nomme Michel MaCon, detenu
dans les Prifons du Fort-Dauphin, y eft
mort le x i : itl toit natif de Paris.
M. Pierre Coindrau, Arpenteur, eft
mort au Cap ledit jour : il etoit natif
de Nantes.
Dame Renee Hubert, femme du Sieur
de Saint-Hilaire eft morte au Fort-
Dauphin le Iz : elle 6toit native du
Diocefe d'Angers.
Dame Magdeleine Michelle Threfi
Auriol, epoufe de M. Dutilh, 1'aine,
Avocat en Parlement eftl morte au
Cap le 14, Agee de 34 ans : elle etoit
creole de ladite Ville.
M. Arnaud du Vile' eft mort auffi
au Cap le 16.
NEGRES M RONS.
Au FORT-DAUPHIN le 2 de ce
mois, eft entree a la Geole Bernard &
Latour, tous deux de nation Bambara,
etampes fur le fein droit VG, lefquels
n'ont voulu dire le nom de leur mai-
tre, pris a l'Efpagnol: le 9, une jeune
Negreffe creole nommee The'refe ,
etamp6e fur le fein droit C, laquelle
n'a pu dire le nom de fon maitre; & un
Negre nouveau, Congo, fans etampe,
taille de 5 pieds 6 pouces, lequel n'a
pu dire fon nom ni celui de fon maitre.
Au CAP le 9, Mercure, etampe illi-
fiblement fur le fein gauche, taille de
5 pieds 5 pouces, ayant un nabot au
pled gauche & le petit doigt du pied
droit coupe, & fe difant appartenir a
M. Bory an Limb : le 10 o, Jean,
creole Anglois, 'tamp6 fur le fein gau-
che R. H. & fur le droit JOVMET,
fe difant appartenir a M. Poquet, au
Terrier-rouge : le i un Negre nou-
veau, nation Congo, 6tampe circulai-
rement fur le fein droit SORSONOE,


age'd'environ z ans, taille d'environ
5 pieds, ayant des marques de fon
Pays fur les joues, lequel n'a pu dire
fon nom ni celui de fon maitre: le 14,
un Negre nouveau nation Congo,
fans etampe, age d'environ 2o ans,
taille d'environ 5 pieds ayant une
chemife & une culotte de groffe toile,
lequel n'a pu dire fon nom ni celui de
fon maitre ; & Jacques, meme nation,
etamp' fur le fein droit F, ag6 d'en-
viron 25 ans, taille de 5 pieds i pou-
ces, lequel n'a voulu dire le nom de
fon maitre : le 15, Frangois nation
Congo, etampe ftr le fein gauche MH,
age d'environ z5 ans, taille d'environ
5 pieds fe difant appartenir A M. Jal-
lac, Habitant a l'Accul.
H ab :1itant 1 iiI[


AVIS


DIVER S.


Le Sieur Brila, Dentifte nouvelle-
ment arrive au Cap, fort experiment
pour la maladie des dents, a l'honneur
d'offrir fes services aux perfonnes qui
en front attaquees. II tire les dents
avec beaucoup de dexterity, & en
remet de naturelles qui reprennent ra-
cine dans 1'alveole; it en remet auffi
A pivot & a cuvette qui imitent les
naturelles: il les partage, les plombe,
les egalife, les nettoie, & a plufieurs
remedes fouverains pour la conferva-
tion de la bouche. II demeure rue du.
Vieux-Gouvernement, maifon de M.
Laguehay.
Le Sieur Brafler, tenant le Paffage
de Caracole, donne avis qu'il a fait
arranger une Chaloupe avec un ten-
delet pour la commodity de ceux qui
voudront paffer. II fe rendra au Cap
les lundi mercredi & vendredi de
chaque femaine, le matin, & repar-
tira le foir. 11 a fon magafin chez M.
Lafalle, tenant le Paffage de Limonade.


Li

fr

U














-"I



I,',
I, -



.



~ .~
r






Le Sieur Courville Perruquier au
Cap, demeurant ci-devant rues Saint-
Domingue & Saint-Jean, previent qu'il
loge adtuellement rues Saint-Jean & dut
Palais.

ttat des Negres paves qui fuivant
L'Ordonnance du Roi du 18 novembre
176"7, doivent dtre vendus A la dili-
gence du Receveur de ce droit extrait
des Regifires du Greffe des Prifons
Royales du Cap *.

Du 2 mars 1769, un Negre nomme
Jean-Baptifle, creole, ayant A 1'eflomac
& au venture des teaches de lota, lequel
a dit appartenir au nomme Pierre,
Mulatre libre au Port-au-Prince, arrtee
au Limb6.
Du 2I du meme mois un Negre
nouveau, de nation Ibp, etampe fur
le fein gauche BERNARD lequel n'a
pu dire fon nom ni celui de fon maitre,
arrete au Port-Margot.
Du zz avril, un Negre nouveau,
nation Nago, etampe illifiblement fur
le fein droit, ayant fur les deux joues
des marques incifives de fon Pays ,
lequel n'a pu dire fon nom ni celui de
fon maitre, arrete A la Grande-Riviere.
Du 3 mai, une N6greffe nommee
Catherine, nation Nago, etampee fur
le fein droit L XG, laquelle a dit ap-
partenir A M. Gaxard, arretee A l'Ef-
pagnol par M. Clergeau.
Du meme jour, une Negritte nom-
inme Marie creole etampde fur les
deux feins G, laquelle a dit appartenir
& M. Gaxard, arretee A l'Efpagnol par
M. Clergeau.
Du meme jour, une Negreffe nom-
mee Lucile, nation Nago 64ampepe
illifiblenient fur le fein droit, laquelle
Lefdits Negres feront vendus le famedli 21 avril
prochaih.


83
a dit appartenir M. Adnan, Anglois,
arret6e A l'Efpagnol par M. Clergeau.
Du meme jour, un Negre nomme
Jean, nation Nago, etampe fur le feia
droit LX G, lequel a dit appartenir &
M. Gaxard, arrete l'Efpagnol par
M. Clergeau.
Du 4 du meme mois un Negre
nomme Apollon nation Nago fans
etampe apparent, lequel n'a pu dire
fon nom ni celui de fon maitre, arrete
au Borgne.
Du iz juin, deux Negres, don't I'un
nomme Jofeph, nation Ibo, 'tamp' fur
les deux feins G V M, & 1'autre nomme
Jean-Baptif.e creole, fans etampe,
lefquels ont dit appartenir a M. Cre-
main, arretes au Dondon par la Mar'-
chauffie.
Du 15 dudit mois une Negreffe
nommee Ve'nus, nation Nago, etampde
fur le fein droit, autant qu'on a pu le
diftinguer GASSE, laquelle a dit ap-
partenir A M. Lebrun, Habitant au Lim.
bI, arretee A la Montagne-noire.
Du 26 dudit mois un Negre nom-
me Jean Louis de nation Congo,
etampe fur les deux feins LETTIER
& au deffous illifiblement, lequel a dit
appartenir M. Letter, Tailleur a.
Saint-Marc, arrte a Plaifance.
Du 27 juillet, un Negre nomme
Soufou, 6tampe fur le fein droit, au-
tant qu'on a pu le diflinguer, M LARU,
lequel n'a pu dire fon nom ni celui de
fon maitre, arr8te a l'Efpagnol par M.
Clergeau.
Du 28 dudit mois un Negre nomme
Jean-Louis, crdole, fans etampe appa-
rente lequel a dit appartenir a M.
George, Habitant A la Grande-Anfe,
arret6 A l'Efpagnol par la Marechauffee.
Du 19 feptembre, un Negre nomme
Pierrot, Senegalois, etampe fur le fein
gauche C D, lequel. a dit appartenir A






84
M. Duclas Habitant A Saint-Marc,
arr8te a la Grande-Riviere.
Dui 1r decembre, une Negreffe de
nation Thiamba, etampee fur le fein
Sdroit J. C., ayant fur les jones trois
cicatrices en longueur ainfi que fur
P'eflomac, laquelle n'a pu dire fon nom
ni celui de fon maitre, arrete. au Quar-
tier du Limbe.,
Du ix dudit mois., un Negre nommde
Je'rome, nation Mendin tamper fur le
fein droit PONCET, Iequel a dit ap-
partenir a M. Pncert, arreit a Limo-
aade.
Du 19 dudit mois, un Negre nomme
Frangois, nation Congo, tampere illi-
fiblement fur le fein gauche, ayant un
collier lequel a dit appartenir A M.
Hefnier, arrete au Morne-rouge.
Du 17 dudit mois une Negreffe
nouvelle 9. nation Mondongue, fans
etampe apparent, habille d'une che-
mife de groffe toile laquelle n'a pu
dire fon nom ni celui- de fon maitre,
arretee A la Gratde-Riviere di Limbe.
D E M.A N.D E S.
M" les Avocats au Confeil'Superieur
du Cap font pries de vouloir bien fair
fire recherche, parmi leurs Dofliers,
d'un pour le Sieur Desbon ou Mouyot,
centre le Sieur-Bernard, Habitant au
Port-Margot. Le Sieur Lemoine,.Pro-
cureur a. la Jurifdittion, avoit remis,
avant fa mort ce Doflier entire les
mains d'un de ces Meffieurs: fi l'on petit
le decouvrir, on prie d'en donner av-is
ailuSieur Guerin, Employe au Bureau
du Trefor.
Un Habitant defireroit trouv-er- un
moyen aifd de detruire des gouyaviers
d'une favanne de 5o A 60 quarreaux de
terre, fans etre oblige de les arracher,
ce quile conduiroit A des travaux im-
menfes. It prie ceux de M" fes Conci-


toyens qui pourroient donner qnel:
ques bons 6clairciffemens A ce fujet,
d'en faire part par la voie des prefentes
Afflches.
On defireroit fgavoir des noiuvelles
du nomme Baune', de Bordeaux, paff6
en cette Colonie, en 1768, fur le Na-
vire le Comte-de-Menou, de Nantes,
Capitaine Berthomme : on croit qu'il
fe tient dans les Quartiers de Saint-
Marc, I'Artibonite & le Port-au-Prince0
Ceux qui en auront connoiffance, font
pries d'en donner avis aux Sieurs Gui-
gnard & Maydieu, Marchands Bijou-
tiers au Cap,; ils rendront un fervice
effentiel a la famille dudit Baune'
Les perfonnes qui pourroient donner
quelques 6clairciffemens fur le marriage
du Sieur Jodon de Logny paffi en cette
Colonie en 1756, & decded le 6 no-
vembre z765, font prides.d'en donner
avis au Sieur Dufour de Rians a l'm-
primnerie Royale du Cap.


NAVIRES. EN' -CHARGEMENT*


La Duchef-de.Chozfeigul,.du port de
250 tonneau.x Capitaine Bremont.,
partira pour le Havre du 20 au 30 da
mois prochain. Ceux qui v6udront y
paffer., on charger a fret, s'adrefferont
audit Capitai.ne, en fon magafin au Cap,
rue du Marche'-des-Blarncs, ou a M:
Saurine., freres Negocians..
Le Prince-Sauvage, de Nantes, Ca-
pitaine Subra, partira pour ledit lieu
la fin du mois prochain. Ceux q.ui
voudront y paffer, ou charger A fret,
s'adrefferont A M. Aubert & Com-
pagnie ou audit Capitaine en fan
magafin au Cap., rue de Penthievre.
II a.a vendre une.Chaloupe du port,de
8' barriques, & un Accon du port de
1i barriques, livrables A fon depart,
don't il fera bonne compofitiori.




Wql 1 ", 1


I
It,'





















.1 ~.' .~

*1~' ~'
4,,,.



















I,,* '
y.





[N 7-]


It,'





















~ ~'I..,,'

I,, ~'
A;'
Pt'



yt' ,~



A


) IVE R S.


AVIS L
A S

L a ete perdu, le 8 de ce mois, une
SEpe A poignde d'argent damafquinde,
la garde A jour, A laquelle Ctoit attache
un crepe noir. Ceux qui l'ont trouvee,
font pries de la faire remettre a P'Im-
primerie Royale, au Cap : il y aura
recompenfe.
Le Sieur Medon, Habitant au Peri-
gourdin 6tant fur fon depart pour'
France, prie les perfonnes a qui il peut
devoir de fe prefenter, pour recevoir
leur paiement, chez M. Jonqua, Com-
miffionnaire au Cap, rue du Bac, Ie-
quel demeurera charge de toutes fes
affaires : il prie auffi ceux qui lui doivent
de le folder inceffamment. Ledit Sieur
Medon a a vendre quelques Mulets &
Chevaux, ainfi que 2o Betes a come,
don't il fera bonnie compofition du tout.
'BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Une Place fife A la Bande-du-Nord,
contenant environ i2, quarreaux de
terre, don't parties cultivee en vivres
& jardinage, & l'autre parties en plat
^ pays propre a y 6tablir de tres-beaux
*jardins potagers, fur laquelle il y a une
jolie maifon, confiftant en deux cham-
bres, un cabinet & une belle galerie
tournante, le tout bien carrele & cou-
vert en effentes ; plus, deux cafes a
Negres. On s'adreffera a M. Therin,
rue Notre-Dame, au Cap.
Un Terrein d'environ 530 pas quar-
res, fis au Bois-de-Lance, Quartier de
Limonade, vis-A-vis 'Habitation de M.
Durecourt, don't il n'eft f6pare que par
la petite riviere du Bois-de-Lance. On
s'adreffera A M. Leclerc, Procureur au
Cap, qui en communiquera les titres
& en dira les conditions,.


ANNLE 1770.


Une Place fife A a ,G,rande-Riviere,
contenant 30 quarreaix de, terre, fur
laquelle il y a 9, 10o mille pieds de
vieux cafes & 9 mille pieds plants
depuis dix mois, des, vivres de toute
efpece pour nourrir douze Negres,
une grande cafe de 40 ,peds, & deux
cafes 'A Negres. On vendra ladite Place
feule, ou avec des Negres. II faut s'a-
dreffer A M. Bardinet rue Royale,
au Cap, ou A M. Duloup, Marchand
Faiancier, rue Notre-Dame.
Une Habitation fife au Trou, A trois
lieues de l'embarcadere, contenant en-
viron 130 quarreaux de terre;, don't
plus de moitie eft propre aux cannes,
& 35 quarreaux aauellement plants,
le tiers en grandes cannes & les deux
autres tiers en premiers rejetons, avec
l'obligation d'en planter 5 autres : on
pou*irca uvor. vin bac fondG de 30
quarreaux, le meilleur de ce Quartier.
Cette Habitation n'a pas de batimens;
mais le Vendeur fe pretera au defir de
l'Acquereur, foit pour bois incorrup-
tible, faitage, briques, tuiles, chaux
& main d'oeuvre; on peut y cQnflruire,
a pen de frais, un moulin a eau, don't
la prife eft naturelle & fufceptible
d'arrofer plufieurs pieces de cannes. Le
Vendeur pretera quelques Negres ou.l
vriers de toute efpece, & cedera plu.
fieurs Sucriers, Doleurs, &c. Les pre.
mieres cannes front bonnes A rouler
fous fept mois. II accordera auffi o1
pour i oo de diminution fur l'eftimation
d'Arbitres, pour s'affurer paiement ot
quittance du tiers fous fix mois, & des
deux autres tiers fous dix-huit mois '
A computer du jour de la vente. L'Ac-
quireur obtiendra toute facility pour


.1J






traiter. On s'adreffera a M" de Blan-
chardon & Bellot, Negocians au Cap.
Une Maifon fife au Cap, rue du Pa-
lais, faifait face h la Place d'Armes,
confiftant en cinq chambres, une ga-
lerie, deux cuifines & quatre cabinets.
On s'adreffera A M. Ferbos, Nigotiant
au Dondon, out M. Dubourg Ntgo.
ciant au Cap, rue de la Fontaine.
De tres-beau Merrain de France,
1 350 liv. le miller de ij oo, chez-le
Sieur Berthome, Capitaine di& Navire
It Comte-de-Menou d- Nantes, dans
(on magafin au Cap-, rue Notre-Dame,
maifon de M. Dedi-u.
Un Negre tonnelier, $g6 de e4. s5
ans; un autre Negre perruquier pour
hommes & femmes, bon Valet, ag6
de 18 : zo ans, fgachant monter- A
cheval ; & une Negreffe menagere,
blanchiffeufe & cuifiniere, Agie de 2
A '5 ans, le tout appartenant A un Ha-
bitant qui, defirant arranger fes affaires
pour partir pour France, en fera bonne
...tollpojt n, It I 1 ut o'hdargi ] A- i" s '
Gro/ifl, freres Nvgocians au -Cap.
Une Negreffe nourrice avec fon en-
fant la mamelle, agae de x ans. On
s'adreflra a M. Larefehe, cadet, Hor-
loger au Cap., qui en fera bone com-
pofition.
Les-Sieurs-ELry, Plombard& Coin-
pagnie, Negocians au Cap, viennent
de recevoir un tres-bel affortiment de
Chaudieres a' fucre de Bordeaux; ils
e|i ont de toutes les proportions q'aon
puiffe defirer.
Le Sieur Delvalle, de Bayonne,
nouvellement arrive au Cap, y ateta-
bli, rue du Bac, c6te du Sieur David,
une Manufa&ure de Tabac, qu'il faith
moudre dtans fon fic. par une meule
A derx preffes-, qui n'a jamais paru
dans cette Colonie, don't les deux pref-
fes, pefant-environ-700oo lvres., tour-..


nent fur leur Iquilibre, tirees par as
cheval anglois, & rendent toutes les
24 heures i5o livres de Tabac fin : par
la facility de moudre cette quantity& en
fi peu de teams, il peut donner fon Ta-
bac t meilleur compete qu'aucun autre
Manufaflurier de cette Colonie; on en
trouvera, de toutes fortes de qualities,
qu'll vend en gros & en detail. Le Tabac
ainfi travaille dans- fon fuc, peut fe
conferver au moins un an fans deperir,
& etant mis. en bouteille, il.fe rendra
plus parfait.
Le Sieur Faugere, Capitaine du Na-
vire la- Marie, de Marfeille, fera pro-
c'der, mardi prochain 20 du courant,
en fon magafin au. Cap;, rue de Pen-
thievre, A la vente & adjudication de
differentes Marchandifes.
ESCLAVES EN MARONAGE.
Un Negre creole, nomme Pierre;
etampe BIENAC, ge d'environ o
ans, taille de 5 pieds & quelques pou-
oc< .; ,A' .,on deptl- tivli-ui lul$s
femaines. Ceux qui le' reconnoitront,
font-pries- de le faire arr&ter & d'en
dinner avis a M. Bienac', aux Gonaives,
out a M. Perard Ngociantau Cap.
Un Negre nomm6 Michel, etampt
D E P US taille d'environ 5 pieds.
Ceux qui le reconnoitront, font pries
de 1e faire arreter, & d'en donner avis
auxdits Sieurs Bienac & Parard.
Deux Negres boulangers, de nation
Congo etampes V. MAVRER AV
CAP, Pun nomme Te''mrnaque, gros &
bouffi, ag6 dfenviron 30 ans, ayant
les pieds couverts de chiques., & l'autre
nomme Jafmin, de grande-taille, ag6
d'environ 16 ans, font marons depuis
1e 13- de ce mois. Ceux qui les recon-
noitront, font "pries de les faire arre-
ter, & d'en donrner avis A MA Maurr,
au Cap.


IA



V


- ~,


ti .I~**;;






~







-~



I
ii


A4441












4$
4













1.2

'.4
i~ I




~



'IL~I.
i(j.

~. 44.\4~
~ d
4.
I' ',*4-
I. ~'i~







I


HIES


AMERTCAINES.


avires Marchands.


." 1 SAINT-LOUIS, le 8 de ce mois,
le Saint-Caft de Nantes Capit. Rene
Lahuede parti le 5 Janvier.
Aux CAYES le 9 'Amnitie', de
Marfeille, Capit. Pierre Marin, ayant
touche a Acquin.
A SAINT-MARC, le 1 1'Artibonite,
du Havre, Capitaine Thomas, part
le 4 Decembre : le 14, la Ville Helio ,
de la Rochelle, Capitaine Tofte, ye-
nant du Port-au-Prince.
A LEOGANE, le I6 le Quaker, de
Nantes,Capit. Deshays,parti le 5 Janv.
Au PORT-AU-PRINCE ,le 17, 'A-
mr'ricain de Saint-Malo Capitaine
Villecolet, venant de la Rochelle.
DPPART des Navires Marchands.
Du PORT-AU-PRINCE, le 16, le
Baron d'Arros, de Nantes, Capitaine
Hiriard, allant A Leogane.
DE SAINT-MARC le 17, le Solide,
Capit. Viviat, pour Bordeaux.
PaIrx des Marchandlfes de la Colonic.
Au PORT-AU-PRINCE, le o10 de
ce mois, Sucre blanc premiere
quality, 51 A 541. feconde, 40 A 50 1.
troifieme, 44 A 46 1. commun, 36 A
40 1. brut, 28 a 30 1. Indigo cuivre,
6 1. 15 f. A 71. of. (il n'y ena point de
bleu). Caf6 nouveau, 2x A 22 f. (il n'y
en a point de vieux). Coton, 11o 0 A
!x25 1. Cuirs, 8 A 9 1. Pialtres gour-
OIes, 37 pour cent,


WZ- ==1 3p/j. _c" - -- I.....


PR IX des Marchandlfes de France.
Au PORT-AU-PRINCE, ledit jour zo
de ce mois, Vin vieux, 80 So00o 1.
nouveau, 12.0 A 130 1. Farine de Moif-
fac, 66 72 1. commune, 50o1.Boeuffal6,
711. le baril. Petit-fald, 27 a 30 1. Pan&
cre. Beurre, 18 a 2o f.Ia livre. Huile,
18 A 36 1. la cave. Savon, 66 a 7z 1
le cent.
COURs DU FRET.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre blanc,
9 iod. brut, oA i2d.Indigo, 2a
14 d. Cafe, i zA 1x d. Coton, 27
36d.
NEGRES MARiONs.
A SAINT-MARC, le 1x, Jfean*
Baptifle, nation Arada, etamp6 fur le
fein droit, autant qu'on a pu le diflin-
guer, d'une etampe brulee & renver-
fee, & plus bas S1- MARC, & fur le
fein gauche MC, age de 42 ans, taille
de 5 pieds x pouce, ayant fur les deux
joues des marques de fon pays, lequel
n'a voulu dire le nom de fon maitre:
le 13, Pierre, Congo, etamp6 fur le
fein droit C & P ayant des marques
de fon pays fur les tempes & fur l'ef-
tomac, Ag6 de 22 ans, taille de y pieds
4 pouces; & Jacob meme nation,
etampe fur le fein droit AC & plus
bas GAUTIER, Ag6 de 3z a 4 ans,
taille de 5 pieds i pouces, lefquels ont
dit appartenir a M. Antoine Gautier,
Habitant au Dondoni


Du Mercredi 21 Fevrier.


ANNE 1770- [N.. 3
I-






^ .. - i
AMtRIQ U E.
Du Port-au-Prince, le 21 Fevrier.


P1R


FL


CI


DE CE QUI S'EST PASS,
LORS DE L'INSTALLATION
D U
GOUVERNEUR GtNERAL,
AU CONSEIL.
M[onjzeur le Comte DE NOLIV OS
s'e'tant mis en march pour fe rendre
au Confeil, & les Hui~fers defervice
itant venus avertir la Cour que M. le
Ge'ne'ral paroifjoit, MM. Baret de
Ranty & d'Aubujfon Confeillers ont
e't depute's pour aller le recevoir au bas
de l'efcaliet du Palais, d'ou iUs lTont
accompagne' jufques dans la Salle
d'Audience. M. le Gene'ral ayant alors
pris place dans le fauteuil du Roi, &
toute la Compagnie ayantpris Se'ance,
MA. le Procureur-Ge'neral a pronounce
le Difcours fuivant :

V IESSIEURS,
M. le Ch. Prince de Rohan vient de
remplir, dans le Gouvernement de cette
Colonie, une carrier terminee par les
graces du Roi: Sa Majefle l'eleve au
Grade de Lieutenant-General de fes Ar-
mees Navales ; & par cette diftintion
honorable elle lui donne, A la face de
1'Europe entire, des temoignages de
fa fatisfafion. Cet eloge feroit affoibli
fans doute fi, parcourant les details
d'une administration que le Roi a ho-
nore de fon fuffrage, nous m lions nos
foibles accens a ceux qui font eman's
du TrOne,


La Colonle, Monfleur, inquiete fur
l'avenir, vous voit avec confiance pren-
dre les renes de fon Gouvernement.
Qu'on ne s'attende pas ici a ces fades
eloges qui font rougir celui qui les re-
Volt, qui deshonorent celui qui les don-
ne : le temple de la verite ne doit point
etre profane par une lache adulation.
Poifon cruel & dangereux c'eft toi
qui pervertis les coeurs les plus purs &
les plus honnetes; c'eft toi qui donnes
A leurs foibleffes le mafque de la vertu :
fuyez donc loin de nous ames baffes
& rampantes qui n'approchez des
Grands que pour les furprendre; vils
fiduaeurs, vos detours artificieux font
connus : votre regne, s'il exifta jamais
ici, eft fini pour toujours.
S'il eft important a l'homme de con-
noitre la verite, c'eft fans doute lorf-
que, place dans un rang eleven, il tient
entire fes mainsda deftinee des Peuples.
Le fate des Grandeurs eft environne
d'un nuage epais : ce n'eft qu'avec ef-
fort que l'Homme d'Etat pett le per-
cer, pour decouvrir les larmes qu'on
derobe fans ceffe a fes regards, &qui
font autant d'atteintes A la felicite pu-
blique.
C'eft, Meffieurs, dans les Places
importantes & au travers de mille
ecueils, que le merite des hommes eft
contraint de fe developer : c'eft IA
qu'ils paroiffent veritablement Grands,
ou que, trop foibles pour fupporter
l'eclat du Tr6ne auquel ils touchent,
ils fe laiffent affaiffer fous le poids de
leur mediocrity.
Tous les fiecles ne produifent pas de
ces hommes rares, qui ne femblent
attaches A la terre que parce qu'ils en
font le bonheur : 1'etendue de leur ef-
prit ne met point de bornes a leurs con-
noiffances; ce font autant de rayons de
lumiere quiviennent fe renfermerdans


'1

2


K A








I..


r ~

~

V
kI-I ~

'.-I~ ~i~1


wIll
I~' *~
I~** ~

;V~ ~
~
III






'II
III


I W



Li -~--- -__


HIM H













i,..,
II'






~a1tx


I,.,
II




;'~.;:.



V

~; ~.i
.9


* ~, *v.'~


It.~ ~*-
i~/~t~' ~
a"),
t'a,. Iy..
~ r~1


leur belle ame, come dans un 'anc-
tuaire de gloire & de perfection: c'eft
de cet endroit, comme de leur centre,
qu'ils s'dlancent pour fe repandre uni-
verfellement, & qu'ils arrachent aux
Peuples dtonnes l'admiration & les
hommages.
Quel prefage heureux pour la Co-
lonie d'appercevoir, fous ce point de
vue, un de fes enfans qui ne femble
rentrer dans fon fein, que pour offrir
a fes yeux la Majefte du Souverain
qu'il reprefente !
Vous les connoiffez Monfieur ,
les obligations importantes de la Place
cminente don't le Roi vous honore.
Concilier 1'interet de la Colonie avec
ceux du Monarque, ou plut6t fair
fentir aux Peuples qu'ils font les me-
mes; conferver la liberty national au
milieu des Droits de la Souverainete;
etablir des bornes immuables entire l'au-
torite militaire & celle du Magiftrat;
les reunir par le lien. du devoir &
I'amour du bien public; profcrire, dans
l'ufage ordinaire, I'abus des decifions
arbitraires; mais, en Homtne d'Etat,
s'elever au deffus des regles commu-
nes pour s'abandonner dans des cas
urgens & imprevus, a toutes les ref-
fources qu'une grande ame peut four-
nir; placer, clans ces moments criti-
ques des fecours hardis, mais falutai-
res, qu'une main timide ecit negliges,
& faire ainfi dans un infant, le falut
de tout un Peuple : apres Forage du
moment, rentrer dans 1'interieur d'une
administration civil ; confolider une
Sociedt naiffante, en etabliffant fes fon-
demens fur les grandes maximes de
I'honnetete publique ; veiller fur les
moeurs, ce puiffant mobile qui degrade
ou foutient les Empires; maintenir la
fup6riorite neceffaire de la race libre
& fans melange, fur celle qui porte


enore 'fur fori front l'empreine de
I'Efclavage; contenir chaque Citoyen
dans fa fphere en fixant irrevocable.
ment fes droits, fes prerogatives, fes
devoirs ; ouvrir les yeux de la Nation
fur l'&tendue des obligations que lui
impose fon ferment; fire rendre a la
Religion l'hommage qui lui eftdi en
menageant a fes Miniftres le refpeQ:
& la vendration des Peuples; ne voir
enfin dans fes femblables apres tant
de peines & de foins, que des Cenfeurs
inexorables qui, n'appercevant pas du
premier coup d'oeil les travaux don't
ils font P'objet, ne les patient fouvent
que par-.'ingratitude, quelquefois me-
me par 1'infulte & L'outrage : voild ,
Meffieurs, le creufet oh s'eprouve la
vertu de l'Homme d'Etat. Quelle gran-
deur d'ame ne lui faut-il pas pourfaire
taire en lui cette fenfation douloureufe
que l'injuffice des autres y fait naitre;
mais qui 'tant I'apanage de la foi-
bleffe humane, vient affaillir fon coeur
comme ceux des autres hommes II
faut, dans ces inflans cruels, it faut
qu'il s'dleve en quelque forte au deffus
de lui-meme, & que bravant 'Forage
qui gronde fur fa tete, il le diffipe avec
cette fermete heroique, compagne fi-
delle de la vie des Grands Hommes:
c'eftainfi qu'on voit un Pilote ,au fort
de la tempete, n'etre Cmu, ni par les
larmes des Paffagers, ni par les cris des
Matelots : tranquille au milieu des abi-
mes qui s'entr'ouvrent fous fes pas ,
il tient en main le gouvernail, & l'oil
fixed fur fa bouffole, il defend fon Vaif-
feau du caprice des vents, de la fureur
des flots.
Qu'il eft trifle pour nous, Monfieur,
de vous laiffer appercevoir que, quel-
que bien que vous faffiez, vous ne de-
vez jamais vous flatter de contenter
tout le monde! Ne voit-on pas I'hom,






me fiuperbe ne 'pas craindre, dans fon-
delire, de citer 'a fon Tribunal le Sou-
verain de l'univers! aveugle fur fon
n6ant, il a l'audace de lui demander
raifon de fesOuvrages.
Si 1'homme, cette chetive creature,
s'oublie a ce point envers li'tre Su-
preme don't il depend, que ne devez-
vous pas attendre de vos femblables,
fur qui vous n'avez qu'une fuperiorite
paffagere, qui n'eft qu'un point dans
Pimmenfit6 des temps? Confolez-vous
donc de l'injuftice du moment; pre-
parez votre ame 'a foutenir le choc des
paffions des autres : c'eft un torrent qui,
en fe precipitant du haut des monta"
gnes, fait un bruit epouvantable; mais
laiffez-le couler un infant, c'eft un fi-
let d'eau qu'A peine le voyageur apper.
Soit, & qu'il franchit fans s'arreter.
Le vraibonheur confifte done A fair
le bien pour le bien feul; & c'eft dans
fon propre coeur que homee en Place
doit trouver fa recompenfe. Quelle
onfolation quand latombe ouvre fon
abime, d'emporter avec f6i les regrets
de fes Concitoyens!' Mais quelle plus
grande fatisfa&ion encore, quand, de
fon vivant meme on eft temoin de
ces larmes prceieufes que les, regrets
font rdpandre C'eft le comble de la
filicite,
Vous avez joui, Monfieur, de eette
douceur ineftimable, lorfque fortant
d'une Ifle oi vous n'8tes connu que
par des bienfaits vous avez e6t rece-
voir aux pieds du Trone une deco-
ration militaire, qui fait autant l'61o.
ge du Maitre qui la donne, que du Su-
jet qui la rejoit.
C'eft en effet fur le rivage de la
Guadeloupe, & pret at cingler vers la
France, qu'il faut vous voir envirokne'
d'une peuplade immenfe: c'eft-la que,
4epouill~ d'une Grandeur empruntee


& redult I celle qui vouis eft perform
nelle, vous avez connu le vrai bon,
heur.
Quand l'homme en Place rentre dans
la claffe des autres Citoyens tous les
petits interets s'dvanouiffent: les crain.
tes & les efperances fe difflipent: la v6-
rite tire alors le rideau: fes aflions font
mifes dans la balance : it eft juge par
fes femblables : c'eft le fort que vous
avez eprouve, Monfieur.
Les cultures de la Guadeloupe pouf-
fees a leur plus grande valeur, le Com-
merce. floriffant les communications,
ces canaux de l'abondance, etablies de
toutes parts, les peuples contenus par
la douceur de la perfuafion, plus que
par la force de l'autorite, le vice d'-
mafque & profcrit, la vertu jouiffant
de tous fes droits le Souverain ref-
pea6 au dehors, adore au dedans, les
noms de pere & d'ami qu'on vois a
donnes, ces noms flatters, l'expreffion
du sentiment & I'ouvrage du coeur ,
tels font les titres que vous apportez ici,
A U PUBLIC C.
Voila, Frangais voil\ le General
qui va vous gouverner : les travaux
partag6s entire lui &-le vertueux Ad-
minitrateur que vous voyez affis-A fes
e6tes, en donnant a la Colonie le plus
grand eclat, vont affurer pour toujours
le bonheur public : a ces traits, con-
noiffez les-bontes de votre Roi, puif-
fiez-vous en fentir:toutle prix! Puif-
fiez-vous, focus un Gouvernement auffi
fage qu'eclaire, ne vous rappeller qu'a-
vec effroi les horreurs de l'Anarchie!
Puifflions-nous, ent un mot,voir tousles
coeurs reunis s'attendrir fur les maux
paffis, dteffter 1'erreur d'un moment,
faire clatter a l'avenir le zele le plus pur,
& benir 'a jamais un Monarque, l'ax.
mour & les delices de fon Peuple I


~*:,


L




K

L;,.

(4
K

~: ...


(7.


NIi







3,











I'.



~*:
I: '
[.3.
1




K '
[3..3'

L;,.

(4
K
t3~




(37.
* 33'
(3
'.3,.


tprls ce Dfc urs, M. le Procuretir-Ge'-
nirala requis lPenregljrement des Pro-
vifions de Gouverneur-Liezutenant-gene'-
ral des Iflesfous le vent, accordies par
le Roi d M. le Comte DE NOLIVOS.
M. l'Intendant, Premier PreZfdent,
ayant ordonne au Greffier de lire ces
Provisions & cette lecture ayant e't
fate, M.le Ge'ne'ral s'efl explique'ainjz
MESSIEURS
Confacrer ici quelques-unes de mes
annees au service du Roi, notre Mai-
tre & a la Profperite de la Colonie,
voila ce qui m'amene. aujourd'hui:
le comble de mes vceux feroit de rem-
plir pleinement ces deux objets, qui
n'en forment qu'un feul A mes yeux.
Comment pourrai-je, effe&ivement,
feparer le service du meilleur des Sou-
verains, du bonheur de fes Sujets?
Vous le favez, Meffieurs, c'eft aux
epoques les plus brillantes du regne de
notre Augufte Monarque, lorfque la,
gloire & l'eclat des conquetes eblouif.
fent egalement les Heros & les Peqtt
pies; c'eft dans ces temps, dis-je, que,
le cara&ere diffinaifdu Roi, fa bonte
paternelle, le plus bel apanage de la
Royaute, fe &dveloppa davantage, &
fut celebree par la France aux yeux
de toute 1'Europe. Le front ceint de
laurier, ce Prince rcut des mains de
fon Peuple une palme immortelle, le
furnom de Louis LE BIEN AIME;
furnom cher A la Patrie, & que nous
& nos neveux ne prononceront jamais
qu'avec attendriffemenL
Dans des temps moins heureux,
lorfque la fortune balanga nos fucces,
ces evenemens qui, fouvent portent des
difra&ions fur les objets Zloignes, ne
rent qiu'exciter attention & les bon-
tes du Roi pour cette Colonie. des
1'roupes & des Efcadres vous furent


env6oyees pour vous defendre. Les
Vaiffeaux des Puiffances neutres fit-
rent admis dans vos Ports tant
pour la facility de votre fubfiftance &
de vos autres befoins, que pour le
ddbouche plus affure de vos denrees,
que les hafards de la guerre rendoient
trop incertain.
Le retour de la paix vous annonqa
encore de nouveaux bienfaits de Sa
Majefle. Vous avez vu, Meffieurs,
que la plus grande parties des impofi-
tions demandees alors, 6toit deftinde
a vous proteger; c'etoit d'une part, des
points fixes de defenfe A tablir dans
les parties principles de vos C6tes,
& qui fuffent A jamais independansdes
fecours & des evenemens exterieurs;
c'etoit de l'autre, une troupe de nou-
veaux defenfeurs, eprouves dans les
fatigues & les perils de la guerre, &
devoues pour toujours 'a la fcrete de
la Colonie.
Enfin, Mefieurs,. vo-us-compterez
avec moi, parmi les infignes bont's
de notre Souverain, le choix qu'il a
fait des deux derniers Miniftres don't
les yeux orit, pour ainfi dire, franchi
l'efpace des mers pour veiller a vos
befoins; tous deux d'une meme & il-
luIfre Maifon, auffi diftinguee par fa
fidelity inviolable envers nos Rois,
que par les services qu'elle leur a ren-
dus en paix & en guexre; le premier,
apres avoir developpe fon genie ftu-
perieur dans les Departemens de la
Marine & de la Guerre, fait encore
I'admiration de l'Europe dans le nou-
veau Miniftere que Sa Majefte lui a
confie ; le second, & que nous poffd.
dons atuellement, m rite pareille-
ment nos hommages & notre recon-
noiffance pour toutes les qualities qu'il
rdunit, des lumieres iminentes, une
ame auffi grande que 'belle, & conti-


'I,
A
U,
>'
f
U,3




1'

I




I

I

3$, j
3j

'W
p






nuellement occupee de la fuirete & du
bonheur des Peuples commis A fon ad-
miniftration : c'eft fur-tout d'apres des
vues & des principles fi refpe&ables, &
conformement aux Ordres du Roi,
que M. le Duc de Praflin a fait no-
tifier en cette Colonie le retabliffement
des Milices ; retabliffement qui, requ
& juge utile chez toutes les Nations
civilifees, eft, comme vous favez,
Meffieurs indifijenfablement n'cef-
faire -dans la police de notre Gouver-
nement & de nos biens. Sa Majeftd,
en meme temps, par une derniere mar-
que de bonte, a bien voulu accorder
de nouveaux privileges au Corps de la
Milice, & y attacher, apres un certain
nombre d'annees de service, les deco-
rations militaires & la Nobleffe hdrd-
ditaire. C'eft ainfi que nous avons vu
reprendre & fe refferrer parmi nous ce
noeud precieux qui,depuis lanaiffance
des Colonies, lioit les Citoyens les uns
aux autres, qui les attache plus effica-
cement a la conservation. de leurs
foyers, & qui enfin, de chaque Pa-
roiffe, ne fait prefque qu'une famille,
oil les fondtions & les emplois repar-
tis parmi ceux qui la compofent, for-
nment la fuirete & le repos de tous. Ch .
riffons donc un etabliffement qui raf-
femble tant d'avantages, & qui, avec
]a plus l6gere attention de la part du
Gouvernement, peut toujours etre
mnaintenu dans toute fa fleur & fa puretd.
En vouq expofant ici, Meffieurs, le
tableau fuccina des bontes du Roi &
de fes Miniftres, je n'ignore pas non
plus que la Colonie, des fon principle
&jufqu'A ce moment, s'eft continuelle-
rnent efforcee de meriter ces bontes
par fon attachment & fa fidelity A fes
Auguftes Souverains : nos premiers
Colons, ces modernes Argonautes ,
ont fignale ici leur amour pour leurs


Rois, prefque auffl-t0t que leur cott-
rage.: ce furent d'anciens Sujets qui
fe prefenterent avec de nouveaux hom-
mages; ils remirent leurs perfonnes &
leurs poffeffions, fous la domination &
la protection du Roi, & ils offrirent
gendreufement de contribuer aux d'-
penfes que cette protedion occafion-
neroit au Souverain. Aufli, lorfque la
Colonie prit par la fuite plus de confif-
tance quand fes progres exigerent
niceffairement de nouvelles formes
dans la police & I'adminiftration, nos
Rois ont toujours conferve aux Re-
prefentans de la Colonie, le noble pri-
vilege de s'impofer elle-meme pour les
befoins du Gouvernement; privilege
qui, en marquant la bont6 du Maitre,
configne A jamais le zele & la fidelity
des Sujets. Enfin, Meffieurs, cette Co-
lonie, A laquelle je me fais honneur
de tenir par ma naiffance & ma fortu-
ne, ainfi que par mon affecion; cette
Colonie, dis-je s'eft en gndral diftin-
guee parmi une Nation, diftingu" e elle-
.ieme par fon amour pour fes Rois.
Ce n'eft pas que de fi beaux jours
aient t6e exempts de nuages; j'en ai
malheureufement vu moi-mAme quel-
ques-uns, & je voudrois fur-tout dans
ce moment, tout confacre pour moi a
la douceur de revoir ma Patrie; je
voudrois, dis-je, pouvoir oublier &
enfevelir dans le plus profound filence
nos derniers troubles: toutefois je fais,
& le Roi n'ignore point, qu'ils ont ete
le fruit de l'erreur & de l'ivreffe de
quelques particuliers, A laquelle le
Corps de la Colonie n'a point partici-
pe: ce font quelques frelons qui ont
voulu fe meler a l'effaim des abeilles, &
qui en ont tde facilement diftingus ;
auffi S. M., en confervant fa bienvcil-
lance & fes bonnes graces a fa Colonie
de Saint-Domingue, s'eft rifervee en


II











































Ks~:






fe8me temps de faire examiner par des
voies legales la conduite des particu-
hers accufes; il y fera apporte toute
la celerite qu'exige la circonflance :
mais ne nous occupons en ce moment
que des bontes & des faveurs de no-
tre Maitre, & de celles que nous en
pouvons efpirer par la fuite.
C'eft principalement fur vous, Mef-
fieurs, que j'ai compte dans Fhonora-
ble carrier que je m'efforcerai de rem-
plir au plus grand advantage de la Colo-
rnie: vous etes par Etat les depofitaires
& les organes des Loix, les prote&eurs
de Innocence, ainfi que les vengeurs du
crime: vous remplirez, j'en fuis certain,
vos belles & laborieufes fon&ions; j'en
ai entr'autres pour garant le Requifi-
toire de M. le Procureur-General, A
la premiere Seance du Confeil Sup6-
rieur le 29 Juillet dernier; parmi plu-
fieurs arrangements utiles que ce digne
Magiftrat vous propofoit, il vous in-
vita a ne point mettre d'interruption
dans vos Seances ordinaires, afin de
pouvoir rendre aux Citoyens cette
prompted juffice d'oi dependent la
paix & la tranquillity des families. J'ai
vu avec fatisfation que M. Delamar-
delle, en vous manifelfant la beauty de
fon ame, avolt faifi la trempe des vo-
tres, & n'avoit ete que l'organe du
fentiment, don't vous ^tiez deja pene-
tres vous-memnes: quant a moi, un de
mes devoirs les plus doux, (n'en dou-
tez pas, je vous prie, Meffieurs, ) fera
de concert avec M. PIntendant, de ren-
dre compete de vos travaux au Minifire,
de provoquer les recompenfes & les
graces qui en doivent etre la fuite,
& de vous procurer en ce qui me con-
cernera perfonnellement, tous les agre-
mens qui pourront dependre de moi.
Au furplus Meffieurs je connois
toute l'etendue, & j'ai et6 plus d'une


91
fols effray6 du fardeau de mes devoirs;
mais l'efpoir d'etre utile, & l'amnour pa-
triotique ont ranime mon courage: tout
me paroit poffible & agreable, des qu'il
s'agit de travailler au bonheur de la
Colonie. Je ne me flatte cependantd'y
pouvoir reuffir, qu' I'aide des lumieres
& de l'experience de M. le Prefident de
Bongars, qui a fi bien mirite les ref-
peds &la confiance du Pays; j'efperr
que ce vertueux Adminiilrateur voudra
bien me feconderdans le projetdelaf6li-
cite publique, qui a toujours ete le fien;
en tin mot, Meffieurs, & j'ofe le con-
figner a cette refpedable Affemblke;
vous voyez en moi un Militaire Ci-
toyen qui vient pour aimer & faire fleu.
rir la Colonie, & qui dans le cas de la
guerre verfera pour vous defendre,
jufqu'a la derniere goutte de fon fang.
Telles font les intentions du Roi,
& tels toient les principles de l'il
luftre Chef, auquel j'ai l'honneur de
fucceder, M. le Chevalier Prince de
Rohan, i qui Sa Majeftf vient de don-
ner une marque publique de la fatis-
fa&ion qu'Elle a de fes services en
1' levant au Grade de Lieutenant-Gn&e-
ral des Armees Navales.
A peine M. le Comte DENOLIV OS
eut- il cefe' de parler que les Spec7a-
teurs temoignerentpat des applaudife.
mens excefffs l'impre Eion qu'avoit
fate fur leurs efprits & fur leurs
cars une Harangue qui eft l'ouvrage
du Patriotifize. La Seance fnit par
le compliment d'un Magfljrat cheri de
cette Colonie 6 que par ce dernier trait
nous fommes difpenfes de nommer ,
don't le file frre concis prodigue I,
fens & compte les paroles.
MONS IE V R,
Le bonheur de la Guadeloupe eft


Sl



VT






un confolant prefagi eft un fir ga-
rant du bonheur de Saint-Domingue.
Vous avez commence, ainfi qu'avoit
fait ce Gouverneur, feul jufqu'A pre-
prefent, donn6 pour example A tous
ceux qui font venus apres lui.
Vos Succeffeurs auront, Monfieur,
plus d'un modele A imiter.
Votre Gouvernement va reffembler
a celui de Monfieur de Larnage, par la
fageffe; puiffe-t-il lui reffembler encore
par la dure !

Aprhs ce Difcours M. 1'Intendant,
Premier Prefident ayant pris les voix, a
prononce''Arrdt d'enreg'jlrement des Pro-
vifons accordees par Sa Majeftea M.le
Comte DE NOLIV O S.


AVIS


DIVERS.


Meffire Rene' de Libaudiere, Ecuyer,
Capitaine des Milices, Habitant h la
Baye-du-Mefle, Paroiffe de Saint-Louis,
fe dipofant a partir pour France, prie
M-s les Habitans on Negocians, A qui
1l peut devoir, de fe prefenter pour
recevoir leur pavement, ainfi que ceux
qui lui doivent de le folder inceffam-
ment; il prevent en outre le public,
qu'il fera fur fon Habitation, le Diman-
che 4 Mars prochain, une vente de
fes meubles & effects : il donnera qua-
tre huit mois & un an, pourvu que
les Acheteurs fourniffent une Caution
& Certificateur. On trouvera A ven-
dre fur ladite Habitation du coton, brai,
bordages, madriers, planches, chaife
roulante, chevaux & de trbs-beaux
rneubles de toute efpece; il fait ob-
ferver cependant, que les articles qui'


ne pafferont pas too li. fe payeront
comptant.
Le Sr Blanchard, Arpenteur du Roi,
donne avis qu'il fait fa refidence am
Port-au-Prince, vis-A-vis le Trefor.
DEPART POUR FRANCE.
M. le Fevre, ancien Dire&eur de
la Pofte, A Saint-Louis.


NAVIRE EN CHARGEMENT.


La Laure, d'Honfleur, Capitaine le
Mire, partira pour ledit lieu vers le
15 du mois de Mars prochain; il tou-
chera A Saint- Marc pour y prendre
un parti de coton. Ceux qui voudront
y paffer ou charger A fret, s'adreffe-
ront au Port-au-Prince, A M' de Ra-
tieville freres, Negocians, A M" de la
Vincendiere & Berard, Negocians &
Saint-Marc.
ENCLAVE EN MARONAGE.
Un jeune Negre, nomme Jerome,
creole, etampe GISEUX, d'une affez
jolie figure, age de i6 A 17 ans, taille
4e 4 pieds_?ni pace, eft maron depuis
le x 5 du courant. Ceux qui le recon-
noitront, font pries de le faire arreter
& d'en donner avis A M. Sartre, Ne-
gociant au Port-au-Prince, & Procu-
reur de l'Habitation Bonrepos, A qui
ce Negre appartient.
MULET PERDU.
Un Mulet, poil gris, etampe PB &
d'une autre etampe Efpagnole, s'eft
Cigar' le 2 de ce mois fur le chemia
de LUogane. On eft pri6, s'il eft recon-
nu & arrete, d'en donner avis A MNM.
Pafquier & Bouyer, Negocians au Port-
au-Prince. 11 y aura recompenfe.


.vec Permiffjon de MM. le Ge'ne'ral & l'Intendant,

AUL POR T-AV-PRINCE, chez GvLLOT, Imprimeurbrevet( dI RoQ


pp- ~


w







'I




L



K,
4,,



f I,
I,



Li;







~ ~,.
~j lid










L'
~1.





tj'










I-








'I




'ii,
ii~'i~.
h~1
~ ~?


g


[NO go]


AUX AFFICHES AMERICAINES.


Du Samedi 14 Fdvrier.


.AliV fiEA de Navires au Cap.

I..E r9 de ce mois, le Senac, de la
Rochelle, Capit. Coindet, parti le 3
janvier,:ayant, touched & la Martinique:
le 2.1 la Fr6gate k Parham,. de Ro-
chefort, Capit. Gilbert, parti le 18 no-
vembre ,ayant touched A la Martinique.
DSPART dT Navires dudit Port.
Le 19 de ce mois, le Mercure de
Nantes, Capit. Ganier, pour le Port-
au-Prince : le 2zo, I'Aimable-Julie,
Capit. Dubois, pour Saint-Maio; & le
Prince-Edouard, Capit. Defirais, pour
Dunkerque.
PRIX des Marchandifis de la Colonie
as Cap,.
Sucre blanc, premiere quality, 6o6
1 6i 1. feconde, 54 57 1. troifieme,
5oA 5 1. coihmun, 4o0451. brut, 24
A 30ol. Indigo bleu, 81. 1o f. A 91. cui-
vre, 7 10 f. Caf6,a A 22f. Coton,
I 10o a 130 1. Cuirs, 8 a 9 1, Piafres
gourdes, 3 5 pour ioo.-
PRIX des Marchandifes de France au
Cap.
Vin vieux, x8o a 1401. nouveau,
no A t2o 1. Farine de Moiffac, 66 A
711. commune, 57 6o01. Boeuffale, 66
S70o 1. le bariL Petit-fal, 2.7 a 30 liv.
"ancre. Beurre, 17 A 18 f. la livre..
Huile, 18 A 4,. 1. la cave. Sayon, 60
1 66 Lie centi.


COI Rs du Fret au Cap.


Sucre blanc, Iu2 A 13 d. brut, 13 A
14 d. Indigo, zo a 24d. Cafe, 14 15 d.
Coton, 14 a 30 d.
Mo0 T.
M. Ba/flen Laborde, Negociant au-
Cap, y edl mort le 18 de ce mois, age
de 34 ans: il etoit natif de Louisbourg.
NGRa-Es MARONS.
Au FORT-DAUPHIN, le 19 de ce
mois, eft entree A la Geole Neptune,
etampe fur le fein droit C, fe difant
appartenir A M. Turin : le 2z, Jean,.
nation Fond, etampe fur le fein droit
CAPEV: E & au deffous S: T MARC,
fe difant appartenir A M. Laforefl: le
z3, Denis, nation Congo, etampd fur
le fein droit PONCET, fe difant ap.
partenir A M. Poncet, pris A l'Efpagnol;
& Tony, meme nation, 6tampe fur les
deux feins G M, fe difant appartenir
A M. May, pris auffi A l'Efpagnol.
Au CAP, le 19, Michel, de natiotf
Adia, etamp6 fur le fein gauche IB,
age d'environ 2.5 ans, taille de 5 pieds
5 pouces, fe difant appartenir au Sieur
Nicol, boucher de cochons au Fort-
Dauphin :.le 20, an Negre nouveau,
nation Congo, fans etampe, aga d'en-
viron 2 5 ans, taille de 5 pieds 3 pouces,
lequel n'a pu dire fon noin ni celui de
fon maitre : le 21, Pierre, de nation
Dauban etampe fir le fein droit EF.


93


ANN 1770o


A63L'ILM COW a






94
& fur le gauche G N., v&tu d'une che-
mife de groffe toile, fe difant appar-
tenir A un Habitant du Dondon.


AVIS


DIVERS.


M. Pierre Leray, Capitaine de Na-
vire, ayant ackete la moitie de I'Ha-
bitation de feu M. Frangois-Rene' Ri.
chard, fife au Margot, prie ceux qui
auroient quelques hypotheques fur la-
dite Habitation, de fe prefenter, dans
la huitaime, chez M. Aubert, Negociant
au Cap, attend qu'elle fera payee
comptant le jour de 'appropriement,
qui fe fera fous quinze jours.
M. de Saint-Mauriee, Arpenteur du
Roi par Commiflion de MM. de Con-
flans & Maillard, du mois d'avril 1750,
donne avis qu'il fait fa refidence ordi-
naire dans les Quartiers du Limbe,
Plaifance, le Pilate & le Port-Margot.
Ceux qui doivent 4 la cargaifon du
Negrier le Saint-Rene, Capitaine Cht-
teaubriant Dupleffis font pries de
payer les terms echus, pour eviter
les frais que ledit Capitaine qui fe
difpofe partir dans les premiers jours
du mois prochain, feroit dans le cas
de leur faire. II loge chez M. Papillon,
Capitaine du Navire la Fortune, rue
de la Fontaine, au Cap.
M. Ducaffe, Chirurgien & Habitant
as Moka 6tant oblige de s'en aller
-en France pour caufe de maladie, prie
les perfonnes A qu i il peut devoir de
fe prefenter pour recevoir leur paie-
ment, & ceux qui lui doivent de le
fatisfaire au plutot.
Le Sr Vedrinelle, aine, Charpentier
au Terrier-rouge, etant fur fon depart
pour France, prie les perfonnes A qui
il peut devoir de fe prdfenter pour re-
cevoir leur pavement, & ceux qui lui
doivent de le folder inceffamment.


DEPARTS POVR FRANCE.

M. Champion, demeurant au Cap.
M. le Chevalier de Saint-Malonr, ainm,
Habitant A la Grande-Riviere.
M. Papillon, pere Negociant au Cap.
M. Boyer, Habitant A Ouanaminthe.
DEMAND.
II a ete tranfporte par M. Charletas
un Billet de quinze mille livres de M.
Bonnaud, Confeiller au Cap, A M.
D. Sandour, Negociant a Jeremie, le
io novembre 1768. M. Admidieu Du-
clos, Officier au Regiment de Boulon-
nois, heritier de feu M. Sandour, de-
fireroit fcavoir fi quelques-uns de M"
les Negocians du Cap n'auroient pas
ete charges de ce Billet, par feu M.
Sandour, pour en faire le recouvre-
ment, ledit Billet ne s'etant point
trouve dans les papers de ladite fuc-
ceffion. Ceux qui en auront connoif-
fance font pries d'en donner avis a
M. Chaufjee, Negociant au Cap.
NAVIRE EN CHARGEMENT.
L'AcTif, de Bordeaux, Capit. Chicowt
Saint-Brice, partira pour ledit lieu duI
Io au 15 avril prochain : ce Navire
eft tres-commode pour les Paffagers,
y ayant une belle dunette. Ceux qui
voudront y paffer, ou charger A fret,
s'adrefferont audit Capitaine, en fon
magafin au Cap, rues du Vieux-Gou-
vernement & Saint-Jofeph.
BIENS ET EFFECTS VENDRE.
tUn Terrein d'environ 530 pas quar-
res, fis au Bois-de-Lance, Quartier de
Limonade vis-A-vis 'Habitation de
M. Durecourt, don't iI n'eft f6pare que
par la petite riviere du Bois-de-Lance.
On s'adreffera M. Leclcrc, Procureur


A







A






























A








I,.Ji


au Cap, ui en communiquera les titres
& en dira les conditions.
Une Habitation fife am Margot, A
trois lieues de l'embarcadere, de la
contenance de 5o quarreaux de terre,
fur laquelle il y a i mille pieds de caf6
en rapport, & des vivres pour nourrir
ij Negres; tine grande cafe, fourches
en terre, de bois incorruptible, palif-
fadee & couverte en paille, ayant une
petite galerie de chaque c6te ; trois
cafes A Negres, en bon 6eat, dans l'une
defquelles eft un four; en outre des
glaeis. On la vendra f6parement, ou
avec 1x tetes de Negres. On s'adreffera
a M. Mus Negociant au Cap, qui
etant fur fon depart pour France, en
fera bonne composition, moyennant
qu'on le paye tout comptant.
Une Chaife a imperiale, neuve,
garnie d'un beau velours uni, cramoifi,
avec quatre harnois, le tout fait dans
le Pays par un bon ouvrier: plus, trois
Negreffes agees de 15 a 0o ans, don't
une nourrice avec fon enfant Age de
quatre mois. On s'adreffera A Mr" Fran.
cillon & Moline, Negocians at Cap.
Jeux de tambours pour moulin a
fucre, avec pivot, pioches, crapau-
dine, ferre-pince, maffe, &c. On s'a-
dreffera A M. Laplace Capitaine du
Navire la Vallee-d'Ofiau, au Cap, rue
du Gouvernement, ou A M" Adbralham
& Farrouilh, Negocians.
M. Valley, Negociant au Cap, de
retour de France depuis quelques jours,
a Phonneur de prevenir le Public qu'il
en a apporte de nouveaux allortimens
de marchaadifes de Paris, confiftant
principalement en Basde foie, Plumets,
Caftors, Broderies en manchettes pour
homme & pour femme & mouchoirs,
Gants blancs & de chamois, Epees
d'argent, Couteaux de chaffe, Cein-
turons de foie & galonR's, Parafols de


95
Souvelles faqons, Bourfes a cheveux
& a argent, riches Cordons & Glands,
toutes fortes d'ouvrages en Pierreries
de nouveau gout Bijoux d'or de toute
efpece, controls du poingon de Paris,
Diamans, Cannes naturelles & Pom-.
mes A poignee d'or afforties, Eventails
riches, Fleurs artificielles, Poudre i
poudrer, Porte-feuilles, Cire a Gra-.
veur & autre, Papier A lettre d'Hol-.
lande, Caves, Tabatieres & Tablettes
de toutes faqons & des plus a la mode,
Etuis A rafoirs & Coutellerie fine de
Paris, Falots, Infirumens de Mathema-
tiques & tout ce qui concern l'arpen-
tage, Cafetierels du Levant, Bras dords,
Flambeaux, Neceffaires, Ecritoires &
autres meubles argentes & d'argent ha-
ch6 en tous genres, Fufils d'Officier &
Piftoletsgarnis en argent, Fouets-d'An-
gleterre garnis en argent Guitares,
Mandolines & Cordes de Naples & de
Rome des plus fraiches, Des d'ivoire,
Tri&racs & autres jeux Tables de
jeux, Secretaires, Tapifferies de pa-
pier avec leurs bordures ,.Moulures
dorees, Encoignures, Cabarets & Ta-
blettes vernis, Glaces Tableaux, Bi-
dets, Seringues & generalement tout
ce qui concern le commerce de Paris;
en outre, un affortiment de Toiles de
Royale, Chemifes fines garnies & non
garnies, Batifles fines ecrues & Linons
fins, Gazes de Paris des plus nouvelles,
Cylindres & Manchons A pied & Chan-
deliers d'un nouveau gou't, Lampes,
Carreaux de verre & autres verreries,
un grand Fleau avec fes plateaux, Gar-
nitures de lits d'indienne, & enfin dtt
veritable Baume-de-vie de la veuve
Lelievre, don't ci-apres fuit par extrait
la declaration autchentique de ladite
Dame, pour indiquer la Maifon dudit
Sieur Vallery, &c. Sa demeure eft au
coin des rues de Conflans & Saint-