Les Affiches americaines

MISSING IMAGE

Material Information

Title:
Les Affiches americaines
Physical Description:
Serial
Publisher:
s.n.
Place of Publication:
Haiti s.n., 1766-1791
Publication Date:
Edition:
Microfilm (26 reels). Negative.

Subjects

Genre:
serial   ( sobekcm )

Record Information

Source Institution:
University of Florida
Rights Management:
All applicable rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier:
aleph - 001894300
notis - AJW9563
System ID:
AA00000449:00003

Full Text















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library








ANNiE 1767. [No l.] I



AFFICHES AMERICAINES.
*- -


Du: Mercre,


S Navires Ma rchandst

Lafrg.'s, le r8 decembre der-
ni, arreSette, de Bayonne, Capit.
Lafargue, venant de Bordeaux.,
A LEOGANE, le 24, l Mee'de'e C.ap..
Goffe venant de la C6te-d'Angole avec
573 Noirs.
A S. MARC, le 27, k Ma.ErhaCde-.
Luxembourg, de Nantes Capit. Tan-
querel, venant du Port-aui-Prince (ce
Navire doit remettre en mer fous. peu
pour fe rendre en France):: le 29,, a
Providence-, du Haivre, Capit.. Morel,.
parti de la Martinique le I~ du m1me
mois : le 3 de ce mois, Ie Solide, de
Bordeaux,: Capit. Viviat,. part le 1o.
novcembre.
Au CAP, le 31, Ie Triton,.de Bor-
deaux, Capit. Coudin,,venant de. la
C6te-d'Or: le 2 de ce monis, la Pau-
line, du Havre, Capit. Rabier.
NA VIRES Marchands en expediUtin.
Au FORT-DAUPHINi ,le Diogene,
Capit. Pannetier, pour Bordeaux..
Au CAP, la. Marquife-de-Brancas,.
Capit. Joffrois, pour Honfleur, & le:
Martinicain ,Capit. Giraud, pour Mar-
feille.
D APA r de NAvires MarcKands.
DE LfOGANE, ie 28 d'cembre ,
Marquis-de-Leyi, Capit'. .Gillet, pour
Nantes. i
Du CAP ,e 4 de ce miois,l Prince.


di 7 Janvier.


^ ; pt .....-' *----^;
de-Rohan-Guemene, Capit. Nicol, pour
Nantes :, e 5 le Comte-de-Provence,
.Capit. Louis Banos, pour Bordeaux:
ce jour, la Goelette le Saint-Jofeph, de
Toulon, Cap. Daflour, pour Marfeille.
Paix des Marchandfes de. la Colonie.
Aux 'CAYES, le' 1i decembrey
Sucre blanc, 45 A 5o 1. common, 40o
a 41l. brut, 20 A 21. Indigo leu, 71.
cuivre A6 1. Caff6, i f. Coton,,
Is o5 1' ', ...
Av PORT-AU-PRINCE, l& 3'r, Sucre.
blanc, 48 Ao 501. commun, 36 a 40 1..
brut, zo a 2z1. Indigo bleu & meld,,
6 L Io f. cuiivrd, 5 1 f. f 5 I C5
Caffr, I6 f. (peu demandd. Coton,
g90 a 19 51.
A.L.oGA.NE, l memeojbur, Sucre
blanc, ,yo i ; commun, 40 1. brut,,
24 Kz5 L Indigo bleu, 61'; Io. f 71,.
cuivre, 5I l;A: 5' f. Caffe nouveau,
;7f. Coton, lr95 zoo1.
A S. MARC le r de-ce mois, Sucre
blanc,. 48.A 5o0., commune; 38 40 1.
brut,, 24 2. 5 1.: Indigocuivre. 5 f. 5
A 51. o f.. Caff1 nouveau,. I5 ~ I6Cf.
vieux, 4 t I1 f. (rare). Coton, i8o0
A 19061..
A CAP, Sucre-blanc, 46. A 58 liv
commun, 30 a 42 1. brut r8 A 241..
Indigo bleu, 7 a 8,1. cuvrve, i LA' 51.
10 f. CaffG nouveau., 16 A, I 6. :d'
vieuV, 14 'i6 f.-Coton, 2o10A i 1
Cuirs, 6 A:9 1. Piafires gourdes,37- )
demi pour I.,,


'; I
~a 1
.1
i

U
r
t
i

i







i


---r~-l*-*~.""c-rcrrrrr~-rr__~-c*l~ 13 1-


euz-~ Y.~h~-r*ur-~..ru.I




'r" -Y~~- -.-1;2-------- ----------. --**---....... _.._. -.____


PRIX des Marchandifes de France.
Aux CAYES, ledit jour 21 decem-
bre, Vin vieux, I801. nouveau, Iz20
i 30 ol.Farinede Moiffac,60o 70 1.
Chandelle, 30 f.la livre. Savon, 1301.
le cent.
Au PORT-AU-PRINCE, ledit jour
It dicembre, Vin vieux, i80 A zoo l.
nouveau, zo a o50 1. de Provence,
6o A 66 liv. Farine de Moiffac, 70 a
80 1. de Normandie, o5 a 6o 1. Chan-
delle, 22 f. 6 d. a 25 f. la livre. Petit-
fale, 27 a 30 1. 'ancre. Huile de Pro-
vence, z i a 241 'la cave. Savon, 90 1.
.A LEOGANE, le meme jour, Vin
vieux, I80 1., nouveau, 150ol. Farine
de Moiffac, 75 a 801. Savon, 9oa 95 1.
A S. MARC, ledit jour z de ce mois,
Vin vieux, 6o i 180 1. nouveau, 13 2
i I50o 1. Farine de Moiffac, 70 1. com-
mune, 66 1. Boeuf, 60 a 70 1. Ie baril.
Beurre, z0 a 5 f. la livre. Petit-falk,
30 liv. J'ancre. Huile, 30 1 la cave.
Savon, I Io I 2o 1. ie cent,
Au CAP, Vin vieux, 140 a i80 liv.
nouveau, 1oo a izo 1. Farine de Moif-
fac, 66 75 1. commune, 42 a o50 1
Bdeuf, 6o a 70 1. le baril. Beurre, I
S16 f. la livre. Petit-fal 27 a 30 .
l'ancre. Huile, 2z a 421, la cave o Savon,
9 A i oo 1. le cent.
COURS DU FRET.
Aux CAYES, Sucre, 14 A 16 den.
Indigo & Coton, 30 A 36 d. Caffe, 20
S24d.
Au PORTr-AU-PRINCE, Sucre, 12z a
14 d. Indigo, 24 d. Caffe & Cacao,
18 A z d." Coton, 30 d.
A :LtGANE, Sucre, 12. A 3 den.
Indigo i 24 d, Caffe, 18 d. Coton, 42
A 48 d.
A S. MARC Sucre, 12 2 5 d. In-
igo0,A30 6d. Ca3ff, 1l d, Coton,
4% 5'o d,I


i


Au CAP Sucre blanc, iz d. brut,
14 a 15 d. Indigo, 8 a 24 d. Caff6,
15 a 18 d. Coton, 24 a 30 d.
Mo T s.
Mde. Lafory, Habitante A la Grande-
Colline, dependance du Fort-Dauphin,
y eft morte le 30 du mois dernier.
NEGRES MA RONS.
Au FORT-DAUPHIN un Negre
Congo nomme Jacques fe difant
appartenir A la fuccefion du Sr. Ma-
geau, vivant Tailleur d'habits, en cette
Vilie; un petit Mulatre, nomme Louis,
etampe fur le fein droit DEGEN, fe
difant appartenir a M. Dumas, Offi-
cier au Regiment de Quercy.
AuCAP un Negre Tiamba, nom-
me Martin etampe fur les deux feins
M, fe difant appartenir A M. Ganin
habitant au Dondon ; un Negre Congo,
nomme Antoine tamper CHAPDU
&au deffous AU CAP, fe difant ap-
partenir a M. Chapdu N6gociant au
Cap; une N6greffe Mina, nommee
Florentine etampee fur le deux feins
BAILLY fe difant appartenir au Sr.
Batane demeurant en cette Ville; un
Negre Creole, nomme Louis fe difant
appartenir A M. Moreau habitant au
Fort-Dauphin ; un Negre Mif6rable,
nomme Michel fe difant appartenir au
Sr. Jean demeurant auffi au Fort-Dau-
phin; un Negre Crdole, nommi Aug!f-
tin etampe fur le fein gauche LMP,
Age d'environ 24 ans ,taille de pieds
i pouce, fe difant appartenir AtMde.
St. Martin habitante au Grand St.
Louis.

NOUVELLES D'EUROPE.
I T A L I E.
Le grand nombre de Chapeaux qui
vaquent dans le Collge des Cardinaux,


F







I i

'1

i


i:ii

/'










done lieu depuis long-temrs a diverfes
conjectures. Dans un Confiftoire fe-
cret, tenu le 2 i juillet, le Saint Pere en
a crte deux; & a cette occasion, Sa
Saintete a adreffe au Sacr' College le
difcours fuivant.
n Venerables Freres; les befoins de
o ce Sige Apoftolique demandant que
nous penfions firieufement A remplir
les places vuides de votre College;
en attendant que la bonte divine faffe
naitre des conjon&ures plus favora-
bles pour fuppleer entierement ce qui
o manque A votre nombre, nous avons
refolu d'entamer au moins 1'execu-
u tion de ce project au commencement
de la neuvidme annee de notre Ponti-
ficat, en vous donnant deux Colle-
gues qui font Jean-O&ave Bufalini,
W Archeveque de Calcedoine notre
Majord6me, & Jean-Charles Bofchi,
Archeveque d'Athenes notre Mai-
tre de Chambre. &c. .
La Congregation des vivres s'affem-
ble journellement, & s'occupe des mo-
yens de prevenir la difette de grains.
don't 'Italie eft menace ; fleau d'au-
tant plus A craindre que la rdcolte a
manque cette annee dans. tout 1'Etat
.Ecclefiaftique : cependant on fe flatte
que les grains ne front pas A un prix
exceffif, attend que la moiffon a et.
fort abondante en Efpagne, & que par
cette raifon,les Nations qui pouvoient
avoir concu le project d'approvifionner
ce Royaume, fe porteront A prdf6rer
r'talie..
ALLEMAGNE..
Le 14 aofit dernier 'Empereur
donna,avec les ceremonies ufitees,aux
Plenipotentiaires du Cardinal Prince
de Rohan.. Prince-Eveque de Straf-
bourg, 'inveftiture de la Principaute
de cette Ville1

'"" -- -- r_. ^.... .


On made de Hambourg que les
levees pour l'Angleterre, s'y font avec
tant de fucces qu'il n'y a rien a faire
pour d'autres enrbleurs. Les Anglois
donnent dix lives fterlings d'ehgage-
ment dix fchelings argent courant
de Hambourg pour I'entretien jour-
nalier, & ununiforme tres-propre.
HOLLANDE.
L'augmentation des Troupes de la
Republique jufqu'a 5o mille hommes,
doit avoir lieu Phiver prochain. Les
perfonnes qui paffent avec raifon pour
etre le plus au fait de ce qui concern
cet arrangement, s'accordent A le don-
ner pour certain. D'ailleurs la nom-
breufe promotion que le Prince Stad-
houder a faite dernierement, peut en,
etre regarded comme une preuve anti-
cipee. Notre Republique cherche A fe
fire autant d'amis qu'il y a de Puiffan-
ces A port6e de favorifer ou de traver-
fer fon commerce, force unique de fa
profperite. Depuis le renouvellement
des ancient traits avec la Regence,
d'Alger,; & la ratification qui en a et6
faite, mwme de 'article f6pard dontles
Capitaines de Beer & de Bruck toient
convenus avec l'ancien. Dey ii eft
beaucoup question d'un autre trait de
commerce & d'amitie avec l'Empereur
de Maroc; & l'on croit que fon Ambaf-
fadeur qui eft arrive Amiterdam de-
puis peu, a ordre d'y mettre la derniere
main. Tousles amis font bons, quand
ils peuvent etre tiles ; & il. n'y a
gueres de Puiffances de qui nousptuif-
fions retire plus d'utilite que de cells
d'Afrique, finon par Ie bien .qu'elles.
nous font, car ce n'eft pas A quoi elkes
s'engagent par les traits d'amiti6 qu'el-
les font avec nous ; mais du moins
parce qu'elles daignent ne nous point
fire de mal, & qu'elles nous laifcjat


;;- mvramr~-------- --r-FI-~-~..lll~~rra-r-u-*lr~-lr*rrrr~




. .-._ .



II
_ ___ ^_ __ .. __F,.1._________ ~_'.J ^ ~i,, iii,^;^,;i j ;'? "''' .i ~' ^V -= J n -u. ., ." ^ ^ ^
.. . _. _ __' -
i,,


4
jouir de ia liberty de naviger thr la
Mediterranee, ot ii leur eft auffi aif6 de
nous molester ou de nous gener, qu'il
nous eft important d'y^&tre exempts de
vexation & de gOne.
ANGLETERRE.
Parmi les grand nombre de refle-
xions fatyriques qui ont paru centre le
Comte de'Chatham, on a remarque
un parallel de ce Miniftre avec le ce-
lbre M. Pulteney enfuite Comte de
a-th, qui ceffa d'etre patriot des
qu'il fut decoredu brilliant titre de Pair.
Le Peuple qui fuppofe que les memes
caufes produifent toujours les memes
effets,n'a plus la mnme confiance en M.
le Comte de Chatham qu'il avoit en
M. Pitt: il fe persuade qu'il n'y a plus
rien a efpirer de fon patriotifme; com-
nme s'il 6toit impoffible d'etre vertueux
& patriotique, apres avoir paffe de la
Chambre des Communes A la Chambre
Haute.-Cependant les perfonnes qui
.connoiffent le genie de ce Minfire,font
perfuad'es .qu'aucune consideration
-n'eft capable de lui fair perdre de vue
jes interets effentiels de fes compatrio-
tes,malgr6 'attention qu'il apportera a
ce qu'on ne bleffe point I'honneur &r
les prerogatives de la Couronne.
On*attend inceffamment a Londres le
Stadhouder ce qui paroit confirmer le
bruit qui s'eft repandu que ce Prince
epoufera la Princeffe Loufe fceur
du Roi.
On a eu avis de Penfacola qu'il y
eft arrive fur deux Navires 164 Colons
Allemands venant d'Altena & de Ham-
bourg,pour s'etablir fur les terres de
Mountford Brown, Ecuyer, Lieute-
nant au Gouvernement; & qu'on y
attendoit un grand nombre d'Emigrans
du Nord de 1'Irlande.
p n Baronet de cette Ville eft all


en Ecoffe pour engager trois cents
Montagnards A s'.tablir fur les terres
qui lui ont ete concddees dans la Flo-
ride Orientale ; & i fe propofe de leur
fournir 3000 negres qui font indifpen-
fablement neceffaires pour foutenir
l'entreprife.
Extrait des Papiers Anglois.
La plupartde nos Colonies ont ete
decouvertes prefque dans un meme-
terns, qu'on peut appeller Nl'poque des
enireprifes. Elles font parvenues a leur
etat atuel par diffirentes gradations.
Les Colonies meridionales mieux
connues fous le nom d'Indes occiden-
tales, ont ete fondees en effet les pre-
mieres, & elles ont faith des progress
beaucoupp plus rapides que les Colo-
nies feptentrionales. Elles portoient
naturellement des produaions qu'un
heureux concours d'evenemens a ren-
dues tris-avantageufes aux Colons,
& don't le revenue de la nation a tire ua
parti confiddrable.
Le fucre ,le gingembre, 1'indigo ,
quelques spices, beaucoup de drogues
& diffirens autres articles de moindre
confluence, products des feuls climates
chauds & par 1 tres-eftimes dans les
climate feptentrionaux ont procure
de grandes richeffes.
STrois articles dtrangers,dont chacun
demandoit une grande confommation
de ficre, ont ete introduits en Europe
prefque dans le meme teams que le
fucre lui meme a ete decouvert. De
P'hmifphere occidental nous eft venu
le chocolate, & des pays orientaux le
the & le caffe: or, que font ces trois
articles fans fucre & quels font les
gensde quelquetat qu'ils foient qui
croient devoir fe priver de Plufage de
ces denrees ? II eft inttile d'entrer dans
un detail minutieux de plufieurs autre4


1 I

i
.1.4;
r -
I,
i

"i

' I


*' ,
i


j^










causes fortuites qui ont contribute A
multiplier les demands des produc-
tions des Indes ..occidentales.
Les Colonies feptentrionales du
continent, quoique fonddes prefque
dansle m6me.tems, ne firent que des
progres tres-lents. Dans ce pays le fol
force par le travail, produifoit bien la
fubfiftance neceffaire A fes Habitans,
mais il ne leur procuroit aucun bien-
Atre, & c'eft A leur travail que ces
Habitans doivent leur fante, leur vi-
gueur & leur accroiffement. L'accroif-
'ement d'un Peuple ajoute a fon induf-
trie; linduffrie augment le bien-etre
d'un Etat : les effects font fenfibles,
mais les caufes n'etant pas frappantes,
elles &chappent attention du vul-
gaire. C'eft ainfi que l'Amerique fep-
tentrionale inconnue en grande parties
de fa Metropole, meprif6e maltraite
& oprimee par 'opulence des autres
Colonies, a fait des progres d'un pas
ferme quoique lent : c'eft ainfi que
croiffant toujours avec toute la force
dela jeuneffe, ille eft devenue notre
.appui pourle prdfent & pour lavenir,
i'efpirance de l'honneur & de la force
de fon ancienne Metropole. Voila le
point de vue fous lequel lPAmerique eft
envifagee par ceux qui font le plus a
portee de connoitre PFtat a&uel de
1'Empire Britannique; objetbeaucoup
au-deffiusde 'intelligence du commune
-des homes.
Vers 'annee 1732 les Habitans des
Indes occidentales, jaloux d'un com-
merce que les Americains faifoient
avec eux & avec les Ifles 6trangeres,
& qui promettoit :beaucoup, obtinrerit
un afe du Parlement qui 'ann6antit,
pour ainfi dire. Aolrs les Americairis
feptentrionaux etoient un Peuple pref-
qu'ent~erement inconnu, nombreux,
A la verit ., mais pauvre. ls pou-


violent ipelne player quelques agens,
& ceux-ci etoient pour la plGpart des
gens obfcurs, prefque fans credit & que
rien n'animoit A plaider avec ardeur
devant le Senat Britannique, une caufe
du fucces de laquelle dependoient leurs
interets les plus chers, & la propriety
commune de leurs commettans ; de
forte que les Infulaires gagnerent tou-
jours leur caufe contre les Americains
feptentrionaux. I1 n'y a que trs-peu
d'exemples oil lajuftice national & le
bon fens Fayent emporte fur les forces
reunies de lariftocratie des Indes occi-
dentales,dont les Habitans fe croyoient
en droit de pretendre une double pre-
ponderance comme Membres de la
Chambre des Communes, & comme
un Peuple qui poffide de grands biens,
tant au-dehors qu'aux-dedans de fon
pays. Aujourd'hui les Americains fep-
tentrionauxdevenus plus puiffans a tous
regards qu'ils n'etoient, balancent pour
le moins ces forces, croient avoir un
droit egal, le difcutent avec cette fer-
meteque l'amour de la liberty infpire a
tout Anglois, & font ecoutes.
FRANCE.
Pendant Ie fijour de la Cour a Com-
piegne, on s'eft occupy a Verfailles A
reparer les monumens qui y exiftent.
II y avoit fur le haut de la Chapelle une
efpece de dome qui fiurchargeoit la
voute: on y a fubftitue des ornemens
plus ldgers analogues au genre de
l'edifice & tres-fatisfaifans pour le
coup-d'oeil. On a retabli & embelli les
jardins, nettoye les ftatues de marbre,
remis en couleur celles de bronze,
refait A neuf la plupart des baffins, en
particulier les deux grands qui avoifi-
nent la terraffe. La nouvelle Salle de
Speftacle eftdigne d'admiration; piece
qui manquoit i ce magnifique Chateau.


1___ -*~-CII~--h~-09CI~L---L-CII ----CII X*


- !--U~~ ~


!
_











Deux Gardes du Corps du Roi,
Fun en pied, l'autre forti de la Com-
pagnie depuis deux mois, ayant eu
quelques dim&les, fe rendirent au Bois
de Boulogne pour les vuider. Lorf-
qu'ils y furent arrives 'un d'eux,
fans attendre que l'autre fe fcit mis en
defense ,lui porta un coup d'epe; ce
qui ayant juftement excite l'indigna-
tion du bleff celui-ci tomba avec
fureur fur fon adverfaire qui fe voyant
preffe lui cria qu'il y avoit quelqu'un
derriere lui : ce faux difcours l'ayant
engage a turner la tete, Ie tache en
profit pour lui tirer un coup de pifolet
qui le bleffa a la joue. Mais malgre les,
deux bleffires iaffaffine outre d'un fi
infame procedd, fauta au collet de ce
malheureux, le terraffa & le difarma.
Sur ces entrefaites arriverent, pres
d'eux des. gens quiavoient ete temoins
de ce qui s'6toit paffe. La Marechauflfe
furvint & les deux champions furent
arretes. L'affaire portee au Tribunal
des Marechaux de France ,celui qui a
voulu affaffiner fon camarade; & .qui
s'et fervi du piftolet, a tti jugi fou;
en conf6quence comdamne a etre ren,
ferme le refle de fes jours A Charenton;
1'autre'a e6t renvoye A foa Corps pour
y continue fon service.,
Les procedes humans que le Roi de
,Maroc avoit tenus. envers lesprifon-
niers de la malheureufe expeditionde
Larrache, & les marques qu'it avoit
donnees de fon attendriffement fur leur.
fort,-n'auroient pas laiff6 foup9onner
qu'il dut mettre A leur rachat, des con-
ditions Africaines. I1 l'a fait cependant,
felon ce qu'on apprend aujourdhui;,
il n'en veut laiffer partir aucun qwe
tous nefoientrachetesenmeme teams ,
& le moindre prix qu'il y met eft de 18
nille liv. par tte ; d'oi il faut conclure
que 'attendriffement pour es malheu-


reux, & le d6fintereffement, n'ont
pas chez les Barbarefques la meme
connexite ..qu'ils ont ordinairement
ailleurs.
La vieilleffe ne peut ralentir l'a&i-
vite d'efprit de M. de Voltaire. II vient
de mettre aujour un, Ouvrage qui a
pour titre: le Philofophe ignorantt: Tout
ce qui fort de la plume de ce grand
homme eft re'u du Public avec autant
d'empreffement que de fatisfafion;
& fi ee dernier Ouvrage n'a pas 'ap-
plaudiffement general, A caufe de cer-
taines affertions dans. lefquelles M. de
Voltaire paroit conflamment perfifter,
on ne peut refufer fon admiration
A la fuperiorite de fes talents, lors meme
que I'on croit pouvoir contredire fes
opinions..
A M RI Q U E.
Du Cap, le 7 janvier 7767..
11 feroit beau de voir ecofuer une
annee ou tout fe paffat au gre de nos
defirs & a I'avantage common de 'hu-
manite ;, oi le Ciel ne verfat que de
falutaires influences; oh les faifonsbien
reglees diftribuaffent leurs dons avec
une economic mefuree fur les befoins
des hommes:- une annee of Ile vent,
fansorages & fans temp&tes, ne fouf-
flat que pour rafraichir & purifier
Pair, fertilizer la terre, favorifer les,
voyages de mer: une annie, oille feu,
tou ours allume des mainsde la circonf
pe&ion ne fournit point par d'imp&
tueux & funeftes efforts d'horribles.
embrafemens A decrire & des ravages
ruineux a dpplorer : une annie, oh la
mort ne frappant que des tetes perni-.
cieufes ou urann es & mtires pour le
tr4pas,, epargnat toutes les autres, &
:fur-tout cells qui par leur rang ,par
leurs vertus, par leurs talens par leurs.
bienfaits font la gloire, 'ornement,


- LI:


~--~----7"-~--~ii~c
i---


I-----I~-


- ----~--L--- -----
~_. ~~-~-----~-Jc~L~
--'~~~-'----`~;~------ ------~-.---n~c
------









la fCirete & le bonheuir de la focite6:
une annee oii 1himen ne fit que la joie
de ceux qu'il unit, des families qu'il
allie, des Etats & des Nations don't il a
voulu concilier les interests, prevenir
les difcordes, cimenter la paix & reffer-
rer 'union par de nouveaux noeuds:
une annie, oh chaque homme trou-
vant dans fa profeflion une reffource
affuree dans fesbefoins, n'eut qu'A vou-
loir lexercer pour en recueillir les
fruits juftement merits: une annee,
oh les homes fe rendant justice eux-
memes, euffent en horreur les efforts
de la monftrueufe chicanne & de l'af-
freufe difcorde ; ohi les allarmes de la
veuve ,de 1'orphelin & du creancier
16gitime fe transformaffent en allegref-
fes; oh les Magiftrats n'ayant rien a
r6primer, euffent la douce fatisfafion
de n'etre fpetateurs que de la bonne
harmonies: une annee qui ne laiffat pas
entrevoir aux Peuples la moindre ap-
parence qui put leur rendre douteufe
la duree du bonheur don't la paix les
fait jouir: une annee enfin, don't on
n'efit que du bien a dire, oh tout fe fit,
comme chacun croit qu'il doit fe faire;
oh toutes les entreprifes louables euf-.
fent un heureux fucces & oh l'on ne
reuffitmal que dans le defir de mal
fire. Mais l'annee 1767 feroit trop
favorablement & trop fingulierement
diftinguee de toutes celles qui I'ont pre-
c'dde, a computer depuis l'origine du-
monde, fi elle faifoit jouir le genre hu-
main dune. fhlicite ,fans melange. Le
fiecle d'or eft une chimere podtique;
il n'y en eut jamais aucun qui meritat
ce nom, dans le fens que les Poetes y
attachent &par la. reality du bonheur:
ddntils nous font des peintures fi rian-
tes. Dans aucun fiecle aucune annee:
difons plks; dans aucune annee aucune
faifn; c'eft trop peu dire encore dans


7
aucune faifon, iiacun jour ne fit ni
pour tout le genre human, ni pour
toute une Nation ni pour tous
les habitans d'une feule Ville, pas
meme pour tous ceux du plus petit
Bourg, du moindre Village, un jour
reffemblant A l'ide qu'on nous donne
de ces beaux, de ces heureux jours qui
felon les fiftions poetiques com-
poferent le fiecle d'or. L'Hiftoire
ne connoit & ne prefente que des
fiecles de fer, & que des annees de fer
dans chaque fiecle; il n'eft meme point
de fidcle, point d'annee dans aucun
fiecle, qui ait plus tenu de la nature
de fer ,que les fiecles & les annees oi
l'or pris dans un fens moins beau,
mais plus veritable que celui que les
Poetesy attachoient, a ete plus eftime,
plus accredited & plus recherche. L'an-
nee 1767 ne pouvant etre exeptee du
nombre de ces dernieres, on ne peut
efperer qu'elle en foit diftinguee par
Exemption des maux qui affligent le
genre human & par la reunion des
biens 'qui peuvent le rendre heureux.
Dans ce melange fucceffif & amais in-
terrompu de bons & de mauvais edv-
nemens que le teams & les paffions'
dans leur course trainent A leur fuite,
& qui paroit &tre dans 'ordre de la na-
ture & des chofes, que refte-t-il, finon'
de supplier le Ciel qu'il daigne du
moins detourner les fleaux fubits &'
extraordinaires don't pluiieurs Pays ont
eti affliges 'annee derniere. Que dtr
refte, la tranquillity qui paroit regner
en Europe ne foit pas un came trom-
peur. Que toutes les Puiffances qui
ont jure la Paix, perfiftent conftam-
ment dans la fincre difpofition oti Elles
paroiffent etre de ne pas l'enfreindre.
Qu'elle dure cte ucecette duce, cette aimab
Paix, mere & produarice de tant d'au-
tres biens :que durent ,avec elles 6


- mxp.-ian~nr~-m,~-nc~nnrara~F"r*-m~l-r ~










que s'accroiffent de plus en plus dans
fon fein, les progress de 1'Agriculture,
du Commerce & des Arts.

S P E CT AC LE S.
Le Sieur Clofet donnera remain une
premiere Reprefentation de Pourceau-
gnac, Comedie en trois Afes & en
profe de Moliere. Cette Piece fera
faivie de la Profanation du Chenefacre,
ou le Druide venge par Jupiter grand,
Ballet m&ehanique, pantomime, &c.


AVIS DIVERS.
Le premier Journal de St;. Domingue pour la pre-
fente annee,ne paroltra qu' la fin de ce mois; le second,
le I8 fivrier & dans Ia fuite il fera diftribu ,. comme
ci-devant, le premier mercredi de chaque mois. Ceux.
qii voudront fe procurer la Colle&ion de Pannee
erniere, en s'abonnant.pour celle-ci,. ne la.payeront
que 66 1.
Mrs. les Creanciers de la fucceffion de feu M.
Allain,, Confeiller au. Confeil Superieur du ,Cap,,
font pries par M. Rimbert, N6gociant, Syndic de cette
dire&iony de vouloir bien fe trouver jeudi 29-courant,
huit heures du miiatin., en l'Etude de Me. Delan,. No-
taire, pour y d'libbrer fur les affaires concernant
ladite dire&ion, & notamment fur Foperation ic rap--
port de MrsJ.es Commiffaires en vertu de larr.ete fait
par ladeliberation du 9 oAobre de l'annee deiniere ;
attendui que t'affemblde convoquee au 30 decembre.
dterxier :'a. pas. eu lieu.
Le Sr. Lemattre done avis qu'iltraite les Chevaux
des maladies tant externes qu'internes leur adminif-
tre des remedies quileur procurent uneprompte gueri-
fon, les.coupe avec autant d'habilete que de free ,
lqs'feigne &c. outre cela il les dreffe la fatisfation
des cavaliers. Son.Adreffe eft chezle Sr. Lano, Aub.er-
giffe 1'Embarcadaire de Limonade.
NAVIRES. EN CH.ARGEMENT.
M. Gilbert, Commandant la Flute l'Elefant, de-'
firant s'expedier promptement pour Nantes ,; la Ro-.
chelle, ou Bordeaux par preference, donne avis qu'il
prendrai dufret: pour cefdits Ports a deux deniers- au-
.deffous, ducours;,ilfera la condition, meilleure a ce.ux;
qui chargeront une forte quantity :. iliprevient les,
.perfobines qui voudront y charger, que le Roi lui a'
fre'tecette Flute pour un an, & que c'eft a lui feul
qu'on aura affaire, avec recours en cas d'avaries ,
come on- a fur les Navires Marchands ; on offre
vmame caution: s'il: eft neceffaire. On. s'adreffera A,
mondit Sr.Gilbert- a fon Bord, ou aMrs Courrejolles
&'-F'refiir au Cap.,
Le Navike:lt'Etoile-du'- Nord ,;du; Hayre Capitaine
'ierre-Amnbroife VeillNrd, eft a&uellement en. charge
fur Il&.ade diu ap,, &partira pour-f6n Portdu. io au
Ij.feVrier-pr chain. Ceux rqui, voudront y pafferou y
hliarger ,,s'adrefferont audit Capitaine en lon Magafi
r is' Yi kyQ 6aveInenionv, au Car.


Le Navire Almab, e-lJeanhe, de Bordeatix, Capfltt
Lacroix, du Port de 380 tonneaux, partira pourledit
lieu du 15 au 2o f-vrier pour le plus tard. Ce Navire'
eRf tout.neuf &a beaucoup de-logement pour les.Paffa-
gers. Ceux qui voudront y paffer, s'adrefferont audit
Capitaine', chez M. Chapdu, au Cap.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Le lundi 14 fevrier prochain, A la Barre du Siege du;
Cap, une Habitation fituee A la Montagne-Noire,.
Quarter & Paroiffe de la Grande-Riviere, dependant
de la fucceffion di feu: Sieur Pierre Bouyer,. confiftant.
en 70 quarreaux de.terre ou environ & fur laquelle
il y a 20 mille pieds de caffe en affez bon e'at.
-Almanachs. de Cabinet pour l'annee 1767 ,- fur ,car-,
tons decoupes & enlumines ,fur cartons fimples &
autres fous verre en cadres dores,& noirs. A l'Impri-
merie Royale.. i
'Excellente Encre.luifante ,, chez le le Sieur Chagal,,
Marchand au Cap Place Notre-Dame, maifon de"
Madame Troishenry.. II compofe auffi une:pierre, en:
faqon de cornet portatif, de laquelle moyennant une-
goute d'eau commune-, on tire de tres-bonne encre..
Un parti de Bois de Camp&che de laCargaifon du;
Brigantin le Ferme, Capitaine Jean Lacroix. On s'a--
dreffera audit- Capitaine chez M. Joyeufe,- ouIchez:
Mrs..Thuron.freres Ngocians au, Cap..
Un Bouriquet, deux Bouriques & une petite Aneffe..
I faut s'adrefter a Ma de Bafeville, Negociant au Cap,,
rue Saint-Laurent..
A BAIL. OU A-. LO O UER.
Appartement dans une maifon fitu6e au coin.de la
rue Saint-Domingue, pres la Place Notre-DIme, au:
Cap,. confiftant en une. chambre, cabinet ,:. galerie ,.
cuifine,.cour & puits.. On s'adreffera a M., Valery,.
demeurant dans ladite maif6n. On trouvera clezlui,,
par continuation., toutes fortes.de.marchandifes nou--
velles de Paris.
Uh Negre ag&d'environ 26 ans', bon fellier & tres-
en etat de raccommoder. A neufune vieille voiture
ainfi que-les harnois:,, alouer.ou A vendre; amiablee.
On s'adeffera a M. Guibert, Negociant aur Cap, rues
Peenthievre & Notre-Dame, A.qiti.ce Negraeappartient.,
E.S cLAV ES :E.N. Mi.ABON.AG..E..; '
Deux Neg.res de P'habitation, Perreau. au. Dondonri
'un Congo, nomnie Manuel age'de 40 ans.etampe P ;
1'autre Creole ,:nomme Jean-Pierre, ag6 de i3ans ,
fans. tampe. Madame Perreau ,. qui.ils appartiennent,,
prie ceux qui les reconnoltront de les faire arrter &.
,de lui.en donner avis,.ou.a.Mrs. Lalne..freres :Nego..
cians au. Cap..
EFFECTS P-ER-D-VS.
II a et' vol, aux Rofeaux dependance de St. Marc,,
un.Cheval bay-chaudronnier,. ayant le.dbs de carpe,.
face blanche,, e'tampe du c.te du, montoir PB.,Ceux,.
qui en auront connoiffance font pries d'en donner avis.
au Srt.Morin ,.Marchand A St. Marc..
SUne Mule poil fouti, & un Mulet pbil rouge ,.6tam,.
pes ED, ach-etes nouvellement de lEfpagiol,.fe font
fauves del a favanne de Mde. Gravi'; a Limonade. Ceiuxi
qui en:auront connoiffance,,font prids d'en donner ay.is.
SM. Dufrefne D'upontbriand, d'etheurant a Limoapade.
": : A-'e ernt~fp 'fi i.. -

Av CAP, chez Marie, Tinprimeur bre'vete du RQii
pour tr /le .le Saint-Dm minuo ,


;~---~"--C-r~ll---I~--crCPa~-CCII







AniuE 1767. [NP. .]


ES


AMERICAINES.


Mercredi


14 Janvier.


- JL~rWI-C-- I ,-- -r ,fl


AdRRI E de N 'res Carchands.

A ux CAYES, e %6 decembre der-
ier, le Moncaran, des Sables-d'Olonne,
Capit. Colinet.
Au PORT-DE-PAIX le y de ce
mnois, le Senau Ie Marquis-de-Barban-
6on, de Dunkerque, Capit. Saujon,
venant de la C6te-d'Or avee i 1i Noirs.
A LEOGANE le 6, le Saint-Jean-
Baptifle, de Nantes, Capit. le Cheva-
lier Houet, venant de la C6te-d'Angole
avec 5 65 Noirs.
Au PORT-AU-PRINCE, le 7, ta
Catherine, de Marfeille ,Capit. Paris.
A S. MARC ,le 9, la Sevre', de Nan-
tes, Capit. Giraud, parti le 23, no-
vembre..
Au CAP, ke i o, e Boutin, d'Hon-
fleur, Capit. Saurin, part le 17 oto-
bre, ayant relSche en Angleterre le
r le Duc-de-Choifeut, de Nantes,
Cap. Samoual, parti le 233 novembre:
leI m., le Rollant, d'Honfleur, Capit.
Pierre le Lie're, part dudit lieut la
fin du mois d'aoit dernier, venant dut
haut de ta C6te-d'Or avee o9 Noirs,
A ifadreffe de M. Barabe, Negociant,
pres l'ancien Gouvernement, qui en
ouvrira la vente vendredi prochain.,
NA VIRrES Marchands en expedition.
Av CAP, I'4if, Capit. Rofain,
popr Bordeaux.,
D PA Rx de Navlres Marc/hands.
pl PPaRTAU PRINaEC, I 8 de ce


mois, les Bons-Amis, de Nantes, Cap.
Guichard, rentre par relIche le 3 1 de-
cembre precedent, avec fon gouvernail
rompa.
Du CAP, e o de ce mois, te Grand-
Alexandr de Saint Malo, Capit.
Chauchard la Vicompr6 pour Bor-
deaux, & lesDeux-Freres, Capit. La-
combe, pour Marfeille : le ix les
Deux-Freres, Capit. Br6mond, pou,"
le Havre.
PRIX des Marchandfes de laColonie;
Au PORT-AU-PRINCE, le 8 de ce
mois, Sucre blanc, 48 5ol1. commune
36 40 1. brut, o2 A z 1. Indigo bleu
& m^1l4, 61. io f. cuivr6, 5 1. Iof.
S1. 5 If. Caffe, 6 f. (peu demnandS).
Coton 1i 9oA I. 91.1
A LiOGANE, eItm~ meljour, Sucre
blanc, 48 5o1. commtin, 36 A 401.
brut, 22 a 23 1. Indigo bleu & mal.,
6 1. io f. cuivr6e, 1. 1I f, i1. 1. xf
Caff& nouveau, 16 f. Coton, 190

A S. MARC, le 1o ,'Sucre blanc, yd
a 551. common, 36 A 461. brit, 2+4
A ~ 1.. Indigo bleu, 7 1 a 7 1 rb f. cui-
vre, 5 1. iof. 5 1; y f. CaffT h6uveau,
16 f. 16 f. 6 den. vieux, r4 i if.
Coton, r9o A zoo 1. Piaftres gourdes.,
36 pour ioo ;i
Au CAP, Sucre blanc, 46 4 8 livr
commune, 30 4T 1. brut,' r8 z2s 1.
Indigo bleu, 7 L. 5 f i 71. i5 1 cuivrd,
j1. L i$ fa 1. Carffe nouveaun ixf6








A 17 f. 6 dl.vieuix, .4 1 if. Coton,
z2.o z zo 1. Cuirs, 6 A 9 1. Piaftres
gourdes, 37 &.demi pour oo.
Parx des .Markand/ifs de France.
Au PORT-AU-PRINCE, ledit jour
de ce mois, Vin vieux, 8i 8 z2oo L1
nouveau, 2zo a I5oL de Pgrovence,,
6o0 66 liv. Farine de Moiffac, :70 A
8p 1.. de Normandie,5 o,.: 6o L .Chan-,
delle 2z2.. 6 d. A '5 f. la livre. Petit-.
fale, 27 3o 1. l'ancre.. Huile de Pro-,
vence, i a 241. la cave. Savon, 901.
le cent.
-A ,LOGANE, le m me jour, Vin.
vieux, i880 1. nouveau, 1.5o0 Farine
de Moiffac 70 75 1. Savon 90 1
A S.'MAR-C ledit jour xo, ,Vin
yieux, 170 180 1. nouveau, 15o a
x60 1. Farine de Moiffac, 75 A 851.
commune, 5o A 6o 1. Boeuf, 60 A 70 1.
le baril.: Beurre, 20 f. la livre. Petit-
fal 30 A 36 1. 1'ancre. Huile, 30 a
36 1. la cave. Savon, ioo 0 azo 1i.
Au CAP, Vin vieux, 15o A-18o liv.
nouveau, 11 o 1301. Farine de Moif-
fac, 66 A- 70 L :commune, 4 "' 45 1.
Bceuf, 66 A 751. le'baril. Beurre, 13
i :5 f. la livre. Petit-fale, 30 A33 1.
J'ancre. Huile 2A4z lacaVe.,Spon,
.o ai ooLp.le gent ,
Couy iS:: D FRET.
SAu PORT-AU-PRINCE, Sucre, .. '.
4 d. i~igo, 4, ,4x taffe.:: Cacao,
r8,a gd. ton l 3o. d.,
A,.. 1+4p OGAN Sucre.: rasli 3.den.
Indigo .~C af ,. id. Ceotpn, 42

A S. MARC,, S e:, re,.
Aigo, 30oa 36 d. Caff6, i Ctqit0
42 19 4 *,. 4: ik > ., V
-Ay CA ,i Su.cre, b -anc, 4 2, zd.ubrmut.
a4 a" :L5d gIndig, o'. 2 Caff
T 4 \3 1: 4 .
l 3 9,Ea~~~lf ~ dibbti


MOR TS .,
M. Ringeard, Habitant h la CoUpo..
a-Dayid, y eft mort h la fin du mois
dernier :ll &toit natifde;Naintes. /
M. Jeanz-Frangois Bouc ice nomme
par M. le Comte d'Eftaing Comman-
dant honoraire de 1'Acul & Camp-de-
Louife, Habitant dans ce dernier Quar-
tier, y eit mort le 8' dq ce mois, age
d'environ 4Z ans. ,
N.EGRES ,MA RONS.
AS. MARC un Negre nouveau,
de nation Congo, 6tampe fur le feia
drioit L RADOV,)fig( d'environ z25
ans, taillede 5 pieds i pouce ;un Negre,
Congo, nomme Jafon, tamp6 fur le
fein droit H PEIRE ST. MARC, age
d'environ 28 ans, taille de 5 pieds 4
pouces.
Au FORT-DAUPHIN, tin Negre
nomme Adren etampe fur le fein
gauche GARAT, & plus haut GTC,
fe difant appartenir a M. Baudin; ua.
Negre nomme Thomas, etampe fur le
fein droit HAY; un Negre Nago,
nomme Pierre, etamp fiur le fein droit
E, & fur le gauche d'une marque ef-
pagnole, fe difant appartenir au Signor,
Have ,v Efpagnol; un Negre Creole,
nonmm Jacques fe di4nt appartenir
h M. Leconte Habitant au Li-be6.
Au CAP une Negrefie oiouvelle,
de n tio1 30.g, A .ge d'environ 20
ans ; enue -N effgre Cr e ,,, nommiee
a nnAe ,- .tampe. fur e lfein gauchei
GERYVAISE e difant, appartenir .Mi
Bouche',,Habltant a Limonade; ui Ne.-,
gre Creole, nomm Antoine, etampe
fur,, e ten., auch PIFGEOTT & au
de'ffoais A CA-P, fedifint appartenir
I Ma Pigeot 'Pdcureitr en cette. Viie;
un Mulatre, nomme Michel, fe'd Vfant
apparteinir 'an Sr. CaflaUdby CharpeA-
I tiU .na'e:.d qnaee.gd


~~hir~m~;s~i-------c"~"~~~~""~"~~"""c~ ~~"-~


"I~ --II-~'-~---~-"' -
~_ ~~~~_~__~~~,,.




Y,,
~: -g
,
i.


9
:II :



1
I-
~I
~-
~


nommi Gabriet, 6tamp6 fur le fein
droit MOCAR ayant un nabot au
pied, fe difant appartenir au Sr. Mocar,
demeurant en cette Ville.
NOUVELLES D'EUROPE.
Es P A GN E.
Quoique la Marine du Roi foit deja
confiderable, puifqu'on compete afuel-
lement 48 Vaiffeaux de ligne, fans y
comprendre y autres & 7 Fregates
qui font prets a etre lances a 'eau, ni
ceux qui fe trouvent fur les chantiers.
de la Havane & des autres Ports de
1'Amerique Sa Majefte fait trav.ailler
a force A l'augmentation de cette par-.
tie intereffante de administrationn..
Cette emulation d'accroitre les forces.
navales, eft revenue celle de prefque
toutes les Puiffances maritimes:, depuis
que les ,venemensde la derniere guerre
& les infultes des Barbarefques qui
Font accompagne, & fuivie,, ,ea. ont:
fait fentir importance.,
AN GETERRE ..
On- travaill avec afivite dans I1
Port de Portfmouth A armer une Ef-
cadre qui eft, dit-on, deffinee pour
1'Amerique, & don't utne parties fe join*-
dra au Chef d'Efcadre Pallifer qui.
croife fur ks Cotes de Terre-Neuve.
Outre le Vaiffeau de la Compagnie
des Indes., le Hbrfenden ,, qui vient
d'arriver de la Chine, on attend incef--
fament trois autres. Vaiffeaux du me-
me endroit, autant de Bengale ,un de
Madraff& cinq de Bombay.
Jufqu'A pr6fent le Miniflere ne fixe
fon attention que fur des objets de,
commerce & fur les moyens de
mettre en furete tous les Etats de la
Couronne.
IQois Chefs des Sauvages Iroquois


-. ------..-----n~~L.-c~-,----~-r..,-~-~ ---LT-^-ur~~3n~rl*11~-----1^--"--"-


qui habitent le Pays iltue entire la
Nouvelle-Yorck & le Lac Ontario,
font arrives Londres avec leurs fem-
nes &quelques gens de leur fuite. Ils
fe proponent de fe plaindre an Roi de ce
que les Habitans de la Nouvelle-Yorck
ont enleve a ces Nations une parties de
leurs Terres. S.. M. a Ordonne de pour-
voir-, aux depends de la Couronne, a
l'entretien de ces Chefs-,, & d'examiner
le fujetde leurs griefs..
Unm Colonel nomme M. ThomasK
Vinfloe eft mort au mois d'aoCit der-
nier, dans le Comte de Tipperary,,
age dit-on, de cent quarante-fix ans.
On pretend qu'il toit Capitaine fous
le regne, du Roi Charles EL, & qu'il
alia fous Cromwel en Irlande, avec.le
titre de Lieutenant-Colonel.
F RA. NC E;.
Tout concourt aujourd'liui A per-
fe&ionner l'Art Militaire en France..
II n'y eut jamais chez aucune autre
Nation un auffi grand nombre d'eta-
bliffemensrelatifs A cet objet. On re-
garde en particulier l'etude du Genie
& de 1'Artillerie comme effentielle a
fes progress. Pour faciliter intelligence:
d'un Artmalheureufement fi neceffaire,
on vient d'ouvrir a Paris au Fauxbourg.
St. Jacques une Ecole de Mathemati-
ques pour l'Ptude des sciences quionrt
rapport au Genie &- l'Artillerie. On
y partage les Eleves en deux claffes,
dbnt Plune eft celle de lArtillerie, &.
Pautre celle dui Genie.. Comme ees
sciences abftraites peuvent caufer dui
digouit A des jeunes-gens pen accou-
tumds A une forte d'application on
foutiendra attention des: uns par
lexamen de toutes les machines d'Ar.-
tillerie& de leurs effects tes plus curieu,,
& celle des autres par 'explication ds,
meilleurs y fymes de. fortification. .O n


i


'' ''
i..


:;
'"
:.li
9.1
. i.
I '
'i
I'
- "..
r
i.
'I
i'~/


--


I

















)I
































I
I








L


y revolt des Penfionnaires depuis Pl'ge
de huit jufqu'A dix-huit ans. Le prix
.de la penfion, y comprise celui des inf-
trufions, eft de 8 6 liv. Un advantage
particulier A cette Ecole, c'eft que tous
les trois mois on rendra compete au
.Bureau de la Guerre & aux perfonnes
charges de I'examen & des progress
des Eleves, de 'affidulte qu'ils auront
4 leurs le9ns 8< des difpofitions qu'on
appercevra pour leur 'tat. On dreffe
pareillement des Ingenieurs pour la
Carte de la France; & lorfque ees Ele-
ves font en ftat d'etre employ6, ion
les prefente A M. de Caffiny ,& a ,MM,
de l'Academie des Sciences, chargess
de cette dire&ion,
Le Sieur Alleon de Varcourt, ancient
Navigatevr & Ingenieur demeurant
a Paris, affure qu'il afait la ddcouverte
d'une methode invariable,tiree unique-
anent des lemens de la G ometritie,
parlaquelle il eft parve..n i trouver le
diametre, la quadrature & le rapport
de toutes les grandeurs des circonf-
rences qu'on voudra lui prefcrire, &
cela en moins d'une heure. Cette d6-
couverte, qui feroit certainement un
bien reelpour la navigation, a engage
le Sieur Alleon A fair quarante quarry
tiers de rldudion des .dgris dre longi-
tude depuis la ligne equinoxiale juG
qu'aux 80 degres de latitude, les ayant
joints de deux en deux, A caufe du peu
de diff rence en longitude qu'il y a
entire deux degrees qui fe joignent,, &
pour ne pas ?mbarraffer les Nayigar-
teurs d'an plus grand nombre.
Qu.lques varits qu'offrent les plus
belles etoffes de nos manufa&ures, la
broderip l'emporte toujours fur elles
pour le relief & I'6clatOn vient depuis
peu d'ajouter au brilliant des paillettes
un nouveau merite en les mariant
gyec des lames d'argent peintes des


plus belles couleurs: ce nouveau genre
offre la vivacity & la variety de toutes
les pierres precieufes, qui artifement
melees avec For & l'argent, font effectt
le plus agreable.
Fete finguliere.
Les anciens Grecs, parmi le grand
nombre des F&tes don't on a l'exate l-
gende dans I'Ouvrage de MeurfJus,
intitule Gracia Feriata, avoient celles
des Calliflies, ou la Fea e de la Beaut ':
elle fe cdlibroit A Lesbos & chez les
Parrhafiens d'Arcadie. Cette Fete 6toit
bien intereffante, puifque les femmes
ydifputoient de leur plus cher avan-
age ,.& qu'on y def!roit un prix A la
plus belle. L'affemblIe de nos Belles
A certain jours de Spe&acle,reprifente
A quelques gZgards le concours des
Calli~ies. Mais une Fete publique oit
I'on couronne effeftivement la Vertu,
bien plus durable que la Beaut & par
confequent d'un tout autre prix, eft
fans contredit plus digne d'adriiration.
Dans le Village de Salancy, en Picar-
die, A une lieue de Noyon; on fait
tobs les ans, le 8 juin la Fite de la
Rofe, ainfi nommiee, parcequ'on y
couronne de rofes la Fille du lieu la plus
vertueue, L'origine de cette fete eft
tres-ancienne on Ia fait remonter jufr
qu'A St. Medard qui vivoit au com.
mencement du fixieme fidcie, & on
'en croit l'Inftituteur. Depuis un terns
imnemorial, les Seigneurs de Salancy,
qui., dans cet etabliffement ont fuccide
SSt. Medard, & qui meme en ont fait
dans la fuite un droit de Vaffalite,
celebrent la Ineme ciremonie. Les
habitats choififfent dans le Village
trois Filles qu'ils prefentent a leur
Seigneur un mois avant la.ceremonie,
& le Seigneur defigne pour Rofierecelle
des trois qu'il juge propos. Ces


'I'






i

!

''''
,3


._ _I_


~-~~CL"-" ------ 'I ~ ~ I- IIIL-I---.Y -II----I--.-


I
i'.
'''
'" ~''




i ~;
:

i..
1.
~
i
'''
'

''
'''
'' ''

''':~

''I'


'';~
: ?
,


Filles doivent 8tre nres dans le lieu,
de parents honn&tes gens, & d'une
conduit irreprochable. La tache la
plus lgere,ou lemioindre blAme dans
la famille, feroit un motif d'exclufion.
Le choix du Seigneur eft annonc6
d'avance afin que les autres Filles
afpirantes puiffent le contefter, s'il
y a lieu. Le jour dffign6 pour ia cere-
anonie, la Fille Roiere eft conduit
I'apres-dinde h 1'Eglife par le Seigneur
du lieu,.ou s'il eli abfent,par fon Bailli.
Elle eftaccompagnee de 1~ Filles ve-
tues de lanc, avec um large ruban bleu
en baudrier, :auxquelles z Gargons du
Village donnent la main. On lui done
une place diftinguee dans le Choeur, &
elle entend les V8pres avec fes Com-
pagnes. Les Vepres fines, les Pr8tres
la conduifent en proceffion dans une
chapelle dedide A St. Medard. Cefit lA
qu'elle :reoit a genoux, de la main du
Celebrant, ine Couronne de Rofes,
entouree d'un large ruban bleuu, &
garnie fur ie devant d'un anneau d'ar-
gent qui a &t6 benL Louis XIII tant
venu, dans le teams de la Fete de la
Rofe, au Chateau de Varennes ,-qui
appartenoit alors A M. de Belloy le
Seigneur de Salancy fupplia S. lM.de
voitoir bien I'honorer de fa pr6fence.
Mais le Roi n'ayant pu y affifter en
perfonne, A caufe de quelque indifpo-
fition, iLchargea le Marquis deGordes,
Capitaiie de fes Gardes, de fare en
fon noni la ceremonie. II envoya en
meme teams & la Rofiere fon Cordon
bleu. & un anneau 4d'or; c'eft depuis
cette 6poque qu'elle & fes Compagnes
font d.corees du Cordon & de Fan-
neaudont on vient de parler. Lobfcu-
rite dit ieu & le peu d' clat de cette
E&te, 'avoient jufqu' present laiiffe
dans Poubli. Un voyage de M. le Pelle-
tier_ de Morfontaine Intendant de


"- ~l' -. I"
---"- ----- I


Soiftons, dans fa Generalite, a con-
tribue A fire connoitre cette interef-
fante ceremonie. Quelques perfonnes
du voifinage de Salancy lui ayant parle
de cette fete ,ilpromit d'y affiffer. Ce
Magiftrat seft en effet rendu a Salency,
le 8 juin dernier & a donn6 la main
la Fille Rojiere pendant toute la cere-
monie. II ne s'eft point bornei ces
marques de lfa fenfibilite: ii a vu dans
la ceremonies de la Rofe un homage
folemnel rendu publiquement A la
vertu, & il a voulu la r'compenfer
d'une maniere conform fes fenti-
mens. II a affigne a la Fille Rofiere une
rente annuelle de Izo liv. pour lui
faire un = tabliffement & la marier; it
a encore donneune fomme affez con-
fiderable pour 8tre employee aux
frais de fes n6ces, & A 1'acquifition
d'une maifon pour loger le nouveau
manage. Apres la mort de cette file,
cette rente fera reversible aux Filles
Rofieres qfi en jouiront fucceffivement
chacune pendant une annee.
AM R I Q U E.
De la Guadeloupe le 2o decembre 1766C.
Le fucre premiere quality, vaut
afuellement 54 Ai 55 liv.; deuxieme 5 z
A 53 1.; troifieme 48 A 50 1.; commun
17 A 34'liv.; thte 30 i 36 liv.; le caff6
18. 1 9 f. & le coton zoo liv.
Du Cap, le 4 janvier.
On a appris par des lettres particu-
lieres que le Roi a couru un tres-
grand danger, le 26 feptembre dernier,
Sa Majeft6 etant A chaffer le fanglier
dans la Foret de Compiegne, fat ren-
contree dans un chemin ditourne par
cet animal furieux, qui tout coup
fe jetta fur fon cheval qui en fut even-
tre. 11 y avoit heureufement dans ce
moment aupres du Rot un chevatld


I,.


I







14
fuite fur lequet Sa Majefi fauta avec
tant d'adreffe & de promptitude que
le fanglier ne put Latteindre..
On a aufli fqu par les memes lettres,
que Madame la Comteffe de Touloufe,,
(Marie-Vidoire-Sophie' de Noailles)
don't la fante &toit chancelante, depuis
longtems, eft more e. 30o feptembre,
Agee de 77 ans 3 mois & 24 jours; &
que la Cour a pris, le deuil h cette oc-
cafion:pour trois femaines.
11 paroit ici une copie de la Lettre
que M .de la Chalotais a.:crite au Roi,
conque. en. ces. termes..
SI"RE,
Un ancient Magifirat, qui pendant
S 36 ans s'eft immole au service de V.
, M. & au bien de 1'Etat eft detenu
o depuis pres de huit mois., avec fon
Sfils dans les.prifons de votre Chateau
Sde Taureau: & de St.. Malo ,. fans
avoir pu jufqu'~:, present reclamer
, votre juice, parce qu'on ne lui a pas,
Spermis, d'ecrire a, Yotre Majefie,,
, ni a fes Miniffres, quoiqu'il .ait, de-
n mande une infinite de fois..
Y Les motifs de fa, ditentiony, A ce,
o qu'il a appris par fes interrogatoires.,
, font trois faux; pofitifs & conflans..
Deux billets anonimes adreffks,. dit-
Son, aM. le Comte.de St. Florentin,
o dans lefquets.un fauffaire a. contrefait
, fon ecriture : votre Procureur Gend-
ral offre fa tete, s'il peut etre prouve
, qu'il ait ecritou fait ecrire,. envoy
, ou fait envoyer ces billets anonimes
o ou rien d'approchant. Le troifieme eflt
une fauffe dilation du voyage fait
avec le Comte de Kerguezec, au
Schateau du Bofchet, appartenant a
s la Marquife de la Roche, 8 ou- I
Sjours avant les Etats de Nantes., &
2 d'un pr6tendu complot avec ce gentile
n homme contr les affairs, de V, M.


o aux Etats. Ce voyage & ce compl6tn
,SIRE, font egalement fabuleux; ii
,n'y ena ni preuves ni indices; & j'ai.
i prouve par mes interrogatoires, que
l je n'ai jamais mis le pied au Bofchet
s avecle Comtede Kerguezec, dans ce
, teams ni dans aucun autre; cependant
o je fuis detenu dans les fers depuis pres
,de 8 mois,avec la plusgrande inhu-
o manitd. J'y ai contra&e une incom-
,modite qtui abregera confiderable-
sment mes jours, fiivant le certificate:
Odes Mddecins.,dont M. le Comte de-
St..Florentin. eft faifi Ce qui m'eftl
Encore plus.fenfible,SIRE, ,ceft la per".
, te de vos bonnes graces don't je fuis;
, menace. On n'a trouve d'autre crime:
,hmon fils que celui d'aimer & hono-
,rerefon pere..
,,Vous.ne voulez, pas, SIRE, que,
,les ihnocens piriffent; & fi nous le,
,,fommes, Votre Majefft aura regret
,d'avoir commence. a nous traiter
, comme coupables : oui SIRE', nouS
,,fommes innocens. Je ne demand
,,.que la liberty que les loix accordent
,, aux accufs apres les. interrogatoi-
,,res, & la faculty de pouvoir fire:
, Rennes.les remedes don't j'aibefoin.
,, L'acharnement, avec lequel on,
,,nous. pourfuit en; votre nrom., en;
, pourfuivantdes haines..& des .querel-
,lesparticulieres, crie vengeance de-
,,vant' Dieu & devant les hommes..
,, Qu'ilme foit permis de me difendre,.
,,& de prefenter A Votre Majefli & &
,, des Juges.ma defenfe & ma juftifica-
,,tion; je confondrai la fauffetI & la,
,calomnie. ,,'


SPECTACI
Les Comddiens franIai
donnd le zo aouit une pre
fentatioa d'Artaxcrcs ,0


is h Paris ont
.miere reprie
[ragedie saoQU


I I
I _ _ __ _-. ..-


~1


LE S..


II I I I O


i'.


t'{
I


I '.'
,'h"





(:
\
' ,I1 t.',
),




', 2 1
.'',
, h
'-i

,,21
- -I

I'r,









Vele de M le 1Miere, anifnncee depuis
tres-4longites. Cxtte iece :a 6t ac-
ceui lie' & a Iu in grand- ndmbre de
repr fentations de fuite; aura-t-elle le
minme applaudiffement la lefure?
Ne rencontrera-t-elle point un. cueil
i .:impreflion ?
,. Les. tes ydrques, nouveau Ballet
Herobique, en trois Entries, de diff-
rens Auteurs, font reprfrents a P'Ope-
ra depuis le 29 aout. La premiere En-
tree, irititulee Lindor & Ifmene eft
tire duiBallet des Romans, tres-midio-
cre production de feu M. de BonnevaL
Anacrebon reprefente a Fontainebleaut
en i754.,eft la deuxieme Entr6e. Les
Paroles ont etd applaudies. Le jour
.narque par Anacrdon pour l'union de
Bathile & de Chloe fes Zleves eft
.arrive; mais il veut jouir un infant de
1'embarras de ces eunes Amans, en
feignant de vouloir 6poufer Chlo6.
'Quoi! c'efl Anacreon qui fait des mal-
heureuxi !Le fage Dofeur du plaifir ne
es laiffe pas longtems dans I'erreur; il
unit .fes tendres 6leves, & le divertif-
fement eflt former par des Egipans &
-des IBacchantes don't Silene eft ac-
.compagne. La troifieme Entree eft
Erofine, Paftorale Hroique en un a&e,
. t r' e p a
.auffi reprefentee a Fontainebleau en
1765. Les Paroles font de M. de
Moncrif. Zamnis amant d'Erofine,
Nymphe de Temp pour lui fire
deviner fon fecret, affe&e de.partager
fes foins entr'elle & Zelima fa com-
pagne; c'eft ce qui fait le noeud de la
fable. La raifon de cette conduit,
eft que Zamnis ne pour infpirer &
fentir l'armour eft force par fon deffin
dlattendre 'aveu de la beauty qu'il
aime ,avant de pouvoir faire le fien,
ufage commode & qui feroit bien du
oUt de certain conquerans, toujours
s,7tonnes que lec femmes ne faffent pas,


atl monms ponu eti, les avances. Cette
idee, quoiquil en foit, product unfort
agreable moment dans une Scene entire
Erofine & Zamnis qui precede le
divertiffement.
On donnera Dimanche prochain,
ail Cap, le Ne'gociant de Bordeaux, &
l'Impromptu de campaign. II y aura le -
meme jour Grand-Bal.
,Mardi 20, on donnera une premiere
Reprefentation du Bucheron, on les
trois Souhaits, Opera-bouffon, fuivi du
Braconnier, grand Ballet pantomime,
de la composition du Sieur Haller. 11
y aura le meme jour Grand-Bal; le
-tout au benefice de Mae.'Mentet.

PENSIONNAT DU CAP.
Le Sieur Alqui Educateur public de la Ville,
priviligid par Arret du. Confeil Superieur., vient de
prendre avec les parents de fes Eleves des arrangernens
qui opereront infailliblement leur fatisfa&tlon &
'avancement de leurs enfans. Tos' les trois mois
ils front pries de s'affembler dans la Salle du
Penfionnat pour s affurer par des examens des
progres que chaque Ecolier aura faits : on excitera
ou on entretiendra dans ces conferences I'emulation
des Eleves par des recompenfes ou par des logess.
La premiere affemblee s'ef tenue le 30 decem-
bre dernier : M. le Procureur G6neral qui l'a
honoree de fa presence, a approuvii ce project, & a
promise d'affiffer a.ces examens.
Le 6 de ce mois les Ecoliers de ce Penfionnat ont,
&6 rendreleurs devoirs aux Principaux de la Ville:
M. Labat portoit la parole .; & chacun a admire fes
heureufes difpofitions. Les Ecoliers, ainfi que le Pro-
feffeur,, ontet affures dans cette occalfon avec leso
-termes les plus obligeans de la prote&ion la plus
6tendue.
Les perfonnes qui fouhaiteront apprendre les par-*
ties doubles,, & & tenir gindralement tous les lives
de compete pourront s'adreffer au Sieur Fabre Maitre,
Ecrivain des Ecoliers dudit Sieur Aiquia.

AVIS DIVERS.
Mrs. les Creanciers de la fucceffion de feu M.
Allain, Confeiller au Confeil Supdrieur du Cap,
font prids par M. Rimbert, Negociant, Syndic de cette
direction, de vouloir bien fe trouver jedii 29 courant,.
huit heures du matin, en 1'Etude de Me. Delan, No-
taire, pour y delibirer fur les affaires concernant
ladite dire&ion & notamment fur l'operation & rap-
p.ort'deMRrs.les Cmmiffaires en vertu de l'arrete faith
par ladeliberation du 9 o&obre de l'annke derniere ;p
attend que 'affimblie convoquee au 30 dicembre
dernier n'a pas eu lieu,


i










x6,
Le Sieur tPay, Magariafer 4 Yciquety adoAhe aviS
que le Bureau de fon paffae fera di format che It
Sleur Foucwaault Q.ual St. Louis, au bord die l mer le
ineme qui tient le paffaga de Limonade. Ceux quit
auront des effects ou emarchandifes. pour iacquezy ,
s'adrefferont audit Sieur. Foucauli don't on aura tout:
lieu de fe louer de lexa&itude.
D E M. A ND E.
Vn Particulier defireroit acheter douze A quinze
beaux Negres de Place, faits aupays, & les payeroit-
comptant..Il faut s'adreffer a M..la Caufade chez M.
Biro t N6gociant au Cap,. rue du Coifeil.
.NA,VIIRES EN CHARGEMEN,.T.
La Jeune-Comtefj-d'Egmont de Bordeaux de
3yo tonneaux, Capitaine Mathieu Maff ,.mouilld en.la
Trade du Port-au4.rince,,dont It depart ef. fixd du
premier ou to mars prochain.. Ceux qui toudront y
charger ou pafer ,.s'adrefferont audit Capitaine en Lon
MagafinauPort-au-Prince ,,pres Mrs. RQUffeau & La:
Maignere Nigocians.
Le Bateau 1'Hirondele, du Port de 40 tonneaux ,
Capitaine Bonnet partira pour le Port-au-Prince
dans la femaine prochaine. Ceuxqui voudronty paffer
ou.charger a fret, s'adrefferont audit Capitaine rue
Penthievre,. dans undes. Magafins des heritiers. La--
ftte au Cap.
Le Duc-de-Bouillon,,de Bordeaux ,Cap. Caduffeau,
da port de 400 tonneaux,. partira du 1o au. 3 de f&-
vrier; il et* a&uellement aux deux.tiers charg.. Ce.ix
qui voudront y charger A fret,, s'adrefferont Mrs.
Laffus & Freres,. Negocians au Cap, ou audit Capi-
taine, en Ton magafin, chez M. voucher, rue S. Laurent..
Ce Navire eft des plus commodes pour les Paffagers..
BIENS ET EFFECTS A. VENDRLE
SUne Habitation en indigo, fufceptibl'e d'une fucrerie,
fituie auLimb contenant 60 quarreaux trois quarts,.
S dont lae fonds elt tris-bon;. fur laquelle il y a grande
cafe,.cafes A Negres & indigoterie battante. II faut
s'adreifer a M. Turin de. Beauvoifin Procureur de
ces biens "A
Des Madriers d'acajou de diffdrentes, longueurs &
largeurs, des Plnches auffi d'acajou & des Armoires.
de plufieurs grandeurs. du m me bois..On s'adreffera,
au Sr. Couton, rues Taranne & Fermie,.au Cap..
Affortiment de Graines:de jardinage en parties ou:en
detail, chez M. Prudhomme Negociant rue Vau-
dietiil au Cap..
Opiate.pour les dents ;- pommade pour le tent;
tres-beau blanc de perfe & blanc en grains ; rouge
fuperfin de diffirentes. nuances,; poudre tris-fine Ar
odeur; pommade pour les cheveux tres-fralche;
prte d'amandes liquides pour les mains; mafques de
Veiife & deParis ; m6ntres d'or,.unies, guillochies,
imailt-es & garnies de diamans, a cilindre & A bat-
tement, dansle dernier gout; papers a tapifferiesl de
diff&ens deffeins.; & diverfes autres marchandifes de
Paris chez Mile. Menageot Marchande au Cap,
tue Ste. Marie & St. Louis pres.la nouvelleSalle de
Speftacles. Elle recevra inceffamment des.lades.& de
Paris, des parfums bijouteries, blondes, gazes, ru-
bans, fleurs d'Italie &c..
Lefamedi 14 f6vrier prochain,.i la Barre dir Siege
du Cap, une Habitation fituee a la Montagne-Noire ,
Quarter & Paroiffe de la Grande-Riviere,. dependant
(I {a fuvediia dii fin Sieur fierre Boyert eonfiftant


eat e quarteeku de terre o eavirco, c ftur lauelte
il ya xo mille pieds de caff en affes bon etat.
Des Negres Forgerpns une fore f t Out ce qit
ea dEpeod. lfaut s!drefer a M. Carrier N4gociant
au Cap.
Une tr&s-belle. cargaifon de Mulets de la CMte
d'Efpagne. On s!adietfeaa i.M. Carabae f N6gociant
au Cap..
Vingt Betes Cavalines, appartenant & M. P au db
Jacquezy. II faut s'adreffer audit Sieur Viau, ur fo6t
habitation A Jacquezy, il en fera benne compg9ition,
Eventails. trs-riches.&t du dernier gout, de la
Coutelterie. de Paris ,, rafoirs.,, cifeaux lancettes
couteaux.a la Militaire, A pompe & a la Ramponeau,
Sen nacre & 6cailte,.de table de cuisine ; canifs, gra
tires, &.c. tabatieres-peintes par d'habiles Artiftes.;
Suits A cure-dents & a epingles; flacons de routes
fortes; chez les. Srs. P. F. Martin & le Valllttec
nouvellcment arrives de Paris, demeurant au haut de
la rue Notre-Dame.vis-A-vis M. Cleriffeau, Marchand;
lefdits Srs.. Martin & le Paltette racommodent tris-
proprement les dventails,. & fe tranfporteront cheek
les perfonnes qui.les manderont.
Eer & carbon de.terre a bonne compoation, chez
Ie Sr..Lalime, Marchand au Cap..
A. BAIL OU A LOUVEl
Une Habitation fituee au Haut-du-Trou, Quartier
du Dondon,.contenant environ 42 quarreaux, parties
en plain ; fur laquelle ily a Sooo pieds de caffd rap9
portant, glacis,. &c.. il faut sadreffer a M. Dubourg,
Negociant au Cap,, rue de la Fontaine ; lequel eft
encore charge d'pffrir-deux places; en, bois debout,.
fituees A la.Marmelade Quartier du Dondon rune
Sde 92 quarreaux & rautre de 2o pour en laiffer la
jouiffance a cer-taines conditions ,pendant le nombre-
d'annees don't on conviendra fans payer..
Un petit Terrein d'environ un quarreau & demi,
fitue fur le chemin de la Bande-du-Nord,. au bas de.
l'habitation de. Mde..Martin ,,fur lequel i. y. a deu.
chamhres,. un cabinet-, galerie- & cuisine; le tout cou-
ver-t en effentes .planchdii & carrele. On s'adreffera
a M. Meftayer, Marchand Orf'evre au Cap ,rue d'An-.
jou, pris la place Notre-Dame..
Samedit prochain il fera afferme A la Barre du.
Siege Royal du.Cap, pour ans ,,une Maifon en
ma;onnerie, couverte d'ardoifes ,,ife rues Penthievre
& de la Vieille-Jouaillerie ddpendante, de la fuccef-
fion du.feu Sr.Andrd Poupard, confidant en 3 grandes
chambres bafes, 3 hautes une grande halle haute &
baffe de 63 pieds de profondeur 2 cuiines-baffes, un
cabinet en bas4 4 en haut,. galleries haute & baffe
court & puits.
ES.CLAVES EN MARONAGE,
SAuguftin, Mulitre., Crdole de- la Martinique, agd
d'environ 48 ans, taille de- y pieds 4 pouces, barbe
grife ainfi que les yeux, joues enfonc6es marqu6
e petite vdrole. Ceux qui le reconnorttont font pries
de le faire arrater & d'en donner avis A M., de- la Mar-
tiniere ancientn Lieutenant: de Roi de St.. Louis, fut
fes terres ,. St.. Louis.,
Una Negreffe Creole, nommie Rofalie, etample
SF & IG, agree de 14 a 1' ans. Ceux qul; la reconnot.
tront, font pries de la faire-arreter-& d'en donner
avis a M. Filleul, Habitant au Boucan-neuf, ou A M.
Grdlet aine au Fort-Dauphih. II y aura rcompenfcA
vc c r ,rmijion,


", t !'^ '1


'^



; *,% .
. ,"' ,


"," ,,
,;'.; i"
'^1




^''' '''*




,. ', r, ( .
,
i 'i
I. ,'
















'i
_'
I '-I.













*':'''



T ;



,''r **'
,,, ,*!
:I




: ,






r


,- ,

SiJ






.' ",,!

?;,l


.r.

,r'i


**, -*, I




T,


ANNi 1767;- [ N3 .] 7,


AFFICHES


Du Mercredi


ARRIrEE de Navires Marchands.

A ux CAYES, le 29 decembre der-
nier, I'Aurore, de Bordeaux, Capit.
Gaujau, venant de la Martinique: le 2
de ce mois le Jufle, du meme Port,
Capit. Laconfourgue.
SAu PORT-AU-PRINCE, le 12, e
Triton, de Bordeaux, Capit. Coudain,
venant du bas de la C6te-d'Or avec
191 Noirs.
Au CAP, le l'3, la Goilette la Louy-
jiane, de ce Port, Capit. Fouquet,
venant de la Martinique.
NA VIRES Marchands en expedition.
Au CAP, le S. Antoine-des-Ames,
Capit. Gramont,pour Bordeaux, &
I'Ac4if, Capit. Chevert, pour Nantes.
D PART de Navires Marchands.
Du CAP, le 17 de ce ois, la Mar-
quife-de-Brancas, Capit. Joffrois, pour
Honfleur, & 1'Afire, Capit. Juffan,
pour Bordeaux : le 20, I'Ac7if, Capit.
Rofain, pour le meme Port.
PRIX des Marchandlfes de la Colonie.
11 n'y avoit point de changement aux
Cayes le 4 de ce mois, ni au Port-
au-Prince le 15, ainfi que pour les
marchandifes de France & le fret.
A LEOGANE, le 14 de cemois, Sucre
blanc, 48 a 501. common, 36 A 40 1.
brut, 24 2A5 1. Indigo bleu & mrle,
6 1. io f. cuivri, 5 1. Jo fA 5. 15' f.


AMLERICAINES.


21


Janvier.


Caff6 nouveau, 16 f. Coton, 190 &
I951.
A S. MARC, le 17, Sucre blanc, o5
S551. common, 36 a 401. brut, 24
A 5 1. Indigo cuivre, 51 5 f. 5 1. Iof.
Caffe nouveau, I6 f. vieux, i f. Co-
ton, 2oo00 2ol.
Av CAP, Sucre blanc, 48 a 58 liv'
commun, 30 o 46 1. brut, 18 A 25 1.
Indigo bleu, 7 a 8 1. cuivre, 51. f.
S61. Io f. Caffe nouveau, 6 f. 6 d.
A 17 f. 6 d. vieux, 13 ax 6 f. Coton,
21o a 2zo 1. Cuirs, 7 9 1. Piaflres
gourdes, 37 & demi pour ioo.
PRIX des Marchandifes de France.
A LEOGANE, ledit jour 14 de ce
mois, Vin vieux, 8o0liv. nouveau,
140 1. Farine de Moiffac, 70 a 80 1.
Savon, 90 1. le cent.
A S. MARC, ledit jour 17, Vin
vieux, 180 1. nouveau, 15o a 16o 1.
Farine de Moiffac, 70 a 75 1. com-
mune, 6o a 66'1. Boeuf, 70 1. Ie baril.
Beurre, 20 a 25 f. la livre. Petit-fale,
30 1. l'ancre. Huile, 30 1. la.cave. Sa-
von, oo0 aI io1. le cent.
Av CAP, Vin vieux, 16o a 18 o liv..
nouveau, 130 A 1401. Farine de Moif-
fac, 6o A 75 1. commune, 42 a 54 1.
Boeuf, 6o A 70 1. le baril. Beurre, ir
a 5 f. la hivre. Petit-fale, 27 a 30 1.
'ancre. Huile, 1 8 a 3 9. la cave. Savon,
90 A I o 1. le cent.
CoU RS DU FRET.
A LLOGANE, Sucre, rl a 14 del4


. .. .. ... I II I I l_,,


''w- r ~n~~r;l~ei4nrr'"r~'Nl;ess~nlr -~~r
::1.


I
-- --- -------I------~___




--~ -- _


I'












I.



































1'


Indigo, 4 d. CaffT6, 8 a 1x d. Coton,
42 A48 d.
A S. MARC Sucre, i2 I 5 d. In-
digo, 30 3 36 d. Caff6, Ii 1.. 2 d.
Coton, 40o 5o d.
Au CAP,Sucre blanc, io a It d.
brut, 14 a I6 d. Indigo, 20 a 244d.
& pour le Havre 36 d. Caffx, 15 A 1x8 d.
Coton, 24 30o d. & pour le Havre
36 d.
M o R T s
M. DuflofT, Ecrivain de la Marine,
faifant fonfions de Sous-Commiffaire
aux Cayes, y eft decede le 28 decem-
bre dernier.
NEGRES MARONS.
Av CAP un Negre Congo, nomme
Franois, etamp fur le fein droit DUV,
ayant tue mnarque de fon pays fur 'ef-
tomac; une Ngreffe creole, nommie
Catherine, tampee fur le fein droit
MDV, ag.e de x5 A 16 ans, fe difant
.appartenir au notnme Laurent, m. 1.
demeurant en cette Ville uine e-
gritte Congo, nominee Marie, etam-
pee fur le fein drot DECOUR, fe
difant appartenir a M. Decourt, Habi-
tant au Haut-du-Cap.

NOU V E.LLES.
FRANC E.
La Frigate la Modefle,.de Marfeille,
quia peri.au mois de feptembre der-
.nier embraf6e par le feu du Ciel,
avoit 14 canons & 70 hommes:fuivant
le rapport du Capitaine Jules Gayet,
qul la commandoit, il a refte fur le
grand mat pendant quatre jours dans
Tine situation fi affreufe qu'il eft plus
poffible de P'imaginer que de la decri-
re:il compta le second jour 3 per-
fonn.es; mais les enfans, les rtoufl'es &


les plus foibles ayant fuconmb, 11
n'en eft refte que 19 qui ont. ete re-
cueillies par le Senaut anglois le Guil-
laume & Jeanne don't un,nommnd Fau-
quette, jeune homme vigoureux,ayant
porter A fa boucheun verre de vin que
le Capitaine Anglois lui fit pr6fenter
pour le rechauffer, une efpece de
convulfion le faifit & apres avoir
ferret &brif6 le verre avec fes dents,
il tomba mort fur le champ; deforte
que le Capitaine Anglois eft arrive
k Marfeille avec 18 hommes feule-
ment. Le Capitaine Gayet a et6 de.
barqu6 tres-malade; mais il n'etoit pas
pas fans efperance de guerifon. Une
lettres de GGnes porte qu'un Vaiffeau
Hollandois, arrive dans ce Port, ya
conduit onze perfonnes qui etoient de
l'equipage de la Modefle & qu'il a re-
cueillies fur fon bord.
Le Comte de Rochford, Ambaf-
fadeur extraordinaire & Plenipoten-
tiere du Roi d'Angleterre eut le 2
novembre fa premiere audience du
Roi. .
Le manque d'argent qui fait des
larrons & des affalins,. fait aufli quel-
quefois des fuicides. 11 y a eu a Paris
prefqu'en meme teams deux de ces afes
du plus affreux d6fefpoir. Un Hollan-
dois qui logeoit en chambre garnie
dans la rue du Pelican, n'ayant plus
d'argent, s'eft pendu; & dans la rue
Montmartre un Americain que l'onne
nomme point, & qui fe trouvoit dans
le meme cas, s'eft caffi la tete d'un
coup de piftolet.
La penurie des bois en France fai-
foit tout craindre pour I'avenir, dans
la plfpart des Provinces du Royaume;
elles ont repris la ficurite depuis que
I'on s'eft appergu du progres furpre-
nant du Peuplier d'Italie ; ii n'eft pref-
que pas de Citoyen cultivateur qui


4.,.



!a


!i i,
~
; '
'


'''
'
'


'



'



~iJ
I
!.




.
I;
:

I ;
~
~.

:
I -
i


-----~ ---- II


I~









a'en eleve des P6pinieres. Cet arbre
don't on dit que la crue ordinaire eft
d'un pouce par jour reunit trois
objets galement intereffans; fgavoir,
excellence de fonfeuillage pour len-
grais des beftiaux, le bois immenfe
que 'on tire de fes branches pour
le chauffage &tout ce qu'on retire
du tronc pour la charpente, la menui-
ferie & la .mature. D'ailleurs on affure
que cet arbre croit ,galement dans
toute forte de terrein, m8me dans des
montagnes pel6es,otiil n'avoit jamais
exifti d'arbre.
Les jeunes Princes avec Mefdames
ont te le 2, ofobre en vendange
Andrezy chezla Comteffe de Marfan.
Le fouvenir des plaifirs. qu'il y prirent
en 176 5, & 1'efperance d'y en avoir de
femblables, leur ont fait fire ce voya-
ge avec beaucoupA de joie.,
S., DOMINGUE.
Du Petit-GoaveC, le 8 janvier.
Les chenilles n'ont pas moins ra-
vag6 les cotons de cette dependance
que ceux de la dependance de S. Marc.
Les habitations du Quartier de Nippes
ont ete les plus maltraitees, & les Pro-
prietaires font dans la plus grande conf-
ternation. 11 eft A craindre que ce mal-
heureux ", ^
heureux evenement ne degoute d'une
culture auffi precieufe, & a laquelle
on commensoit A donner la preference
dans bien des Quartiers.
Du. Cap, le 2j janvier.
On apprend par des lettres de Nan-.
tes Parrivee des Navires le St. Jean-
Baptifle, Capit. Drieux; I'Entreprife j
Capit. Charon; la Reine-de-France,.
Capit. Pellard; les Trois-A/ocie's, Cap.
Daniel; le Saint-Claude, Capit. Tour-
nerie; ta Pelerine, Cap. Recommence;
I Rofe-Julie Cait,. :Athaambauai 4


Ckaumont, Capit. Morin; Ie Quaker,
Capit. Viau, & la Gracieuf-Leger,
Capit. Lecour, venant tous de cette
Colonie. Ces lettres ajoutent qu'il a
et6 arm6 pendant le mois d'o&obre
fix Navires pour la C6te de Guinee,
fiavoir : l'Eole, Capit. Ravault de
Kerboux; le Saint-Louis, Capit. Blon-
deau; leC roifant Capit..Martin; I'Al-
gonquin, Capit..Richard; le Commerce,
Capit.. Perron,. & le Zephyr,. Capit..
Clemenceau.. Les. Navires le Saint--
Domingue, Capit.. Maillard; le Chavi-
gny (Navire neuf) Capit. Cafeneuve;.
la Reine-de-France, Capit. Pellard, &:
le Comte-de-Clare Capi't Fourneau,
&toient en charge & devoient partir
inceffamment pour ce Port;. D'autresi
Navires qui etoient deja> parties, ont la
meme destination, en paffant par 1'Ita-
lie o ius ont port' des grains,..

C C M M E RC E.
EssAI furles influences du Commerce
de luxe, & fur celui de neceffite.
N. B. Quolqu'il pui~/e etre douteuxJi
les reflexions continues dans cet ef/ai
font bonnes pour les Colonies, faites
pour la confommation du fuperflu de la
Metropole, & oh. le commerce manque.
rdit d'aliment fj le luxe en etoit banni,,
elles font trop judicieufes abflrac7ion
faitepour un moment des Colonies pour
n'tre pas lues, avec plaifir.
Chez-une- Nation: plongee dans- la
moleffe & dans le.luxe, dire qule e luxe
h'eft pas un objet de plus grand pro-
duit, fur-tout dans un grand Empire,
c'eft A coup fur indifpofer une multi-
tude de partifans aveugls. de cette
- blouiffante chimere..Lorfque le coeur
eft fiduit, la raifon fuiccombe aif6ment:
fousle poids des chains qu'i" lui.imi
*..' '.- 1 '. i .. l^i~ j


~R~i~>~\'" '






































1.


pofe: preconifer le Ilxe; c'eft jufifier
fes torts, & l'amour propre eft bien
ingenieux en pareil occasion.
Dans tous les teams, dans tous les
Pays, les fages bien differens de cette
foule de Philofophes modernes auffi
fuperficiels que corromputs, en ecar-
tant les preftiges qui entrainent le vul-
gaire, ont toujours regard le luxe &
fes products fi vantes, comme un fleau
que la Divinite envoie aux Nations
qu'elle veut detruire.
Dans les grands Etats comme dans
les autres, fi le luxe pouvoit etre utile,
ce ne pourroit etre que lorfqu'il eftdef-
tine feulement pour l'exportation ;,
nais lorfquefonproduit devient objet
de confommation mme pour la main
induftrieufe il eft indifpenfablement
funefte par-tout.La Nation la plus riche
eft celle qui fait le plus d'ufage des pror
dutions de fon fol, la Nation la plus
occupee desmatieres de l~xe eft celle
qui en confomme le plus,& celle qui
emploie le plus de matieres etrangeres
ef conf6quemment la plus indigent;
tout ce qu'elle confomme en ce genre
eft en pure perte & cette confom-
mation etant immenfe ,l'excedent ex-
porte ne fauroit jamais la d'domager.
Une Nation affez fage ,affez retenue
pour ne s'occuper des objets de luxe
que pour l'exportation,acquerroit fans
contredit de tris-grandes richeffes;
cependant il faudroit prouver ,.que
pour debiter le product des matieres
de luxe, it ne faut pas abfolument foi-
an me forcer de luxe, pour tenter l'a-
cheteur. Un commerce qui ne depend
que du caprice,de la fantaifie, & dans
lequel on n'a de fuces qu'en propor-
tion des efforts que i'on fait pour faire
naitre le gout d'imitation, ne fe con-
duit pas comme le commerce de necef-
Ati don't la march eft connue ICs


products firs. Le commteice de luxe ef
bien different, il ne pr6fente que des
operations vagues & neceffite des
,avances immenfes, don't la rentree eit
toujours incertaine.
On peut observer que ce n'ef pas
fous ce point de vue que le commerce
de luxe a et econfidere jufqu'a prefent.
Il occupe beaucoup de bras, dit-on,
& fans autre examen, on prononce
qu'il eft utile & bienfaifant, feulement
pour les grands empires: diftin&ion
frivole fans dotite, puifqu'il eft vrai
de dire qu'il eft nuifible ou bienfaifant,
indiflin&ement, fuivant 1'ufage que
l'on en fait, ou pour parler plus exac-
tement, qu'il eft decidment & gene
ralement ruineux.
Je n'ignore pas tout ce qui a ete dit
plus ingenieufement que folidement en
faveur du luxe; mais malheureufement
une fatal experience dement toutes
ces belles fpeculations. Nous fommes
depuis trop long-tems les vitimes de
ces prejuges funeftes; la lumiere perce
aujourd'hui, & diffipe une foule de
nuages qui interceptoient fes rayons
bienfaifans. Le commerce de luxe &
celui de neceffiti ne fiauroient fouffrir
de comparaifon : pre6freroit-on un b^-
timent avec des beauties irr'gulieres,
conftruit fur le fable & 6tay. de toutes
parts, a un autre biti regulierement
Sifur des fondemens inebranlables ?
On doit tout facrifier au commerce de
neceffite; lui feul merite ng're atten-
tion, & rien ne fait plus d'honneur a
notre Nation que les encouragement
qu'elle donne 4 la premiere branch de
ce commerce, II n'eft pas poflible de
fire marcher d'un pas legal le com-
merce de luxe & celui de neceffite; les
influences du premier font trop mali"
gnes; elles corrompent la maffe du fe-
fOnd, &c l'.rr tent t chaque pas, 9q


- ~ ~' 7 W~ T~


uu----- --41C --:- I~---l__llrr~--lo------X-------,






Sfet, une Nation oh le luxe & la mol-
leffe joiront de la plus grande confi-
d ration ne fera jamias pleinement
agricole n marchande : peut-on allier
'indolence, la faineantife & la diffipa-
tion, avec le travail le plus opiniatre,
attention la plus fuivie & 'tconomie
la mieux entendue ? L'un n'exclut-il
pas abfolument l'autre? Pourquoi nos
campagnes font-elles defertes? C'eft
que le travail rude qu'elles exigent,
rebute lorfqu'il eft compare avec le
luxe de nos Villes & les travaux aif6s
qu'on y trouve. Nous reconnoiffons
I'agriculture pour Stre la force de tou-
tes les richeffes; ce n'eft pas affez, ii
faut detruire les obstacles confiderables
qui s'oppofent .encore A fes fucces,
Lorfquee le uxe d'une Nation eft ega-
lement repandu dans toutes les claffes,
que ce mal eft devenu epidemique, on
a tout A craindre, & je voudrois bien
que ces reflexions ne nous fuffent pas
relatives,
Le ,commerce de necefilte reclame
une multitude d'hommes que celui de
luxe lui a enlevis; on ne fgauroit trop
t6t les lui rendre; ily a des profits cer-'
, tains a faire dans 'un, & il n'y a que
des pertes A fire dans I'autre. Ces per-
tes, m me augmentent tous les ours;
nmais cet.efprt de frivolity, ,que nots
.favons rdpandre avec tant de profu-
fion fur les chpfes lesplus importantes,
S n nous permet as de fixer notre fitua-
tion A cet regard; & c'eft en vain que
nos voifins nous declarent fucceive-
ment qu'ils ne veulent plus traiter avec
nous que pour des objets de rieceflite.
Quand on.vient A consider la maffe
de notre luxe, que 'on vok fon poids
enorme;qput enter a note charge,
peut- gnrne pas s.attrifter? Ne doit-9n
pas defrer que cesones refolutions
9trQuvtes, plutot put-ert que es


lo1, nbous portent n'admettre dans
notre confommation que le product du
commerce de neceffite?
SDans une Nation oih les dernieres
claffes n'agiffent qu'a linflar des pre-
mieres, celles-ci doivent etre tres-cir-
confpedes, & doivent toujours donner
des examples du patriotifme le plus
pur; car, quoiqu'ilfoit de rigueur pour
tous, ill leit en quelque forte davan-
tage pour les premiers ordres, relati-
vement aux fuites. Si les ravages que
fait le luxe parmi notre people otoient
mieux connus, fi cette claffe precieufe
des homes n'etoit pas tant dedaignee,
il y a long-tems que l'on fgauroit ap-
precier les richeffes que nous donne
le produit du luxe, Mais habitudee g-
nerale, rien moins que patriotique &
fortement contra&ee de ne jamais
better les yeux fur les claffes infirieu-
res, fait que Y'on voit tout en beau:
nulle diftinfion entire les richeffes fac-
tices & les reelles, parce qu'il faudroit
reflechir, & que c'eft un travail pour
ombree de gens.
Interrogez nos Manufa&uriers de pre.
mier befoin, ils diront tous qu'ils ont
les plus grandes peines A contenir les
hommes qui animent leurs fabriques ;
ils entendent fans ceffe I'ouvrier de ne-
ceffite envier le fort de l'ouvrier de
luxe, fouvent moins riche que lui,
quoique ce drernier gagne ordinaire-
ment beaucouip plus. Nous les enten-
dons 6galement fire les reflexions les
plus fenfies fur cette foule de valets.a
charge a l'Etat, A charge A leurs Mai-
tres, ,ouvent A eux-memes ,& don't la
,moiti. eft toujours dans une inafion
qui revolte l'homne laborieux & le ci-
toyen inftruit del'6tat d'abandon oh fe
trouvent pnos cimpagnes que ces hor.m
mes ont quittees au moment oa ils potu
voieft Stre utiles,
.. ~ .' .* ,T .-


I


------------
---- -



















































I I


Ce o'eft pas tout le fate qui envi-
roine les premiers Ordres,,qui les rend
plus refpe&ables, m8me aux yeux
du peupi1e; on peut affurer qu'ilsle fe-
roient:bieiidavantage focus un apparel
plus simple & en meme tears plus pa--
triotique. Le merite & les dignites rek
cevront toujours de finceres homma-
ges, -quelque simple que foit la forme
fous laquelle ils fe prefenteront rien
ne peut ternir leur eclat, & le luxe ne
peut jamais laugmenter.
Qu'il feroit beau de voir dans un
Etat tous les Ordres. concourir au bien
general, tout le monde A lenvi, facri-
ier fes gotIts & fes caprices, lorfque
des calculus patriotiques Pexigent, &
voir fortir de te tout htarmonjieux unli
filicitc. genhrale P A la place de ce luxe
deftruteur, qu'il feroit fatisfaifant de
voir r6gner cette aifance, fruit d'une
.conomie hienfaifante aufli floign6e de
P6pargne fordide que de la diffipation !1
C'eft pour lors qu'on auroit toujours
d'abondantes reffources pour donner
des fecours au Prince toutes les fois que
les befoins de l'Etat l'exigeroient. On
n'auroit plus le chagrin de voirjufqu'
Phomme de peine fe refufer le n6cef-
faire dans fon travail, pour avoir plus
A donner dans d'autres moments. A la.:
difipation, & afin de pouvoir repandre:
ifr lui un air d'aifance qui exiftefi peu,
que fes enfans manquent fouvent de
tout.
C'eft fans fondement que 'on d'onne
le luxe comme un. figne de l'aifance
d'une Nation, come une preuve de.
beaucoup de fuperflu, puifqu'it eft vrail
de .dir. que ce qu'oi li donrne, efe
prefque toujoiirs t6- a u4 eeffire :,
c'eft bien plut6t one peuve de la plus
grande~.maation & la fite di rrd,
re dnt touso lksefforts tlndenit i tmiaf
-uasi une paiavretv ziann .daio4a 0


Stat naturel,mais quldievient honteuide.
apperue foius la gaze du luxe, &c qui
augmente ,plus on.laveut cacher.
Quelque fommaire que foit lPexpo-.
fition que r'on a faite des dfavantages
du commerce de luxe & des advantages
de celui de neceffit6, les bornes que je
me fuis prefcrites me forcent de fup-
primer beaucoup de chofes importan-
tes; c.ependantje crois en avoir affez
dit pour que. chaun puiffe fentir la-
verite & l'exaitiude de mes reflexions.
fur cet objet intreffant..

EXTRAIr T d Memoire de M. de Mon.
taudouin, de Names,fur le Commerce.

M. de oMntaudbuin fitrpris avec:
raifon du peude cas qu'on femble faire
du. commerce, malgre la confideratioan
que le Gouvernement s'eft efforce de
repandre furies Negocians, fe plaint
de ce que les.eloges qu'on fait de l'agri-
culture font toujours. accompagnes
d'une fatyre amere& fouvent indecen-
te contre le commerce, & de ce qu'oii.
place dans la chaffe ftrile & meme nui-.
fible ceux. qui exercent cette profef--
fion.., Cependant le commerce dit-il,
efta l'agriculture & aux arts. ce que
te movement eift toute la natiure..
SL'effence du commerce eit la circu-
,lation entire les hommes des diffiren-
,tes produ&ions de la terre de 'eau'
,& de 'induftrie.. Envaihn une Nation,
aura .un grand' nombre de Cultiva-.
steurs.: fi ete ln'a pas des Negocians,
occupies s fans ceffe A calculer les.be--
I foins de Punivers & ouvrir des d&-
o bouch6s aux fruits de cette culture,,
W au fein de l'abondance elle fe trouvera,
Snclans la mifere, elle manqtira de tout,
S:excepte de ce qui eft nei6ffaii'e pour
.fatisfaire le premier ds befoihs. Elle,
4,raf fmans nc ,par *onf4qu-en:
-'1, 1NUi~ ^i M~~ty'rt U5{i~i


.-.o.. *~...., c.
__ __ -II--










gfins puiflanee &8 fans confiderationi
.au dehors. Ses Cultivateurs front
idecourages par la richeffe mime de
Sleiurs moiffois. Une Nation au con-.
i traire don't le fol n'eft point propre 4
i) la culture, mais qui et adonnee A la
. navigation & au commerce...aura
) fans ceffe d'amples provisions de
Sgrains, & pourvoira aux befoins me-
n me des Peuples qui les ont cultivs...
SSans le commerce tout languit, &
Sl'abondance eft une ruine.... La me-
o prife des Ecrivains qui ont trait cette
Simportante matiere vient de ce
o qu'ils ont confidere une nation com-
, me etant ifolee, & n'ayant aucune
i relation avec les autres.. La puiffan-
i ce des Nations fe mefure fir le nom-
. bre de fes Negocians, de fes Matelots,
.de fes Navires, &c. En 16oo PAn-
Sgleterre avoit tant en argent qu'en
SNavires naifons, fonds de terre
S2 6 millions, 2 tiers fterlings, & en
1660 elle avoit plus du double; en
S1.688, elle avoit pres du triple; en
1, I749, 'argent monnoy 6, les autres
effectss mobiliers, les fonds de terre fe
I montoient 1000 millions fterlings.
, Ainfi en moins d'un fiecle & demi la
, richeffe de P'Angleterre s'eft accrue A
: peti pres dans la progreffion de i 1
5| 5,&c.
M. de.Montaudoin trmine fes ob-
fervations par les reflexions fiivantes:
on peuti uger de-l fi les Negocians
| forment uneclaffe fterile& nuifible,&
H Iile commerce exterieur eft peu im-
portant. Mais pourquoi combattre
ferieufement des erreurs auffi vifi-
bles... Quand on eft oblige, dit un
| grand honime, de proUiver des veri.
n tes aufi claires, on court rifque de
Sperdre fa peine. Difons avec un
SPoete: Aver/us M aeraturisdelirus,
| amenSf,.


SPECTACLES.
On donnera remain, au Cap, I A
vocat patelin, Comedie en trois Ates,
de M. Fagan. Cette Piece fera fuivie
de la Rofe, Opera-comique.
Dimanche prochain, on donnera
une feconde Reprefentation de Sancho-
panga, Gouverneur dans. I'fle de Bara-
taria, Opra-bouffon, fuivi du grand
Ballet pantomime des Braconniers. II
y aura le meme jour Grand-Bat.


AVIS


DIVER S.


Le Srs. Loup & Braffier, Fermier de 'Embarca-
daire de Caracole, tiennent le paffage dudit lieu au.
Cap les lundi & vendredi de chaque femaine ; les effects
pour Mrs. les Habitans de Caracole, Jacquezy, le
Trou & Limonade, doivent etre remis a M. Rigaud,
N'gociant, rue du Bac, charge de la Dire&ion du
paffage, chez qui eft leur Magafin: ils ont pour la
commodity du Public, outre de vaftes Magafins pour
recevoir toutes fortes de denrdes, des embarcation$
pour les tranfporter A bord des Navires ou i terre;
des Tonnelliers pour rabattre les fucres: ils ont aufi
pratique bien avant dans la mer une jettee en roches,
au bout de laquelle on pourra charger a mer baffe
une barque de jy bariques ( cette derniere commo-
dite fera bientbt ~ fa perfe&ion par le moyen d'urin
Grui qui va y etre.placde.) En un mot, on trouvera
chez eux, outre Flexa&itude qu'on a droit d'exiger
des perfonnes publiques, tous les avantages qui pour-
ront concourir au bien general de ceux qui voudront
bien dprouver leur zele.
Nota. I1 fera affichd tous les dimanches a la porte
de l'Eglifedu Trou, une life qui contiendra les noms
de ceux qui auront des effects a l'embarcadaire, ve;
nant du Cap par le Paffager.
Mrs. les Crarnciers de la fucceflion de feu M.
Allain, Confeiller au Confeil Superieur du Cap,
font pries par M. Rimbert, N6gociant, Syndic de cette
direaion, de vouloir bien fe trouver jeudi 29 courant,
huit heures du matjn, en 1'Etude de, Me. Delan, No-
taire, pour y d6liberer fur les affairs concernant
ladite irefion, & notamment fur operation & rap-
port de Mrs. les Commiflaires en vertu de I'arretd faith
par la deliberation du 9 odobre de I'annee derniere;
attend que 'affembile convoquoe au 3o dicembre
,dernier n'a pas eu lieu.
Le Sr. Coulomprie MM. les Creanciers de l'ha-
bitatiop 4e.M, le Chevalier de Rial, aux droits des
HriitierSe d ondta'n, de vouloir bien remettre Me.
flenude, Procureur au Ca unenote de leurs cre-
ances, la nature & la date defdites creances.
On prie ceux qui ont des hypotheqiues fur les
blens du Sr. Tou[te, Forgeron au Cap de) es declarer
chez Me, Robert de la Brefaudiere, Procureur, rue
Royale avant le premier n 'avril prochain,


I
1




2"'


24
Mrs. les Crbanciers du SIeur Nicolas Verrier, Bou-
langer au Cap, "rue EfpagIole' font pes'idde fe trouver
lundi prochain, 26 du courant, 3 heures apres midi,
en lEtude.de-Me, ,Sallees, Notaire, rues S. Laurent
& du Morne-des-Capucins, afin ide prendre des ar-
rangemiens:pourle paiement'de leurs criances.
D, E M A N 'D E.
SOn dfireroit fqavoir des nouvelles 4u nommn
Jean Coube, Pacotilleur forti depdis- c iDq nmoi's du
Quarter d'Ouanaminthle .o il faifoit. ci-deyant' fa, r-
fidence. 1 'eft de taille mediocre borgne ou voyant
peu dun oeil, nimal- mis & tres-brun..Il a1 deux che:
yaux & il vend d'es tiles .blanches indiennes ,
mouchoirs it aires i archandidfes. Ceux qui en atront
quelque connoiffance font pries -d'en onner avis
SMrs. Riviere & Mangeant Mds. auFort-Dauphin.
NAVIRES EN. CIHARGEMENT.
Le Marquis de la Pailleterie, Capit. Hamel, du
Havre,.partira pour leditlieu dans le courant de mars.
Qeux qui voudront y paffer ou charger A fret s'adreffe-
ront audit Capit. en fon Magafinr, au vieux Gouver-
nement, au Cap.
..Le'Bateau' les Deux-Amis du Port-au-Prixnee,
Capitaine Pierre Larre4 partira A la fin de li femaine-,
&prendra du fret pour lePort-de-Paix St. Marc,
Port-au-Prince &. Logane. On s'adreffera M.
'oirnier ils, Negociant rue du Gouvernemrent auCap.
Ceux qui voudront charger a fret fur la Fl^te 1'Ele"
phant, c.ommandee par M, Gilbert, allant en droiture
a Bordeaux, & qui partira inceffammiet, n'auront qu'a
0'adreffer aM. Courrejolles ou M. Dubourg, rue de
a Fonitaine ou aditt Sieur Gilb.ert On prendra,
iavoir; fucre blanc 7 d. brut 9., caff6 io, indigo 14,
coton 1S. Ledit Sieur Glbert s'oblige de remettre les
marchandifes A fret audit lieu de Bordeaux, & promet
tenir les memes conventions que les Navires mar.
-chands, offrant de donner caution avant fon depart.
B IENS ET EFFECTS A VENDRi ,.
Lefamedi 14 fhvri. prrochain, A la Barre du Siege
iu 'Cap, ine Habitation fitt ile'a Montagne-Noire ,
SQuartiei & Paroiffe de la Graride-Riviere,. ddpendant
de la fucceffion du feu Sieur Pierre Bouyer, confitant
en 70 quatreaux de'terre ot :ehviron, fur aqieile
ai1 ya 20 miille pieds de caf i en aftez bon .tat. '
Ilfera procdd famnedi prochain 24 du courant, A
la Barre du Siege Royal du Cap., a la vente & adju.
dication d'une oPlace fife au Haut-du-Cap, prisTPha-.
bitation' de M. Ferrafy, d.i4endante. de 'a fuccefion
de feu M. Sicard, avec4 fes. cir'onftances &:e~ en-
dances'; & fpiarir eni', d4 fii Negres :'leidut ala
qrequte de M Crebf iCia ,Excutexur teffaientai,~e.
UUne Place de, 6 d"quarreaux itiee 4 la Sduffriere
duID6noi0ri Paroi'lde 'l'Acid, fur laauelle ii y a io
rille pieds de caff d rapportans; line Cafe de'45 peds t
deu autres moins grades, & huit tetes de Negres.
II faut s'adeffer au Sr. Cottet ,Tapiffier au' Cap,, de-
meurapt au.coin do Magaf .,de Madame 'Gbofet', rte
'$f.Louis, ttiien fera bonne, conppfii1. ah. '
SLe famed 2l i fvie'r prochairi il' fera Veiidu A' la i
barre'duw Sie 8'Royal dui Cap 26 t-tes dei Negies
dependant' dei .la icceffion BoQuer payables argent1
comptant
ois d'cajou nAouc1etd, enh madtiers de quatre
po6tes d'ipaiffetir des airoires toutes faites,, de
m6me bois r parnies en cuivre, chez Ie Sr. C:ott
ses Taranne .Fermre au Cap


Tabac ans parell, 9 av boiteeite &' en t
tail; liqueurs de la Martinique : chez le Sr. Bouffard ,
rue des Religiefes,, au coin de celle de Vaudreuil.,
au Cap.
. Un fort ;beau Mulct Creole de haute taille: -atuel-
lement dans la favanne de la Foffette. IIfaut s'adreffer
AM. Tourardel:, Nkgociant au Cap.
SUne Maifon fitue a l'embarcadaire de la Petite-
Anfe, batie fur un emplacement de 60 pieds quarres,
confiffant en deux chambres & une halle en majon-.
nerie, un cabinet & une cuilne magonnes. entire po-
teaux, le.tout couvert en, effeites & garreld., avec
colofibiter court & piits. On s'adreffera A M. Jolly,
au CqpA:qui laliite Maifonappartient, oui M.'Sicard,
Fermier des Boucheries, au Bac.
A :BA ILB OU U:: A LO V E .
AlaBarre du Siege du Fort-Dauphin, pour trols
ans,'le 5 fvrie'r prpchain une Habitation, fife an
Quartier dela Nouvelle-Gafcogne, dependant de la
(icceffion du feu Sr. Jofeph Lordu dit Lafale Mar.
chandTajlleur au Cap, contenant 64 quarreaux' "de
terre dorit 12plantis en caffI d'un an & demi & deux
ans & demi, 2. en vivres, avec 14. t.tes de Negre.j
don't 12 travaillent & 2 enfans ; fur laquelle'il y a une
grande Cafe.de 36 pieds;, une cuifine i un magafina
caff oiun glacis & trois cafes a :negres,
Six Negres Forgerons jeunes & bons Ouvriers ,
avec trois forges & les outils qui en dependent, le
tout A affermer ou a vendre enfemble ou fiparement,
au i avril prochain; en cas de ferme, on louera la
maifon oa iefdites forges font ontoes,. &, qui eft
fort achalandee, rues Vaudreuil & de la Providence.
On s'adreffera a M. Maille, NWgociant rue du vieux
Gouvernement, au Cap,
Une Maifon en ma'onnererfife au Petit-Carenage *
appartenant au Sieur Sarreau, Chirurgien, confidant
en trois chambres baffes, don't une couverte en e.
fentes & les deux autres en tuile,, une galerie & un
cabinet A chaque bout, une cuifine, une chambre d'e
I autre cotd, une court avec claire-voit en bois peint,
un puts & deux halles de 60 pieds de profondeur cha.
cune. I1 Tfaut s*adrefier Mrs. Guillodeu jeune &
Paugegt, Ngocians. au Cap, qui en front bonnt
compolition,c ,
)i EFF'ET PERDUS .
eux Chevaux, I'un gris-fer, tampp a la cuiffle dit
c^t" du montoir B & l'autre bai, crins noirs, etampe
du meme c8t6 HA, appartenans au Sieur Brebaii,
,Chiurien aLjimonade. ,
Un theval melade ,, etampe du cote du montoir
PB :61happd d'Acquin la nuit ddi 22 au 23 decenibre
derrier. Ce~ux qui ehi ait ont cannoiffance, font pri4s
d'en ,donner avis. au Sieur Gofelin, Capitaine du.Na-
vire le Mar-dhal-deLowiendhal, du IHavre, en geftion
aux:Caiyes-Saint-Lopuis ,
Un Cheval rouge, marqud d'une fleur de Uis fir ta
cuiffe gauche, chapp d'epeis deux mois. un Mulet
echapp6 depuis dimanche dernier. Ceux qui en auront
conoqiffanc- foot prit s d'en donner avis A M.. Cara-
*bIffe, N6 ociant au Cap.
S. SCLA.V.ES EN MARQ.N..A'GE,,
Urn Negre nouveau ,prioverant de la Cargaifof
'.du Navit le. Rotllnd:, d'Honfleur ,Capit Ldievre,
,d la taille de pieds 9a 4 pquces, ag' d'environ 22
ans, habilld A neuf, s'eft fauv pres le Mouflic, a trois
lieuesdu Cap. Ceux qui en auront:c.onooiffance foat
pries de le fire arreter, & dben donner avis a M
Riffud Md, rue Daughiae au Cap.


S '' I''
, *".. "
SD,' IjI;










'I


I'











4'
'








:, p.,
'. : '



-,t ';/. '"
/"^i

S,,,( ,
', ';- ,







: '

'* ': ,''
,,..',






h, ,
,







'I' ,
1 ,








I~h
,' i '
r'" ''


-. ;. '
'. *,,'
S'**





1 '
,. :'
r ,
.' '.:
'. '*


--------------------------------~----- "---














.G' "I'
r ;i:
,,



'~' ~
~~"I
"'~''
h~'~!
.

.:, .~
i:.; :il
-' '??II~
.II
I'
It i
.'r i. .
u-. .,
'
2~,,i
i. :
";;;.5









,
r~t
r
.~' I
..
i


""'
'

.II
i.
'1
I! I,

~I r~
,
B
`;"
'' "I'
:'::
~
'"'
i:

I~


AFFIC}UeS


ARRir'EE de Navires Marchands.

Aux CAYES, le 9 de ce mois, la
Toifon-d'Or, de Bordeaux, Capitaine
Vienne.
A JACMEL, le I1, 1'Equite, auffi
de Bordeaux, Capit. Vincent : le 16,
laJudith, du Havre, Capit. Soray.
Au PORT-AU-PRINCE, le i5 ,le
Senau la Sirene, du Havre, Capit.
Langlois, parti le i decembre, & le
Solide, de Bordeaux, Capit. Viviat,
venant de Saint-Marc.
A S. MARC, le 2o, le Barbanfon,
de Dunkerque, Capit Saujon, venant
de la C6te-d'Or avec i i2 Noirs.
Au CAP, le 2z, le Brigantin 'A1-
lexandre, de ce Port, Capit. Maubu,
parti de la Nouvelle-Orleans le I de-
cembre:le 23, la Reine-de-France, de
Nantes, Capit. Pellard, & te Chavigny,
du meme Port, Capit. Cafeneuve,
parties le 3 decembre.

NA VIRES Marchands en expedition.

Au CAP, 'Af.omption, de Morlaix,
Capitaine Defmoulins, pour Nantes ;
la Comtefe-de-Brionne, Cap. Romain,
pour Dunkerque; la Defre'e, Capit.
Coycault, & tAme'ricain, Capit. Hi-
riart, pour Bordeaux ; la Colombe,
Capit. Agez, pour Saint-Malo.

DA PA r de Navires Mardands.

Du CAP, le 17 de ce mois, Ie Mar-
finicainh Cap. Giraud, pour Marfeille.


& r'AcTSif, Capit. le
Nantes.


Chever, pour,


PRIX des Marchandifes de la Colonie1.

Il n'y a point eu de changement dans
ces prix aux Cayes, ni a Saint-Marc.
Au PORT-AU-PRINCE, le zi de ce
mois, Sucre blanc, 46 52 1. commun,
42 44 1. brut, fans course fixe. Indigo
bleu, 6 1. o f. a 7 1. cuivre, 5 1. o f.
61. Caff6, 16 f. Coton, 190 A oo100
A LEOGANE, le m8me jour Sucre
blanc, 48 501. commun, 36 a40
brut, zo a 221. Indigo mele, 6 1. lof.
cuivre, 5 i. iof. 5 I. xf Caffi, I64'
Coton, :90 19 51.
Au CAP, Sucre blanc, 48 h 58 Iiv'
common, 30 a 45 1. brut, x8 a 25 I1
Indigo bleu, 7 a 81. cuivre, 5 1. 51.'
Io f. Caff nouveau, I6 A'17 f.vieux,
14 1: ITf. Coton, z2o z2o1. Cuirs,
6 A 9 1. Piafires gourdes, 37 & demi
pour ioo.

PJux des Marchandifis de France.

Avx CAYES, le II de ce mois;
Vin vieux, i so liv. nouveau, 180 .
zoo 1. Farine de Moiffac, 80 1. com-
mune, go a 60 1. Chandelle, 3o f. la
livre. Huile, 3.o 1. la cave. Savon
1301. le cent.
Au PORT-AU-PRINCE, ledit jour
2r, Vin vieux, xSo. nouveau, Io2
i. x5ol. Farine de, Moiffac 66.a75 L
Chandelle, 25 f.. la livre. Huile de Pro,
vence z x 1.la cave. de Bordeaux ,3.


AMERICAINES.


Du Mercredi


2S Janvier.


ANNi 1767. EN. 4.1 )


I 'Al


I












A 3 6 lv. Savon, o9 liv. Ie cent;
A LIOGANE, le meme jour, Vin
vieux, 180 liv. nouveau, x40 a 15o1.
Farine de Moiffac, 75 a 8o 1. Savon,
oo 1. le cent.
Au CAP, Vin vieux, 6o0 i zoo liv.
nouveau, 20o A 1501. Farine de Moif-
fac, 66 A 8o 1. commune, 48 A 6 1,
Boeuf, 60 70 1. le baril. Beurre, I 5 f.
lalivre. Petit-fale, 361. l'ancre. Huile,
4 42 1.lac ave. Savon, 80 ioo1 .
COURSE DU FRET.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre, I1 d.
Indigo, 24 d. Caff1, i6 A x8 d. Coton,
30 d.
A LLOGANE, Sucre, Iz h 14 den.
Indigo, z4 d. Caff1, 18 d. Coton,42 d.
Au CAP, Sucre blanc, io A i d.
brut, 14 A 16 d. Indigo, 0o a 24 d.
& pour le Havre 36 d. Caffe, I 5 a 18 d.
Coton, 24 A 3o d. & pour le Havre
36d.
M.o R T s
Les Sieurs Toxville, natifde Marly-
le-Roi, Diocefe de Paris, ge de 38 ans;
Thouin ancien Officier de Milices,
ige de 34 ans; Geofry, natifde Saint-
Maixant en Poitou, age de 58 ans,
& Lion de Loumeau, age de 38 ans,
natifde Saint-Pierre de la Martinique,
font morts au commencement de ce
niois au Petit -Trou Quartier de
Nippes.
NEGRES MARONs.
'Au FORT-DAUPHIN un Negre
Congo, pomm Franfois, etampe fur
le fein droit BEDOU; un Negre creole,
nomme Jacques, fans oreilles, ayant
le dos couture & un collier de fer, fe
idifant appartenir A la nommie Manon,
n. 1. Boulangere au Cap; deux Negres
pouveaux, de Nation Bambara, etam-


pes fur le fein droit B P; deux Negril-
lons Congo, nommes, 'un Alfonfe,
& rautre Jofeph.
Au CAP un Negre Creole ,nomme
Jean-Frangois, etampe fur le fein droit
GALIF, age de 45 yo ans, taille de
5 pieds 4 pouces, fe difant appartenir
a M. de Galifet, Habitant au Haut-du-
Cap; une NMgrefle Fond, nommee
Zabeth, tampe f.ur le fein droit ILC,
fe difant appartenir 4 M. Cherruelle,
Procureur au Fort-Dauphin; deux Ne-
gres, lun Bambara, nomme Michel,
& I'autre Adia, nomme Cadiau, fe di-
fant appartenir Mde Pervier, Habi-
tante au Morne-rouge ; un Negre
Creole, nomm6eJean-Pierre, fe difant
appartenir A M, Prou, Habitant au
Gros-Morne ; uhe Negreffe Congo,
nommee Flore, etgmpee fur le fein
B BYL, fe difant appartenir au feu
Sieur Lebrun, Habitant a la Grande-
Riviere; uri Negre nomme Coffy, fe
difant appartenir a M. Boujeau; deux
Negres nouveaux, 6tampes COCHON,
& au deffous LATOUR FRERE,

NOUVELLES D'ELROPE,
: U ED E,
La rencontre du Prince Guflave &
dela Princeffe Spphie-Magdelainme de
Dannemarck s'eft faite A Elfeneur,
& la ceremonie de leur mariagede-
voit avoir lieu au mois de novembre.
LesEtatsdu Royaume ont delibere
fur la fuppreflion de l'Ordonnance con-
cernant les rangs & pre'minences,
laquelle donnoit matiere A tant de con-
teftations parmi les families. A l'gard
des Nobles,a qui le pas eft dui par leur
naiffance, il n'yaura aucune difficult;
miais 'opinion des Membres les plus
raifonnables qui component les autres
Ordres qui eft que toutes les gq


i;
'
I'fr


r
~,~P
'
'
r
r

''



r ~~ i .:
I;
,i
I .
1,

i I







..i

!






b-(
..~I
a
~
:1
I'


I-~;SIUW~'-~s~;-~-~;~L~r~.-;rrt;Li~;~; TZ=rrc~c---_;~- -q-i-.~-Fi~~-~9-~ Ora~a~~h~-r~----rr^-- ---- -_


---~1~1 I---~'-----


'm1
iH









nuyeufes disputes fur la pre'fance
foient bannies pour toujours du course
des affaires, prevaudra.
SDANNEM ARCC K.
On prepare de grandes fetes pour
recevoir la nouvelle Reine qui eft en
route pour fe rendre a Coppenhague.
'":: ITALI E.
Le Gouvernement de Naples, ayant
S et informed que la recolte des grains
avoit totalement manque dans prefque
toutes les Provinces du Royaume, a
S dfendu, fous peine de mort, I'expor-
.tation des bleds, de la farine & des
pates.
On eft tres-occupe A Rome des mo-
yens de fe garantir de la famine don't
on eft menace par la difette de grains. II
n'y aura dans cette ville, ni fpe&acles,
": ni divertiffemens pendant le carnaval;
& l'ufage du gras fera permis pendant
;i -le Car8me. La volonte du Saint Pere
etl que le teams du carnaval, de meme
j que celui du Carme foit employee a
des prieres publiques, afin d'obtenir tes
fecours du Ciel dans les trifles conjonc-
, tures oit fe trouve 1'Etat Ecclefiaffique.
I L'arrivee inattendue de 'Efcadre Ve-
nitienne devant Tripoli, a tellement
furpris & deconcerte le Bey, qu'il a
, rendu toutes les prifes faites fur les
Venitiens, paye les dommages & pro-
mis d'obferver: dorenavant avec plus
d'exafitude la paix qui fubfifte ertre
les deux Etats.
Le term du Traite d'alliance & d'a-
mitie entire la Republique de Ve-
nife & celle des Grifons etant
expire, le Gouvernement de Venife,
loin d'etre dans l'intention de renou-
veller ce Trait6 vient de rendre un
DIcret par lequel il eft ordonne A
tous les Grifons, 4tablis & domicilies


17
dans les Etats de la Republique d'en
fortir au plus tard avant le premier.
oaobre.
Des lettres d'Alger portent que le
aoft dernier, il fut decouvert une
confpiration contre le Dey don't
l'execution etoit fixee au lendemain.
Il en a coute la vie A dix d'entre les
principaux Chefs, don't quatre ont dit,
avant de fubir le fupplice ,que d'auttes
A leur place ex6cuteroient ce qu'ils n'a-
voient pu fair, fans vouloir nommer,
leurs complices.
ES P AG NE.
Au commencement du mols de fep-
tembre, le Roi accompagn6 de plu-
fieurs Grands & des Miniftres tran-
gers, s'etant rendu dans une plaine
entire St. Ildefonfe & Segovie, 1'Am-
baffadeur de Maroc remit a S. M. les
prefens de fa Cour qui confiftoient
en 4 chevaux, i z chameaux & droma-
daires. On efpere qu'il y aura un
Traite d'amitie avec cette Puiffance
Barbarefque.
PORTUGAL.
Le Roi ayant ete informed des irre-
gularites & des abus commis dans fes
Etats par nombre de perfonnes qui
s'infinuent dans les families & em-
ploient toutes fortes d'artifices pour
engager les malades A difpofer de leurs
biens en leur faveur, de forte que la
plfpart de ceux-ci affoiblis par Ia
vieilleffe ou par la maladie, ou fou-
vent fiduits par des difcours:artificieux,
que l'on couvre du voile de la Reli-
gion, font des teftamens qui prevent
deleur patrimoine les heritiers Idgiti-
mes; S. M. otant informed, auffi que
parmi ces perfonnes avides it. fe trouve
des Ecclefiaftiques & des Religieux
qui j par un pernicieux abus des droits


~I---~-L1------I----~---C----


--- h- --r-r-*-rr- .~......_ .~









l8
de PEglife & de la difclpline Ecclefiaf-
qtique, s'empreffent, avec plus de cu-
pidite que de zele pour le falut des
ames faire dreffer des teftamens
don't les difpofitions rdpugnent, non-
feulement aux droits de l'Eglife aux
inflitutions & regles Ecclefiaftiques,
mais encore aux Ordonnances de plu-
fieurs Empereurs & fur-tout aux fen-
timens des Peres de 'Eglife approuves
par le Saint Siege; abus qui n'eft de-
venu que trop commun dans les Etats
Catholiques de 'Europe, & principa-
lement dans ce Royaume quoique
par un D6cret Philippe IV ait defen-
du a tous les Ordres Religieux de fe
faire infcrire dans les teflamens com-
me heritiers oh Idgataires, ni d'accep-
ter aucun legs en faveur de leur Com-
munaute: ces confiderations ont porter
S. M. faire publier un Edit, fuivant
lequel tous teftamens faits en faveur
d'une Confrairie ou Communautc Re-
ligieufe, de quelque nature qu'elles
puiffent etre ou ecrit de la main d'un
Laic ou Ecclefiaftique, parent du lega-
taire ou du donataire jufqu'A la 4 .
generation inclufivement, front te-
nus pour nuls & de nulle valeur; ainfi
que ceux faits au profit des Confeffeurs
& Dire&eurs de confcience des tefta-
teurs, &des proches parensdes Avo-
cats ou Procureurs don't ils auront
pris confeil en teftant.
AN G LETERRE.
Depuis quelque teams les affaires de
la Compagnie des Indes femblent fixer
particulierement 'attention du Public
& cell du Gouvernement. On pretend
qu'il fera question dans le prochain
Parlementd'examiner fi les conceflions
qui ont ete faites A la Compagnie par
le trait du Lord Clive, peuvent lui
-appartenir 16gitimement, fans avoir
't6 qonfirmies par le Poarlement & i


la Nation n'a pas le droit de les rdcla-
mer : tout announce que cette Com-
pagnie fera force de rentrer dans les li-
mites que fon piftitution paroit lui pref-
crire ; qu'elle bornera fes vues a fire
fleurir fon commerce, & que le Gou-
vernement fe refervera de lui accorder
fa protefion par fes armes & par fes
Efcadres.
On affure que le Gouvernement eft
r'folu de propofer aux deux Chambres,
entr'autres arrangements pour le bien
public, de reduire A trois pour cent les
interets de tous les capitaux de quatre
& de trois & demi pour cent, & de
prendre des mefures au moyen def-
quelles on puiffe acquitter dans la fuite
une parties des dettes publiques.
Le Roi & le Senat de Suede ont d-
clare au Miniftere que les nouveaux
engagemens pris recemment avec la
France, ne prejudicioient en rien au
traits d'amitie & d'alliance conclu der-
nierement entire L. M. Suedoife & Bri-
tannique.
II eft regl1 qu'a l'avenir les Troupes
de 1'Ele&orat d'Hanovre monteront a
z mille hommes.
Un Particulier a invented une machine
pour couper les arbres, avec laquelle
hommes front plus d'ouvrage en 5
heures, que n'en peuvent fire 1o
autres en io heures par la m6thode
afuelle. Cette machine fera de la plus
grande utility, furtout a 'Amerique
feptentrionale. Elle doit etre prefentce
au Prefident de la Societd Royale: fans
doute qu'on en donnera dans la fuite la
description.
Un Ecoffois a d6couvert un moyen
de faire du favon avec de l'algue, Ce
favon coitera o5 pour 1oo de meilleur
march que le favon ordinaire, II s'agit
de, fiavoir s'il aura les memes qualitis
que le favon fait avec de huile,


rl ~=iT~~~.-~-~~-57-~~-~Cr~-~IRrm --


::

'
,
,,,
'1

'
'








''
''
''






'I




I
II
'
'?i
cr;

'r
,!
'' r
r


Il

,,I
I:
: I

:I





[ .~~


----------~---~---~~-~ ~-
--- -------~~-
ai. .______.~ ___ -------------111









11 eft, fans contredit, avantageux
po-ir un Royaume commerqant & in-
duftrieux de mettre en oeuvre les pro-
duaions du fol, avart de les porter
'Etranger, & de ne pas les vendre en
snatiere premiere, quand elles font fuf-
ceptibles de recevoir une nouvelle per-
feaion. Cette operation qui a fi bien
reuffi 1'egard de nos lines quientre-
tiennent des manufactures & des mil-
liers de fujets, & qui procurent an-
jnuellement des fommes immenfes a la
Nation, eft applicable A tous les cas.
Pourquoi ne l'appliquerions-nous pas
au bled en fubftituant la farine au
grain ? la chofe eft praticable : nous
voyons par experience que la gratifica-
tion de 5 fchelings fur l'exportation du
grain, met nos Marchands en itat d'en
fournir les marches strangers, pr.f6ra-
blement A toutes les nations ;aini en
accordant une gratification tell que la.
dite farine puiffe fe vendre A meilleur
march par proportion que le froment,
on verroit tous les marches strangers
s'empreffer de fe munir de notre farine
plut6t que des grains des autres na-
tions. Cette matieremerite que le Goui
vernement la prenne en consideration.
Les efprits fi fortement agites contre
le Comte de Chatam, commencent a
fe calmer. La fuperioritE des talens de
ce Miniftre, force fes plus grands enne-
mis P l'admiration. Son zdle pour le
bien public eft le m.me malgre fon
elevation; & fes diff6rentes attaques
de goute nelaiffent appercevoir aucun
vuide dans les affaires oti il prend part;
& il ne fe fait rien qu'il ne foit aupara-
vant confulte.
FRANCE,
On vient de conftruire une nouvelle
entree plus commode & plus fpacieufe
pour le Jardin des Tuileries, Le paffage


qu y conduifoIt des giandes ecuries ,
etoit ci-devant une allee tres-etroite,
qui n'offroit qu'une echappee difficile
les jours de promenade. On a ouvert
une plus grande entree pour la cour;
on a fubfitu6 ; cette allee mefquine
une belle porte oii les voitures de l'e-
curie pourront paffer, & oti le grand
concours de monde qui fe porte la,
promenade, pourra circuler aifement.
Les Economats ont pris poffeifon
le i feptembre, des Abbayes don't M.
le Comte de Clermont a donned fa de-
miflion. On affure que ce Prince jouira
de 300 mille livres de rente fur la Lor-
raine, qui lui front paydes par le
Trefor Royal, & qu'il pourra A fa mort
difpofer de 60 mille livres de rente en
faveur des perfonnes qui lui font atta-
chees. Ce Prince jouira auffi, fa vie
durant, du Palais Abbatial de Saint-
Germain-des-Prez & de la belle Maifon
de champagne de Bernis. Le Roi s'efl
charge des reparations a fire dans fes
Abbayes.
Le fiecle precedent vit Racine, apres
la mort de Corneille, prononcer en
pleine Acadimie l'6loge de ce grand
homme, II eft beau de voir un rival
rendre un pareil hommage i fon rival.
Heureufement pour 1'honneur des Let-
tres, de tels examples fe renouvellent.
M. de la Condamine, digne emule de
M. de Maupertuis, vient de faire eri-
ger aux manes de ce Phyficien celebre
un monument qui honore 'un & l'au-
tre. II eft place6 dans l'Eglife de Saint-
Roch. Le fond eft une pyramid en
marbre de couleur lugubre. Sur cette
pyramid eft adoffT le medaillon de
M. de Maupertuis. Au deffous de ce
medaillon eft une epitaphe tres-detail-
lee, La table qui la renferme, fert de
point d'appui A une figuit de la plus
exaie & de la plus heuxeufe proporz









30
%tion. C'eil le Genie de FAffronomie,
defign6 par une flamme qui lui fort du
front, & par une c6uronne d'6toiles
qu'il tient A la main, piece qui a attire
tous les regards, & riuni tous les fuf-
frages.A l'autre c6te de la table eft un
autre Genie qui montre d'une main le
globe de la terre applati vers fes poles.
M. le Prince de Conti 'ayant ite
prendre les eaux de Pougues (dans le
Nivernpis) au mois de juin dernier,
y a fait confiruire une Fontaine, fur
laquelle on a fait ces vers:
Sans ornemens, j'errois dans la contrie:
Conti parut, & je fus decoree.
Ma force ne tarit jamais:,
C'ef1l'image de fes bienfaits.

Cette inscription simple & de bon
goutt, prove bien que notre Langue
n'eft pas incapable diigenre.
A M t IR I Q U E.
On vient d'etablir a Boflon, dans la
Nouvelle-Angleterre ,une manufaaure
de poudre A canon.
On a commence A planter dans les
differentes parties de la Province de
Penfacola, du riz, du tabac & des can-
nes de fucre, & 'on attend de cette
epreuve le plus grand fucces. On efpere
auffi que le terrein produira de la cire
neuve, de 'indigo & d'auffli bon jalap
que celui qu'on export aujourd'hui
de la Vera-Cruz.
Du Cap, e 28 janvier.
Onapprend de Verfailles que Leurs
Majeffes & la Famille RoyaIe ont figne
ke 1o novembre dernier e Contrat de
marriage e M.de Montholon, Premier
Prefident du Parlement de Metz, avec
Mile. Fournier de la Chapelle, file de
M. Fournier de la Chapelle, ancient
Procureur-G'ieral dtr Cbhfeif Supei


rieur du Cap, Confeiller honoraire des
deux Confeils de cette Colonie.
On lit dansle Journal d'Agriculture
de France, du mois de mai dernier,
unelettre de M. T. NIgociant A Bor-
deaux qui demand fi les Habitans
cultivateurs des Colonies doivent
etre ranges dans la cafe prodhcTie, ont
dans la claffeflerile. Tel eft Fefprit de
yftenie; il imagine des chimeres ; il
en fait naitre une proposition, & ii
l'taye de diftin&ions ridicules. Ce Ne-
gociant de Bordeaux allegue pour rai-
fon de fon doute, que la culture des
Colonies n'efi que le refultat des pro-
du&ions du Royaume & que leurs
productions ne font point d'une utility
abfolue; d'oh il conclut qu'on doit les
regarder, comme une manufafure de
luxe, table par la Metropole pour
etendre le debouche & la confomma-
tion de Tes denrees. II en appelle fur-
tout a 1lautorite de M. de Montefquieu:
mais les Journaliftes ont difcute cette
opinion par des observations qu'ils ont
jointes Alalettre de M. T. Ils ont con-
clu centre cet Auteur que les Colonies
cultivatrices ne peuvent etre regardees
comme des manufactures de luxe ; que
quand ilfaudroit les regarder ainfi, cela
ofriroit une raifon de plus pour admettre
la plus grande concurrence poible dans
leur commerce.
Suivant les dernieres lettres de Nan-
tes, les Etats de la Province etoient
fur le point de s'affembler A Rennes oh
1'6n attendoit inceffamment M. le Due
d'Aiguillon, Commandant en chef de
la Province, qui doit les tenir: on
ajoute que M. le Duc de la Tremouille
prefidera pour la premiere fois la No-
bleffe, en quality de Baron de Vitre.
On a encore appris par ces lettres que
MM. de la Chalotais pere & fils ont et6
ttiansferes a Paris, & que leur proc$


# gum&W*Opi* -1 4,4151;11111 ", -,-


'" "



' ,,;., '

,tl
, *' ",

*.i''

" ; I'


, .* ., '!
m I

I'


,* I ',
,,



'L '"* *
; i'





:';^.
.,;1 ''
3.1







':~ .^ i
*/,t ,;
,.,I

t ,














;_i
'-
: I i











'. .
i
,,


iEh~~-^----- --- --








Is~
'"




''
; I
..
:

-,



,,
~ 1.~
.


.:

,1;1
I

; :ci.




..


''
'

:

1
'!

~:
;I ~'
''''
;
:i
;:; r
S~'"'lr.
,
I:
;
.I:

:. .1:
i ~~
;~r;



:'

: .



:
11

'''
:e.
u
;II:
:I.i
:b
~



;


1olt s'inRfrure au Grand Confeil oh il
a te renvoye.
Le Journal de Saint-Domingue pour,
ee mois, paroitra iercredi prochain,
& les autres fucceffivement.


SPECTACLES .

On donnera demain au Cap, le
Midecin malgre lui Comedie en trois
Aaes & en profe, de M. Moliere. Cette
Piece fera fuivie de la Nouveauti.
Dimanche prochain, on donnera
la jeune Anglaife, oi le Triomphe des
Femmes, Comedie heroique, en deux
Ades & en profe, par un Auteur nou.
element ,arrive de France. Le fond
de ce Drame eft tire d'une Anecdote
Anglaife, qui a rendu le Prior, Auteur
Anglais, fi celebre par fon Poeme in-
titule Emma, ou la Brunette, qui a ete
traduit en Frangais par Mde. B ***
Cette Piece fera fuivie des Troqueurs,
Opera-bouffon.
.*>' *.;.. ..... i -- -

AVIS DIVER'S.
Me. Cherruelle, Procureur au Siege du Fort-Dau.
phin, fe difpofant a partir pour France par conger,
pour retablir fa fante, prie ceux qui Pont charge
d'affaires de venir regler aVec lui, retire leurs pa-
piers ou prendre des arrangements convenables.
SLe Sieur -Bernard Longueville 'Aubergifte '-la,
T&te-Noire rues Vaudreuil & Taranne loge les.
Habitans A pied & a theyal, A' 12 liv. par jour. I1 a
sne tres-belle court pour mettre les chevaux. & de
borns lits garnis pour les mattres.
-NAVIRES EN CHAR, CEMENT.
La Marquife-de-Chaflenoye, de Bordeaux, Capit.
Laguehay-M onplezir,, partira pour ledit lieu du I au
Xo mars pro chain., IIanque peu de chofe pour- com-
pleter fon chargement, ayant djafes deux premiers
Sangs faits. Ceux qui .voudront y paffer ou chaigert,
s'adrefferont A Mrs. Laguehay, le Junie & Compagnie
.Ndgocians, au Cap ,,lefquels, donnent en outre avis
.qu'ils ont a vendre un coffre d'6tuve pefant 30 quin-
taux, d I pouc e long fur 28 le large & 26 de
profondeur.
Le Brigantin la Marianne de Bordeaux, Capitaine
Durandl, du Port de 140 tonneaux ,.partira pour ledit
lieu, le io mars prochain.; e.ux.qui voudront y paffer
ou charger a fret, s'adrefferont :audit .apitaine, rut
Penthievre, au C ap., .
Le Chaldbrois, de Bordeaux, Capitaine Ariftoy,
partira pour ledit lieu' du Is au y mar prochain,


371
Cent qT voudrott y paffef ,ou charger ifret sadref-
feront audit Capitaine en fon Magatin rue St. Pierre
pres M. Chapdu, ou a M. Hugon, Negociant, dans
a maifon qu ocupoient ci-devant Mrs. Berard 6
Burk, pres l'Imprimerie. ,.
.Le Duc de Choifeul, de Nantes, Capitaine Sa-
moual, du Port de 4oo tonneaux, A fon troifieme
vayage, armed de o1 canons de fix & 5e hommes
d'dquipage, partira dans les premiers ours de mai,
Ceux qui voudront y paffer ou charger a fret, s'adref-
feront a Mrs. Tardivy &6 Coltot, Negocians au Cap,
ou audit Capitaine en fon Magafin, rue Penthievre.
SBIENS ET EF'ETS A VENDRE.
Le famedi 14 fevrier prochain, A la Barre du Siege
du Cap, une Habitationfituee a la Montagne-Noire ,
Quarter & Paroiffe de la Grande-Riviere, dependant
de la fucceflion du feu Sieur Pierre Bouyer, confiftant
en 70 quarreaux de terre ou environ, & fur laquelle
i y a 2o mille pieds de caff6 en affez bon tat.
Le famedi zI fevrier prochain, il fera vendu A la
barre du Siege Royal du Cap, 26 tetes de Negres
d-pendant de la fucceffion Bouyer payables argent
comptant.
Une Maifon fituee a rembarcadaire de la Petite-
Anfe, batie fur un emplacement de 60 pieds quarris,
confiftant en deux chambres & une halle en mason-
nerie, un cabinet & une cuifine maconnes entire po-
teaux, le tout covert en effentes & carrele, avec
colombier, cour & puits. On s'adreffera a M. Jolly,
au Cap, A qui ladite Maifon appartient, ou A M. Sicard,
Fermier des Boucheries, au Bac.
Un Bourriquet equior, age de 6 ans creole, que
Pon donnera preuve. On s'adreffera a M. Bonyfou,
Procureur des biens de M. de la Tour, au Camp de
Louife.
Ceux qui voudront acheter des drogues tant
fimples que compofees, s'adrefferont au ma afin du
Capitaine Blancard rue Penthievre au ap. On
y trouvera auffi tous les utenciles de Pharmacie le
tout a jufte prix.
Une Chaife prefque neuve doublIe de damas i
grand march. II faut s'adrefler M. .Molere Negociant
rue Efpagnole.
Une Habitation fitu6e au Pendu Quartier du
Gros-Morne contenant 1 i quarreaux de terre,
don't environ 12 en bois debut; fur laquelle il y a
grande cafe., cuifine poulailler cafes a Negres,
quatre indigoteries dontdeuxbattantes a l'eau & deux
par un moulin .i cheval. 11 faut s'adreffer a M. de la
Chauffee Habitant au Gros-Morne.
Des meubles & effects dependant de la fucceffion du
feu Sr,. Efmenar.d, confidant entr'autres chores en
argenterie, bijoux., betes comes & cavalines : la
vente s'en era le mardi 3 f6vrier prochain fur .ha-
bitation oui refidoit ledit feu Sr. Efmenard, fituee au
Grand-Boucand Paroiffe de la Plaine-du-Nord, A la
charge par les Adjudicataires de payer le prix de leurs
adjudications en argent comptant.
Deux Negres, deux Negreffes, deux Mulets &
deux Tombereaux chez M. Groulir rue Efpagnole
au Cap.,
Planches, Bois & Effentes du Miffifipi, & Liqueurs
fines de la Martinique, chez M. Gerard, Negociant
au Cap, rue du Confeil.
Plufieurs Negres Couvreurs. 11 faut s'adreffer A Mrs.
Julliany trrees, NIgocians au Cap rues d'AnjoQ &
des Kelgioufes.


* 14cr.;-












31
Samedi prochain It de cs mtois, 1i fera preceded
a la Barre du Siege Royal du Cap & la vente criee &
adjudicationd'nme Place fituee A la Petite-Ance pris
lativiere du Haut-du-Cap, avec les Batimens &c.
le tout dependant de la fucceffion de feu M. Sicard.
Un Negre lon Cuifinier. I faut s'adreffer A M. Ca-
reyon Officier au Regiment de Quercy, ;qui eft fur
fon depart pour France. S'il n'en trouve pas la defaite
de gre a gre, il le fera vendre famedi prochain A la
Barre du Siege Royal du Cap.
Douze quarreaux de terre arpentes & reconnus ,
enclaves dans les habitations de Mrs. de Granprd &
Preval, au Limbe, en argent ou quittances; fur lequel
terrein il y a deux cafes en bois incorruptible. I1 faut
s*adrelfer a M. Dumeny, habitant A la Coupe-A-David,
qui'en fera bonne composition.
Un affortimerit de cordages, bray fee & gras, gou-
drbn & poulies : Mde. Lavaud, demeurant au Cap,
qui compete fe retire en France en fera bonne com-
pofition, ainfi que de fon fonds do magafin.
A BAIL oU A LOVER.
Une Maifon fife rue Dauphine & St. Jofeph,. con-
fftant en cinq chambres, quatre cabinets,.gallerie,.
boulangerie avec deux fours, quatres Neg~es Bou-
langers & trois Negreffes louer ensemble on fepa-
rement pour le premier avril prochai. II faut s'adref-
fer a Mrs. de Blanchardon & Bellot t Ngocians au
Cap, rues St. Jean & de la Pointe.
11 fera procedd le famedi, 14 fdvrier prochain, A la
Barre duSiege Royal du Cap a.ladjudication du Bail-
a-ferme, pour le teams de trois annees, d'une habita-
tion appartenante au Sr. Courcedle, fitude au Quartier
des Cotelettes, & de la quantity de 26 tetes de Negres.
Une Habitation fituee dans les Mornes du Cap ,
press la Providence & les Dames Religieufes, conte-i
nant IS quarreaux de terre, proprest planter magnioc,
pois, mais,. petit-mil, &c., fur laquelle il y a une
grande cafe & fix cafes a negre : plus 7 tetes de-Ne-
gres.Ceux qui voudro3t prendre letout A bail,--ferme,
s'adrefferont a M. .han-Baptifle Tinel, Negociant au
Cap qui en eftpronrie'aire.
11 fera procede farnedi *prochain, A la Barre du Siege
Royal du Cap, A 'adjudication du Bail-a-ferme pour
le teams de 5 annies, de 5 tetes de Negres &'Negreffe
appartenant aux mineurs Pourteaux, don't deux font
Tailleurs un Boucher, 1un Valet, & la Negreffe
Blanchiffeufe.
EFFECTS PERDUS,.
11 a ete oublie fur la Calle un petit paquet contenant
Gazettes & autres Feuilles Periodiques de iPannee
1766. Onprie ceux qui auront trouv6 ledit paquet de
le remettre A M. Samoual, Capitaine du Navire le
.Duc de Choifeul de Nantes.
Un col de mouffeline auquel etoit attache une
boucle d'or, perdu lundi au foir, au Cap. Ceux qui
ont trouve ces petits effets, font pries de les remettre
A M. Rigaud, demeurant rue du Bac, Maifon de M.
Yvon, Archite&te.
Un Etalon efpagnol, poil rouan, chanfrain-blanc,
dtamp ~fur la cuiffe hors du montoir A B, ichapd de
la hatte de M. le Comte de Beaunay, aux Terriers.
rouges. Ceux qtif eh auront connoifance, font price's
d'en donner avis. M. le. Comte.dBeauizay, fur fon
habitafioh-au Trou. I1 y aura rec6mpenfe.
,.;.,, /".: Es ClAVES EN MAldt.. AGE.
: L T- TroisNegres Congo, qui^fg dadi Ci Qoloiede


puis 6 mois, tampes MOREL, font aaros depuost
femaines. Ceux qui en auront connoiffance, font pries
de les faire arr&ter & d'en donner avis avM. Morel ha-
bitant a Logane..
La Petite-Zabeth, Crole de Ste., S.z$nne,, Griffe,
&de la couleur A p eu pres d'une Mulatreffe &tanlp6e
LOHIER, ayant,les livres groffes, le vifage rond &
plein, de taille court & groffe, le- derriere marcqu
de coups de fouet, agde d'environ i'S a2oans, eft ma-
ronne depuis plus d\ux an. Ceux qui Ia reconnoitront,
font pries de la fire arreter & d'en donner avis a M.
Lohier de la Charmeraye, p remier Subfiitut de M. le
SProcureur-General du Confeil Superieurdu Cap.
SUn Negre Commandeur nomme Valerius,, age d'en-
viron 45 ans, s tamp. DUMENY, eft maron depuis,
Smois; ilfe ditlibre, fait commerce devolailles, &eft.
yvrogne. Ceux qui Ile reconnoitront font prids de le
fire arrete; & d'en donner avis A M. Dumny habi-
tant a la Coupe-A-David, ou M.. Tournier, Nego-
ciant au Cap.
Un Negre Congo-, nomm Jlean-Bapfife ,. agd
d'environ 33 ans de la taille de pieds etamp6 fur
<,.le fein gauche IPF, fcachant faigner & ayant ci-de-:;
rvant appartenu a M.Delaure ,, Me. Chirurgien au
Cap, & alueltertent A M. Barbe, Me. Chirurgien A
Limonade eft maron depuis un an; Ceux qui lea
recpnnoitront; font pris de le fire arreter i, & d'en
Sdbnner avis audit Sr. Barbe A Limonade ,ou A M.
Perpin N Negociant rue Dauphine au Cape, II y aura
z5 piaffres de recompenfe.
Trois Negres Nouveaux, etampis B P, le premier
nommi Jafon, le second TeUdmaque & le troifieme
la rollette; les deux premiers de nation Tiamba &
Faiutre de nation Quincy, font marons.: Ceux qui
en auront connoiffance font pries de les faire. arreter
& d'en donner avis A M. de Monfeignat, Habitant au
Trou, ou A M. Brette', Ne';goCVtlit aiu Cap, ruie neuve.
'Une Negreffe creole di l'habitation Paterfon, au
Trou, noimede Hllene 'tampee LAPERIERE,,
tUille de pieds 4 pouces ef mnarone depuis le 19
de. ce mois; eIle fe dit libre & fe deguife fouvent
Sen home. M. Laperire ,Habitant au Morne-rouge,
a ui cette NegrelTe apprtient,. prie ceux qui la re-,
Sconnoitront, de la fire arreter & d'en donner avis
i M. Suhard Negociant au Cap: ily ,auxa trc.Qm"
penfe.
Deux Negres Congo. Agis de. 26 ans, nommes
I'un Atis, &lPautre Hipolite, 4tampes DM, don't l'ua
a une loupe au poignet droit,. font marons. depuis
deux mois. Plus, deux Negres. creoles,. ages de 2e5
a 30 ans, nommde, 1mi Antoine, I& 'autre Noil, font
marons depuis plus de quinze jours .: its.ont des con-
noiffances dans Ie has de l'Artibonite, fur les habi-
tations de Mrs. Bifard ou de la Caye., Ceux quiles
reconnoitiont', font pries de les fair.e arr&ter; fans.
6gard aux billets, s'ils en ont, & d'en donner avis 4
M. Louis Magnanf, Habitant aux Gonaives, qui payera-
Izo 1. pour la prife de, chaque, & 6001. pour la prife
des quatre.
iUne Negreffe Adia, nommee Junon, dite Marie-
Jeanne, aige de 30 a 33 ans, etampee LAROVSE-.
LIUEE, ayant un collier de fer, eft marone depuis
le. 7 de ce mois. Ceux qui l.a recnnoioiront, font
priesde la fire arreter.i.& d'en donner avis auSieur-
tLrqufeliere, '4dmeurant- au Cap ,.rues Saint-Pierre &
du Morne-des-Capucins :11 y aura ricompenfe, J

4v P4rmijfiv


S'.


''
, .!...^ ,



'1 .i


',




*'


















'11
,- ?










':' *

S''. 'I ;'
"i ,:"):
'", f" ,

'1 ^ ';,
', ;-' -',





"i




', ';
-" r I i'.







i'r
'' it'*















^.^^
,- -' l ,

,,-- ;,,

:* ., -'
,'.b

", ,' ': ?


S. C 'g.'.
L t .-
,, .. i





i' .,.7

,'f
ti

.'d
..7





,, .- ;*. *
i


Rim~- _~







ANNIE 1767. [NO.*5 3.


MEEH S. AME.RICAINESO

Du. Mercredi 4 Fe'vrier.


Marchands.


A x CAYES, e ,I5 janvier dernier,
lIntelligence., de. la Rochelle, Capit.
Henry: e 16, 'Arada, du meme Port,
Capit Maffi, yenant de la Cote-d'Or
avec IZ.o Noirs.
Au FORT-DAUPHIN:, 1 15, les
Deux-Freres ,, de Bordeaux Capit.
Guerin, venant de Dunkerque.
A S. MARG, le 30, 'Aimable-Marie,.
d'Honfleur,, Capit. Hebert,, venant du
Port-au-Prince : ce Navire doit re-
mettre fous peu en mer pour fe r-endre
en France..
Au CAP, }e hi9, le Conifant,, de
Bordeaux, Capit. Leffenne; le Comte-
de-Clermont, dut meme Port ,. Capit.
Lalimant., part le 3 x pour le bas de la
C6te : le 30, I'Americain, de Saint-
Malo ,Capit. Nicolas, & le S. Sauveur,.
de Bordeaux, Capit. Delifle, parties
auffi le, 3 pour le bas de la. Cte :le
i de ce, mois, le Mentor,.de Marfeille,..
Capit. Durand; le Boulogne., de Nan-
tes, Capit. Chriflophe,.venant de la.
Cote-d'Angole, part ce jour pour le
bas de la C6te, & la Fidelle, du Ha-
vre, Capit, Ancelot:.le z, la Cherier,
de Bordeaux,, Capit.. Manefca, & la
odte-d''Or, d'Honfleur,, Capit. de No-
gues ,. enant. de la Cote-d'Or avec
8o 'Noirs .A 'adreffe de Mrs. Marette,
zaucon <& le. Grand., qti en ouvriront
la, vente vendredi prohain : le 3 I1
he. ,d Mareile Capit Mathieu


Andre, &.le Prince-de-Conde, de Nan-
tes,,. Capit.. Detcheverry (le Sieur-
Bouvet qui le commandoit tant mort)
venant de la C6te d'Or avec 240 Noirs.
A l'adreffe de Mrs. Tardivy & Collot,.
qui en, ouvriront la vente demain..
Di PA RT de Navires Marchands.
Du CAP, 1,e 2 de ce mois, le Saint-
Antoine-des-Ames, Capit. Gramont;
le 3, la Nouvelle-Union ,.Cap. Daffier,.
& la Defiree., Capit. Coycault, tous;
les trois.pour. Bordeaux.,
PRIX des Marchandifes dedaColonie..
Aux CAYES, le I8 janvier dernier,.
Sure blanc, 40- 48 1. brut, zo20 z 1..
Indigo bleu, 71. a7 1. .of. cuivre, v .
6 1. Caff6l,, 13 a5. f. Coton,, 18.o0

Au PORT-AU-PRINCE, il n'y1 a'
eu aucun changement, ni a LLogane.
A S. MARc, le 30, Sucre blanc, 50,
A 55,1-.commun, 30 P 45 1. brut, 24
A 2.5 1, Indigo cuivre, 5.1. a, I. of. (it
n'y en appoint de bleu)..CaffFe, 16 6a
17 f. Coton,,ao A.zo20 1. (tres-rare).
Au CAP, Sucre blanc, .48 a 58 liv.
commuri, .39 0 45 1. brut,, 2.0 A 24...
SIndigo Bleu, 71. 1 o f. 8 1. cuivr6,.,
A 6 1 Caff nouveau, I f.6 f d. 17 f.
6 d. vieux,,1z. -L.4 f. Coton, 1 1o .A
zzo201. Ciirs, 6-'91. Piaftres gourdes,,
S37'& demi pour zoo-,
PRIX des- Mrchanndifis de Frazee4.
Aux CAYEs ,,ledit jgur 18 janviert


r~4*8arra*~rararrar~iii-i-----l --


---~r- ,cr~----~-,r-r,----~----~-- -c--*-l~--rr~------rrr~-


, ~J~b~NIL~ay II ------------;-------------L--, ur




r~-;~l~."~n9--~-rrrv~~r-r r-'fl '---------~--~


34
Via vieux, 1oo a z2o liv. houveau,
r8o 1. Farine de Moiffac, 70 A 80 liv.
Chandelle, 30 f. lalivre. Savon, 1301.
A S. MARC ledit jour 30 Vin
vieux, 15o 1. Farine de Moiflac, 80 1.
commune, 45 A 50 1. Boeuf, 72 1. le
baril. Beurre, 2o a 5 f. la livre. Petit-
fal,3o a 36 l.l'ancre. Huile, 3o a36 1.
la cave. Savon, 1oo a 1zo 1. le cent.
Au CAP, Vin vieux, 5o '180 oliv.
nouveau, I30 A 1401. Farine de Moif-
fac, 70 a 80 1. commune, 48 55 1.
Boeuf, 6o 7 1. le baril. Beurre, I 2 a
15 f. la livre. Petit-fale, 30 1. I'ancre.
Huile, 24 a 42 1. la cave. Savon, 80 a
9o 1. le cent.
COURSE Du FRET..


Aux CAYES, Sucre, 12 a 15 den.
Indigo & Coton, 30 a 36 d. Caff6, 18
i z4 d
A S. MARC Sucre, Iz i5 d. In-
digo, 30 a 36 d. Caffe, i z ia d.
Coton, 40 5o d.
Au CAP, Sucre blanc,, Io a 2. d.
brut, i4 a 6 d. Indigo, zo A 24 d.
& pourle Havre 36 d. Caffe, i5 a i. d.
Coton, 24 a 30 d. & pour le Havre
36 d.
Mo R T .


Mde. ..... epoufe de M. de Cockbur-
ne, Chevalier de St. Louis,effmorte au
GrandBaffin le 17 janvier dernier.
M. Pinodi, pere, Habitant au mtme
Quarter, y eft mort le 28.
Dame Marie-Catherine Defaublaux,
veuve de M, lambert, efl more au
Cap le 31.
Le Sieur Pierre Boifet eft mort dans
la meme Ville le i de ce iois : il 6toit
apatif de Nimes.
NEGRES MAARONS.
Au FORT-DAUPHIN un Negre
pommte la Fiolerte, etampe fur le fein


droit BD, fe difant appartenir a M. de
Monfeignat; un Negre qui n'a pu dire
fa nation, le nom de fon Maitre ni le
fien ; trois Negreffes noivelles, de na-
tion Congo, nommies Pe'lagie Loui-
fon & Marie-Marthe etampees fur
le fein droit MD entrelaces; un Ne-
gre Fond, nomme Pierre, etampi fur
le fein gauche BALON, & fur le droit
C, & au deffous D, fe difant apparte-
nir a Mde. Balon; un Negre 6tampe fur
le fein droit IL, qui n'a pu dire le nom
de fon Maitre, ni le fien; un Negre
Congo, nomme Baptifle, fe difant ap-
partenir a M, Menard habitant aux
Vareux.
Av CAP, un Negre Congo, nonmm
Jean-Pierre, etampe fur le fein gauche
CBL (les deux dernieres lettres entre-
lacees ) fe difant appartenir a M. de
Clerambaud; un Negre Anglois, nom-
me Jacques, fe difant appartenir A M.
Jauga, Nggociant en cette Ville ; une
Negreffe Mina nommee Perrine fe
difant appartenira M. Labarre demeu-
rant en cette Yille; un Negre Tiamba,
nomme Medor, fe difant appartenir I
M. Bailly; un Negre Congo, nomme
Antoine fe difant appartenir a Mde.
Defchamps de Preville habitante A la
Grande Riviere ; un Negre nomm6
Louis, fe difant appartenir a M. Bonnet
demeurant en cette Ville ; un Negre
Arada, nommne Gabriel, tamper MAV.
CAR, fe difant appartenir A M. Mau-
car; un Negre Nago nomme Tienma-
que, etampe fur le fein droit CHAR-
RIER, & au deffous AV CAP, & fur
le gauche Z1 aI1HI, fe difant appar-
tenir a M. Saint- Denis demeurant au
Fort- Dauphin; une Negrite Creole,
agee de 8 a 9ans, nomee Mare -The-
rTfi, arretee avec fa mere, de nation
Congo laquelle s'eft evade en che-
min au Quartier du Limb : la Negritg


1.,,,



I ', '.












IJa
1, "' "":


















,'4/






* 1'1.;
, I i,
i,i
,( .








i'1^

! ;
?.,
- )













i:^

I 'r
''I
i...' .




. ,1 :

t ',' ;1




ia.

* I ''



"7 '*' I1




j'^.
1, ,-. ;
,' '" 1











l1I
i ,,

1 .

s,
" ( 7 ,. .

i ,'' ,i
t- .-


... `- -- ----------- ----- --"-----~- -










!. !
1- /


I,-
".', if
,. ,;'
[, "':
^'
.id





2.,'

!' ''


'" i .
















.I
I. '' '

,_ i-

, i;; \
(" ,

i.^

*,'''f
*^
.:




:*
I
^t



I~


Sdclare appartenir A Mile. Duchefne,
'demeurant au Fort-Dauphin.

NOUVELLES D'EUROPE.
DANNEMARC K.
Suivant le rapport d'un Vaiffeau,
arrive d'lflande, le Mont Hecla, don't
les eruptions avoient entierement ceffe
depuis l'annee 1693, a recommence
le printems dernier a better beaucoup
de fumee & a vomir du feu.
IT AL I E.
L'empreffement de la Congregation
de 1'Annone a procurer ,pour la Ville
de Rome & pour l'Etat Ecclefiaftique
la provision de grains qui y manquoit,
a deja e u du fucces; & la quantity qui
en arrive journellement dans les diffe-
rens Ports,:fait efperer que 1'abondance
efl fur le point de renaitre.
La Religion de Malte qui manque
auffi de grains, & qui avoit envoy
en acheter en Sicile, n'y en ayant pas
trouve tine quantity fuffifante pour
fa provifion, a fait partir le Chevalier
Mirelly pour Genes, ou ila ete char-
ge d'en faire un achat considerable.
Des Navires deMarfeille qui arrivent
chaque jour ,charges de la meme
denree & ceux que 'on attend
d'Amfterdam, en front baiffer le prix
fous peu, tant dans la Ville de Genes,
que dans les aiutres Etats de la Repu-
blique.
Cette fage Republique voulant
prevenir, autant qu'il depend d'elle,
lextin&ion de plufieurs families Patri-
dennes de cet Etat, vient de rendre
une Ordonnance par laquelle il eft
defend A tout Noble Genois d'entrer
d6formais dans la Religion de Malte
fans la permiflion du Gouvernement.
PORTUGAL.
Le Roi a cre une Place de Gou-


MM ---


3$
verneur-Generaldans les IflesAcores,
& en a pourvu Don Antoine d'Al-
manda, en lui enjoignant de refider X
Angra,Capital de l'Ifle Tercere. S. M.
a en meme teams ordonne de lever
deux Regimens d'Infanterie de 410
hommes chacun & de les envoyer
dans ces Ifles.
Sa Majefte n'a pas encore nomme la
Vice-Royaute de Goa: on affure que
le Gouvernement a refolu d'abolir le
titre de -Vice-Roi, & que cette Place
fera remplie par Don Bernard de Mello
fous le titre de Capitaine-General.
ANGLETERRE.
La cherte exceffive du pain, ayant
excite des emeutes dans plufieurs Pro-
vinces de ce Royaume, le Roi a rendu'
une Ordonnance portant qu'il fera mis;
un embargo fur tous les Vaiffeaux &
Navires charges de bled ou de farine,
.& deftins pour les Pays strangers,
juifqu'au 14 novembre; en confequence
on expedia des express aux Ports &
Places du Royaume, avec ordre d'y
mettre l'Ordonnance a execution. Un
second Edit defend de diftiller jufqu'au
dit jour 14 novembre aucuns petits
vins, ou d'extraire des eflences,, foit
de bled, de farine & de fon ou de
tout melange de grains quelconques.
La Reine accoucha heureifement
d'une Princeffe le 29 feptembre.
On parole d'augmenter les appoiln-
temens des Ambaffadeurs & Minifires
de la Couronne, afin qu'ils foient en
etat de foutenir avec plus d'eclat &
de magnificence la dignity de leur ca-
ra&ere aupres des Cours oi ils re-'
fident.
On a apporte fur le Brittannia,
Vaiffeau pour la peche de Groenland,
vingt brebis de Schetland qui font
extremement petites; les beliers quoi-


c ~c1


~~------~~--~c~











3;'
que dans toute leur force, ne-font pas
plus'hauts qu'un tres-petit chien.
Les conjeaures que l'on forme,
d'apres les difpofitions ot paroit &tre
le Gouvernement A I'egardde la-Com-
pagnie des Indes Orientales ont fait
varier fes afions, & ont occafionne
divers dcrits ; en attendant que le fort
de cette-Compagnie foit fixe, en voici
Phiftoire qui fervirafans doute beau-
coup A le determiner.
Elle fut d'abord etablie en 1600,
& on lui accord la permiflion de faire
le commerce dans tous -les pays fitues
a 1'Eft du -Cap de bonne Efperance.
Vers la fin du regne du Roi Guillaume,
on paffa au Parlement un a&e parle-
quelon accord A tous les Marchands
particuliers qui leveroient entr'eux
une certain fomme qu'ils fourni-
roient au Gouvernement, leprivilege
de commerce dans les pays don't nous
venons de parler. En conf6quence ii
-y en eut un grand nombre qui foufcri-
it & c'eft ce qui forma la Compag-
jnie des Indes Orientales. Elfe fit bieh-
t6t obligee de s'unir al'ancienne & de
faire.le commerce avec un fonds com-
mun. Depuis ce-tems laces-deux-Com-
pagnies -ont -6t appellees ensemble
la Compagnie reunie des Indes Orientales.
Elle eft en poffeffion de plufieurs
Forts & Faforeries confiderables fur
les Cotes de Malabar & de -Corro-
mandel &c. Comme la premiere
chartre ne les a autorif6es qu't faire
le commerce, il parok que la question
qt'onagite aujourd'hui eft pour fire
iune diftinfion entire le droit de fire
.desconqu8tes & celui de fire 4e com-
merce.Le Gouvernement a fans doute
fenti que permettrea la Compagrie de
faire des conquetes, & de fe les ap-
proprier,donneroient le fpe&acle d'une
yuiffaace dans l'Etat-meme.


Comme la chartre accord
Compagnie par la Reine Ann
pr&te a expirer, il en fut accor
autre fous le m8me regne. Elle
refer en vigueur jufqu'A "annee
& -par utre concefllon faitedans
feptieme annee du regne de -
II. ele a ete prolongee *jufqt
mars 1780. A cette 6poque ,au
d'un avertiffement qui fera
trois ans auparavant., & du rei
fement des fonds par elle pr
Gouvermement,ainfi-que desar
la Compagnie n'aura plus de
-Aexercer dans les Indes Orient


6e .1ad
e etoit
d6e une
devoit
1730o
;iadix-
.eorges
u'au .25
imoyen
donned
mbour-
etes au
inuit s,
! droits
tales.


F R A NC E.


11 a e6t donned des ordres pour la
conftru&ion d'un nouveau Pont i
Neuilly, pres Paris d'apres les def-
feins, & fous la dire&ion de M. Perro-
net, Ingenieur du Reoi,.& Membre de
l'Acad4mie des Sciences. Ce nouveau
Pont fera bati en face de P'avenue qui
aboutit a la Butte-de-.l'toile. Le miliet
de 1'avenie fera pedv&, ainfi que le che-
rain ,qui conduit depuis la Place de
Louis XV, jufqu' 'Etoile, don't la
montage fera appplanie. On-detine au
transport des terres & aux autres tra-
vaux de 'entreprife ,les foldats du R6-
giment des Gardes- Frangaifes. C'eft
ainfi que les anciens Romains-emplo-
yoient les Legions en teams de paix A
fair des fortifications ,, des chemins
nmilitaires & d'autres travaux utiles ;
par-ce moyenils les fauvoient des dan-
gers de 'oifivete, .& entretenoient en
elles la discipline, la vigueur & la fante.
Les Troupes Ottomanes font deffinees
de nos jours aux mnmes occupations.
La mort de M. Hardion, Garde-des-
Livres du Cabinet du Roi, de 1'Acad-
mie Franpaife, & de celle des Infcrip-
tions, decede Verfailes dans les prk

*


I~
;)5


I~
,

Ir
'
I''
1.



I '
'
':I r
'
.1.~
'

r:
':
'
'
'?'
';
i'











~-~
''


I
,,

:
;, i
I!
i I

"I .
I~


d
',
!I
''
''
''
I i
I,

''


- -- ---- ---------


__~_ ___~~~~_~.~
---







~




''
''



I~
r
':
~'
1.
F-,
I:_
''

!
.~
I


Aniers jours .d' oobre, age de 8 r ans
fait vacquer deux Places, & caufe
bien des mouvemens parmi les Adeptes,
ou ceux qui croient '&tre. Chezles Ro-
mains la brigue (Ambitus) donnoit
l'exclufion des dignitis, des emplois;
elle feule obtient tout A prefent....
Fiolenti rapiunt. On aflure quele voeu
du Public pour la -Place qui vacque
dans'l'Acad6mie Franqaife, eft en fa-
veur du celebre M. Thomas.
On ecrit de Beaune que les vins Te-
ront excellent; ;mais-que la recolte, de
meme que dans toute la France genera-
lement, en fera tres-mediocre. 'Cette
circonftane a donned lieu A une aug-
mentation :onfid6rable dans le prix des
vins vieux.
II manqu 'it en France une Manufac-
ture de fils d cuivre does & argents :
ine Compagnie mutnie d'in privilege
exclufif, en a &tabli.une fur la riviere
d'Etampes, au village d'Ormoy pres
de Villeroi, route de Fontainebleau, a
fept lieues de Paris, ,
S Onapprend de Mar'eille l'arrive "du
Navire,'laZiberti, Capit. Antoine, ve-
nant du Port-ati-Prince: de Bordeaux,
celle des Navires le Saint Marc, Capit.
Maillat, &lePrintems, Capit. Denu-
gon, venant de S. Domingue: du Ha-
vre celle des Navires 'Inconfante ,
Capit. Fautrel venant du Cap, & I'Ar-
tibonite, Capit. P. A. Thomas, venant
de S. Marc: & de la Rochelle, celle
des Navires la Sutanne- Margueriq ,
Capit. Boureau, venant du Cap',, 'Ar-
tibonite, Capit. Boulinean, venant de
S. 'Marc & du Port au- Prince, & le
Florifant, venant de ce dernier port.
,A M RIQU E.
Extrait de la Ga(ette de la- Martinique
dui janvier.


Ln Lmulation eftde tous los moyens

I~-rraf r


1%8111[1~


I" 'f '- ------ -,,-,- ----,--


le plus efficacd, pour multiplier les
Arts, approfondir les Sciences ame-
liorer les Biens, & perfefionner les
Manufafures. Cette paffion noble fi
effentielle aux Etats, & fi utile aux
particuliers, ne produit jamais que de
bons effects, puifqu'elle conduit A ren-
cherir fur les connoiffances des Nations
etrangeres, & fur celles de fes compa-
triotes. Ce sentiment, fous quelques
face qu'il foit envifag6, ne peut etre
confid&r6 que comme iune vertu dans
le coeur dun citoyen, puifqu'il tourne
au profit de la foci&te.
Saint Domingue nous fournit au-
jourd'hui I'exemple -de cette verite
dans fes Journaux: il ne font remplis
que de chofes utiles 1'Agriculture &
au ?Commerce: les citoyens s'y difpu-
tent I'avantage de concourir au bien
general; ne pourrions- nous pas du
moins partager leur gloire ? Le f1o
aide de plufieurs de nos terres qui
paroit fe refufer af x cultures admifes;
la grande quantity de nos habitations
ruaine eoffre 'n vafte champ aux ci-
toyens claires : its pourroient traiter
fucceffivement de toutes les produc-
tions qu'un pauvre habitant peut re-
cueilir ,avec fes feuls bras ou avec
un *petit nombre d'efclaves. Rien
n'eft plus propre d'ailleurs a augimen-
*ter la population de la Colonie que
d'encourager la culture des denrees
qui ne font pasl'objet de grandes ma-
nufatures, & qui peuvent fervir A
mettre en valeur de petits terreins in-
cultes. Combien de families de blancs,
combien de gens de eouleur libres qui
languiffent dans une extreme pauvrete,
fate de force pour cultiver la terre,
& qui feroient un revenue honnete en
d'autres produ&ions que celles que
'on cultive aduellement ici, fir-tout
dans nos montagnes.




-- ---.-.-- ,- -- ,r.- -t




Du Cap le4 fier, horreurs de lafaim fe font joints at&
trifte fpe&aclede leur ruine entire. ,,'
II eft tres- intereffant pour cette On litdans'quelques Nouvelles 'tran
Colonie oh il ya beaucoup d'Etran- geres, qu'un Fransais demeurant A
gers, de f'avoir que, par une con- Lisbonne a trouve le fecret de faire
vention entire le Roi & 1'Imperatrice des bombers & des grenades de feu invi-
Reine de Hongrie & de Boheme fible ou cache, don't l'operation eft mo-
fignee a Vienne par les Miniftres des mentanee, irrefiftible & tres-prompte.
deux Puiffances, le 24 juin dernier, Auffitbt qu'elles tombent a terre, elles
le Droit d'Aubaine eft aboli dans leurs prennent feu & crevent partout. II
Etats refpe&ifs: ce qui acquiert a leurs en a fait, dit-on, des effais qui ont tres-
fujets le droit de difpofer de leurs biens bien reuffi en presence & au grand ;
par teftament, & aux heritiers & lega- 6tonnement des Officiers d'Artillerie
tires celui de reclamer les fucceffions, Portuguais. II doit en fire de nouvelles ;, :
ou les legs qui leur auront et, faits. epreuves dans l'eau, pour voir fi elles
II paroit ici une Relation imprimee y prendront feu. ',
s ravages ca nta le 4 Extrait d'une Lettre ecrite de la Marti-
novembre dernier par le deborde-
. unique le io janvier, a l'Imprineur.
ment extraordinaire de la Riviere du ni leo jvi, a mprieur.
Tarn. Les eaux fe font levees de 32 J'attends, Monfieur, avec bien de
pieds au deffus de leur hauteur ordi- l'impatience, les Journaux de Saint-':
naire, & ont couvert environ quinze Domingue depuis le mois de juillet. Cet
cens 0oifes de terrein dans les planes. Ouvrage fera a coup f4r beaucoup-
On neepeut fixer les pertes parce qu'on d'honneur a fes Auteurs. L'agreable &
apprenoit- a chaque infant la chite I'utile y regnent tour A tour: tout y e ft
nouvelle de quelques maifons. Dans. intereffant; Votre Colonie doit s'ap-
les Faux-bourgs de Sapiac, de Ville- plaudir d'un &tabliffement auffi avan-
bourdon & de Gafferas & dans les tageux, & elle ne tardera pas A ea.
campagnes circonvoifines., environ reffentir les effects. I1 ne dependra pas, ::
douze cens maifons ont te detruites. de moi que la Martinique n'en retire
Le moulin d'Albaredes a edt emporte; quelque fruit; & je me propofe d'ena
celui de Sapiac a ee fort endommage, extraire toutes les decouvertes qui
& le mur lateralde celui de Sapiacou nous font propres, pour en orner nos,
a ete totalement ebranle. En general Gazettes : j'ai commence par le M-6
les malheurs de la ville de Montauban moire fur la cochenille; car nous jouif-,
font extremes, & les pertes qu'elle a fons comme vous de ce precieux inm
effuyees, immenfes.La plus grande eft feate, mais en tres-petite quantity. J'ai
celle que fouffre le commerce par la 1'honneur d'etre, &c.
deflrualion des manufafures & des Signe, P. RICHARD.
atteliers. Dans les campagnes les:mai- -
fons ont -te entraines les grains Q U E S T I 0 N.
empprtes ,es sbeftitax fubmerges,,& Un Amateur, qui cherche A s'infi
la plipartt des habitans n'ont trouv6 truire, prie MM. les Raffineurs & ceux
leur fakit.que dens utne prompte fuite, de MM. les Habitans qui, loin de ca-
pu en fe pla ant fur les arbres Pth les cher les Gonnoiffances .quils ont fur la




_______________________-rr~"~T-- -..-c .- .-. --- .-'- --n------ -- 1- --


fabrique du fucre, fe font ati contraire
un plaifir de les communiquer, de lui
expliquer quel ef l'effet de a chaux fur
4e fucre.
iI- I I "- "-- III --- .. I
SPECTACLES.
On a reprefente a~ Dijon le 13 juillet
dernier,. l' occasion de l'arrivee de M.
le Prince de C6nde, pour la tenue des
Etats de cette Province, ine Piece de
M. Poinfinet, de 1'Academie des Scien-
ces & Belles-Lettres de Dijon, & de
celle des Arcades de Rome, laquelle a
pour titre : le Choix des Dieux ou les
Fetes de Bourgogne, Divertiffement en
un A&e. C'eft, dit-on, une efpece d'O-
pera-comique, ou l'Amour, Bacchus,
Clio, la Mufe de l'Hiftoire, & Agla ,
i'une des Graces, font meles avec des
gens de village & traveftis eux-me-
anes en Payfans. On n'a pas trouve un
feul trait a citer dans cette production;
ce qui a fait dire a un Critique qu'il au-
,roit falli laiffer faire les Fites de Bour-
0gogne aux Bourguignons eux-memes ;
qu'ils les auroient au moins affaifonnes
4e leur fel.
On donna dimanche dernier au
'Theatre du Cap, la Jeune Anglaife ou
le Triomphe des Femmes, piece nouvelle.
Le Spetaole fit brilliant & nombreux.
On jugea diverfement du merite de
ce Drame ; il eut des applaudiffe-
mnens ; le Parterre demand I'Au-
teur ; ilparut remercia le Public
.de fon indulgence & dit que c'itoit
pour lui un encouragement a fire
anieux dans la fuite.
On donnera demain, au Cap, la
Femme Juge & Partie, & les Bateliers
de Saint-Cloud, Opera-comique.
Dimanche prochain, on donnera
une feconde Reprefentafion du Buche-
ron, Opera-bouffon. Le Spetacle fera
termin par un Ballet,


139
. .. ... -- lill -- -- Hi ".. 'lL -
MOYEN de garantir les Livres & Papiers de I'attaque
des vers & infeces.
Avoir foin de les faire battre & fecouer pour ea
oter la poufliere & tous corps strangers ; les ouvrir
pour les afperger avec un goupillon, ou avec des
broffes ou vergettes trempees dans la liqueurAntiniecle,
chaque volume en commenqant par le premier feuil-
let, continuant la meme operation de i en I 1 feuil-
lets jufqu'a la fin du volume ; enfuite refermer le livre
pour que tous les feuillets puiffent ctre impregnes de
ladite liqueur: le lendemain on les ouvrira pour les
expofer au foleil jufqu'A ce qu'ils foient bien fees;
enfuite on pourra les remettre avec ftLrete dans la
bibliotheque, p.ourvu qu'elle foit place dans unlieu.
fec. II faut afperger avec plus de, foin ceux qui orit
deja ete piques par les vers & les bien feuilleter
auparavant. II fuffit de repeter cette operation deux
ou trois fois Pan, pour conferver les livres & papers
des fiecles entiers.
C'eft aprks de longues recherches & des experien-
ces reiterses que le Sieur. Menot, Apothicaire au
Cap, eft parvenu A extraire ladite Liqueur dans fon
Laboratoite de Chynmie: elle n'altere en rien lepapier,
& porte une odeur agreable. Comme elle depofe
,au bout d'un teams, I'on aura foin de remuer la bou-
teille avant de s'en fervir. I1 Pa mife A un prix mo-
dique, afin que ceux qui font dans le cas d'en fire
grande confommation, ne s'aperqoivent point de la
depenfe. 11 la vend en phioles de 4 efcalins & en
pobans & bouteilles d'une & de deux piafires.
i i i i il I l


AVIS


DIVERS.


Les Creanciers de la fuccefflon du feu Sieur Pierre .
Bouyer, gerk e par Me. Prieur Curateur aux Va-
cances'au Cap font pries de vouloir bien lui remettre
:la note de.leurs crgances, dans laquelle ils infereront
,la date des Sentences de condemnation, A leffet de.
mettre ledit Me. Prieur en etat de proceder a la re-
partition du produit de 'immeuble dependant de ladite
fucceffion fuivant Pordre des hypoteques ; fi mieux
n'aiment lefdits Creanciers lui confier leurs titres
fous fon r6ecpiffR, afin d'accle'rer le moment de la
repartition des deniers a eux revenans.
M. d'Augy Avocat au Confeil contraint par fa
mauvaife fante de partir pour France au mois de mai
prochain, engage tous ceux qui ont des papers
chezlui, & furtout ceux don't les affaires ne font
point encore j ugees, A vouloir bien les retire in-
ceffamment.
M. le Chevalier-la-Martre, Negociant au Cap,
donne avis A ceux qui font des affaires avec lui pour
marchandifes denrdes d'habitans recouvremens,
-&c. qu'il vient de changer de logement, & qu'iltienit
a&uellement fa maifon rues Penthievre & St. Jofeph,
Le Sieur Labat de l'Ifle, rdfidant au Port-au-Prince,
a la composition d'un firop propre a foulager & meme
guerir radicalement les maladies de la poitrine,
Scarterles access de l'Afthme & guerir promptement
les rhumes negliges. On s'adreffera A M. Penette,
N0gociantrue Royale au Port-au-Prince, quidonnera
toils les 6clairciifetens ndeeffaires fur la maniere
d'adminiftrer ledit firop. 11 y a des bouteilles de 60,
de 30 & de ix liv.
Le grand debit qu'a le Sieur Menot de fon Vermi.
fuge I'engage en diminuer le prix, afin que chacun












4P
puiffe s'en procurer peaude frals. 11 ne vend plus que
18 liv. la bloteille d'un l6uis d'or & 7 liv. to f. la
houteille de 2 piaftres I, I en donnera A ceux qui lui
en prendront plufieurs bouteilles pour 4. .On
troupe chez le meme la pate de guimauves, d'auffi
bonne quality qu'on puiffe la trouver en. Franice, le
veritable Vinaigre de perles pour lufage du. beau
fexe, avec fes imprimns ; le Taffetas d'Angleterre,
merveilleux pour les bleffures; P1Eau fpiritueufe & le
'Topique, avec des imprimds du SieurDavid, Den-
tifte de Paris ,.pour gurir radicalement les maux de
dents ; des.Phaimacies complettes portatives, pror-.
pres pour Mrs. les Halitans & Chirurgiens.
*AVyIRES EN CHA ,RGEMENT..
La Bonne-Nourelle, de-Bordeaux ,,Capit. Ftan0qo0
Bricheau,. dt port de 400 tonneaux, partira pour ledit
Port au 1 avrilprochain., Ceux qui voudrQnt y paffer
.ou charger a. fret, s'adrefferont, audit Capitainie, en
-fn magafin au Cap, pres Mrs. Laguehay & l.e Junie.
Ledit Capitaine cedera fa chambre, en pregnant avec
lt~i des,arrangemens : .elle eft fort c9cpo ode pour marn,,
& femme.
BI EN.$. ET. E F.F .TS. A., yV^N p R E. \
Le famedi ~4 fivrier prochain ,.A la Barre :du Si ge
du Cap ung Habitation fituee A la Montagne-Noie.,
Quarter & Paroiffe dela Grande-Riviere, dependaht
de la fucceflion du feu Sieur Pierre Bouyer, confiltant
en 70 quarreaux de terre ou environI, & fur laquelle
ii ya 20 miile.pieds de caff& en affez bon etat.
Le famedi 21 fevrier prochain, il. fera vendu i-la
barcre Au Siege Royal du Cap, 26 tutes de Negres
dependaint de. laucceffion.Bouyer payables, argent
cpmptant.
Une.,Maifon tue a I'embarcadaire de la Petite-.
Anfe, bitie fur un emplacement de 60 pieds quarries,
confiftant.en deux chambres & une halle en mapon-
Snerie, un cabinet .& une cuine iaonn&s,entre pp-
teaux, fe tout convert en, effentes & Grrelr, avec
-'colombier courn: pjits. On. sladre a a M. olly,
au Cap, a qui ladite Maifonappartient,.pu a M. Sicard,,
Fermier des Boucheries, au Bac.
Deux Conceflions de, mille pas quarris chacune,,.
fitudes dans le, haut de la Riviere. de Bat ,.Quqrtier
de St. Louis du ~ort-de-Paix,.en bois debutt, &
propres a.planter en caffe. On, s-adreffera a Mrs.
Laffus & Freres ruePenthieYre,,,qui n ferpnt beonie
composition.
Une Maifon' fitue' au Cap, rue: du Confeil, vis-
a-vis celle oi fie tienpent les .Audiences,, batie en ma-
;onnerie couverte en ardoffe, confidant en 3 cham-
bres bafles 8 cabinets .dans la court cuisinene ,3 cham-
bres hates, grand cabinet & gre.nier.au.deffus. Plus ,
3 Negres dont up cuifinier, unjouant blen du violor,
& l'autre marchand: plus encore, une.Ngrefle mar...
chalide.. Il. fut s'adreffer. Mrs. Mefnier freres Ne-
gocians au. Cap, qui .vendroht le. toutt ensemble ou
fiparement,. & en front bonne composition.
Ube autre Maifon en, maqoonerie, fife au: Cap,
faifant le coin.des rues Saint-Pierre,& Saint-Domingue,
vis-a-vis M. iD.hev.erry, I1 f4uts'adreffr a.fM. 4uger,
demeirant chez M. V!ioria,.
I'Habitatiq de feu M, Saint-ViSor de. Saints,
Stuee a la Marmelade ,. contenant 32 quarreaux de
terre, fir laquelle il.y a 22 mill. pieds de. caff4 rap-
..rtans y~une maifon,. magafin, moulin a. caff ,, co-
,fier, ?~Fj S5W, 6~n~fcs ~r8 eulsL rtene~s, piu?,


19 Negres. II faut-s'adrefer & Mrs. Lagueakay, 1 Juvsin
SCompagnie Negocians au Cap..
SLa.GoeTette la Marianne,.di port de 70 tonneaux i.
.8 la. GQolette l'Aimable, du port. de 6otonneaux,.
routes les deux en bon etat &'pretes A mettre dehors.
II faut s'adreffer a M. Faures, demeurant auCap,
au coin de la rue Notre-Dame au bord de la mern
Un grand Cant ,..du, port- d'environ rz bariques.
creoles, mate'en goelette, conrruit au Cap par le,
Sieur Tarris ,ayant un vegage dans fon,.fond,, avec fes,
agres & apparaux. I faut sadr,effer auSieur'asrraul,
rue Dauphine,. *, t \
Six Negres,. quatre. Mulets,c& trois-Tpmbereaux5s,
dependans de Ia fucceflion, de feu M. Merignac. II faut
s.adreffer: au Sieur Guerin ,.fon EAxeuteur-teLfamen-
taire, demeurant au,.Cap, place de Clugny.:.
Un Negre, nomme'Saint-Jeam, ag.e d'environ 25
aps ,perruquier cuifinier., ptiffier 8 co nffepr, .achet0
par feu M. Beaujau du Sieur Gairoird, pour le prix de
yoool I.Les heritiers ne s'en defont que parcel qu'll
fe trouvefur les-;habitatiois, d'aptres Negres qui on
parties de fes talens.. I faut s'adreffer a M.,Menoire,
qui en fera bonne compofition.
'Vingt-quatre jeunes Mules ou Mulets de, Savoyer,
amenes au Cap par e Navire le Mentor, de Marfeille,
SCapit, Jean-Antoine Durand, arrive le I de ce mois:
ces Mleqs ou Mulets:,. qui ,font domp,tes,& de .l'ge de
4 a 5 ans, font dans l'enclos de M. Cahqrrier ,. pros le
Sao. Plus, ,une bon'e cargaifon d'articles de Provence
en comeftibles & marihandifes feches..On s'adreffera
a M. Jofeph Guibert, grant ladite cargaifon, en fon
magafin.au Cap, rues Penthievre & Notre-Dame.
Un Negre tris-bon Cocher Sellier enetat de faire
des harnois & bon domefique, pourle prix de 3000o..
'On s'adreflera a M, Soubir.a.at Cap..
E,s CL-A.V S. EN M MA ON A G.EA,
Un Negre Congo, nomme Janvier, age d'environ
2 _, ans., etaimpeib ONNET AV CAP. Ceuiquii le re-
tconnopiront,_font pries dele faiue.arr&ter & dWen do .
.ner avis a M. Perard, rue du Bac au Cap.
Deux Negres.nouveaux, de nation Nago. etampes
fur une epaule LMVL'entrelacees, Pgn nomme ,leor,
age de 2p ans, i autre.Mitron-, age d'environ,4 an ,
fontmarons depuis untan..M.Nouvelle ,. tenant Ia Bou-.
Scherie.de S, Marc, a qui ils appartienent, promet re-
compenfea celui qui les luiramenera.
Un Negre ; Congo nommeCef'atr, age de 27 28
ans ,,eft maron depuis i jours .:il eftPacotilleur. Mrs.
Palis & Michelet, Marchands 4 .S. Marc, promettent
recompenfe.A celuiiqia leleur indiquera ou amenera.
S ne N egreffe Creole., npomede Rofe, age d'envi-
ron 30 ans ,et marine depuis plus d deux.mois avec
: on.enfant Ala matnelle ;age de to mtois, nommei' Ge-
main, :. op pr4fume, qu'elle eft.du,c6td des Cayes oianu
Fond. M. Lecefne, Marchand A la Croix-4es-Bou-
quets ,,Quartier duCul-)de-fac,, prie ceux qui a re-.
connoitront, de la fire arr.ter & de luen donneravis.
Deux Negres Pun.nonmm Jean-Baptife, Creole,
SCujfinir. age de.22 ans ,. un peu adoffe, taille de
pieds 4pouces ayant.de groffes levresa; l'utre nom-
Smd Franfois, Criole de la Martinique, Valet, age de
36 ans, :de couleur; rouge, frt-laid1 grpos.&for.t.
taille de y pieds, parjant frap ais L& ang pis graffe-.
yant, ayant Ia voix forte, & les oreilles echancrees &.
. coupes.: M. Bethery de la Brofe ,Avocat & Procu-
reur au Cap,. prie ceux qui les recoinoitroqtt, de les
fair arriter &dclui Sn d49Pneraysy, 11 yaut r9 .
*Four# ., S


',.: .

1."
', '

*' .
;.. ,.,
,, :. '',.^'






, ;
.3 ,
*",' ,



* -. _,


'1,,
,1 .::.1
: ,, 1'11,




.* '... '



















I.i
'.,,," i i

:: ...,
'- '

, i '. .. **
i;;'"



*i, -' ,i '''1
- -
*'^
.. I ,






II
6:^
-





,". q.I'
,', ** ."1
....., :'.'







,,." ,
'

I'*


;*";, : -::*

',': ;"; ',
'~. '**I
S'^


,, eo.'-"i'

i ',' ^,,

.' *: '*J^,
.. -.,,1 ,





**.'^
,'/',,


1" 'i ,,[.


' :' ; '





,. i *;
,-. [ ':

.t
i
''


-------llp31
~l--"F1~-- .IC--~- -C7











ANNiE 1767- [NQ. 6.1 41
j -A^^a^.g^^^^^-a
-pSC(^^^,jp^^^


HES

L Du A
A ^'^srs1
Arvjt?:^ JDL Xl
/,'? V^-


AMERICAINE S


iercredi 11 Fevrier.


E wavires Marchands. NA VIRES Marchands en expedition.
.* ~ 1


'.5
;*h

Ii

' t.'"

' -












* rp
* 4
,-,. I-
;. ,,,.Y


*: -
, 'I'x
..!.;,;
.': 4.
"'.'
'*,, *i


,"
'-':j
* ',-"*

. ; '
*1'-I'.'
i "f. .,
'1^
, i, ',.

,, --.* ^.

,;':"t
-:



,,
',^
,.,, *tfl

,'%



.r':
', '-' i'.!

t .

., 'i


AU PoRT-Au-PRINCE, le 2 de ce
mois, le Port-au-Prince, de Nantes,
Capit. Terrien, parti le 24 decembre,
& I'Arcahaye, du m8me Port, Capit.
Richard, parti le 8 decembre : le 3,
1'Eleonore, du mmee Port Capitaine
Leray, parti le 24 decembre; le Cru-
cius, de la Rochelle, Capit. Bidet,
part le 31 decembre, ayant touched a
Saint-Marc le 3 janvier, & la Pallas,
de Bordeaux, Capit. Sicard, parti le
8 decembre :le 4, le Comte-de-Clermont,
du meme Port, Capit. Lalimant: le 5,
le Serieux, de Marfeille, Capit. Dalet ,
part le 1i decembre.
A S. MARC, le 6, le Marquis-de-
Marigny, Capit. Coudray, venant du
Port-au-Prince, & etant fur le point
de remettre en mer pour France.
Au CAP, le 6, le Bateau le Dili-
gent, de Bayonne, Capit. Dubrocq,
venant de la Martinique,, & le Senau
le Succbs, Capit. Beaumont, venant
des mers de l'Amerique :le 8, le Senau
le Quaker, de Nantes, Capit. Viaud,
parti le 31 decembre: le 9,.le Saint-
Andre', de la Rochelle, Capit. Coin-
det, venant de Rochefort; & le Duc-
de-Praflinh de Nantes, Capit. Hamo-
nais (par la mort de M. Morelon, qui
le commandoit), venant de la C6te-
d'Or avec'une tres-belle cargaifon de
Noirs a I'adreffe de M. Aubert, qui en
ouvrira la vente famedi prochain,


I


f*\'? 'y-Ip.p ;?^ ^" -:- *


I~qlbi~ri'


Au CAP, I'Acif, Capit. Aycard
pour Marfeille; I'Aimable-Therefe, Cap.
Michel, pour Saint-Malo, & I'Etoile-
du-Nord, Capit. Viard, pour le Havre.

DiPA RT de Navires Marchands.

Du CAP, le 7 de ce mois, le Senau
la Colombe, Capit. Dupinager, & 'Ai-
mable-Therefe, Capitaine Michel, tous
deux pour Saint-Malo; la Comteff-de-,
Brionne, Capit. Remain, pour Dun-
kerque: le 9, le Comte-de-Chefi, Capit.
Leffenne, pour le Havre.
PRIX des Marchandifes de la Colonie.
II n'y a eu aucune variation, aux
Cayes & A Saint-Marc.
Au PORT-AU-PRINCE, le 5 de ce
mois, Sucre blanc, 42 a 50 1. brut (it
n'y a pas de prix r'gl6). Indigo bleu,
7 1. 7 1. 10 f. cuivre 41. io f.a 5 L
Caff'i 16 f. A 16 f. 6 d. (trs-rare; &
il le fera jufqu'en mars prochain,qui
eft idi le teams des fortes livraif'ons,
Cacao, 6 f. 6 d. Coton, 190 1. le cent.
SAu CAP, Sucre blanc, 48 a 60 liv.
(Mrs. Belin & Raby, Habitans aa
Limbe, don't le fucre eft d'une quality
fuierieure, 'ont vendu le mois der-
riier 641.); common, 30 451.. brut,
i8 A 151. Indigo bleu, 7i 81. cuivr e,
S~A61. Caffe nouveau, 17 f. i f. 6 d,
vieux, 13 a I6 f. Coton, zI5 A 2zo 1..
Cuirs, 6 A 91. Piaftres gourdes, 3f
demi pour IQQo










42
PRIX des Marchandies de France.
Au PoRT-AuV-PRINCE, ledit jour
Sde ce miois, Vin vieux, 180 1. nou-
veau, I o ari6o 1. Farine de Moiffac,
85 a 901. Boeuf d'Irlande, 66 A 90 1.
le baril. Petit-fale, 301. V'ancre. Huile,
30 36 i. la cave. Chandelle, 30 f. la
livre. Savon, 90 1. le cent.
Au CAP, Vin vieux, 60 a iroliv.
nouveau, I20 150 1. Farine de Moif-
fac, 70 a 75 1. commune, 50 A 601.
Bdeuf, 60o 75 Lie baril. Beurre, i 1 f.
la livre. Petit-fale, 30 a 33 1. 1ancre.
Huile, 8 a 445 1.la4cave. Savon, 80o
90 le cent.
CO URS DU FRET.
Au PORT-AU-PRINCE ,Sucre blanc,
t4 d. brut, 5 d. Indigo, 17 d. Caffe,
i8d. Coton, 42 d,
Au CAP, Sucre blanc, x den.
irut, 14 a 16 d. Indigo, 10 a 24 d.
& pour le Havre 36 d.Caffe, 15 a 18 d.
Coton, 24 a 30 d. & pour le Havre
36 d.
tM RT S.
M. Lully de Fromencourt ancien-Ca-
pitaine de Milices, Grand-Vboyer &
Habitant A la Souffriere, eft mort le
i janvier dermier, age de 75 ans.
M. Labat, creole du Cap, y eft
nmort le 9 de ce mois.
NE CGRES MARONS.
Av PORT-AU-PRIC.E, un Negre
Condgo, nomm e o M or, etampe DE.
RONCERAI, fe difant :appartenir a M.
Alleaume de la Grange, Grand-Voyer
A Jacmel; deux Negres nouveaux, de
grande taille, etampes E. I. BOV. &
au deffous ST. M; un Negre nomme
Jean, fe difant appartenir A M. Jouet,
Habitant a la Croix des Bouquets;
deux autres Negres nouveaux, etam-
p&s fur le fein gauche GAULIER ; un
Iulatre nomme Jean-Julien fe difgnt


libre de naiffance & natif de la C6te
Efpagnole, parlant un peu frangais,
ag de 2 5 a 3 o ans; une Negreffes nom-
mee Bajfienne, etampee furle fein gau-
che MARTIN.
Au PORT-DE-PAIx ,n Negre Nago,
nomme Valentin, fe difant appartenir
a M. de Sevelingue, Habitant au Port-
Margot.
Au CAP un Negre nouveau, de na-
tion Bambara, etampe fur le fein droit
DVCLOS, g6 d'environ 21 ans, taille
de 5 pieds; une Negreffe Nago, nom,
mde Ve'nus, tampee fur le fein droit
MOCAR, fe difant appartenir a Mde.
de Sedieres, demeurant en cette Ville.

NOUVELLES D'EUROPE.
'AN GLETERRE.
L'embargo mis par ordre du Roi fur
la fortie des bleds, n'a point interrompu
les troubles que la cherte de cette den.
ree a produiits dans les Provinces. Tous
les avis requs de Briftol, de Norwich,
de Salisbury & de divers autres en-
droits, ne contiennent que des details
de violence commifes par la populace,
entire autres a Norwich & a Coventry,
oi elle a detrit des magafins de bled,
brulde ou demoli nombre de moulins,
ravage ou pille les maifons des Boulan-
gers; ce qui a oblige le gouvernement
d'y envoyer des Troupes pour mettre
les tumultueux a la raifon.
On fait monter A plus de 1o mille
hommes le nombre des Soldats qu'on
a enroIks dans ce Royaume pour le
service de la Compagnie des Indes de-
puis le commencement de la derniere
guerre; ce qui nous enleve line quan-
tite extraordinaire de mains laborieu-
fes & indufrieufes ; & cette perte eft
d'autant plus rkelle pour la Nation,
qu'il eft d'experience qu'a peine de 409
ii en revient un dans le Pays.


- I-. ---- r -~-------c*---ce


I.) .C'5
.'3A


*., ;,,
*r ;
'*;*


;, -
-,.




, .' '' '.,'.
* .' ,,'
,










*'. i~' 'i
,' "

2

.,,_










.
r



!:.;


*' 'r
. ~,
i











"'














:,





1,1
I'







", ,


','^
',, i'.i










t l,
i -I
*\. ,,


















.* I. -,
'. 'I
., Li '.

..I
,, ,-, -'i














I' **. ,^"f
-,.





1:. !t'
'f
.\'








r* ',*.
;.. '*',.
; ',

















..',. vy;
,' "
P,,









,' .. ', .
' ,- .' *


. ', 'j
* i. ,;,



%,:,
.,






, .;.,
. ,


Les dernlere nouvelles que cette
Compagnie a revues du Lord Clive,
lui donnent beaucoup d'inquietudes.
Ce feigneur a cru neceflaire d'etablir
une reforme dans les moeurs des Offi-
ciers de l'Armee, & pour y parvenir,
d'empecher les fortunes rapides &
d'etouffer l'efprit d'avarice, de cor-
ruption & de deriglement, qui regne
generalement. Une entreprife auffi har-
die a cauf6 une fermentation fubite.
LesOfficiers & les Soldats qui croient
que les avantages qu'ils ambitionnent
pour l'avenir, font dfis aux dangers
qu'ils ont courus & qu'ils courent dans
un Pays don't il revient fi peu de mon-
de, ont former des fa8ions, & l'efprit
de fidition s'eft porter A menacer de
quitter le service de la Compagnie.
Ce qui la tranquillife eft la confiance
qu'elle a dans la capacity & la fermete
du Lord Clive, qui eft homme a ufer
de fverite plut6t que de fe laiffer
intimider. L'Armee, fuivant les memes
nouvelles, n'ef pas feule mecontente.
Le Lord Clive a invite quatre Fa&eurs
de Madras a venir prendre fiance au
Confeil. Par. cette demarche, ii met
obstacle non feiiement A la promotion
des Officiers de 'etabliffement de Cal-
cota, mais c'eft auffi declarer en effet
que parmi eux ii n'y a perfonne qui
foit capable ou digne d'etre admis au
Confeil: en conf6quence tous ceux qui
font au service de la Compagnie, de-
puis les Confeillers jufqu'au plus jeune
des Clercs, ont fignt une Remontrance
tres-forte qui a, dit-on, ete envoyee
aux Dire&eurs. Ce n'eft pas tout en-
core. Quelques Employes de la Com-
pagnie ayant revu des Nababs, A l'oc-
cafion de la derriere revolution & du
ttaite de paix, des prefens confidera-
bles, on leur en contefte aujourd'hui
la propriety, Les divisions font a un


2
LI
J


43
degree, que perfonne, except les Mem-
bres de la Commiffion fecrete, ne voit
le Lord Clive; & l'on elf refolu d'en
agir de meme a regardd des Fadeurs de
Madras, lorfqu'ils front arrives. Ati
refte ajoutent les lettres on doute
que la paix faite avec les ennemis, foit
de longue duree, parce qu'il s'en faut
bien que les limits du vafte pays cede
a la Compagnie, foient reglees.
Amelure que 'ouverture du Par-
lement approche, on hazarde plufieurs
projects dans les papers publics. Les
moyens de tirer la Nation de l'abime
des dettes, oh elle eft plongee, & de
la mettre en tat de faire face aux
d6penfes annuelles forment le fujet
le plus intereffant pour le Public. On
parle auffi de faire cultiver les vaites
Landes, comunes terres de chaffe
royale, &c. dans ce 1oyaume, qui
font aftuellement de peu on point de
rapport.
Les Chefs des Sauvages de l'Am&-
rique Septentrionale qui etoient venus
A Londres le 2 aoit dernier avec leurs
femmes pour demander juflice contre
quelques ,Colons Europpens qui fe
font empares d'un terrein qui leur ap-
partient, fe font -emnbarques. a Grave-
fand le 2 oaobre fur un Vaiffeau qui
les tranfportera a la Nouvelle-Yorck.
Le Gouvernement a fait a leurs repre-
fentations des reponfes tres-fatisfai-
fantes.
C'eft A cornpter du i novembre
1766, fuivant I'ate paffn dans la der-
niere feflion du Parlement, qu'il fera
permis d'importer dans l'fle de la
Dominique, fur des Vaiffeaux tran-
gers, tiun pont feulement, du betail
& toutes efpeces de denrdes que pro-
duifent les Colonies d'Amrique', qii
ne font pas fous la domination de
S. M. Britannique. La meme liberty eft


-I-~I""-~""~~"-T~C'~*I-~--~----~-----




- I--~L---- -71-tl r-1-~ .*C~----..-..--- -7C-- I---L _I--- ----- -----~- -- -~_


44
accordee pour les Ports de Kinflon,
de Sawanah, la Mar, la Baye de Mon-
tigo, deSanta Lucca, dans l'Ifle de la
Jamaique, except les fucres, les caf-
fs, le piiment, le gingembre, les me-
laffes & le tabac.
FRANCE.
On affure que le Roi a charge& le
Baron de Choifeul, fQn Ambaffadeur
a Turin, de faire au Roi de Sardaigne
la demand de l'une des files du Prince
de Carignan eIn marriage pour le Prince
de Lm amballe,
AM tRIQUE
De la Martinique, le Sjanvier,
La terre ne paroit pas encore bien
raffermie dans cette Ie fle e e z decem-
bre, vers les 5 heures du martin, nous
avons reff.enti une foible fecouffe de
tremblement de terre qui n'a pas.dur
plus de 3 fecondes.
Le Sucre, premiere qualit.e, vaut
a&uellement 8 1.; deuxieme quality,
5oA i 21.; beau commun, 38 40Q1. ;
petit commun, 30 34t .; tetes, 244
271. Caff6 nouveau, zo f.,Cacao, 16 f.
Cotton, zoo1. Canifice, I 1, le cent.
ADu Cap le i fevrier,
Par les derniers avis de Nantes,nous
avons appris J'arriyee des Navires la
Marquie-de-Segur, Capit. le Ray; & le
.Duc-de-Bourbon, Capit. Baudry, ve-
nant du Port-au-Prince ; le Neptune,
Capit. Gaudin; & la Gloire, Cap. Ber-
thomee, venant du Cap ( ce dernier a
beaucoupfouffert pendant fa traverf6e,
& il fe trouvera des ayaries confidera-
:bles) ;le Frangois, Capit. Gorget, ve-
nant du Fort-Dauphin, le Saint-Michel,
Capit. Hardy, venant des Cayes; &
I'Hyrondelle, Capit. Bronnais Duier-
yvux, venant du Port-de-Paix.


Remerctment de lAuteur de la YE;ur
ANGLAISE au Public.
Meflieurs, le poignard don't Emma
veut fe frapper, & qui a bleffd l'oeil
du Frangais d licat, le denouement qui
languit, & bien d'autres defauts que
vous avez remarquies dans le Drame
de lajeune Anglaife, m'ont prouv4 que
je n'ai ete redevable dqu favorable ac-
cueil avec sequel vous avez requ te
premier effai qu'A la bienveillance
don't vous honorez toujours les Etran-
gers qui montrent du zele.
Le trouble oii je me trouvai A la
premiere representation, m'empecha,
Meffieurs, de vyus exprimer combien
j'ai ete fenfible a toutes vos bontes;
la tranquillity & la reflexion ne me le
permettent pas davantage aujourd'hui;
ma reconnoiffani e eft trop vive Non
jamais je ne pourrai vous Ia peindre.
Je vais m'efforcer d'y fuppleer,
Meffieurs, en travaillant A rendre cet
efquiffe plus digne des applaudiffemens
que vous lui avez prodigu6s, & a per-
fe&ionner, autant qu'it dpendra de
moi, mon Zumbi & fur tout mon
Amerlcain bienfaifant.
Signe', MOURET DE MAISONNEVVE.

M CHANIQUE.
Pompes de l'invention de M. de Liniere,
Les divers avantages de ces pom-
pes detailles .dans les M6moires pu-
blids fur cet objet ont recemment
acquis un degree de certitude incontef-
table par .deux experiences authenti-
ques., don't on fe renferme A donner
ici l'extrait.
M. le Duc de Praflin, Pair de France,
Miniftre & Secretaire d'Etat, ayant le
dOpartement de la Marine, voulant
s'affurer de leurs effects pour la naviga,
t on, a ordonn' au mois .de juin d er


1 l










'nier, qu'eles fuflent de noiiveau exa-
minees & experimentees au Port de
Breft par le Corps des Officiers de la
Marine, conjointenent avec MM. les
Commiffaires Ordonnateurs charge's
de l'adminiftration. Ces experiences
ont ete repetees plufieurs jours de
fiite, tant fur le baffin du Port qu'a la
mer, fur la corvette l'Hyrondelle.
Pendant que ces preuves fe fai-
foient A Breft, M. le Due de Praflin
s'etoit tranfporte A la Manufa&ure de
ces pompes h Paris oi l'on fit en fa
pr'fence un pareil examen & de pa-
reilles epreuves qui ont ete conftatees
par plufieurs Membres de l'Academie
Royale des Sciences de Paris, que le
Miniftre y avoit appelies A cet effect.
Les deux proces-verbaux de ces
experiences, celui de Breft en date du
28 juin dernier 1766 & celui de
Paris du z2 du meme mois fe font
trouves parfaitement d'accord fir la
tralite des advantages de -ces pompes.
L'un & 1'autre confiatent la fuperio-
rite de leur product ; leur fouftrac-
tion de tous cuirs, de tout strangle.
ment d'eau, de tout frotement fenfi.
ble de pifton; leur folidit leur pre-
cifion leur duree & la facility de
monter:&demonter en peu d'inflans
chaque parties de ces pompes au
moyen de raccordemens A vis.
Par le proces-verbal de Breft, il eft
etabli que deux de .ces.pompes de
quatre pouces un quart de diametre,
tells qu'elles conviennent, par exemr-
ple, aux Navires marchands., ont
done par un feul & meme homme,
avec peu de fatigue 48 bariques
d'eau dans une heure, en mer comme
far terre ferme. (*) Or, tous les Ma-
rins f;avent qu'avec les pompes afuel-
les de ces Navires, trois Matelots
S(*)Labarique du p ids de log lives,


avec beaucoup de fatigue, ont pei~e
a en donner i z dans la meme heure:
enforte que dans les cas de voie d'eau,
un Matelot, avec une nouvelle pom-
pe vuidera pour le moins autant que
douze Matelots peuvent le faire avec
4 des pompes afuelles.
D'autre part, une groffe pompe de
douze pouces de diametre, pour les
Vaiffeaux de guerre qui a 6te6 prou-
vee A la Manufa&ure en prefence du
Miniftre & des- fix Academiciens a
donn6 fix bariques d'eau par minute ,
Al'dlIvation d'environ 15 pieds, mife
en action par fept hommes; enforte
que par les proportions connues,il
faudra y employer douze hommes,
pour avoir les memes fix bariques par
minute, A I'Plevation de vingt-cinq
pieds, qui conviennent aux Vaif-
feaux du premier rang. Or, les pom-
pes royales a&uelles des Vaiffeaux de
guerre (fuivant le proces-verbal de
Breft ) n'ayant empli dans la plus
avantageufe epreuve, que quarante-
huit bariquies en quatorze minutes
quatrefecondes, ne donnent par con-
fiquent qu'un pen plus de trois bari-
ques par minute en y employant
quatorze hommes,
R. PONSES
A la Queftion infEree dans la prdc6-
dente feuille : Quel ef l'effet de la
chaux fur le fcre?
Elle faith le meme effet que le levain
dans la farine pour faire du pain. Je
ne done pas d'autres raifons, quoique
la matiere foit fort ample : je me per-
fuade que celle-la fuffit. Signed, MICHEL.
Sans m'attacher A combattre l'irre-
gularite de la Queftion de l'efit de la
chaux fur le fucre; fans m'arr^ter A dC-
montrer qu'elle eft tout-a-fit vicieufe


_I __ _LICC____I__CI*bI_--


--- TI-----c~---~rr^~-




--------,_--__.w____.__ .--__.--.---- ---- --..


& peche.par 'expreffion, je me bor-
nerai A dire (avec la precifion qu'exi-
gent les bornes des Affices) que fi l'on
doit juger des rapports des caufes par
la conformity des effects, la chaux peut
&tre compare hardiment au mercury
que les Medecins appellent furet, qui
fe comporte dans la multiplicity de fes
progr s avec F'ordre & la regularity
Squ'obferve la chaux dans la multipli-
cite des fiens. De meme que le mer-
S cure, par fa fubtilite, penetre & va
S chercher le virus jufques dans les
parties'les plus folides du corps hu-
Sm'iin, jufques dans les vaiffeaux capil-
laires; de meme la chaut, par fa vive
fubtilite & de concert avec la chaleur
qu'on a foin de communiquer au ve-
fouil, commuriment dit vin de cannes,
qui n'eft a proprement parler que le
fuc de la canne don't par degrees fe
forme le ficre, penetre & parcourt les
pores les plus condenfis du vefouil, y
cherche les corps heterogenes ou in-
compatibles avec la douceur qui doit
le cara&frifer, & pour :parvenir A for-
mner I'effence folide du fucre les en
expulfe fous la forme d'"cumes, les
rallie & les prefente avec advantage aux
foins de l'6cumoire,
Signi, DELILE, nouvellement arrive du Port-au-Prince.

SPECTACLES.
Les Comediens Italiensli Paris ont
donned un grand nombre de repr6fen-
tations de la Fite du Chdteau, Diver-
tiffement m ~1 de vaudevilles & de
petits airs don't on croit M. Favart
Auteur. Le feul titre du Drame indi-
que, outre le lieu de la fcene, la con-
dition des perfonnages : en voici I'ex-
trait.' Un Midecin inoculateur, qu'on
nomme le.Doaeur Gentil, a opere
avec fucces la fille de la Dame du Cha-
teau; & la Concierge, Mad. Jordonne,


a fait preparer une fete pour cel1brer
fa convalefcence. Ce font ces deux
perfonnages, don't les caraferes gais
& plaifans font bien faits, bien agencies
au Theatre, qui ouivrent la fcene. Is
ont et6 dans leur jeuneffe, eleves
ensemble, & ils fe reconnoiffent. Le
Do&eur confeille A Mad. Jordonne de
fe marier ; ii lui faith mnme entendre
que le marriage lui eft bon, qu'il lui fera
falutaire ,& lui"indique Jacquot, jeune
Jardinier, comme un gargon qui feroit
bien fon fait. Cette fcene eft done bien
remplie, & elle eit encore egaye par
1'dloge de l'inoculation en trois jolis
couplets, fur I'air : Vl? ce que c'efl que
d'aller au bois, &c. don't le principal
refrein eft: Jeunes Beaute's, ne craigne.
rien; c'efJ un mal qui fait du. bien. Mad.
Jordonne, fuivant le confeil du Mede-
cin, fait quelques avances a Jacquot;
mais elle apprend qu'il aime Colette,
fille du Fermier, plus jeune & plus ai-
mable qu'elle. Cependant, comme fon
pere l'a deftinee au Garde-chaffe Hu.
bert, elle fe flatte que Jacquot pourra
lui revenir, & difpofe fur cela fes bat-
teries. La Dame dulieu devant doter
une fille, elle penfe A faire tomber fon
choix fur Colette, tandis qu'elle preffe
le Ferniier de terminer fon marriage
avec Hubert, afin que Jacquot, perdant
fa Maitreffe, foit oblige de fe rabattre
fur elle. On voit pourtant qu'au defaut
du Jardinier, elle s'accommoderoit du
Garde-chaffe. Les chores en font lI,
lorfque Colette, pique de l'abfence de
Jacquot qui l'a neglige pendant quel-
ques jours, le rencontre enfin. Ce de-
pit de Colette, les inqui6tudes de Jac-
quot, & leur querelle, bientot fuivie
de la meilleure intelligence font la
matiere de deux fcenes oh M. Favart
nous paroit s'etre principalement de-
cel Ce n'eft plus la monotonie infi-


,, ,. ',:
* *,',S



', ,,.,,

.1 ,,*
,I ,


'' ,


;* *. :''""
, '-,, ri '._ ,,
, /''

'- 3 .
.' 4. ,- t,.
'. .. ':* I.'i

, *' "' ,
*'.*^
! ", ,. "
;











.' .,^
', 'd. :1
1 -,', ,
,.i "P






"* *1' ,
,,










^ ,', .''
,- ':






I ,,.' <'
' *'' t .
' ; ',/ 1
-',,










,,1 ;.t
'. *''(
i. *':*


I'
.^:
*^
j 4
'* .



i
*
', .














I'
"..
'

.!.


















,.',.'
- i.
,




'' "
* r -



















,. '. ,
: 1


















.. q
.in' ',
I I
r .2
';'


'*



S''> '


!*

S'i
' *
.,-^
;.: .'''
* *i
(i, ',_


'' \

^'''
'-+;
. ,1



. .y
.1,.


pide & fans graces de la plhpart des
Bergeries modernes : c'eft la naivete'
delicate & le fel fin du Coq de Village,
de la Chercheufe d'efprit, &c. Pendant
que toute cette fiufe fe demele, le
Doteur Gentil, port d'inclination
pour Colette, a de fon c6te agi pour
elle efficacement pres de la Dame du
lieu. Tous les perfonnages intereff6s
au denouement de l'afion, font raf-
fembles pour entendre les genereuies
difpofitions don't le Tabellion eft le
depofitaire, & il en fait la leaure. La
Dame donne mille ecus potu marier
Colette en lui laiffant la liberty de
choifir qui elle voudra pour mari, &
mille ecus de recompenfe a Jacquot.
Elle remet au Fermier une annee du
loyer de fa ferme, fi c'eft Jacquot que
choifit Colette. Quant au Garde-chafle,
elle permer, s'il n'obtient pas Colette,
qHu'il epoufe Mad. Jordonne, & le fait
Concierge du Chateau. Mad. Jordonne,
qui a jette fes vues fur le Do&eur Gen-
iil, refuse la main d'Hubert, & le Doc-
teur lui promet de terminer des Le len-
demain. On danfe & on chante. Deux
chofes a remarquer dans cette Piece:
c'eft la premiere qui ait fait prononcer
fur le Theatre le mot inoculation,
& oi l'on ait ofe parler de la chofe:
c'efl de plus un veritable Opera-comi-
que, tout compof d'airs connus. L'ac-
cueil que lui a fait le Public, pourroit
bien ramener cet ancien genre, tou-
jqurs regretted de ceux qui preferent la
gaiete .theatrale & le fel comique a des
fons "qui ne fignifient rien par eux-
memes, & qui fouvent font attaches
aux plus pitoyables paroles.
On donnera demain, au Cap le
Malade imaginaire, Com'die en trois
A&es & en profe, de M. Moliere. Cette
Piece fera fuivie dela Reception du
Midecin.


47
Dimanche prochain, on donnera
une feconde Reprefentation du Mare'-
chalferrant, Opera-bouffon, fuivi du
Ballet intitule : la Jardiniere Italienne.
Le meme jour, Grand-Bal.
En attendant le Philofophe fans le
ftavoir, Piece nouvelle.


AVIS


DIVERS.


Les Creanciers de la fucceflion du feu Sieur Pierre
Bouyer, geree par Me. Prieur, Curateur aux Va-
cances au Cap, font pries de vouloir bien lui remettre
la note de leuirs creances, dans laquelle ils infereront
la date des Sentences de condemnation, l'effet de
mettre ledit Me. Prieur en dtat de procdder a la re-
partition du produit de 'immeuble defendant de ladite
fucceffion, fuivant Pordre des hypoteques ; fi mieux
n'aiment. lefdits. Creanciers lui confier leurs titres
fous fon recepiff afin d'accelerer le moment de la
repartition des deniers a eux revenans.
Le Sieur Lareche, Horloger au Cap, fe difpofant
Apartir pour France au mois d'avril prochain, prie
ceux qui ont des montres chez lui de vouloir bien les
retire; il en a environ quinze, & y a 6 pendules que
perfonne ne reclame depuis 8 10o ans : il prevent
ceux A qui ces effects appartiennent, qu'il les remettra
au Sieur Lariche cadet fon frere, qui exerce le meme
art que lui avec fucc s, & A qui ils pourront s'adreffer:
flprie auffi ceux a qui ilpeut devoir de fe prifenter pour
recevoir leur dus & ceux qui hii doivent de le
iatisfaire.
M. Sarmejanne, Negociant A Leogane, prie les
Creanciers de feu M. Sarmejanne Con frere, vivant,
Procureur a la Jurifdiaion du Petit-Goave, de vou-
loir bien fe fair connoitre & donner communication
de leurs titres de creance pour pouvoir prendre des
arrangements avec la fuccefion.
LesDlles. Brodel fceurs, demeurant toujours pro-
che 'Eglife du Cap, maifon de M. Delan, Notaire,
ont fait venir de Paris une Couturiere travaillant en
robes dans le dernier gofit; prennent des apprentives
pour leur apprendre a travailler en robes & en modes.
Elles continent de recevoir de France des affortimens
en mode nouvelle.
Ceux qui voudront fair Pentreprife de fournir
trois A quatre cens paillaffes remplies de paille de
mays, s'adrefferont au Superieur de I'Hpital de la
Charity du Cap ; en attendant on prie Mrs. les Ha-
bitans de vouloir bien envoyer audit Hbpital les
pailles de mays qu'ils recoltent & de donner aux
porteurs des notes du prix qu'ils defirent vendre cha-
que pacquet,
D E M A N D E.
M. Jolly, Negociant au Cap, Executeur-teftamen-
taire du feu Sieur Larche' des Landelles, Habitant a
la Souffriere du Dondon, defireroit favoir entire les
mains duquel de MM. les Procureurs ou Avocats de
la dependance du Cap, font les Titres & Papiers dudit
feu Sieur Larchi des Landelles, concernant les con-
teftations d'entre ce dernier & le Sieur Leguric, fon
voiin, pour raifon de terreins. 11 prie ceux qui en
auront connoirfance, de lui en donner avis, on t
I MtujqUan, PrQeureUr,


_ Ilsll~e~C~.













48
NAvTRES Egi bftt ARGEMETN TV
Le Bateau le St. Louis, partira de la Rade du Cap
pour le Port-au-Prince le r6 du courant. Ceux qui
voudront y charger a fret, ou paffer s'adrefferont au
Sr. Pochet. Ce Bateau fort de carene &, march tres-
bien; ii a une chambre commode pour les Paffagers.
Le Bateau le St. Charles, du port de' ootonneaux,
prend du fret & des Paffagers pour tout le bas de la
Cote. II partira du 15 au 20 du courant. On s'adref-
fera au Capitaine, a l'ancien Gouvernement, chez
M. Leroi au Cap.
BIENS ET EFFECTS A VENDRE.
Le famedi 14 fevrier pro chain, A la Barre, du Siege
du Cap j une Habitation fituee a la Montagne-Noire ,
Quartier & Paroiffe de la Grande-Riviers, d pendant
de la fucceffion du feu Sieur Pierre Bouyer, confiftant
en 70 quarreaux de terre ou'environ ,, & fur laquelle
il y a 20 mille pieds de caffe en affez bbn &tat.
Le famedi 21 fevrier prochain, ii fera vendu A la
barre du Siege. Royal du Cap, 26 t&tes de Negres
dependent de la fucceflion Bouyer payables argent
comptant.
Une Maifon fitude au Cap, rue du Confeil, vis-
I-vis celle ou fe tiennent les Audiences bitie en ma-
5onnerie, couverte en ardoife, confiftant en 3 cham-
bres haffes, 8 cabinets dans la court, cuifine, 3 cham-
bres hautes, grand cabinet & grenier au deffus. Plus ,
3 Negres, don't un cuifinier, un jouant bien du violon,
& l'autre ma~chand : plus encore, une Negreffe mar-
chande. II faut s'adreffer a Mrs. Mefnier freres N -
gocians au Cap, qui vendront le tout enfeible ou
fepardment, & en front bonne composition.
Une Place fituee dans les.mornes de l'Acul, depen-
dance du Cap ., contenant environ 25 quarreaux;
fur laquelle i y a 4000 pieds de caffg rapportans, &
5o0o autres nouvellement plants beaucoup de ban-
naniers,- ifne grande cafe, cafes A Negres, entourages-
de campeche & de citronfhiers &c.; plus 2 Negreffes,
rilre Madingue i nommee Marie & Pautre Crfoile,.
nomm&e Mariainne.. l faut s'adreffer au Sieur Roger,
Idenmeurant au Cap, au Petit-Cardnage qui en Tera
bonne -ompofition.
Unie Habitation fituee au'Baffin Cayman -Quartier,
du Dondon pres le Bourg confenant: 6 quarreaux
de terre; fur laquelle ii en a 2o quarreaux plants en
caffts rapportans, vivres, favanne, grande cafe cafe
a caffe cafes A Negres & glacis. IL faut s'adieffer
A M. Philippe Pirly', Habitant au Dondon, ou a M,
P.onfigaon, Negociant au Cap.
Une Maifon fitue' rues d'Anjou & de la vieille
Jouaillerie ,pris la Place Clugny ; cette maifon eft
en maconnerie & prefque neuve. On s'adreffera a M.
Lagneaux ou au Sr.'Dupont, principal locataire.
Une Chaife neuve a unie place avec flrapontin,
double de velours vert cifele, ayant un bateau d'a-
cajou-& une fort belle peinture-, harnais A trois che-
vaux. Il faut s'adreffer AM. Bertrand, Negociant au
Cap, rue du Bac, ou a M. Porchereau Habitant au
Port-Margot qui en fera bonne composition. -
Deux beaux chevaux efpagnols, talons, ag4s de
4 ans, faits au pays, Fun poil bay, A crins noirs;
l'autre poil gris: plus trois chevaux de chaife, poil:
rouge. On s'adreffera aM Soubira, rue du GoGver-
aement, au Cap.
M. Durivoire, Officier au Rgimnefit de Quercy, fe
difpofant a partir pour France, donne avis qu'il a a
vendre, un Negre valet, de 14 a i ans, une Negritte,
de, to a I, trqis jeunes chevaux de chaife, un petit,


u-'
r`


theval de felle, tout harnachi, des felles de plufieur
efpeces & desmeubles, comme armoire, bureau d'a-
cajou, lit de repos, table, chaifes &c. II faut s'adref-
fer a Mrs. Raby freres Negocians au Cap, qui ven-
dront le tout ensemble ou f4parement, & en front
bonne composition.
M. Dubrocq, commendant le Diligent, arrive de-
puis peu de la Martinique, donne avis quit en a ap-
porte fix milliers de merrain A boucauds de firop,
cui font A vendre. II fretera fon Bateau pour quel Port
de France que ce foit; & fi quelqu'un vouloit le lui
acheter, il prevent qu'il eft tout neuf, d'environ 70.
tonneaux, bien green, & conftruit A Bayonne au mois
de mai dernier. On s'adreffera audit Sr. Dubrocq,
chez M. Foreflier, rue Penthievre au Cap.
Le Sr. Marie, Imprimeur du Roiau Cap, Execu-
teur teftamentaire du feu Sr. Boiffet. ouvrira la vente
des effects & marchandifes de cette fucceffion le jeudi
19 du courant, dans fa maifon, rues St. Jean & de
Penthievre. II y fera vendu quantity de Livres de
Jurifprudence Medecine Chirurgie Hiftoire ,
Belles-lettres &c.
A VEND RE OU A LOUE R.
SUneMaifon en maconnerie, fife auPetit-Carenagei
appartenant au Sieur Sarreau, Chirurgien, confiftant
entrois chambres baffes, don't une couverte en ef-
fentes, &les deux autres en tile, une galerie & un
cabinet a chaque bout, une cuifie une chambre de
l'autre c6te une cour avec claire-voie en bois peint.
unpuits & deux halles de 60 pieds de profondeur cha-
cune. On s'adreffera A Mrs. Guillodeu jeune,& Gauget,
Negocians au Cap, qui en front bonne composition.
S A BAIL OU A LOUER.
Une Maifon faifant le coin des 'rues Neuve & de^
Chaftenoye, confiftant en quatre grandes chambres,
cabinets dans la galerie; une halle ; court, puts &
cuisine, a louer pour le I mai prochain. On s'adref-
fera A M. Texier la Vigerie au Cap.
EF.FETS PERDUS.
Un jeune Cheval rouge d'environ 3 ans que lon
foupconne' avoir ete vol6 le 28 dcembre dernier ,
dans la Savanne de M. de la Rigodiere, au Port-de-
Paix : ce Cheval a une'marque blanche qui lui tQimbe:
du front A la bouche, & eft etampe du cote du montoir
HP entrelac6s ou PH. M. Reboult, habitant au Gros.
Morne, prie ceux qui le reconnoitront de le fire
arr&ter & de lui en donner avist
Une Canne a pomme d'or, perdue dimanche 8 de
ce mois, fur le chemin du Quartier-Morin : le jone
eft un peu chancr6 par le milieu, la pomme eft lon-
gue & travaillle & ily a a la canne un cordon noir,
A gland & frange. Ceux qui l'ont trouvee font pries
de la faire remettre A M. Delavit pere, A qui elle ap.
patient, ou a Mrs. Laguehay leJunie & Cbmpagnie
Negocians au Cap. 11 y aura recompenfe.
Un Cheval rouge tocade, tamper a la cuiffe du
c6te du montoir D. PON., igar" depuis 15 jours.
Ceux qui en auront connoiffance, font pries d'en don-
ner avis a M. Couffac, rue St. Louis, au Cap, vis-a-
vis M. Arnoux, Receveur des- O&rois.
Trois Chevaux rouges tampis DF joints enfem-.
ble don't deux ont en outre ine tampe.efpagnole,
font fortis de la favanne de M. le Chevalier de Butler,
Habitant au Bois-de-Lance la nuit du 29.jovier ; ils
font de taille m' diocre & ne marquent plus. Ceux
qui en auront connoiflance, font pries d'en donner
avis A Mrs. Laffus & Freres ou A M. Fournier de V4.
reane a Habitant 4 Rocou I qui ils appartienmnent


F I


'4.







I
, '. -,


















.* '4''W
; *'''






:4'
,::,,;<;

: : .. ,

-' / ;;





,,. ,, ,.., ,
,, .',:i::.'
n i 'In l,







,' ,,, ;t. ,
i I i?












I ;." *,'.'t
: -' .;. ;?.









^.^'i
,, ,:, .! I














I

l'?i
,I .'a%
s" ', "-"",
"', ,





^
I'. '.e
n 'i' I. ,
1
I '










S,-', I'
'I,:i!-l





;1












-i.
i' I :' i
"'. : ,

i*, '. ,
.. .-
















,- r-n ',


Id







ANNAE 1767. [?N 7] 49



AF. HES A MERICAINES.


".vD Mercredi 16 Fevrler.
/.,; ;: x .\
\ : ,'- .-., .... ; _- --#__Pa J -__.... ...


& --.m",._ m. ^. -a- -- --' ,* *---= ..


AErtRirEJEdeSTav)/res Marchands.

ux CAYES, le 31 janvier dernier,
I'Hirondelle, de Marfeille, Capit. Don-
don; la Marquife-de-Choijeul, de Nan-
tes, Capit. Navaria, & la DeJiree, de
Bordeaux, Capit. Delpuy.
A JACMEL, le I de ce mois, la Fran-
poife, de Bordeaux,. reparti le lende-
main pour Acquin.
Au PORT-AU-PRINCE, le Ie
Port-au-Prince, de Bordeaux, Capit.
Pierre Vauffanges, parti le 4 dicem-
bre: le o, I'Ame'ricain, de Saint-Malo,
Capit. Jean-Baptifte Nicolas, part le
19 odobre, ayant touched au Cap.
A LJOGANE, le 5, e Comte-de-
Clare., de Nantes Capit. Fourneau,
parti le 24 decembre, & reparti le 6
de ce mois pour le Petit-Goave ; le
Boulongne, de Nantes, Capit. Chrifto-
phe, venant de la C6te-d'Angole avec
26z Noirs, ayant touched au Cap.
A S. MARC le 13 la Fidelle, du
Havre, Capit. Ancelot, ayant touched
au Cap..
Au CAP, le I3 e Brigantin l'Ai-
mable, de ce Port, venant de la Nou-
velle-Orleans : le 16, le Robufte, de
Bordeaux, Capit. Robert, venant de
la Guadeloupe..
NA VIRES Marchands en expedition.
Au CAP, la licomteffe-de-Cafielane.,
Capit. Coft6, pour le Havre, & le
Rardi, Capit..Blancard, pour Marfeille,


D PA RT de Navires Marchands.
DES CAYES, le 19 janvier, le Saint.
Cafl, Capit. le Huede, pour Nantes.
Du CAP, le xi de ce mois, 1'Am'-
ricain, Capit. Hiriard, pour Bordeaux,
& le Saint-Andre de la Rochelle,
Capit. Coindet, pour le has de la C6te:
le r6, l'Afomption, de Morlaix, Cap.
Defmoulins, pour Nantes.
PRIX des Marchandifes de la Colonie.
Il n'y a eu aucune variation aux
Cayes & au Port-au-Prince.
A S. MARC le 13 de ce mois, Sucre
blanc, 5o a 55 1. common, 38 a 421.
brut, 24 a 251. Indigo cuivre, 51.5 f.
S51. Io f. ( ii n'y en a point de bleu )
CaffG nouveau, I6 f. a 6 f 6 d. vieux,
I f. Coton, zoo 1.
Au CAP, Sucre blanc, yo a 6z liv.
common, 38 a 45 1. brut, 21 i 1.
Indigo bleu, 7 1. io f. a 81. cuivre, 5 1,
o f.A 6 1. Caffi nouveau, 17 f. 17 f.
9 d.. vieux, .14 a A i5 f Coton, z2o a
nzo 1. Piaftres gourdes,. 37 & demi
pour oo.
PRrX des Marchandifes de France.
A S. MARC ledit jour 13,, Via
vieux, i80 1. nouveau, 50o a 160 liv.
Farine de Moiffac, 90 1.:commune, 66
a 701. Boeuf, 70 1. le baril. Beurre, zo
A 2z5f. la livre. Petit--fale, 30o 36 1.
I'ancre. Huile, 36 a 40 1. la cave. Sa-
von, I o 1. le cent.
Au CAP,. Vin vieux,.I 150:. LSo Siv


Irr-- -------*ii~-r; yl:.~.~'.r"Z~iri""


..-N





























































I


o0
nouveau, 3o 4o 401. Farine de Molf-
fac, 70 a 75 1. commune, 60 A 661.
Boeuf, 66 a 72 1. le baril. Beurre, I 5
18 f.la livre. Petit-fale, 27 A 30 liy.
I'ancre. Huile, 18 a 42 1. la cave. Sa-
von, 80 a 901. le cent.
Covas Dv FRET.
A S. MARC, Sucre blanc, o10 den.
brut, ii d. Indigo, 30 d. Caff6, 15 d.
Coton, 42 d.
Au CAP, Sucre blanc, i den.
brut, 14 d. Indigo, 20 A 24 d. Caffa,
5 a 16 d. Coton, 24 a 30 d.
M 0 R T S.
M. de Saint-Quentin, Curateur aux
Succeffions vacantes a Saint-Louis, y
eft mort depuis peu.
M. Jean-Jacques Brunet, Creole &
Habitant l' Artibonite, y ell mort le
11 de ce mois, aig de 40 ans.
NEGRES MARONS.
A JIREMIE un Negre nouveau,
fans &tampe, de la- taille de 5 pieds 3.
pouces, bien fait & de belle figure, qui
n'a pu dire le nom de fon maitre ni le
fien.
A S. MARC, un Negre Congo, age
de 25 a 27 ans, taille de 5 pieds 4 pou-
ces, etampe fur le fein gauche BOY-
VEAV, fe difant appartenir a M. Boy-
veau, Habitant au Dondon ; une Ne-
greffe Canga, nommee Therete, agee
de 34 a 3 5 ans, ayant fur les deux feins
des marques de fon pays, fe difant
appartenir au nomme Godar, m. 1.; un
Negre Congo, nomme Pierre, ag6 de
24 A 27 ans, etampe fur le fein gauche
BACHET ST. M.
Au FORT-DAUPHIN un Negre
creole de Saint-Louis, nomme Jean,
g6. d'environ 30 ans, taille d'environ
% pieds x pouce, parlant bon frangais,


fe difant appartenir a M. Mefples l'aln6
Marchand au Port-au-Prince. ( Ce.Ne-
gre a te arrete par la Marechauffee
du Fort-Dauphin, avec une mule ayant
les deux oreilles couples, charge de
deux petites malles couvertes de cuir
de Rouffy, fermant a clef; ledit Negre
muni d'un billet conqu en ces terms:
Bon pour un Negre nomme Jean, qui va
enpacotille dans le Quartierde St. Marc,
le Cap & le Fort-Dauphin; bon pour un
mois au Port-au-Prince le 2i janvier
1767. Je dis douzieme janvier 1767 &
que ledit Negre mene une mule fans oreil-
ls. Sign6, Mefples raine'). [La fiufdite
declaration du Concierge des Prifons,
eft datee du 6 fivrier ]. Un Negre
Congo, nomme Antoine, 6tampe fur
le fein droit LP entrelaces & au deffous
R, & fur le gauche LPR auffi entre-
laces, fe difant appartenir' Madame
Lavaud, Habitante au Trou; un Negre
nouveau, qui n'a pu dire le nom de fon
maitre ni le fien, etampe illifiblement;
un Negre, Congo, nomme Apollon,
etampe fur le fein droit ED, & fur le
gauche DUPUY, fe difant appartenir
au Sieur Tautin, Tapiflier au Cap; un
Negrillon Congo, nomme Jean-Louis,
etampe fur le fein droit FLPOS, & fur
le gauche d'une etampe illifible, fe di-
fant appartenir au Sieur Lapoterie, Pa-
cotilleur; un Negre Congo, nomme
Laurent, etampe fur le fein droit AB
& au deffous BURK, fe difant appar-
tenir A M. Burk.
Au CAP, un Negre creole, nomme
Pierre n'ayant pour toute marque
qu'une bruflure au deffous de I'eftomac,
fe difant libre; un autre Negre creole,
nomm Philippe, ge d'environ 25 ans,
fe difant appartenir au nomme Gilles,
n. 1. demeurant au Haut-Limbe; un
Negre Congo, qui n'a pu dire le nom
de fon maitre ni le fien, ayant fur 'ef-


"Wo T


: .

" i-, *'
...' :;'





*-I
r '' I.* ",




r, .
,







i "'*
!i :"2,








j''r' 'i
i* ;*. ,
i ,"



i .,,

'"

: i::




\ .'.












'' .
. ...d
, ,.
', i > ',
" ," "{ .
, "...
--i- i'




i",---.


tomac plufieurs marques de fon pays,
& fur le fein gauche une etampe don't
on n'a pu dechiffrer que ces lettres
TDVG. entrelacces; un Negre Bam-
bara, nomme Franoois, etamp6 illifi-
blement fur le fein gauche, age de 40
a 45 ans, taille de 5 pieds 6 pouces,
fe difant appartenir M. Gentil, Offi-
cier, demeurant a Limonade; un Negre
Nago, nomme Louis, 6tampe fur le
fein droit PERRE COVTIAVX, fe
difant appartenir a M. du Brey, Habi-
tant au Bonnet ; un Negre Congo,
nomme I'Eveilli, 6tampe illifiblement,
fe difant appartenir a M. Souty, Ha-
bitant au Port-de-Paix; une N6greffe
creole, nommee Marie-Jeanne, g6e
d'environ 24 ans, fe difant appartenir
i M. Garnier, Habitant de cette Ville;
un Negre Mandingue, nommn Ilypo-
lite, etampe fur le fein droit GVMA
& au deffous AV CAP ; un Negre
Congo, nomme Antoine, 6tamp6 fur
le fein gauche PIGEOT & au deffous
AV CAP, ayarit une longue chain au
col & au pied, fe difant appartenir a
M. Lagarde, demeurant au Cap; un
Negre Mina, nomme Charles, fe difant
appartenir a M. Durand, Habitant dans
le Morne du Cap.

NOUVELLE S..
FRANCE.
Le Roi a accord la place de Lieu-
tenant-G6neral des Armies navales,
vacant par la mort de M. le Comte de
Blenac, a M. Froger de l'Eguille, Chef-
d'Efcadre Commandant la Marine I
Rochefort.
On a arret6 en Lorraine deux Voya-
geurs qu'on a fuivis depuis Strasbourg,.
& a qui 'on a, dit-on, mis des maf-.
ques defer, fans que jufqu'ici 1'on ait
pu decouvrir qui ils foont


II vient d'arriver une chofe qui
fait fentir combien on doit etre en
garde centre les contrefaftions. Un
ancien Agent de M. de la Bourdonnaye,
a e6t arret6 pour avoir fait un double
engagement d'une fomme de 18oooo1.
au nom de M. de Mory, Caiflier de la
Compagnie des Indes. Le fauffaire avoit
touched le veritable billet, & avoit ne-
gocie l'autre. Heureufement que lorf-
qu'on l'a prefente, M. de Mory s'eft
rappelled d'avoir paye pareille fomme;
ce qu'il a v6rifie en consultant fes re-
giftres. On dit que fa signature 6toit
fi bien imit6e, qu'il ne s'6toit pas ap-
perqu de la contrefaaion.
On made de Rochefort que les
etabliffemens qui y ont et6 ordonnes
pour recevoir des formats., fe trouvent
en 6tat d'en recevoir atuellement
pros de 800: les Officiers qui y com-
manderont font deja nommes.
M. de Bury, Auteur de l'Hiffoire de
Henry IV, qui aparu depuis deux ans,
s'y eft permis une critique tres-amere
contre le fameux M. de Thou. M. de
Voltaire n'a pas eru devoir garder le
filence fur des imputations qu'il juge
tres-mal fondees; & pour les refuter,
il vient de publier une brochure contre
M. de Bury qu'il qualified de moderne
compilateur & le contredit fur plu-
fieurs faits.
Le fer, d'entre les metaux le plus
utile & le plus precieux pour 'ufage
des batimens, 6quipages, armes, &c.
eft le plus expof6 a dpderir par les im-
preflions de Fair; il a ete de tout teams
fujet a la rouille qui le mine & le de-
truit; c'eft une efpece de lepre qui le
d6vore & I'aneantit entierement. Le
fieur Chartier a 6t6 jufqu'ici le feul qdio
ait pu trouver le fecret d'obvier A cet
inconvenient par le moyen d'une
composition. qu'il imprime fur le fer-,


cron------- ----- -------------- --Tr--~ ~iC~--P~T)~-*~---~--~
II "








laquelle s'incorpore avec lui-mme;, en
lui communiquant une beauty admira-
ble, en le prefervant de la rouille, des
impreffions de l'air & de l'eau: les re-
cherches qu'il a faites depuis plufieurs
annees pour la perfefionner, ayant
eu le fucces qu'il s'etoit propof il en
a fait les preuves d'experience devant
MM. Duhamel & Baron, Membres de
1'Academie Royale des Sciences, nom-
mes Commiffaires A cet effect qui ,
apres les epreuves fuffifantes, lui ont
delivre des certificates de la bonte & fo-
lidite de fa composition ; en conf&6
quence defquels Sa Majefte a accord
audit fieur Chartier un Brevet qu lui
permet de faire ufage de fon fecret.
SAINT-DOMINGUE.
Du Cap, le ;6'fvrier.
Nous apprenons par des lettres de la
Grenade, du 19 decembre que 180
maifons, deplorable refte du grand in-
cendie qui defola la Ville de Bridge-
Town a la Barbade, les premiers jours
de mai de l'annee derniere, viennent
d'etre reduites en cendres, fans que les
prompts fecours quel'on y a apportes,
ayent pu etre d'aucune utility.
On announce aufli de la Rochelle Par-
rivee dn Navire la Mariette, Cap. Ro-
chet venant des Cayes.
Tout ce qui a pour objet quelque
branch de commerce intereffe parti-
culierement les Colonies, du moins
dans des vues qui, quelque eloignees
qu'elles paroiffent, peuvent fe rappro-
cher. La liberty d'importer dans les
Ifles de la Dominique & de laJamai-
que, ne peut &tre indiffirente pour
nous; mais comme il eft neceffaire d'en
connoitre les bornes & les conditions,
nous allons donner en entier l'extrait
e I'a4te paffi a ce fujet dansla derniere


Seffllon du Parlement de la Grande-
Bretagne. ;
,, Les ouvrages manuftaures dans
,, les Pays strangers ne pourront etre
importsts dans lefdites Ifles fous
,, peine de confiscation des Vaiffeaux
& des marchandifes.
,, La mine de cuivre, le coton en
,, toifon, le gingembre, le fuftic & au-
,, tres bois propres A la teinture, le
,,chanvre, l'indigo, les melaffes, les
,, peaux de caflor & autres fourrures,
,, le fucre, le cacao, le caff6, le pi-
ment, les cuirs & les peaux, la po- ;
,, taffe, la foie crue, les fanons de ba-
leine, etant produfions angloifes,
,, ne pourront tre importees dans les
,,Ifles-fufdites apres le i feptembre
1766, fous les peines ci-deffus. :
,, Les Negres imports dans lefdites
,, Ifles fur des Vaiffeaux Anglois, pour-
,, ront en etre r6exportes fur des Vaif- ,
,, feaux strangers A un feul pont. Il eft
,, aufli permis d'exporter hors lefdites
,, Ifles toute autre denree du crm
,, des poffeffions de l'Angleterre, lef-
,, quelles y auront et lIgalement im-
,, portees, except les mts, les ver-
,,gues, ies beaupres, le goudron, la
,, poix, la terebenthine & le tabac. Le
,, fer qu'on pourroit y avoir tranfporte
,, des Colonies Angloifes ne pourra
,, pas non plus en etre reexporte.
,, On s'affurera de l'obfervation de
,,ces loix prohibitives par le double
,, ferment des Proprietaires de ces den-
,, rees & de ceux qui les exporteront,
,, avant de permettre de les embarquer.
,, Toute efpece de coton en toifon,
,, 'indigo la cochenille, le fuftic &
, toutes les autres drogues qu'on em-
,, ploie dans la teinture ou dans la me-
,, decline, le crin, les fourrures, les
,, peaux, les potaffes, les fanons de
,, baleine les foies crues provenant.


,1, '


i;







L
:
::~ B



;
~'
:~
~


-


:I
i:
"','
''' '~
"I

"~' C,::
''-'-'

-,,'aF

..I
i
'i.
;;'~


~ '~~'
:
1 .


,
:

~::.~
;i;:
~I f

r-,e

~.$.
;
I~'

'.I
'
5!~
i.
,1,
~r:
'II
1,1
1' :2
~il'j
&L;
3~1
'.I
'
'
,,
1~
r
le
4!


Sides Colonies & plantations etrange-
, res ne pourront etre exports de
,l'une ou l'autre defdites Ifles que
,,pour etre tranfportes direfement
dans la Grande-Bretagne, en obfer-
ant les Reglemens etablis dans les
,,premiere, feconde & troifieme an-
Snees de Charles II.
,, II eft defend d'exporter aucune
,, efpece de marchandiles des Ports de
Sla Dominique pour aucune parties de
,, 'Europe au nord du Cap-Finiftere,
Sexcepte pour la Grande-Bretagne o i
, elles front debarquees fuivant le
,, Reglement fait par un ate paff6 dans
Sla douzieme annee de Charles II.
,, Le fucre imported dans la Domi-
unique, pourra etre exported de cette
I, fle aux diff6rens Etats de l'Europe,
, au midi du Cap-Finiftere, conforme-
,, ment aux Reglemens etablis pour le
, fucre qui croit dans les plantations
,, angloifes en Amerique.
,,Nul Vaiffeau charge de marchan-
,difes du crfi des Indes occidentales
,, (les beftiaux excepts) ne pourra
aller de la Dominique dans aucune
Ifle des Indes occidentales de la do-
,, mination Angloife, fi ce n'eft dans
,, le cas d'un gros teams, don't il fera
rendu compete aux Officiers de la
Douane ; & il ne lui fera pas permis
,, de prendre A bord aucune marchan-
,, dife, focus peine d'en encourir la con-
,, fifcation, ainfi que du Vaiffeau.
,, Les marchandifes du crf ou des
,,manufaaures d'Europe des Indes
orientales ou de quelques autres lieux
Sfitues au delay du Cap de Bonne-Efpe-
,, rance, ne pourront Stre exportees
de la Dominique dans aucune Colo-
nie Angloife en Amerique, fous les
peines ci-deffus.
,, Apres le I novembre 176 les
,, droits impofrs fur l'exportation des


W.


,, Negres fur des Vaiffeaux strangers
,, hours de la Jamaique, front fixes h
,, I 1. sterling & 10 fchellings par Ne-
,,gre, & on exigera la meme fomme
,, pour chaque Negre imported dans la
,, Dominique ; & les droits y front
,, pour chaque baril de boeuf & de pore
,, fal de 6 d. fterlings, pour chaque
,, firkin de beurre 6 deniers, pour 11
,, livres de fucre 6 deniers, pour le
,, meme poids de cacao 2 fchellings,
,, pour la meme quantity de caff6 6 d.
,,On payera au prorata, relativement
, a la quantity de ces marchandifes &
,, de ces denrdes. Ces droits doivent
t,, tre evalu6s fur le pied des livres
,, fterlings de la Grande-Bretagne, A
,, raifon de 5 fchel. 6 d. par once d'ar-
,, gent.
,, Le produit des imp6ts, dedufion
,, faite des appointemens de ceux qui
,, front commis pour les percevoir,
,, fera employd a fubvenir aux depen-
,, fes qu'entraine neceffairement 'exe-
,, cution de cet ate pour la garde &
',, entretien defdits Ports; & 'exce-
,, dent fera deftin A l'iamelioration des
,, Colonies & des plantations Angloi-
,, fes en Amerique. Les marchandifes
,, qu'on importera dans la Dominique,
,, ne front fujettes qu'aux taxes fufdi-
,, tes, except neanmoins cells qui
,, ont t6e ou qui pourroient etre eta-
,, blies fur les melaffes & les firops.
La fuite rI'Ordinaire prochain.


R P0 N SE S
A la Queftion inferee dans la feuille
du 4 de ce mois : Quel eft l'efet de
la chaux fur le fucre?

La reponfe qu'a fait M. Delile a cette
Question, me paroit fort ingenieufe.
La chaux opere effe&ivement fur le
fucre un effet fenmblable A celui que


L ---


- --------------~---~,.,~,~,.,~,~


-w e- ~I-,V~ '~ -~ .-----. --




rr-~~~~~. -- 4 -- r *,, -. -- -_ rL ~1.~-- -- -I


*1'


54"
product ie mercure fur le corps htu-
main ; mais fans regard a la Queftion
qui a donned lieu a M. Delile de fire
part au Public des lumieres qu'il a ac-
quifes dans cette parties, il auroit du,
en faifant connoitre les effects de la
chaux, fire connoitre auffi quelles en
fpnt precifement les parties qui ope-
rent un effet fi merveilleux.
Quelques-uns Pattribuent A fes fels;
mais il eft prouv qu'elle n'en a point:
plufieurs habiles Chymiftes en ont faith
l'analyfe *, & n'en ont pas trouv.
D'ailleurs fi elle operoit par fes fels,
la chaux eteinte n'en feroit pas de-
pourvue, & on fgait qu'elle n'a aucune
propriete pour le.fucre.
Ce n'eft done que les parties ignes
continues dans la chaux, qui operent
fi efficacement fur le vefouil, qui fe
dilatent fi tbt que cette chaux eft
plongee dans la liqueur ou vin de canne ,
& forcant ,.pour ainfi dire,leur prison,(
fortent avec celerite des petites cellu-
les qui les renfermoient, parcourent,
comme dit M. Delile,. avec une afi-
vite furprenante les pores du vin de
canne ou vefauil, developpent & deta-
chent des parties heterogenes du fucre
les parties graffes, onaueufes, gluti-
neufes & autres parties heterogenes,
qui etant plus legeres & excitees par
la chaleur, font pouffles vers la fur-
face du vin de canne, & y forment une
efpece de nappe que I'on ecume.
J'en except cependant les parties
terrefires, qui etant naturellement plus
pefantes, fe precipitent au fond. Signed,
J.B.DENARD,Habitant a la Petite-Anfe.

La chaux eft un compof6 d alkali,
acide corrofif, deflicatif, atif, qui
mnlee avec le vefouil, appelle vulgai-
rement vin de canne, combat, corrode
SLce elobrve Stahl, Limery ,Malouin. .


& incife ce veJbuil. Elle fepare les par
ties heterogenes d'avec les homogenes;
les premieres tant graffes, fpongieu-
fes & plus legeres, fe trouvent brifies
& confommees par fon corrofif, au-
quel refifent les dernieres qui plus
pefantes par leurs corps n'eprouve-
roient l'a&ion du corrofif qu'apres la
deftruftion des premieres: confEquem-
ment ces parties heterogenes cherchant
a s'elever fur la fuperficie de la matiere
balfamique par la dilatation que les,
parties incifives & corrofives de la
chaux occafionnent au vefouil en lui
ouvrant les pores, elles fe trouvent
ralliees & fe prefentent en forme d'e-
cume, pour etre enlevees a la diligence
de I'dcumoire. Alors la parties balfami-
que fe trouvant depouillee & degagee
de toutes les parties heterogenes, fe
rapproche & fe refferre plus aif6ment
a l'aide d'un feu vif qu'on a: foia d'en-
tretenir jufqu'a la perfefion du degree
de cuitte;.d'oi il refulte neceffairement
que la matiere n'ayant pas le teams de
languir, le fucre fe trouve fec & dans.
fa perfe~ion.
D'apres cette petite analyfe, qui de-
vroit etre plus etendue; quoique les
effects de la chaux foient certain, pour
parvenir a. la perfeCion de fire dut
beau fucre, it faut la main du fage & de
habilee Artifie pour la faire fervir avec
fucc&s dans cette manufa&ure; & pour
trouver le point phyfique de fa quan-
tite, fuivant les diffirentes circonftan-
ces du fol & des faifons, il faut joindre
a une tongue experience le genie de cet
etat qui ne confifte malheureufement
chezz beaucoup de Raffineurs) que
dans une routine qui les rend inutiles
h 'attelier, lorfque le moindre acci-
dent de la nature paroit les contrarier.
Hoc opus, hic labor eft..... ...,.....
Sign ,. CORDEILa.


b.-
i L

~'' ';
;i,.
.1]
I

s *I
h
-'
'
.".
;~(" .

:
''


I
'r



~.~
I

; I
I ;

li ,
;.r
-~
'

.

~


I
''
;'
I ;

"'











AVIS DIVER S.
M. le Comte de Beaunay difirant paffer en France
our y retablir fa fante, prie Mrs. les Creanciers de
Sa fucceffion de feuM. fon pere, qu'il n'a pas Fhon-
neur de connoitre, de vouloir bien lui faire part des
titres de leurs creances, afin qu'ils puiffent en confer'
rer ensemble, & prendre 'des arrangements conve-
nables a Mrs. e-s Creanciers. II aura l'honneur de
les voir, ou de recevoir leurs lettres fur fon habi-
tation au Trou oi il fait fa residence.
Plufieurs des Creanciers de la fucceffion de M.
Roger prient tous les autres Creanciers de fe trou.
ver le 15 du couraut chez Me. Leclerc Procureur,
pour prendre ensemble Ie part qui conviendra.
Les Creanciers de la fucceffion du feu Sieur Pierre
Bouyer. gerke par Me. Prieur, Curateur aux Va-
cances au Cap font pries de vouloir bien lui remettre
la note de leurs creances, dans laquelle ils infereront
la date des Sentences *de condemnation, a l'effet de
nettre ledit Me. Prieur en etat de proceder a la re-.
partition du product de l'immeuble dependant de ladite
(ucceffion, fuivant l'ordre des hypoteques ; fi inieux
n'aiment lefdits Creanciers lui confier leurs titres
fous fon recepiffi, afin d'acceldrer le moment de la
repartition des deniers a eux revenans..
Le Sr. JofephA Delpond, Marchand Teinturier en
grand &bon teint, teint toutes fortes d'etoffes de foie,
aine fil & coton en toutes couleurs fines ; blanchit.
ac reblanchit lefdites etoffes, & generalement tout ce
qui fert a l'habillement des Dames ,& leur donne tous
les apr&ts convenables ; les calandre, preffe & lufire
dans la plus grande perfe&ion: il degraiffe les gallons
d'or & d'argent & leur donne leur premiere couleur :
il faith de 'encre double & luifante. I demeure rue
Dauphine, au Cap.
11 a ete trouve, la nuit du vendredi au famedi der-
pier, vis-A-vis dee Ihabitation de Mrs. de Charitte,
an Quartier-Morin, une Jument grife., tampe AR,
charge de deux barils d'huile dans une macoute,
& un Cheval poil bay, ceil verron, fans etampe
ni charge, ayant une forte bleffure fur le garreau.
II s'eft trouve la nuit du i a au 16 de ce mois dans
la cour du Sr.Recotillon 'alne Habitant au Haut-du-
Cap, un cheval poil bay, ayant les ctins noirs, la
t&te brune & paroiffant vieux, etampe a la cuiffe du
< t6- du montoir d'un etampe efpagnole. Ledit Sr.
Recotillonle remettra avec plaifir a la perfonne a qui
il appartrent.
Ceux qui voudront fire. Ientreprife de fournir
trois A quatre cens paillaffes remplies de paille de
mays, s'adrefferont au Supirieur de TH6pital de la
Charite di Cap: en attendant on prie Mrs. les Ha-
bitans de vouloir bien envoyer audit H6pital les
pailles de mays. qu'ils recolteront, & de donner aux
porteurs des notes du prix qu'ils defirent vendre cha-
que paquet.
D E'M A N D E S.
Quelqu'un defireroit faire l'acquifition d'une habi-
tation dans un Quartier de la dependance du Cap',
fans diftinftion de culture, pourvu que le for foit bon,
& quu'il y ait un revenue honnfte a faire en y entrant:
on donnera 50 a 6oooo liv. comptant ou plus fui-
vant la valeur de l'objet & r'on prendra des arran-
gemens pour le furplus : il faut s'adreffer a M. Crofnier,
Procureur au Siege du Cap, a qui 'on remettra un
inveataire d4taillW, &l. qOnditions ,de la vente.


Le nomme Michel-Jonas Penon, Mouffe fur le Na-
vire le Frere & la Socur, du Havre Capitaine Mou-
cher, a ddfertd de ce Navire au mois de juillet der-
nier: les parents qui en font en peine print ceux
qui l'ont connu ou le connoiffent, d'en donner avis
au Sr. Eftur Marchand a St. Marc.
NAYIRES EN CHARGEMENT.
La Goelette la Favorite, du Cap Capit. Lanuffe,
partira la fin de la femaine pour les Ports des Go-
naives & Saint-Marc. Ceux qui voudront y charger
a fret, s'adrefferont a M. Reaud, Negociant au Cap,
rue Conflans.
L'Apollon de Nantes Capitaine Mofneron, par-
tira pour ledit Port au 15 mars. Ce Navire eft des
plus commodes pour les Paffagers. Ceux qui defire-
ront y paffer, s'adrefferont audit Capitaine en fon
Magafin au March&-des-Blancs ou a Mrs. Duplefiis,
de Bievre & Compagnie, rue St. Pierre au Cap. Ledit
Capitaine vendra auffi un tres-bon Acon du port de
16 bariques creoles, don't il fera bonne composition.
Le Boutin, du port de 400 tonneaux, Capitaine
Charles Neveu, partirt du Cap vers la fin de mars,
pour les Ports du Havre Honfleur & Rouen. Ceux
qui voudront y paffer ou charger a fret s'adrefferont a
Mrs. Saurine freres Ngocians au Cap.
Le Marichal de Bellefonds, Capit. de Belleville,
eft en charge pour Bordeaux; il partira au plus tard
le 15 avril: il a la moitie de fon chargement pr&t.
Ceux qui voudront y paffer ou charger a fret s'adref-
feront a Mrs. Lafus & Freres, a qui ce Navire eft
adreffe, ou audit Capitaine en fon Magafin, rue St.
Laurent, au Cap.
Le Franfois de Bordeaux Capitaine Pierre La-
vaud, partira pour ledit Port du 5 au 15 avrilprochain.
Ceux qui voudront y paffer ou charger a fret, s'a-
drefferont audit Capitaine en fon Magafin pres 1'a-
cien Gouvernement, au Cap. Ledit Navire a les trois
quarts de (on chargement prets a etre embarqu's; it
eft du port de 400 tonneaux ,arm de 16 canons de
fix livres de balles 50 hommes d'equipage, ayant
grande chambre dunette galerie & toutes les
commoditis que l'on peut procurer a des Paffagers.
Le Chavigny, de Nantes, Capitaine Cafeneuve,
eft en charge pour ledit Port, & partira Bla fin d'avril
prochain. Ceux qui voudront y paffer ou charger i
fret, s'adrefferont A Mrs. Tardivy & Collot, Negts.
ou audit Capitaine en fon Magafin rue de la Pointe,
au Cap.
BIENS ET EFFETS A VENDRE.
Une Maifon fituee au Cap, rue du Confeil, vis-
A-vis celle oi fe tiennent les Audiences, batie en ma-
qonnerie couverte en ardoife, confiftant en 3 cham-
bres baffes 8 cabinets dans la court, cuifine, 3 cham-
bres hautes, grand cabinet & grenier au deffus. Plus,
3 Negres, don't un cuifinier, un jouant bien du violon,
& 'autre marchand: plus encore, une Negreffe mar-
chande. II faut s'adreffer A Mrs. Mefnier freres Nd-
gocians au Cap, qui vendront le tout ensemble ou
feparement, & en front bonne composition.
S Le Sr. Dextremx Ngociant au Dondon, fe dif-
pofant a partir pour France done avis qu'il a
vendre une habitation fituee au haut du Trou du
Dondon a Fentree de la Marniilade, contenant
109 quarreaux de tr6s-bbnne t1erre`,'fur laquelle il y
a 55 mille pieds de caffe don't 3 omille dans leur
plus fort rapport, xo mille qui le front dans un an &
I; mi l nqouvelleaen plant s; Pne b oa9s favane,


nrrml~nW~~rr~rr--s~ Ml -Im-.. _I









54
ne gra de cafe iagalerie tournante, cafe a caffei&
moulin ous la meme couverture; un petit batiment
ferva de cuifine & d'h6pital: le tout b~tit a netuf &
couv rt d'effentes. Plus igo'pieds de glacis. fur 5o de
large; 450o 500 barils de chaux; 4 chevaux &
autres meubles & uftenciles ; 32 t.tes de Negres
travaillant & 4 Negrillons don't le plus age a 7 a 8 ans:
le tout en bon 4tat. On's'adreffera audit Sr. Dextremx
qui en :fera bonne composition, moyennant un bon
comptant.
Degiain jeudi, on commencera la vente des meu-
bles, effects. & marchandifes, de feu. Madame veuve.
Lambert, dans le magafin qu'elle occupoit au coin des-
rues Notre-Dame &'Dauphine & on demeuroit ci-
devant M..Defaubleu fon frere. On vendra d'abord
la clinquailterie & nmercerie, & enfuite les autres mar-
chanAifes.dont le detail eft immenfe.
Samedi prochain ,. ii fera vendu A la barre du Siege.
Royhl du Cap 26 tetes de Negres dependant de la
fucceffion Bovyer,, payables argent comptant.
Le Sr. Calmard.Maitre en Chirurgie fe difpofant
a partir pour France donne avis qu'il fera une vei'te
judiciaire le mardi 24 du courant, en fon. magafin au
Bourg du Dondon, demeubles meublans de diffirente
efpece argenterie & marchandifes afforties en.gros
& en fin: le tout au comptant.
Une Negreffe Domeftique fidelle & bon fijet,
fcachant coudre & blanchir ;,plus, divers meubles
meublans :: il faut s'adreffer A Madame de Blondeau,
rue St.. Domingue,pr's.celle. du Confeil, au Cap.
Fer afforti,. a 33 1.le c.ent, chezle Sr. Lagneau, rue
Dauphine,, maifon de feu M. Corneille au Cap.
Un Mat de 66 pieds de long 2o pouces.Ae diam&tre
dans .fon bas ,'avec fa ferrure.. On s'adreffera a M,
Confeil a a Petite-ance, qui en fera bonne compofition.
SLe Bateau le Don-de-Dieu, du.Cap, conftrufion
Bermudiennedu portde 40 tonneaux ou environ, en
tres-bon.etat. On s'adreffera a M. Dutreuil, Nigt. au
bord dela mer qui enafournira li:dventaire, &.en fera
bonne composition.
.: Le Sr. Marie, .Imprimeur du, Roi au Cap;,. Ex&iu-
tetr teftamnrtaire: du feu.Sr. Biffet,, ouvrira la vente
-des&effets, & marchandifes de cette fucceffion, remain
jeudi, dans fa maifon, rues S. Jean & de Penthievre.
II y fera vendu quantity de Livres de Jurifprudence,
Me'decine, Chirurgie, Hifloire, Belles-lettres ,, &c.
A- BAIL QU A LOUER.
A la Barre. du Siege du Cap famedi. prochain,
une Maifon appartenant aux mineurs Amidieu Duclos,
ffant ,le coin des rues ,Saint-Louis & Notre-Dame,
cnfiftant.en.cinq chambres baffes,. don't une fervant
de remife ,,trdis cabinets, deux cuifines, une galerie
tournante, ine court un,puits,.cinq cabinets en haut.
Le famedi 14 mars pro chain ii fera afferme a la
B&rre 'du mme' Siege., pour une annie feulement,
'dix-feptt&tes de Negres,. dependent de la fucceflion
Efmenard.
Une Maifon fife rue Saint-Dominguie, pres la rue
ldu Confeil .confifiant en treize pieces, tant chambres
que cabinets & cuifine, avec une grade galerie,'cour
A4 puits. I1 faut s'adreffer a Madame de. Blondeau,
demreurant dans ladite Maifon.'
ESCLAVS, EN MA.ON.AG E.
Un Negre Sellier, nommdMed.,or, de nation Aradva,,
itampe 'BELA;NTON& provenant d la fucceflioA
Bellantin,. mardn depuis i ourss, ayart avec lui fes
outils.. lde. Lory. i qi i ,e Negre appartient price de: e


Deux Negres Charpentiers & Calfats, dtampi
fur le fein droit M TARIS & au deffous AU CAP
Pun nation Nago, taille de y pieds ) pouces nommid
Jean-Franfois gr6s de corps, la- jambe .bien faite,
beaucoup decoupures fur les joues parti maron il y a?
trois fenaines avec tous les outilS de charpentier & un
nabot aulpied, & s'eft retire dans le quarter, des
Cotelettes oiu on dit qu'il travaille; l'autre de nation
Congo, nomme la Fortune ag d'environi 27 ans ,;de
la taille d'environ 5 pieds 6 pouces ,-bien fait, lIe vifige
uni, maron depuis dix jours, & s'eift.retird dans le"
Morne-Rouge. Le Sr. Michel Taris Charpentier &
Conftru&eur au Cap, a qui ces deux Negres appartien-
nent, prie ceux qui les reconnottront, de les faire ar-
r&ter, & de, lui en donner avis.
Une N6greffe Creole de la Jama'ique, nommdee
Chrifline agree d'environ 30 ans etainpee fur le fein
droit GRASGET & fur le gauche BIENAC, eft ma-
ronne depuis le i de ce mois. Ceux qui la reconno..
tront font pries de la faire arreter & d'en donner avis-
au Sr. Rolland, Aubergifte, rue deReligieufes au Cap.
Un Negre Poulard ,nommd la Fortune ayant la
peau fort rouge ,.dtampe fur le fein droit L, eft maron
depuis le 23' decembre dernier. Comme ce Negrea
demeure quatre ans fur l'habitation de Mile. Franc.
homme,dans les hauts du Port-Margotl'on fuppofe
qu'il pourroitbien y etre retourne. On prie ceux quiz
le reconrioitront, de le faire arr&ter & d'en donner
avis. au Sr.- Cauvin Machoquer fur l'habitation de'
Mde. de Bellevue au haut Limb. I1 y aura recompenfe.
Un Negre rougeatre, nomme Pierrotl-Hippolite,
creole du Grand.Baffin, atampi fur les deux feins
PROPIN,. don't un renverfO,, & deffous l'Pm d'eux
TIBER,. ayant l'oreille droite couple,. maron depuis'
huit mois.. Ceux qui le reconnoitront, font pries de'l'e
fire arreter, & d'en donner avis a Mde. veuve Lom-
bard, au Cap, rue de la Providence : il y aura recom-
penfe.
Un Negre Mondongue etampe du c6te droft
PLICHER, maron depui&Jlemimois-de, uin. -Ceux qui
le reconnottront, font pries d'en donner avis a M.
Journu. Nigociant aux Cayes..
Un Negre valet,. perruquier &, cocher nomm6
Saint-Pierre: ou, Cupidon, etampe fur le fein droit
PAPARELAV CAP, agd'de 26 ans, taille de 5 pieds
2 pouces, gros. & fort,.voix forte, grands yeux & un
peu rouves,,.jambes cambrses maron depuis 8 jours:
il connoit toures les parties de la Colonie, fur-tout la
ddpendance du Cap & du Port-au-Prince. Ceux qui le
reconnoitront, font pries de le faire arreter, & d'ea
donner avis A M. Paparel, demeurant au Cap : il y
aura recompenfe.
Un Griffe ,:nomm Toufaint, 6tamp6 CHARIE
macon (il a travaille de ce metier.au Cap jufqu'au I8
janvier dernier), taille de 5 pieds' 4 5 pouces ,.vifage
round, fournois. Ceux qui le reconnoitront,font pri s
d'en donner avis aM. .Dagnaux,,Dire&eur de la Pofte ,:
au Cap.
Un Negre crdole de la Martinique ,nomme Vincent.
tampere DESAVBLEAV. AV CAP, age d'environ,3o
ans,. taille. de 5 pieds 2 A 3 pouces, peau tres-noire,
marqu, a une joue d'un coup de manchette, maron
depuis le 14 novembre dernier : il fe dit libre, &
come il eft matelot,, il peut etre occupy, A la phche
le long de la Cote. Ceux qui le reconnoitront, font
pries d*en donner avis au Sieur Labbe'e Menuifie
au Cap ; 11yaura recompenfe.
.. .^


F


i


__ _~I


*J


I ,
I






.'i'







I r







Si'




i
^.




- ''
'*t
*.il. "'i
"' 'y- ,'

(r,.v Li
" *-,
"'^
*'' '
;.s,



-;,,
J ,,,' .
1''^;

;;1
i







:".I
.,






'.'_ ':
,-' '-




:;
:;


;L~JL. LE J'


Du Mercredi


AK4~ssavres Marchands.

A 7x .CAYES, le 7 de ce mois, la
Marquie-de-C/hdteau-Renaud, de Nan-
tes, Capit. M. le Chevalier Dnbois,
Enfeigne de Frigatevenantde la C6te-
d'Angole avec 454 Noirs A I'adreffe de
Mrs. Delmas &. Jogues.
Au PORT-AU-PRINCE, le Lx.3,, l
Saint-Sauveur, de Bordeaux, Capit.
Delifle: le 8 la Bretagne., de Nantes.,
Capit. Soliman ayant touche A, la
Martinique. Le Capitaine a rapport
qu'il a faith A la, Martinique, lors defon
depart, des temp&tes affreufes..
NA VIRES Marchands en expedition.
Au CAP, le Sauveur,A4e Saint-Malo.,
Capit. Hamon, pour. Dunkerque, &
l'Heureux,, Capit. Boulouvard ,,pour
Marfeille.
D 'PA RT de Navires Marckands..
Du CAP, le 23 de ce mois, le ardi,
Capit. Blancard & l'Actif,. Capit.
Aycard, pour Marfeille; la Jicomtefe-
de-Cafelanne,, Capit.. CGof., pqur le
Have .. .
PRIX des Marchandifeisd lIa Col1nie. .
1 n.n a encore eu aucune:variation
aux .Cayes & Saint-are. .
AUP'ORTr-AAUPRINC E, le 19 4ece
no,Sucr blanc, 36 a48 1,,1 prix
lu ucre lIrut n eft pas encore re eo.
Indigo bleu, 7.1. cirei,,l 41of.


AME.RICAINE .


2 Fe'vrier.


A 5 1.15 ,f. Caffi, ,7 f. A 17 f. 6 den.
Cacao, 16 f. 6 4. 17 f. Coton, I9o0
195 I. le cent.
Au CAP, Sucre blanc, 45 A 60 liv
common, 36 A 401. brut, z2 2. 1 .
Indigo bleu, 7 81. cuivrA, 5 A6 liv.
Caffn nouvea, 17 f. 9 d. A i8 f. vieux ,
13 16 f. Coton,, 2oAi 2.01o. Cuirs,
7 a91.l Piatires gourdes, 37 demi
pour ioo.
-Phix des Marchandfes de Franee.
Aiu PORT-AU-PRINCE, ledit jour
Sxgde ce mois, Vin vieux, 18o1. nou-
veau, 10 1. Farine de Moifiac, 79 a
8, 1. Bieufdt lande,66A70 le baril.
Huile, 2z 30,1. la cave. Chandelle,
3p f lal.ivre., Savon, 90 1. le cent.
Au CAP, Vin vieux, i:50- i 80 li .
nouveau, IzoA 1401. Farine de Moli
fac, 70 a 80 1. commune, 60 66 .'
BCef', 54.a 7 i e. ebaril. Beurre, i C.
la' livire. Petit-fale, 0ol. 'ancre. Hirile,
i8 a4 1. la cave. Savon, 86 A 9o1
SCO U'SS DUI FRET...
Au PORT-AU-PRiNCE, Sucre bhanc.
Sd. brut, 14 d. Indigo, -o. d_
,- .* ., i" ,* f "., i i. ,
Caff, ri4 16 6d. Coton, i4 a0 id.
Au. CAP, Sucre lane ,, li ;lerrM.
brut, 4, d. Indigo, i a ,4 d. Caffe"
i4 A'6d.4. Cton, 14 a 3 od.


M. Alleaume de ha Crange., agiea
SReceveur'cds Droits.dis.Roi & Grand-


AnNtm iy7F [No. 8.]


~am~es~--. I ~__~~~~~~~~~_~_


^II C---IC~-7~rrr~-I-p-rC~_l~__r--*_--___L-_- ~_I_~_~C~C~~f








Voyer & Jacmel, y eft mort le iB de
ce m6is, agede 49 ans : il etoit riatif
de Paris, & avoit 3 ans de Colonie.
It laiffe une riche fucceflion M. Al-
leauwe fon frere qu'il a nommi fon
Executeur-teftamentaire & L'gataire
univerfeL
SM. IAbb6 Pallot, Cure de Jean-
Rabel, y eft mort le 13.
Daite Marie- Sophie de Brienne,
dp0ufe'de Me de Clermont, Notaire aul
Port-de-Paix, refidant au Gros-Morne,
y eft morte ie i ,fgelde 31 ans,
M. Jacques Bouver Lariviere eft mort
au Cap le zo, Age de 78 ans : il etoit
de la Province de Langaedoc, & avoit
plus de 5o ans de Colonie.
NEGRES MARoNS.
:AU PORT-AU-PRINCE ine Ni-
greffe Arada, fans atampe, fe difant
appartenir A M. Daugouff/S, Habitant
au Petit Boug.; tun Negre Congo
nomin Cupidont, etampe fur le fein
droit IH, fe difant appartenir au Sieur
Baptfle Habitant au Dondon; un
Negre Adia, nomme Jofeph, fedifant
appartenir A M. Duveer.er:, Haitat
Ouanarninte; un Negre Congo, noinme
Prince, &tamp6 fur Ies deux feins LR,
fe difant appartenir au nomme Joan-
Fran ois, m. 1. demeurant au Cap; un
Negre Ibo, nomme Francitque tamp 6
fur le fein gauche EBI. ANO.
Au CAP, une Negreffe Congo, fe
infant appartenir t M. WTach ,Habitant
au Haut-du-Cap ; un Negre Arada,
nmomm Andre, &tampe fur les deux
feins DHR, fe difant appartenir A M.
i'lericout ; un Negre Mondongue,
nommd Jofeph, tamtip6 fur le fein gau-
che GLS, fe difant appartenir A M.
Gille, Habitant 4 Maribaroux; unNe.
gre Congo, nomme Cefar, etamp fur
e i'in droit'REMAVD, ayant tin 1-.


lier de fer t tr
nouveau, de n
le fein droit B
taille de 5 piece
greffe creole ,
etamp6e fur le i
appartenir A feu
N OU


I~_I__ IC___ __ I___~___ ~C_


F R.ANCE.
II parolt une Declaration du Rol,
du 13 novembre dernier, compof6e de
fix articles, par laquelle le tirage A faire
au mois de janvier 1767, pour le rem-
bourfement des dettes de l'Etat, or-
donne par 'Edit du mois de decembre
1764, eft divifi en trois clafies, don't
la. premiere comprendra'les numeros
des contracts de rentes cr.ees depais le
mois de janvier 17 58.
C'eft un axiome de phyfique que
dans les pompes afpirantes, I'eau ne
monte qu'A 32 pieds. Cependant ut
Acadcdmicien de Rouen (M. Clouet),
rfidanrt a Madrid, a fait part a M. le
Cat, Secretaire perpetuel de 1'Acade
-mie, du fait fuivant. In OuWrier de
Sevie, A qui un Paiticulier avoit de-
mand u ne pompe afpirante pour arro*
fer un petit jardin plac A une fen8tre,
a.6o pieds d'elevation, I'avoit affure
qu'il y feroit monster 'eau, & plus haut
meise, sii e6toit neceffaire. A I'execu.
tion, 'Ouvrier fefatiguoit inutilement
pour renmplir fa promeffe; t'eau n'arrii
voit pas A la fenetre. 11 descend, & de
.depit donne fur le tuyau de conduit
ui coup qui y fait un trout d'environ
tine line, A o pieds audeffus du re-
fervoir. Dans le moment, la pompe
fait jaillir i'eauaux 6o pied. M. le .Ca
a fait rep6ter chez lui cette experience
par un PotIpier : elle a parfitement
reufli; mieme aivec des circo6rinances
uit'on' ie it avoit pas marques,


ols branches; un Negre
action Topa., etanrpe fur
M,tg9 de 2o*a 2z ans,
ds z pduees ; une N.
nommde Marie-Louife,
rein gauche IP ,fe difant
M. Pafquier,Confeiller.
V LLE S.


! ,


'''
,;!
'':'i
'I'''''

I .:


,;

-
!
':' .I'


'' '








SAINT- DO M,1 N G V E .
Des Cayes, e 8 fivrier.
Ii s'efl perdu, le z de ce mois, fur
la Folle qui eft A la pointe de 'eft de
PIfle-a-Vache, un Navire Anglois ve-
nant de Londres: 'Equipage s'eft fauve
avec tres-peu d'effets.
Du Cap, le 23 fevrier.
On apprend par des lettres de France
que notre augufte Monarque, fenfi-
blement touched des malheurs qu'ont
6prouve fes Sujets de la Martinique,
leur.a accord pendant deux ans une
exemption de tous droits & d'impots.
Voici encore des Obfervations don't
I'objet eft de contredire les effects de la
Machine inventee par M. de Liniere.
Les premieres pouvoient avoir un
motif plaufible, parce qu'on n'avoit
a combattre que les Memoires de cet
Inventeur : mais celles-ci vont jufqu'h
reivoquer en doute des faits qui fefont
paffs fous:,les yeux du Miniftr,e &
de plufieurs Membres de PAcademie
des Sciences qui 'accompagnoient ;des
faits conftates par des proces-verbaux
tant a Paris qu'd Breft. Cette in-
credulit ene paroit fondue que fur ce
raifonnement :je n'ai point vu la Ma-
chine de M. de Liniere ; j'ignore com-
mentfes efetsfont products : :mais fui-
vant les principles de I"ole cesproduits
font impojfibles. Quoi qu'il en foit,
cette Feuille hebdomadaire etant faite
pour reeevoir le pour & le centre,
nous n'avons pas cru pouvoir refufer
d'y inferer une piece fignee. Le doute
qu'elle peut fire naitre dans 'efprit
de ceux qui auroient env,ie de faire
ufage dela Machine de M. de Liniere,
parviendra jufqu'A lui ; car par les
articles que les Affiches Ame'ricaines
fournffent a la Gazette du Commerce,


59
11 paroit qu'elle n'eft pas inconnue '
l'Auteur de cette Gatette.
Obfervations fur 1'efet des Pompes de
M. de Liniere ,uivant 1'Extrait infere
dans les Affiches du it de ce mois, tire
de la Ga(ette du Commerce de France ,
dur mardi 18 novembre 1766', par M.
Barre de St. Venant, au Cap.
Les nouvelles affertions fur les pro-
duits enormes des pompes inventees
par M. de Liniere, intereffent trop le
Public pour ne pas m'efforcer A mettre
au grand jour l'impoflibilite que lefdites
pompes puiffent produire les effects an-
nonces. Outre les preuves que j'entre-
prends de donnerici, & que je rendrai
les plus fimples que je pourrai, pour
etre entendues de tout le monde, on
pet voir ce que dit l'Obfervateur ano-
nyme, qui a tres-bien analyfe ces me-
mes pompes, fur les Affiches des 3 &
zo decermbre de Fannee derniere.
Ce n'eft pas qu'il foit poffible de
douter en aucune fagon de la capacity
des'fix Academiciens qui ont, dit-on,
te, appellks par M. le Duc de Praflin,
;pour examiner avec lui, & etre te-
,moins des products annonces; mais
c'eft que je fuis oblige de douter, par
principles, que jamais des Acad"miciens
aientA
aient vu, examine.& reconnu ces me-
mes products, puifqu'ils font contrai-
res aux loix du movement, qui font
invariablement les mmes par toute la
terre : car a moins que les 7 homes
don't on parole, ne foient des gens d'une
force gigantefque. & fuperieure &
.qu'ils n'aient agi pendant la minute
d'epreuve avec un effort extraordi-
naire, j'affure qu'il eft auffi impoffible
de dorner par un travail continue, &
avec des obmmes tels qu'on en trouve
par toute la terre, tels que ceux que
I'on emploie ordinairement dans les


-- --------~-- --I-~---~-----~`~~-~-*C~~-~~'""c~lcc---- ------- --- ---~~--------lc~ ------~c--,- -- .,------------- --


-------------- -------- --------~-14.1~-~,~.~~,,. ~~~_~_~__~_~__ ~_


<;!'
i*
I,,








travaux penibles, & qui ne doi veit
pas etre foibles, pour refifter pendant
deux heures de fuite A clever un poids
zde z livres, & lui faire parcourir un
efpace de 1ooo toifes A l'heure; il eft
aufi impoffible, dis-je, qu'ils puiffent
donner les produits annonces, qu'il eft
impoflible que deux fois deux ne don-
nent pas quatre.
L'on fera peut-etre etonne que je
n'avife de juger les effects d'une ma-
chine que je n'ai jamais vue, come
on a fait aux Obfervations des 3 & 10
dicembre de l'annie derniere : mais fi
1'on fait attention qu'il ne faut pour
cela que refoudre un problme don't
on a toutes les donnies nceffaires,
on verra que cela n'eft pas difficile.
D'abord ii eft dit dans les Affiches
du i x fevrier dernier, que deux de ces
pompes de 4 pouces un quart de dia-
metre, ont donn par un feul & meme
homme 48 bariques d'eau ou z14 mil-
liers dans une heure; mais on ne dit
point a quelle hauteur on a eet~ele'eau,
ce qu'il faut chercher en conftruifant
ice problem : trouver a quelle hauteur
Sun home peut clever 14 milliers
d'eau dans une 'heure avec une force
de 2. lives & une viteffe de 1000
,toifes A l'heure, qui donne ioo pieds
par minute, zo pouces par feconde.
Je vois d'abord que la ptfiffance, qui
elf 25 livres eft conte~se 96. fois
tdans Ta retfifante, qui eft 14000 Tmii-
liers. Cela etant, par les principles,
pour qu'il y ait proportion, la viteffe
de la refiftance doit- tre continue 960
fois dans la viteffe de la puiffance-; car
en mechanique I'on ne gagne rien r en
forces qu'on ne le petde en teams ; &
pregnant la 960e parties de 36600 fecon-
des ou d'une heure, qui eft 1e items
donn6, apres 'avoir multiplied par zo
pouces-, qi eft la valeur de chaque


ii


feconde, je trouve le quatrieme terme
proportionnel, qui efl 75 pouces ou ,
6pieds 3 pouces; aini l'on aura: z
livres, effort de la puiffance, font a .
14000 poids de la rdfiftance, come
3600 fecondes, viteffe donnee de la
puiffance multipliee par zo pouces,
qui eft fa valeur, ou 72000 pouces,
font A 75 pouces ou 6 pieds 3 pouces,
viteffe de la refifiance. Ainfi 'on peut
affurer que dans toas les cas du pro-
bleme ci-deffus, un homme ne pourra
jamais clever les 24000 milliers d'eau
qu'a la hauteur de 6 pieds 3. pouces,
etant meme applique a une machine
fi parfaite qu'elle pfit produire le mou-
vement perp6tuel. Ce n'eft pas mepri-
fer les pompes de M. de Liniere, de les
juger dans ce cas-lA.
La fin ~ I Ordinaire prochain.
Suite de I'Extrait de la Sef on du Par-
lement de ia Grande-Bretagne concer-
nznt les Ports francs de la Dominique
& de la Jamaique.
Apres le i janvier 1767 ,les den-
rTes du crm de ''Amerique 'importees
de la Dominique dans la Grande-Bre-
tagne, except le tafia & les fucres,
qui front munis d'un certificate, front
fijettes aux memes taxes que les me-
mes marchandifes provenant des Co-
lonies Franiaifes ; niais 11 eft permis
*avec ledit certificate d'importer dans
,lai Grande-Bretagne le tafia & le fucre
de la Dominique, en fe conformant aux
r6glemens auxquels le tafia & le fucre
de poffeffion Angloife font fujets par
la Loi, pourvu que lefdites marchan-
difes aient e6t produites ou manufac-
-tur6es dans la Dominique.
Les denr6es provenant de 1'Am&-
rique, & fujettes aux droits ,ne peu-
vent etre importees de la Dominique
dans aucuno Colonie Angloife, fans

...,., . --


iPFP~""""~~*lpll-ll~- ---~~ I r~l C -3 ~___~ ~_~ _~~_ ~_ _~_II~----~--"L--~C--








in certificat, foui peine de c6nffcation
du Vaiffeau & des denrees.
Les droits 6tablis fur cells des mar-
chandifes importees de Ia Dominique
dans la Grande-Bretagne tellesque cel-
les qui font reputees de produ&ions
Frangaifes ou etrangeres, & les droits
impof6s fur les marchandifes qui ne
front pas munies de certificates & qui
front importees de la Dominique par
une voie legale, front pour les fucres
feulement de 3 d. par quintal avoir du
poids, & fur d'autres marchandifes,
feulement d'une moiti6 de l'ancien
fubfide, c'eft-A-dire de z fchellings &
demi, fuivant I'a&e de la douzieme
annee de Charles II. Mais il ne fera
point accord remife en faveur de
'exportation.
Les fucres & les denrees imports
doivent etre mis dans des magafins
pour etre exports dans le pays etran-
ger, fous la caution de payer trois
fois le montant du droit, fi Von decou-
vre qu'elles ayent 6te confommees
dans l'interieur du Royaume. I1 ne
fera pas permis non plus de d6barquer
de nouveau lefdites marchandifes dans
les Etats Britanniques, & on obfervera
pour lacquittement des cautions les
memes formes que pour celles qui
font donnees ala Compagnie des In-
des a effectt d'affurer l'exportation
des marchandifes don't 'ufage eft de-
fendu dans la Grande-Bretagne : & fi
les fucres & aiutres narchandiifes font
ddbarques une feconde fois contre les
reglemens du present a&e, ils front
confifques avec le Vaiffeau & les voi-
tures qui y front employees &
les perfonnes qui y auront intrtre
payeront trois fois la valour. Les
Vaiffeaux qui exporteroient lefdites
marchandifes, ne peuvent etre au-def-
-fous.de 70 tonneaux, conformement


ta 'a&e de la fixieme innee de Geor-
ges I. Si on prend pour la confomma-
tion interieure lefdits fucres ou mar-
chandifes, le furplus des droits fera
paye au prorata de ceux auxquels
les fucres & les marchandifes Fran-
gaifes 6toient fujets avant le prefent
a&e, & fi dans le course d'une annee
lefdits fucres ne font point exports,
ni les droits pays, les Officiers de la
Douane pourront les vendre pour ac-
quitter les taxes.
Les fucres strangers imports dans
la Dominique doivent rtre depof6s
dans les magafins, & marques par les
Officers de la Douane avant d'etre
delivrs A P'effet d'etre embarques
pour la Grande-Bretagne & ce fous
peine de confiscation. L'amende A la-
quelle front condamnes les Officiers
qui commettront des exa&ions, ot
fe laifferont corrompre par prefens,
eft dAterminee par un a&e de la der-
niere Seffion du Parlement pour affu-
rer & encourager le commerce des
p61fffions de Sa Majeft6 Britannique.
Ladeflination de ces amendes eft con-
forme aux loix qui font a&uellement
en vigueur pour les contraventions
relatives aux douanes ou au commerce
des Colonies de Sa Majefte Britannique
en Amerique.
Cet a&e doit etre obferve & execute
jufqu'au premier novembre 1773.
Lettre f f'mprimeur, datee du Morne-
au-Diable le I fevrier.
Monfieur, l'art du fucre eft livre a
la routine des Raffineurs. II eft bien
-fingulier & bien malheureux que lon
n'ait encore pu determiner l'efet de la
chaux -vive Jfr le vin de canne. Nous
avons eu cependant quatre explica-
tions, qui toutes ont le d6faut de nz
rien. expliquer.


--- -~ ~LI~Y LI---------l~---__-L-~_l_ ----- ----;


~gslli~$~8%ga~____~ __ ~~--,l---L..,.--l--- -cI~*----c---- .----.--I--c---.---~4- --~-... -~.c-.-- ~,. ---7 --~.-----.------.---.--.-~--^.^~ --~-~l.-.II1L- -- ~1C. .----C--- .-..-




-. --~~


M.-Micel pretend que la chaux faith
fur le fucre le mme effect que le levain
fur le pain. La chaux, qui et un corps
abforbant, de nature alkaline, agiroit-
elle comme un,ferment acide? II toit,
difficile de renfermer plus d'erreurs en
moins de paroles.
M. Delile compare les effects de la
chaux ceux du mercure. Comparaifon
n'eft pas raion, du moins lorfqu'il s'a
git d'expliquer un fait phyfique.
M. Delile, Raffineur, felon -toutes
les apparences, a mieux connu les ef-
fets du mercure que ceux de la chaux.
II pretend que la chaux expulfe les
Smatieres heterogenes, contraires ~ila
douceur du fucre; il me femble au con-
traire que moins le fucre a de leffive,
plus il eft firupueux, plus il eft doux.
La parties huileufe n'eft done pas au
fucre ce que le virus eft au corps hu-
main.
M. Denard trouve l'exlication de
M. Delile fort inginieufe ; cela peut
etre: mais qu'importe, fi elle eft fauffe ?
J'aime mieux tune abfurdite qu'un pa-
.radoxe.
M. Denard a tres-bien defini la chaux,
corps d'une nature finguliere, qui con-
vient en tout avec les alkalis fixes,
mais don't on n'a pu extraire encore
aucun fel. M. Denard n'a pas affez re-
flechi- fur les effects que la chaux doit
produire. Les alkalis fixes & la chaux
fe combinent avec les parties huile,-
fes, & forment les favons; le fucre efi
le fel eflentiel de la canne : on 19ait
que fes fels font forms par la combi-
naifon d'un acide, de lhuile, d'une
terre, ce qui forme des favons natu*
rels, fufceptibles de fermentation,
La chaux en fe combinant avec les
parties huileufes du fucre, enleve l'obf-
tacle qui s'oppofoit fa criftallifation.
M. Cordeil, ancient Raffineur, I'un


de cetx & qui 1'art du fucre doit fa
perfection & Saint-Domingue, d6finit
la chaux un compofe d'alkali; ce qui
eft contraire A la definition de M. De-
nard & & la verite. IL lui fuppofe un
acide corrofif, quality oppofee a 'al-
kali, ces deux fubitances ne pouvant
fubfifter erfemble.
II refulte de cette definition, que
M. Cordeiltn'a pas connu 'inflrument
don't il s'eft fervi pendant ii long-tems
avec tant de fucces. L'explication qu'il
donne des effects de la chaux, eft rem-
plie d'erreurs & d'obfcurites. Je de-
mande a M. Cordeil, fi ce n'eft pas aux
parties huileufes que le fucre doit fa
quality balfamique & s'il donne la
leffive au fucre jufqu'A ce qu'il ait dd-
truit les parties huileufes ? II eft trop
bon Raffineur pour 'entreprendre.
La question n'etant point encore re-
folue, on continue de demander qudl
ef leffet de la chauxfur le vin de canne,
lesfirops & la clerce?
J'ai l'honneur d'etre, &c. Signie,
AMBROISE DELORME.
P. S. Je vous prie, Monfieur, de
fire inf6rer cette Lettre dans les pro-
chaines Afiches, pour engager ces MM.
& ceux qui ont des connoiffances fur
le fucre, A en faire part au Public.
A la page 34 de la feuille price'dente,
col. i, ligne 29 life homogenes, au
lieu d'heterogenes.

SPECTACLES.
SOn donnera demain, au Cap, Crif.
pin Me'decin & Attendet-maifous 'orme.
SII y aura Grand-Bal, ainfi que les.jours
des Reprefentations fuivantes.
Dimanche prochain i fevrier, on
donnera Sancho-Panla, Opera-bouf-
.fon, de M. Philidor.
Lundi 2, on donnera le Mednier &
la Moeiniere protelgs par Diane, Pan-


, '
' '3



*',,:

,
*; ''.,
?:^^
_'.,,^T




Si
J
** l

'. :' "r}
. )
": ,.

,,. .*:,

,,,


*. ''



'1


. ," r
i,!' .. ,
.! 1



' *':
i ,p









tomime, dais laquelle ily aura plu-
fieurs metamorphofes, five du De-
part de Diane pour la chaff. Le Spec-
tacle fera terminne pr un Ballet ana-
logue A la Pantomime.
Mardi 3, on d6bnnera Dom laphet.
'd'Armenie, Conm die en cinq A&es,
de M. Scaron, fuivie d'un Ballet,

AVIS DIVER S.
Les Crdanciers de la fucceflion du feu Sieur Pierre
Bouyer, gert0e pat Me. Prieur, Curateur aux Va-
cances au Cap, fontpris de vouloir bien lui remettre
la note de leurs creant'es dans laquelle is infireront
la date des Sentences de cbndamnatio.n,.A 1effet de
mettre ledit Me. Prieur en etat de procder a la are-.
partition du p roduit de l'imnieuble d6pendant deladite
fucceffion,' fii vant ordre des hypoteques; fi mieux
sn'aiment lefdits Creanciers lii confier leurs tires
fous fon recepiffl afin d'accelerer le moment de la
repartition des deniers A eux revenans.
Le 9 de ce mois il effil tre dans la favanne' du
Tresbytere du london, Ht Cheval bay, 4tampe FI.
Ceux A qui il appartient s' drefferont A Mn PAbbW de
,Caflellane, Curd, qui le fera remettre.
SLes perfonnes qui ont des pppiers dans FPtude de
feuM. Gdilhac de Serigas, font priCes pour la der-
iiere fois par Me. Prieur grant ladite fuiccefion de
vouloir bien les faire retire incefamment, fans quoi
il les previent qtiil etea ,forzc de les y contraindre
juridiquement,
Mrs. les Crtanciersi le M. C aufe Pai, Habitant
au Dondon, font pries de vouloir fe trouver le lundi
23 mars prochain chez Me. Border Notaire du Roi,
rue.Penthievre auCap, pour y dilibrer & prendre
des arrangements pour qu ils foient payesde leurs dls,.
Me. Atleaume ., Do&eur- Re'gent dee la Fa-
cultd de Medecine de Paris, Medecin du Roi, prie
Mrs.les Creanciers de feuM. Alledame de la Grange,
Grand Voyer de Jacmel., ion frere, de reprefenter
leurs titres de creances afin qu'il puiffe y fatisfaire.
L'*n procedera inceffamment.aa'ae.nte des meubles.,
effects, Negres., habitations & maifons de cette fuc-
cefiion,: les titres de creances en rigle .feont requs A
la vente comme argent comptant.
.Mrs. les Notaires dela Ville du Cap qui auroient
retu le d p6t d'une Tocuration paffe par feu M.
Damphoux de St. Auhan en faveur du Str'Duperrier
Derives, pour la regi' de fes biens A Limonade, font
.pties d'en donner eyis au Sr. Laborie, Procureur
atuel des mexmes biens;, Ledit Sr. Derives a du faire
ce dep6t dans le courant de Pannde 1751.
Me. Moreau Procuteur au Fort-Dauphin, Syndic
des Creanciers Roberton, a 1'effet de percevoir ce
qui eft di par Ies Sieur &Dame Perault, & d'en faire
la-rdpartition, prie.lefdits Creanciers, quoiqu'il n'ait
rien requ, de faire liquider leiirs crdances & de lui
temettre les pieces., afin de les colloquer dans l'ordre
.& repartition qu'i fe propose de fair.
D UM A N D E:S
SLes Habitans du Dondon'defireroient trouper quatre
.EiPeurs.capablesde conduire. les travaux des che-


1~----- ---

k


nrasan. ,,,C--~~-c-~---- c--c


61
mins publics. Ceux qui font en tat de remplir cette
commiuion, n'ont qu' s'adreffer A M. Blanc, Syndic
au Dondon. 11 leur fora payd jo liv, par femaine; k
i's fe nourriront.
Un jeune home de la Rochelle age d environ
22 ans nomm Charles Olivier, fe difant Perruquier,
etant entrd en quality de Maitre d'Ecole chez le Sr.
Mauge, Habitant au Cahos en efptarti le mi lanvier
dernier avec un Mulet coupe, poil brun, tamper fuc
la croupe DIDIER. I. M. & fur la cuiffe I. M. fell &
bridd. Ceux qui en auront connoiffance, font pries
d'en donner avis au Sr. Villeneuve, tenant la Grande
Auberge, A St. Marc.
NAVIRES EN CHAROEMENT.
Le Dc d'Orleans, Capit. Deflondes pout le Havre
& Rouen, partira dans le courant du mois prochain.
Ce Navire eft neuf & a toutes les c6mmoditespour
les Paffagers. Ceux qui voudront y paffer ou charger
a fret, s adreferont a Mrs. Legoux Defloges & Fer-
taud, N6gocians rue du Gouvernement au Cap.
La Reine de France, de Nantes, Capit. Pellard,
partira au commencement de mai. Ceux qui voudront
y paffer ou charger A fret s'adrefferont a M. Chauf'ee,
Negt. au Cap ou audit Capit. en fon Magafmn rue
de a Pointe.
BIENS ET EFFETS A VENDRE.
UJ e Maifon en maconnerie, a un etage, confidant
en ciq chambres hautes & baffes, cabinets, &c.
ladite maifon fituie rues d'Anjou & ties Religieufes;
une autre maifon en maqonnerie fituee rues St.,
Laurent & du Morne des Capucins, confidant en
cinq chambres baffes, Cabinets, &c. On s'adreflera
a Mrs. Julliany freres, Negocians rue d'Anjou, qui
recevront les ofn qu'on voudra en fire. ls ven-
dront auffi des N es couvreurs & Negtes de place.
Une Habitation ftude au Margot, Quartier du Port-
Margot confidant en 90 quarreaux de terre fur la*
quelle ilya a 2o a 25 mille pieds de caffe de differens
ages; une favane de o1 quarreaux ou environ, le refte
en bois$leh,4ut ; une grande cafe de 54 pieds de long
fur 17 de large; une ungalerie de chaque cote ; une cafe
a caff de 60 pieds de ong fur 20odelarge; une galerie
de chaque cot ; 3 glacis de maqonnerie; un four & des
cafes A negres. On s'adreffera a M. Blanchard pere,
rue de la Fontaine au Cap, qui donnera plus samples
eclairciffemens.
Une Place fituee aux Efcaliers, Quartier du Rocou,
Paroiffe de Limonade, avec 4 negres confiflant en 40
quarreaux de terre don't parties en vivres & le relte en
bois.deboutt 4 cafes A negres. On s'adrefferaau Sieur
Jatques*Douat, dans la maifon de M. Ruotte, pres
les Cazernes : ii en fera bonne composition.
Une Maifon fituee au Cap, rue du Confeil, vis-
A-vis celle oi fe tiennent les Audiences, batie en ma.
co~perie, couverte en ardoife, confiflant en 3 cham-
bres baffes, 8 cabinets dans la court cuifine 3 cham,
bres hautes, grand cabinet & grenier au deffus. Plus,
3 Negres, don't un cuifinier, un jouant bien du violon,
& PIutre marchand : plus encore, une Ndgreffe mar-
chande. 11 faut s'adrelfer A Mrs. Mefnier freres Nd-
gocians au Cap, qui vendront le tout enfemble ou
feparement, & en front bonne cpmpofition.
Ala Barre du Siege Royal du Cap, famedi prochain
28 du prdfent mois deux Emplacemens faifant la moi.
tie d'un iflet, ch~icun de 6o pieds de large fur autant
tde loi guer a faifant enfemble ia o pieds de face fiw











64
la'rue des Ttois-Chafideliets &8fur la Place de Clugny,
& autant fur les rues d'Anjou & de Vaudreuil: & ce
A la requ&te du Sr. Pierre Efcot.
Une Habitation fituee au Grand-Gilles, Qaartier.
de la Crande-Riviere, compofee de 800 pas fur 400,
avec cinq tetes de Negres. On s'adreffera a Mrs. Ma-
rette Faucon 6& le Grand, N6gocians au Cap.
Madame le Bria, veuve le Bouffa, tant fur fon
depart pour France, fera procider le 2 du mois pro-
chain la vente de fes meubles, effects & marchandifes,
confiftant en armoires & autres meuble d'acajou,
linge de table, pieces & coupons de foiere, gallons
d'or & d'argent rubans de toutes couleurs; den-
telles pour hommes &femmes; robes pour, femmes;
dominos garnis en guirlandes, & autres habits de
mrafques ;'un tres-bel affortiment de bijouteries, com-
ine tabatieres montre d'or boucles d'oreilles A
brilians & diamans, montees dans le nouveau gofit;
plufieurs jolies bagues & diamans; couteaux montes
en or & autres a la mode; giants de peau paffes au lait,
pour homes &pour femmes ; une pendule de Julien
Eeroy; un tris-beau litbrode en foie; de I'argenterie;
une vielle, un excellent violon, &c. Cette vente fe
fera chez ladite Dame te Brun, rue du Confeil, mai-
fin de M. G'erard ,' N'goci;nt ati Cap.
Plufieurs Negres boulangers, ages de-2o0 35 ans,
& plufieurs Negreffes agees de 20 a 2;5 ans,. bonnes
couturieres, blanchiffeufes & fervantes, ayant plu-
fieurs enfans. On s'adreffera chez M. Servin, rues
Penthievre & Taranne, au Cap.
Deux Negres chauderonniers : pour faciliter I'ac-
quereur, on prendra en paiement des denrees du pays.
It faut s'adreffer a M. Joly, on a M. Mainguet, Mar-
chantd de Tabac ; rue du Bac au Cap.
SCinq Negres & une Negreffe formant Pattelier
d'une Boulangerie, avec les effects enfiles de ladite
Boulangerie. On s'adreffera A M-I7 ille, Negociant
au Cap, rues Saint-Jean & de I'ancien Gouvernement,
qui vendra le tout enfemble on feparement, & en fera
bonne composition.
Le Sieur Marie, Imprimeur du Roi ,vient de rece-
voir de Paris un choix de boas Livres & des Heures
magnifiquement relies.
A BA.IL O:U A. LOVER.
D&s-A-prefent, pour fix mois ou par mois ,:ine
grande Halle, uTe grande Chambree,, Chambre haute
& grand Grenier, enfemb!e ou feparementi Cette
laifon, fituee au coin des rues Dauphine.- &.du Ci-
metiere, eft tres-commode pour un Capitaine de Na-
vire ou pouraun Gerent de cargaifon. .On s'adreffera
A M. Defaubleaux, rue Notre-Dame ,.au Cap.

EFFECTS PERD J,S..,
Un Cheval poil rouge-toeade, ayant les. quatre
pieds bIancs,. une etoile dens le front, forti'deptiis
trois femaines de la favanne de M. Confeil, au Terrier-
rouge. Ceux qui en auront connoiffance, font pries
d'en donner avis a Mrs. Confeil, au Terier-rouge, ou
-i la Petite-Anfe.
Jn Cheval:co.upd, d'environ 12 ans,,poil rouan,
ayznt une etoile au front peu apparent, t'amp an la
cu fle du ctde du montoir : it a it' pr&ti ell &
bricie, le 15 janvier dernir ,.au Sieur Jofeh Lemoine,
Mt;fre, d'Ecole, gros des ptules, vofit-, trapu, agd
d.3 A 34 ans, ayant la barbe-fburnie 8& rougeatre.
Mde. veuve.4u Barga, Habitante-A Mirebilais, a qui
pa Cheval'appartient, price cewx quie4 auroat coi-


noitfance, de le fair arreter, & d'en donner avis-
a Mrs. Pierrou freres, Negocians au Port-au-Prince.
Un Cheval bai, a crins noirs, aag d'environ 8 ans,
ayant t brali des deux: c6ts au,deffus des oreilles;
un autre Cheval, petit-gris mouchett de rouge, ag6
d'enviton 6 ans, &tampr s Pun & fautre du c8td du
montoir C P, appartenans Pierre Dupin fits, m. L.
Habitant a la Pointe de Saint-Marc. 11 promet recom-
penfe A celui qui les lui ramenera ou lui donnera des
indices pour les retrouver.
ESCLAVES EN MARONAG E.
Un Negre creole de la Jamaique, nommm Jean,
appartenant au Sieur Lange, etampe BAVDOVIN &
P. P X, taille de 5 pieds 6 pouces, ayant des balifres
au vifage, maron avec un fufil. Ceux.qui le reconnol
tront, font pries de le faire arreter.
Jacques, Agi de 28 a 30 ans, taille de 5r pieds 4+ A.
pouces, tamper LACOMBE d'L.a cotd & BARDIN de
I'autre, & encore RAUZAN ;.ledit Negre provn.mnt
de la fucceffion du feu Sr. Bardin vivant Habitant
a ta Souffriere du Limbe : it a emport6 avec lui un
petit coffre rempli de fes hardes...Ceux qui le recon--
noltront font pries de le faire arreter & d'en donner
avis a M. Rautan, au Cap, a. qui il appartient..
GahoUt, Mason & Chaffeur, maron des premiers.
jours de decembre, ayn t emporti un. fLifil,.de la
poudre, du plomb & des balles. Jeannot,.Criole div
Gros-Morne, maron du meme teams apres avoir vole
un cheval aiu Grent de 1'habitation fociale de Mde.
de Bellevue & M. fon fils, eft monte au Gros-Morne
fur l'habitation de M. David, a forc6 une cafe .
Negres, ya volo de l'argent & pris un billet de li-
berte accord au nomme Achille par feu M. David,
a la faveur duquel ayant change de non, il fe fait-
paffer pour libre. On a eu dernierement avis qu'emt.
voulant paffer a 1'Efpagnol, il avoit ete fur le point
d'etre arrete au Corps-de-Garde de laPetite-Riviere;.
maisque s en etant apperqu ,il s'etoit pricipite..dans
une falaife,.& avoit abandbnn' fon cheval. On prie.
ceux qui les recennottront, de les faire arreter & d'.en
donner av.is A Mde. de. Bellevue a Limonade, a M.
David fur Con habitation au Gros-Morne, oiu a Mrs.
Laffus Freres au Cap ou a M. Baron, .grant I'ha-
bitation fociale de Mde. de Bellevue. &fis, au Limbe.
11 y aura recompenfe.
Colas.,de Ia. taille d'environ 5;pieds- 4 pouces,
fort noir ; Michel, title mediocre, peau rougeatre ,
& Jofeph meme taille, tous les trois Charpentiers
& &tampIs-ILB entrelaces, ou IBL. marons depuis
le mois de novembre. Ceux qui les reconnoltront,
font prids de les faire arreter & d'en donner avis .L
Madamer veuve Robert.
Francifque, atanmp6 fur la joue dr;oite V, parlant
francais, efpagnol &' anglois marque de petite vi.
role, ayant'le nez craf., trapu &, de moyenne taille,
maron depuis la fin de, janvier dernier. Ceux qui le
reconnoItront, font prids de le fair arreter & d'en
donner avis A M. Durfe arin Capitaine de Navire,
au Port-au-Prince, ou A M. Laville, Negqciant ai
Cap. II yaura ricompenfe.
Un Negre riouveau, itampe I. ESCOT fur Ie feir
deoit. Ceux qui le reconnoitront ,font pries de le
fire arreter & d'en donner avisa .M, E fcot. Oua.
naminthe.

AV &AvP chez: Marie ,Imprimeur brivet4 du Roi
pour tout lile, Siaiat-Domingoue


rrt;r~
,:I'' t~n
'':' ;2

I;' ~ .1~
'" :''
,tl
I
'



''
1'


''
r
r ?
:;I i
'''' ~
;' ''
-'''
I
~ :

~
,
I,


:a
I



";
r
i:-: :
L .

;j

r



~:~j

lj

I




r
i
1
;; nl
'.. :r
'11



'' i
I
I;


.I
.;


"i




- 1.


ANNie 1i767' [N9. .]



SA-FrIC'HS AMIERICAJINES.
7,.< Du Mercredi 4 Mars.


de ies Marchands common, 38 A 4 1. brut, 2.0 A 2
lIndigo bleu, 7 A 8 1. cuivr, 5 A 6 liv.
e o f v er le Mon- Caff nouveau, 16 f. 6 d. A18 f. vieux,
plaifGzr, de :Bordeaux, Capit. Larrieu, i x ,6 f. Coton, zIo A zz 1. Cuirs,
venait de Jacmelt. 7 A 9 1. Piaftres gourdes, 37 A- 37 &
At PO RT-A t-PI NCE,e zo ,i' l- demi pour Ioo.
giJfe del BordeauxI Ca pit. 1Richard, P:Ix des Marchandis de Franc,.
& le Marquzis-de-SouIrdis ,. Capit. Preuild
lau, ayant touch A la Guadeloupe. Aux CAYES, ledit jour I f6vrier
A S. MARC le 26 le Bateau le Vin vieux, 100 liv. nouveau, I. O5
Saint-Charles .u Cap Capit. Jean i6o 1' Farine de Moiffac, 70 a 8o liv.
enrity, avec 70 'Nirs. Chandelle,z rA 30f. la livre.. Savon:
,i o I.10 1. le cent.
NA.VIRES Marcha'nds en expedition.. T r'ATTPDTT V;


Av CAP lPAimable-Jeanne Capit.
Lacroix, & le Chalabrois, Capit. Arif-
toy, tous deux pour Bordeaux.
PRIX des Marchandi esde la.Colonie..
Au x CAAYES-, le i 5 fivrier, Sucre
blanc, 40' a 45 1. brut, 20 1. Indigo
bleu, 71. h 71. io f. (fort rare); cuivre
fin, 61. Caff,i4 14, f. Coton, 170
18ol.
Au PORT-'AUr-P NCE, Ie 2i5, Sucre
Blanic, 48 a 2 1. common, 3' A j8h
brut, 24'l. Indigo bleu, 7 1. a7 1. ro f.
cuivre 5 L ro f. A, 6 1. Caffe, 17 f
Cacao, 17 f. Coton, 190 A 195:
A S. MArC ,le 27, Sucre:blanc, yo
A 51.f commune, 36 a 42 1. brut, 4
2 251.TIndigo 1 uiVre 1. 1oft. iI A.
(il n'y en a point de bleu). Caffe ndti-
veau, i- f. d,.Viex, i y f. (tres-rare).
Cbton, odo-,:A 201.,
Au CAP, Suiere b~lnet 48 a 6olivi


L A'- AL V XX I J, INL A V L ) V VIt
de Bordeaux, I 5o A i8o 1, de Cahors,
140 A i6o 1. Farine de Moiffac., 75 A
80 1. Boeufd'Irlande, 66 70 I. le baril.
Petit-fale, 27a3o1. l'ancre. Huilek,24
S30 1. la cave. Chandelle,- 25-oaf30of
la livre. Savon, 9011. le cent.,
A S. MARC, le 27, Vin vieux, 180
a 190 1. nouveau, 15o a a6o Farine
de Moiffac, 90 1. commune, 60 A 66 1
Boeuf, 70 liv. le baril. Beurre, 20 f. la
livre. Petit-fale, 3'ol. l'ancre. Huile.,
3'6 A 451. la cave-.Savon, Iro a 120 1:
AvCAP Vin vieux, IO0 r8o liavr
nouveau, 130 a 50ol. Farinede dMoi'
fac, 70 A 80 1. commune, 60 A 66 1'.
Bceuf, 60 A 72 1. le baril. Beurre, 15I
i8;f. latlivre. Petit-faale, 27 A 3 1.:!'n-
cre. Huile, ir a 81'1 la cave. Savoni,
8: a 964. le (ent.
Co R ..D.U FR E T.
Au PO RT-AU-PRINCE, Sure, r4









.I d. Indigo, 4 & 30 d. Caffi, 18d.
Coton, 30 A 36 d.
A S. MARC, Sucre, iz a r4 den.
Indigo, 30 o 36d d. Caff1, I2A i den.
Coton, 36 A 42 d.
Au CAP, Sucre blanc, z12 den.
brut, i4 d. Indigo, 20 a 24 d. Caff,
- 14A I6d. Coton, 24 a 3o d.
NEGRES MARONS.
A S. MARC, un Negre Congo,
nomme Louis, ,tampd fur le fein droit
MASSEAV ST. MARC, appartenant
A M. Maffeau; Habitant aux Verettes;
un Negre de menme nation, nomme
Pierre appartenant M M. Pavoiry,
Guildivier h Leogane.
Au FORT-DAUPHIN, un Negre,
Congo, nomme Antoine, fe difant ap-
partenir au Sieur Thomas, Efpagnol;
tine Negreffe nouvelle, fans etampe,
qui n'a pu dire le nom de fon maitre
pi le fien, ni meme fa nation.
Au CAP, une Ngreffe de la Marti-
nique, nommee Rofitte, tampee fur
le fein droit illifiblemnent, & fur ,le
gauche VIAVD, fe difant appartenir
a M. Wailch; un jeune Mulatre, nomme
Louits, etampe fur le fein droit DE-
GENE,-& fuir le gauche DB, fe difant
appartenir a M. Arnaud, Capitaine de
ce Port; un Negre nouveau, de nation
Congo, etampe illifiblement; un Negre
Mina, nomme Jean, etampe fur le fein
droit IC, fe difant appartenir au Sieur
Jean Moreau; un Negre Congo, nom-
e Marfeilie, etampe furle feindroit C,
fe difant appartenir Mde. Ravelle,
demeurant en cette Ville ; un autre
Negre Congo, nomme Bondy, etampe
furle fein droi DOS, fe difant appar..
tenir A M. Laurent; un Negre Bambara,
nomme Pierre, etampe fur le fein droit
PEFORGE, fe difant appartenir A M.
pesforges, Yoyer de cette Ville; une


Ndgreffe Mondongue, inomme Anne,
atampie fur le fein droit LS, fe difant
appartenir & M. Mars, demeurant en
cette Ville; une Negreffe Nago, nom-
mee Tkerefe, etampee fur le fein droit
F G P, qui n'a voulu dire le nom de
fon maitre.
.. "i
NOUVELLES.
SAINT-DOMINGUE "
De Jacmel, le 1 fe'vrier.
Les vents de nord ont fait un tort
considerable aux cotonniers de ceQuar.
tier; & la plApart des Habitans qui en '
cultivent, ne recueilleront pas la moi-
tie du cotton qu'ils efpiroient.
D~ Legane, e 23 f~vrieti '
Vendredi prochain ,an fera la cere
monie de la bdnedifion d'une cloche
a la Paroiffe de cette Ville: M. le Prince
de Rohan fera Parrain, & Madame la
Prdfidente de Bongars, Marraine. Pour
diverfifier les plaifirs de cette fete, les
Comediens du Port-au-Prince, qui font
oififs depuis deux mois, doivent re-
prdfenter ici dans une maifoa que M.
Defcac, Triforierde la Marine, leur
a pretee gratuitement; ils ont former
le project de continue les reprefenta-
tions le refle du Carnaval. Apres la
Comndie, ii fera tire un tres-beau Feu
d'artifice. La f&te fera terminee par
un Bal. On nous announce que la plus
grande parties des Habitans-ddu Port-
au-Prince fe propofe de participer
ces reouiffances,
Du Cap e 4 mars.
11 paro~t ;e Ordonnance du Roi,
concernant la police des Cabaretiers,
&c. endate du 30 fepterbre 1766, qui
a ete enrigiftree au Confeil Sup6rieur
de cette ViUe le 17 feyrier deroicro
rI


BYCPTY-ri~aP;;a~iisYi~pZ~P~~~~ II ---- c *r --L-




- ~


Par cette Ordonnance, compofee de
quatre articles,. ii eft d6fendu A toutes
perfoanes, & notamment aux H6tel-
liers, Cabaretiers, Traiteurs, Auber
gfes des Villes, Bourgs & de la cam.
page, de loger ni retire aucune per-
fonne de telle Nation qu'elle puiffe
&tre, meme de la Nation Franraife,
fans aller fur le champ en avertir fes
Commandant Procureur du Roi olu
antre Officier de Police, A peine de
Loo I. d'amende; Sa Majefte except
neanmoins les Officiers mariners &
Navigateurs Franrais don't il fera
connu que les Bgtimens front mouilles
dans les ports.& rades de S. Domingue..
La queffion int6reffante & curieufe,,
luet eft I'effet de ia chaux fur le fucre
a product une quantity d'ecrits plus
amnfans qudinftruatifs, Nous ne pour-
rons les infirer que fucceflivement;
& Pon nous permettra. de retrancher
*ceux qtu ne nous paroitront pas dignes.
d'etre rendus publics.. Nous ne publie-
rons point les ecrits purement criti-
ques., mais feulement ceux qui con-
tiendront la; solution de la queftin.
Void trois pieces fur ce fujet.
,, J'ai hLi avec fiurprife & chagrin,
, dins les Affiches. dt 1.5 fevrier, la
,, Lettre de M. Ambroife Delorme fur
, cette queffion r quetl ef 'eft de la
,,chiaux vive fur le vin de canne?
,, I eft fingulier & malheureux qu'a-
,,.vec de 'efprit & des vues qui pa-
,, roiffent pures, M. Deforme arrive
, Iuw but contraire A celui qu'il s'eft
, propofe
,, Son intention eft d'inviter A f'e-.
,tude de la theorie, & d'engager les.
,, perfonnes. inftruites, A faire part de
,,leirs lumieres fur lafabrique du fuere.
,, Les perfonnes A Saint-Domingue
,, dbnt 'ffprit eft Igalemnent patriotique
,,.que eelui de M,. Delorme,,& qui au-


,, roentpu hazarder leurs conje&ures,
,,fruit de leurs experiences, front
,, arrtees par les plaifanteries hours
, d'oeuvre faites fur M. Delile, une
,, approbation froide donn6e h M. De-
,, nard, & les 6loges ironiques prodi-
, gues A M. CordeiL
,, M.. Cordeil a la reputation d',tre
,,un bon Raffineur : on lui a lobliga-.
tion de plufieurs pratiques utiles.
,, Bienmloin de d6courager, il falloit
,, animer : le Public doit des remer-
,, ciemens aux gens qui travaillent &
,, crivent pour ui, m me en fe trom-a
pant.
,, On voit que M. Delorme a Iu plu,:
fi,,etrs livres de chymie : un homme
,, d'efprit, comme hii, faifit prompte-
,, ment des demi-connoiffances, don't
,, l'effet eft plus fouvent nuifible qu'u-
,, tile. 11 eft facile de lire ainfi, & trese
,, difficile de fire des. experiences fruc-
,, tueufes fur leschaudieres, feul moyen
,, de parmenimr A la vrite fur lart di
,, fucre..
Anime du bien public, je prends
,,,la liberty d'inviter M..Delorme &
,, tudier une matiere qu'il ignore, &
,, nous fire part du fruit de fes-veilles
,,& de fes. travaux. Ce bienfait fera
,, digne de lui, & fes efforts, fuffent-
,, is inutiles, front du moins tres-
,, lotables.
,,11 femble que M. Delorme s'eft
,, principalement mepris, en paroiffant
,,defirer qu'on fafie preceder les. on-
,, noiffances de la, theorie a cells de
,, la pratique : une method contraire
,, feroit plus avantageufe. En effet, la
,,routine des Raffineurs, quoiqu'.in-
fufifante, produit quelquefois de
,,beau fucre : il conviendroit done:
,, d'"tudier d'apres: !es faits, & de re*
,, duire en principles, ce qtu'on dbit amt
,, hazard :c'et ainfi qu'on eilparvent


mmw- -low




S- "pC---- -.~C~~~-n-o-*~rC~ -~


68
, dans tous les arts, h former une.faine
,,theorie,
S.,, On -pr6fume que cette theories ;eft
,, encore inconnue: cependanti, puif-
,, qu'il ne fort que du fucre de quality
,, fuperieure de certaines habitations
,,renommees a Saint-Domingue & i
s la Martinique, id eft probable que le
,, fuccs en efit di:a prdes principles f trs;
, j'ai d'ailleurs des raifons particulieres
,; de leo croire Si .ce faitr ed vrai, que
,, de reproches M. DelQrme n'auroit-il
,, pas a fe fire II a peut-etre degoute "
,, pour jamais les perfonnes qui poffi-
, deroient cette connoiffance., de la
, mettre ,au jour. On craint, avecrai-
,fon ,; de, s'expofer a :la critique py-
, blique & injufte de gens dont P'iq-
,, tention n'eft fouvent que de. nontrer
, de l'efprit.
,, La queflion agitee ftr la chaux
, wie n 'tant :point encore refoblle,
, on, continue a demander queleftfz
;,ef5 ffu, ile vi -..de, canne. iless fops
&, & la clairce ?
Signed, MOREL 'DE M,,RBOISR.

,* Je fis un jeune apprentif Raffi-
;,neur quii aime, fon retier, mais qqui
,, n'efl point encore affez inffuit pour
.,jjuger des rapports des caufes par la
, conformity des effets. N'ayant done
, pas le talent d'etre intelligible comme
, M. Delile nouvellement arrived Port-
,~aui Prince, je n'ai pu voir dans la:
,, question de l'efflt de la chaux fJr le
,ifucre qu'une denande tr's-raifonna-
,, ble, enonce avec pr6cifion; & dans
, la replique aux quatre solutions, que
, des raifonnemens ecrits avec autant
, de fineffe que de folidit. Je ne dirai
,rien du levain de M. Mickel & da,
*, mercury de M. Delile; mais pour 1,al-
, kali acide &6 corrofif de M. Cordeil,
g Je m'expliquerois avye plus de com-


,,plaifance, fi la dicence me permet-
,, toit d'entrer en lice ayec mesmaltres
,, avant la fin de mon apprentiffage.
,,. C'eft do, AM. Ambroif Delorme
,, que j'ofe.adreffer les reflexions fhi-
,, vantes, Inon comme une reponfe a
,, fa question, mais comme des idees
,, preparatoires la reponfe.
.,On connoit des mnatieres don'tt la
,, nature s 'affimile beau coup a celle de
, la,chaux:vive, Remettons-nous fous
,,les, yeux quelques-unes de leurs pro-
, pnetes, & tirons-en, s'il e t poflible,
, des indufions pour perfe&ionner la
,,.fabrique du lfucre. .:.
.,, 1 lft de fait que plhfieurs matieres
,;ca cines, comme le plomb, Plan-
,, timoine diaphoretique i augmentit.nt
, de poids, malgre 1'evaporation du
,,fouffre que le fe occafionne. Ceft
,, fans doute parce que le feu deplIant
,, de ces -matieres des fluides trts- i-
,, gers, ouvre lears interftices,.& les
t, end propres a .produire l'efet de
, Phygrometre, en les imbibant :de ces '
,, fluids plus pefans, don't 'athmof-
. phe.re eftlcontinuellement charge.
La chaux renferme certainrent :-
,, auffi une infinite de petits pertus,
,, qui, s'is ne font pas fiffifamment
,, grands pour laiffer, introduire 1'eau.,
,, le font au moins affez pour recevoir
,, des fluides plus divifibles come
'lefprit par exemple;ien I:'ife c du
feu.
*f I -,,
,, Ne pourroit-on pas effayer, pour
,, leffiver le yin de canned avec plus de
,, fucces, de faire cuire une feconde
,, fois la chaux vive dans le fourneau,
,, & ,de Pemployer da ns fon etat- de
SJ fis que Lrmery n'eft pas de c .Feentimant;
mais ii s'agit ici d'un fait ou'les recherche du Phyfi-
cien doivent tre 4'un plus grand poids que les o-pd-
rations manueiles du Chymifte; -& j'ai pour moi
Lcibnit, don't le jugement en phyfique 4toit 4tayi
ie la plus profonde" gometriea,
S',,
i'
ai




---4 -_


' chaleur ? Comme il fqudroit geptt
Store alors smoins ,c~iyx, tla qLaoite
,d 4fucre y gagneroit pept-re auffi,
,, puifque ce:te leffive jnpatrairoi qupe
,les parties, ,aivesJle plus fu.btilsi
,, je veux dire celles qui.divifent les
, fels. Peut-&tre encore que les interf-
, tices de la clyaux 6tapt par ce tpyen
,, difpof4s a ,ine trop forte coh6fi p,
', simprigneroient du phlegme, & ,e
,, permettroient pasa.refp it dep sy
, loger.
Au refte, je propose des vues fani
,rien avancer d'affirmatif; & puifqu'i4
., nous eft deja paryenu a e, :f bones
choreses du Morne-aurLiable, quarter
fi floriffantien bellesi criese, jife
., encore attendre delA des reflexions
, qui certainement perfefionneront
les miennes. ,

a: n .:..: M, iB .,o ^.
Sans .mger'en cenfeur des difT-
Srentes otpinonS .q.u4o1nt paru. .g4jqjot
de de :'ef de, la chaux vive furl j fucre,
j' foferai hazarder monr fnatjmnt:
Sfans pourtant dopnner nien aflirmpiatif.
v.s Avapt que d'e.qexpliquer Ieffet d4e a
.,chaux fiur ce fel idoux, jLane.feimle
. proposes dedefinir lejus de ,a canI,
. don't Aune parties fe riftalfe &, fe
, convertit en ficer -
, c pnve r,,- -;i.+,,, -. ... ....:.,. ; j
SLe vefoui ou y:n d3 panne eft corm-
;pfE didetrris parties diiffrentes, q i
fptnjIe, phlegmar JarJai ffae, e,.l
, ef.tie 6e fieelfepntiel ,, qui eft e
t ;cEree,' f. trot ve d19c ln.vloppe, e!
, parties graffes' & aqueufes,; le feu!
.,,fait vaporer, ces dernieres. Quant
., o:" I 'p a '.i "
I i aux parties degiffe, i efT nceffaire
dy e plqyr riun a?! rb nt, 9i, ve-.
t nhat s, s'imbibtcI,de qe.u'il ya de i
, tPlusvtqueux dns ,e e de-
Sbarraffe le grain dufucr .1a ,chaux
Svive ei t ,e q~u a paru ju iC4i prefept


dJe$. I "s'oppre.' aic^t itelle eft
amun akai, aborbgnt. qui,,-ayaA.t de
Squalites ,deterfives;, analogpg nies
cpelles duifvoo, ,4 'urvit apvx pat
Sgrales du. efouil, s& samagalgma~a
Senfemble, elles abandonnent le grain
Sdu fticre, & fe prefentent en ecumes
+ .aa, fuperficie.
0 ,ans a4leguer continyellemet 4e
s nots de chymie, i rreta fmble q.
, eroit iLus gyaptagux A a .apu
.tur qdu.t fud.e ;. ue quelqu'un cu6a-
s fomni.d dans la pratique & la theories
,t.de 4 'art e ,la affinerie l p t tablir
S pdes principes ,bfoliameht demopnita-
Stifs, &.particliters fi dle gertepr;ci
. de Ia lea1ved lans-;1e yit de cane
, nyj ayat- ei t j.fgu'g eVfentque des
4 principes ,generaux fir cet article.
Sig, lE^.LIEfis
'. e 9, + ,e f' f t d
Suitie,+sc10' iOrVi r' tns ,fri I:w'fflet des
S..Po s i'dside'M dLinerp ar M. Birr
,; st .4A t i a q, G..a<
'autre partly' e dt qqu'ne groffe
,.pompe-de .2 z.: poces de.diametre, a
donee .fix bariques d'eau a la hauteur
de peDss 4an, une te a t aide
Ade (eptihopims (7elewent. Qmue I'on
.a ~ tet etion q e pus eyns ,ic to-
,,tes les donees'neceflaires pour con-
tp. i .i_-d .> '.,* &'. 6 ai re. 'p p* d


.,,-V--------- .- oa
par ,eU e,,, ot zo q ces parfeo4ile,
ne peuvent.faire avancer qu'un poids
de,I75 lives en parcourant le mime
ecpace que lit, &,dans des temrs igaux.
0Ain ,+.dans le nsqle elesi !iomm
Sanceoplt. ,pIec, le p ids ss'levera'
Ule. eJ 9,e ia hauteurx
-+, n n ...:.r.; r i. 7' +.,a .. .,, ... ., /..,*;.r .
i reqL o,, .lfe o ragoule 9 fecondes,
L 'on volt ament qu'il y a egahiti i




II~~~ ~ -r- -- -c~cml~ ~l--c


tre la puiffance ti la reiRfiae & leurst
vitefes; car r17 tivres,effort de Ia
puifazef, proamifent i lives deffet
rlii '' srfaiftne; & i feci5nds aiuiti.
fliees r i i omuces, epieflion de la
vlteff c la: puiffaace qui eft i86
pdiices 6iu 5 pieds, galent la viteffe
de, la refitance., qui a auffi ete- eve6t
L la hauitetiurde i5 pieds dans le inme
ein"in Aiffio i u peaOt figure r, aprls e
regles' &es.pricipes, que non feuel-
ment il de i' wnlevera:pas par
s poes mpes la hauteur de 15 pieds,
a l'aide dl fept hommesi, un hpDids de
dc f d'eau cobmeip. 1 affie,, maiS
'encore qui. ftatidra qu- i ai' trouvee ie
movement perpelit pour dohnek
r i66 livres tiers!d eau;i ciarfqulque
bonne que foi fai machine, ellte n
ftautoit fe mouvoi fans frottement ,.
perte de eas, nimperfefion,&c. .'ob-
ferve-,qugl'on a coutume de. perdre uin
tiers fur 'eftfet dans e: calcul des m a-
chines, par rapport aux frottemens;
& je ni: compete rien pour cela.,parce
que ta machine peut &tre affez bonne
pour avoir peu :de froittement voilmi
ceueI'on he peii juger plans voir.
Jobferve en'core- que fi M;. de Li-
iere peuts fire donnieri fa machine
les, prodiits annoncies, if a faith une
dc&ouverte prefque 3 fois plus grande
que le movement perpetuel, puifqu'il
ta befoin, apres lfavoir rife enr mou-
Irement ,qutde diriger i7li5vres d'eau
& Pitedroit ott eitoent appliquis es e
hommes-; le poids de l'eau etant legal
a 1t force des fept homes, produira
fe mme effete, & tba aura en outre
& 1 3 livresun tiers'$eau- par 9 fecon-.
s, tfia u rijt tare aitiRuhoulimn;
.'facr, arrtoe enfui te &latieu cela;
AAA: ZVir-i&d 6d? i ieBr, ektra i-
pe, h r Bc labii k le,
g ir. *


Ceur qui ne font pas nmchaniciens
ifrot' fort etonn&s, apres avoir vu
qelquefois un fe~1 home &lever des
f~rdaux .& des maffes immenfes, que
bl'o r6duife fi pew' de chafe.Ila force
des hommes : mals, qifils faffent att.en-
tion qu'ens mechanique par quelque ,
adreffe, C ar quelque machine quece
piffe :tre,: lonM? e gagne jamais rienr
en forces, quon. nee lperde-en terns,
&' qe fi l'on:veut- qu'unt h-omme en-
leve feul un poids dn. million, i faut
qu'il emploie du teams en. proportion a
de dIexces duz poids clever, fur fa i
forc&T Toutes' les machines di monde 1
fe reduifent & cela.; & il efl auffi ir m
pOffible que cela foit diff&remment,
qu'il efflimpofible come, jle li deja:
dit, que deux fois deux ne donnent,
pas. quatre.
-Je& ~iois avoi rendu ces demonfira.
tions affez claires pour pouvoir tre ::
entendui die tatit k mionde, & avoir
fuffifamin tedit debntre combien: ib ieft
iapoffible. que, les affertions qui foint
infereesdans les Affiches du 11 fivrier
derni*er, fient vraies. Quand je con- .
fidereles avarktages immenfes que nous
.procureroit cette invention,. le* bruiti
que feroit dcans le monde i ne dicou-
verte prefque trois fois plus grande que
le movement perpetuel, combien elle I
feroit honneur la. Nation, combien.
elle renverfe PVordre etabli par le Crea-
'teur de toutes.chofes, qui fixa-lui-mmne
les loix de la, pefanteur &au mouve-:
Sment, combien elle tient di fiurnaturel
& diu merveilteux, je ne puis revenir
de la furprife oh je fuis, quon ait pu- ;
blie de M6moires fi erronnes. Quelle
, e foit la caufe qiri y a dOrmn lieu,
S.lne puiscrdire'que M. Liniere er
itlAuteiur-;iti feft pas aif de:pe -
fumer quAia hotine capable d'inven-
ter une bnnecmachine, puiffe fe tromt i
+ter tro ir




~T~"" ~-
e


ieraufifort ,i!y a lieu de croire qu'il
les defavouera. Le Public lui doit trop
de reconnoiffance, pour ne pas lui
rendre cette juffice..
Extrait dune Lettre du Port-au-Prince,
du 23 f'vrier.
'Un Habitant de nos montagnes fe-
roIt tente de planter des cotonniers de
i'efpece que les Efpagnols cultivent A
Sainte-Marthe: ce qui le retient, c'eft
qu'il a entendu plufieurs de nos Nego-
Sclans affurer que ce cotton fe vend fort
imal en France, & qu'on n'en peut faire
ufage dans nos manufactures: peut-etre
eft-ce un prejuge. Cet Habitant efpere
de MM. les Negocians du Cap qui ont
achete Pan paff6 du coton de Sainte-
Marthe fi cher, qu'ils daigneront fire
part au Public de la reuffite avantageufe
ou dfavantageufe de leur remife, afin
Sque les Colons fgachent s'il leur con-
vient d'en cultiver. On vous prie,
Mlonfieur, d'infirer cette queiion dans
votre feuille.

SPECTACLES.
On donnera nardi prochain 1o du
courant, au benefice de M"e Mourel,
une representation de Calile ou la
S belle P'nitente, Tragedie, par M. Cop
lardeau. Le theatre fera orn6 d'une
Decoration funebre. Cette Piece fera
fuivie des.Catalans, Ballet pantomime.
Mile Couine agede dix ans, .eleve
du Sieur Ponfard, danfera entire les
deux Pieces unte Entree de Bergere
galante.

AVIS DIVERS.
tef Crdanciers de la fqcceiop du feu Sieur Pierre
Rouer, ,g e par :Me. Pridir Curateur aux Va-,
Cances au Cap ,f6nt pris de voutoir Iien lui remettre
la note do leurs criances, dans- lquelle 'ils infireront"
ia date des Sentences de condampation, A Peffet de
mnettreledit Me. Prieur en etat de procider A la rd-
Partition du product de Pimmeuble d4pendant deladite
ucceffigon fuivant I'ordre des hypot'ques fi mieux


m'aiment lefdits Cranciets lul eeeR lerun thiee
*foUs fon recipird, afin d'accelvrer le moment de la
r partition des deniers A eux revenanii .
Le Sr. Defchamp, Peintre en Paftet, l @6uve.ife'
meant arrive des Ifei du vent, oi il a exerci on tao
lent avec fucces pendant trois ans. a lihoineur, de
privenir Mrs. les Habitans de St. Domingue, qu'etant
dans 'intention de voir & de parcourir toute cette
Colonie, ceux qui feroient curiewuxde e fire peindre
pendant le jour qu'il fera en chaque Quartier,
peuvent tre affures qu'il ne negligera rien pour
metiter leur suffrage & celui des connoiffeurs, tant
pour le colors que par.la reffembiance. Les portraits
qu'il a deja faits au Cap font de furs garans de ce
u'il ofe avancer. II aura Coin d'annoncer dans les
Afiches, avant de quitter un Quartier, celui o9 ii
comptera fire quelque fejour.
Le nomme MJichel dit Colon Mulitre libre ,
ayant ete en France des fa plus tendre enfance, i
paff fa jeuneffe dans les meilleures dcoles de Paris,
en Arhitefture & Peinture; il a eu meme I'honneur,
de reporter deux prix A rAcademie Royale de Pein.
ture : il a 6t enfuite chez un fameux Peintre Ca.
roffier pour. prendre le gout de la peinture, orne-'
mens, dorures & vernis des voitures; & voulant
retoi ner i Leogane, lieu de fa naiffance, pour etre
Sutile, par fes talents, a la Colonie it a depuis refte
longtems dans la meilleure manufa&ure de glaces,
pour apprendre dans fa perfeLion Part d'etamer & de
derouiler les glaces, & dorer les cadres de miroirs.
II prie les perfonnes qui lui front l'honneur de
s'adreffer i lui pour la peinture de leurs voitures, del
lui marquer leur gotta, tant pour les fonds que pour
rornement, dorure & vernis;il s'y conformera avec
exaAitude:ila deja peint, dore & verni au vernis
de Martin plufieurs chaifes roulantes A la fatisfa&ion
des proprietaires. n a peint 1'Aglife de la Croix-des*
Bouquets tous Mrs. les Paroiffiens lui en ont tE-
moigne leur. contentement. Quant aux glaces, il a un
tarifpour Ptainage.: ainfi tout le monde' fera gale.
menl traits,; la dorure feule, fuivant la grandeur des
cadres, pourra augmenter les frais. Sa Minufac.
ture eft table a Leogane, vis-a-vis le chemin qui
conduit du bord de la mer A la ville. Les perfonnes
qui lui ferontt'honneur de lii ecrire pour employer,
font prices de vouloir affranchir leurs lettres, fans
quoi elles refteroient au Bureau de la PoRe.
SPlufieurs perfonnes ayant fait diverfes questions au
Sieur Menot, fur I'ufage de fa liqueur anti-infiee, ii
a cru devoir donner les eclairciffemens fuivans.,, La
liqueur anti-infecie, etant bien bouchie, peut fe
., conferver pluieurs annees fans rien perdre de fa
quality,'& tous les livres & papers qui en auront
H ete impregnes trois ou quatre fois, front exempts
n pour toujours de rattaque des vers, & n'auront
"plus befoin que d'etre fecoues, ouverts &feuil-
,,letes dans un teams fec tons les y a 6 mois. Le
"moyen de les afperger commodement & prompte-
m ment, confifte A verfer ladite liqueur dans une
afiette, & y tremper des broffes ou vergettes, que
Pon fecovera mn peu, pour qu'elles n'en foient pas
,,trop charges, &, qu'elles ne a faffent tomberl ue
comme urie rofe' furle l ivres ouverts. Lorfquils
s front afperges, on les laiffera fIcher au foleil avant
i de les former, apres quoi on tls remettra dans leur
n place. is
M. Samoual ,Capitaine.du Navire -le; Duc-de-Cho-l
fiul de Nantes, a livr6 par migarde, dans le courant


~-P~-- ~*~ O-CI~"I- ---- ---- I-'-- ^ -CI~~-l~-- C~_~,~7_.Tnrrr*---cl-?Fcm~~-~~F~+ni- ,~ ~-r --I... *-~. I.-r.--- ~.-----~--.


4rc-Tc 4----

















q 4"* lu AilrU.A ~~A I&&Z illy ir-c v z
4e ,per, peppre ,,, au, 1. mars,,, pn, prie, Mrs., es
Cr.eaiciers de fe trouper mardi; proc.hain ,19 mars a 3
heures, de. 'apres-midi en l' tuiide de M. Leclerc ,
tPrPcure.ur a Cap,. pour rendre. .s .arrangenens. :
cet 6gard., .
MadaRme Direcourt.,harge des affai'es ;deM.
on Madi, en foh. abfeyce, pie. Mrs. 'es.CreaClciers:
u'ellean'a pas 'hqnreur; de.. cQnnoot;ri de vouloir luti
fire part de leurs titpres..4afn qu'elle puiie prenhdrp es
arrangemtens-folides,.avec eux. Elle fait fa :refidence
fir foni.habitation. ai Bois-de-Lanice.
N.A. I.F1E.S.. EN C.H A;R.G:EM.EN,T..
LaEPlacelierede. Nantes Capitaie Maffon ,. pare-
tira le 20 de'c.emois. Ceux qLui, voudront y paffer o,u,
chiargert a fret,sarefeiorit, a udit CGaitaie e feton
1Mitaafinla.CaOP,rue ela Pointe., .
D, e Dhc-d-Choifeutl, u ,1 mee o P.ort,., 4 p s
de qiille, II homes d'quipage &,.i ,can., o Ca--
pitaioe.Smniud ,maJ;partiraa.Ja fin. d'avril procham : 11. a
foni p'remeir racing de.' fucre compfet. Ceux qui Lvou-.
dront y paffer. ou charger,, s'adrefferont a Mrs. Tar-
divy' 'Collot, ou audit Capitairie en fon Magafin
aL:.Cap, rue Penthievre. Ledit Capitaine prie ceux qui
ot form, des engagement pour fret ,. de fire ctar-
r. yer ler ,f.ccres,.aux embarcidaires ,,& de le fire
ep.eYnir;,,pour les.envoyer, checher.
" L' a Clalabrois., de B.ordeaui ,; Capitaine ArifIoy,,
partira-fins-fauite le 2. de ce mois ,' ainfi qu'o.n la, c~
te yant annoncd~,.i :peut: encore. recevoir quelques
marchandifes a fret : ceux qui po6urront en donner
stadrefferont audit Capitaine.,.en on Magafin au Cap,.
rue St. Pierre",.pr~s M. Chapdu ou a.,iM Hugon ,.
dcansia nmaifo'n qu'occup.oiewnt ci-d'evarit Nl.Berard .:
.Burck, ue Penthievre, prs, l'Imprinerie.
S. B,I.EN, E,'T. E.FE.T,.S A- ,V.END RE...
Plufieurs Negres .oulangers, ages de 20 a35 ans,.
&i.plufiptrs, Negreffes agees de, 20 a .25I ans bonnes
cpatntrieres blanchiffieufes & fervantes, ayant plu-.
fieurs' enfans. On 'sadreffera chez.M.. Serve in, rues.
Penpthievre &.Taranne ,.au Cap.
Deux Negres chauderonniers : pour faciliter l'ac-.
cureur, on prendra enpaiement des denrees du pays..
1 faut s!adreffer a MJoly,.ou a M. Mainguet ,,a .'
chad de T.apac, rue du Bac ,. a Cap.. ...
'Une .Place de 50 quarreaux, furilaqaiielle, il ya dix
mile .pieds de caffe, rappo rans,, ue .,fvanne, une,
Cafe de 4y5pieds &.deux.autres mpis rarde,, vec.
fept Negres &,une Negreffe; ladite, ace fitu6e aut
Quarter. dela Souffriere du..DondoniO n s'adreffera
a Srt. Collt ,. Tapifier au Cap', dans 'la maifon de,,
IMadame Rahard ,.:prs M. Champion, EEntrepreneur.,
Bpis de charpente,effentes & planchesdu Miffilfipi ;
briques.4 faitieres -du"cps ; fire 'rapff .eri ans
(,puis ,unir.,nce jifqu a 4.~ l, e,s, dep ui s, ti u',
0 Ipls la livrp. il y, ena e,a 14 ol I viyeen


pour., peheT 8' qfel'qe aireei attoicl he grflteA
S(Tifes ,} l?,e 'iHoi, mouffeline; lWhekux,;
dorre races litS s armoires ,belle faiance, l, inge
d ^ e~b aitres maishandifbs' de" toutd~fpecd, le"
tout dependant de la fucceffinp'd*Mde::,yuvy '-amp :
bert, aufcoin des rues Notre-Dame & Dauphine, au
Cap. La vente comPengera demaip jeudi A 8 heures,
du matin,& continuera les ours fiivans.
A B A .XI U A. L O:U E R.
Le famedi 14 mars prochain il fera affermd.a Ia
Barte du, Siegqgd.i Cap.9ur une annee ftilerenie
dix-fept t.tes de Negres, defendant de la fiiccelf
fiSr E/fmermar.: '. 1.'
:U4e, ~,tifon.,fife. :rue, du. B3c ,. confiftant eni, tois:
ctlamrbres haiutes, 'deuixbaft s deprife ,cuiine. &
: piuits.Il.fiit s'adreffer au Sr. Bdllroy Marchand de
Sfaiance,, ldemeurant dans,.ladite .maif~o ,,qui-ei,.paftera,
Bail des-a-prefent,
E F:' E TS-* P'ER.D.ViS.i;i. '
Deux.Chevaux. appart.eaans aS.'A. Mgr. le Princes
de Rohan, Gouverneur-G6ener ,6 fe font echappes
Sd:epuis .:quelues .jors 1 ; l:'ui:~ ,'fis p1ilbai-fo'i*e ,
dptamp d' ue fleur-de-lis 8& d'nq, Ma4,cle ourqpuane ,
lutiter fus poil 'bai'-clair ,, tamir. feuliemejt '.dune
macle couronnee. Les pjfoot)ies. q-iu poutr6ienit les,
reconnoitre, font,engage e,4e ,la.part du,Pxiritce ,:de
les fire arrter, ainfi que ceix qui potirroient fe trou-
ver montes deffus, ,&d'en, donner. auffi-t8t avis-a.Son,
Alteffe..
Un Cheval'poil bai-rouge .yanttles deux pids de-
derriere blancs ,Lune peo0to ai 0 froint-,in peu- filante"r
dtampe a 1epaule du cote d,u montoir L,, forti de Ilha-
bitation de'1 M.' Canivet 'a6 'haut du Trot Oni prie
ceux qui en, auront cohnojffance, ;d'en donner avis a'
M. Sauvage, Ndgociant au Cap.. l y aura rOcompenfe..
E SC L A V E-S EN, M A R0 NAG E.
SQuatre Negres Congos de l'habitation des;heritiers
Baudin au QLiartier-Morin, parties marons la nuit du.
22au213df e ce mois, etampes HRS. BAUDIN, f1a..
voir, Annibal & Heircule de la tail'le de 5 pieds 6
a 7,pouces, de !,ige,,de 26 a 28 ans ; Amilcar de, la
Staife de- pieds' 5 pouces peau roiigd&tre, corps &
jarmbes ,aflez mincies.'M.. Garreau ,.,ptocureur des'biens:
defdits heritiers Baudin, yprie ceux yqu.recpnngotront.
lefdits Negres ,,de l fair hrreter, & de liien dt6n-
necr visa u Quartier-Morin. 1 yaura bone reCom-.
penfe..Plus un Negre d~ Ja -meme habitation, de
petite aiille, etampe BN. fur les deux feins, age d'envi-
ron 40 ans ,,nomm6, Ptit-Cupidon., peau.rougeatre,.
maron depuis le de ,ce rois. Ceux qule reconnol-
tronti fdnt pri6s 'd 'dondier rjgalement avis autlit
Sietr'Garreau; .
Pi'erre, Crdole e "Logane Charpentier ,, ag
d&enviroh 6o0 ahs',- tail'- de y pieds'5 pouces, peau.
rougeatre.e les levres grpofs .& .iune cicatrice a/ct6
de la b'ouche ,cheveux gris, pieds mal faits, eft ma-,
ron depuis le mois d'aotit 1764; Sans-Cartier, COngo',
ag6-d'environ "4o'.ns 'etampd DPI, naroti depuis
le 2, mars ir6;, P4err CreoIle,,ago de 2.a 22. ans,,
Speau tres-noire, iambes c.mbrees etamn:~ENTFE-


recohnfitrpn qeitqteqs-uns de ces.4ee. s ,Jot, r ro S
d le~ fa'iie afrr.ter dct'en donner. avis a M.iLabort
pocureuIr des bi~ns de.;:Mdame'la Cointeif de Foga'
t~inllte Lmoinade. ,11 y aura recompente,,. .'
.4v4 Armt iJone,


_ ---m-----Tr-T~ -




______________________________________ -t.~-*a---~--.--- h -,rc~----------~--


[No. 0o.]

,SP P^^^


AF ICHTES


AMERICAINES.


Mars.


ARRIVEE de Navires Marchands.

Av PORT-AU-PRINCE, le 3 de ce
mois, le Senau le Glaneur, de Bor-
deaux, Capit. Lardin, venant du Cap.
A LEOGANE le mime jour, le Se-
nau le Quaker, de Nantes, Capit. Viand,
venant auffi du Cap.
Au CAP, le 5, le Mentor, de Bayon-
ne, Capit. Berdoulin, venant de la
Martinique : le 6, le Saint-Jofepih, de
Marfeille, Capit. Rimbaud, parti le o
novembre, ayant 6te oblige de rela-
cher a Gibraltar par un coup de vent
d'oueft qui a fait perir plufieurs Navi-
res Anglois.
NA VIRES Marchands en expedition
AU CAP, la Marqutie-de- Claflenoye,
Capit. Laguehay, & la Marianne, Cap.
Durand, pour Bordeaux; la Placel-
liere Capit. Maffon, & l'Apollon,
Capit. Mofneron, pour Nantes; & le
Marquis-de-la Pailleterie, Cap.Hamel,
pour le Havre.
DE PART de NaVires Marchands.
Du CAP, le 5 de ce mois, la Fltte
SI'Eltphant, Capit. Gilbert, pour Bor-
deaux: le x o, le Bateau la DJiligente,
Capit. la Jonquiere, pour le Havre, &
la Genevieve, pour la Nouvelle-Orl6ans.
PRIX des Marchandifes de la Colonic.
II n'y a point eu de changement aux
ICayes, A L ogane &c Saint-Marc.


Au PORT-AU-PRINCE, fe 4 de ce
mois, Sucre blanc, 48 A 5z 1 common,
3 5 38 1. brut, 22 A 241. Indigo bleu,
71. 71. Io f. cuivre, 51. Iof.A6 L
Caff6, 17 f. Coton, 195 A oo00.
Au CAP, Sucre blanc 48 A 6o liv.
commun, 34 A 45 1. brut, 18 A 24 I.
Indigo bleu, 7 A 8 1. cuivre, J 1. Io f.
S61. 1 of. Caffe nouveau, 16 A 18 f.
vieux, 13 A y5 f. Coton, 2i zzA 2 1.
Cuirs, 6 A 9 1. Piaftres gourdes, 37
pour Ioo.
PRIX des Marchandifes de France;
Av PORT-AU-PRINCE, ledit jour
4de ce mois, Vin de Vilte I 5o a i8bIS
de Cahors, 5o A 170 liv.: Farine de
Moiffac, 7A 8'o 1. Boeuf fale, 66 1.
le baril. Huile, 2z 27 liv. la cave.
Chandelle, 5 a 30 f. la livre. Savon,
90 1. le cent.
Au CAP, Vin vieux, i60 6 180 liv
nouveau, I o A 140 1. Farine de Moif-
fac, 70 A 80 1. commune, 60 A 66 1.
Boeuf fale, 60 A 72 1. le baril. Beurre,
15 f. la livre. Petit-fale, 27 A 33 1. 'an.
cre. Huie, ra 48 Lla cave. Savon,
80 A 90 1. le cent.
COURSE DU FRETI
Au PORT-AU-PRINCES, Sucre, r4
SI d. Indigo, 24 A 30 d. Caff6, 8d.
Coton, 30 3,6 d.
Au CAP, Sucre blanc, ii denim
brut, 14 d. Indigo, o2 A 24 d. Caffe
14 16 d. Coton, 14 a jo d,


'Du Mercredi ni


i- I -r---I r-- --








TM R T S.
M. Martin Peloux, N-gociant ati
Cap, y eft mort le 3 de ce mois. M.
Chevali, foh afbfcii, eft Executeur-
teftamrentaire.
M. Papillon de Fontpertuys, Mouf-
quetaire du Roi dans la premiere Com-
pagnie, Aide-de-Camp de S. A. Mgr
1e Prince de Rohan & Habitant au
Morne-rouge, eft imort au Cap le 8.
NEGRES MARONS.
Au PORT-AU-PRINCE, tin Negre
'fambara, nomme Scipion fe difant
appartenir a M. Lamoureux, Habitant
au Petit-Goave; in Negre creole de
Saint-Ouan, Partie Efpagnole, fe di-
fant appartenir A Signor Mantiel rgue,
Efpagnol; un Negre nouveau, tanmp6
fur le fein droit AB; tu Negre Biby,
eimen Tobie., etampe fur le fein droit
ID, fe difant appartenir au Sieur Cra-
pei ;edeux Negres, I'un ct6ole, nonim~t
Jean :I'atre Mina nom:m6 Jean-
Pierre 6 etampes fur le fein gauche
VERIARD-, fe difant appartenir a M.
Perard, Habitant au Cul-de-fac; une
N6greffe Nago, nommee7erfu/e, 6tam-
pee FERARI, fe difant appartenir A
M. Ferari, Habitant'dans les hauteurs
de Leogane; un Negre Thiamba, nom-
rne Tonny, fe difant appartenir a M.
Coffn, Habitant a 'PAnce-A-Veau,; une
Ngreffe creole nommie The'refe,
tampee MELP, fe difant appartenir a
la nomimee Lafortune, m. 1.; Nn Negre
Congo nomme Franoois etaompe
DELACOSE; un Negre Biby, nomme
Thomas, fe difant appartenir 'A M. de
la Serre, Habitant aux Vareux.
Au FORT-DAUPHIN un Negre
'Anglois, nomme Simon, fe difant ap-
partenir A M. Derouville de Marmoulet;
un Negre creole de la Martinique,
byant les oreilles couples, & le 'dos


couture, fe difant appartenr a M. AuJ.
finac.
Au CAP, un Negre Ibo, nomme
Jean-Baptifle etampee fur les deux
feins BOZON, fe difant appartenir a
M. Bogon, Chirurgien, demeurant en
cette Ville; un Negre creole, nomme
Gilles, etampe fur le fein droit DE-
SILLE. RIPAVLT, fe difant apparte-
nir a M.Defile Ripault, Habitant A la
Marmelade; un Negre nouveau, de
nation Congo, etampe fur le fein droit
NOE, vifage rond, taille de 5 pieds
4 pouces age de 24 a 25 ans; un Negre
Thiamba, nommi Cefar, tamper fur le
fein droit BLONDEL AV CAP, & filr
le gauche LEDVC, fe difant apparte-
nir M. Planteaui, Habitant a Ouana.
minthe; un Negre Mohdongue, nornm6
Cefrar, ctampe fur le fkin droit PINEL,
fe difant appartenir M. Pinel ,demeu,
rant en cette Vitle; un Negre creole,
nomme Michel Fraique, fe dia'nt libre
& dermeurant A la Grande-Ravine,
1 '%s d


NOU E VELLE S.
F RA NC E.
Un ancient Militaire( M. Duduit de
Mairieres) a imagine une machine hy.
draulique qui peut tirer l'eau a une
profondeur iliimiti'e, avec le fecours
du vent. II Pa -fait confruire avec fuc"
.cs aux environs de Provins, fa patrie,
fur un puits de 55 60 pieds. II a fait
ufage des ailes du moulin que le faneux
de la Hire faluoit par veheration pour
fon Inventeur. Cette machine fait motu
voir une double roue qui fait circular
une file fans fin de tuyaux de fer on de
bois enchains., & les bras d'un home
peuvent fipplder aux ailes du moulin
dans les jardins don't les puits n'ont que
1i5 ou 2. pieds de profondeur. Elle a
plufieurs advantages: elle eft dun entree


- ~bl IC~ 'IIII~ 1 ~l~lblllll. I II. i --- ~Y -.-L--Ca~Fn~r"rr'mrr-.--.C~"cn~nc~- -~-rrr-------.F.. rr~--~'' -1----


-U ~-~-~ ~II


~~I"-`~~-^'~'----*-cl~~------I--~~c* r-I


k


~I'



fi
"''I.






f'A
-,

i i ii
'' A.



Ar
ir~ A..


Li' .







r: I.''
IA .
Lr A.


..a








!






Pl '.
'-"




I,,



r-'!""-
..,
., i.4



;:v',
Wif
I15
Y,.4







i '
i,.



.1.
A !i)





'a
II
,' :^!i'


g:,







,i






* i


te i facile &',peu coiteux; fervie par
un feul homm-e., elle peut fournir pref-
que autant d'eau que le chapelet avec
quatre; elle peUt fuppleer aux pompes
dans les lieux oi l'art de les entretenir
n'eft pas familiar; pour la rdparer, ii
n'eft pas neceffaire de defcendre dans
les puits. On fent combiencette inven-.
tion peut etre utile aux Cultivateurs.
Suivant des lettres de Strasbourg,
cette annee, dans les principaux vigno-
bles d'Alface, a eti une des meilleures.
que de memoire d'homine on y ait
vules. Le no.omm Diebold Kulmann,
Laboureur & Vigneron du Village de
Stottsheim, a quatre lieues de. Stras-,
bourg, qui avoit, conferve fa cheve-
lure jufqu', i.o9 ans, ne ceffoit de par-
ler de la richer vendange de i666 & de.
la bont du vin de cette annee-l., don't
il s'etoit reffenti, qudoqu"A peine age
de neuf ans. 'Le bon.-homme defiroit
done ardemment de voir la vendange'
de Plannie feculaire 1766, & de pou-
voir en. compare le vin avec celui de
1666. Sesdefirs ont ete remplis; mais.
pour fire la comparaifon. qui paroif-
Ibit l'intereffer fi fort, il au tant hu de
vin nouveau qu'il s'et end'ormi de fon
dernier fommeil. Cet home n'avoit,
dit-on, jamais fait aucun ufage de M.-
decins ni de m. decline.
SA INT- DO M NI NG U E..
Du Cap le r mars.
La cueftion, quedeft 'effet de la chaux
fur leficre, a paru fi intereffante, que
les perfonnes les, plus refpedables notus
ont engages ainferer.dans notre feuille
toutes les. observations qui front ju-,
gees dignes de paroitre fur ce fujet,
dans lavue de trouver, mcmeedans les
ecrits mediocres., des notions qui pen-
vent conduire A la. solution de cette
quefion. Nous. n'eprouvons point A


---' ---- ---.l---,.*.-hn~t~IF~~--------*mr~-Oj


75
cet dgard de difette:; iil nous vient de
toutes parts des reflexions fur cette
question : nous n'abuferons cependant
pas de la bienveillance du Public, en
lui prefentant ou des critiques ou des
raifonnemens fans folidite.
,, M. Delorme trouve ma definition
,, des effs de la chaux vive fur lefucre,
,, contraire a la v'rit6, mon explica-
,, tion obfcure & pleine d'erreurs; d'ot
ii conjefure que je n'ai pas connt
,, instrument don't je me fuis fervi
,, avec fucces : l'acide & le corrofif
,, font d'une quality oppofee a 1'alkali,
& il pretend que ces deux fabftances
,, ne peuvent fubfifter enfemble.
Ma differtation a ce fijet feroit.
,, fort longue, fi je me fervois de 'd-
,,tendue qu'il me fournit pour comrn
,,battre .ce fyflime. Je me bornerai .
,, lui observer feulement que l'alkali
,, eft une fubftance simple; qu'il eit,
de meme que 'lacide, un tr&s-grand
,,diffolvant, capable par confequent.
de fe combine a.vec tous les acides,
Store terres, tes fouffres, tes matieres
,,huileufes, t former des favons: mais.
,, come je n'ai point faith de course de,
,Chymie, & qu'il n'eft question ici
,, que de prouver que l'art du fucre.
,, n'eft point livre a la routine, & que
,, j'ai connu l'inftrument don't je me
,, fuis fervi, jevais demontrer que les,
,, qualirts d'acides, corrofifs & deffica-
,, tifs, que j'ai admires a'la chaux, font
,, des. faits que experience m'a fait
,, connoitre.
,, Depuis 3 5 annes que je fuis dans,
,, les Colonies., ily en a 33 que je
,, travaille dans l'art du fucre; ilt n'eft
,,point d'effai que je n'aie fait, pour
,, parvenir connoitre la.bafe de cette
,, matiere : je.me tfis fervi. de toutes.
,, les drogues don't la Chymie fait ufage,
,,dans fes operations. J'ai trouvt6








,, apres bien des recherches, qie Ia
, creme de tartre, Palun & larfenic,
,, mis ensemble dans le vin de canne,
,, operoient les memes effects de la
,, chaux, & que les fucres que j'en ai
,, retires, etoient de la mme quality;
,, d'oh j'ai conclu que la chaux conte-
,, noit en elle les memes proprietis
,,que ces trois drogues ensemble. Tous
Sales Chymiftes n'ignorent point que
,, la creme de tartre eft un acide, que
,, Parfenic eft un corrofif, & 1'alun un
,,deflicatif ; mon explication conf&-
,,quemment n'eft point fi obfcure, ni
, pleine d'erreur(experto crede Roberto),
,,En admettant une erreur a l'alIkali
, que j'ai donned a la chaux, il eft bien
,, pardonnable a un Raffineur d'avoir
,, hazard cette quality a une fubitance
,, don't la Chymie n'eft point encore
,,d'accord fur fes ph'nomenes.
J'approuve fort la raifon de M,
Delorme, lorfqu'il dit que moins Un
fucre eft lefliv plus il eft doux &
,, firupeux; il ne rifulte pas delay que
e Raffineur doive fe conformer .
,,cette .evidence : ii eft question de
faire un fucre fee, pour qu'il puiffe
blanchir P'aide d'une terre detrem-
pee avec l'eau, qui defcendant 8
Sfiltrant peu a peu a travers ce fucre,
diflbut la parties mielleufe reftee en-
gage avec le fel effentiel,
Le fucre, naturellement doux &{
mucilagineux eft uni h une terre.
,, tres-att4nue ; il porte une quantit'
d'huile non volatile, parfaitement
,, favonneufe; l'intermede de Pacide
le rend d'une exa6te diffolubilite dans
S'eau. La liqueur qui content ce fu-
,, cre, etant fufceptible de fermenta-
tion, empecheroit la criftallifation
reguliere fi on negligeoit 'alkali
fixe; or la chaux, par fes parties in-
cifives & tranrchantes, en combinant


,, 'acide avec l'hulle, enleve cet obf.
, tacle : voilA d'abord un premier effet
, de la chaux; fes autres parties cor-
,, rofives & defficatives expulfant tous
,, les corps heterogenes contenus dans .
,, la liqueur, achevent de perfe&ion-
,, ner le corps folide en le debarraffant :
,, de tout ce qui lui eft stranger, & cela .;
,, fans attaquer la parties de l'huile, qui
, eft fans contredit l'effence du balfa- ;.
,, mique; elle le feroit cependant fi la :
,, quantity de chaux excedoit dans la ,i
,, liqueur, proportion qu'ii convent K
,, d'endonner pour extraire les parties "
,, heterogenes. IIn'ef que trop prouve
,,que la parties balfamique alors fe .
,,trouveroit altered, & que le fel ef-
,, fentiel s'en reffentiroit; ce qui n'ar- .
, rive que trop fouvent, faute de con.
,, noiffances, A 1'Artifte: dans ce cas, :
, le fucre malgre fa criftallifation,
,,qui n'eft plus reguliere, ne blanchit ;
, jamais; fa douceur eft acre, parce i,|
,, qu'elle conferve dans fa parties miel- i
,, leufe, coagulee & fervant de tunique ij
,, au ftcre, une parties de l'excident
,, du corrofif qui n'a pas eu le teams de :
, detruire toute la parties folide, par .
l, acceleration d'un feu vif qui pro-
,, cure la cuite A la matiere.
Voila les effects de la chaux reunis
ensemblele; celui d'eguifer 'alkali fixe i
,, par fes parties incifives & tranchan- i.
,, tes, celui de detruire toutes les par-
,, ties heterogenes continues dans la ,;
liqueur, & celui de rendre le fel e;f-i
,,fentiel fec & propre a blanchir, le
,, tout par les trois proprietes conte-
,, nues dans la chaux vive : voila le
,, travail du Raffineur & les connoif-
fances qu'il doit avoir.
,, Si apres cette analyfe, M. Delorme
,,a des connoiffances fuperieures furi
,, le fucre, qu'il en faffe part A la Co-
,, lonie; je fouhaite qu'il en tire plus '

MI ME,


C I I -L- --plb -----------U~Ck~-~LCC-e3-CC-C~ -I








i,







^;;
i,-2








I,?





'.',ii.i
4









I,1
.' ',












','



,'*:-1






i,-';
i^.:3
ii



-1'
3
!*,,
:I














i:,
^i



























R.


x:davantage que den retire fon fervi-
teur.. Signed, CORDEIL.
Autrre Riponfe.
L'effet de la chaux fur le vin de
canne, les firops & 14 clairce, eft par
tout 'le meme, a la difference que
pour le vin de canne on employee la
chaux en nature, qui, contenant des
tomes indivifibles compofts de
petites parties aigues, s'infinue & pene-
tre dans les pores du vin de canne,
s'attache aux corps heterogenes, tels
que les fucs glutineux, ** qui entral-
nrant avec eux une acrete vifqueufe,
alterent la douceur naturelle du fucre,
en degagent & urgent le vin de canne,
en les expulfant de leur glte pour les
rel6guer fur la fuperficie otils fe mon-
trent en ecumes; au lieu que pour les.
firops & la clairce on fe fert unique-
ment de l'eau de chaux qu'on agite
violemment dans les matieres avec
de longues palettes de bois faites ex-
pres afin que ces fragments les plustf
delies de la chaux s'incorporent mieux,
les corps heterogenes etant plus divi-
fes & plus opiniatres que dans le vin
de canne quoique momns abondans.
Mais l'expulfion entire des fucres
glutineux, qu'opere la chaux, ne fuffit
pas pour la formation de l'effence fo-
lide dtt fucre, il faut encore detruire
les parties huileufes qui font combi-
nees avec le grain du fucre (ce fel
effentiel de la canne) & qui nean-
moms ne font en aucune fagon fubor-
donnees i la leffive.
Ceci eft le fait du feu qui, par 1'ac-
1 eft auffi facile de prouver que ce font des fels,
comme des parties igndes; mais c'efR ce q'il imported
fort pen de fCavoir aux raffineurs qui ne font pas
obliges d'etrePhyficiens, & a qui il fuffit de connoitre
la propridti de la chaux fans devoir remonter i fes
principles.
S ils font done au fucre ce que les mauvaifes
humeurs ( ou virus) font au corps human ; & la
pomparaifon de la ;1,aux avec Ie mercury eftEftSj


m


__________-~ --~~ h~L-c.-.1--- -


77'
tionde la chaleurt qu'il communique,
provoque cette abondante & epaiffe
fimebe que l'on voit s'elever fur les
chaudieres oi font les matieres; cette
fumee n'eft autre chofe que les parties
huileufes, humidity fuperflue qui s'e-
vapore, & oi fe trouve divif6 le fucre
en nature fluide, lequel une fois exempt
des fucs acres & des parties huileufes
qui s'oppofent egalement a la reunion
de fes parties homogenes, ne tarde
pas h acquerir ine confiftance folide
don't ii eft redevable la leffive & ant
feu qui, comme 1'on voit, font intrin-
fequement les feules caufes qui com-
pofent & conftituent au fucre fa forme,
forme qu'on pourroit appeller une
fibifance poffidant une existence dif-.
tin&e de l'exiftence de la nature.
II eft propos d'obferver que les
parties huileufes ne peuvent fire con-,
trafer d'amertume au fucre quoi-
qu'elles foient ainfi que les fucs acres,
.ur obstacle A fa criftallifation. C'eft
ce qui a induit en erreur M. Ambroife
Delorme qui plus attentifh briller par
la frivolity de fes fillies que par la
jufteffe de fes reflexions, a dit que la
chaux n'expulfe point de matieres he-
terogenes contraires t la douceur du
fucre, parce qu'il a confondu & n'a
pas diftingue les fucres acres fur lef-
quels feuls agit la chaux, d'avec les
parties huileufes que fait evaporer le
feu. Sign', DELILE.

0 B S E R V A T 10 N S
OBSERVATIONS
Sur les Pompes de l'invention de MA
Darles de Liniere.
Les faits conflates par les expe-
riences faites fous les yeux de M. le
Duc de Praflin & des Academiciens
de Paris, & par celles fates i Breft
fur mer, ayant 6tabli que les nouvel,
lks pompes donnent par u4 homnai


I
-.~1 1--_1~-1--~----5_-_ -1-_
r-----~__ll--l~-C--~.





7?.
quaranti-huit- ariques pat he.ur e,
les M6moires fara ces pompges ayant,
anti.nqc (pour bazpe de leur prodtlit )
qu'un -homme donne quarante-cinq a
cinquante; bariques dans le meme ef-
pace de teams on voit que, dans:
le fait, les produits pour les hommes
font axu imoins tels qu'ils out ,t6 anr.
ioncis deins les Memoires.
SMaisil eft effentiel-d'obferver que
tous cuirs, tous etranglemens d'eau,,.
& toute refiftance par les frotemens
des pifons, etant fupprim6s dans ces
pompes, ot 1'eau monte nqceffaire-
ment: toujours dans un v;olnue egal
4u, diametre du piflon, les lenitetirs;
fagement combinees par les. favans
pour la levee du pifton des pompes.
ufitees, eu regard A. leur dtranglement,
'e conviennent pas & feroient au
contraire4 une dfe4tuofitt dans: les
nouvellps pp.lpeS. s. On pets avec cel-.
les-ci multiplier, precipiter le nomnbre
des coups:de piflon, & par eonf6quent
iilirfiplie confiderablement les pro-
duits:,~ i -iggmentapt: le nom nre,des
hommes agents pour faciliter cette:
priecpitation.; faculty nouvelle, imn-
praticable dans toutes autres: pompes,
& qui elt particilierement d'une gran-
de reffource dans les pompes de mer,
Celles des Vaiffeaux de guerre ppur-
rontpar ce imyend don ner dixd dpuze,
bariques par minute & celles des;Na-
vires marchands .quatre-vingt A cent,
bariques par heure. Quel advantage
pour la navigation, otilors des grandes
voies d'eau i s'agit de fauverles Vaif-
feaux les marchandifes, la fatigue
eiceflive. la vie des, homrmes!. A ec
le;s pompes: a&ueles:, juncir :ient-il
a fe ddrangev, ou hien leur produit:
ordinaire elt-41 tropfoible, nainmoyea,
,de. 1augmeriter; tout pirj t
L es, :exprtians. 9ro.nn.es par M1


le5 Dic de Ptraii ,n.t-prouv6 quefes,
M6moires ont accuf jufte les proJits,
par les homes; nmas il y a dans ces
Mmnoires, uine erreur confiderable
qu'il convent de re&ifier ici par rap--
port aux products par un cheval, qui
y font announces.
La machiiie du nouveau manage
agiffant par rin cheval, n'etant pas.
fipIe ors de limprefion de ces Md-
moires a crainte d'enfler ces pro-
duits at-delA de la rdalite, a ddtermi-
n6ea les porter alors feulement A envi-
ron Iioo lives d'eau par minute ;,
at lien que dans le fait don't tout le
mond'e 'peut s'affrer par fes prores;
yeux a la Manufatdure defdites porn-
p;es, ol, ce manage e"f monte oa
verra que le prodit- par unr cheval,
merchant fon pas natu.rel,, f4ifi t agir:
deux propes ,& ltevantripeata :de i8r
a 0o pieds elf atu linGs dedux mile.
livres deau.par minute; ce quiet eft e
meme raifon pour les, plus grande.
tIevations & products. defi'rs, & par
tu.tes fortes de ,moteurs, tel'. que les"
chutes d'eau ta puiffance des vents 8&
les machines.a feu. -
Ce-maiege etliaufti folide que fin-m
ple ;il'peut fe tranforteravec facility.:
it n'entre aucun engrinage dans fa.
compofition ; c'eft une roue qui tourne
horizontalement au niiveau du fol, &
la charpente. qui fert A 1'affermir fur'
le fol, n'eft quede la hauteur dutirage-
des chevaux 'eft-i-dire d'enviromn
quatre pieds.- Cette machine s'ap-:
plique a la, puiffance des eaux come
A celle des vents: par quelque moteur'
qu'elle agiffe elIe n'exige jamais que
deux, p.mpes de diam~tres plus out
moins grands, combines aux products.
& aux leIvations dea*u qu'on veuft
avoir par un moteurquelconque.
i a fue. 4 'Q0rdinawire prtohaai .


p I


Ki

'i'' *,





.4
-%
IiT'I
, -
,*- f".



, ,,1.':
5,,'.'.',





ii -' ,i i
''


, ... r
! ,.



i i







F..
'*,''*i 1.
f V ?


K.
'`*
j:


i..- ;^

l':i
'"il^
f^'.jii~
::



_ 1 ____I__~II_~II___~__ -ICIIIIII --~-------







S. 1 V *- -V' r,
S P EC T AC L*E S.
On donnera Dimanche prochain,
au Cap, une premiere representation
du Philofophe fans leftavoir, Comedie
en cinq A&es & en profe, de M. de
Sedaine. Cette Piece ,qui eft nouvelle,
a eu 48 representations de fuite h Paris.
Elle fera fuivie d'un Ballet.
Jeudi 19 du courant, on donnera
auffi une premiere repr6fentation de
Jodelet Dueljle Com6die en cinq
A&es & en vers, de M. Scaron. Entre
le premier & Ie second Afe, on exe-
cutera une Bafquaife. Le Spe&acle fera
termine par la Serenade, Ballet orne
de metamorphoses. Cette reprefenta-
tion eft au benefice de M e Rouf/liere.

SAVIS D IV ER S.
SMe. Lafontaine, Doyen des Notaires de la Jurif-,
diaion du FortDauphin refidant au Quartier du
Tiotii, done avis. qu'il eft de retour de France.,
& qu'il a repris fes fonAions ; que fes minutes qu'il
avoit depoffes au Greffe du'Fort-'auphin, lui ont
et& remifes & qu'il fait fa refidence chez M. W de
Montfeignat, Habitant au Quartier du Trou.
.:Mrs..les. Creanciers du, Sr.. Barnabe' Laroche,
font phi's .de la part Jde Mrs. Mefnier freres, Ne-
gocians. ad Cap Syndics defdits Creanciers de
voul'oitb en fe faire connoitre ainfi que leurs tires
de creances en capitaux, interets & frais, d& d'en
remettre la note chez Me. -Lacae, Notaire ;ils .font
auffi pries de la part de Me. Robert de la iBreffai&-
diere, Procureur au Cap, fond du pouvoir ad hoc
dudit Sr. Barnabe' Laroche de fe trouver en "Etude
dudit Me. Laca.ye, tant pour prendre des arrange-.
mens .convenables, que pour recevoir la redditibn
,4ducompte de Syndicat defdits 'Srs. Mefnier freres.*
: Les Creanciers de la fucceffion du feu. Sietr Pierre
.Bouyer, grere par Me. Prieur, Curateur. aux Va-.
cances au Cap font pries devouloir hien lui remettre
la note 'de leurs creances, dans laquelle ils infereront
la date des Sentences de condamnation, a effectt de
mettre ledit Me. Prieur en etat de procd'er a 'la r&-
partition du produitde 1'immeuble dependant de ladite
fucceffion, fuivant Pordre des hypoteques ; fi mieux
n'aiment .'efdits Crdanciers :luf confier 'leurs titres
(ous, fon rcecpiff., .afin.d'accdlererle moment da- la
repartition des deniersA eux.revenans.
Les.Srs..D.elon& Affboies ,'racomfiodant les chau-
dieres A fucre rfidant au Trou, dan's intention de
s'aflirer de 'la To'lidite de leurs ouvrages,, ont lIiffr
icouler toite I'annee 1.766, apres Iequel teams, v-,
rification faite de leurs ouvrages dans 5I habitations
ou its ont raccommode des chaudierbs, ils ont eu la
fatisfafion de n'avoir fait, aucun mecontent'; ils ont
tanme trouvy dans huit differentos habitationa .-des


chautclere- meonf'es 'et l baIfterles & ent Girp, qui fer-
vent depuis le nois de janvier 1766 ; ce qui confirmed
que la riuflite de leur entreprife ?a paff4 leur-attente
& 'celle de Mrs. les Habitans puifq e pour o5 liv,
par an pour chaque chaudiere, ts fnt certain de
n eprouver aucune interruption dans la fabrique de
leurs revenues. Cependant lefdits Srs. Delononnt 6te
informs qu'on repandoit dans la plaine du Cap,
que leurs ouvrages ne vallent rien : ce bruit fem6 par
la jaloufie eft dementipar les certificates detous ceux-
chez qui ils 'ont travaill6 : & fi on ne confond pas
les raccommodages qui ont ete faits par d'autres Ou-:
vrierS avant lemois de jahvier 1766, teams o ,il ont,
commence leurs travaux on reconnoltra facilemenC
la verite. Ils engagent Mrs. les Habitans d'expofer
au plus fort du feui endroit du raccommodage des
chaudieres lorfqu'ils les front monster, ayant appris
par 1'exp6rience qu'elles refiftoient plus long-terns'
avec. cette precaution.
Le Sr.'Renaud aine, fermier de la place de Madame4
Joly au Mornet. fait fqavoir A Mrs. les Habitans
qu'il fait'les.charrois des caffs Iau prix ordiriaires, 8c
ramene les provisions gratis.
D E M A N D E S.
Un Habitant de Limonade defireroit trouver un't
Entrepreneur qui fe chargeat du charroi de 200 toifes
de roches,.& qui fournit les voitures & la nourriture
des Negres. Ifaut 1 a 16 voyages par toife, en -ffip-.
pofant qu'on fe ferve de cabrouets aboeufs ou a mulets.
Les cabrouets, A boeufs front aiffment quatre- voyages"
par jour ; ceux A mulets a proportion. Les rfavannes
font vafte.s & bones ; ainfi ii n'en ceutQroit rien a
;lEntrepreneur pour la nourriture des beftiaux. Ses
Negres malades front requs & traits 1Ph6pital,
come ceux de 'habitation. L'Entrepreneur fera
payd par toife comptant. Dahs les mauvais teams '&
lorfque les chemins feroient impraticablesi,fes Ne-w;
gres pourroient &tre employs a fouiller de'la roche.,
qii n'eftpas ;difficile etant hors de .terre; i labitant
payeroit egalement a lai toife: & fe schargeroit dut
toi'f; il furniroit m~me les :outils, brouettes,, &c.'
Cette: entreprife peut s'etendre. Ad'autres objets ,
tels que le charroi du fable, chaux, tuiles & briques, ce
qui exigeroit de nouveaux.marches& desprix differens,
fuifiant la diffance des lieux. Cette entreprife pouvant
convenir A plufieurs particaliers du Cap qui ont des:
cabrouets ils font pries de: s'adreffer a M. 'Freres,
N4godiant rue Penthievre qui leur donnera tous les
eclairciffemens qu'ils pourornt defirer. Cette faifoll
etant celle des f6ehereffes, elle eft laiplus favorable A
l'entreprife. .
Le Sr. Pierre-Franfois Beunelin, qui doit avoir
a&uellement 38 a 40 ans, ayant le vifage affez round ,
avec beaucotip de teaches de rouffeur, les cheveux
chatains taille de:y pieds 2. 3 pouces, portant un air
de douceur fur le vifage, eft part de Paris, de la'
m aifon;paterne'lle, fur la find P'annie 17Yo )&'a du
s'embarquer A Nantes pour paffer au Cap avec M. &
Mde. de Chaftenoye : fon pere a requ time lettre de'
lui au commencement de 17I .par laquelle ii inar-
quoit entr'autres chores qu'il etoit:place chez un Hah
bitaiitdu 'Cap :pour tenir fes ecritures, moyennant
3000 liv. la -nourriture le logeiment &c., fani
nommer rHabitant. Depuis ce teams, quelque -infor-
mnation qu'on ait -faite, on n'a :pu- ddcouvrir ce c 'it
eft devenu. Ona, fqz;upar un -de fes. freres ,, tabliiai
Martinique qu'il s'4toit marie au Port-Margo lavye


.....~ ....~.I








une ve Lve Habitante en caffdr rche & -ayant ehfant.
On ayoit rdpandu d'autre part qu'il otoit Marchand.
au Cap rue Efpagnole 'en. focidte avec un Efpagiol;
irais le fait ne s'eftpas-trouve vrai. Enfinon a encore;
fei depuis peu que 'ledit Sr. Beueelin avoit tenu les-
&ctitures de quelques Habitans avec le Sr. Chre'tiecn.
On prie inftamment les perfonnes qui en auroient
connoiflance, d'en donner avis a Mrs. Guillaudeu.
jeune & .Gauget, Negocians au Cap : on rendra un,
fr.vice signal fa familte.
SMrs.les Creanciers de Mrs. Roger pere filss, ne,
s'etant point'afembies le to du prtfent mois,. come
ibs y avoeint ite iinites par IAffiche du 4 font pris.
de-noiivedau de s'affemb'er le 18 chez Me. Dored,
Notaire au Cap, pour y conf&rer entire eux fir leur'
interptepreffant.
SLe B rigantiti PAimable, Capit. Berlemont, partira du
Cap pour i Noaivelle-Orleans, du I 5 au 20 de ce mois.
Ceux qui voudronty charger oupaffer, s'adreffer6nt .
M~r Leroy ,) 1'anciein Gouverniement ,au Cap.
;':": BIENS ET EFFECTS A VENDRE. R
\ ", '. --. *
tne Habitation 'ituee a la. Montagne-noire .Quar-
tier de la Grande-Riviere conltnant 30- quarreaux
de terre; fur laq+etle il y- a 30 mill'e pieds db caff"
rapportans (, le refe en bois debut ) grande caTfe
re,uve, colombier cafe a caffe 5 quarreaux de-
glacis, cuifine ,.cafes i Negres., &c. 1 lfautt s'adrefler-
auiSt. Saboiurin Habitant audit Quartier. .,
Jne Maifon fitu"e as Cap, rue dau.Colfeil, vis-.
a-vis celle:oi-ife tienient les Audiences,; b.itie en.rpa-
gonneiriee, couverte en ardoife, confiftant en 3 chmin-
hresbaffes 8 cabinets dans la court cuifine.,,3. cham-i
bres hautes, grand cabinet &k grenier au-deffus. Plus.,
Negres, ddnt un cuifinier un, :ouant bien; du. violon,
& 1'autre marchand : plus. encore ,. une Ngrefle mar..
chande. II faut s'adreffer ai Mrs. Mefnier freres N'.-
gocians au Cap, qui vendrbnt le. tboutenfemble 'oui
i'parement & en' feront bonne rompofition,
Un Terrein conteiant environ ieuif quarreaux de,
terre, fitue A a Tannerie borne du point jufqu'aux:
..clufes. du nmoulin h eau de la Petite-Anc.e,. prefque'
'tout en bois debut, proprea ~- tablir un commerce,
uin entrepjt & meme une Guildiverie;. plus, trois:
Ieaux chevaux gris truites tous. trois. creoles, de
V~Ige de y a 6 ans domptes A la chaife un. des deux
rparchant P'amble & ge de 5 A 6 ans; deux chevaux
aaglois fous poil brun ,l merchant tres-bien.& tirant a>
la chaife, de I'age de 6 a 7 ans.; enfin une tres-bonne.
chaife, bien~.eto.ffe. Ons'adreffera AM.' Viart pere ,
Jabitan.t ,a;Lde nade ,quivendra le taut enfemble ou
fparement, & en fera bonne compofitioo.. .
-* Un.e Ma ion fife ruesPehthievre & Conflnns,depen-
4ante de la ficceffion, de feue Madame Paparel. II
faut s'adrefer a Mrs. Montarcher & Paparel ,. de-
ineurantaut.Cap,. qui prendcont toutes. quittances on
billets leur acquiit..
SPlufieurs,Negres boulkngers, agis de 20 A 35 ans,
& plufie.urs N egreffes agees de 20 a .25 ans, bonnes.
coquriejtres ,,bVlnchifeufes & fervantes, ayant plu-:
ieurs enfans. On s'aadreffera chezz M. Servin, rues
Penthievre 6&Taranne, aauCap..
: Un Neg-re, Cuifinier, donnant du cor-de-chaffe &
fpnnann t de la ,tronipette.; des chevyux & plufieurs
xneubles<, come places, commodes ,.lits armoiresi
fec.retaire .chaife & effat'de rotin garnis d'indienne,
. c;thez;Mr.:Rabhy freivs, Ngocians rue du oC00
- t~ f ii:.aw ;a e, *:, ;*;: r.;.. .


Trente-hut beaux mulets de la Grande-Cte.r
chez Mrs. Goullin 6' 'Molid Negocians au Fort,
Dauphin, "'
Une Chaife roulante & une place avec impgriale,
Spjefque neuve & tres-propre fes harnois a trois ,&.
un ate'age compof&' de trois chevau;x bais ,, rains
noirs ags de,6 7 ans ,,de la premiere force & des.
plus beaux qu'ily ait au Pays. It faut s'adreffer a M..
Paul, Negociant au Fort-Dauphin.
Une Chaife a deux places, avec un atelage rouge,
&, de jeunes chevaux ;. plus ufe berlin ancienne,.
d'ont tods les trains font renouvelUes, avec trois che-
vaux noirs de trait, plus encore une chaife a porteurs,
de France; I1 faut s'adreffer A M. Laguehay Nego'
ciant au Cap.
-Deux N, greffes 'une agde d'environ 35 ans,
bonne couturiere, blanchifeufe repaffeufe & cuiii-
niere, & Pautre liouvelle, de nation Congo, Agde
vdenvirn. 2.5 ans. 11 faut s'adreffer au Sr. Thiras,.
Suiffe de la Paroifle du Cap..
: A TIa Batre' duSiege Royal du Cap, famedi prochn,
quatre Negres Canoteurs, a la requke de Mrs. de:
SBlanchardon & Bellot Ngocians au,Cap.
A la Barre dumr&ne Siege, te fariedi 2j du prefent
mois., trois-Chaifes roulantes.
Les Effets du Sr. Toute', Makre Serrurier'au Capr
confidant en meubles meublans, fer, carbon, &c.,
luadi.prochain 16 ducourant., en fa nmaifon rues Van-
dreuil & de- la Providence, au C.ip.
A la Batre du Siege Royal du Cap le farmedi ,8:
du prefen itmois ,' 27 t etes de Negres de' jardi1, d6-
penda'nt dea ficeliode M. Thomas. AfEin' Jcfig
niur ,,payables' en argeit comptait
'A BAIL. OU. A. LO U..ER.
SUrie Maifon fiCe rues, du Bac & St. Jofeph, con-
fiflant en cinq chambres ,q:quatre cabinets, gallerie,,
houlangerie: detux fours ,. court & pui'ts ,.a affermer
ensemble ou fiparenent... 11 faut s'adreffer a Mrs.;
de Blanchardon. 6 Bellot, N4gocians au. Cap.
S Une Ndgrefie blanchiffeufe &' marchande,. & deux'
jeunes, Muatreffes, fes filles ,. couturieres & bonnes.
donieftiques, Pl~ne agee. de i.8 ans, & l'autre de 14A,
.5. ans. II faut s'adreffer a M. le Chevalier de. la Mar-
tre, N~igciant au.Cap ,.rues Penthievre & St. Jofeph .
ou. i M.:Miniere, Habitant a Maribaroux,. chez qui.
font a&uellementles deux Mulitrefles.
Samedi prochain ,. 14 du courant,.il fera affermen
l1a Barre du Siege.du.Cap ,pour une ann6e feulement,.
dix-fept tetes. de Negres defendant de la fucceflion
Efnienard.:
E FFE TSP ERD US.
Un jeune.Cheval bay-brun ,.tampi AG,..enleve de
la cour de M. Chenais, Dire&eur de la Pofte a Jac-
mel ,le 14 fevrier dernier.. Ceux qui- le reconnoitront
font pries:de le:fair.e arr6ter & d en donner avis audit
Sr.. Chenais..
ESCLAVES- EN MARONAGE..
Alexis ,de nation Arada,. age d'environ 4, ans,
6tampe fur le fein gauche LAMY,. appartenant au Sr.
Lamyy,. grant habitation de Madame de la Pichon-.
niere. du Quartier-Morin..
Trois Negres, etampes RUQUAY AU TROU,
don't deux nouveaux,.netionwBambara, ags d'envirom
2o ans. On prefume que ce dernier fe tient du cote
des Gonaives. M. Canivet ; Ngociant au Cap ,. price
ceuxquiles reconnoitront de lesfaire: arr.tex. &.do
14 e g:dnwier avisr, .


__ _.~t _r -- --n(bDt"E~j~J~F~-


~h-~ -- ----------~-^--~'~"'










HES A MERICAINE So

DjI MAercredl ;' Mars.
'* .. .
^ J~j u *.:>...
't ^ ,.1*- ^ ^ .' .. ,j


r i 'res Marchands.

Srx CAYES, I 7 fvrieri dernoer,
fa iorirde Naqtes, Capit. Charron:
le le, d f Coimte-Jaz ', du m nnie
Porrt, ap it Beauharin, venant de la
'C&ted'Angofle avec 51 Noirs l'a-
dreffe de Mrs Delmas, & Jogues.
'Au Ap,: le r, de, ce mois, l Ga-
bri 8de M iefe ; Capit. Laurent ,
tenant dia:~ tMfrtiniqtie : le i 1'-
delade', -d Havre, Capit Maanoury,
tenant auffi de Ia Martinique : fe 6:,
I'Africaikt de Naintes,; Capit. Van Af-
tein, venat ridf tah eCte-dAngpoe'avec
3'78 Noirs A: Padreffe de rs Ade" kif
& -Compagnie, qui en .opvriront Ila
vente vendredi prochain; Tle iiimeme
jour, te Daubeton, d e Bordeaux,
Capit. Vincjuey : re :17, I'Union, de
Marfeille, Capit. Patoc. "
/ NArIRES Marchan I en expidition.
Au CaP, la Mare-Rof, Capit. Jul-
bin,, pour Dunkerqu e; leiSaint-Jear
Baptife, Capit. Lehopx, pour la R,
chelle1.
D. I-.ARk. dei NMavires Marchands.
DE LO.GAN.E 8, -de e mois, la
M-'dee, Capit. Goffe pour le Havre;
a l .e-L e, ,Capit. Tronfon,
& IaPlainedeLeogane, Capit.1 iatice
-Rice, tous deuix pour Nates.
DP- FOaRT-IAiP.EIA le k ta,
Fidel e, Capit la Confourgu Pallt,
aN Bordeaixy .


Du CAP, le rI de ce mois, le au.
veur, de Saint-Malo, Capit. Hamon,
pour Dunketrque,: e 14,; iimable
Jeanne, Capit. Lacroix ;' e0 Duc-de-
Bouillon, Capit. Cadtiffeai La MlaM.
rianne, de la Martinique, Capit. Dtr-
rand, ces trois derniers pour Bordeaux.
PRIx des Marchandes 'd ra f lCote.
:At'x CAYES, le i dSe c mois Suacr
brut, r&A 2i 1.i Indigo bIeu, 7i. &f-
vre,. I5 10 f. a 61. Caff',i '16 '.
Cotton, i Sof.
A S. M~Kiic ,e rt, Suirceblantc, 5,
a 1 : ommun, 3 a:451. brut,. 24
A 5 Indio cuivre, l. f.a I of
Caffe noiueau, 16 i 8. a tyf v' ieux,


c 1mun.i 3'6 4211. ttit, v 2 ', .
Indigo bed, i 7 a 8 1c Iiivr,';. `T f..
a 6 1. riof. aff6 nouvau,i,: a,
6 d.. vieux,. i4,A 6 f. Cotton, ix A
vzo I. itrs, 6 A 9 1. PaIres gurdes,
37 pour ioo.
PPR x des MMarckamdifs d~ France
Aux CAES', ledit jlur I de ce nois,
in, iO A~i'b l 1: Farie d Moilfc,
7 80 1.i; Chaidelle 3:f.'alaVr .
Savoin, irp a. zo 1. le cent.
A' S. MARc', lk ,13, Vin notiveau,
r0oA ro; I Farine de Moiffac,,96o?.
:: commue., ,6 B,. euf;foo liv. le
baril.,Beurre.,.zo A 2 f la liyre. Patit.
il 30 a 34 liv.I'aacre.' Hiuile r i


- A-


I 1 -______~__---~3---*--------------C-----


I-----I~~---~,-,,~~.,~,.~,.,,~,,,,_~~,~


- tr


Ir


ANNkF r~i67'7- [No- 0
N z b k
Ant N .. I2. I 8







361iv. la cave, $avonl;ni o Ie cent.
AV :EA, Via vieux., 15o' 8 rliv. ;
nouveau, 130 x o l.'Farine de Moif-
fac, 7o 75 L.icommune, 6op, 66 1.,
Boeuf fa1, 66 6t 75 1. te baril. Beurie, ,
14 A 16 f. la livre. Petit-fal ,3o ,3 6 1.,
l'ancre. Huile, z x 48-1.Ia dve.-Sa-
yon, 8o A 841. le cent.
COURSE DU FRET.
CMARC c Sucre .: 14 den.
Indigo, 36 d. Caff' 15 d. Cotoq ,448.
SAuCAPP Su.ire i anc, .iz d;..htt,)
A,4d. Indigo, ,.o t 4d. Caff6, :4-A
j4. Caoton,q 24:n 4 o'd.


M co ;Tr S


M. Frtgoi 'oynet, ingeiieur y-
,draulique, anien Commandant & Hla-
litant au Gonves, eft mort ie
t- a-,- n a'','na ., **O '
cle ce filis.0
M. fofk-io arie Garnier, Capitaine
i Nayire. l'Amit jde .Marfeiile, en
ridet aui Peort-aii-ince, y ,eie Iort
le 1o. ,^ .
41 ct Logupre ,ancien Hbi
Ytani de 'Li oae d, el mort tapu
le, ..Goex quii aront q;uelques -cran-
ces hypothecaires ,fur fa ucceliolit,
Tont pr4es ie Sdreffer i Ms .Baradat
& Seguin .ml .pt aquis stuit fel
.- ..- 0
$ibur P-?/cf .
Mi. Louis.Candide PFudhowe, api-
tamie did NaireV l MreMch4'de-Luxem-
bourg, du Havre, en rade au 'Ca, y
eft mdrt le r4, Age6de 3o ens,
Le Sieur Pi rre oreaut P9chieur de
profefioni ,eftlmort ai au Cap le
nemee ~pur,, ge rde 45 ans : i. etoit
natrifde MAzirgies iocefe de Mar,-
feille ,Mr. I aignard .& Jourdan ,font
es ,Exiecuteurs teflamc ntairs,

,. ARn ,Nere on o
"' s 'f q..0


nomme n ean-Fran.ols, fe. difant'ap-
,partenir A-feu M. de Tail ac, sibbitant
ATFEfter, Quartier del'Artibbnite; uiie
Ngreffe Arqda ,nommnde Bey, 4tam-
pie fur l'e fein droitrPP, fe difant ap-
partenir A A. Seigne' Habitant au
-Montr6uy.
Au FORT-DAUPHIN un Negre
Congo, fe difant appartenir M. Gue-
ricau;.deux Nqgres Bambara, etanmpes
RUQUAY, I' au deffous AU CAP;
une N1grf4e. nommbe Ele'ponre, fe di-
Tant,,appartenir, M. Rolo, Habitant a
Rocou ; ine 'Negreffe' Nago, nommee
Minerve, etamp"e furle fein.droit C.o,
fe difant apartenir M's Colleau &
Poumier,
,Au CAP,,.un -gre role, nomme
Gilot, 4tampe fur Ie fein'droit FON-
:ERTVIT, fe ddiant appErtniir .afe
M. dt Fontpmertuys ; un egre creole,
'nomme Lubin, fe difint appartenir a
IM. la Croix, Officier. dans la, Legion;
in NNegre Bambaira, etampe fur le fein
drpit iC' fe difant ppartpnir au Sie ir
dardy, Sellier demeurant A 4Aci:iu
un ,Segre Mina nomn -Laram'e ,,fe
Idifni=gappiartenir aM. (ihoo, Habi-
tant ,au Liimbti; une jeune -N greffe
Congo nommrie delaide, tanampee
fur le fein droitDLDA,, les deiux pre-
mieres ettr enitr lacees t; un~iegre
Gongo., riomnm Thomas, etrampei fur
es -edeix- feins nESTANSAN eS.difant
-appart enirai :M ( -EJhnfizan Ngodianit
en cette Ville, .
I-
'Du Cap ,e A' mars.
En vertu id'Oronnancee 1de M. de
KerdiAen de Trimaiis, Co qmiffaire-
Ordonnateur de a Marine ~&Suhde-
6gu6-Gprd1 I int .DmAing, g ,) en
datedu,4, de oxs,-i ~e au pied
d'cuie Retmontrance, vua mitme jiur


-- --- -- --- I c-- Il--rcmrrrrmonnrr~mnmr~l~*l~n~ -


4 .. .

















iv I
S'.
;'~.
i


4' v
vi.




A.,

I ~
A


vi3i
:>'i::]






1.^
;- iv
S''w






'%
*^.l


: Letret'
I juetie Ctfnn
felitrme, ni r
Schi foustanlagr
le conattre ,
le premier pard
|d eiter une I
e~pf it, &e 'fei
e timae a
TjS ^


ICimprimeur.
cdipoint Mt Ambrtoif&
0a option n-eqi s'eff. ca
ntLe de fAnchAom pour
( ,o.el.de Maribo-fe
t avkoir et poir buV
retr'enthatlo dans tle M
end delfteinde. M '
ili' 'fa laie etr


d d. PriolfE, ttsiC tinmif'aire de
1 @M itfeffiifanct fonoaits dbe Con-
t-thl.r.ieni ette parties, ii tfetr' poci6d6
ai prof id'tdu & A:L ditience de
Monitk Si~ur d Prbify:, le r ayrj
prociain, A la Barrre' du Siegede cette
yVile, 1a' verit .& adjididation aiu
pihtl ofaot e.ddriern einen ritfeur,
des: inmelites & N es qut coMtipo-
hiAt 1S iteikfiLin dii Sieur Bute', an-
cen ;iPrebrifrdt la Marine audit liu,
A Ja charge par I'Adjudi'cataire' payer
moitiS en .argent :cnptante & 1 'autre
yitdi6ti da^ itbis: fbit e efped
tu Ori adb6iafianes r eie nonne frtlre
fir ie Trfor, lefqielles feirti prifes
en r- compenfation en par 1'Adju-
dicataire fotirniffan~r bonie & fufl
fahtte Caution .-ert-eifiatetr; Le6-
ditsi Biezs' cofthrians en Utie Hbiti-
ion tiie encaff, ieJit ahxCo-
ieIttfe, PaIroiffe'ide Limnade:, ayveC
644 tteS de' Nidl~i; leftiaux & ufenfilen s
& en tois fMaifcris:fifes af Cap.

uditik .de, rfe$s .ieS tS,&

ai fept ttees d ainfi que d'environ io maritlel de caffe,
Sla cthiargde payer co ptant, & non
autrem.inf.'
" O mne dra; par firppIinhet I
lii feuille pro tiine un cItail pl
circonhfancie eifdit bMisen .


PI

valtt: plifieurs obfervations fur le
fucre, un'e gmnd infruction morale,
fort etrangere vla'qtoefliord, qui paroit
avoiret, ed, &ee par la prverition.
Je profiterai des lumieres de' tous
ceux qui entierontdans la carriere=
M. Cordeil gtfidera ma pratie, que
j'Ycairerai pa la tliorie de M. Di-
lorine.
Autt liet de- laccufer d'injtufice t
de, le faxer de la maitnie de 'efj'rite
Flanonyme avoit ur moyen puis fin-m
pie de le combattre; ii' f-lloit oppofer
des raifohs *i si raif is :,il en a'de
particulieres de croire qut-e F:reft pat
venriua fa perfeaiobn entire le imains
de quielquesperfontes; il fa'liit dkis
ce cas imiit er M. DI etorme, faire pat'
attuPublic dAun fecret fi priVux d fes
lumier.es fiuperieures a ce qti~iI app-ell
les tid eiconnoiffances de Mi.D&lmey
li4iauroient-merit'~nrutiapphui demen
qctfona cir dIeoir accord a ti
du premier fyfAeme ftr 1'art dtt fucre ;
fyfnreme- qpit ftbfiffe en fob eutier .
nmlgr a. a&niiatifr di M:" M4f rel deI
M1i ife i donrt Peuir tCi ileVer ltes
paraltoifies, au teitide-dt primer les
firus9, les moeurs;,l'efpritr & les co0n-
noiffances d" fon A;tear qi p-par~p
avoir joitral praiique1 alaIteh;orie:de
alrt, &:Ie taihttd date agrfaelett'ir
di bfoie chofes; &' dotitd i cemtifaf
ordeal qdeit l piit ftt& N
eo SeitgqieB& A 'PIUS ctRW
dbdeif,' atit t f Apibtifon ifte.

Jid.iownneurt d'atreI ,

'nsfi te q ieflon .
SSans rdtendrf f8air&e p aboit' ine
fmer nsflir cen equ'btn pt'edem.-
merw avnnc6s', l1ioceafion des efFeth
dje'l l atuth fur le'vii de' can'rne, &;.
(L'experience dans ces cr S tarehan


~------~CI"~-~CI-*-~-"~l*l-m~i~*~ll~* L







$4.
toujours avant la theorie., )qu'i, me
foit permis den. doner un effat lii
vant l esr des lad ;Izymi, .. .
Le, vnde cannamelle ou de cane
a ticre e, come l a et dit dans les
derrieres Affiches, eAt compof6 de
phleg ,ne, d'ua ncdl analogue a I'acide
dn tartre du vit, 'u mucilage &de terre.
L'n penfe bien que cette analife
i'eft q'e kgar au afucr ey p0vant
etre pouttee plUslorn, .
,e,6compo ,s il etoit abaadonne m
lui-n,^e fermenteroit en pen ded
terns p produiroit un in qpti pourroit
trre exe.lent.
Selon les experiences des meilleurs
Auteurs a chauxeft tine fubftance
coinpof6e de principes grozfers terreu .
d'alkalis sfies, de parties flphureufis
& queiquep u falealis Vlatil.
L'eau de haux 'eft carge,e d.e ces
memes prin:cpesfulphurex,& urintux,
oU alkalis .volatil~ fd'lkalis fixes, &
ge terue extremement fabtele '
On pe~t Jugr d'apres ,ces deiUx ana-
lifes, que lefacre n'eft pas le ,f fin-
tiel du.yin de fcame; puifqiufe ce memen
yin Cuit feul; fans additio-, ne po.-
4uit qu'un extraii iucilagineux, fena-
tant i'mptireme icu le .brl. ,
ians le nmelgnge qui fe fait de la
leflv de chaux, ou rfitpl enezt de la,
mois, enavelopi pa trel ynqueuZfe
s'un^i.t ec fferefc ence da flkad dela
ciaux spiral gr anitajfiqi4 efj entr
eux : ce m Qvvement iptefin rompt,
brife, attInue, les mucilages qii tien-
iehnt les ,autres acides elmbarraffes;
ces memes pcarties viqueufes les plus
1geres fonit portees par 'bulliti n
la fuperfiie 4d firop & foonent 'ecu-
me .; es plus grofieres mes 6esayec,!es
terreufes, fe prcipitent nau fondde
Shaiidiere,


Par cette ,copbinaifon de, 'acie dui
Yin avecakali dela chuxx ,l reifute
ua l ..neure le el maineft unfil neu. V.
tr )l, ~~i;.s 4irfait"; parcqque- lacide
degage ena rmerlieu par I'fefrve fence,
n'eit pas faoui d'alkali : parceque les
ipatieres graffes qui font encore inter
pof'es;empchent faparfaite cryfalli-. ;*
fation ; c'eft-pourquoi ce feleft doux,
les mucilages, Oppofnt A fon a&tn
immediate iir la languequ'il ne frappe
que xnollement.
Le fucre de lat qui fe fait en de-
pouillant ce fluide, dl s fuiftances ca-
feeufes & butiriufes., fans aucune addi-
tion, prove ,aflez que les vifcofit4es
font la caufe de 'imparfaitecryfallfa .
tion du fuirede canne.
SLes mucilages de ,rechef attenu1s,
briifs diyifs laiffent les ca.ides plus
librs & plus, en etat de e combined
aye. les alkqi ^ p rune feconde mixtioni
deKa ..de chaux avec la mofouade gr if j,
u'on remeta rele r:,esi vifsofites ainf ,
qu'on rp: t.4 eS.
:t tenuees devenue plu.S 1$geres,
slevent i lafiper6,cae u irop, par
le ywn s de bjancs d'ufsi8 4j'op y
Ijtte, pour fair )4i$r la liqueur.
Laa 'cafTonkdr p'e d .done cque ce
nmemefelnhetre mrnips Iuparfait, par-
ce que les ads font plus faoule's d'al-
kalis, qu'il eft plus debarraffi de$s a-
tifres, hterpgenes, qtui avant oc
^flonnoie~it f fadeur, empechoie nt
fa parfaite cryflallifa on o .
11 n'acquiertcependa ntfa perfection
qu'apris avoir et' raffindplufieurs fois:
alors abfolument .pu^r des mucilages
grofiers & glutineux, nmais feulement
impregn6 d'une futile tenue -extreme-
ment delie les ac es jtant parve
: us A unf certain point de faturation,
le ucre, eft parfait fait fur les orga-
nes une imprefion agriable ; mais ii
^.(ire mnws; c'ef8 iuipn pneCf eu F
I ,' .*f

V .i


W -w o 1114 ..w .'" V-ol" "4 .. .. POO "








e ce qui a ete dr.. 4,ene4 e oigardep-
drQit fare de ce fucr tryal ,
Vnel m ^ u t qdpti Idte pdoux,,,our-
rol @tre fo ro fale; u a;mer, fi mon eont
tinuoit faie pufieurs coitngi n
de chaux aveC cn eeme fucre:la rai
foi s'entend af'ez.; ,
I'I e ,if6,de,- jugr. que moins.la
c aux fe;rae teinte ,isiele, era veve ,
cognfqti~pp-enft 4lIkIne., moins l en
faudra pour les aerentes operations.
Le via fort aqueux exige, davantage
de chaux, parce qu'i y a plus d'aides
degages en etat des'um r,, aux .ak is,,,
& Sa mofcouade en fera .mQins grae :
le contraire 4oitarier' u riVn y trop
mucilagieeux.,
D'apres ces principles, ,je demand
fi une combination de chaux avec une
partiedefod: ou ququque autre alkali
fie (ce emelage tres-cauftique exige
de la prudence ) n'abregeroit ps le
travail; car les alkalis etant en grande
quantite6 attireront avec plus de vehe-
mence les aides, qui briferon les ma;
tires gutineufes pour s'uir, aux pre-.
mieres. Pet-etrte faudroit-it. q:e les,
alkalis voldtis domnaffent. (Toutei
les fubitancesputrefdees ont des as alis
volatile ). Enfin il pourroit fe fire que
fn on andonnoit le .in de canne A
une demi-fermentation ou une firmenm
tationd entire qui developperpit Jef
acides, ante fairela ,mixton d .la,
chaux, qufil fidi augment er ans
ce cas ).ons'epargnteroit les frais & la
peine d'une cite on deux. C'eft aux
gens de 'art A en juger : 1'exprience,
44cidera.esign,4e. D E .B O IS VIL,
ifoter- AlEl.e in au Cap.
1,*' Ait'
Squeiion fur uileffet de,. l chaux
ive dans le vin de canine, n'efi pas fi
,diffiqie A refoutdre, pour peu que l'on
onAivye ot naon 4es alkalis fur i s
... ; in


lg;deli.,q 49 i. l,,enfemnble proporf
'ton aeAt, excitent upe fermentation,
ogv effei:vefcence, ftutie d'ynealt@ra,
tion effentielle 4aslm des deux.rmixn
tes proppre A lee.dgag r 4e fes partes
heterogenes, par le movement plus
Sou moins fenfible qui s'opere par:,ad.
dition de.l'un ou.t 1 tr de .ces dg.a
' S 9l;soPp9f 9 1P
. La chax uye eit reronnue common
un alka!ifixe & abforbant,, & c'eft eir
cette uteqalith q'on. doit 'employer
. a ns 1 e,.ju',." s., u.e JL .",
dans lejus de canne quotient plus;
So moinsd'acide, felon les liqLx oQii Q
Stls culive, les falsi & le degrp de
maturity ofi eles fe trouivent lorfqu'on
les roule. Le Ramfneur diot en drlger
l qua itite. a- .. ,
La crudit6 oi a'cidde qui f trotie
dans le jus de :cc;anne Aen forrme de
phlegme yifqueu x qui s'oppofe A I
cryftallifation oH ncntio on dt fire,
a ienveloppant le, grain r le prin-
c*.ie qu' faut dtruire en e'citant -une
fermentation enablee 6, proper 4
divi .T' albfrber: a rarofir..ce.v ehi-
c~le- & le dpouill r- par -C rnpyear
4dp fes pgaties ognaessAc ntrai
ros. lAa formaation du -fucre. :; -
La ch~uxiygagj decette maniere
f .r le vefouil, ainfi que les .eendres de
differences planteS & autres,all~is,4
cette nature qq'g peut.t mettrcg.en ua
ge. AlpsI s:f. n obfn ve ey ament '
Son s'aplpe i#t 4ns faip d#1t ihan-d
cement, tant dans la cfonfiftance qu
.. d u. n . .< .
dan, la couleur & ;au; goud t du vin :d
canne an voit en outre les parties.
gFU e"s:fei fo er, m ,4e ~I le dA,
aci swq ueaux,pr; .i ay it roi0i4A
I $ep, rendre uiegnfJl^p^g
t tre enlevee par recmunoir, Le flle
cotnntente fucre, fe trQuve par-ce
rtoo y derPPll. ,d ? et tiq


ML- ---rwoo "W -40-------- -, -- li----s--~-l~--l I~-mry---.~- ~--C--


---~- -'------------ -- --------------------------- --- ..-.~I--,-II~-~~.-.^,,.~.~~.. ,.,~e








Tous-l s RauTi etis Iafiet cte I'f
dri ajoutie ielqis acides rir
Sdie..ne, cdImie -itrot, Ni.aigre ^P
atitres i, ne fera' p poffiBs d'&
tier autre ehofl que de la meaffeil,,
moins qu'on n'emplbie ds alkalis con-,
,.l. ,. '. ,"

-ty auroit h eattco upC~yt eridfe fitr
cette ma.tere pouIa renl pffifiitiue
? Brma is je f1ai. l1, Bbt' a rithr par

ourridon idoiner rgragnae cOritnoi
Afis f iitaqtefflidbn agitee:"Sig l
B- I otl a0be 1 tMaill .

t de O lbfervaons fur l:Pompn
Sdrnndo vienard4 M. de Linere.
Les iltvter.pompes & in endie
agieffe pa- les imtes pici k el ; &&
eit -oi4s egarids-lini esproprit&6ss
que 1e- pompesi e-eperiientees e -es'
cperient if athrs 8traihteAt e Anftei
Smlent e' fefibteded pitbn. Ea fipri-
nantr'd cas pormpes. toute ga hiiire
Can i-ts ytn enwa pefi.n. 1f eatiie
S figeiae rdihai is L'Vabo' ft
dance-de l tiirelpdtikes iftAifment-
mpeiripeurea-ftu, c quobn aWvu jifigtt'4
ce' TjOr, fans irjais -aeoira eraindire
ue4~i ain fcit iteriorpue dans'
lrta adf i f i b h"I, dra-i direall
par- t iralt.-,.hi ttitanxde ion&uiite,
dite i d ptt rieert2ei l i d-
inft int fii 9 el reffiti
din lks' cs'endit! Ees' pompese d6t

,Jv tF s -:.'
STitf e saneusetlois ~bfnniten.


Utenl; toutd anteo f im hrdid

.itIemet de reete pann e tr'f.r
dl eftime dei trente anrees, 4ttcA


qu-1e dift fltre i, foixante- &.e
ati.-delI. ur fipne-itifpet1on., it t
volt' q-iU', ne peut y, ayow' d~fire. -
c ridire: qti'aitix axes ott boti6n qui
portent les lviers ,c ce qnt peut ette
remptace en peu- d'infian5. I eft inrm-
plffible qu'elles puiffent:jamais ttre d&e
ranigies quepar des fiaftursi violen-
tes; par 'tbit:rdei i ffbrce'tiouerte
-Les pomipeys 0yaes. adteiltes ,des'-
Vaifeaux. d .guerre, iiifi1. que les
pompes enhoisd s. Navirs -nfrch'a'nd
& autres de-ce'tte4. eiice,.,drent :A
peine trois&" quatre anuiees. Quellee
qrantite s rripesn e fatit-ifpasi
fieeff eten t renoit velter jIrr at
teindre trente ans !. De- folte que,
part calcut finple, itroitve r iee
maIr-e la difference des prix ,'iiage:
ds 'iouveltes potmpes' proctirera. au
aiq6irervss tuie 6c iofenie d pa dee
loitie firtf ceie tte rmetdr des- autres avantages'" tonomi-
ques quir t "tcoutent;, pat le moin-fl
dre nombiree dhommes ott de che :
taux agens:, par,a h fuperiorit6 de
.prodit,&'par e'ntiere fiippreffliot d
tous rais .dentretien.
Ora pettt avec ce' porires, porter,
:.eaudireftemenrt deux & trois cens
pieds dAe hauteur. Dans une carrier"
dairdoifes. attendant la: Vilfe d'Angers,
il y a denx d ces priipess qui portent
Ieau. a une levatnion prpdticlaire'
ceht 'cihquante.-uri pi:d:,..par ud
tiiyau qtel- local a necdeffit i' futre
oB quee,.&: dedeii cen vinegt pied
de lbngiueft..:
C: lles.quidbient ftriri:.lVeteer fes
eaux pour b Wt `, pir jes bi~fl ttx
pour: les, cujfiS ,;, foitr tapes. dans
tPite i tsIo g eUrti vithr i iseUrisnt.
DIins:le pitsd6 di ve ifesri-nmrisa
Paris eaopeut voir Is- etrfs.av0nit
tageut dte cd'e es vvmof maoll


W, I 1 1 -0, 1 WO


III4 ..... ). .


~




rrrrnr----- --- --- ---- -`r---- ~ ~ -'- -.-----,


i cepcw oreC oir zJnajtsc iwr.iRpleri
'reau dans 'toite lesfl- ties U, trieug
,;es, .:;conme el i ci te Aes
a O & e rv8. r.
j l ( .E .$
ifolsong& ferir :de alnPe A -inct
tie dans' e.be foi~e_

S ,C; IT ,A .. ,E S. -
i On dnneral imanche prochain:
t au ,Cap, ne 1 ecnde rf-plentation
du P.lkilfophe fsfans le :favoir, fuivie

S :Laobleiinpkicdte & .le natural quti
regneint dans toute eette Comnedie ,le
gra rapport que tous les lintdrts ont
e ni e ex, demanident iuneiefemtle .fi
exaf .t& des talensifi decides pour en
i arer 0le fuccs, que, les A teutrs du
;Cap'ii'ferot jmain s Ie flatter de don-
1 erau Public'un tableau ifte des eau-
A .l e certe Pe*e Us Ierid^ ceuler
i ment de vouloirpartager, envie qu'-s
S-i-t e :e rendre, par de nou iaux efq.
i forts, ir pet plus-dignes d'in:Ouvrage
Squi a mqnrte 6pendapt fi long-tems .Pad4
miratioti-de tous les Anmateurs,.
T, :iesacorriger"&dis lafeuille pr ideinte. '

Sage,77 c. ; l ., ign; 4if egage purge, au ie .
de agentt& p&irgent
'Idem, col. 2 ,ligne i9, 0. tiatere, au lieu de nature.
: A 7. VI'S DI VE'R S. .
: e ,trop petitnotinire '4aboands., an fo!rnal de St.
D omingue p9ur ,a pr fentea, annee, 76'7, -fPr- -Ii*tti-
p; i.Ptm, aabal dppner cette ;enteprife. ,Ce (4de Mrs.
.'esAbonr6s .qui .nt 1paye direQement :au Sr. fMarie,,
on.g riisdej. i ,rnyoyer. fes quittancgs ;.il r, rem ttxra
i4pqrte, c Auchne.,-aa fqIrrniee d oe p Hliy. qu'l a
touchee: .ledit Sr. Marie fera.repapfe par le Courier
p.rochai:aMrs s f es Corrqfioridi dajis les diffdrens
Piiuar. ers de ;la,. C le nie.,: tputl ce'ilq1i l a.re, u d'P.ux
PwoJ'ghrtp.nente a-diti;Juri 4e, ta, pr fente annie
17fRI ;, p\~rmealaiI !eg s^thaufelse, e :.;
-:i *4_es$r iieBSpve las f illjiioexfeutLef s$iurrPitrre
'uyer r ; g vwnsiasaue, pe f tsidps ,doe ulgc ib i e-attre
la^it tledegris .cr afcAs days laqstslle ils insiereat
ia,etq :- sS ertte .ces e, 4 con'4tinat'n:,.A I'vffvetdb'e
eftrelejijt MO.Prieor ,en. tat 4e prOc4der i a :rJ r
,?Siitf nlyglpruidt 4i el'M rin!ube; dupedantte lMdite
fY ceiiiteh t oa tord e'les.hypot6quesi; irietx
Aw a feit fo i des ;ailer tli icplmfierners titre"
rpartisiop deS aeiez^&eux 6&"nans,


87
SMrs, les ,Cr.an~er. .dAeJa. ftccef1on ,FErajy pre,
fuleeffi~i, de vplor16,biien saffdirnbierre oI ti nmois
prochait en i Etudedle VMe. 'Co fcatd otaire, r 1du
Corfeith au Cap, a i'effet de .dqlibrer. cof.or~rn enx
i PArrte r &a Cour du Z6 fier derdnier, fur I~
parti qu'ils voudront prendre relati'emerit ine
maifon'i.gqii compofe tut l'atif de cette ifucceflion
aquelle tes h'ritiers ont -reonc. .
SOn'pie, poub la f6eonde fois, rses C iCr, ane
Ale la4_cjfiAon de rI.Ladr, 1de s'affekble l ipd o
haiian z dupr4fent ,nois dansitud dle Me. Bo;ier,
Z(otaiere rPeveithie e au Cap'.
N& AV S ;ET H.;&, k BGEM E: T.
,1e ,Navire leIDauphin de Bordeaux Cap4taine
Eftanfan partira pour ledit ,lieu du y au I du: pro..
lain. 4-eux qui voudroit y pa~er iou charger 6
firt. s'adreffetpd nt audit Copttaing eenf t Magafii,
rue" Penthirev-reauap.'lnl e- manque pour-"fin pad.
fi cianent, A~t iie,'q .3o bariques"'- 'de frti-e. r
0Le 'Navirke l'Anne-E'iF'th i mime Port
Capitaine Sgomon, partira du 16 a xsaxati'ifiddimoc
prochain. Ceix qui voidroit y palerotu charger i
fret, fsadrdeferont M. Raymond grant la cargai-
foadudit :NaVire .hez M. Boeer, rue St. Jean ai
Cap. Ce .Navire eft tre-otnmoide-p our' les PaC-
fagers..
Le Naytre la FMI ine ddi.Havre .Cp;~rtineaber.
,partirai.p6utledifrlieu dans le coura6it- deriai. 'Ceux
ui-voikVroht y pafler ou chargerfifret, s4dteffeiroo
aidit Capitaine rue de Fptari ,au Cap.
Le Bateau .le St.hitfis is di duCpitaie
eahii'arubrd, ddiPort d :7o fopneiiix; seexpdtdiera
pour Bayonie S'il trouve a fe freter ein. ptein datis
peu de jotis. Ceux gqut Vudront y :charger, 'adref;
fTront M. Dubvrtt gogiant au Cap ,ru St
Vtrent.' ,
^ ; h r .- ),' F' ** 1E 1\Y
-..r S' 'ET rE FETS A VENPB.E9, V^
I Une Miifqn'~itiueeauI Cap, rue du Confeil yvS-
'a-vis ce!il biwfe tiennenrles'Atiidiences ,. ltite en inda
oneerie, cotuveeh iaroife'; Corififtaiht-e cham-
bres bafles, 8.cabinets ~ans tlcour., cuifine ,3 'chart-
bres hautes, girand- cabinet & greiner u elfiuius." Plhs,
"3-Negrej, don't iun cuifinier, un jouant bien du violon ,
&'rautre mairchand : plus encore., une-Nigreffe mat-
chande. l faut s'adreffer a Mrs. Mefnlet frees N"-
ggocians :au. Ctp, qui veindront le, tout eifetibre op
fTepardment &-:en feront bonne cdmnpofition.
:Une VPace Titide a;.'PottiFraii a, contenant
qart-e'aiiule terre ,grande -afe de 4o.pieds, cor,
pqfee de deux- iambres &'deix cabinets; Iune autrb
cafe t"enviroi y opieds fervant de, cuifine & de oIg-
ment- pour les"Negres domefliques.; i"ne autre caie
Negres montle;'7 8 quarreaux plants. en manioc;
beauicobupde bananaers &'autres vivres, 'a 'bord de
la-mert ;un magaafin,de go' pleds, repahr,:6 -etf, ui
f6gr. a- iciux -ce dernirr -etabliffemerit apffi blie
fit 'i qitilife -pjiiffd parta' pnmnite'de cete .m
iufttre.idbIe's bdds la place ,f tre'sbiep' .oife.
s'adrefera jiM. Bi dran a Cap, i l en: .fira .bon
c" otpofition. "
:" ne : ifo fitul e ruqs dd Motine -des Capuci
'&;Sti Pierre ; u Cap b^atie qnma~ontnerie mouverI
parties en ardoifes' & ppati a en tutes, c6nfiftanft"e
huit chambers baffes i cinq hates troiU cuifines,
4.x.c.avaux,. deuxg fcaiery is ca ketswa it,
~Ipf a, '&4GPWWiA9 4 ft iE44< 9. \-,r




_______ ____ .----.-- .---.-*rI;%


' "l, iid, Coiotiebld'nfanterie, ,adt.fr pon
dppart por- Frarc o., npe :,avis. qu'l venra,& ; a
preCent e tout ooi parti'8 a A'amiable dis me i blps
'de 'tute efpe'ce ,'& un Negre Cuiiinier enC' tmaIifo
ue de eBourbon.,, au Cap... ''
" Plfilurs Negres, boulingers A ages d o aI 3 ans ,
& plifiuetws C~g reffes age.es de 2o0.. Z5 ans, bones
(outuri'eres, btlnchiffeules & fervamtes, ayant pluh
fiewprs enftns., On s'Adreffera hz ,M, Servin ; tes
entievre &,Tarnne, a Cap. >'.
l yf'tre S-^eau Bdillard'd'accajou., a pteds Tlborn'eS.,
gani''d'ine gradd wiqtt d maffes, & de queue
prefq.ue neuves ; des'kchatfi de' portes n & fenrttes;
Oa s'adiffetra'~a iM. Trecur ,.ati oin des rues St.
]iterre c& lduvieux Qouvernement .pres M. Dupef-
fis,,N4gociapnj. II enfera.boine composition,
,~Cimq" Negres. Canoteurs emp' yes, jouiniellente a
la conduite de ,la chaloupp de ,.;, C1 tapitien 4de
tort .iipe.Negre, fe. GoLuvernante.:avec trois enfans
un4 Quarteronne bonne: Coe t .-rere-:, C, reoe e : .
Vartintquie.;, eux; Negres' Cuifiniers, & un -petit
''etif, de an..O s'adrefferat Me. Lracaqe rue du
MIrne-des-4L.apicins, ,qui enp feratonne.cpropp ltiotn.
Cinquante beaux Mulets, arrives hier de;; la Gran-
de-Cotea lPadreffe de Mrs..Lambert .freres., Negts,
.C4,C ; p pouri-a lesa voit. dans 1'Eiplacement de
M.. Carrier. .,.
Planches. duL.Mifipi-j deo io,;t o peds- de;.pig ;
clevrons d 4., a M,4 p eds.; llGong, .Ba;deaux.
Chez Mrs;, Lavaud )rue d, ,Chaftenpye vis-a-
'ancien.Gquv.ernAment, ,'o. che.MI. ap%4peyre; p.r
o.:IB.~es,,ou lexdits.Bpis fopn ,enximagafin. ,I
.Vachs laitieres avec leurs i' f ies .cieyaux de
chaife & e il&ets. On, sadreffra Mirs., .-eiag_
Daney Negocians au Cap,,oailM. B4udet, Chirur-.
igen.au Port-Mjrgot. Plufieurs defdits animalo4 au Port-Margot chez ledit Sr. Boudet, & Iesautres
fur l'hahitatijp.de, 1. D. large. au Morn~-Rogge.
SI.ess. ghanpiuon &. Renault etant a la veile. de
'rie .1euis. Negres,. On. sadreffers au S,. Champiow
-a .. e j d q ;:
Ala :arr .du,Siege Royal d Cap,. famed pro chaip
'I2 du iourant,.. un demi-emplacement appartenantaug
'mineurs Maillar4 du dernier lit ,,fitue -pres. les.Halles
Ahogloifs ,, &.aquellement occupy pqr.e St AAuena4.
SSa'mdi 2z de. ce mois a a Birre dIu, Stege ryal du
Uap,une ~haife A. deux plac.s. d uAIlee de v.eloury
?1Utrekf t v.ert ,. avec fes. harrois'a .trois ,.8F quitre
hevaux, deqx rouges Sc deuxbays ; Ie tout dependent
de la fjicceflion de M. le Cheyalier de iederich.,
SL jeudi courant il f era procddea lav.ente des
effets d.feu.Sr. Moreau ,. Pcheur enla maifon qu'il
occupoit au: Petit-Carengge ; fgavoir, 2,canots de
eche ,5 ,feihe.s don't 2, neuvles,. divers atres effects;
jus io legies, echeurs qui front vendus l'.anmiable
1lr'l$s ts..44aigqrd4,deom. fiBacfteurset tfam
Talres didit. f eufor.e4u ,, ie eprent pr.es ies Hale
'Angloifes aubord e la meO r ,, vYnlr.oot ahi.Tt. 4
e a pr.e -,les fiips & cano s. depecae.
Le famed' 4avil 'prochain a" la Barerp du. Sieg
koyal di Cap ,,tue main .dCienqda de la ficceffion
4" Sr. Series Perruquier fitue, rues Boyale. &T~8
anpe payable en ar en t.aen corpptanti.
:...' ,A V,ENJDRE OU., A, L;,OUE -
r '.Mllf Pfien inaonnei, fife ail Petit-C(aretag,
0ti rghit, Siui t ar 5rnmehu niou sonfiftaflt;


an tros 'chamibres; afes, dont' une uiouverte en,
(lptes, 8& ls deuxE autres, en tuile une galerie & it
cabinet a chaqueloutn~iu cuifine,.une chambre de
PautIre cW6eune court avec claire-voie en bois peint,
gunpuits & deux halles,de 60 pi'ds d e rofondeur cha,
cune.On s'adreffera Mrs'.Guilldudeu jeune & Gauget,
Niegocians au Cap, qui en -feiont bonne compofititori
A BAIL. OU A. "'O0 :.' .
Une Maion-rue' D'tuphine, pres-'eetle 4u Confeil
auCap conffitant en i-ue belle fall 2jIex r gandes
chambres, deux amoyenpes cour puits depenfe
cabinets cuifines., grande Galeriie. -On.s'adredferaai
Mrs.Raby freres ,,Negqcians, rue duf Confeil.
Pour ne\f ans, deux tertems-de 80o p'a en.carre
fur lefquels il y a deja quelques. tabliffemenk, fitui
dans res.doubles montagrnes ,.ntre les Irois a Ri.
viere de la Grande-Ance, dependance du Cap-Tibu.
ron, Paroiffe de Jeremie, -appartenant aux lheritiers
Ma4fon-nezuve-,Gour'dat ,,auparavarnt dIvM.. ,~arcnt do
Montajon Arpenteur du Roi. It faut s'adteffer a Mrs,
Raby fi&r:es, Nigbocians ,au-,ap-6: ..
)", ES CLtAVES EN MAR A 6 A G 'B. ,
Teois Negres, dtamp s RUQUAY AU TROQU,,
don't; dex nou.veaux, nation Baimbarr, ages diwyiron:
20ans, & 'autre nomme 'P'ilipie nation Chigo,
.Gharpentier ,, agede. 4 ans. ,n: prefumi.e ,. que :e
dernie) fe tient duc&6t4 des .Gpnaaives.. M. Canivet,
N "tFagnt: ai Ciap. pri cetix fttiies reconnoitronit
dj es.fairet azrrtlre "&: lde :l en donn.es avis.; (
A .~'dphile, Negre Crdole de CuraSaoq,.maro, dqepui
T2Eiauiti76' etampdefur I e:'deix feiit LN &au-
defious ST., LOQUS &;.encore a u.-deffous 4B OUDOi6
appurtenant AM. le Compte. de. Serfey IHjyilant, .au
'Fond : *on peu-egalemrent- en donriA avis a M. ie Mar-
quis de Sereey. Ton f free. Aide-Major-4,en'ral ,.de!
nturant.au Port-au,.Prmeence .
Trpis4Negres ,noijeaui~ amp&s:EI.BOVir::cux qul
e lauront conniffance font priss, d'en. donngeravis
*a M. Boudet Habitant a l'Artibohite.
Jean-Louis-, Congo, 'e de 35 ans, petitetaille2
gtampo LEFEVRE A ST, MARC maron depuis en-
-vrorn I.y jours :cceux qui:en. auront coiiOiffance.,
font pries, de le -fair- arr&etr &_ d'en. donner avis i
Mrs. 4btaam & Faroiilhk, Ndgocians au Cap.
.Ian ot ,. grand Negre, yiant Ie,. nez' t ugi, &
l'Eaje'tance aufi de ,grande taille, toiis deutx.Cohgb-,
tampfe JANINAU DONDON, marons deptid eh.
viron unmois :ceux qui en auront- onnoiffance ,fo~t
pries de les faire arr&ter. II y aura rdcompenfe. :
Je:an-Pierre, Coeole, age d'environ.24 ans,taille de
: pieds 4pouces figure tres-noire, fe difant libre,
etampe fur un fein BUGLET. AU CAP,. r& air l'autre
LHi maron- depuis.' le -9de cc mois : ceux qui en
auront connoiffance, font pr-ies de le faire- arreter-S
d'en donner avis.A M.,B&Ietr, Ptroureu'an! Giap.:
Ifppolite, Madt.digue i -talle de,5 pieds 4-a ,pou-
-ces, Itrapu',,p6rttarlt use boucle aT P'oreilte &'un.cha.
peau blanc, f difint libre, 'maron depuis le 8 de c
mois. O'n Ie prfunme a la, Tannerie Ala. Grande-
Riiiere, ou a, uDondon, ou ti~me a Banique ,Ceux
qui en arnt onconnoiffance ,font prids de le faire
afreter.& de, deonrfet avig A" M. 'de la Forgue ,.Ofi
cier, furi fon habitation a 'A;ul ,.lequel donnera 300
liv, de-redmpenfe, fi. e Negre eit pri dh~s tl -partie
frarSifoi'6oo I. sil eft p'tisdtns, lapartie EfpagniolW
1 4 ,t r. P lar*"


mI




_ lr --" -----"-c~c-~~ -- -n~-~~


ANNiEEI767 I* .


AFFPC HES Ai



S' N' iri- es M archands.

AUxCA.YES, e 5 de ce mois, a
PFicofe "$e Bordeaux apit. Sei-
gnouret.
A S. MARC,Ie 19, la Cigogne,. de
la Rochelle, Capit. Robillard, & l'A-
delaide, du Havre, Capit. Deffelieres,
tenant tous'deux du Port-au-Prince.
Au C 2, '& ii, la Fauvette, de la
Rochelle, Capit. Hardy, verant de la
C6te-d'Angole avec zx0 Noirs de re-
lche- en ce Port,
KNA rgEs Marchands en .expe'dtiion
Au CAP e Bateau le Diligent,
Capit.. Dubropq i: pour -Bayonne. ; te
mentor, Cap. Durant pour Marfeille;
la Bonni tV-dtevoe, 'apit' Brichaud,
pour Bordeaux,'
D PA r de Navires Marchands.
Du CAP ,i e 2r de ce mois, 'Etoile-
4d -Nord Cpit. Vieillaid pour le
Have : le 24, la Platetiere, Capit.
Maffin, & l'poallon, Capit.. Mofne-
ton, tousdeux pour Nantes.
PAtx des Marchandis4de, laColnies.
: i n'y a ett aucun changement aux
Cayes: &a ISanmt-Marci
S AuPORT-,AU-PRINCE, le r8 de ce
Sto0is, Sucre blanc, 48h yo communen ,
36 1 40 1. brut, 22.. z24 1. Indigo cui-
.vre 61. 1Lx6.l ro fi (il ndy .na point
t ale;.::'Caff6,: if, CoQtn, IQQ1,


S

r


SERICAINES.

2,5 Mars.


Au CAP, Sucre blanc, 48 a 6o liv<
common, 28 A 42 1. brut, I8 a z5 I.
Indigo bleu, 7 A 8 1. cuivr', 5 1. 5 f.
A 6l5 fi CaffA:nouveaun, i.7 f.A7 1f
6d. vieux, 13 ~ 5 f. Coton, 1I15 A
1 251. Cuiirs, 6 9,1. Piaftres gourdes,
37 pour ioo.
PRIX des Marchandifes de France.
:Au PORT-A.v-PRINCE, ledit joiut
18 de ce mtois, Vin' de Bordeauxy,. r
S8o0 1. de Provence, 5 5y 6o01. Earine
de Moiffac, 90 1. Boeuf fale, 6pa~ 661.
le baril., Huile, 18 A 2I liv.: a cave.
.Chandelle e,, 5 30of. a livre. Savon,
90 A 100 1. recent. .i
Au CAP Vin vieux,: o i 8oli
nioveai, :r30o 1-401. Farine de Moif
fac, 75 a 80 L commute, 66 -7o1.
Boef fale, 66 751. le baril. Beurre,
15 a 8 f.la livre. Petit-fale, 33 a 361.
I'ancre. Huile i8 4% L la cave. Sa
voniA, 8ople cemnt.' ,:'
'. ..P U .2:S;D s' ..... ? ,. '/ ;
Cow as V FRET.
Au PORT-AU:-PRI erSucre, 14
r5 d; Indigo, 27 A 3,o0d Caff,, i8,d.
Coton, 3'6 a 40 d 3-
AU eCAP, Sucre bhnc, bd z brutf
r4 d.: IThdigo, o a z4 d. CaffiE 4.
i6d, Coton,2,4.A 3o d.
M 0 A R T S .
A -CAP-,. le 19 de cemoisg.le Sieur
Mathieu Molaire niaiifde BordeauiX,
a~ de' aans, le io1le SieuzMaloAt


L







dit du Rafoir, Maitre Perruquier,.natif
de Paris, g6 de 33 ans; le zX., le Sieur
Antoine-Frangois Boitard, auffi natif
de paris, Age de 34 ans.
NEGRES MARONS.
Au PORT-AU-PRINCE, unf Negre
creole, nomme Jean ,fe difant appar-
tenir a M. Duclos, Habitant a S. Marc;
r autei re Ne role, nommne Jofeph,
etampe OSTRI, fe difant appartenir
j M.i Of/ri, Habitant .a S, Marc; une
Negreffe Nago, nommei e Ouanonn,
fe difant appartenir au Sieur Fortune;
in Negre nouveau,, ayant les yeux un
pen tournes, etampe fur. le fein droit
illifiblement.
Au FoRT-DAUPHIN, deux Negres
nouveaux,, itampes fur -e fein droit
RAT, les deux dermiers lettres entre-
lacdes ; tin Negre Congo riomme
Pierrot, fe difaht appairtenir. Mde La.
roche; un Negre Ibo nommn Baltafar,
ptampe fur le feindroit H, BRUT, fe.
difant appartenir a M. Brute -
jA r CBAP un Negre crnole, noime
'JeazhLouis, tainp6 fur le fein droit
DVAR, lesotrois dernieres lettres en-
irelacees., & art deffous PERE, fe di-
fant appartenir A M. Duhart; un Negre
Mondongue ,inouYeau, age d'environ
3 5 40 ans, taille de:5 pieds 2 pouces;
un Negre crqole, nomme Baptife, fe
difant appartenir tM.'Ponfigton, Ne-
gociant en cette Ville; un NegreCongo,
aomme Matha ,e tamper fur le fein
droit SN, fe difant appartenir au Sieur
Simntcn eProcutetir des biens I'Jfle-
Adam ; iuL Negre tiouveau, de nation
Congo, nomed Louis', tamp .fur le
fein droit ARNOV, & au deffous AV
DON; un atitre Negre nouveau, de
9-niime nation ,nomme Jonjon, dont on
n'a pitJirede ,de I'tampe. que NBL; uin
ilatre,;inomingAiJean-Louis, tamp,'p


furilefeilndroit GAVDONfe difant ap.
partenir a M. Gaudon Habitant 4
Ouanaminthe.

NOUVELLES D'EUROPE.
ITAL 1 E.
Ceft un bruit general que l'accom. f
movement eft arrete entire la RepublU i,
de Genes & les Corfes; & Pon dit que
c'eft fous a condition que ces derniers
payeront aux Genois une redevance
annuelle, au moyen de liagelle ils au
ront le priviege de fe gduverner par
leurs propresloix & par leurs propres
Magifirats.
ESPA G N E., :
On a appris de Cadix quea Fregate
du Roi de Maroc 4P Saltiee,, de vingt
canons a echout fur Iaplage, Al : :uin Ae:
4emie portee de icanQnA de la porte de '
terre de cette Ville. Cette TFr gate
avoitet6 oblige par un coup de vent
de drdrdader de la trade de Sale fans avoir
fon armement con plet, Tous les gens
,de 1'quipage A eceptiond'u fe
.e dpa 'un fm e ,t
homme qui a ete noy, o,:nt et fauves. i
Le grand Corfaire du, Roi de Maroc j:
de quarante-quatre pieces de canons,
a aufli derade dans le meme tears & j:
a eu beaucoup de peine A fe rendre
au; Port de Gibraltar:, ih ii a trouve i
une autre Fregate de fa nation qui
etoit en croifiere depuis pres de qua- .
rante jours fur les Ifles Terceres, <,
fans y avoir fait atacune prife.
On a eu avis d'Alger que tout an-
nonce une rupture avec une des Ptiif-
fances Chretiennes mais on ignore
encore avec laquelle : on fgait feule-l
ment que le i feptembre dernier le
Dey fit former les Confuls de Suede
& de Dannemarck de fe retire d'Al-
ger fi dans. trois jours ils n'avoient
pas aciqutte les. droitis onfutaires de
;vj


LIIILeLLIC*III~4I1~1~111* .' -. ~ --~---.







daeux ans.'L premirr ce 'ces-C6nfuls'
demand un delaide quatre femaines',
& le second., un de quinze jours, ce
qui, dit-on, leur a ete accord. Ce-
pendant tous les Vaiffeaux:des Nations
Chretiennes, qui fe trouvoient dans
le Port., requrent ordre, le du meme
mois ,d'en fortir dans deux foisvingt-
quatre heures., attend qu'il devoit
| tre ferme. Au refte la Regence d'Al-
Saer paroit fort mecontente du Traite
|de paix & d'amitie conclu entire 'Ef-
pagne & le, Roi de Maroc,
SAN GLETERRE.
:Ee Rol a cre Duc de Cumberland
Sle Prince Henri-Frederic, fon troifieme
frree: fa prochaine Seance le Parle-
m entaffignera i 5ooo 1. erle. de rente,
S des penfions convenables aux Ducs
Sd'Yorck & de Gocefter, pour les met-
tre:en r tat de foutenir:leurs dignites.
La pr6fence des Troupes dans les
SProvinces -oh i y :avoit des -meutes
Spopulaires l'occafion de la cherte des
vivres, a eu tout l'effet qu'on devoit
en attendre. On 'toit furpris de cette
difette danis une annie oh la -recolte a
I ete tres-abondante:; mais le Gouver-
nement a ete informed. de quelques mo-
nopoles don't on cherche A decouvrir
les Auteurs pour les punir.
.L'efpiit fatyrique ne ceffe de pour-
| fiivre le Comte de Chatam. Un Mar-
chand de la Ville de Weftminfter avoit
Sfait mettre A fa maifon ine fuperbe
enfeigne qui reprefentoit M. Pitt avec
cette inscription: AU VRAI PATRIOTE.
Depuis il a fait faire au portrait de
M. Pitt I'habit de fon nouveau carac-
.tere ; & layant fufpendu, la ttte en
bas, il ya mis pour inscription : A
SL'HOMME RENYVERSE.
L'amitie & la:bonne intelligence pa-
Soilffet fe- raffermir de -plus en pluS


91
eitrenotre Cour & celtes de Wrfailles
& de Madrid. Le Comte :deGuerchy,
Ambaffadeurde France,. & l.e Prince
de Mafferaano, Ambaffadeat d'Efipagne,
ont de friquentes conferences avec les
Miniftres du Roi, non pour applanir
des difficulties ,cartoutes les conditions
ulterieures du. dernier Trait, de paix
font reglees & fur le point d'etre rem-
plies,. mais pour reffTrrer les noeuds
de l'union qui fait aujourd'hui le bon-
heur de l'Europe.
FRANCE.
II a ete rendu un Arret di. Confei!
d'Etatdu Roi, le z o6tobre 1766.; coni
pof6 de fix articles, rendu en interpre-e
station de la Declaration du :3 aofit
precedent, concernant les privileges
& exemptions accords A ceux qui en-
treprendront de dffricher les lfandes
&lesiterres inciltes' IPar cet Aarrt,
les Ceffionnaires oit Ayant-cdufes-des
Entrepreneurs des defrichemens (non
nobles ) font encore, affranchis des
droits de franc-fiefs ,& de toirt dr:oit
d'amortiffement, poU toustles tetreins
defrich6s, pendant 4o0 ans. Tott$ les
a6tesquiferontpaffs pendant le'tme
efpace de teams par les. Proprittaires
des terres incultes ;ou -leurs Ayant-.
caufes pourraifoa defdits. defriche.
mens, front exempts de. tout droit
de control. Enfin les; Colons & aiutreg
perfonnes employees aux difriche4
mens, front taxes. la capitation
par les Intendans desProvinces A:iraiur
ion de 0o f. feulement pour chacun :
Pierre Foucault, n6CA Abbevilleg
y eft.mort.le 4 o-obre.dernier:, :iig
de pres de 10 ans.: Depuis 'gA geei i
A 16 ans it :avoit: toujors ete ldttne
fante tres-foible, & avoit effity beau!.
coup de maladies :iti et imort .d'une
indigeftion. Son pere avoit vctijuf


--'~1'---^---II--~ '--Y-*-----IU-r -----~-a----~L---- ---~----ur


Nhbh.








qu'a 'Page de 107 ans, &'fon ayeui,
qui 6toit garde chafe, avoit 6et tue
par un Braconnier A l'age de 97 ans.. -
SOn eft -informe par des lettres d'Al-
ger, que le 29 feptembre dernier il y
eft arrive, ftr une Galiote de cette
Regence, un Matelot, un Mouffe, un
Novice & une Paffagere, qui 0toient
A' bord de la Frigate la Modefle, la-
quelle a p6ri dernierement dans la
Mediterran6e par I'evenement funefte
don't on a rendu compete. Le rcit qu'ils
ont fait des circonftances de l'embra-
fement de la Frigate, fe trouve con-
forme .a :a dpofition du Capitaine
Gayet.: Ces quatre ::perfounes ont
eehappe a la mort par un :bonheur
auti extraordinaire qu'inefp6er. Lorf-
que 1'6quipage de la Frigate vit qu'il
n'etoit plus-poffible d'arreterles pro-
gres des flames qui avoient dejA con-
iitm- Itnepartie du Batimenty .on prit
"leparti de mettre les Canots A hla er t
nlaisle trop grand nombre de ceux qui
s'y jetterent ":vec precipitation s
fit- fur le: champ cooler a fond. Le
grand rat &tle mt de beaupre, ayant
&t6 bril es par le pied tomberent ala
imer & fervirent de'refige A ceux quit
parent s'y attached. Tandis que le
Capitaine~avec trente-quatre horm-
ines de l'|quipage fe jettoient fur le
grand mat quinze autres du nom-
bre defqiels 6toient lestrois Matelots
& la~-ffagere qui font arrives A Al-
ger ,:s'attaherent au mat de beaupre
itrlequel il floterent pendant fix jours,
fans harder& fans aliens, & ne fub,
fiftant que de leur urine & d'un peu
d'eau de mer. Dix de ces malheureux
pirirent fuccejffiement. Le fixieme
jor- ,les cinq, qui avoient refit6 aux
horreuirsde cette situation, apperqu-
rent une Galpote Algerienne qui s'ap-
rocha d'eux& don't le Reisles regut


board, avec la plus grande humanity
Ce Reis, ayant appris d'eux qu'ilpou-
voit y avoir encore quelques per-
fonnes vivantes fur le grand mat on
fur les autres debris de la Fregate,s'em-
preffa de parcourir a la rame tous les
environs, & a la distance de plus de
deux miles il trouva ce mat ; mais
il n'y vit perfonne. Le, Reis temoigna
beaucoup de regret de n'avoir pu
fauver tout l'6quipage : malgre les
foins qu'il leur fit donner, 'un des cinq
mourut au bout de deux jours. Les
quatre derniers etant arrives a Al-
ger, le Reis les prefenta au Dey qui
les envoya fur le champ au ConfulTde
France a qui ils firent le rapport de
leur venture. Le Conful en dreffa
aufli-tot un proces-verbal qu'il depofa
A la Chancellerie du Confulat & don't
ii envoya une copie A la C.or, &
une1 autre aux Echevins & Deputes
dti Commerce -de Marfeille. On dit
que le Matelot & le Novice font hours
de danger, mais le Mouffe & la Paffa-
gere font dans un etat d'fe'fpet. Cette
derniere eft de Marfeille & alloit join-
dre fon mari qui eft &tabli au Cap.
Elle emmenoit avec elle ine fille', gde
de feize ans, qui vraifemblablement
eft du nombre de ceux qui ont peri.
AM RI QU E.
On 6crit de St. Vincent que 'Ifle
de Tobago fera bient6t o table par
les foins du Major Brown. Les terres
deja vendues fe montent a pres de
14 mille acres. Prefque tousles acque-
reurs font habitans des Ifles voifines;
ils vont defricher ces terres au plus
vite, afin de planter des cannes'
fucre: & come le fol eft extreme-
ment fertile, & que chaque acre na
ete vendu que 1o a 25 fchellings, les
poffeffeurs feront en peu une fortune


I 1 -1-1- --1- In 4. ,l1 1~l.~.- IC











il"
'-'"'i
''.













1'^





'I

,.~& .J
S-vU










"' i *^.
"'I













L"1!
!.^1

























i'- !1^.
;I ct
























2I i:
rl^
m:






















I M
,,,
mf i
im:





,-. *" **
^



; *;:***"
S^^i
i- I






;' -.?, *<
^''

<'.,'*'' ;i?-'~

1VI
i^~m~


onfmid rable. Cette fle ; ajoute-t-on,
eft tres-falubre.
On made de Quebec que le pro-
jet qui avoit 6te form de pen6trer
dans le Golphe du Mexique par le
Miffiffipi, a et trouve impraticable A
caufe du nombre prodigieux de bas
fonds de rochers & de chftes d'eau ,
qu'on a decouverts dans le course de
cette grande' riviere.
On apprend de Penfacola que&le
fux de fang fait des ravages tres-con-
fiderables parmi les Efpagnols de la
Nouvelle -Orleans, ce qui A inter-
rompu le petit commerce qui corn-
inenoit A fe faire entire les deux ta-
bliffemens.
SAINTT-DOMINGU E.
Du Port-au-Prince, le d8 mars.
II n'eft arrive dans ce Port aucun
Navire venant d'Europe, depuis plus
de quinze jours.
M. le Prince de Rohan dolt fe met-
tre en route ce foir pour fe rendre au
Cap, en paffant par S. Marc. M. le Pre-
fident de Bongars doit s'embarquer vers
la fin de la femaine fur une Fregate du
Roi, pour alJer au Mole-Saint-Nicolas:
cette Fregate paffera devant S. Marc,
pour y recevoir le Prince.
Du Cap le 23 mars.
L'annonce de la chitte du Journal
de Saint-Domingue, paroit avoir fait
fenfation fur I'efprit des vrais Patrio-
tes, qui en connoiffent 1'utilite; il s'eft
Emlne prefente depuis, plufieurs per-
fonnes qui ont temoign e tre dans la
difpofition)de foufcrire pour aider A
foutenir cet Ouvrage. Le Sieur Marie,
(prevenu d'avance du defintereffement
des Auteurs ) poir prouver le fien,
pffre d'en reprendre 'imprelfion, fi,


r


C


... J.._LLL..L ....... ,_ ....


de celour A la fin d'avril, 11 peit comr-,
pletter le nombre de 15 o Soufcripteurs
danstoute la Colonie. En conf6quence
il prie Mr les Abonnes a6tuels de lui
permettre de fufpendre jufqu'A ce teams,
le rembourfement des foufcriptions.
Reponfe a la quejlion de l'effetde la chaux
fr lefucre.
Le fucre fous la denomination de
Jal indicum n'etoit pas bien connu
avant la decouvertee de 'Amerique.
ThBophrafle,celebre Philofophe Grec,
en decrit de trois fortes; unequi tire
fon origine des fleurs, c'eft le miel;
une autre qui vient de I'air, c'eft la man-
ne des Arabes ; Pautre qui eft tiree des
rofeaux, c'eft le veritable fucre.
Du teams de Diofcoride & de Galien;
cdlebres M, decins, ('un fous le regne
de Nron 'autre fous 1'Empereur
Marc-Aurele ) qui 'ont nomme Sac-
char, il etoit fort rare & on n'avoit
point 1'art de le purifier, de le durcir,
:& e le blanchir comme a present:
'invention n'ea eft pas ancienne ,&
c'eft A force de l'etudier & d'en fire des,
experiences, que toutes ces operations
ont produit cequ'il eft aujourd'hui.
II eft charge de parties vifqueufes
ou graiffeufes contraires A la cryftalli-
fation ; c'eft le fel effentiel de ce
rofeau nomme arundo faccharifera out
cannamelle; i content auffi un peir
d'huile qui le rend inflamable: ce ro-
feau n'eft pas jle feul qui product du
fucre: aux Illinois, dans la Province
de la Louifianne, & en "Canada il y
a un arbre connu focus le nom d'era-
ble, don't le fuc tire par les incifions
que l'on fait au corps de 'arbre tous
les ans, dans 'ete & que 'on fait
bouillir A feu d'evaporation & fans au
tre preparation, produit du fucre aufli
doux auffi crytallin & auffi agrcable








qte e B Tfre di ta'canheo'u ro reau.
L La phyfique :exp6rimentale nous
fournit les moyens de n us 'eerecer,
o :par des operations deja eprbuvies
odupar des recherches capables d:pro-
duitequtelqui nouveau bien:nodus ne
fommem ,pasfans regles ni fans prindi-
pes; or le principe.quia toujours guide
les homes, eft de fire valoir le plus
qc'iFPft po~fible tout ce qui:eft ttefte
& affure par ltxperience; c'eft tiin
principle qui eft toutt A la fois la 'bafe
des Arts & des Sciences,, qu'on peuti
exprimer ainfi eh peu de 'mrts: 'Onm-
niia probate quod bonumn eft tenete.
Ce principle tie fera jamais mieux:
otabli que quand l'obfervation y
marchera la premiere, & que lexpe-
riince en la feiondant, 'en affurera
kes decifions & en perfe&ionnera liM-
preuve juftifiee par le fuccos.
" Pour donner au Phyficien, in. fea-,
voir au deffus de celui de 1'Artifan
qi n'a pour regle que la routine ii
faut qu'l mette ,dans fes recherches
tout ce qu'it eftpoffible de clarte &
d' videtice, &pour cela, avoir recourse
ala certitud d de 1'xperience, en fe
bornant prudemment a ne fe fervir
pour principles A chaque chofe, que
des effects obferves: je dis done en con-
fEquence des effets de la chaux vive
fur le vin de canne que la chaux
tet ian alkali qui content des
corpufcit es ,ignis t -fubtils., trop
tarefies & trop en movement, pour
qu'oin puiffe les difinguer autrement
que par IA connoiffance de leurs effects;
c'ef un abforbant, qui, par les forces
Vivies dnt it eft impregne, divife les
partiesgjaifTfetfes du jus de ia canne, &
les: prepre a 'a ion ilu feu qui les
enleve par le bouiltonnement con-
tinuel : 'idrs: cette opdrati'on invite
a main d- FArtifte a l s~ digagerpar


Sctn ti'e., ec CQmthe parties trangeret
contraires t la cryftallifation de la li-
queur. Voilv enper" de mots.ce que
j'ai pu recuaillir -de mon etude fiur
l'Hiftoire naturelle ; :e laiffe : des
'Spavans plus iconfommts-, le foin de
dondner des :lumieres :plus tendues,
fur cetdobjet. Signed P OILLEV:.
A utre Rep.onfe.
*Sans s'ccutper de la difcufflon de
toutes les qualities qu'oni attribute a la
chaux vive, ne fuffiroitil pas-d'obfer-
ver que les )plus .habiles Chymiftes
conviennent qu'elle attire fortemerit
les acides ,.& s'unit intimemefnt aux
corps huileux ? C'eft ce que 1'expe
rience confirmed.
Ceci pof&, ne pourroit-on pas en
conclude que' les parties alkalines ide
la chaux violemment mues par lebul-
lition du vin de canne & parole mou-
veient qu7'eles acquierent d'elles-mi-
mes dans le liquid, le parcourant en
tOus fens, attirent a elles les parties,
acides & s'uniffent aux.parties graffes,
q'fil coritient ?
Que celles don't la nature eft de for-
mier le fucre, n'etant plus divifees par
des corps heterogenes quis'oppofoient
a leur union, fe joignent plufieurs en-
femble, autant quele permet l'aion
du feu, & acquierent plus de maffe &
de gravity ? Que 'augmentation de leur
poids' [es fait tendre avec plus de force
vers le fond de, la chaudiere ,-& chaffer
A la fuperficie la chaux & les matieres
auxquelles elle s'eft unie, revenues
plus 16geres en raifon du poids ,des
autres qui eft augmented ?
Signed ; CHRISTOPHIE 'LI( ANGER;

SPECTACLE S,
:Suiant quelques Papiers d'AngIe-.
tetre, M Wildman de Plymoutht


_ TI..-- ---I-"~T~:~'90~)(*$rC'

















4






trlj
in,,'"'



;tl
'1




A 4


I*'%
"I
i;AL
gij

'A














~]E
'I
I.
f^:^i-






, .*/,|!
i^'riS



Ij
Sl
-M



I!


AVIS


DIVERS.


M. Jacques de la Roche Fouferies, Seigneurd'yfan.
don, Habitant de la Ville de Larran press d'Auch en
Gafcogne, donne avis qu'il eft fur fon depart pour
France.
Le Sieur Marcet & fon epoufe fe difpofant A par.
tir pour France, prient les perfonnes A qui ils peu-
vent devoir de fe prefenter pour recevoir leur paie-
ment. Ils front de retour au Cap au mois de juin
1768 : ils rempliront exaAement les commiffions don't
on voudra .bien les charger.
Le Sr. Moreauetant fur fon depart pour France,
prie ceux a qui ii peut devoir ,;ainfi que ceux qui lui
doivent., de fe prefenter.
Le Sr. Roland tenant .'Auberge oi pend pour en-
feigne l'Hotel de Provence, rue des Religieufes, etant
furE fon depart pour France donne avis qu'il vendra
ion fonds, confiftant en divers effects & uftenciles pro-
.pres A fon etat; un billard; trois Negres Cuifiniers,
.&trois Ndgreffes blanchiffeufes & bonnes domeftiques:
il en fera bonne composition.
.Les Creanciers de la fucceflion du feu Sieur Pierre
Bouyer, gerie par Me. Prieur, Curateur aux Va-
cances au Cap font pries de vouloir bien lui remettre
lanote de leurs crdancS, dans laquelle ils infireront
ia date des Sentences de condemnation, i l'effet de
mnettre ledit Me. Prieu. en -4tat de t rocder A la r-
attxititina dulprtdit.del'inmeuble d pendant de ladite


fa. donn6e un fpeiacle unique. II s'eft
pkrfente la Societe des Arts avec
trois elfains d'abeilles qu'il avoit ap-,
portees de fa champagne. Les mouches
etoient fi bien apprivoif6es, qu'elles
vinrent avec lui dans I'affemblee, par-
tie fur fon vifage & fur fes epaules,
parties dans fes poches; it avoit fait
mettre leurs ruches dans une falle voi-
fine. Pour fair voir" leur docilite, il
donne un premier coup de fifflet, & les
abeilles quittant auffi-tot le vifage, les
epaules & les poches de leur maitre,
voleat aux ruches., & s'y placent dans.
leurs loges. Un second coup de fifflet
les fait toutes fortir des ruches, &
teprendre leurs poftes fur la perfonne
de M. Wildman. La meme chofe fut re&
petee plufieurs fois, fans que celui qui
commandoit 1'exercice, ni aucun des
affiftans refut la moindre piquure.
On donnera Dimanche prochain
tu Cap, le Grondeur, Comedie en cinq
Ades. Cette Piece fera fuivie d'un
Ballet.


fucceffion, fuilyaotordre dgs hypoe ques ; I.. mieu4
n'aiment lefdits Cr6anctets lu confer leurs titre4
fous fon. recepiff afin d'accelrer le moment de 1i
rdpartition des deniers a eux revenans.
SNAVIRES EN CHARGEMENT.
Le Prince-de-Turenne, de Bordeaux Capitain0
Guiraut Imbert partira pour ledit lieu a la fin d'avrili
ou au plutard dans les. premiers jours de mai : ceux
qui voudront y paffer ou charger A fret, s'adrefferQnt,
audit Capitaine en fon Magafin au Cap, rues Pen-
thievre & St. Jean. Le Navire eft beau d'une march
fupirieure & tres-commode pour lesPaffagers.
Le Navire le Succas Capitaine Chamaulla, par4,
tira pour Marfeille dans tous le mois prochain. Ceur
qui voudront y charger a fret, s'adrefferont a.Mrs4
Chappuis & Galline dans leur" Magafin rue Pen.
thievre au Cap.
BIENS ET EFFECTS kAVENDRE.
S Ala requete du Sr. Dubourg, Negociant rue de fi
SFontaine, a a, Barre du Siege du Cap, le avri
prochain, une Habitation de 26 quarteaux un cinquie.
me, etablie en caffR, avec grande cafe cafe a caft &
une autre cafe fervant de poulailler; cuifine & loge-
ment pour l'Econome ; un colombier, quatre cafeS A
Negre ; 240 pieds de glacis., & un four A chaux ;
ladite Habitation, fitude A la Co'lline, Quartier dti
Dondon, pres du Bourg, appartenant au Sr. Jean-
Baptife Villars A payer moitie comptant & le
surplus dans fix & douze mois, moyennant caution.
Si quielqu'un veut acheter ladite Habitation de gre'
gre, ii pourra s'adreffer audit Sr. Dubourg, qui err
fera bonne composition.
Une Habitation fitude au Quartier de la Souffriere,
lieu dit la Ravine-a-George, contenant 40 quarreaux ,
born de Madame Deshestres la favanne eft bdnne
& qntoure :de hayes vives de citronniers: la chaaife on
le- abrouet peuvent y aller du c'te du Limbe. I faut
s iadreffer auSr. Jacquemtin, Maitre Tailleur au Cap
ou au Sr. Defirees a Plaifance, qui en front bonnt
composition.
Une Maifon fife au Bourg du Dondon, confifiant
en deux chambres, galleries & deux cabinets & une
cuisine; plus deux Negres Charpentiers qu'bn l'oue
66livres par mois, une N6grefle Domeftique B!an-
chiffeufe & Repaffeufe une Nggritte de 14 ans & uq
NXgrillon de 12, fes enfans. La Dame veuve Lafus.l
demeurant au Bourg du Dondon, fe difpofant A partic
pour France fera bonne compofitiono du tout au
comptant.
Une Habitation fitu&e au Pilate, Paroiffe de Plaj
.ance dpendant, de la fucceffion Lacroix, contenant
91 quarreaux en plaine ,un cnal par le moyen duquel
on peut arrofer toute la place une grande cafe en
charpente & neuve, un magafin, 16 cafes a Negres
Sindigoteries battantes, un moulin a eau, fecherie
clocher en magonnerie le tout en bon etat; A9 Ne-
,gres tant grands que petits ; 7 b&tes cavaliies t o
toutes les comnm6dites "qu'oi put dCfiter: il y a fur
cette place a&ftellement -oo cuves d'herbes plantdes.
On s'adreffera au Sr. Laffage fur ladite habitation,
ou A M. Jonqua Negociant au Cap, rue Dauphinq.
Entr'autres affortimens de Paris en tout genre, le
.Sr. Valley vient de recevoir de tres-beaux joncS
d'un feut jet, tant unis que garnish de pommes d'or, de
boiuveau gout; de tres-belles epees; riches eentails;
as de foie pour hqmmes, femmes & enfans; tre6s
belles tite0l4eso, brodeties, g1teatg An, fs cc, Aiufi


1! t~f'









de noivelles tapifferles de paper, & ampes A cloehes
de verre, d' diverfe's grandeurs, avec leurs poulies.
On troivera toujours chez lui le vrai baumre de vie
de Lelievre a 6 livres la bouteille ; '6lixir de Garrus j
& diverfes liqtieurs de Paris. 1l detreure au coin des
fues Conflans & St. Domingue fur h Plaie Notre-
Darne ,.au Cap.
Le Sieur Viavant, demeurant rue Vaudreuil, au
Cap, vend toutes fortes 'de Chocolats fcavoir,
a la vanille 6 1.; A la cannelle 41. Io f. de faite,

.Le Bateau le Dauphin du Port de 70 tonneaud
eu envirin :, agres & apparaux, atuellement en rade
Aui Cap. On s*adreffera A M. Montagne au bord de
la imer.
SPlufileurs Negros boulangers, ges de 2o a 3 ans.,
& plufieurs Negreffs ges gs de 20 a 25 ans, bonnes
couturieres,, blanchiffeufes & fervantes,. ayant plu-
fieu;s enfans. On s'adreffera chez M. Servin, rues
Penthievre & Taranne, au Cap.
Sanedi prochain 28 de ce inois, a la Barre du Siege
Royal du Cap, o Negres pecheurs patrons & ca-
noteurs & fai.feurs de filets. de peche ,- dependans d'e
la fucceflio.n du Sr. Moreau, a la charge de payer
comptant.entreles mains du Sr. Joirdan, Executeur
tef amentaire dudit Sr. Moreau.
Lerimeme jor auffi a la Barre du Siege du Cap,
un :Ngte Cuifinier une Nigreffe branchiffeufe & re-
paffeufe ,.&, uie autre bonne Negreife de place, 1Te
tout appartenant a M. Lamarre qui eft fur on depart;
pour Frahce.
"Le ';inme. jour, auf a ladite Barre, 7 tetes de
Negres d.e jardin ,. dependant de la fuccefiTon de M.
Thomas Af dlin Lefeigneur ip'ayables en.argent comp-
tant.
S EFF ETS 'PERD,. US.
Le 2. f'vrier, it ef. fort. de la favanne de..M,.
'PFr'homine au Quartier-Dauphin ,.ur. Cheval entiir ,
anoyenne taille, poil rouge foncd ayant une lune
Iblancheau milletu duifront, 7tampd du cotd dui mon-
toir. AGUATE. Ceux qui le reconnoitront, font
ries d'en fire avertir Mrs. Confeit & Moreau a la
.Petite-Arice ou Mrs. Laydet freres, fermiers de la-
dite favanne.: 11 y aura.rcompenfe.
De, xChevaux de chaifes, poil brun-rouge,. don't
un.a une etoile au front &' une raie noire., ir la
troupe ,, etamipd 'fur a curl e du c8te 'du' montoir
CTS,. frtis to 16 de ce mois, de la favanne du'Sr..
Tricou ~t t. C chue, Ceux'qui en auront conntbiffince',
font.pries-d'en donner avis M.- Conflans',AGreffiei
cn ch'efaui EBrt-Daphii.
Un jeune Mulet pautre ,poil brun,. dtampd fur
a. cuiffe du c-td iu montair B, eft forti de-la favan-
ine de M. Faneidii au' haut du Trou il y a 1o A 2
jours. Ceux qui en auront connoiffance, font. pride
L en ,omner: avis. M. Rigaud, N'gociant au CapC
Sy, aura fiec&ipnfe.
E:S CLA.VEIS EN. MXOA-R& ONAGE ..-
Une; Ntgreffe de nation Cotocoli, nommde Cite,
ktampee LAVIL. Ceux qui en.auront connoiffance,
.font pries -d'err donner avisa M.Fieffddu-Bouehket
,euhne, fonid de-' la procuration des Hdritiers de la
Ville :rfidant ftr 1eurs Biens A'PArtiibnite, ,~p i M.
'.ulary Negociant St. Marc.
SUh Negre Creole nomm' Jbofph:, tamp4d. P.
COMPTE", taille de 5 pieds 3 poiees trapu, ex-
r~nementnoir & barbL ,,vifage allowing, -i4 de -6


ans9;* 9 a emmeni un cheval gris. Ceux'quile recon
noltront, font pris deele fair arreter & d'en dpn,,
ner avis' AM. Come & Compagnie Negocians aq j
Portrau-Pripce.
Une, Ngreffe Congo, nommie Rofette, d tample
TOUTANT, eft maronne depuis un mois. Ceux qui
la reconnoitront, font prids de la fire arreter, &
d'en donner avis A Mde. veive, Toutant, au Cap.
Un Negre Congo, nomme Caticht, etampe fur le
fein gauche BLANCHARD ,de: la taille de- y pieds,
ayant un coup de rafoir A la gorge, eft maron deputs
qunze yours. Ceux qui le reconnobtront, font pris.
de le fire arr&ter,,&d'en. donner avis, A M.';Blan.-
chard, rue de la Fontaine au Cap; .11 y ,aura. rei
compenfe. "

On trcuve che fTImprimeur: .
Le grand Difionnaire de Moreri, in-folio,. o vol.
nouvelle '.iii...... ...
nouvelle edition.
Difionriaire de 1'Acade'dtie Franaife, in-folio,. 2 vol -
nouvelle edition..
I dem, in-quarto, z"vpT.
Di&ionnaire & Vie de Bayle, in-folio 9 vol.
Abrege de IHi. oire de France ,, par le Prefident Hef,
nault, in-quarto, t vol. magnifique edition.
Idem, in-ofavo, 2. vol.
Archite&ure Hydraulicque, .in-quarto,, 4 ,vol..
r moderhe ir-quarto, a I
navale n-quarta0,. vol..: .
Cours d'Architre&ure, par. d'Aviler ,in-quarto i vot.
Diltidnnaire d'Architelure civil & hydrau!ique, pa
le mene, in-quarto, t vol.
Nouveau parfait Mar"Chal, par M. de Garfdault, in-,
quarto i vol. '
(uvres'.compIettes de Vpltaire;, in-oEla~b, 4 .'ol.
La Gnomonique, ouiJ'Art de fire des Cadrgan par
M. Rivard, iho 'iPoo, rvofl., '
Idem, par Dom Franf ois Bedos de.Celles ....
Progress des Sciences & des Arts, in-offavo, i vol.
Maifon riffique d'e Cayenne, in-olavo t'vol.
Dioionnaire hiforique litteraiie & critiquee', c6n-
tenant la vie des Hommes illuftr'es, in-oaavo, 6 vol.
-Diaionnaire Gdndalogique, ini-oclavo, 7 vol.
Militaire, in-oc'avo 3 vol.
Sides Philofophes, in-oaavd, i vol.
Hiftorique, in-octavo 4. vol.
Idem,. 2 vol.
Geographique,.in-ofavo, vol.
d'Anatomic, in-octavo,. 2 v.ol.
Encyclopidie portative-,. in-oEiavo, i vol.
Petite Encycloped de, in-iz, vol..
L'Ami des filess. 1 vol..
des femmes, vol.
des. eunes-gens, z. vot
Appel des Etrangers dans. nos Colonies, vol.
Artde fentir-& de juger en matiere dergofr,, 2vol. :
L'Art de communiquer fes idtes. enrich,, de" note.,
hiftoriiques & philofophiques,par:M..de la Chapelle-.
Education des. enfans ,. traduit de I'A~nglois'de Jea*te
Locke, 2 vol.
Hiftbire d'Angleterre, par M. Liume, O ot|
-Eilvres diverfes de M. Thorias, 2 vol..
SLces Plagiats de .J...Rouffeau de:Geneve i.:',,roj
Satyres; deM..Rabener,.+,vol..
,Tablettes morales & hiftoriques,.rvol
-Traii, dela:Dillillation, al -.
:Trait. des 'Odeurs, futite.du.T de i lad Ditillaei


_-~I .~ -.. "OlllldP. .r*crsrc~-c*nl,---lnr~-5.~-r*--rC13(1**C






ANnE I767. [NO. 13 ] 97


AF C3ES

Du.
A i"I T'I a^ *a-tt y:C &7
rjL^M a


AME-RICAINESO


I Avril.


Mercredi


A 'riga deaies Marchandil
A '"4 't
ux C fe 9 mars dernier, la
Judith; du Havre, Capit. Sorray : le
3, le Samuel, de la Martinique, Cap.
Saffram.
SAu PORT-'AU-PRINCE, ii n'eft ar-
riv6 aucun Navire, fi ce n'efl le Duc-
ide-Bouillon, de Bordeaux, Capit. Ca-
duffeau, quii ef rentre le zo pour rd-
arer une voie d'eau.
Av CAP le 2zy, e Saint-Pierre,
'Honfleur, Capit. Carouge de Nan-
elle, venait de la Guadelotpe : le 29,
iAmeicain de Saint Malo, Capit.
icolas de la Villecollette, venant du
ort-au-Prince.
NA VIRES Marchandse en expedition
Au CAP, I'Efpirance, Capit. Bru-
et, pour Marfeille; le Duc-d'Orldeans.
apit. Dople, pour Rouen.
D EPA RT de Navires Marchands.
DES CAYES, le i mars, da Frifitte,
Capit. Lafargue, pour Bayonne, &
'Hirondelle Capit. Dondon, pour
arfeille.
DE LEB GA it le I16, lelean-Bap-
fe, Capit. le Chevalier Houet, pour
Nantes.
Du CA.,!a y., Ja Marie-Roie, de
ce Port, Capit. Julbin, pour Dunker-
ue: le 18, le Marquis-de-la-Pailleterie,
apit. Hamel, pour le Havre:: le 19,
. Aarlie-dChaqienoye, Gapit. La:


guehay, pour Bordeaux, & le Bateau
le Diligent Capit. Dubrocq pour
Bayonne : le 30 le Mentor, Capit.
Durand, pour Marfeille :le 3 T, la Cte.
d'Or, Capit. le Chevalier de Nogues,
pour Honfleur, & la Fliute la Nourrice
Capit. M. Budan, pour France.
PRIx des Marchand/fes de la Colonies
1 nri'y a eu aucun changement aux
Cayes 'au Port-au-Prince & AS. Marc.
AirCAP, Sucre blanc, 48 h 6o liv.
common, 3 a 40 1.. brut,x 8 a 14, 1
Indigo bleu, 7 a 8 1. cuivr6r 6 tiv.
6 1. i 5f. CaffG nouveau, ,6 a 17A f
3 d. vieux, 13 6 i6f. Coton, z2o o
22.0 1. Cuirs, 6 A 9 1. Piaffres gourdes,
37pOut 100'
PRIX des Marchandifes de France.
Au CAP, Vin vieu, 60o A80o livW
nouveau, I30 a r 5o L Farine de Moif-
fac 7 aB 80o. Icommune,, 60 a 66.L
Boeuf fale, 66 A 71.I le bari! Beiurre,,
8 f. 1alivre 'Petit-faIle, 30 a 3 1. Iranr
cre. Huile, 2z1 4t." l.a cave. Savon,
80 a 841. lecent..
COU.R S Du FR ET.,
Au CAP, Sucre blanc, vr u d. brut,
r4 d. Indigo, zo A 14 d Caff., ': 4
i6 d.. Coton,i 4 A 30-ds.


Mo~R2% S~


Le R. P. Nicolas Vantherinr, de l'Otr
dre des Frerds PrEcheurs Cure de


_ ,,, ---- Ir


---- I .-


P-V -- I-- p i


- I


I








C6teaux, y eit mort le 8 f ier der-
nier.
M. Pierre Bertin, natifde Bordeaux,
eft mort fur fon Habitation au Fbnd-'
de-1'Ifle-4-Vache le i2 mars dernier.
M. Binet de Courtemont, natif de
Paris, ancien Officier d'Infanterie, eft
o0rt tfur fon Habitation des Petits-
Bois, ati Cul-de-fac, le 2o.
SLe Sieur Pierre-Dominique Amidieu,
natif du Cap, y et mort le 5, g
de vingt ans.,
.,Me 4lexis-Louis Delan, Maitre is
Arts en l'Univerfite de Paris, Avocat
pu Parlement de la rn^me Ville, ancient
Commiffaire des Guerres & de la Gen-
darmerie de, France, Doyen des No-
taires du Roi au Cap, ancient Marguil-
lier & DIpofitaire des tires 48 archi-
ves de la Paroiffe de la meme Ville,
oftimort ftr fon Habitation fociale au
Quartier de lAcul le 2, rge de 51
ans: 11 etoit natif de Paris, & avot
,i8 ans de Colonie.
NE.GRAS M R,4 ON S,."
Au PORT-AU-PRINCE, deux Ne-
gres de nation Congo, l'un nomme
Jofeph, etamp fur le fein droit MB
gntrelacs & l'autre Janvier, etampe
fur-le fein droit BESSON, & fur le
gauche OY un Negre Cramaty,
nomme' Prince. rtatanp fur le fein droit
S0, fe difant appartenir a M. Caotrd,
tbhitant L96gane.
A S. MARC deix Negres nouveyUx,
'de nation Congo, etampes fur le fein
droit GVIMARIN, Ages de .5 2.6
,ats,taile. de 5 pieds I pouce; un Ne-
zre creole, nomme Fragots, age de
24 a 15 ans, tille de g pieds4 poJuces,
fe difant appartenir A Mde Prof/, Ha-
bitante an Morne-rouge, pres le Cap;
,tn Negre nouveaV, etarp e figr lefein
Irfok SEGINEAV ST. ,M deea:-


ron 23 ans, taille de pleds'un Negrd i!
creole nomm6 Jean Franois iagi
d'environ x6 ans, fe difant appartenir
au Sieur Dame, Habitant au Canot. |
II y a aux Epavesde S. Marc tine .
jument, poil rougg, tampee du c6td
du montoir C M, agee de 8 a 9 ans.
Au FORT-DAUPHIN ,,un Negre
Congo, nomme Lauret,, etampe fur
le fein droit L.B. O, R., fe difant ap-p ,
partenir au nomme Mic/el, m. I. de.. di
rneurant au Cap; une Negreffe Congo,:
nommee Marie-Louife, etampee ifur
le fein droit FLA, & fur le gauche i:
AMETTE, fe difant appartenir a'::i
nomme Charlea, m. 1. demeurant aufli:1;
au Cap; un Negre nomme Scipion,.<
etampe fur le fein droit NR, fe difantl':
appartenir au Sieur Lapice des Fredoll
ches; un Negre Congo, etampe fur les ii
deux feins PM-, ayant une chaine au
col. : A
Au CAP, deux Negres Mondongues,
nouveaux, etampCs fur le fein droit'i
CHAM, & au deffous PT. PX; un
Negre Caplaou, nom e Jen marque" i
de petite verol, etampe E, taille dei
5 pieds i pouces ; un Negre Mondon-.
gue, nomme Balf tde', ayant des mar^
ques de fon pays fur le venture & flu
les deux feins; un Negre Madingue
nomme Apollon, etampe fur le feint
gauche CHIRON. A. & au deffoulb
BERLLIER, fe difant appartenir a M.
:Chiroq l'1an, HabitantSA la Soufriere;I
deux Negres nouveauN, de nation.
Congo, etampes ifur le fein.droit C.
entrelaces, l'u io ime' Cupidon, &I
l'autre ,An, apprtenan.~A -M. uclosi
Habitant au Trou; une Negrere creole,
nonmmde eh',rifiiie,, tampe ftir le feiny
droit POQIZAT, e flaint appartefik.
au nomm. Maunhrice,. i. 1.. demeuran I
an Tr w; tIe NJgrefle Nago, noiii
I 'e. "a;ntz fe difant appartenir.
Af


- ---~- .. -- ~P. rC-CILIC---------------)I~LII'CIC-rrCI. C1-
`~,s'i:







Md Coldoavdlle, Habifante Ia" la PinIe-
dti-Nord ; on Negre cftole, notmnni
Hlteor, fe difant appiattenir a M. Le-
roux, Habitant al Morne-du-Cap.

NOV yFLLE $.
AN OL;TERR E.
On a appris par des lettres de la,
Haye que les Etats-Generaux de-
voient fire publier, a 1exemple de
1'mperatrice Reine & des autres
Puiffances d Alle magne un Arret ,
afin d'empecher lesforties continuelles
de leurs Sujets pour les Pays 6tran'-
gers, particulierement pour le Nord
de l'Amerique ,oti ton fgait qu'il y
paffe tous les ans plufieurs centaines
de families.
On eit certain qu'il fe. n tgocie
a&uellement un Traite de Comm irce
avec le Grand-Seigneur: uri des ptiri
cilpaux articles eft importation des
belles lainesde Turquie ce qui pro-
curera un advantage confiderable A nos'
|Manufaitares de line.
Par la convention- des dermiers
Traits que nous avons faits avec la
(Cour de Lisbonne le commerce
,d'Angleterre aux Ifles ANores on ifles
Portugaifes Occidentales fera fort
augment .
La grande raret6 d'argent monnoy6
qui fe fait fentir aujourd'hui en, ce
Royaume eft un obstacle rdel au
commerce ,& prejudice confiderable-
ment aux marchands. Les Banquiers
cn ont fi grand befoin qu'lls donnent
tlne livre sterling par cent pour s'enf
procurer. On efpere que.le Gouver-
,nement prendra enfin cette iratiere en-
confideration, & fera mononyer inedf-
famment des fehellins & autres pieces.
Plufleurs perfonnes expert! daits
'art de fire & de fuffler le vtre


fe difplofent A fe rendre "la- Nouvelle-
Yorck, ot i on tablit une verrerie
dont on attend de grands avahtages:
ces perfonnes font encourages par
de grandes promeffes. On affure que,
par ltabliffement des manufa,&ures
dans cette Province de PAmrique
les habitans, peuvent deja 6pargner
annuellement 2oo00 mille ivres fterlings.
On a ffu de la Jamnaique qu'il s'y
eft tr6uv6 lIte dernier plus de qua-
torze Vaiffeaux Efpagnols -qui etoient
venus de diff6rentes parties du Con-
tinent pour charger des marchandifes-
angloffes dans les diff&rens Ports de
cette file, & que les habitans recou-w
vrent ce pr6cieux commerce A mefure
qu'on reprime les extorftions des Offi*
ciers des Vaiffeaux du Roi
SAINT-D O M I NGU E
Du Cap, le avril.
M. le Prince de Rohan arrival dans
cette Ville lundi dernier. Les Troupes
etoient fous les armes, & bordoient
1* haie fur fe palfage de Son Alteffe.
Lettre, a "'Imprinmeur.
Monfieur, dans utine matiere auflir
important que celle qui eft F'objet de.
la qtteftio propofbe, uel efl refft do
d1 cidaeufit le vefoait ou e in de canme.A
je petfe que Ie Publie id te.feta affe-
indulgent pour ne pas bf~iter fe-je,
hazarde irmes rdflexioknIs for ce fuj:e& Si
je done dans ,Perreuir, je m'en confeo
leri aife'ment, ayant el de c. tmtt
ave s. d pfes perfones plis capable- v&
plus iniftrfites qute noi Autreff je
foumtets ese reflei6en a 1an i tef de
ce mame Prite eitdaid, pie e je
cherche A m'i~ttuuie.
Tout le mornde eft caccovdc quite 1
chaiit eft: u tom f doe p Fartus rrefi
trees & d'alkalis jixes, & qtuilk soa


.-'''*"'