<%BANNER%>

Les Affiches americaines

http://www.llmcdigital.org/default.aspx?redir=31774 ( LLMC )
Digital Library of the Caribbean LLMC - Law Library Microform Consortium
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000449/00002

Material Information

Title: Les Affiches americaines
Physical Description: Serial
Publisher: s.n.
Place of Publication: Haiti s.n., 1766-1791
Publication Date: 1766
Edition: Microfilm (26 reels). Negative.

Subjects

Genre: serial   ( sobekcm )

Record Information

Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001894300
notis - AJW9563
oclc - 79431976
System ID: AA00000449:00002

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/AA00000449/00002

Material Information

Title: Les Affiches americaines
Physical Description: Serial
Publisher: s.n.
Place of Publication: Haiti s.n., 1766-1791
Publication Date: 1766
Edition: Microfilm (26 reels). Negative.

Subjects

Genre: serial   ( sobekcm )

Record Information

Source Institution: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 001894300
notis - AJW9563
oclc - 79431976
System ID: AA00000449:00002

Full Text















This volume was donated to LLMC
to enrich its on-line offerings and
for purposes of long-term preservation by

University of Florida Library





~e I76.


tN9p. i.1


.~ -.. .Prn ~YY--* -


A FICHE S AMERICAINES.


l1Mercredi


f Rjfkde 5fwires Marchands.
i 1 t "
J Iei. I Z Grand Carlos, de
INantes, Capi. Pacaud.
Au CAiP, le 26 decembre dernier,
leSaint-Andre, de Ia Rochelle, Capit.
Coindet, parti le r novenibre; le 27,
l Jupiter, du Havre, Capit. Baffac,
part de France le zo juin dernier,
venant de la Cote-d'Angole avec 532.
Noirs a 1'adreffe de Mrs. Belley freres;
Ie m6me jour, la Sophie, de Nantes,
Capit. Toftain, pari le 27 otobre:
le 19, le S.Plerre & S. Paul, de Mar-
feille, Capit. Peix, parti de Bordeaux
le 29.a8 obre; I'lnion, de Bordeaux,
Cap. d'Elbreil, part ek x novembre;
le Marquis-de-la-Pailleterie, du Havre,
Capit. H n el, part le 27 o&obre :
le 30, le Conflant, de Bordeaux, Cap.
Lafeuillade, papti le 15 novembre,
venant de la Martinique ; le mime
jour, I'Harmonie, du Havre, Capit.
Eyr er, part le .27 oaobre.
NAY.V I# Mgrchands enexpidition.


I Jamnvir.


Capit. Senes, pour le has de la C^te.
PRIx des Marckandifes de la Colonie.
Av PORT-AU-PRINCE Sucre blanc.,
60 a 6 5 L commun, 40 A 55 1. brut,
26 & 28 1. Indigo bleu, 7 1. 5f.a 7 L
So f. cuivre, 5 1. I0o f. A 5 1. 15 f. It
n'y a' point de caffi ). Coton, 80 1.
A S. MARC, Sucre blanc, 5o A 60 1.
common, 40 a 5o 1. brut, 25 A 30 1.
(tres-rare). Indigo cuivre, 5 1. A 5,
1o f. (il ny en a point de bleu). Caff6
nouveau, 13 a 14 f. ( if n'y ena point
de viex ; it n'y a point non plus de
cothi).
SAu CAP, Sucre blanc, 56 a 66 I.
commun, 40 a 54 1. brut, I8 a 28 L
Indigo bleu, 7 1A 71. 15 f. cuivre, 5
a 6 Caffe nouveau, 14 a i f. vieux,
I2z a 14 f. Coton, 196 A 1951. Cuirs,
7 9 1. Piaftres gourdes, 36 pour 10oo
PRIX des Marchandifes de France.
Auv PoRT-AVT-PRINCE Vin, 130
a 15I: I. Farine de Moiffac, 60 a 66 1
commune, o4 a 4O 1. Savon, ,I a 60 L


Av CAP, la'Bonne-Noivelle, Capit. A S. MARC, Vin vieux, 170 liv.
Brichaudi,pour Bordeaux; le Duc-de- nouveau, 5.o 1. Fariie de Moiffac,
Choifeul, Capit. Mii ielle, pour le 66 1. Normande, 4.o 421. Savon, 8o
mnme Port. Av CAP, Vin, 2.0 a 150o Farine
DpAT de aves ,Mac ands, de Moiffac, 60 a 66 1. commune, 42
SDE P3x7 -A"' de Yaieres Maeckands.
DEPR e 1. a 45 1. Bcvluf, 6o a 72 1. leharil. Beurre,
DuCAP,le z7 decembre,.le Doyard,5 A o.f. [la livre. Pet-ale, 5 14 a3o L
de Nantes, Capit. Ghevrier, poour le 'ancre. Huile, 2 4 i 27 liv. la cave.
Port-awPrince, & la Golette I'Ealie Savoni: o liv,


- I -- -- -- ---


-'


di




dl.











~I,1
11 r
di



i I






x o/7 s r trv Fxr. E -
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre, 1o
"1a d. Indigo, 24 d. Caff, z 1 y d.
Coton, 30 od.
.AS. MARC, Sucre blanc, zo den.
brut, z .d. Indigo, 30 d. Caffe, rz
14 d. Cotton, 30 & 36 d.
Av CAP, Sucre blanc, i od. brut,
1.z d. Indigo, 18 d. Caffi, Iz a 14 d.
Coton, 2-4 30 d.
r Mo RT -.
Dame Jearzne L!'ocurel., .epoife :de
M. Membredle, ancient Commandant du
Quarter de la Grande- Ance, y eft
.morte au mois de decembre dernier,
ageee de 107 ans: eile 6toit nee. Saint-
Chrialophe.
M. Jean Faure d& la Chapelle, Avo-
cat en Parlement, Curateur aux fuc-
ceflions vacantes au Port-au-Prince,
y ef1 motldt *le:z dudit mois e diceim-
bre, age.de 62 ans.: il 6toit ne enla ille
,de Briangon.
M. Pierre Boulineau, Capitaine du
Navire e .Pere-de-Farmille, de la, Ro-
thelle, natifd'Avalon ,:Paroiffe d'Ar-
vert, en Xaintonge, eft. mort au Port-
..u-Prince, le .24 dudit .mois, ag de
48 an.-a
NE G ES M.d,-*OAs.
A S. Louis un Negre CIongo,
-nomme Baptife, etampe illifiblement
ifr le fein droit, age d'environ 30
'3 ans, de la taille de 5 pieds 4 5
pouces.
Au Fort-DAUPHI un Negre
tomme .Gabriel, fe difant appartenir
: Mde. Lohier, affociee de Mde. Four-
xaier, Habitante au Quartier-Dauphin.
Au CAP, in jeune Negre Creole,
utomme Jean-Pierie, etampe fur le fein


droit .N.i Te Tedrant apparten r Td
nomm6e Magdeleine, n. 1. demeurant
en cette Ville; une Negreffe de nation
Miferable.., nommee Marie- Loufi,
.tampe. furry le fein droit i C, prife
avec un enfant de fix mois, fe difant
apparteair h M. Berger, demeurant en
cette VilUe; un Negre nouveau, etampe
furtle,fein gauche YE, ayant des mar-
ques de fon. Pays fir I'efiomac, 1ge
d'environ z2 ans.

-NO.U VE LLES .SD'E UR OP E.
I T A L -E.
On made de Rome quce 1er9 aofit
le Souverain Pontife entrant dans for
Palais ,' fe fentit .f'foihle `-q'on fuit
oblige dele tranfporter fur .on lit. Sa
Saintete perditle sentiment avec I'ufage
de la parole ; il ne iii refta pour tout
figne .'.e ,vie qu'une refpiration tres-
violente. :Elle fiut trois quart -dU'heure
danscet: etat fans etre foui ee par
deux faignees du bras. Les Cardinaux
& Prelats de la Cour, le Grand Peni-
tencier .& es Penitenciers de Sainte
Marie Majeure accoururent; & fur
les fignes de vie que donnoit le Saint
Pere ils luiadminiftrerent 1'Extrme-
On&ion, & firent aupris de lui les
prieres de la reconmmandation de lame.
'La refpiration ceffa; on ne lui trou-
voit plus de pouls ; fon vifage pale &
livide, fes mains froides, firent croire
qu'il 6toit mit; & fuivant l'ufage, on
Plavoit -dja covert td'un voile blanc,
quand, par le plus grand hazard &
fans la moindre efperance, on lui fit
une troifinme faign~ e qui eut un fucces
furprenant. Le Pape donna d'abord
quelques fignes de vie, il recoivra l'uti-
ge de Ia parole; & feses fres revnreit


~;*






cceffivement &ii promptement, que P.ont abandonnie an moment .qut'
e lendemain aumatin il fe trouva auffi devoient fire la recolte des grains:
ien que sil ne lui fft rien arrive le 150 de ces ftigitifs ont deicendu le
our precedent: it eft parfaitement r4- fleuve dans une chaloupe, malgrd le
Ii, quoiqu'on.ne ceffe de dire la Coil-feu continuel-qu'ont fait fur eux les
de proPontifice infirmo. Africains pendant 1'efpace de 8 1ieues.
On appreid de Corfe que le Comte R N C E.
de Marbeuf a demand A Pafcal Paoli, RANC
squ'il ftt permits -: cp elques Charpen-.. Le z aout &.autres jours fuiivans,
tiers Erancais de couper des bois de on-expofa au Sallon du Louvre divers
dconftruion'dans 'ifle. En conf~e. ence ouvrages de peinture ,.fcalptUre & gra-
Paoli a fait tenir un Confeil national. vure de I'AcadUmie Royale ,.qui atti-
dont le r6fultat a ete.d'accorder cette rerent l'dmiration de tous les con-
demande, A condition que ce bois fe- noiffsurs :- ce fpesacle fe renouvelle
roit employ pour la Marine de Fran- tous. les. deux ans A Paris ; c'eft une
ce, &non pour celle de la Rpublique imitation de iantiquite fcavante. Les.
de Genes; ce qui prove qu'il fubfifte artiftes de la Grece expofoient publi-
Stoijouirs une bonnre intelligence entire quement leurs ouvrages, fe meloient
le Commandant des Troupes.FranFites parmi. les fpeftateurs, entendoient rai-
.& Pafcal Paoli. fonner 'honine intelligent le faux
.. A;connoiffeur ,botu i gnorant benevole
A|N El tE-T RRE ..
SL Tt fans opinion come fans htmieres, &
ILes Comminfaires de ,Artillerie ,ont profltoient des avis utiles quilts avoient
-f'ait march pour embarqiwer for un rcieililis dans la foule. Ils' penenient
navire difftrentes'efpeces de munitions come Leonard de. Vinci, qu'on pou-
de guerre pour lesgarnifons de Gibral- voit' fans- tre peintre ou fculpteur,
tar &,.de Minorque.: une compagnie avoir1'id6e de la nature &. des bel~s
d'Artillerie & queklques cprmpagnies formnes difcerner rans beaucoup d'-
-franches d'Infanterie devoien t pafer tudesy..uae taille elegante otu pei core
iur le mLme navire ,,pour aller renifor re&e, une figure efroQpieey abjeAe S&
-er ces garnifons A mefquine, on bien:proportionne, po-
Sxivant le rapport da Capitaine du ble & d'Un beau cara&ere ; qu'enfin
iBigantin I'Endeavour, qui divoit etre .des yeux vulgaires qui rematrqcent a -
employe au commerce des negre fur .fment ies d.fauts damst nature, poi-
16e fleuve de Sen6ga'; CediHamet, un votient ulffi les appercevoir' dis les
;des Princes du Pays, atdeclare aIguerr'e .imitations de I'art. Les 'Orateurs d'A-
(aux Anglois & h ceux qui font pour trhenes fe faifoient 'de vrais anis qui,
eux'la traite des negres, Les Africains dans: les-.occafions folennelles,. fe me-
ayant eneve deux petits Batimens.qtti loient 4ans a, foule, recueiloient les
appartenoient ds sNegocians-de Jfoi- ftf filrages .,: 4 ur reportoient enhiite,
dres i ont: mis A mort 28 Holso des fans partiait' ,. les defauts de mime
equipages. Les Habitans de -la petite que les.beatites de leurs difcours, de
ille. de Vydore, aau nombra de. 5oo klleur pronunciation & de leurs geese-.




S .P ". ^ T -t ,o .


I' l-'--





4
Cette louable methode etoit fiivie
dans tous les autres genres. Si le grand
jour procure un nouvel iclat aux talens,
it eft atufi l'dcueil des etudes mal dig&
rees & des produ&ions de 1'efprit
fans 6tudes parce que le jugement
dcaire par le f.avoir hfffit pour -tre
cenfeur, & que pour etre auteur il faut
que l'efprit, cette facility de faifir-les
objets & de les analifer, ce genie erea-
teur que 1'on congoit mieux qu'oti ne
le definit, fe.trouve reuni a I'autre fa-
cultd dans le meme fujet. ,
On executa le 5 feptembre a Paris,
un malheureux condamne a etre pendu,
pour avoir viol uine petite fille de trois
ans & demi; & le 9 on pendit en effi-
gie une fille domeffiqute atteinte & con-
vaincue d'avoir fdduit un jeune gargon,
fig de dix ans, enfant de la maitreffe
qu'elle fervoit d'avoir abufd de la
jeuneffe de cet enfant & de Fravoirl
infefte du inal tvehrien. '.e.
Les Lettres & les Arts viennent de
perdre, en la perfonne de M. le Comte
de Caylus honoraire de 1'Acad6mie
des Infcriptions & de celle de Peinture,
un homme qui les cultivoit fans fate,
qui les eclairoit de fes lumieres, qui
les encourageoit encore par fes propres
travaux & par fes bienfaits. I1 elf mort
a Paris le 5 feptembre, age de 74ans.
On a imagine un nouveau moyen
de guerir le mal de dents en appli-
quant 'aimant fur la parties douloureufe.
On en a fait des experiences. La gue-
rifon s'eft operee fur plufieurs en trois
minutes, & fur d'autres apres 1'appli-
cation reit&ree de cette pierre.
II paroit trois Arr8ts du Confeil
4'Etat du Roi; le premier, du z15 aoftt,
concern la liquidation & le payment
des dettes a la charge de 1'extraordi-


naire des Guerres, iei'Artillerie & di
G6nie. Le second, du 17, concern le
payment des dettes des Colonies pour
fournitures, affretemens & autres d&-
penfes en general qui ont etC faites en
France depuis le i janvier 176o0,juf-
qu'I pareil jour de 76 5' Le troitieme,
du i feptembre, concern le payment
des decomptes des dettes de la Marine
des exercices de 1758 & 1759.
Mrs. Paffemant, Ingenieur du Roi,
& Bellart, Avocat au Confeil, ont eu
'honneutr de prefenter au Roi, le z
o&obre, un Plan en relief & un Me-
moire contenant des moyens de4la plus
grande fimplicite pour fire arriver les
Vaiffeaux A Paris.
Les lettres du 9 du mrme mois d'oc-
tobre, annoncent que toute la Cour
fe trouvoit reunie A Fontainebleau, oi
le Roi, la Reine & la Famille Royale
jouiffoient d'une parfaite fant6, Al'ex-
ception de Monfeigneur le 'Dauhirn
qui n'etoit pas encore parfaitement r6
tabli de fa derniere indifpofition.
On eft enfin heureufement delivre
de la bete feroce qui pendant fi long#
tens a difobl le Gevaudan & 1'Auver"
gne. M; Antoine, Chevalier de Saint.
Louis & Liettenant des Chaffes du Roi,
qui etoit parti au mois de juin dernier,
par ordre de $a Majeftd, pour aller
donner la chaffe ce redoutable ani-
Smal, s'6toit d'abord rendu 1'Abbaye
Royale des Chazes, en Auvergne, oh
les loups faifoient depuis quelque teams
beaucoup de ravage. Le 19 feptembre,
des Gardes-chaffes qu'il avoit envoys
avec leurs limiers pour reconnoitre
le terrein, I'avertirent qu'ils avoient
vu un tr&s-grand loup dans un "bois
voifin, & qu'ils y avoient eu auffi con-
noiffance d'une: love avec des louver


-~






teaiux affez forts. En conf 6quence,
M. Antoine fe tranfporta fitr les lieux.
& le lendemain ayant eu avis que ce
grand loup, ainfi que la louve & les
louveteaux avoient ete detournes dans
les bois de Paumieres de la referve de
I'Abbaye Royale des Chazes, il s'y
tranfporta avec tous les Gardes-chaffes
& 40 tireurs. Tous ces Chaffeurs ayant
entour" le bois, les valets de limiers
y entrerent avec les chiens de la lou-
veterie, pour le fouler. M. Antoine
qui s'etoit place dans un detroit, vit
venir A lui par un fentier, A la diftance
de o5 pas, le grand loup qui lui pr-
fentoit le cote droit, & qui tourna la
tete pour le regarder. Sur le champ,
M. Antoine lui tira un coup d'une ca-
nardiere charge de cinq coups de pou-
dre, de 3 5 poftes a loup, & d'une ball
de calibre; le loup requt la balle dans
'oeil droit, & toutes les poftes dans le,
c6te, tout pres de l'6paule : il tomba
fous le coup; mais ii fe releva promp-
tement, & revint en tournant fur M.
Antoine qui, n'ayant pas le teams de
recharger fa canardiere, appella A lui
le nomm6 Reinchard, Garde a cheval
de M. le Duc d'Orleans : celui-ci tira
la bete, qui reput le coup dans le der-
riere ,& qui s'enfuit a z5 pas dans lai
plaine, oi elle tomba more. On re-
connut que c'etoit un loup : il avoit
32 pouces de hauteur, & 5 pieds 7
pouces & demi de longueur & pefoit
130 livres. Le meme jour, plufieurs
habitans des villages voifins qui avoient
ete attaques en differens terns par la
bete feroce qui tavageoit le pays, fiL-
rent appelles fur les lieux, pour recon-
noitre le loup qu'on venoit de tuer:
ils dclarerent tous que c'etoit le mnme
animal qui lesavoit attaques, & qu'ils


5
Savoient vu precedemment. M. Anto.ne
Sde Beauterme, qui avoit accompagne
SM. Antoine fon pere, partit en pofle
avec le corps de ce loup, & eut 'hon-
neur de le prrfenter'au Roi le i o0o-
bre. Les Chaffeurs les plus experimen-
Sts ont juge que c'etoit un veritable
loup qui n'avoit rien d'extraordinaire
ni pour la taille, ni pour la confor-
* mation.
M. de Morvitle, Garde de la Marine,
Sl'tn des prifonniers faits A I'affaire de
Larrache, a et6eeleve au grade d'Enfei-
Sgne, & fait Chevalier de St. Louis. Les
nouvelles que cet Officier a donnees,
annoncent qu'il eft fort bien trait pal
fle Roi de Maroc, & que les autres pri-
fonniers ont et6 conduits a Sale. On
affure que M. le Duc de Choifeul a pris
des meiires pour faire toucher aux ma-
telots prifonniers 5 1. par mois & oo0
liv. aux Qfficiers jufqu'A leur rachat.
On ecrit de Nantes que les Navires
la Fidelity, capit. Algan, & le Duc-de-
Chofiul,capit.Samoual, font en char-
ge pour le Cap; la Julie, capit. Colet,
& la Nouvelle-Marguerite, capit. Ca-
dou, pour le Port-au-Prince ; le Mar-
quis-de-Levy, capit. Gillet, & le Ro-
bule capit. Teflier, pour Leogane ;
& l'fermiozne capit. Cherbonneau,
pour S. Marc: le S. Domingue, don't on
a ci-devant annonce la destination pour
le Cap, devoit partir dans le courant
de novembre dernier. On apprend auffi
I'arrivde dans le port de Nantes du Duc-
de -Nivernois capit. Petit, parti du
Cap; des Deux Freres, de Quimper.,
capit. Nio; du Jupiter, capit. Mefnard
du Boffy ; du S. Jean-Baptifle, capit.
le Ray Rochardiere ; & de la Judith,
capit.Terrien, parties du Port-au-Prin-
ce; ,dq la Nouvelle- Socie'te capit. le


.7 (
--*-~wr~ /


~rj"f~


. <'i..<- ^i*i,>, *i-.il^.





ehvers leg pauvres, fcrupuleux A remN
"plir fes devoirs; prudent; d'une gravity
refpe table, mais accompagnee 'dtine
"ayete decente; d'un aboard facile, fans
-etre familiar; egalement aire & eftime
'des vieilards & des jeunes gens; II1
avoit ete malheeureux ; il ef mort dans.
*une aifance honnfe : il a fupporti fes
adverfites avec la mmee egalit ~dame.
TouAu nos citoyens vous priest>, Mon-
c~ur de. fire mention -dans 'votre


-Tiburce & M.' Baradat; mais il a et&
6mis que le traitement de la maladies
de M. le General,. a &&t auffi fuivi par
M. Lnbrofe, Chiturgien,
,---- --, -- -- ^ '--- -- --^^^^^
AV IS DIVE R S
Mrs. les Aboarnes aux Affiches Ame'
ricaines, font prevenus que la Recapi-
fulation des e veemens-de t76 ne fera.
donnee qu'avec la premiere Feuille de-
f6vrier 1766 : ce ddlai ift neceflaire:


Ray, part de S. Marc : de 'Ujife ,. Fetlitie de leursr iegrets & de rendr
capit. Danglas & de I'Entreprif de la memoire de ce galant-homme toute
Bordeaux, capit. Dulaar parties. des. la juflice qu'il nmrite. Puifque la fata.
Cayes. lit ifoumetA la mort.des.:hommes .qui
M R I Q U devroient tre iimmortels,,. quit et-
beau de mourir at bout di'ne carrier
On made de la.Virginie que la f6- aulii honorable 1.
chereffe a et6 fi grande &. fi longue On n'avoit jamais vu aiS.Domingue
qu'elte-y a britlh prefque routes les pro- d'epideniie femblable. Les, maladies ne
dutions de la champagne : les plantan paroiffoieat pas confiddrables, ni dan,.
tions de tabac en ont ete endommagees 0erei fes.ls premiers. ours : la fievre
au point qu'on n'efperoit pas d'en .reti- 6toit double tierce, prenoit en froid;
rer plus dta quart de la recolte ordinaire. .erfuite vers le 5 on le 7, elle comimen,
On eft informed par plufieurs lettres .oit,par une grande chaleur, &le nma
que les parties occidentals de la:Pro- lade avoit les extremitds froides; alors
vince de Penfacola, produifent le jalap la nmalignitefe dciaroit.-.Le venture fe
en abondance. Les Colons., apres di- Zgonfloit, in affoupiflement fiirvenoit:
verfes experiences qui leur ont r&ufli, & quelques jours apres le malady mou.
efperent avoir dans peu de tensr du ja roit.. Quelques-uns-,ont vomi abon-.
lap auffi bon que celui dela V era-Cruz. damment, & mime du..fang, & n'er
font pas..morts.
S.. Do, I N G Depuis trois jours, i y a unNavire
.EX.TRAIr d. d'u-ne Lettre duen Port- meant d~ t acte d"Angole, a-vec 450
.Prince, 3, dmbr Noirs mouile dehors a-deux lieues
drinici -.qui attend- une bri a favorable
La maladie epidemique qui afflge ce pour entrer. .Je n'en fais pas le noiao
'Qtartier depuis quelq- e teams, n'a-pas J'ai 'honneur d'8tre, &c.
entierement ceffe; elle-vient de &ious e Ja
enlever un -de nos-meilletrs .ctoyens-, .- C Jan r.
M. Faulre laChapelle, que tout 1 monde, Nous avons annonce dans la feuille
regrette bien 'fincererment, C'etoit min precdente c que M. le General avoit
-honnte -homme obligeant liberal ete traits dans fa.maladie par le Pere


4"1& '.; ,"t.a ...






pour povoir fe procurer des diierens
Quartiers'les notes jufqu'au dernier de
Le petitcaracere deffind aux Etren-
nes Ame'ricaines' qv.e 'on fe propofe
d'imprimer dans le m8meformat que
les Etrennes mignonnes de Paris nCe-
tant pas encore arrive il n'y a pas
jd'apparence qu'elles puiffent paroitre
cette annee.
Le Brigantin le Pofillon partira pour
le Miffiflilii du Io au Iz.de ce mois:
ceux qui voudront y paffer ou charger
i fret, s'adrefferont Mrs, Vicloria &
ZMendcl., Marche des Blancs, au Cap.
Le Brigantin az Caroline, Capitaine
Guezille, partira pour la Nouvelle-
Orleansi du o au t. o de ce mois: ceux
qui voudront y paffer ou -charger i
:fret, s'adrefferont audit'Capitaine, ou
a Mrs. Duplefis & Debievre, Nego-
:cians au Gap, rue S. Pierre.
Le Navire la Mere-de-Famille., du
1Havre Capit. Lefcan, partira pour
edit Port dans les derniers jours du.
,courant: ceux qui voudront y paffer,
ou charger a fret, sadrefferont a Mrs.
S tanilas Foacke &,Compagnie, N`go-.
:cians au Cap.
Le Navire a Marquife-de-Chaftenoye
Zde Bordeaux, Capit. Leffenne, partira
pour ledit Port aur5 f6vrier prochain..
II manque peu de fret i ce Navire qui
-eft a fon premier voyage, & d'une
grande commodity pour les Paffagers:.
ceux qui voudront y paffer on charger
- 'fret, s'adrefferont a Mrs. Laguchay,
Lejunie& Compagnie., N6gocians an
Cap, rue du Gouvernement.
Le Navire l'Ieureux-Jofeph, Capit.
Rimbaud, armed de .4 canons, too fu-
fils, 1oo paires de piftolets,y ioo fares
&70 homme~d'iequipageft en charge


pour Mareille,'& partira'au commen-
cement d'avril : ceux qui voudront y
paffer ou charger a fret, s'adrefferont
audit Capitaine, en fon magafin au Cap,
chez M. Boyer, ruedu Gouvernement.
Le Sr. Alquied donne avis au Public,
qu'il a 6tabli fon Penfionnat dans la
ma'fon de M. Gillis, rue Efpagnole,
II prend des ecoliers i demi-penfion,
pour la commodity de leurs parents.
Le Sr. Paty, Magafinierde lacquezy,
donne avis qu'il tient fon magafin chez
M. Leret7, fur le board de la mer a Cap,
que fon bateau part trois fois la fe-
maine : il prie ceux qui voudront en-
voyer des effects chez l i, de les depofer
dans'les magafins audit Sr. Lereq : il
avertit qu'lilne recevra dans fon maga-
fin de Jacquezy d'autres cffets que
ceux portes par fes Paffagers, on cha-
loupes des Capitaines.
-Le Navite 'e-Jupiter,'du:Havre, Cap.
Baffac, a mouille dans la rade du Cap
le 1s7'dcemrbre venant de la C6te-
d'Argole, avec utie cargaifon de 5 31
noirs; i'adreffe de Mrs. Belleyfreres,
Negts. qui en ouvriront la vente jeudi
prochain z janvier 1766.
M., Millin de Grandmaifan Com-
miffaire des Guerres, partant incef-
famment pour France., donne avis qu'il
a d vendre une Chaife a une & A deny
places, fort commode trois bons
chevaux, un negre cuifinier, un negre
valet, bon perruquier & un peu cocher;
un autre negre valet, & divers effects.
A vendre ou changer pour des Negres
de places ou ,a board, deux Negres ma-
telots, do-t un calfat & fcieur de long,
Pautre capable d'etre patron & de greer
ttn batiment : ils font Europeens, jeu-
nes & forts. On s'adreffera a M, M.-
./abre ,. a Ca


~'~"1T' -


4..






Le $Stindi, i courant i fera pro-
cedde ia P&.rre du Siege Royal du Cap,
A lavente de 2i tftes de Negres males,
& 3 Negreffes, fits au pays; de 4 Miu-
lets, d'un Cheval de monture & d'une
Place fituee au Grand-Boucan, depen-
dante de la fucceffion du feu Sr. Baute-
rolle; cette vente fe fera A requete deM.
F6ache fon Executeur -teflamentaire.
A vendre, ro8 b&tes A comes, don't
14 taureaux bons A dompter, 51 va-
ches rapportant, ou grandes gazelles
pleines, i6 gazelles de deux ans &
demi 27 bouvards & gazelles de 18
mois. On s'adreffera a Mrs. Duplefis
& Debievre, Negocians au Cap, on A
M. Rocke, Negociant A S. Marc.
A vendre, une Habitation fituee au
Quarter de 1'Azyle, Paroiffe d'Aquin,
contenant 300 quarreaux de terre,
parties en more & parties en plaine,
fur laquelle il y a ine grande cafe, une-
cuifine, un poulailler, cinq cafe A ne-
gres, un clapier & trois indigoteries
battantes A l'eau. II faut s'adreffer A
M. Antoine Sigaud, Habitanta ilAzyle,
qui en fera bonne composition, ourvu
qu'on paye moitic comptant; oti A M.
Doalet, DireAebir de la Pofte, A i'Ance-
A-veau.
A vendre, une Maifon fitude ali coin
des rues Vaudreuil & de ia Providence,
au Cap, confiftant en cinq chambres &
cinq cabinets, cuifine & remifi dans
la cour. On s'adreffera au Sr. Touye,
qui en fera bonne compofition.
Un Negre nouveau, nation Cbngo,
etampe oh, eft maron depuis trois fe-
maines. M. Chabanon, A qui ce Negre
appartient, prie ceux qui le reconnoi-
tront, de le fire arreter, & de lui en
donner avis.
Un negre creole, fans etampe nom-


me Petit-Pierre Agde 1o ans de lan
taille d'environ 5 pieds la bouche
grande, les dents de la machoire fii pe
rieur largest & 1ongues, eft maron de-
puis le 17 dicembre ; il fe tient dans
les hauteurs de la rue Efpagnole. Mrs.
Raby, freres qui ce negre appartient,
prient ceux qui le reconnoitront, de
le faire arreter & leutr en dohner avis.
Un Negre congo, nommi ealentin,
age de 0o ans, erampe*A & d'une autre
lettre effacee, de la taille de 5 pieds &
demi, gros, petits yeux, eft maron, &
a emmene un cheval gris de fer. M, Au.
dige, habitant A 1'Artibonite, prie ceux
qui le reconnoitront de le faire arrAter
& de lui en donner avis.
Une Mule creole, borgne, de cou.
leur brune, etampee LA & au deffius ,
eft fortie de la favanne de M. D. Duval
habitant A 'Artibonite, Paroiffe des
Verettes..Cetx qui en auront connoiff
fance, font pri6s d'en donneravis audit
Sr. Duval, ou M. Brevet, Secretaire
de la Chambre d'Agriculture du Port-
au-Prince.
Un Negre Congo, nomme Capitan,
etamp' FOACHE, tonnelier & calfat,
age d'environ 45 ans, marque de petite
verole, de lataille de 5 pieds 3 pouces,
eft maron depuis le mois d'aoit. M.
Efieuville, Negociant au Port-de-Paix,
prie ceux qui le reconnoitront, de le
faire arreter & de lui en donner avis.
Un Negre nomme Etienne, & ci-de-
vant I'Eveille, tamper PDP & DV
TILLET, eft maron depuis le 2z no-
vembre dernier. Le Sr. Rouflant, Eco-
nome de M. le Brun-Larcherie, habitant
au Port-de-Paix, prie ceux qui le re-
connoitront, de le fire arreter & de
lui en donner avis.
Avec Permoirna


~pwel-- '-; n;


M
M
I




[NO. .3


Du Mercredi


rI


Tavires March'ands.
.


lAtr IPOf,-Atr-PRI'CE, le z 5 deiem-
Ibre dernier, I'Ujllk, de Nantes, Capit.
Antoine Mefnard, patti d'Europe le
z25 dicembre 1764, venant de la Cote-
d'Angole avec 399 Noirs : le 30, le
Grdnd-Carlos, du meme Port, Capit.
Pacaud, part le 27 ob&bre derniier,
.ayant touched A S. Marc le 21 derem-
bre, & Leogane le 27.
SAv CAP, le 4 de ce mois,, le Ferme,
de la Rochelle, Capit. Coutan : le' 5,
le Senau I Jean-Frainois de Bordeaux,
Capit. Roudand: le i, leSenau Ie Grec,
de Rouen:, Capit. Francois Ducos,.
NA VIRES Marchands enexpditidon.
Au PORT-AU-PRINCE la Croix-
des'-ouquets Capit, Aycard p95uir
Marfeille; I'Archimed4 Capit. Bertaut,
pour la Rochelle.
Au CAP, la i inceffl-des-Landeis
Capit. Jaullery-, pour Bordeatx...


de Navires Marchands.


Du CAP ,.le I de ce mnis, le Saint'P
'Andre',,de lt Rocherle, Capik. Coin-
det, pour le bas. de laC&te : re 6, le:
l'Averdy, Capit. Subra, pour Nantes,
& l'Harmonic.. du Havre. Capitaine


AMERICAINES.


Janvier.


i


.., 7.OU-R ,S DU FRE T-
ileyries, pour le bas de la. C te,
S. Atr PO RT-AV-PaINC ,, Sucre. yo
FP 'X, des Marcandifis de.la Col/nzie. A, d i Cr t ,
A* P a 2 b 12, ra db Indigo, z2.4.de. 1Caffe i
A.u Po RT-Au-PEicvt, ,Sucre blanc,, Coton:. d(.
<. . . ,' ,


[CHES


D FA RT


L I~ ___l-r~l~~--I;I~Cy?_C~.~ZY .----~F~-~Y4 b~l --~I~-lll*13Lll~llYLeW( ILR~CliSSL#D~PI~EIIIIIII*~PCP*OP14151CI


- L I --~


ANNtE t766-


**- f


60 'a 6 C. cotmmunr, 45 A0 1I. brut,
26 A i8 I. Indig6 bea, 7 I. 5 f.a 71,
Io f. cuivre, l5'.Id f.- 6 Caffe, r4
a 15 f. (rare). 1dton, r80 (rare).
A S. MARC, Sucre blanc., j5 6o I.
conimun, 45 i 50o 1. brut, 28 A 30 1.
Indigo bleu, 6 1. a61. fo f. cuivre, 1.
Io Caffe nouveatu, i f. vieux, r4fl
Coton, 60 6oa. i7o.
Au CAP, Sieure blanc,. 56 A 66 1;
communi, 4 54 1. birut, 18 a 27 1
Indigo bleu, 7 a 7 1. 15 f. cuivre, 5
1.5 fi a 6 1. Caff6 nouveau, r3 a 15 i
6 d. vieux, 122 a 4 f. Coton,. 9o A
~ 1. Cuirsi, 7 i91. Piaftres gourdes,
3 pour ioo.
BIRIX des Mirchandifs di France..
IAu FR'T--u-PRINCE, Vin, 5150oI
Farinee Moi6ffac, 601i. commune, 46
a;.45 ar o a 6o i.
A -S M-XtA Vin vieux, it 6 li6vt
nouveau, I 50 1. Farint de Moiffac;
60 ai661; Satvon, 6o : 66 1.
Au CAPr Vin ;120 I o 1501. Farina
de Mbi'ffif,, 6o0 commune, 40 A 451,.
Beeuf Go 7a 1hrirjL Beurre, 18
l 2zo f.la livre. Petit-fal, z24 30 1.
l'anrie.e Huie ,.24 & 27 liv. Iacave.
Savoi, .55 60 liv





10
A S. MARC Sucre, to 0 ra den.
Indigo, 30 d, Caff6, Iz d. Coton, 36 d.
Au CAP;, Sucrt blanc; xo d. brut,
iz2d; Indigo, i8 8d. Caff~, iz i 14 d.
Coton, 24 30 d. ..
NEGRES MARONS.


SAu PORT-AU-PRINCE., un Negre
Cogo, .normmn Jan Moiyga, fe diP
fant appartenir auti Seiir Pillard; un
auttre Negre. Congo onmm'Poris
etampe RICORD, fprfatnt des prifons
de Leogane, fe difant appartenir a M.
Ricord; un Negre Creole, fans etampe,
fe difant appartenir audit Sieur Ricord.
A S. MniRC, Un Negre Thiamba
nomme.Pie.re, etaimp fir le fein droit
PP, age de 40 a 45. ans, fe diifnt ap-
partenir la fi cceffion du nomme Petit,
mulatre, vivant Habitant au Boucaflin;
Un autre Negre de la mmem nation,
nomme Jacob, ag aati de 40 a 45 ars,
fe difant appartenir -aM. Thiou,.
bitant au Port-au-Prince. 'I y a aux1
paves de S. Marc, un Cheval, poil
rouge, de 1'age de 5 a 6 ans ayant du
cote dit montoir une etampe efpagnole,
S ^ :,: " Ll ,, I
p it dans un bois au Ta1ion aec une
fele ~c deux, pitolets a''ori .arnis
en cuivre june.
AU FoRT-DAUPHIN, tin. Ne re'
Congo nomme Micdel, tamper fur
le fein droit HR ,entrelaces -fe difant
appartenir a la fi cp ,iq dii or. Simon.
.Au CAP ,; un gre Coongo nomme
MlabrzT fetamnip ite le -fern droit;
BEGO, 8& furle gauche MAG; Tdi-I
fant appartenir a M. Duclos, eritre la
geole le 30 ddcembre dernier; le mrme1
jour ,. up Negre .Creole,. no.mm. Va-.
lentin., fans etampe, age d'eoviron 25
ans, de la taille de 5 pieds z pouces,
ayant une chaine au col fe difanlt ap-


pattenir M. de' Guitrie; le 4 de ce
mois, une Negreffe nouvelle nation
;Mandingue, tarnpde ftir feein gauche
VIARD, laquelle n'a pu dire fon hnm
ni celui de fonr maitre; le 5, une NC
reffe de nation Mifdrable, nominee
Pallas, etampee fur le fein gauche
LAMOTE, fe difant appartenir a la
nommee Arnott*, n. 1. demeurant A la
Savanne de Limonade; Ie memee jotr,
un Negre Congo .nomme Apoplon,
etampei iflifibklmeint fur le ifen gauche,
ayant une moitie de chain au col, fe
difant appartenir a M. Baufort, Habil
tant au Grand-Boucan.


NOU VELLES D UIROP E.
R US s I E.
"Oni mandide de Petersbourg qu'il doit
fefoi-mer., fous.la protedion de 'InMipe-
fratrie,, une"foeidt de deMarchands qui
prei idra ie' nmi de; Compagnie de la lmer
Cafp"ienne. lCett .o Cmpagne comptj
etablir un commerce depuis la ville
d'Aftracan jufqu'au Wolga, & 'etendre
meine dans la Perfe & 1'ndouftan.
SOn' travailloit dans cette Capitale,
avec b&eaico'i d'aftiite, aux prepa-
ratis 4'un.prochai "carroufel qui de+
Voit s executer is-i-vis du noouveau
Palai contre la facade duquel on a
confiruit un amphi.thetre qui ,, parla
beaute.de fon architedure, r:pondoit
Sla nagnificenced fpe Iai1,;.
.P. ; OP 0 G NE.E
On made de Varfovie que .fe Roi
a fait expedier. aux Nobles de.chaque
Palatihat un rdre pa'r leqnel its fe--
roht tehits':defO'rimais d'entrer en-carf-
pagne orfque S. M. le jugera z!-propos,
fans q;ti& i s- ie fetoait 'plus T ecomlus


I

ci"













I

'1


t'1'
I?





Ir






pour Gentilshonmes Rqjonois;, 8e peri.
dront le droit de donner leurs fuffrages'i
dans les Dietes generals & particu-
lieres. .
DAN NEM ARI K.' i
On apprend de Coppenhague que la
.vente des deux cargaifons des Vaif-
feaux venus de la Chine, afini le 4 fep-
tembre. Le Brigantin la Debora, capi-
taine Huth parti d'un des ports de
Bengale le z2-dLcembre 1764, eftarri-
e a Coppenhague le 29,aqott. Lavente
de fa cargaifon qui confiftoit en plu-
fieurs fortes de marchandifes, & 27
mille pieces de toiles de coton, & 94
mile mouchoirs, :toit fixee au 4.0o0-
bre dernier.
SUEDE.
On made de Stockholm que mal-
gre l'oppofition que.le part patrioti-
que avoit faite au rappel des perfonnes
profcrites & abfentes A, Foccafion de
la confpiration de I756., la Diete .eft
convenue de leur accorder, avec 'ap-
probation du Roi, une amniftie gend-
rale. En confequence, les quatre Or-
dres du Royaume ont prefente a Sa
Majefid uine Requite a ce fujet.
La difette des grains en general eft
fi grande dans ce Royaume, fur-tout
dans la Province de Dalecarlie, que
les habitans periffent de befoin.
P R USS S
Suivant les lettres de Berlin, le Roi
a rendu, le t acit, &tant a Breflau, un
Edit par lequel S. M. accord A ceux de
fes vaffaux & fujets qui poffident des
biens-fonds dans la. Silefie & dans le
Comtedde Glatz, un r6pit de trois ans
pour I'acquittement de leurs dettes,


don't les inti'ets ne pourrontetre por-
tes au-dela de fix pour cent.
On n peut affez admirer les effects
falutaires des bans de Landeck ,e
apprenant que le Roi qui a pcine pou-
voit monster & defcendre les imontagnes
des environs, les parcouroit fans au-
cune aide apres avoir fait ufige de ces.
eaux depuis le 4 jufqu'au z 5 aout der-
nier.
ITA L 1E.
On made deNaples qu'il fe repand
un-bruit que ta Cour a deffein d'abolir
tous les Bendfices fans. charge d'ames,
& d'en appliquer les revenues a des oeu-
vres pies & au foulagement des pau-
vres.
Le jeune home qui fe trouvoit par-
mi-les efclaves revenues d'Alger au mois
de juin dernier, & qui s'&toit attire les
bones graces du Dey de cette Re-
gence, arecu de nouvelleslettresde ce
Prince qui !'invite dans les terms les
plus preffans & les plus affe&ueux, A
retourner aupres de fa perfonne ; en
conf6quence il fe propofoit de s'embar-
quer pour Livourne d'oii il paffera a.
Alger.
ES PA G NE.
On apprend de Madrid que l'Empe-
reur de'Maroc, fenfible aux marques
de reffentiment que lui donne la France,
en bombardant fes places maritimes
mais qui neanmoins a temoigne foa
amour pour la paix, par les..bons trai-
temens qu'il a. faits aux prifbnniers.
frangais, a ecrit au Roi deux lettres
fucceffives par lefquelles il informed
S. M. qu'il avoit relache & remis enr
liberty tous les efclaves efpagnols dete-
nus dans fes Etats; preuve cvidente de_


I.






fes fenttimens pacifiques &.de Iempreif
fement avec lequel il ddfiroit de con-
clure avec I'Efpagne un trait6 de paix
indiffoluble. En revanche le Roi a or'
donn6 que tous les fujets mahom6tans
qui fe trouvoient dans, fes Royaumes,
ou A bord de fes flottes, feroient elargis
& renvoyes au Prince Maure avec des
prefens, confiftant lahplupart en pieces
de draps, ou etoffes d'or & d'argent.
Le Gouvernem~at Efpagnol a done
ordre d'acheter une grande quapite
de grains en Angleterre d'oh ii a deja
ete exported au commencement de fep-
tembre, pour l'Efpagne & le Portugal,
pris de mille quarters de froment &
de fleur de farinie.
Ho z L A T DE.
On a requ avis A Amfterdam qu'uin
des freres d'Angriale pirate, comnmande
une Efcadre formidable de Corfaires
dans les Indes orientales, &c que dans
les differences prices qu'il a faites, il
s'eft empare dans le golfe Perfique d'une
Junke Portugaife richement charge.
ANGLETERRE.
On ecrit de Londres que le Parle-
mnent proroge au 17 feptembre, I'a ete
de nouveau jufqu'au 24 o.o&bre. Le
Miriiftere s'occupoit f~rieufement des
points fur lefquels on devoit deliberer.
On prIvoyoit qu'i feroit question en-
tr'autres chofes de d'cider de la l galite
ou de l'illkgalite des ordres gendraux de
prife-de-corps, & de changer la forme
du Goiuvernement des Colonies en
Ameriique, en modifiant les deux a&es
d'impofition de timbre, paffis en Par-
lement dans les deux dernieres f6ances.
On afflre que le Roi doit clever h
la dignity de Pair, quelques Membres


de la Chainmre baf'e tdu Pardement;
Les Commiffaires de la longitude,
dans une de leurs affembles, rdfolu-
rent d'accorder au Sieur Harrifon ua
certificate -en vertu duquel il pourra
toucher la fomme de 75001. fterlings,
qui, avec ce qu'il a deja recu, remplit
celle de 1ooo0, moitie de la recom-
penfe qui a 6t6 promife pour la decou-
verte de la longitude en mer.
FFR AN C E.
L'Academie Francaife a tenu fon
affemblee publique le 25 aoft dernier.
M. de Ste. Palaye, Diredeur de cette
Academie, annonca que le prix d'elo-
quence don't e -fujet toit I'Eloge de
ReneDefcartes, avoit "tc partagt entire
M.- Thomas 8 M.-Guillard. L'Accejit
a et6 adjuge~ un difcours compof6 par
M. Deflandes. M. le Duc de Nivericis
fit la leure de trois fables en vers de fa
composition. M. Duclos, Secretaire
perpetual de 1'Academie terminal la
fatnce en annoncant que le prix de
podfie de 'anne prochaine, fera donned
a un poeme de cent vers alexandrins,
au moins don't le fujet eft laiffE au
choix des Aut:eurs.
Le 29 aoit entre 6 & 7 heures du
matin, le tonnerre tomba fur le Chm-
teau de Rienlay en Flandres, demeure
atuelle du Comte de Ste. Aldegonde.
Le teams n'annongoit pas d'orage con-
fiderable: un brouillard 6pais, tel qu'il
s'ep eleve. ei atutomne. dans ces can-
tons, rempliffoit l'atmofphere. Depuis
une here on entendoit, mais fort au
loin le tonnerre grounder : tout-A-
coup un nuage poiiff par un vent
d'orient, fondit & creva fur le Chateau.
La foudre tomba dans le parterre tout
aupres du batiment & A deux pas de la












( ?

I
%
.d

:I


13
ifine qui ef un fouterrein votit: Quelques ours auparavant, M. Bar
e y defcendit, s'y promena, fe raf- fet de Marrelle Avocat-gendral du
mbla pourtant vers la cheminee, en Parlement de Dombes, a eu 1'honneur
ileva & difperfa les cendres, n'en- de prdfenter au Roi, ainfi qu'i la Reine
mmagea rien, fe fit jour au travers & A la Famille Royale, un Ouvrage
voitte, entra dans la fall A manger, de fa composition, intitul l : la diff"
ii eft immediatement au-defils, y rence du Patriotifie naiaional chet ler
aufa quelques fracas, gagna le mou- Frangais & che{ les Anglois.
cement d'une fonnette & gliffa le long On made de Lorient qu'a la der-
es fils d'archal qui y repondent. Ce niere vente de la Corpagnie des Indes,
ondufleur prolonged par d'autres de le caffi de Bourbon en balles tare &
eme nature qui aboutiffoient au lit trait, valoit 18 f. i d. A 18 f. 4 d. en
re la Comteffe de Ste. Aldegonde dans balls refaites meme tare & trait,
ine chambre au-deffus de la cuifine & 17 f. 8 d. a 17 f. 1 i d. & ceux avarids
e la fall a manger, y amena le ton- 14 f. 8 d. la livre.
erre qui, A la faveur de ce guide, fe Le Vaiffeau de la Compagnie des
foutint dans la parties fuperieure de 'ap- Indes le Penthievre Capit. de Joannis,
partement ,jufqu'a ce que n'ayant plus eft forti du port de Lorient le 22 fep-
de foutient,-il clata auffi-t6t a lagauche tembre pour aller A Pondichery & A
du lit par la droite duquel i etoit entrd: Canton en Chine.
il tomba fur le parquet qu'il enfonga On ecrit du Havre que, fuivant une
d'une line & de la larger d'un ecu; de- lettre du Sieur Deffaux, Capitaine du
la, par fon elafticite, il fe releva & alla Navre le l'Averdy armed dans ce Port
percer le plafond gagna le grenier, pour la C6te de Guinde, dcrite de Ma-
& fortit par le toit, en brifant quelques limbe le z juin, la machine cucurbite
combles & quelques ardoifes. Heureu- de M. Poiffonnier a toujours fourni
cement ii ne bleffa perfonne & ne mit le l'eau douce au Navire; qu'il eft arrive
Feu en aucun endroit. A la route que le A la C6te plus approvifionne d'eau qu'il
:onnerre a fuivie en cette occafion,on ne l'etoit en partant d'Europe ; que la
?eroit tented de croire que c'etoit en machine a fait fon travail dans les plus
Randd, une experience d'eleQricite. mauvais teams; & qu'enfin le Capitaine
Le 24 feptembre, le Roi & la Reine, & l'Equipage, qui n'ont pas bu d'autre
iccompagn6s de la Famille Royale, eau,jouiffoient tous d'une bonne fantde
inrent fur les fonts de bapteme, dans Le Navire la Bien-aime'e d'environ
a Chapelle du Chateau, le Due de 130 tonneaux,capitaineJ. Lefage, en
bourbon, A qui Leurs Majeflts don- charge au, port du Havre pour aller au
ierent le nom de Louls-Henri-Jofiph, Cap, A S. Marc, an Port-au-Prince & a
.es cerdmiriies du bapteme furent fup- Logane, devoit partir dans le courant
)ld6es, en prefence du Cure de la Pa- du mois de novembre dernier.
oiffe, par PArchevEque de Reims, La nuit du 4au 5 oaobre, on a effuyd
3rand-Aumonier de Fi-aice. Les deux au Havre un ouragan affreux qui don-
iuffiers de la Chambre portoientleurs noit lieu de craindre qu'il ne flut arrived
4affes devantleRoi. de grands malheurs dans la Manche.


I1












I;


r


r
F
r


I










Sii



~4

~,I
1
4r

I'


~~~~"4da~~
IIC1IYu~B~rrs__ I_










I.







F.
.5


14
Quelgues bitimens ont demakte dans le
port ; mais la difpofition des vents.qui
ort paff a I'oueft, a fauve plufieurs na-
vires du naufrage.
On a lance dernierement dans le port
de Quimper un Navire de 300 ton-
,neaux.. C'eft a premiere fois qu'on en
conftruit de fi grands dans ce port qui,
dans les. 'plus grandes mares, ne con-
tient que I pieds d'eau, & qui eft re-
duit A 6. ou 7 dans les plus baffes. On de-
voit mettre fiir le chantier un second
Navire qui fera plus confiderable.
Le prix courant des denrees des Co-
lonies dtoit A Bordeauxle 28 feptembre
come i fiutt: Sucre blanc, premiere
quality,, a4 A 56 1- feconde, 52 a54 I.
troifieme, 48 5o 1.; beau cominun,
421 441. ; petitcommnun, 36 38 iv.
t&te, 31 a 34 1. ; brut de Leogane, 30 a
3 1. du Cap, 26 A 28 1. de S. Louis, 2 5
A 216 1. de la Martinique, zia 241iv.;
CaffG de S. Domingue, 1I a I:ifols;
Indigo cuivr6 fin, 1. 5 1. 1o f. mar-
chand, 41. o a41. i f inf rieur,41.
Cofon de S. Domingue, 16o A 165 1I.
de la Martinique, 14 a 1451.
A M E R I Q U E.
On made de la Virginie que les:
Habitans de cette Province s'etant ap-
perSus que la culture du tabac 6puifoit
leur fol, avoient pris le parti de 'aban-
donner & d'y en fubilituer une autre
plus propre A la nature du terrein, &
d'une utility plus gendrale. On fait
monter A pres de 200 mille livres fter-
lings la perte annuelle que execution
de ce project cauferoit aux Douanes
de la Grande-Bretagne. L'Itat oii ces
Habitans font reduits par la fichereffe
eft, dit-nn deplorable; ils n'apper-
oivent atucmn moyen d'y remedier;,


& de qui eft encore .tr.sefacheux, 'le
mrine entraine celle de leurs crdanciers
On 6crit de Boflon, dans la Nou,
velle-Angleterre, que M. Francis Ber.
nard, dans Ie difcours qu'il: prono,.ia
a la derniere affembl6e devant les Mem.
bres dtu Confeil & devant ceux de li
Chambre des Reprefenitans, s'etendit
beaucoup fur la neceflite d'encourager
la fabrique de la potaffe, la culture d(i
chanvre & I'exportation du bois de
conftrudion pour les marches de la
Grande-Bretagne. Ce font la, ajoulta-
, t-il, des articles qui vous intereffent
, particulierement, qui fe prefentent
, naturellement dans votre Pays, qui
i vous lieront plus etroitement avec
o la Grande-Bretagne; des articles don't
, vous pourrez aiifment vous appro-
prier le commerce exclufif,, & pour
a lefquels vous n'aurez bientot plus a
craindre Ia concurrence des etran-
gers. Ces diffirens objets, ajoutes a
, vos autres.reffources, formeront un
, fonds qui, moyennant votre induf-
Strie & votre economic, fufira pour
, payer ce que vous etes obliges de
-, tirer de la Metropole, & vous ne
, ferez pas dans obligation de fair
, des efforts auffi inutiles que ruineux,
, pour enlever les manufa&ures a la
SMetropole qui eft leur veritable
,'lIment ; entreprife A laquelle je
o crois que vous n'avez jamais fong6,
, & qui d'ailleurs, d'une execution
, tres difficile dans tous les cas eft
, particulidrement impraticable chez
, vous A cafe du haut prix de la main
, d'oeuvre. Le project de r6pandre ces
o, tabliffemens Anglois dans toutes les
SProvinces de 1'Amdrique, propo.f
Sil y a long-tems, & quion .n'aban-
Sdonnera prObablement plus ajoLU.





Colonie fe flattent qu'en faifant paffer AV IS D I V ER S.
les inftrumens neceffaires pour ce tra- L'Avis fuivant nous a etd adreffd par
vail, on y tranfportera en meme teams M. Fremon Syndic du Quartier dut
des lingots, & qu'on empechera 'ex- Limbe6, avec priere de 'inf6rer tel
portation de ceux qui'leur reflent. qu'il eft.
SS. D OMIiN G UE. On defireroit trouver une perfonne
Du PORT-Au.PRINCE, le janvier. ayant des fonds a placer qui voudroit
Du PORT-AU-PRINCE le 2 anvr. ar a
.... "les employer au retabliffement d'une
On publia dans cette Ville, le 29 Habitation en Sucrerie fife au Quartier
dcceih re dernier ; une 'Ordonriance du Limbe, par le moyen d'une focidt
par lazquelle ii eft enjoint'tix Capitai- avec le. Proprietaire de ladite Habita-
nes de"Navires d'envoyer leurs'imala- tion ,pour un certain efpace de teams
des A H iopitalF; foiuspeine de 500 liv. don't on conviendroit. Le terrein eft
d'amende contre ceux qui les garde- d'environ 230 quarreaux prefqu'entie-
roient dans leursinagafins. Le 31 du rement en plat pays.; fa quality eft re-
memenimois ils f itiPf ar' le P. Cure, connue par experience tres-propre aux
Ie S~inedhai1'& e 1Prdcicreur du Roi de cannes, & Affre vn 'tabliffement tres-
tetie mite Vill, iAei qx:t' poir les avantageux & tres-folide quoiqu'en
pauiires afilSJdeFs'qUI'ne'apeut ree- Idife. Auteur.du Journal de ce mois
voir danis cet Hpital. La maladie qui dans fa note fir le Quartier du Limbd;
a afflig cette dependance,& don't il note (ajoute M. Fremon) injurieufe,
iefle encore des veftiges:,n'eft plus auffi iinjufte, fondue fur de fauffes connoif-
.a.eretfe q'eIle Pa 6tetk uxq qii en facess, & d6ementie par Iexperience
font'vttiaqiue entrent en pen. de items journaliere. On s'adreffera a M.Fremon
dans 1'6tat de c.6fivalefCezwe. habitant audit Quarter dusLimbe.


--tr-ru l*-- ...'.~L~r"* fltsl4- *~_ *.--t1~-


d'hui qu'il ne foit entierement exe-i
cute, ne peut pas manquer d'entrai-
ner avec lui quelquesir6glemens qui
paroitront dfagreables uniquement
parce qu'ils fr6nt nouveaux; mais
je fuis perfitade, & experience le
demontrcra qu'ils tourneront au
profit & ai advantagee des Colonies,
, auxquelles l'interet autant que le:
, devoir ,ddit diAer une refpe&ueufe
p foumiffionaux Ddcrets du Parlement.
Oi ecrit de la Nouvelle-Yorck que
les derniers avis que l'on y a repus de
Londres, apprennent que le Gouver-
nement Britannique fe propofoit d'y.
6tablir un H6tel des Monnoies pour
y frapper des pieces d'argent. Si ce
project a lieu, les Habitans de cette


Le Negrer de la Cote-d'Angole qui
vient d'arriver, ouvrit fa vente le 30
decembre. 11 a vendules.negres, pieces
d'Inde, j3 a 1400 1. comptant, & 14
a 500oo1. un tiers comptant & le refte
a 3 & 6 mois.
Dur CAP, le 8 janvier.
M. Pierre-Joffph DefizaretZ, ancien
Prefet-Apoftolique, Superieur general
de a Mifflion de la Partie du Nord de
cette Colonie., & Cure de cette Ville,
y eft mort hier, ag6 de 70 ans.

S P E CT A CLES.
On donnera demain, a la Comedie
du Cap, les Amans reunis, & la Cher-
chetfe d'efprit, du Theatre Italien.





Le Sr. Liaubon, Chirrrglen Dentifte,
arrive depuis peuau Cap, offre fes fer-r
Slices au Public: [1 eit expert pour oter
les dents, petits chicots & autres ; il les
blanchit, 6te le tartre qui leur etA fi
prejudiciable; ii en remet de pofiiches
quiimiteatparfaitement les naturelles.
Qna tropvera chez lui toutes fortes
d'Opiat, poudres & liqueurs pour les.
ontretenir en bon etat. 11 eft logd dans.
i. maifon de M. Chaufe, Negt. rue du
vieux Gouvernement vis-Y-vis les
Haltes Angloifes.
On defireroit fgavoir fi le nomme
4llegre, qui 'toit au Cap depuis 2z.
ans, & qui y eft mort depuis peu:, a
laiffe des heritiers, dans la Colonie-:
ceux qui en auront quelque connoif-
fance, font pries d'en donner avis a
M. Dutnoulin, Avocat en Parlekient
& au Confeil Superieur du Cap;
Un Braffeletde great fix branches,
avecune rofeaufli de great, perdu le
27. dicenbre dernier:'ceux qui font
trouve, font pries de lerehiettre a lm-
primierie Royale.. Ily auraxrcompenfe.
Mrs. J. ; Perierer & CCompagnied6b -
nent avis que Mrs. -Ihuges feres, de.
Marfeiele, leir ont 6tabli un mgai n
de Drogueries, dans lequelon:trouver a
toutes: fortesd de drogus. fraiches &
nouvelles., tant firnples que compo-
f6es, en gros.& en detail; & cornme
ils. regoivent leurs niarchandli~s .de. la
premiere mainr ils lest don'ront a
tres-bon compte.. Leur magafin eft au
coindes rues de la Fontaine: & du Gou-
vernement, au.Cap.. .,
Mde. Lav.uid done ivis qu'elle -a
achet' le fonds dB M.. Ruqutay,, Mar,
chand ,au Cap.,;&. qu'elfl et: affortie,
tant pour .Habitarit. que pour la: Ma-
rine; elle fera bone c~mi.o~ition.


M. FaUery vient de recevoir un af,
fortiment d'inftrumens de math mati
ques., & nombre d'articles concernant
le deffein la. peinture, la dorure
l'arpentage ;. des g)aces;; tapifferies de
paper, avec divers jeux, &.quantitC
d'autres marchandifes de Paris de tous
genres ; le tout au meilleur compete
poffible. Onatrouve chez lui des fl6aux
de plufieurs- grandeursn avec-plateaux
A chains. & poids: aTortis de toutes
groffeurs. Les dragees de Keyfer qu'i
a rq ues dernierement,. font accomrn
pagnees dela methode d'en ufer, nou
velle- edition., revue & corrigee, &
confdquemment tries -importante.
A.vendre,, r 3 tetes de Negres ,tant
grands que petits;i fcavoir, 6 Negres,
4Negreffes & 3 Negrillons. Ons'adref-
fera M. Dufiau, chez M. Confiil, ha
bitant aux Terriers-rouges..
A vendre, iun Negre Orfevre. On
s'Ladreffera A M: 4ubert, Negt au Cap.
II s'eft egare de.li favane deM. Narp,
au Terrier-rouge, le 30, decembre der-
nier,. uinCheval gris-, age de fix ans-,
etampea an .1aut de la c ifl'e gauche IG,
& au deffous RE. On prieceux quile
reconnoitrontide.e fire arr&ter & d'en
donneravis M... Gerrd, N6gociant at
Cap,,oua;Monfieur font ftrere ir l'ha-
bitation:Lambert Camax., Maribaroux.
1 y aura re6ompenfe.
Li Sr. Marie, Imprimeur. du, loi
pr ie cuIx. qti.:fant porteurs de -ons
tfur lui de les hui fire remett;e.inqef,
famment pour, en etre pays. ; iLp-rie
aufi les .perfonnesh qui itfera. prefente
par la:fuite quelues-uns de fes Bons,
de ne les.accepter- que 1orfquils. front
ecrits tout-au long,. & fign&s de jui;.
8& nen: lorfqu'ils fero nt, inm rimes.,yf /
4 ;: PecFrmi. ,:.






























I


i


AfFCHES
\* *-." 1 ..


Aj'rE de avires Marchands.
.Au PORT-AU-PRINCE, le de ce
a.ois, le Port-au-Prince, de Nantes,
Capit. Billard, parti le 2. o&obre,
& le Doyard,. du meme Port, Capit.
Chevrier, part le z2 feptembre, ayant
touclihd la Martinique le 17 novembre,
& au Cap le 2. decembre : le 2, la
Charmante-Magdeleine, de Bordeaux,
Capit. Boufqiuet, parti le iI novem-
bre, ayant touched S. Marc le 30 de-
cembre ; le Solide, du mnme Port,
Capit. Viviat, parti le 24 feptembre,
ayant touched a S. Marc le 14 novem-
bre, & le Saint-Vincent, de Marfeille,
Capit. Curet, partile 19 odobre:I e 7,
la Julie de Nantes, Capit. Collet,
parti le 18 novembre, & le S. Andre',
de la Rochelle, Capit. Coindet, part
le 12. novembre,,ayant touche au Cap
le 26 decembre.:
A S. MARC le 7 de ce mois, e Saint-
Jean-Baptile de la Rochelle, Capit.
Charles Marchand, parti du. Port-au-
Prince le i ; le ro, l'Archimede du
meme Port, Capit. Bertaut, parti du
Port-au-Prince le 6 (ces.deux Navires
.ont remis en mer pour fe rendre en
France), & I'Harmonie du Havre,
Capit. Hugues Heyrids, part le 27
o8obre, ayant touched au Cap le 30
decembre.
Auv CAP, le 7 de ce mois, lUnion,
ie Marfeille,, Capit. Patot, parti le 4:


AMERICAINES.
fercredi 15 Janvier.


novembre : le 8, le Frere & la SXeur,.
du Havre, Capit. Mouchel, parti d'Eu-
rope le L5 feptembre 1764, venant d-
laCote-d'Or avec z256 Noirs : le io,
le Saint-Domingue, de Nantes, Capit.
Maillard parti le 18 novembre : Ie
1 I, le Brigantin le Hazard, de la Baffc-
Terre de la Guadeloupe, Capit. Avril,
allant A la Louifiane, de relIche dans
ce Port: le I 3, 4'Aimable-Addlaide, de
Dunkerque, Capit. le Cat, part le 4
novembre; Ie Fort, de Saint-Malo',
Capit. Mouffet, parti le 20 mai, ve.
nant de Bordeaux, ayant touched a la
Martinique, & PEte, de la Rochelle,
Capit. Giraudeau, venant de la C6te-
d'Or avec 197 Noirs Al'adreffe de Mrs.
Mefiier freres.-
NAVIRES Marchands en expedition.
Au. PORT-AU-PRINCE, la Pomone,
Capit.. Bouillac, pour Bordeaux.
DE PAR T de Navires Marchands..
Du CA, le Palmier,.Capit. Arreau,
parti ce jour pour Nantes.
PRIX des Marchandifes de la Colonie,
Au PORT-AU-PRINCE Sucre blanc,
6o a 63 1. common, 40 A 45 1. brut.)
28 1. Indigo.bleu & violet, 7 1. cuivr' 5
5 1. I~ f. 6 1. f. Caffe, l f. Coton>,
1801.
A LoGAN.E,.Sucre blanco, 6o a 64 L
commun, 40o A"4 1. brut z6 A 281 iv


( i.


; le-- ..ll.Slwc"...Si.IIBBlMt....


_ _______


IANNiE 1766.


[NO.. 5.]


---------------;i~-a~L ~ ':: :~-- "7"_ "~'~~~' ~~-' ~~


























I




I


Indigo bleu, 7 f. a 71. to f cuivre,
51.i o 51I f. Cafft nouveau, 4 f.
6 d. At f. Coton, 80 1o.
*A S. MARC Sucre blanc, 55 A 60 1.
common, 45 a 54 1. brut, z a 30 1.
(tres-rare). Indigo cuivre, 5L. io A
S1. 5 f. Caffe nouveau, 14 a 15 f II
n'y a ni vi-xc caff ni coton, ni cuirs,
ni piaflres gourdes a vendre.
Au CAP, Sucre blanc, 56 A 64 1.
common, 44 a 52 1. brut, to A 26 1.
Indigo bleu, 7 1. 71. io f. cuivre, 5 1.
ff.L 61. o f. Caffe nouveau, 14 a I f.
6 d. vieux, xz a x5 f. Coton, 190 a
19 5 1. Cuirs, 7 9 1. Pialfres gourdes,
36 pour io..
PRIx des Marchandifes de France.
Au PORT-AU-PRINCE, Vin de Bor-
deaux, vio a i5oL. de Provence, 601 .
Farine de Moiflac, 6o0 66 1.
A LEOGANE, Vin, 130 10 yi.
Farine de Moiffac, 6o A 66 1. Savfni,
6o A 66L
A S. -MARC, Vin.vieux, 170 liv.
nouveau, t 6o 1. Farine de Moiffac,
.70 1 Normande,40o 42 1. Savon, 80 L
Au CAP, Vin, 12o A 1401. Farine
de Moiffac, 60o 66 1. commune, 40
a 451. Boeuf, 60 A 721. le baril. Beurre,
. zo5af. alivre. Petit-fale, 24A 301.
'ancre. Huile, 1 A 30 liv. la cave.
Savon, 5 60o liv.
CoUvs DU FRET.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre &
Caffe, 2 d. Indigo, 24 a 3o d. Coton,
30 o 36 d.
A LfOGANE, il eft toujours fans
course fixe..
A S. MARC, Sucre blanc, xo den.
brut, 2 d. Indigo 24 a 30 d. Caff6,
lz d. Coton, 36 d,


Au CAP, Sucre blanco, -o d. brutg
x d. Indigo, 18 d. Caffd, x2 A4 z4 d
Coton, 24 a 30 d.
Mo 0 R T .
M. Chopin, Habitant au Quartier
des Verettes, ddpendance de S. Marc,
eft mort fur fba Habitation le 6 de ce
mois.
M. Gabriel-Micleh Magnan, ancient
Treforier de la Marine A S. Marc, &
Habitant A P'Artibonite, eft mort fur
fon Habitation du Cabeuil, ces jouri
derniers, 6galement que M. Paul Pine
Cloville, fon beau-frere, Habitant au
meme Quartier.
NEGRES MA RONS.
Au PORT-AU-PRtNCE, tin 'Negre
efpagnol, nomm6 OfJ, fe difantlibre,
pris au MirebalAis ; une Negreffe nou-
velle nation Mondoniue nommet
Zaaeau, etamp e iliiblement' ; tin Ne-
gre nouveau, nation Congo, etamp6
ftr le'fein droit LOBINOIS, fortant deS
prifons de Leogane.
Au PETIT-GOAVE, un negre Creole
nomme Pierrot, tamp fur le fein gau-
che IC, fe difant appartenir au nomm6
Laroque Mulatre libre, habitant A Ca-
vaillon, Quartier du Fond.
Av FORT-DAUPHIN, un Negre
Congo, nomme Jolicceur, dtampe futi
le fein droit VIVIERE, ayant fur le
gauche plufieurs marques de fon pays,
& P'tampe du Navire, pris aux Brula-
ges, fe difant appartenir au Sr. Live ha-
bitant au Cap.
Au CAP, un Negre Congo, nomm6
Franfdis, tamp fitr le fein droit FR,
& fur le gauche CONTANT, fe difant
appartenir A M. FranFois habitant a
Plaifance; une Negreffe Congo, nomi.


-A -I--ifT






#ie Faino ; etamrupee fur le fein gatr-
he FINOT, fe difantappartenir A M.
,inot habitant au Limbe.

NOUVELLES D'EUROPE.
P O RT : GA L ..
II y a quelque teams qu'it eft arrive
Lisbonne, de la COte-d'Angole, un
rince Africain qui, apres stre con-
enu avec le Miniftere de quelques
articles de commerce, fe propofoit de
after en Angleterre pour le meme
bjet.
ESP A GN E.
Le 1i aoct dernier, il fe tint dans
SVille d'Azpeytia une affembl6e pour
diftribution d'une parties des prix
ignes. pzr la Province de Guipufcoa
par le Magiftrat de Saint-Sebaflien
ceux quife diftingueraient, par leurs
alens, dans les fcienaces & les arts uti-
es. Le prix de la Province, qui eft une
idaille de io ounces en. argent, fitt
tdjug6 a un Maitre Coutelier de Saint-
ebaftien, qui avoit le mietux ruffim
tontrefaire les lames de couteaux de
a fabrique de Chatellerault. Un Habi-
ant de la meme Ville obtint 'autre
rix d'une Medaille en or, dui poids
t'une once, pour avoir indiqu' la meil-
leure nmthode d'armer un Navire, eu
"gard au nombre de i'equipage, aux
proportions. de fes mats & de fes cor-
dages.
Suivant .es lettres de Gibraltar, du
7o feptembre, les Corfaires. de Maroc
& principalement ceux de SalM, ont
repr fente a leur Souverain que le peu
d'eau qu'il y avoit fur les barres a Pen-
tree de leurs rivieres, les avoit emp-
chbs jufqu'a prefent de fortir de leurs


19
Ports; mais les grades mares de fep-
tembre ne leur laiffant aucune excuse,
le Roi de Maroc leur a ordonne, fous
peine de la vie, de mettre A la mer
pendant le course de ce mois. On ne
croit cependant pas que malgre la
rigueur de ces ordres, ils puiffent for-
tir, tant que les Fr6gates Franaaifes les'
tiendront bloques A Sale, A Larrache
& a la Mamora. On made auffi de
Gibraltar qu'un Corfaire A!gerien y eft
entree de relache avec un Bateau Por.
tugais, charge de bois, don't ii s'eft
empare : l'Equipage avoit en le bon-
heur de fe faiuer A terre. Un Corfaire.
de la meme Regence, qui peut-etre eft:
celui don't on vient de parler s'e&t
rendu maitre le 19 a la vue de Cadix,.
d'un Bateau pecheur dans lequel it y
avoit cinq homes qui ont te' faits
eflaves. Comme ce Corfaire etoit en-.
core a la vue du mmn e Port, on a en-
voye centre lui la Fr6iate la Soldad,
& le 12 ona fait partir auffi ,pour aller
croifer dais ces parages, le Vaiffeaut
de guerre la Princeje, de 76 canons,
commandI par Don de Spinola.
On. a- reu d'Afrique diffirens: avil
qui portent que les Barbarefques, aut
nombre de 2coa z mille homes, onf,
mis le fiege devant Mazagan, Place ap-
partenante aux Portugais. M. Duchaf-
faut rencontra, quelques jours avant
fax derniere relache a Cadix, un petit
Batiment Portugais qui alloit a Li--
bone demander du fecours contre 1'en-
treprife des Maures.
ANG.LETERRE..
On-mande de Londres qu'il y a tout
lieu de fe perfuader que M. Macartney
a heureufement terrnine la negociationt
don't ii. toit charge aupres de. la Cour


I11ICIII j-~_L-~.1-_ -.1 -.--j~...--..


r






de Petersbourg & que le nouveau
Traite de commerce avec la--Ruffie
fera inceffamment redige en forme &
fign6, mais fans aucun engagement of-
fenfif ou defenfif entire les deux Cou-
ronnes.
Extrait d'une Lettre ecrite de Senegal,
le 8 juilet 17635.
Je reviens de Galam oi j'ai trouv,
, les affaires du commerce dans le plush
, grand defordre. L'argent y eft extre-
o moment rare : les Commergans qui
n avoient couitume de payer moitie
. en argent, moitie en marchandifes,
.n e payment plus qifen marchandifes,
s & its ont porter le prix des efclaves
Sa un taux exorbitant. Nous avons eu
* auffi cette annee plufieurs de nos
n compatriots tuds dans 'une guerre
Save les Maures. Enfin Podore eft
a entierement d&truit & abandonn,4.
FRANCE.
Le Batiment Danois *pris par les
Fregates de l'Efcadre que command
M. Duchaffaut, & charge de munitions
de guerre, de matures, de poudre A
canon & d'une quanti.te considerable
de piaftres pourles Saletins, a etd .con-
duit a Toulon. II arrive journellement
dans ce dernier Port des Batimens char-
ges de bois .de conftru&ion, de forte
qt'on travaille dans les deux chantiers
a achever les Vaiffeaux le Languedoc,
de .80 pieces de canon; le Bourgogne
& le Marfeillois, qui en auront cha-
cun 74.
Le Capitaine d'un Navire d'Oftende,
arrive & Nantes, y a rapport qufal-
lant de concert.avec un autre Batiment,
il a decouvert dans la traverfe fous
le meridien de Teneriffe, une Ifle en-


gloutie, don't 11 a envoy le plan O.
tende pour fervir a ceux qui dans aI
fuite auroient occasion de diriger leur
course vers cet endroit.
La rcolte des fbies, qui en general,
a etc mediocre par-tout cette annie,,
a manqud prefque totalement dans no; '
Provinces meridionales. Des frimats
furvenus dans le teams que le meurier
etoit en.pleine feve, & que l'dducation,
des vers 6toit commence, ont redui.i
a la famine & bientot fait perir ces5
utiles infe&es. II n'en eft pas de mcrme,.
des produfions en g aneral de la terre.,
Toutes les efpeces de rccoltes ont tci
abondantes : il n'y a eu que quclques,
maiheureux qui ont perdu en beaucotupL
d'endroits les plus belles apparences,|
par la grkle & les debordemens.
11 y avoit au Port de Nantes, pen-
dant les mois de feptembre & d'oto-.
bre derniers, fept Navires en charge-'
ment pour Guine don't la p lipart
font parties pendant ces deux mois ;I
favor, la Jeune-Catherine, Capitaine;
Duval; la Minerve, Capit. Michon;
le Saint-Claude, Capit. Tournerie; la'
Revanche, Capit. de Ia Haye; le Duc-
de-Praflin Capit. Morellan; I'Anfon ,
Capit. Allain, & l'Ardent, Capitaine
Alotte. 11 y avoit en outre des projects
de plufieurs autres armemens pour la
meme C6te, don't les actions Ctoient
remplies ou fur le point de l'tre.
AM RIQ U E.
S. DOMINGUE.
Du CAP, le 1 janvier.
M. le Gras, Confeiller au Confeil
Superieur de cette Ville, flt inftalle
hier dans la Charge de Procureur-
General du Roi audit Confeil, & y


L. .I.IL-~aucaio~-i ~!11111111111~ I.~r+ ----r-~-






prit fiance le meme jour en cette
quality.
Le Navire te Superbe de Marfeille,
Capitaine Pignatel, parti de ce port le
to decembre, fe perdit fur la Petite-
Ignague la nuit du 15 au 16 dudit mois,
A une heure du martin. Tout l'dquipage
s'eft fauv une parties eft arrive" ici le
1 z avecle second Capitaine & les Paffa-
gers ; 3 hommes font reftes fur ladite
Ifle avec le Capitaine pour fauver ce
qu'ils pourront de la cargaifon. I1 fortit
hier martin une Goelette pour aller
chercher les homes & les debris du
naufrage.
Le Navire la Fide'lite', de Nantes,
Capit. Halgan, arriva hier au foir.
Leutre des Auteurs du Journal de Saint-
Domingae, a l'lmprnmeur.
Nous avons vu, Mr, fans reffenti-
,.ment dans votre Feuille derniere ,
n la fortie. que M. le Syndic du Linupb
, s'y permet centre notre Journal, Ce
V n'eft pas la premiere fois qu'on a mis
) la declamation A la place des raifons
, pour appuyer une opinion qu'on ne
, fauroit deffendre autrement. Nous
, ne nous amuferons pas A la refiter;
, la voix publique s'en chargers : fi
Snous l'euflions fait, c'euit ete avec
, des terms plus manages que les fiens.
, Nous avons l'honneur d'etre, &c.
M.Fage, Habitant au Limbe, nous
a fait paffer des obfervations fur le
meme fujet; mais il a 6te decide qu'elles
feroient inflrees dans le Journal.
Extrait dune Lettre du Port-au-Prince,
du 8 janvier.
Nos Citoyens, Monfieur, au nom
defquels je vous &cris, vous remercient
de 1''loge de feu M. Faure la Chapelle


que vous avez eu la complaifance d'in-
ferer dans la feuille -du i de ce mois;
ils me chargent de vous prier encore
d'inferer dans la prochaine fon epita-'
phe : c'eft, je crois, Monfieur un
honneur dii au merite du vertueux Ci--
toyen que nous ne ceffons de regretter.

a P I TA P H E
De feu M. Faure la Chapelle, Curateur
aux fuccejons vacantes au Port-au-
Prince.
En voyant ce tombeau, source de aos doulcurs,
Paffant,qui que tu fois, refpedes-en la caufe.
L'ami de la vercu, lidole de nos coeurs,
L'appui des malheureix.... laChapelle y repofe.

Verfe, arrolf avec nous ton ombre de tes plurv.
H!as! ces juftespleurs que tu nous vois repandre
N'excederonc jamais ceux qu'on doic a "a cendre.
.ln nemoria aterna erit julus : ab
auditione mala non timebit. Pif. iV.6.

SPECTACLES,
On donnera remain, A la Comedie
du Cap, le.Prince travefli, Piece en
cinq A6es,-du Thditre Italien,.fuivie
-des trois Gafcons, de M. Boidin.
Dimanche prochain on donnera
'Homme du jour, ou les Dehors trom-
peurs, Comedie en cinq Ades & en
vers, de M. de Boify; cette Piece fera
fuivie du Galant coureur, de M. le
Grand.
On donnera mardi prochain 2z du
courant, au benefice de Mde. Mentet,
le Tour de Carnaval, Piece en un A&e
& en profe, du Theatre Italien; elle
fera fuivie du Devin de Village, Opara,
de J. J. Roueffau, de Geneve, avec
tous. fes divertifemens.


'c""
~--~-- ---------1. .__c~~~,




--"'" -......- .vernement, au Cap. II recompenfera
AVIS DIVER S. ceux qui auront trouve r 5 pieces B
Le Navire z Mere-de-Farmile,. du i'eau de z, neiuves:, marquees C H,
Havre, Capit. Lefcan, partira pour que le dbo.rdement de la riviere a
ledit Port dans ,les derniers jours du emportees de chez M. Pickolier au
courant. Ceux qui voudronty paffer hait du Cap.
ou charger A fret, s'adrefferont A -Mrs. M. Lory, Confeiller au Confeil Stupe
Staziflas Foache & Compagnie, Nego- rieur du Cap, donne avis que le 3 de ce:
cians au Cap. mois, quelques-uns de fes. negres re-
Le N-avire la Pouponne, de S. Malo, tournans du Cap A fon Habitation de la
Capit. Mafft, eft en charge pour ledit Grande-Riviere, trouverent i la pointe
lieu, & partira a fa fin de ce mois. du jour, dans le chemin vis-A-vis la
Ceux qui voudront y paffer on charger hatte de la fucceffionLacombe, un Mu-
A fret s'adrefferont A Mrs, Cafauma- let gris, avec fon biat & fa garniture >
jour, le Marchand 8-Barrere, rue neu- qu'ils le conduifirent fur ladite Habita-
ve, au, Cap. tion oi i eft;' & qu'il e fera remettre
Le Navire le. Comte- de GClare de A ceux :aiqu ii appartient, fur leur re-
Nantes, Capit. Fourneanu, auiellement claiation.
en charge pour ledit Port, fon premier M. de Lory, Ecrivain de la Marine
rang etant fait, partira dans tout le au Cap,, done avis qu'i lui a ate
mois prochain. Ceux qui voudront y remis une Cuillier d'argent avec des
pafer on charger a fret, s"adrefferont armoiries, qui a etC trouvee, & qu'ii
audit Capitaiael, o u M. Jean ea, remettra aquielle appartient.
Negocant au Cap,vis-a-vis M. C"1apdu, I a. t paff6 au.mois de mars 1764
rue Penthievre. On trouvera chez le- par un Navire de la Rochelle allant
dit Sieuri Dea un affortiment complete au Port-au-Prince, un jeune-homme
de fer en barres, platess. roides & natifde Bremen, nomme Frans-Adam
quarres .qu'il vendra en. gros ou en van Lingen, muni d'une pacotille, le-
detail, le tout A juffe prix. quel a donn, avis de fon arrive A fa
Le Navire, l Ziphyre, de Nantes, famille, mais qui depuis a garden le fi-
Capit. Pierre Leray, partira pour ledit lence. Ceux qui pourroient avoir quel-
Port dans le courant du mois prochain. que connoiffance de fa demeure ac-
Ceux qui voudront y paffer ou charger tuelle, ou de fa mort, font pries d'en
A fret, s'adrefferont audit Capitaine, donner avis.au Sieur Marie ,Imprinmeur
en foi magafin, vis-A-vis M. Lory, du Roi, au Cap.
rue S. Laurent, au Cap. Les Paffagers Le Navire 1'Etd, de Ia Roehelle.
front logfs cominodement. Capit. Giraudeau, ai mouillr dans la
Le Navire la Lydie, de Bordeaux, rade.du Cap le 13 de ce mois,. venant
Capit, Daney, du port de 400 ton- de Juda, Cote-dOr, avec une tres-
neaux, partira pour ledit lieu du z2. belle cargaifon de Noirs i l'adreffe de
au 30 mars prochain. Ceux qui vou- Mrs. Mefnier'freres, Negocians, iui
dront y paffer ou charger a fret, s'a- en ouvriront la vente vendiedi pro*
drelferont audit.Capitaine,rue duGou, chain 17 du courant. ..


_~~~ --__~____-~y ll L rl-wu' L


la(
:r
.ri
r
C
i"

I
ih

i!.
i
~.2:]




1.

r
r
;
ri


i





Le Navire te Frere & Ia Sa r, du
Havre Capit. Mouchel, eft arrive
dans le Port du Cap le 8 de ce mois,
venant de la C ete-d'Or avec z56 Ne-
gres. Mrs. Lory, Plombard & Compa-
gnie en ouvriront la vente famedi pro-
'chain 18 courant, les mauvais terns
ayant emp&~ch de l'indiquer plutot.
Le mardi 2. de ce mois, it fera fait
fur I'habitation des miners Budan de
Bois-Laurent, au Quartier de Limo-
nade, vente an comptant de divers
meubles & effects, chaife roulante &
chevaux de chaife., dependans de la
fucceflion de feu Dame d'Hormepierre,
mere defdits miners Budan.
Le famedi 15 'courant, it fera pro-
cid 'a la Barre du Siege Royal du Cap,
a la vente de z2 t8tes de Negres males
& 3 Negreffes, faits au pays ; de 4
Mulets, d'un Cheval de monture &
'd'une Place fitudeiau Grand-Boucan,
'dependante de la fuicceffibn du feu Sr.
Bauterolle.: cette vente ffefra hrequete
de M. Foache1 fon Executeur tefta-
mentaire.
Le Sieur Louis Foucher, Ncgociant
au'Cap, a reu de Nantes, par le Na-
vite le Saint-Domningue, venant de ce
Port, du Tabac en bouteilles d'une
qublitZ fuperieure; il a auffi recu de
tres-bon The verd. 11 demeure aduel-
lement dans le magafin que M. Rateau
occupoit ci-devant, faifant le coin des
rues S. Laurent & de la Potinte.
Le Sieur Blanchard, demeurant rue
de la Fontaine, pris le board de la mer,
a regu par les derniers Navires, de la
Graine pour les oifeaux, ainfi que des
Portes de four, Rouables & Coupes-
pftte & l'ufage des Boulangers, don't il
fera bonne compofition.:
Le Sieur Dekon & Affocies, refidant


23
au Bourg dui Troi, donnent avis qu'i T
raccommodent les Chaudieres i ctere,
& garantiffent leurs ouvrages. Ils pro-
pofent h Mrs. les Habitans qui voudront
s'abonner avec eu' t l'annbe, d'entre-
tenir leurs -Chaudieres & de leur en
fournir pendant tout le teams de leur
abonnement, attend qu'ils en auront
toujours de rendues aux embarcadaires
voifins. Ceux qui auront befoin de leur
miniftere, pourront leur ecrire par la
Pofte.
venidre, une Habitation fituee fur
la riviere du Boucaffin, a une demi-
lieue de la mer, confiftant en 40 quar-
reaux de terre, don't 25 arrofables,
avec deux indigoteries, un moulin .
eau, une cafe principal & des -cafes
A negres. Un Terrein limitrophe, de
1 o quarreaux de terre non arrofable,
propre au coton. Ladite Habitation eft
fikfeptible d'aggrandiffement pour y
faire une Sucteriee de a oo 30milliers
de fircie. On s'adreffera a M. Comparing,
proprietaire, Habitant au Boucaffin.'
A vendre 32- quarreaux de terre,
fitues aux Sarazins, Quartier du Mire!
balais, appartenant A Mde. veuve Sa-
-cau, demeurant au Boucaffin.
A vendre une Habitation fife h.
Quarter du haut Limb&, attendant lI
Souffriere, lieu dit la Ravine-d-Cale-
baq -la lifiere des habitations Blon-
deau & Duhamel, confiftant en 64
quarreaux de terre, parties en plat pays,.
le tout en bois debout, except deux
quarreaux qui ont eit abattus pout
commencer les etabliffemens; 1'eau y
eft abondante, quoiqu'on y foit a P'abri
des debordemens. On y peut fire dta
merain & toute efpece de culture,
d'autant mieuxI qu'il y a un chemir
pout allet au Limbe oh les cabrouets






2,4
peuyvett patfer. 11 faut s'adreffer A M;
Boarque., Procureur au Cap, qui en
fe-ra borne compofition,
Le Sieur Claris Miroitier, etameur
de glaces, demeure a&uellement rue
Dauphine, maifon de M. Lapere,. au
Cap.
Deux Negres nouveaux etampes
DLDA, font marons depuis environ
un mois; ils fe font echapes des Cayes.
Ceux qui Les reconnoitront font pries
de les fire arreter & d'en donner avis a
Mrs. Vincent freres., Negocians- aux
.Cayes, on t Mrs. Chappuis & Galind,
Negocians au Cap.
Un Negre Congo, Perruquier, age
de 33 ans, taille de 5 pieds 3; pouces, la
,peau rouge, gros yeux, jambes bien
,faites etampe6~3TT GdV~, eft ma-
ron. Le Sr. Courville Perruquier anu
Cap, qui ce Negre appartient, pie
ceux qui le reconnoiroant, de le. fire
'arreter &e lui. en donner avis.
Un Negre Cr6ole, nommz Colasr,
etampe BAROT, eft maron depuis 8 A
10 jours, & a emmene un chevat gris
appartenant a fon maitre. On foup-
nne qu'il s'eft retire dans le Quartier.
de la Grande-riviere. M. Faurie, habi-
tanrtau Quartier de lFAcul, a qui ce ne-
gre appartient, pris ceux quile recon-:
.noitront ,de le fire arreter & de lii. en
.donner avis, ou a M. Molere, fils ,. N-
gociant au Cap. I1 y aura x-2o .. de re-
compenfepour celui qui le ramenera.
UnrNegre nation Bambara, pomme
Ciar, etampd BLONDEL AV CAP,
& LCH, ayant de grandes marques de
fon pays qui lui defcendent des deux
c6tes du vifage,, taille de 5 pieds 4 A 5
pouces,affez bien fait, ge d'environ 25
ans, eft maron de lanuit dru'.t au I zdel
ce mois,.& a ,mporte plufieurspieces
At


de mouehoirs. de Rouen', fond rouge;
facon des Indes, phufieurs pieces de de-
mi-Perfe, une piece bafin peinte en in.
dienne a petits bouquets, des mouffei-.
nes.raydes. On prie ceux qui le recoa-
noitront de le fire a rreter & d'en don-
ner avis a Mrs. Groi l freres, N4gocians
rue Neuve au Cap ; la prife fera paye..
11 s'eft echapp" le i de ce mois de la
maifon du.Sr. Olivid, Place de Clugny
auCap deux chevaux,; uh,, Tocade,
grande taille la face & les quatre pieds
blancs, 6tampe la cuiffe du c6td du
montoir IC ; 'autre,. poil gris-de-fer,
entier & petit, etarape ITL entrelaces.,
appartenans 'a M. L eillard, habitant '
la Grande-riviere. Ceux qui en auront
connoiffance, font pries de lui en don-
ner avis, ou M. Gayot, oum Mb.Douat,
Negocians rue du Gouvernement.
U s'eft echappe le 3,0 decembre der-
nier de la favanne a 1. Chapdu pris
FHopital, un cheval C eole ,en fort bor;
etat ,Epoiroage, longue queue, etampie
a 1'epaule du cote du moatoir AC, & a
la cuiffe, d'une ancre. M. Boulard mar-
chand au Cap, Place Notre-Dame,
qui ce chevalappartient, prie ceux qui
le reconnoitront,.de lui en, donner avis.
Detx Chevauxpoil brun, Fun tirant
fur le noir, & I'autre chatain, avec une
etoile blanche fur le front, etampis LO
& d'unee tampe efpagnole, font fortis
il y a un mois de la. favanne de M. La-
molere de Feuillas, Procureur de 1'habi-
tation Perreau au Quartier Dauphin.
M. Molie Negociant an Fort-Dauphin,
.quti ces deux chevaux appartiennent.,
-prie ceux qui les reconnoitront de lui
en donner avis: il les a achetes h la
veat de M. Loijeau, Confeitlerau Con*
feil Superieur du.ap.
S:e f"rm lon,


~Fr


- "' I-'





1


:ARRIVEE de Navires Marchands.
Au PORT-AU-PRINCE, le 12 de ce
mois, l Jupiter, de Dunkerque, Capit.
Bruffetyd parti dudit lieu Ie 23 no-
venbre 1764, venant de la Cote-d'Or'
avec 174 Noirs A adreffe de M. le Ray,
N6gociant de cette Ville; le 14, la
Marguerite, de Nantes, Capit. Cadou.
A S. MARC, le i de ce mois, I'Her-
mione, de Nantes, Capit. Jean Halgan,
part le 17 novembre dernier; le 1 ,
le Ferme, de la Rochelle, Capit. Cou-
tan, parti le 1 3 novembre, ayant tou-
chd au Cap le 4 de ce mois; le 17, le
Marquis-de-Narbonne, de la Rochelle,
Capit. le Mire, parti le 14 ddcembre
dernier.
Au CAP, le 14 de ce mois, la Fidd-
liti, de Nantes, Capit. Halgan, part
le 30 novembre; le i6, le Franois,i
de Bordeaux, Capit. Lavaud, parti le
17 odobre; le 17, L'dimable-Angeli-
que, de la Rochelle, Capit. Cadou,
parti le 30 novembre, & la Dorille,
de Bordeaux, Capit. Defarneaux, part
le 17 otobre : le 18, le Regime, de
Bayonne Capit. la Courtaudiere,
parti le i o novembre; Ie Saint-Martin,
du Havre, Capit. Germain, parti le
19 decembre, &.le Mentor, de Mar-
feille, Capit. Durand, parti le 16 no-
vembre :le 2o, le Duc-de-Choifeul, de
Nantes, Capit, Samoual, parti le 18
dicembre,





L.. -..


NA VIRES Malrchands en expedition.
Au CAP, le Prince-de-Rohian-Gue-
;.'ene, Capit. Morel, pour Nantes;
L'Adif, Capit. Aycard, pour Marfeille;
I'Lranie, Cap. Joannes du Colombier,
& te Maricizalde-Luxembourg, Capit.
Bremont, tous les deux pour le Havre.
PRIX des Marchandlfes de la Colonik.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre blanc,
60 A 65 1. commun, 45 a 5 51. brut,
26 z 28 1. Indigo bleu, 7 1. A 71. 1o f,
(tres-rare); cuivr, 5 1. 1o f. a 6 1. (11
n1y a point de CaffU ni de Coton).
ALEOGANE, Sucre blanc, 58 'a 63 1.
commun, 43 a 48 1. brut, 16 A 28 liv.
Indigo bleu, 7 1. 5 f. A 7 1. o f. cuivrd,
5 1. iof. A 61. Caff nouveau, 14 15 f.
Coton, I801.
A S. MARC, Sucre blanc, y2z A 551 .
common, 42 a 45 1. brut, 15 A 27 1.
(tres-rare). Indigo cuivre, 5 1. 5 f.
51. io f. ( i n'y en a point de bleu).
Caffe nouveau, 14 f. A i4. 6 d. Co-
ton, 160 A1701.
Au CAP, Sucre blanc, 56 A 64 1.
commun, 40 A 5. 1. brut, 18 a 26 1.
Indigo bleu, 7 1. A 7 1. 5 f. cuivre, 5
a 661. Caffe nouveau, 14 f. 15 f. 6 d.
vieux, 12 a 4f. Coton, 90 9 1951.
Cuirs, 7 9 1. Piaftres gourd. 36 p. oo.
PRIX des Marchandifes de France.
Au PORT-Av-PRINCE, Vin, 130 "


-U..~~
/y'.


ANNiE x766.


LL ~. -:-)Z1B..~d*lr~- -I*iL ....~..1. I ---r-fSI---L


[ NQ 4.]


fi
.1
m


AFFICHES AMERICAINES.
Du MAiercredi 22 Janvier.
^^^^^ ^^^^^^^^^^^^,^^^^ ^i^aMiM^Ttrmi<'am^'i- -iiinr~i- t T-r~r-~~TL~^M -mrwr'~mi~ifrrww-C*<^^rTI- MBnM*-irri-ltihiir-iTii ir>fjTfttU i '>li




1=-u I ^"~ -~"~~ ______~-~h-~


150 1. Farine de Moiffac, 60 1. com-
mune, 40 a 45 1. Savon, 5 5 a 60 liv.
Boeuf d'Irlande, 70 a 75 1. le baril.
A LEOGANE, Vin, 150 1. Farine de
Moiffac, 6o 1. Savon, 66 1.
A S. MARC Vin vieux, 160 x 701.
nouveau, 5g 1. Farine de Moiffac,
66 a 701. Normande, 40 a 411. Savon,
o70 a 80 1.
Au CAP, 'Vin, I o 1 1601. Farine
de Moiffac, 6o a 66 1. commune, 40
a 4 51. BEcuf, 60 o 72 1. le baril. Beurre,
g A zf. la livre. Petit-fald, 24 30 1.
1'ancre. Huile, i8 A" 24 liv. la cavc.
Savon, 55 a 60 liv.
COURR.S DU FRET.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucrel, o1
S12. d. Indigo, z4 d -Caffe., i9 a H-ld.
'Coton, 3o d.
A LEOGANE., Ie cdurs eit le .Bne i
qi'au Port-au-Prince.
A S. MARC, Sucre.blanc, o10 2 I ,
brut, Iz a 14 d. Indigo, 24 A 30d.
.Caff., x zd. Coton, 36 d.
Au 'CAP ,Sucre blanc, io d. Irut,
12: d. Indigo, 18 den. Caff, '4 den.
'Coton,, 24 d.
Mo RT S.
Le R. 9P. Lacaffy, Cordelier Cure
de la Paroiffe de Saint Frianois du
Grand-Goave, y eit mort ie 4 de ee
mnois, age de 47 ans 3 mois : il 6toit
frere de M. Lacaffy, Habitant aux An-
glois, Paroiffe de Saint-Louis, deceddi
le 3 1 ooobte dernier.
M. Philippe-Martial Maurct, Avo-
cat en Parlement & au Confeil Souve-
-rain du Port-au-Prihce, y eft mort le
*3 de ce nois, age d'environ z6 ans:
i4 etoit natif de Bordeaux.
Mide, Efmnnard Habitante a la


Plaine-du-Nord, dependance du Cap;,:
y eft morte le 19 de ce mois, ~ie g
d'environ 89 ans : elle etoit Creol ,
c a eu deux maris; elle a vicu avec'
le premier 32 ans, & 34 avec le dci.1r:
nier, qui refte veuf a lage de 69 ans.';
NEGRES MARONS.
AUPETIT-GOAVE, un Negre creo1 :
nommPierre, fans tnampe qui a tl
clare appartenir ,u nommr e Biidoznr:,
m. 1. & Habitant ai Jicm.eL i
A S. MARC, un Negre Madinguec,]:
etampe illifiblemernt age6 de 23 a 25.
ans, dela taille de 4 pieds io pouces,:
pris aux-Gonaxves, qui n'a pu dire folnt
nom .n celui de fon r nare.
Au FOR'T-DAUPHIN', un Ncgre|
creole ,nmommcn Simon, etampd fur ler
fein droit G. B.:& f ir ie gauche R. E. ,i
fe difant appartenir.a'M. Paterfon ; un[
Negre Congo, nomme Michel, 6tampLe
fur le fein d&oit DAUX & au-deffobr-l
GOD, & fur le gauche UX, qui n'a pu~
dire le nom de fon maitre; un Negre ,
creole Angiois, tampere fir e fein droitfi
P. C. H., fe difant appartenir a M. le'i
Blond.
Au CAP, un Griffe fe difant librei
age de 3 5 ans, de la taille de 5 picad
n'ayant point de dents, qui a ddclare
fe nommer Jean-Marie Rufinane, du
Port-au-Prince ; un Negte nouveau,
de nation Congo, etamp6 fur le fein
droit Bruilhzet, qui n'a pu dire feon
nom ni celui de fon maitre; un autre
Negre Congo, nommi Michcl, dtampD
fitr les deux feins LE BARON DE |
CAULIERE, fe difant appartenir A M.
Guillaudeu, Confeiller au Confeil Su-
perieur du Cap ( ces deux Negres for-
tent des prifons du Fort- Dauphin);
un autre Negre Congo, auffi nomrnw


;u--~~ ----- ~nrr~ raRaDbUPI-'nrsa~Q3;~;;r~~ 'r~li*u~., ~ ,.I_,..,..,, ~.c~









>iz, .am I. .HR cntrclacces, e
di~int appartenir Ula facceffion Ardilt
fo ; un aitre Negre Congo, nomm:
Jo.!icz:c ctam?, ,ir Ie feirn dro:it
IVIe dat apperi" M.
in N-,gociant au Cap; un Negre
"creole, nomrn. J n-Baptzih, ethmpce
' foir ie feir gauche S. M., fe difant ap-
iApartenir af M. Romieu, Habitant au
, D oi-don.
"'1 ... ..._,.u, t ---- : - -
NOUV.ELLES D'EUROPE.
ST AL LI E.
I Deux Fregates dLu Roi de Sardaigne
font forties du Port de Villefranche le
S feptembre dernier, pour aller croi-
i r fiur les cotes de ce Royaume con-.
treles Barbarefquesqui-y ont paru;
Sdies font commanders par les Officiers
SAnglois que Sa Majeft- a pri a .foan
Service.
S Suivant des lettres de Malte, un Of?
Sicier Sicilien & fna.femme .ainfi que
trois autres paffagers qu'un Cprfaire
Sde Tunis avoit enleves fur un Batiment
,rancais qui alloit de Palerme a Mef-
f i.e, ont et6 remis en liberth e la re
quifition du Conful de France a Tunis.
oh its avoient 6te conduits. On ajoute
que le Commandant du Corfaire a .td
a rret6, & fera fdvdrement puni,
P'o R .JU G A L.
S Onr apprend de Lisbonne que le Roi
ayant reconnu qu'ii refittoit de tres-
grands inconveniens de la maniere don't
Sfe faifoit Ie commerce de la Bale de.
STous-les-Saints & de Rio-Janeito, oh
les Vaiffeaux ne pouvoient fe rendre
qu'efcortes par des Flottes & des Ef-
cadres, Sa Majeftt a entierement aboli
Set ufage, & a permits fes Sujets, par


27
Aun- Diclaration qui aura force de loi,
de naviguer librcment ou d'envoycr
i urs Vailieaux&n marchandifes, cua nj
boa leur iemblera tanrt dIH leidtV
Ports que dcans s. antrc.s Domniaes
oh le commerce n'c9t point defend
par des privileges exclulifs; it leur cfl
permits de plus de naviguer d'un Port
a; l'autre dans les Pays ot la ddifnie
n'a pas lieu, & d'en. tran!Porter les
marchandiies don't le commerce eft
permits ; Cette. iberte.de navigation
a'aura cependant~:ieu que du jour que
les deux Flottes, I' ne don't le retour
toit. prochain, & l'autre ifr le point
de partir feroient rentrces dans le
Port- de.Lisborue, afin de n'apporter
aucu: changement -aux marches qui
pouvroient avoir ete faits elativement
a ces deux Flottes.
Les Riglemens de I708 &S 1763
concernan la defertion, ont it renou-
vells detuis peu, &. le Roi leur a
doneplus d'6teAdue. La peine de mort
eft dcern+e contre ceux qui dans leur
defertipn.auront pafle chez 1'etrancer,
&..les Ecclfiiafilques &.les Religieux
qui auront cache des deferteurs, ou les
auront favorifes dans leur fuite, front
condamnes au banniffement. Sa Ma-
jefta accord en m8me teams une am-
niftie en faveur de tous les d6ferteurs
qui fe trouvent ad&uellement dans 1.
Royaume.
E-S P A-G NE.
Le 5 feptembre dernier la Fregate
de guerre le Lievre de 26 canons,
ipartit du Ferrol pour.la- Louifiane, oh
elle tanfportoit un Dectachement de
cent hommes de Troupes, quatre Of-
ficiers, deux Peres Capucins, don't I'un.
Seft nomme Eveque & l'autre Vicair-eA


j~


-C~' ~ ~-r-Trx~"` --cl- .--L--L*C"~-CIICICIC-l-"---_-


II.








general de la Colonie, un Commiffaire des obligations feroit r'duit, de 4 qu'il
des Guerres & trois autres Officiers de ptoit, A 3 pour Ioo. Les Proprietaires
plume, front requis de donner leur confen.
tement ou leur refus a cette rduifion
ANGLETERRE. i 1
le 20 fEvrier prochain paffe lequel
On dit que le Marquis de Bloffet, teams les capitaux &: inter&ts des obli-
charg6 des affaires de France en I'ab- gations qui n'auroient pas ted prcfen.
fence du Comte de Guerchy, a pre- tees, feroient entierement liquids.
fente au Miniflere un M6moire tendant Enfiite le Prefident inform I'affemblee
a reclamer le droit de trafiquer en cer- que les avis requs en dernier lieu de
taines parties de la Cote d'Afrique, 1'Inde, etoient favorables & avanta-.
& d'y former des etablifiemens. Si cela geux A la Compagnie.
eft, on ne doute nullement que cette On 6toit occupy A confiruire dans
pretention ne faffe un des objets des la Tamife douze Vaiffaux pour le fer-
inftruAions duDuci de Richmont, don't vice de la Compagnie des Indes. La
le depart pour Verfailles etoit fixed pour plitpart de ces Vaiffeaux devoient etre
la fin de feptembre ou le commence- lances pour mettre A la voile a la fin
cement d'o&obre. de Pannee derniere, ou au commen-
L'emeute des Charbonniers de New- cement de la prefente.
caflle eft revenue fi f6rieufe, que le Des lettres reques de Minorque ont
Gouvernement, au lieu d'employer !a appris que le Gene'ral Townshend,
force, a eftme plus convenable de les Gouverneur, y a fait venir une cer-
mettre a la raifon par les voles de la tame quantity de plants de vigne de ~j
douceur, en ordonnant d'examiner les Madere pour en effayer la culture
motifs de leurs griefs. 11 fe trouve ac- dans cette Ifle. Ces plants ont deja,
tuellcment dans les Ports de Shields donned du vin; mais il n'a pas le parfum '
& de Sunderland plus de 600 Navires des vins de Madere.
qui y attendoient a fire des charge- On etoit informed que le Capitaine
mens de carbon. Hudfon, qui avoit &t6 envoy en Bar-
On affure que la Cour fe propofe barie par le Chef-d'Efcadre H-arrifon,
d'envoyer au Senegal ine perfonne pour demander juflice d'un Corfaire
intelligence qui fera chargee de nego- Algerien qui avoit pris & brf ld un
cier une reconciliation avec le Prince Navire portant Pavillon Anglois, a
Cid-Hamet, & de lui remettre des p.r- obtenu du Dey d'Alger 3000 fequins
fens en temoignage d'amitid. On par- d'indemnite, & un Batiment a fon choix
loit auffi d'envoyer une Efcadre de A la place de celui qui avoit t6C pris.
Vaiffeaux de guerre en croifiere fur la Suivant une lettre de Rofshire, on
parties de la C6te d'Afrique qui eft fous a decouvert dans les Terres de M. Mac-
la domination de la Couronne. kenzi d'Appelcrofs une mine de cuivre
Le 26 feptembre, la Compagnie des don't le mineral ne perd pas un tiers
Indes tint une affembleegenerale, dans de fon poids quand il eft raffind.
laquelle il fut unanimement refolu qu'a Comme cette mine eft pres de la mer,
computer du 3 1 mars prochain l'interet & que dans les environs il y a beau-


~L~~--;~C=T.








coup de bois pour fire du charbon,
ii y a lieu d'efpirer qu'elle fera d'un
tres-grand rapport.
Le prix de la gomme de S6n6gal a
hauffI en ce Royaume, depuis le com-
mencement de feptembre, de i pour
100oo, & on s'attendoit une augmen-
tation encore plus considerable, acaufe
du peu d'efperance que 'on avoit d'en
recevoir d'Afrique une nouvelle pro-
vifion.
FRANCE.
M. L'Abbe Gallois a rapport de la
Chine, oh it dtoit alley voyager par
gout pour 1'Hifoire naturelle, I'arbre
qui produit le th.ed avec des graines
fraiches du meme arbre, ainfi que le
manguier, le jambos, le fi ffler, plu-
fieurs autres arbres ou arbuffes, aufi
peu connus en Europe, & beaucoup
de graines du Pays. II a de plus amene
vivant, & prefente au Roi, 'animal
qui fournit le mufc, & qui n'eft pas la
civette, quoiqu'il lai reffemble beau-
coup.
Le Roi, en reconnoiffance des ta-
lens fuperieurs de feu M. Clairaut, a
accord une penfion de 1200 liv. a la
Dlle. Clairaut, four de ce clebre Gao-
metre.
Le nomme Pierre Gauff'er, furnom-
me Come, pauvre mendiant, eft mort
dans la Paroiffe de Ludonen-Medoc,
le 16 feptembre dernier, 5ge de 1o6
ans 6 mois 14 jours. II avoit travaille
A la terre jufqu'a l' ge de 88 ans : fon
pere eft mort a 99 ans, fa mere Z 10
ans, une de fes tantes maternelles au
meme age, & un oncle paternel 1 i05
ans.
Nous apprenons que la Tragedie
d'Adelaide du Guefclin, ancienne Piece


z9
de M. de Voltaire, qu'on a revue fur le
theatre avec un plaifir nouveau va
repaffer fous les yeux de ce celebre.
Auteur ; qu'il y fera des corrections
intereffantes & qu'elle devoit &tre
rdimprimie inceffamment avec les
nouveaux foins de l'Auteur.
A M R I Q U E.
Le mecontentement des Habitans
des Colonies de PAm'rique feptentrio-
nale fubfifte toujours. Les chores ont
ere portees, fitivant une lettre du moist
de juin dernier, au point qu'il ne fe
faifoit plus de commerce a la Virginie,
que les Marchands 6toienr prets a faire
banqueroute, & les Tribunaux a ceffer
leurs fonftions.
On made de la Nouvelle-Provi-
dence, que M. Johnflon, Gouverneur
de la Floride occidental, a envoy
des ordres pour engager, tant a la Nou-
velle-Providence qu'a Bermude un
certain nombre d'habiles plongeurs ne-
gres qui front employes a la p che des
perles dans la Baie du Saint-Efprit, oiL
l'on trouve en abondance une efpece
de perle d'huitre qui ne le cede en rien
aux perles qui font importees du Brefil
en Europe.
Une lettre de Terre-neuve, en date
du 22 juillet, apprend que les Anglois
y ont perdu un grand nombre de Ea-
teaux, entire autres quatre dans le petit
Havre, ol neufhommes ont ete noyes;
douze dans Tr6pafy, don't il ne s'eft
fauve que trois homes: deux ou trois
homes ont aufi. peri dans la Baie de
Bulh. Dans le Feryland, Formous &
Kenew, feize Bateaux ont dt6 egale-
ment perdus, & on prfuime que les
Pecheurs ont etd noyes. La meme let-
tre ajoute que la perte des Bateaux a


iip







ete encore pius conid.;rab!e maise
que l'o ne peut enter pour le preleat
dans auciae dieaib

SPECTACLES.
On donnera domain, a a.-Comdd.e
da Cap, I 'Ho/,mme dujour, & i D!-
gueifnmpnt pacjoral.
On donnera mardi prochain 2"...d
courant, au binefice du Sr. Dugange,
Ls Caqatets des Femmes Comed.ie en
trois A&es & en profe, de M. Rico-
boni. Cette Piece fera fitivie de la Soirec
des Bouevards, Opera-comrique, orn A
de tous fes agremens. Ces deuix. Pieces
n'ont jamais et6 jouees dans cette Ville.

AVIS D-IVER S.
.4gnces. & Nroidations .e'zratz es.
La Compagnie.qui s'eft charge de
a. fuite general de toutes affairs de
droit, de police., de commerce de
finance & de grace, tant :enmnatieres
ecclefiafliques que. aiques,: en France
& dans lePys ayserangers, pr vient Ie
Public qu'au moyen des Ccrrefpondans
qu'elle a etablis en. Europe &cenkAm&-
.ique, il fe trouve une relation intime
de toutes les Vilies avec Paris., &!de
cette Capitale avec les diffirens lieux,
pour remplir les vues de fon entreprife;
qu'on trouve chez fes Correfpondans
le detail des affaires que 1'onw gere
le tarif des honoraires qu'on pergoit,
& Ic tableau des conditions qu'on pro-
pofe.
Cette Compagnie & fes Correfpon-
dans donnent gratuitement ..leurs fe-
cours aux perfonnes don't 'indigence
eft conftatde par un certificate du Cure,
vif6 par un Correfpondant domicilie
dans l'endroit le plus voifin de la Ville


qu'elles habitcron.t; on n'cxigera.qcue,
les d6eourf6os.
I: Afin de fair connoitre la droiture
de fes intentions, cette Compagnie ni
fes Correfpondans ne fe chargent point
d.affair.es .o, elc blefee Peflime du Pu-
blic qu'ils font trop jaloux de mdriter
Spar le zele qui'ils apportent a remplir
leurs fonco:2
Le Bureau general a Paris eftia Ho-
|tel de la Prev6td, ru.e d'Argeateuil,
a S..Domingue chez M. Dordoquy
ainc, Negociant au Cap ,. Correfon-
dant general de la Compagnie pour
toute ce1te parties de 1'Amcrique, le-
quel recevra &, fera-,paffer tousles pa-
quets qui l!i. front adreffs, moyen-.
nant qu'ils.foient affranchis; autreiment
is refteront au Bureau,,
Le Navire la To;Jfonbd'Or de Mar-
feille, Capt Cofme Pafturel, du port
de 600 tqnneaux, armed de 16 canons
d. 6, .. o hromms d'lquipage, par-
tira du, Ei au 20o du prochain...Ceutm
qai.voudront y paffer ou charger A fret,.
s'adrefferpnt audit Capitaine, en bon
magafin a t.Cap, rue Pen.thievre, mai.-:
fon de Mde. Laralde, ou A' M. Gay,
Gereur.
SMe. Lecerc., Procureur au Cap, de-
meurant ruei du Confeil ayant cte
nommC Syndic des Creanciers de la
fucceflion defeu M.L Hirel, par l'affem-
bl.e defdits Creanciers, tenue chez
Me. Dcre,.Notaire, le 9 'dcenmbre der-.
nier, prie ceux de Mrs. lefdits Cran-,
ciers qui n'ont point figne ledit aae,
de vouloir bien alter le figner chez
ledit Me. Dre', pour eviter les frais
d'tmne homologation : Me. Dore' don-
nera le&ure A ceux.qui n'etoient point
prdfens audit a&e, dans lequel ils ver-
rent que tous les droits &. privileges:.


-- ..- *


"'*









t.. .
SII'






I.








i


~II: ~.5awl saw" No







de chacun d'eux y font r6ferves. Ledit
Me. Leclerc prie pareillement lefdits
Creanciers, tant ceux qui ont fignd,
que ceux qui ne Font pas fait, d'en-
voyer chez lui la note de leurs crcan-
ces, la date de leurs tires, Ia qualitedes
,cr6ances, la date des condamnations
qu'ils ont pu obtenir, afin de le mettre
Smeme de faire un tableau general des
creances, fur lequel front diftingues
les Privilegies, Bailleurs de fonds &
-Chirographaires, les capitaux & les
intlr ts, d'aprcs lequel il pourra eta-
bfir fes repartitions. II donnera enfuite
communication de ce tableau ceux
.qui voudront la venir prendre chez lui,
ainfi que du tableau geinral qu'il fe
prbpofe de fair fire, fous pen, de
1'Habitation & Negres confids A fanl
administration, & la fin de 'annee
letat de la recette & depenfe, &-de la
folde A repartir. On evitera par-ld tous
Sfrais, cette fucccffon en etant dea ac-
cablee, & on fe decidera plus facile-
ment par la fuite furle part A pr.entre
pour voir la fin de cette affaire. S'il
firvenoit quelques 'v&emens.ext-or-_
dinaires, Me. Leclerc fe propofe pareil-
lement d'en c nner avis par c.tte voie
,A Mrs. les Creanciers,
M. M.a4urct Comnmis 'au Greffe du
Confeil Souverain du Port-au-Prince,
'Exdcuteur-teffamentatire & L'gataire
univerfel Ge M. Mauret fon free, vi-
vant, Avocat en Parlement & audit
Confeil du .Port-au-Prince, prie ceux
qui ont des affaires dans fon Cabinet,
de les retire & d'en payer les hono-
raires, ledit Sieur Mauret dtant fur fon
Zdlpart pour France.
Les Crdanciers de la ficcefion du
Sieur Jean-Laurent-Michel Bodin, font
pri6s par M. Prieur, Curateur aux Va-


3t
chances du effort du Cap, grant ladite
ficceflion, de li ifaire remettre la note
des fommes qui leur font dues, afin de
proceder A la repartition des deniers
don't ii eft depofitaire.
Le Sieur Blot de la Motte, embarqud
fur la Fregate du Roi l'Opale, en qua-
lit6 de Soldat de Marine, eft refte ma-
lade A ]H6pital du Cap en 1762, lors
du depart de cette Fregate, & en eft
forti apres fin ritabliffement. On price
ceux qui en auroient connoifinmce, d'en
d'onner avis A M K'Drnobmin, Avocat
en Parlement & au Confeil Superieur
du Cap, qui a des nduvelles de ia fa-
mille A lui cornruniquer.
A vendre a-la TBarre du Siege Royal
du Cap1, le famiedi I.fe'vrier prochain.
neufNegres & unemNegreffe, canotiers
& de plhce. don't un maFon & cocher,
d'pendant de la fucceffion Ducos.
A vedlre.,itan Magafin fitfu dans la
grande tue des Cayes-du-Fond-de-i-fie-
A-Vache, confiflant en quatre grandes
;chrmbres,di-t cabinets dansla galerie,
& un appentis fur le derriere, fervant
de-cuifine. 11 y a de plus un batiment
en maeonnerie, faifant face A la mer,
qui n'eft point covert; le tout eft at-
tenant a la maifon de M. Dutruch. 11
fant s'adreffer a M. Lucas, Marchand,
demeurant aux Cayes, vis-a-vis la
Place d'arnmcs.
A rendre une Habitation de 5o
quarreaux de terre fife parties A la
Marmelade, & parties a la Souffriere
du Dondon, aeuellement en hatille,
mais propre a etre cultivde en caffi;
elle eft pourvue de deux bonnes cafes,
de 16 bates A comes, de cochons, de
volaifles & de tous lesn-eubles necef-
faires dans un commencement d'.ta-
bliffement. On s'adreffera A M. dz


I1PI-. ---~- -I~ -~-` ~~~ ~~ ~- 'T~-~ -~----CI--Fr~l-~-rr~-rr-~-l-~-c -I. ~_ _,_~~~~~~~_~_~T ~_~~_ ____ ___


?~




-- -...-..... .... . "'-'r- ... .... .. ... .. .


31
Pernet, Habitant a la Marmelade &
Proprietaire de ladite Habitation : il
fe contentera de 6000 1. argent comp-
tant, & donnera pour le furplus tout
le term que 'on voudra, pourvu qu'on
lui en faffe la rente.
A vendre-, une Habitation fittue au
bas Limbe, confiftant en une maifon
principal, cuifine, ficherie ,magafin
neuf, cafes A negres, trois indigoteries
en bon etat, un puits & une gouttiere
en maFonnerie un moulin A betes pour
battle l'indigo, &z quarreaux deterre
en plaine, eftimh s 30001. le quarreau.
Plus, un Terrein de 28 quarreaux de
terre en bois debout & favanne, fur
lequel ii y a un four A chaux. On ven-
dra ces deux Terreins ensemble ou fi-
parement. Ilfaut s'adreffer M. Louis,
gendre de M. Delafont, demeurant au
Cap.
A vendre Vin de Bourgogne & de
Champagne, Eaiude-vie eT i anres,
Farine commune, Planches de fape de
Nerva, Cordages affortis, & un tres-
bel affortiment de Plats & Couverts
d'argent. On s'adreffera A M. Thibaud,
Negociant au Cap, Marche aux Blancs.
A vendre un Mulatre domeftique,
ag6 de 19 ans, fgachant rafer & accom-
moder proprement, & ayant d'autres
talens qu'on ditaillera A ceux qui le
defireront. Plus, un Negre gd6 de I8
ans. 11 faut s'adreffer au Sieur Bayle,
Aubergifte au Cap, rue Taranne, vis-
A-vis la Place de Clugny.
Une Mulatreffe agde d'environ x6
ans, fans etampe, grande & fluette,
extreniement brune, ayant le vifage
long & une dent gftee, eft maronne.
Ceux qui la reconnoitront font pries
d'en donner avis A M. Cotti~, rue de la
Providence, au Cap.


:2w_'::~ "' :::- 7:.- -_ ,,,2. -7=-


Un Negre nouveau, nation Congo;
nomme I'Eveille, etamp6 MACE, &
plus bas AV CAP, eft maron: ceux qui
le reconnoitront, font pries de le fair
arreter & d'en donner avis a M. Mace',
Marchand au Cap, rue du Canard.
Une Nbgreffe, nation Congo, etam.
pee ARDISSON, agee d'environ 0o
ans, eft maronne. Ceux qui la recon-
noitront, font pries de la fire arreter,
& d'en donner avis au.Sieur David,
rue du Bac, au Cap: il recompenfera
celui qui la lui ramenera.
Un Nege Congo, nomme Mentor,
etampe LE BARON DE CAULIERE,
age d'environ 30 ans, courtaud & bar-
bu eft maron depuis environ deux
mois. M. Laurent, Marchand A la
Grande-Riviere, A qui ce Negre ap-
partient, prie ceux qui le reconnoi-
tront, de le faire arreter, & de lui en
donner avis.
Une Negrefle Creole, nommee Aga-
the, etampbe LYON, eft maronne de-
puis trois mois. Elle appartenoit ci-
devant a M. Lebon, Habitant du Cap,
qui l'a vendue A M. la Paire, Habitant
au Dondon, A qui elle appartient ac-
tuellement. 11 prie ceux qui la recon-
noitront, de la faire arreter, & de lui
en donner avis: il y aura recompenfe.
Un Negre Congo, nomme Apollon,
age de 22 A 23 ans, de la taille de 5
pieds 4 A pouces, tamper GL, don-
nant du cor & fonnant de la trompette,
eft maron depuis le 11 de ce mois ; ii
eft porteur d'une lettre qu'il dit etre de
fon maitre. M. Lagarde, demeurant au
Cap, rue Efpagnole, A qui ce Negre
appartient, prie ceux qui le reconnoi-
tront, de le fire arreter & conduire
chez lui; il en payera la prife,
Avec Permifion,


-


I-I





[NI o5.


33


ANNEE 1766.


1F INCHES A
S: D u Mercred,
Lt -

ItIE dksavires Marchands.

|A v PORT-AU-PRINCE, le 19 de ce
Inois, I'Harmonie, du Havre, Capit.
Htugues Heyries, parti le 27 otobre,
ayant touched au Cap le 30 decembre,
& a S.'Marc le o de ce mois; & l'Ele'o-
nore, de Nantes, Capit. Etienne le Ray,
parti le 30 novembre : le zo, le Saint-
Jean-Baptifle, du mmem Port, Capit.
Pierre le Ray-Rochandiere, parti le-
dit jour 30 novembre.
Au CAP, le 19 de ce mois, le Bri-
gantin I'Union, de la Louifiane, Capit.
Saint-Martin, part le zi decembre:
le z%,le Comte-d'Eflaing, de Bordeaux,
Capit. Carouge, part de la Louifiane
le 26 decembre, & la Belerte, de Bayon-
ne, Capit. Lardin, parti de Bordeaux
le 8 novembre, ayant touched a la Mar-
tinique : le 23 I'Aimable-Manon, de
la Rochelle, Capit. Juvin parti de la
Louifiane le 22 decembre : le z2, la
Fe'licite', de -Bordeaux, Capit. Gautier,
parti le 6 d6cembre.
NA VIRES Marchands en expedition.
Au CAP, le Dinvau, de Bordeaux,
Capit. Lefevre, pour Dunkerque; la
Pouponne, Capit. Maffet, pour Saint-
Malo; le Sphinx, Capit. Bellot, pour
Nantes; la Prince'e-des-Landes du
Cap, Capit. Jaullery; la Marianne,
Capit. Labatus, & lPAnne-Eliabeth,
Ca, laCroix, tous trois pourBordvaux,
.- ^ .. *-', 5


VIMRICAINES.


i .2 Janvier.


DE PA RT de Navires MAirchands,.

DE S. MARc, le '25 de ce mois, la
Pomone, Capit. Bouilhac, pour Bor-
deaux, & I'Archimede, Capit. Bertaur,
pour la Rochelle.
Dv CAP, le zo de ce mois, le Senau
la Fille-unique, de Bordeaux, Capit.
Japy, pour la Louifiane : le 24, la
Bonne-Nouvelle, Capit. Brichaud, pour
3Bordeaux: le z l'Ac7if, Cap. Aycard,
pout Marfeille ; le Duc-de-Choifeu.,
de Bayonne Capit. Minbielle, potir
Bordeaux; le Brigantin le Hatard, de
la Guadeloupe, Capit. Augufle Avril;
le Brigantin la Caroline, du Cap, Capit.
Guezillk, I& la Goelette 1'Angeliqug,
Capit. Rouffeau, ces trois derniets
pour la Louifiane.
PAIX des Marchandifs de la Colonie.
Au.PORT-AU-PRINCE, Sucre banc,
6o0 65 I. common, 40 o Af 1. brut,
26 A 28 liv. Indigo bleu 7 liv. o0f.
cuivre, 5 1. I5 f. i 6 1. (II1 n' a poirit
encore de Caffk & de COton). Bois de
camppche, coupe efpagnole, i8 1. le
cent. Piaftres gourdes, 3 a: 36 pour
f100.
A S. MARC, Sucre btanc, iA 60 I.
commun., 40 A 45 1. brut, 28 A 30 1,
Indigo cuivr5, 5 1. ro f. A 5 1. f. (il
n'y en a point de bleu). Caff6 nouveau,
14 f. "4 f. 6d. Coton, x6oA 165 l.
Ay CAP, Sucre Macam 4 5 621


* (


- C-~-F--L -- I-


~C~CI~ULI~I-~--TC~-;T -~ ~~kl~kP~L~C I 'la ) -C1 ~ __~__~ ~F __~LL~l~ll~y ~n_~-~II~L~L~3q


I ~_I


6


F, -_






34
common, 44 5 1. brut, 8 26 1.
Indigo bleu, 71. 7 1. io f. cuivre, 5
a 61. Caff' nouveau, 13 a 5 f. 6 d.
vieux, ii a 14 f. Coton, 190 ai 195 1.
Cuirs, 7 A 9 1. Piaflres gourdes, 36
pour 100.
PRIX des Marchandifes de France.
Au PORT-AU-PRINCE, Vin, I30 a
15yo 1. Farine de Moiffac, 60 1. com-
mune, 40 1. Bceufd'Irlande, 70 a 7 1.
le baril. Savon, 55 A 60 1.
A S. MARC, Vin vieux, 160 liv.
nouveau, 15o 1. Farine de Moiffac,
66 1. Normande, 40 a 42 1.
Au CAP, Vin, 130 a 160 1. Farine
de Moiffac, 60 a 66 1. commune, 36
a 45 1. Boeuf, 60 a 72 1. le baril. Beurre,
x5 a 18f. lalivre. Petit-fal, 27 301.
I'ancre. Huile, 24 a 17 liv la cave.
Savon, 55 6o liv.


COVRks DU FaRET.


Au PORT-AU-PRINCE, Sucre, 1o
a 1 2d. Indigo, 24 d. Caff,, iza x 1 d.
'Coton, 30 d.
A S. MARC, Sucre, I2 a 14 d. In-
digo, 24 36 d. Caff, -iz A 1 den.
Coton, 36d.
SAu CAP, Sucre.blanc, io d. brut,
1 d.. Indigo, -8 .den. Caff., 14 den.
Coton, 14 d.
M oR S .f
MI. MfilJent, Commiil'aire & Habi-
tant lIa GrCride-Riviere ,y eft mortj
au commencement de ce mois :-il etoit
natif d'Angers.
M. du- Menceau, Maedecin du Roi,
A S. Lquis y eft mort le 7 de ce mois.

"Qa elie.dit rifter ,y eA oaIrt lei de"
A moie,


SM. Chiquian anc en Chirurgien d
l'Amiraut6 de L0ogane y eft mort
le 9.


M. Defmortieres ancien
de M. le Procureur du Roi,
en ladite Ville de Leogane le


de 66 ans.


Subflitu
eft mor
21, ag
a


"I~


M. Guillaume ivien Habitant ail
Cap, y eft mort le 25 : fa fucceffion'i
eft tombee a la Vacance.
NEGRES MARONS.
Au PETIT-GOAVE, un Negre nou,.
veau, de nation Congo, nommne Jacob
fe difant appartenir a M. Douard,!
Habitant au Quartier d'Aquin.
A S. MARC un Negre Longuobal
nomme Alexandre, fe difant appartenirl
au nomme Jacques, n. 1. Habitant a'
Mirebalais'; in Negre Mandingue,
nomme Boue, fe difant appartenir '
M. Ruquier, Habitant aux Gonaives.
Au PORT-DE-PAIX, un Negre dd
nation Mifdrable nomme Baptfle,
fans etampe, & uine N6greffe Congo,l
nommee Nanon, etampee fur le feIn[
gauche ARDISSON, qui n'ont voulua,
dire le nom de leur maltre; un Negre
Mondongue, fans etampe qui n'a
voului dire fon horm ni celui de on
maitre.
Au CAP, une Negreffe, de nation
Fond, nommee Vicoire, Agee d'envi-
ron io ans, etampee fur le fein gauche
MAG, fe difant appartenir au Sieur
Cocher Marchand de cochons en
cette Ville ; une Negreffe Congo;
nommee Zabeth,, ^age d'environ 36
ans, 6tampe'fur le fein droit LORES
&' fur le gauche DUMAS, qui n'a pi[
dire le nom de on maturee; un 'N egre
Poulard,' nomme Jafinin, taUnmp fil
le Tein droit 0, ayant ides~ arques cl


b;


* .


Ca ---- - :"i~ir r~;~i:;; ~IO~WIPYPbU' I'~~-"E.T~CI*Wl~.c~i~sr~lll~-nra~ I I


C


i












K








3

'1



rr

















I]


.4


n Pays fur les-deux joues fe difant
ppartenir a M. Bouet, Habitant au
imb ; un Negre Creole nomme
/bel, etamp. fur les deux feins CHA-
ITAS, fe difant appartenir A la veuve
Jacquette Lebon, Mulatreffe libre; un
Negre nouveau de nation Congo,
etampe fur le bras droit L age d'en-
viron 2.5 ans, de la taille de 5 pieds,
qui n'a pu dire fon nora ni celui de
fon maitre.
",Lg:


NOUVELLE S D'EUROP E,
ESP AG NE.
Les Fregates Fran9aifes la Topae,
ta Pl'iade & la Licorne, entrees dans
le Port de Cadix A la fin du mois d'oc-
tobre, venant de croifer fur les C6tes
de Sale & de Saffi, ont rapport que la
treve que le Roi de Maroc avoit fait
propofer~ Sa Majeft Tres-Chretienne
a ete conclude & fignee pour un an, A
commencer du r o&obre dernier. On
efpere que pendant cet intervalle on
negociera une paix folide. Le Conful
de France qui refide a Cadix, a notified
par une lettre circulaire la.nouvelle de
cette treve A tous les Confuls de fa
Nation qui font dans les Ports d'Efpa-
gne & de Portugal.
Une Tartane Franaaife, entree dans-
la meme baie de Cadix le 5 novembre,
venant de Sale, d'oh elle etoit parties
le i.,. a rapport que le grand' Corfaire
Saletin., I'Amiral, de 50 canons, de-
Svoit mettre A la mer ce jour-la, ainfi
qu'un Chebec Corfaire, pour aller
croifer fans doute contre les.Pavilions
Portugais, Genois, Hambourgeois. &
Tofcan les Efpagnols tant comprise,
dans la treve conclue avec le Roi
sTrs-Chritien..


ANGLETERRL
On a appris par des lettres particu-
lieres, arrivees a Londres par la voie
de Briftol,, que la populace de Bofton,
dans la Nouvelle-Angleterre, s'eft fou-
levee & a commis de grands exces k
F'occafion des nouveaux impots etablis
dans la derniere fiance du Parlement.
Dans 'intervalle du 26 aoit au i fep-
tembre, elle a detruit les meubles du
Controlleur du Juge d'Amiraute &
dechire les papers timbres elle eft
entree dans l'H6tel du Gouverneur-
Lieutenant, y a brild les archives, li.
a enleve fes hardes, & a emporte en
efpeces 900 livres fferlings qui s'y
trouvoient. Les memes lettres ajoutent
qu'il y a. eu a Newport, dans l'fle de
Rhodes, une emeute femblable, occa-
fionnee par les memes motifs ,&.pouf-
fie au point que les principaux Habi-
tans dudit lieu fe font vus constraints de
fe fauver A bord d'une Fregate du.Roi
qui fe trouvoit rancre dans le port.
Son. Alteffe Royale Guillaume-Au-
gufte, Due de Cumberland, oncle dai
Roi regnant, mourut fubitement le 3 1
o&obre dernier. Ce Prince dtoit ne le
i 5 avril 1721; :il jouifoit d'une pension
de I 5000 livres flerlings, qui lui avoit
ete affignede par un Afe du Parlement,,
& qui, par fa mort, rentre dans la life
civil au benefice du Roi. Le Parle-
ment lui avoit affigne aufli, par un au-
tre Ate, la fomme annuelle de 25000o
livres fterlings pour lui & fes defcen-
dans males, en consideration des fer-
vices fignales qu'il avoit rendus fon-
Pays. On croit qu'il ne tardera pas i
paroitre des Lettres-patentes du Roi
pour conf6rer le titre de Due de Cum--
berland aa Prince Fredirick, ^Evequ
d'Otiabruck.


I


molmommommm-11- I


- --


F4






36
On a toujours des inquietudes fur gueur de flamaladie. On recevoit deux
1etat du Prince Fr6derick-Guillaume, fois par jour, l'HBtel-de-Ville de Pa.
Frere cadet de Sa Majeft&. Sa tmaladie ris, des avis fur fon etat: il s'y trou-
qui avoit d'abord ete jugee une prlmo- voit continuellement un prodigieux
nie, s'eft change en hydropifie. On. concours de Nobleffe & de Peuple,
lui a fait la pon&ion au commence- don't la trifteffe ou 1'efperance augmen-
ment du mois de feptembre: cette ope- toient a mefure que l'on apprenoit que
ration a et heureufe, & ce Prince la maladie de Monfeigneur le Dauphin
$'eft trouve heaucoup mieux depuis. empiroit ou diminuoit.
F ANC Le Roi a' declare Miniftre d'Etat A
M. de l'Averdy, Controlleur-General
La maladies don't Monfeigneur le des Finances, qui prit fiance le 27 oc-
Dauphin eft attaque depuis quelque tobre au Confeil d'Etat de Sa Majefte.
teams, ayant fait des progress, fon 6tat Le 8 novembre, le Roi envoyades
eft devenu fort inquietant a l'entr6e de ordres pour arreter cinq Officiers dut
la nuit du -i au 2. novembre; ce Parlement de Bretatagne, & Sa Majefte
Prince fut fort agite la nuit faivante: fit exp'dier des Lettres-patentes adref-
le lendemain s'etant trouve plus tran- fees au m8me Parlement, pour lui en-
quille, fa piet6e engagea a demander le joindre d'inftruire le proc"s defdits
S. Viatique, qui lui fut adminiftre" Le Officiers. Sa Majefte expedia le mime
Roi ordonna qu'on d6couvrit la chaffe jour des ordres pour que les Officiers
,de fainte Genevieve, & qu'n fit,. des de ce Parlement fe rendiffent au Palais
Prieres publiques pour demander au le I & y procedaffent 'enregiftre-
Ciel la conservation des jours precieix ment d'une D, claration qui regle les
de ce Prince. Jufqu'au 21 Monfei- fuites de 'abonnement accord aux
gneur le Dauphin eut des nuits plus Etats, & par laquelle les Officiers du
tranquilles, cuoique la fievre n'eit pas Parlement qui avoient donned leur de-
difcontinue; mais ce jour-Il il fe trouva miffion, etoient autorifCs A continue
moins bien: il fut mieux les deux nuits leur service ordinaire, apres qu'ils aiu-
fuivantes; la toux diminua, Fexpec- roient enrigiflr6 ladite Declaration.
toration .toit facile, & la fievre peu L'affemblee fe tint en conf6cuence le
confiderable. Quoique Monfeigneur le iz2, & fut terminee par un Afe fign6
Dauphin fe fentit beaucoup mieux le de prefque tous ces Officiers, par le-
2-4, ayant defire de recevoir encore quel ils ont declare qu'ils ne pouvoient
le faint Viatique 1Archeveque de enregiftrer la D6claration, & qu'ils
Reims dit la Meffe dans Pappartement perfiftoient dans leur Afe de d6mifion
de ce Prince, & lui donna la Commu- du 22. ma precedent. Sa Majefte leur
nion. Depuis ce jour-lA i'6tat de la a fait f9avoir que fon intention -tant
maladie toit A peu pres le m8me ; les de difpofer de leurs Offices, ils euffent
accident avoient diminue; mais is A fe retire de la Ville de Rennes. Le
ftbfiftoient encore, & les inquietudes 15, le Roi nomma trois Confeillers
toient d'autant plus grandes, que ce d'Etat & douze Maitres des Requetes
Prince etoit fort affoibli yar la Ion-pour tenir le Parlementode -Bretagney


I __.~_ __ _I~.. I







& y adminiftrer la jufiice jufiqu' ce
qu'il eft ete pourvu aux Offices va-
cans. Is furent prefentes le x6 A Sa
Majefit par le Vice-Chancelier : ils
fe font enfuite rendus a Rennes pour
y ouvrir leurs fiances.
SOn made de Bordeaux qu'il eft entree
dans ce port, du 28 feptemb. au 4 o&o-
bre, les Navires le Fort-Dauphin, Ca-
pitaine Ravard, venant du Fort-Dau-
phin, & la Marie, Capit. Taufin, ve-
nant du bas de la cote de S. Domingue;
les 16 & 17 dudit mois d'o&obre, I'Eli-
tabeth, Capit. Martrou, venant du Cap,
le Pilerin, Capit. J. Brunet, venant du
bas de la c6te de S. Domingue, & la
Gloire, Capit.'Bouzigues, venant du
Cap; du 7 au 14 novembre, l'Aimable-
Lolote, Capitaine Lagrave, venant du
Port-de-Paix & la Prcieife Capit.
Moriffet, venant du bas de la c6te de
S.Domfingue4
On ecrit de la Rochelle qu'il eft forti
de ce port, le io novembre,4e Navire
la Guirlande, Capit. Bonfils pour la
c8te deGuinee.
On a avis du Havre que le Navire
le Stanflas, Capit. Germain, venant
du Cap, a paru fur cette rade le 9 no-
vembre. On comptoit quele I il y au-
roit affez d'eau pour le faire entrer dans
le port. Ces avis ajoutent que les Navi-
res la Jeune-Vicoire, Capit. de Glos,
& le Jeune- Ifac, Capit. Guillaume le
Grand, deftines tous les deux pour le
Cap, devoient partir A la fin de novem-
bre; & que les Navires 'lInconflante,
Capit. Fautrel pour le m8me port-, la
Fiddle, Capit. Ancelot, pour le-meme
port & pour S. Marc & le double-Louis,
Capit. J. P. Bechet, pour S. Marc & le
Portvau-Prince, devoient auffi partir A
lafin de decemb:ce ; -


37
On apprend de Honfleur, qu'll y eft
arrive le 30 odobre les Navires le
Marquis de Brincas & A4ngelique, ve-
nant du Cap & de S. Marc; & que le
Navire la Marie-Gabrielle, Capit. Pof.
tel, etoit en charge & devoit partir in-
ceffamment pour la C6te-de-Guin6e.
Des lettres de S. Malo annoncent
l'arrivee dans ce port du Navire Ia Du.
chef de Grammont Capit. Corfeul,
venant de laCote-de-Guin&e & du Cap.
Celles de Morlaix, annoncent auffi
'arrivee dans ce port du Navire I'Ef-"
perance Capit. Criquet, venant des
Cayes-Saint-Louis.
On Mande de Nantes, qu'il y eft ar-
rive pendant le mois de novembre les
Navires IAcfif, Capit. Chevert; PA-
firain, Capit. Cafal, venant des Cayes-
S.-Louis; la Gloire Capit. Berthom-
rtee, Vrenant de Liogane ; la Sainte-
,4An 'Capit. le Chevalier de l'fle
venant du Port au -Prince & de S.
Marc; le Duc-de-Bourbon, Capitaine
Baudry venant du Port-au-Prince,
& I'Argus de la Rochelle Capit.
Boutet, venant du Cap. Les Navires
'UliffI, Capit. Danglas, & le Corbeau,
Capit. Allain ont mis A la voile A la
fin de novembre, pour fe rendre tous
les deux aux Cayes-Saint-Louis, 6gatle-
ment que FArgus, Capit. Boutet, def-'
tine pour S. Domingue, en paffant
par la Rochelle. Ily avoit dans le port
de Nantes quatre Navires mis en ar-
mement, auffi en novembre pour la
Cote-de-Guiiee ; le Prince-di-Conde,
Capit. Bouvet; l'Apollon, Capit. Gau-
din; le Comte-d'Eflaing, Capit. Beau-
mant, & la Marquife de Chdteaurenault.
On y chargeoit les Navires fuivans
pour S. Domingue : 'Heureux-retaor,
Capit. Brobanpour les CayesS.-Louris;


I """'~4~t~an~ ra nWhom,., w 68Y31944"Mw ai ~ mlm 11 fi,."* --l- -- I -.. - ---- 11 --.li~ZI~h


1






la Gloare Capit. Berrhommee, pour
le Cap; le Jeune-fIenry, Capit. Gram-
mont, pour le Port-au-Prince ; Ie Nep-
tune, Capit. Gaudin, pour le Fort-
Dauphin & le Cap, & le Pere-de-Fa-
mille, Capit. Ricard, pour les Cayes-
Saint-Louis.
A M R I Q U E.
On made de la Nouvelle-Yorck
qu'on y attendoit des Commiffaires
nommes par l'Affemblee general de
la Caroline meridionale & de quel-
quelques autres Provinces, pour affif-
fter a un Congres qui devoit fe tenir
le r o&obre, oi l'on devoit delibrere
fur la situation oh fe trouvent les. Co
lonies relativement aux droits de tim--
bre & aux autres taxes riouvellement
etablies, qui excitent une fermentation
dangereufe. La plfipart des Officiers
nommes par la Cour pour deliver le-
Papier timbr6, & pour- en- percevoir
les droits, ont refufe d'accepter cette
commiflion, ou s'en font.dmis fur Ie
champ, dans la crainte de voir leurs
perfonnes & leurs maifons. expofees:
aux plus grandes violence de la part
de la populace : quelques-uns. d'entre
ces Officiers font parties pour retourner
en Angleterre; On a imprime a Bofton,
dans la Nouvelle-Angleterre, une Ga-
zette extraordinaire portant fur le
frontifpice ces mots.: La voix du Peuple
eft laz voix de Dieu, & aut deflbus ce
paffage de faint Paul : IA o. efi I'efprit
du Seigneur, l' eft auji la liberty. Deux
Gouverneurs de ces Colonies. ont1 en-
voy e la Cour des depeches dans lef-
quelles ils reprefentent fortement la
neceffite de fufpendre pour un teams la
perception du droit de timbre, ijufqu'.
e .queres.fentimens reunis~de^ s diff&-


.rentes Colonies, aient etd propofas- aa
Parlement de la Grande-Bretagne.
SS. DOMINGUE:
Du PORT-AU-PRINCE, l 2zjanvier..
Samedi 18, en execution d'Arret dtu
Confeil Souverain du Port-aurPrince,
les nommes Jacob Gomet, Juif, & Jo-,
fiphl Manres, negre libre,. Efpagnol ,.
firent rompus vifs dans la Place du
Bourg de la Croix-des-Bouquets, ait
Cul-de-fac, en punition de l'affafinat
par eux commis en la perfonne du Sr,
Malifet, Marchand pacotilleur, refi-.
dant le plus fouvent audit lieu. Gomeq
avoit done a Malilfet un faux billet,.
pr'tendu du Sieur Serrane, Habitant,
en payment d'une maifon; enfuite
craignant que le faux ne fet reconnu,
il engagea Malifet A lui rendre ce bil-
let : fur fon refits, Gomet complotta
1'affaffinat avec Jofeph Manrs, qui.
Vexecuti en affommant Maliffeth coups
de baton, A onze. heures du matin,
dains une chambre oh ils l'avoient at-
tire. Ces fcilerats avoient fi bien.pris.
leurs. mefures., qu'il a fallu toute la
penetration des Juges pour raffembler
les-preuves du crime. Gome. a avoueb
a la question; mais Manres ne I'a fait
cqu'au moment de 'execution. Gomer ,
avant de mourir ,a demanded & obtent
le Bapteme.
Du CAP e 29 janvier.
Le Journal de Saint-Domingue pour
le nois de fevrier,.paroitra mercredi
prochain. La premiere Partie contentt,
So. une Piece intitulee, Coup-d'&ciljetti
fur le commerce relativement a S. Do-
mtngue; ,2. unPre'cis hiflorique fur les
Colonies Europeennes de. lAmerique ,
Fomnpar'es centre -les 3- Une, Dir


6.. - "No -Wwr 'go' -





nation fur les avdntages gu'on retireroit
de I'etrde de I'HifJoire naturelle a Saint-
Domingue ; 40. 1'Analyfe des Eaux
minerales de Banica, dans la parties Ef-
pagnole de Saint-Domingue. La feconde
Partie eft compof6e de plufieurs Pie-
ces de vers, & terminde par un Lo-
gogryphe.
Le Sieur Marie, Imprimeur du Roi,
prie les perfonnes qui defireront fire
inf6rer dans le Journal oules Afiches,
des Memoires, Obfervations ou autres
pieces, de les lui adreffer diretement:
il previent aufli qu'il fera remettre an
Bureau de la Pofte du Cap tous les
paquets ou lettres qui fe trouveront
cachetes fous fon envelope, pour y
.tre taxes par le Direteur, & le port
paye par ceux A qui ils front adreffis.
Extrait dune Lettre de Saint-Pierre de
la Martinique, du i.janvier.
Depuis quinze jours, les fucres ont
tomb6 de 15 A 20 pour o00. La femaine
derniere, il a ete refuf6 des plus beaux
caffis a 17 f. I y a pen d'acheteurs,
& il y a apparence d'une plus grande
diminution de nos denrees. Voici le
course afluel de celles de France : Vin
de Ville, 5 o A 6o 1. de Cahors, 140
A g o 1. Farine de Moiffac, 80 a 851.
le baril. Bearre, 6o a 66 1. le frequin.
Petit-fald .a 30 331. I'ancre. Huile,
30 a 33 1. la cave.
.S PE C TA CLE S.
On donnera domain, A la Comedie
;1u Cap, les Menechmes, Comndie en
cinq Afes & en vers, de M; Regnard.
Elle fera fiivie dcHeureufertent, Piece
'ern um A&e-&En vers, de M. RoRhon
de C/ababmes ,


39
Mardi prochain 4 fevrier, le Sieur
Claufele donnera A fon benefice-,
Venijr fauv'e, Tragedie, de M. de la
Place, traduite de I'Anglois. Elle fera
fuivie de la Ceinture magique, Piece en
un Acde, de M. RPoufeau.
AVIS DIVERS.
Le Navire 'Aimable- Marie de
Bayonne Capit. Manefca, partira
pour Bordeaux du io au I5 mars.
Ceux qui voudront y paffer ou charger
Sfret s'adrefferont audit Capitaine,
en ion maa au Cap, Marche. des
Blancs.
Le Navire Al'matbl-Nanon de la
Rochelle, Capit. Jivin, partira dans
tout le courant de mars prochain.
Ceux qui voudront y paffer on char-
ger a fret, s'adrefferont A Mrs. Mefnir
freres, Negocians.
Le Navire le Solide, Capit. Foref-
tier, atuellement aux Cayes S. Louis,
partira pour Bordeaux dans le courant
du-mois de mars. Ce Navire eft grad
& a une galerie; ii eft trcs-commfode
pour des Paffagers. Cetx qui voudront
y paffer ou charger a fret, s'adeffe-
ront audit Capitaine. l
Le Navire le Superbe, de Bordeaux,
du port de 3 50 tonneaux, Capit. Mer-
cier partira pour ledit lieu daris le
courant du mois de mars, on au pluw
tard-du o1 au 15 avril. Ce Navire eft
tres-bon & tres- commode pour des
Paffagers. Ceux qui .voudront'y paffer
ou -chager A fret, s'adrefferent audit
Capitaine, en fon magafin au Cap.
Le Navire le Fort, de Saint-Malo,
Capit. Defportes Moiicet, eft ehi charge
pour Nantes. Ceuix qui voudront 'y
charger A fret, s'adreffeortt. audit Ca
pitaine, en fon ma-fiadu' Ga p "place


i














*I



I











1t







1i


46
du Ma~chZ aux Blanes, ou a Mrs. laudeu jeune '& Gauget, Negocians;
on leur fera bonne conmpofition. Ledit
Capitaine a de tres-excellent Vin &
autres articles qu'il donnera A obon
compete.
11 a ete perdu rnercredi dernier
2.2 de ce mois, un Diamant rofe, for-
mant le milieu d'unes.bague A refette.
Les pe.rfonnes qui 'tauront trouve,
font prices de le fire remettre a M.
Formy Mauroy Marciand orfevre,
rue neuve, au Cap : ii y aura recom-
pefe. ,
Les Creanciers de feu M. Bouyer,
vivant, Habitant A la Grande-Riviere,
font tres-inftamment pries, de la part
de M. Priur, Curateur aux fiiceffions
vacantes du effort du Cap, grantt
celle dudit Sieur Bouyer, de ft~ trou-
ver chez lui le mardi 4 fivrier pro-
chain,A 1'effet'de convenir. & arrter
r ,e ciue &. conditions de .a yenpt
tie Pitabitation & negres dpe ndans de
ladite fuccefliOn, & ce conformement
A -'Arrt du Confeil du i8 de ce mois.
A vendre en detail, la cargaifon du
Navire le Comte~dEflaingde Bordeaux,
Capit. Carouge, de Nantelle, venant
de la Noiuvelle-Orleans, confiftant en
Sbois de charpente,planches, effentes,
&c. Ceux qui voudront freter ledit
Navire, foit au Cap ou an Port-au-
Prince, pour la Manche ou Bordeaux,
s'adrefferdnt A M. Thibaud, Negociant
au Cap, place du March6 aux Blancs.
A vendr1, uie Chaife A fouflets, A
deux. places, & A trois avec un ftra-
poPnti, pointe en mordord, & dorde
flir es moutures. On s'adreffera aux
Siews Simon & Laure, Selliers, rue
-PJip~ n le, a Cap.
.4 vedre, un afiortiment de Bois


de charpente.cdu Miffl~fipi, de ,tout,
les proportions, ainfi que des effentes,
chevrons & planches dudit lieu. 11 faut
s'adreffer a M. Jogues, Negociant aut
Cap, rue de la Fontaine.
A vendre, d'excellentes Liqueurs de
la Martinique, de la veuve Amphoux
du Fort-Royal, chez M. Louis Cornu,
rue N-tre-Dame-, au Cap.
A affirmer une Maifon fituee au
Cap, faifant un coin des rues Dauphirie
&-Tarranne, confiftant en trois cham-
bres, une cuifine, galerie & puits. Ii
faut s'adreffer A M. Roullit, occupant
ladite Maifon.
Un Negre Creole nommi Sojie,
appartenant a M. le Marquis de Chajf-
noye, bon violon, f4achant la mufique,
lire & ecrire, eft maron depuis pr~s
de trois mois. On prie ceux qui le re-
connoitront, de Le fire arr ter, & d'en
donner avis a M. Robillard, at Quar-
tier-Morin, Odua. 'M, Capdervile, Nego-
ciant au Cap : il y aura recompenfel
Trois Negres, don't deux Creole.,
nommes Jean & Julien, attaches eq-
femble par le col avec une chain 4e
fer, & un de nation.Congo, nomne
Touffaint, tous trois etampes fur le fein
gauche M ILCENT, appartenans ,.
Mde. Milfcent, demeurant a Ia Gran;e-
Riviere, font marons du zo au i de
ce mois. On prie ceux qui les recon-
noitront, de les fire arreter, & d'en
donner avis A Mrs. Lory, Plombard &
Compagnie, Negocians au Cap.
Une Nigreffe nouvelte, de nation
Congo, Agee de 38 A 40 ans fans
etampe, eft maronne depuis le 5 4e
ce mois. Ceux qui la reconnoiront,
font pris d'en donner avis A M. Saba-
tier, Marchand au Cap, au March4 d0s
Blaancs ii y aura recompenfe,


I amoviallp=








SUPPLEMENT AUX AFFICHES AMERIC AINES.


Du Mercredi 29


Iarnvzer.l


SLA N d'Edication propofe per Ma. avoit heriffee. Le$ amxes anterieures
ALQU ,, Principal drtPenfonnat,, fe pafferont a etudier notre langue ma.
& ProfJieur de Litte'raaure au Cap. ternetle & les connoiffances prelimi-
naires donr nous avons befoin pour
Le feudbut raifonnableque doitfe l'Hiftoire & la Latiniti que je me pro,
propofer un Educateur, efftde former pofe de fire marcher d'un pas gal.
le coeur, &d'orneren mnme tears l'ef- Voici 'ordre que je fis dans mon plan.
,prit de fon Eleve. Pour y arriver 'Hif-
\toire univerfele et, mon avis, unM Me'tode prati .
excellent moyen;; el ce de pt e d tp- fuppofe qu'on me donne A clever
cieux qui etendant lecercle de nosconr- tn enfant agede 4 a 5 an~ & fans 1e
|noiffances, force raifon A fe develop& moindre principle d'aucune connoif-
.per, refprit A s'puvrir A la v&rit & le fance, il fera mis alors au Bureau typo,
Kcceur a embraffer ifnci ementle- part graphique pour environ deux ans; ily
ide la vertAs: autffi npuiferai-je point apprtendra lire, aire,orner fam
i 'ailleurs de quoi former ceruxqui me Wfe mowre & s'acoutumex de bone heure,
I front confis. Mais comamen.;poir proc- par ta dila~matl n, parler avec grace.
. der avec tout le fuccs que demnandent VersT'age e 7 ans, ou plutt s'il eft.
leur -intr&et petfojinel f a fatisfation en etat, il fera re u dahs la Salle de
de leurs pirens & ma propre confoLa- Littrature; 84 e4 ui faifant continue;
i ion, it n'eft point propose de Ieur qu- les principle 4? notr langue & de l'&,
yrir ce g-n4 livre des bommes, dans criture ,;. i1 rOr4era i'efprit par le,
m.n age oilf'j cults de 'elprit powr- moyen de 4iYerfe$ partiesd Iiiifloire:
roient leur retre op ingrates, jatten-u nturelle qu? on Juifer 6tidier ; oin auf
drai age e dix ans pu environ; alors exp!iugurales definitions des termes de
'efprit eft ordinairement.fufceptible d4 gomwtrie ,d4oat 0 e ffe rt dans tes
toute Pimpreffion que nous ppnvons traitie de 1, SI pJer, on lii ea fer
defirer; :e renverrai m&~i A cet tge tracer ,e- figures en, frme, d'amufe-
1'etude de la langw latine qui, qgoiq: ment.e.Vers hulti'eme anp il appren:
tr~s-avantageufe e laifferoit pas de ra les conwoiffa-cesqui doivent fryir
rebuter les jeunes gens, fi c'toit par-l1 d'inftni'ion A ion cours encyclope-
qu'on leur ouvrit la carrier des tudes, dique d'iftoire & de Litt furtout fans avoit eiu foii auparavnt veux dire laSphre armillaire, le GobC
de la .debarraffer de routes ces spines terreftre, la GU lolgie & la Chronolo-
dont la nithode ordinaire des .Collges. gie par rapport 4 'Hiftoire & la My.thcf


t -
s ..






41-
logic, avec les antiquit-s pour la Lati-
nitd. Depuis 9 ans jufqu' Io0, on lui
ditera les regles plus particulieres de
notre langue, un trait de la Sphere ce-
klee & de l'Arologie.& les prncipes
de la langue latine, qui lui front pre-
fentes dans le plus grand jour poffible &
ibus Ia forme la moins ddgouittante.
L'Eleve parvenut Palge de i o ans ou
environ ne petit, d'apt* s un pareiL
exercise, qu'avoir refprit bien prepare
a recevoir les diverfes imprefidns que
doivent fairetfur lui des objets plus fe.-
rieux. Je puis donc, fans crainte de le
fatigue, lui fire commencer fon course
encyclopedique d'Hiftoire & de Lati-
nite: i y einploira 3 ans plus oi moins,
felon fes difpofitions. Ilferoit trop long
de donner iciUine juffe idee de ce course;
mais les Amateurs des Lettres qui en fe-
ront curieux, pourront s'adrefler moi
ivec toute confiance;*je :m-e ferai iun
vrai plaifir de 4 le ir comiriuhiqtue'f,f &
un devoir en mime teiffs de ettre: &
profit les reflexiohs don't: ilsvotidront
bien me fair part. A 13 ans onlui pro-
feffera les Humanites, & hon ui difera
iin trait du raifonrement, t Plimitation
de laLogique de Port-RbUt il&yW e Co-
chet. Je propofe icilTa og'iqfia ~ rit a
Rhibrique, parce que F:fjt '4 ppe~n-
dre atux homthes .-former les ope"ia-
tionsde l'efprit, doit pr6ceder celui de
les communiquer aitx autres. A 14 ans
it fera: fal Rltoriqpit&; Wi .t Meta-
phyfique fteiAmenf pirt cuifer t,4
Morale & la Phyf'iqtiie+ ri&mentaI-t
A la fin de ehaque fdmeire, les Eco-
liers rendront compete leurs parents de
ce qu'ils auront acquis ; & tous les ans,
t la S. LoUtis il y auraungrand jeu qui
fera termine par la difhibution des
prix .
p* -- +


Pour me mettre a la porter de tout il
monde & convaincre le Public que
mes vues ne font point purement mer.
cenaires, j'ai reduit le prix de ma pen.
fion 150oo 1. par an; & je me charge
de fournir aux penfionnaires tout c:
don'tt ils auront befoin pour leur educae
tion. Je prie ceux qui voudroint bien
m'honorer' d letir *dnfiante', d"'tr
perfuades que fi Pon s'appliqie dan
ison Penfionnat a procurer a mes Ele-
ves une bonne 6diucation, on n'a pas
moins d'attention pour leur nourriture
& la conservation de leur fantd. Je laif'e
aux parents des fix penfionnaires qui
foht chez moi de rendre temoignage
de ce'que j'avance.

AVIS DIVERS.
A vendre, I. 37' tetes de Negres
a talents, & travaillant tons au jardin;
faivoir:, Ado ns, Creole de la Martiniu
qte, g de 1e ans, domefniqtiu com-
tmandeitr fcieur de long, maquighon
& parfait poftillon.
Mercure, Creole, Ag de z2. ans,
domeftique, fcieur de long & poftillon.
6Jofepke atiffi Creolel f -de a4c ans.
Jean l ,audid Creole ;, 'A de,1 'ns,
bad maiqon ,ictifitir Ifcietir-ie long,'
pofiilon< & odbhieftiqite.
Pierre, audi Creole, ag de ag ans,
fieiurde long.
|.Chabin ,Mualre^i Cte' ol Odeilk Matr-..
iniqit., 'Age S d oitd h co'~diadeur ,,
jiftrhaifid & domefiqtue ,4l dfitimna0on.
."i:J'if CGreole ag do-o a valet.
La Fleur, nation Poulart, .gT de 25
ans, bon perruquier.& domeftique.
SSpadille, nation Congo, age de -,5
ans, bon fellier, fdei de Jong & do,
meftique. :


--------------1 ------------- -----------r.~-rr--.--~-~-r~.~bl*1~3-- _1I-1-----~..' ~)IILI~~IIl0*~L~lllll*"C-----



























1'










~1


1


45
30
do-
2.0
les

30


HeTsor, meme nation, age de i ans,
marchand & valet.
SThouy, nation Ibo, age de 30 ans,
fcieur de long.
SScipion, meme nation, meme age
& mme: profeffion.
Cefar, mnme nation, meme age &
neme profeffion.
SChateau, age de 3 ans, mmee na-
tion & meme profeffion..
r Prince imeme nation, ;ge de 5 loans,
tailleur de. haies.
SL Efpe'rance, nation Mandingue, ge
de 12 ans, valet.
Francois, meme nation, ag de 40
ans. .
Augutin, Senegalois., age de 30 ans,
fcieuride long.;
J:afniin, nation Arada, fciear de
long & domeflique.
.Angelique -, Griffe Creole de la
Martinique agee de 18 ans, bonne
couturiere & fervantej: .
.- ,Catatherizei, Creolte age de 2 5 ans,
blanchiffeufe :& fervante.
SMarie-Teirete, fa fille, gdee de z ans.
Laurea, Creole, agee de i8 ans,
fervante .. .
& Sanitre, :auffi Creole, ,gee de 40 ans.
Agathe, aufli .Crole gee de zo
4ns, blanchiffetfe & fervante.


I


La Rochele meme nation & meme
gse.


j*
m


Antoine, meme nation, agi de
ans, bon fcieur de long.
Darius, ime nation, Age de
ans,: charpentier, fcieur de long &
miefique.
Jupiter, meme nation, age de
ans, domeftique, au fait de panfer
chevaux.
MA
Am.brofie, mme nation, ge de
ans.


43
Mare-Magdeleine, fa fille, agde de
z ans.
Minerve, nation Ibo, agee de 18 ans.
The'ree, meme nation, agee de 40
ans.
ChriJline, Sngaloife, Agee de 2o
ans, fervante.
Rofalie, fa fille, age de 2. ans.
Agathe, nation Quiamba, agee de
40 ans, blanchiffeufe & fervante.
Denne, meme nation & meme age,
auffi blanchiffeufe.
20. Trois Places limitrophes, fe joi-
gnant l'une a l'autre fitudes a trois
lieues de Jacmel, fur le bord de la
Grande -Riviere, confifiant en 300
& quelques quarreaux de terre arpen-
tes, bornes pofees, avec plan figuratif,
plants parties en coton & vivres de
toute efpece, le refte en bois d'acajou
& de conftruftion. Ledit terrein efi
ftfceptible de toutes fortes de pianta-.
tions & cultures : les vivres font fur la.
Place du milieu, filr laquelle il y a une
cafe principal, cuifine, magafin, pou-
lailler, colombier cafes. negres,
quatre fcies de long & plufieurs autres
outils & uftenfiles.
30. Onze beaux Mul,*ts on Mules
creoles, dont il y en a de prbpres-a Ia
chaife, au cabrouet, k la charge & a.
monter; un Cabrouet ou Tombereawt
garni de chaines pour-atteler trois mu.
lets; plufieurs Chevaux de.chaife;deuxn
Chaifes; Meubles meublans; Argente-
nie, &c -
40. Six corps de B&timens fitues. hau
bord de la mer, dans ladite Ville de
Jacmel, fir deux emplacemens fur lef-:
quels' il y.a encore du terrein a bItir,
& des bois pour confiruire une belle
maifon..Lefdits batimens peuvent d6n-
ner 12 mille lives de loyer, le.Pro-






441
prietaire loge cdmmod meat; II y eth
a aduellement pour 7o00 liv.par.bail,
- "-; Ude P~ie de 6ob pla- fr 400
6fgtaji Part-~-wPriace, A 'bazier &
hauteur de M. I Ray, Habitait pt~s
lCiGivernmedt. '
6. Un trss-bel Emplaceient fitut
dans Ua&te Vilk du Port-an-Prince,
vts-r-yis le Magafta duRo ,,i r sequel
il y a ue cafiompinpde de deux cham-
4resvs& Un appentis.
S7. T.ro Chevaux de fele, un an-
glois & devixbayaondes; 6obMadtiers
de bois d'acajou, rendus a, board de la
mer, & pdar i2 & 5 mille iteres da
bonnes nmarchandif~, coiaie favon,
mouwhairs de Chtoet, velor aoikr &
cramoifi, chaudiemes de fer, cfapeauxa
A Aegres, fel, fiaicr, &Uc
Pour P:Emplaceient Sc Pace -as
Partau-Prince, il lut a-era Ms-
io.tI, masrkandfi & CoAmipagnie,
Ngas en ladite Ville; & poitr
asmres akities aK M ildwK dFe la
Grwge, Grand-Voyer &CSoC mMifaire
Provamnial, demeurant A Jacmael, qui
veadrateitout efeMte lou fiparent,
ou l'Pchangera pourdAtbieaideFrance,
A vendre, i. 7 une Maifenm ei. ito
pieds de long fur :o de lae, fEitue,
au Bourgian Dbedn, rvis-4 vis 'E-
glife dpefidante de ia uiccefion Tar--
dica, bktie :en dcarpeate for fd en
maqbanerid[, paliffadee de travers,
eonrtn eaieentees & carrdie, con-,
fidtat en trois chambres baffes, une:
gflere ivec uncaziinet A chaque bout,
uwnigreaner udeffus defdites chambres.
20. Un B&timent fitue au m&e liu,
4'environ 75 pieds de long, bati ,po-
team en terre & en charpaeite, paif-
fade & ootvert en ieffees, confifitnt
e i n cha.t amrci, noa cr~e s,- doat


te'fert cd difinm, avec fo.frue; It
t6ut bien close d'une haie vive de ci-
trotwie,' & &ntourd d'wtne- p~liffrde
o <. Une Habitation 44penda 4tae e la
dite, filceddfO itfu0e a .DEadoJi
quarter des Matadors.~e, ii't fl e
39 quarreaux 3 quarts de terry,' it
hlquele if y a ~ t~uik pide caff,
beau nigreffes une cafe princpale, fe
A negres. JI &Eat 1SetRE r,4 AM hiAs,
Habitant au Quartier-Morm, foide da
ha procudwlion d1s bhritters k TrItu,
ou A M. Mraude, Perocueur au Cap
ruie JRyale. On garatira toutes hy-
potheques. Les deniers.provenamt d&
ladite yente feoneprcnt eop ys ac-
iquittement des dettes Aela cceafion
qui 04 f nt pa4 A beaucoup pres tffi
confiacrables que la valeurr eshiens.
MI i. P Prer & Ciommo.icn-
nent avis que Mas.~ daHiO rits dik
S eille leu r ait AblMi semaliar
d Drogueries, dans leqikl o trouVeia
libter fortes &e d-i nteis aitches. &
nouvelles, tant fimples qpe compeo
ftesen jgros & ea detail & cogR e
ilU regoivent leurs marchandifes de.t
premiere maln ibs s ht ~ l Me t A
tres-bon compete. Leur mag i et a
ienaidesi&s4eh Foqota4me 04u41 u-
veraement, au Cap,
AIvcadr, to trisQbea t$rtoutt de
~defef cl3ompafr4deiniJ plaesif i, d
quantity de bellesW.fxlm p6ur Wi pas
there; d'atdbre fritifis o(>ur it pota-
ger, de plufienus figuites'poteS & fa
b ie, & A, titie de petis vafs .de
craidi it faut ,s'a4rFe -.. elo
jeune, rue Sainte-Marie, maifon d,

de. bhimens ,al Ca. :arCp ,
- An.PWirmagan.'


__1__ __ 111_ _





1


AFFICHES AMERICAINES.
S* Du Mercredi Fe'vrier.
- _\ Vul-l-rcredi


_vires Marchands.

V PqRT-A RINCEle l2ejanvier
ernir reune-Henri, de Nantes,
aapit. Grammont de Biarzet, parti le
6 decembre : le 28, la Dordbgne, de
bourne, Capit. Mandavy, armed a
ordeaux ,' parti le i decem'bre.
A LIOGANE, le 12 dudit mois .de
nvier, Ie Robufle, de Nantes, Capit.
effier.
1A S.IMARC, le 28 du meme. mois,
Tigre, de Nantes, part dudit.lieu le
2. juin 176 ~y venant de la Cete-d'Or
vec :zo>Noirs. >' '',
A CA(APv, le 19 du meme mois ;le
rigantin li Spadon, Capit. Jeani Vin'
ent, venant des Cayes : le i de ce
ois, la Goilette la Marianne, Capit.
a Paumiere, venantr.le Saint-Pierre
Ie Miquelon, charge de moress;
NA VIRES Marchands en' expedition.
Au PORT-AU-PRINCE, le Grand-
aint-Pierre, Capit. Sarauby, pour
ordeaux. ,
A LUOGANE, Pl'imable-Hinriette
apit. David Maniable pour le Havre.
'Au CAP, le MarechaidcALuxe lbouirg
Capit. Bremont, pour le Havre ; le
Prothee, Capit. Dubofq, pour Nantes.
D PPAT T de Navires.Marchaspd,
Du CAI ,:le 29 jaivier dernier, le
Setnat- Ja Pouponne Capit, 'Maffot


- ----------


l(laZI Qhr,-lt.Ll sh--- Ir rr hlZPCEe a;'h~


I


.._~. -- L- ---II--.I'---------C-- ---- -.. --*_.-_-_r.--.------_Ir - -- -L-*--L-L-~-_---_- ,~~ )_~~__~_


r-57


ONE 176g


pour Saint-Malo : e 4 de ce. mois, le
Senau Itraniie, Capit. du Colombier,
pour le Havre; le Brigantin ia PVin-
ceffi-des-Landes, Capit. Jaullery., pout
Bordeaux; & Je, Senau I'Aliable An-.
gelique, de la Rochelle,.Capit. Cadou,
pour la Louifiane.
PRtx dies.Marchandifes dlt a ClIonie.
Au PoRT-AU-PRINcERSprer blanc,
60a 65 1. commun,,4o A 1. brut,
SA 26 liv. .Indigo bileu,8 1. (rare);
cuivre, 6 1. a 6 1. 5 ( 1 'ty a point
encore de Caff ni de, Coton a veinde).
Bois de camp8he coupe efpagnole
i8 A i 1I. le cent: Piatres go ifs,
36 pour ib .
A LIEOGAN Sucre blanc, ,7 a 6o1.
commun,.37 a 1. brut, 28 liv. In-
digo bleu, 71. cUivre, 51 5 f. A 61. f.
Ca&i nouveau, 1 yf. C5otfC i 8o 1.
SAU CAP,,Sucre blanco, 5 64: 3 .
comiiiiu, 40" A i 1. birt, i a26 .
Indigo bleu, 7 1.71. i f. cuivre,
i61. Caff ftouveau, x4 f.a x f. 6d.
vieux, ii 4 f Coton, 9c9 195
Piaftres gour des, 36 pour' jbo (rares).
PRIXx des:Marchandifes 4 France.
AUvPORT-AU-PRINCE, Vin, 130
156 1. Fatine de Moiffac, 6o 1. com-
mune, 40 1. Boeuffatl d'Irlande, 71 i.
7 1. le baril. B3euiie, 18 2o f.1la livre.
Savon,a95 A 66 I. Chandelle, 20 f. la
litre. 'uite fine, 4, 1.la boteille.,


I


P [No. 6


%aa~







A L4OGANE, Vin, 140o t ,oIliv.
Farine de Moiffac,6o A 661. Savon, 66 L
Au CA,. Vin,ii 310 A 59 B. Fine
de Moaifade, .60 66 L cobmmuvn 40.
A 45 1. Boeuf, 6o 72 1. le baril. Beurre,
i6A 18 f. lalivre. Petit-fatf, 24 h1 71.
lancre. Huile, 24 A 27 liv. la cave.
Savon, A 6o liv.
S COutR s U F-R ET .
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre, Io
& 12 d. Indigo, 24 d. Cafft, 11 s 5 d.
Coton, 30 d. Bois de campeche, 5 a
6: d. par lire.
A LEOGANE, ii eft fans ours fixe.
AU, CAR Sucre blanc, io d. brut,
i d. Inriigo, 18 den. Caff,' 14 den.
Coton, 14 4d.
M M-o S.
Dame Marie-Fran opi Delorme,
S ge.,gde 4 ,ou urtp de Claire-tobnaine
Ecrivain de la Marine, eft mnote au
P.ort-ga-Prinee le Z 3 janvier dernier,
gee -e '40 ans : elle etoit native de
Quebec, en. Canada .
M. Pierre Chkriin, Apothicaire du
Roi, natif de Tarbes en Bigorre, efi
mort daps Ia. nme Yile le z6, ge
de 6 ans'
M. Jhqn 'e Mickl Procureur 4es
IHafitaitio.0rs Truafe, natif de Cabares,
Paroiffe de Monterabier, Diocefe de
C~iors 'it noart d'accient ;u Foife,
4u3tie. du.:Ppoxt-au nn ayant ete ecrafe par le grand rouleaul
dt nmoutlA -oic re ,-g de 68 ans. :
M,K Clkrfl4fo Claude Gaudim,, de
Mauy, ci-devant Lieutenant au Regi-
ment de Cambis-, n a ttours, et.mopt
au Portu-Princele 129 .
NE. Gs Ac .MA N s.
A. S -MAR An; -Negre C'ol


nomme Jemn-Pierre, ge de 14 I
ans, atampe fur le fein gauche GEZO
fe difant appartenir A M.: Bertin, Haj
tant. aux Gonaives.
Au PORT-DE-PAIX, un Negre
nation Fond, nominee Chofy, etaai
fur le fein droit G H j & fur le gaucl
D HF, fe difant appartenir a M. L
mote, Arpenteur du Roi & Habitai
A Plaifance.
'Au 'FORT.-DAUPU.IN un Negr
Iboi, tampe BEAUNEAU & au de(
fous B:, pris aux Fonds-blancs, qui n'
pu dire fon. nom ni celui de fon maitre
tine NIgreffe, nomm6e Marie-Jeanne
prife aux. Rerches, hiir I'habitation d
M. Lartigtie, fe difapt appartenira
nomme :Pierrot Cadou, n.1, djpeuran
au Dondon; un Negre Congo, ninn
Pierre, fe difaint appartenir h MA Def
portes ; un Negte Creole nomm
"Francois etampe~ fir les- deux. fe
NICOLO, fe difant appartenir A -
Paterfon; une Negreffe Cm'ol, ,no:
mee Zabeth, etampee fur les deux fein
LOHIER, fe difant appartenir A Md
Lohier. '

NOUVELLES D'E-UROPE.
TU R Q U I-E.
SOn made de COnftantinople- qu
la Porte ayantt..ete informee que Ste.
phaniffa Rakowitza, Palatio de Vala-
die', exerbbit 'de 'gamrdaes vexttions
centre fes Sufpts, adepatuile- de cett
Prminpaute 'qaEle la, confere A Conf.
tantin Scarlaio, qui en. avoit dl a Pet
pourvu. Yorgai., fils.de Stalki, pre:
mir Agentc du Prince eppofe, futaro
rtele i3 aourt, & conffttu ptrifnnier
ihez lee Bftanigi Bachit: :le i8. i8ffut
.Arangl, & l'0r attacha: fon..corps


I I I ; :1 'I'll I 'I p 11"- ---- ----





ne jotEde levee 'de1varit. a matfoi'l
champagne, fituee atuVillge d'Ar--
out- euil fur le canal de 'la mer
ire, avec un criteau qui le- deda-
it coupable de tous les exces comnis
nValachie. Tous les biens de ce:Gre,
plus riche le plus accredited de fa
action, Ont ete confifques.
Crim-Gheray, ci devait Kan des
artares, quimtoit exile a Scio, en eft
arti pour Riodes, oh le Grand-Sei-
neur a transf6rd le lieu de fon exil.
POLO G N E.
On ecrit de Varfovie que le Roi a
e.u la nouvelle que les Cours de
ienne, Verfailles, Naples & Drefde
voient refolu de reconnoitre Sa Ma-
e en quality de Monarque legitime
e Pologne & de Grand-Due de Li-
nanie.
Les Eveques duiRoyaume devoient
nvoyer fous peu a Teurs Diocefes ref-
e&ifs, des Afes & Memoires qui ont
our objet d'engager ie Clerge a liver
l'Horel- Royal des Monnoies a Var-
ovie l'argenterie. fuperflue, moyen-,
ant le payment de la valeur fuivant
e taux de ce m6tal. On y a tranfporte
ar ordre du Comite Sapieha, charge
e la curatelle des biens dl Prince
adziwill, & avec 1'approbation de fes
ollegues., toute la vaiffelle d'argent
e ce Vaivode depofo de Wilna, dornt
es Ruffes s'etoient emparts A la prife
u Fort-Olyka, & qu'ils avoient en-
uite remife entrees maiafs du Comte
pieha, Sous-Chancelier de Lithuanie.
On a ouvert ,dans le mois d'O&fobre.,
ks affemblees du Tribunal Royal de
Relation ; i deyoit y etre agite & d -
dide le different qui fahfifte entire le
Duc de Biren & la Nobteffe du Di uch


L--


,g


.04i


~ill


de Courlarnde ainfi' qiuu process in-
tet ipar les Academies de Cracovie
& de Zamoski contre les Jdfuites de
Lemtberg. Les Avocats avoient obtenu
Ade la'Cbiiir la permifflon de defeindre
ta 'Caufe des Courlan'dois mrecontens.
PR USs.
On attendoit inceffamment A Berlin
1'Abbe Winikelman, natifde ce Royau-
me, Biblidthecaire du Cardinal Albani,
& 'un des Gardes du Cabinet des An-
tiquites .de.Rome ; cet Ecclefiaftique
a quitter fes qmplois .pour retourner a
la Cour du Roi, qui 'a nommen fon
Bibliothecaire, avec des appointemens
confiderables.
ALLEMA GANE.
Ori made de Vierine que tous les
Officers de fen I'Einpereur, fuperieurs
& Tubalternes, jouiront conmme aupa-
r;raant*d leunr appoint emens annuels.
On i'a-encore ren d6ecouiert de re-
latiffi Iha difpoiition teZfmenitaire de
feue Sa Majefte Uinperiale, qtioiqio'ri
en eftime la fucceffion A plufietrrs mil-
lions tant en bijoux qu'ien argent
conmptant. On aitlre rque -fimp'reur
a&uellement regnant, fe refervera Ie
Regiment de Dragons, ceux dAiraij-
terie & de Hufffards qu'avoit fetc foa.
augufle pere. L'Empereur & 'Imp&a-
trice Reihe-Douairiere ont juge A pro-
pos de reunir letirs Cours, de inMaiere
qu'elles n'en formeront plus qu'tine
'feule -a avenir. L'Imperatrite-Reine-
Douairiere n'admet que fes Daimes
d'Hondneur atiptrS de fa Perfonne, &
on croit Sa Majeft6 rifolue de porter
le dcitil pendant toute fa vie, A Pexetm-
pie de plufieurs autres Imptratrices.
-Douairieres,




PORT V GAL.: i
On a fait inveffir, dans la nuit du
.2,7 aau .8 feptembre, par quelques de-
.tachemens de Cavalerie, le Regiment
Royal-Etranger & on a arrete ,'par
ordre du Roi, le Colonel, le Lieute-
nant-Colonel le Major, le premier
Capitaine & l'Atuditeur de ce Regi-
ment. Ces Officiers qu'on a remplaces
fur le champ par interim, ont etc ren-
fermes A la Tour de Belem: on ignore
la cafe de leur detention.
AN GLETERRE.
On fiait A prdfent que la commifflon
de M. Stanlay aupres de la R6publique
de Genes, avoit pour objet d'y nego-
cier un trait de commerce,, aduelle-
ment conclu, & en vertti duquel P1An-
gleterre a la liberty d'etablir un Comp-
toir dans 1'Ifle de Corfe, pour la tran-
quillite de laquelle on affure qu'il y a
un trait fur le point d'etre fait, &
en cohfdquence une parties de ccette
fle demeurera aux micontens, pour
ctre gouvernee en democratic inde-
pendiante, & i'autre fera confirmee a
la Republique de Genes.
On made de Portfmouth qu'au
commencement d'o&obre, a 8 heures
du foir, le ciel 'tant ferein, iJ fe re-
pandit fur tout 'himifphere une lu-
miere prodigieufe qui clairoit comme
en plein jour. Environ une minute
apres, on decouvrit un grand globe
de feu qui paffa avec rapidity de- eft
au fud-eft, & 6clata enfuite avec un
bruit tres-confiderable.
L'Ambaffadeur de, Tripoli devoit
prefenter au Roi une collefion de Ma-
nufcrits Arabes anciens & curieux, &
plufieurs animaux feroces, de la part
du Roi forrmaitre, Ce Miniftr eif de-


fray6 aux -dpens du Gouv rnement;
& le fera jufqu'" fon retour,
Extraic du Rapport faith au Sureau- d
longitude par un des Commijaires
nomms pour examiner la Montre de
'M. IFarrifon.
M. IHarrifon trove plufieurs defauts
dans les montres' ordinaires. II dit,
S10. que le grand effort n'agit pas tou.
jours avec la meme force fur les roues
& fur le balancier.
20. Que le balancer ft 'i
eprouve une force inegale, ou qu'il
trouve une refiftance variee, occasion.
nee -par Fair, l'huile ou le frottement,
a des vibrations plus ou moins grandes.
3T, Que ces vibrations inegales ne
s'executent pas dans des teams egaux.
Et 4. que la force du effort du ba-
lancier varie felon le teams chaud ou
froid.
M. Harrifon a imagine, pour reme-
dier A ces defauts, diffrens- change-
mens, fur la plfipart defquels it ne
done aucuns clairciffemens. 11 dit
qu'il y eft parvenu par des efiais rei-
teres, & qu'il n'a point d'autres prin-
cipes: le teams & la perfiverance nous
en apprendront davantage. On peut
neanmoins efpirer que d'autres ou-
vriers y parviendront auffi en faifant
des tentatives. Au reffe, c'eft l'expe-
rience feule qui peut determiner avec
certitude la valeur de cette ingenieufe
machine.
F R A NCE.
On made de Paris que tous les Ar-
tiftes fe font empreffes de fuppleer a
la main don't M. le Comte de Saint-
Florentin eft prive-depuis fon accident.
On lui en a fait une dQnt les efforts


1-~--11~1~-~--_1~111--1 __.T- ~-I__ ---~--C------




font ft bien dirigs, qu'elle met ce i
Miniftre en etat d'agir prefque avec
la m~me facility que ci-devant, J
SLe Sieur Berger, Organifte de la I
Cathedrale de Grenoble eft venu a
bout de communique, tant au claveffin
qu'a 'orgue, le crefcendo fi defire, par
des mechanifmes tres-fimples, & quif
peuvent 6galement s'appliquer A toutes
fortes de claveffins & de buffets d'or-
gue, grands ou petits, fans rien ddran-
ger dans ces infirumens, ni en changer
i'harmonie. L'Acad~mie Royale des
Sciences en a raconnu les grands effects
& approuve le mechanifme.
On a trouve dans un champ aupres
de Saint-Junien, Diocefe de Limoges,
30 pieces d'argent qu'on a reconnues
pour etre des Medailles Romaines Con-
fulaires: elles ont et' partagees entire
plufieurs habitans de Saint-Junien.
On ecrit de Brilhac, dans le meme
Diocefe, qu'on a vu le z olobre der-
nier, entire 9 & o1 heures du matin,
fortir de terre, dans un package fangeux
de cette Paroiffe, un globe de feu d'un
volume confiderable, qui a deflfche
l'herbe d'un champ & des pres voifins:
au meme infant, il s'eft eleven un tour-
billon des plus impetueux qui en
moins d'un quart-d'heure s'eft port
dans une 6tendue de plus de deux lieues,
a arrache & abattu les arbres les plus
gros, les buiffons, les vignes & les ar-
briffeaux, & enleve les couvertures des
batimens : une femme qui s'eft trouvee
fur fon paffage, a ete dans un infant
emportee A une.tres-grande distance.
On made de Beaune qu'au moment
de la r6colte, un orage affreux a'detruit
toutes les efperances. Des cinq cantons
,qui component la- cte de Beatine, fga-
yoir, VolnMy, Pommard, Beaune, Sa-


vigny &. Aloxe, les deux derniers ont
&t6 preferves de la grele; & Savigny
feul, qui forme un canton confidera-
ble, a eu l'avantage de faire fa recolte
les 26, 27, 18 & 30 feptembre par
un beau terns. Le vin a confequemment
beaucoup fermented dans la cuve, de
forte que l'on peut affurer qu'il fera
d'une excellent quality & fuperieur
a celui de 1762. Les cantons qui ont
etd frappes de la grele out un motif de
consolation: le peu qu'elle a epargne,
s'annonce auffi pour tre bon & fans
aucun gotut de grele. Le canton de Chaf-
faigne, qui a auffi ete preferve, pro-
mettoit beaucoup de quaiite egale-
ment que la cote de Nuis, qui n'a requ
aucune atteinte.

AM t R I Q U E.

Suivant le rapport d'un Capitaine
de Navire arrive A la Nouvelle-Yorck,
venant de la Baie de Honduras, les Ne-
gres deferteurs des Anglois occupies a
la coupe du bois de teinture, fe font
empares d'une grande parties de la Nou-
velle-Riviere, & fe trouvent a&uelle-
ment au nombre de 70, bien determi-
nes & bien arms. Is ont envoy un
Expres aux Efpagnols pour fcavoir
s'ils pouvoient efpirer de la protedion,
en cas que les Anglois vinffent A les
chaffer de leur pofte. On leur a repondu
qu'ils n'avoient aucune protelion a
attendre, & qu'ils euffent A fe retire
hors du Territoire Efpagnol. Ces Ne-
gres ont deja pris & maffacr6 plufieurs
Anglois, & meme un- Efpagnol qui
etoit venu pour traiter avec eux d'un
accommodement. Ils font devenus fi
redoutables que plufieurs des Anglois
qui ont des 6tabliffemens fur la cote,


.... #'? ,




wq7rT-


,on' ete obligC d'abandonner leurs tra-
vaux, & fe font trouves fort embar-
taffis pour fe procurer tun afyle fir.
Suivant les derniers avis de la Ja-
mnaique, on s'y occupoit d'un plan pour
riduie A 4 ;pour 10o les differens in-
t&irts hypothequ6s fur les 'fonds de
terre, attend les fchetufes circonftan-
ces oh fe trove a&uetlement le co'tn-
merce de cettefle. L'objet des int&r&ts
n'a jamais occupy fErieufement le Gon-
vernemeint; cependant il eft certain
que fi l'on en reduifoit la fomme au
capital, fans pouvoir 1'exceder dans
aucun cas, il fe trouveroit bien des
dettes acquittees, & par-la le Colon
feroit plus en 6tat d'augmenter les for-'
ces de fes manufactures qui produifent
a 'Etat & & la Nation des profits pref-
que inappreciables.
DuC (AP, e 5 fevrier.
La nuit du 3Q au 3 i daiSros deri
nier, entire 4 & heures do matin, on
a 'effenti ici une :lgere fecouffe de
tremblemerit de terre.
Les Penfionnaires de M. A4quie,
ProfeffeurdeLitterature en cette Ville,
doinneront lundi prochain, dans leur
Penfionnat & en prifence de leurs pa-
rens, leur petit ainufemerit d carnival.
its en front t'ouverture paritire rept-
'entation d'Arlequin pricepteur, Piece
ide Thiftre etn im adte, & le finiront
par 1lfle frivote, Opera bouffon, ac-
tom pagne 6 e tous fes agrimens de,
-danfe& de tiufique. On coimmencera
i quatre heures pricifes.
A lI premiere page du Supplement
'e la fiifle derniere dans l'article M'-
Whbde ,pratique, lign. 30 & 3', 1~ie
irtrodatrion A mon course encyclope-,
fiqird l'-iii & de Latinit, -


AVIS DI VER S.
Le Bateau la Liberte', dela Louifiane'
partira pour ledit lieu dans le courant
de la femaine prochaine. Ceux qti
voudront y paffer ou 'charger A fret -
s'adrefferont A Mrs. VicToria'& MNendCs
Marchands au Cap, March' iux Blancs'
Le Navire la Dorille, de Bordeaux,
du port de 140 tonneaux, Capitaine
Defarnaulds pa'rtira pour ledit lieu
dans tout ce mois. Ceux qui vou-
dront y charger A fret sadrefferont
audit Capitaine, en fon magafin, rue
de la Pointe, au Cap.
Le Navire i'AcTif, de Bordeaux.,
Capit. Rozain, partira pour leditPort
du 8 an Io mars. Ce Navire edt tres-
bon&tres-commode pour'les Paffagers,
minme pour les Dames, ayant une Du-
nette & des chambres fiparees. Ceux
qui voudront y paffer, s'adrefferont
ai:it Capitaine, en.fon Magafin, chez
.M. Degals, rue & pres Pancien Gou-
vernement.
Le Brigantin l'tnion, de la Nou-
vefle-Orleans, Capit. Saint-Martin,
partira pour ledit lieu dans le courant
de'mars prochain. Cenxqui voudront
y paffer ou charger A fret, s'adreffe-
ront a Mrs. Mefnierfreres, NegocianS
an Cap.
Le.Navire le Daubenton de Bor-
deaux, du port de 3 50 tonneaux, Cap.
Detrois, partira pour ledit lieu du i.
ali 20 avril prochain, ayant de quoi
former les deux tiers de fa cargaifon.
Ceux qui voudront y paffer ou charged
A fret, s'adrefferont audit Capitaine,
en fon again, rue du Gouvernemtent
au Cap.
Ie Sr. Robin, Maitre-es-arts, donnk
avis qi'il fe propofe d'enifeigner i's






Humanit6s & la Philofopyie &:-de
former un Penfionnat, firt6t qLu'il fera
certain d'un nombre fuffifant d'Ecoliers.
II et loge chez le Sr. Filleul, Marchand
pres la Foffette, au Cap. I prie ceux
qui lui front 'honneur de lui ecrire,
d'affranchir leurs lettres.
Les Creanciers de feue Madame la
Vicomteff de Beon font invites de don-
ner connoiffance de leurs creaices en
principaux, interets & frais, A M. de
Moulceau, Chevalier de Saint-Louis,
Habitant au Cul-de-fac, demeurant fur
1'Habitation de ladite feue Dame de
Be'on, fon Ex6cuteur -teflamentaire,
ou h Me. Feffard, Procureur au Siege
Royal du Port-au-Prince, a leffet de
prendre des arrangements convenables.
Les Sieurs Delon & Affocids, qui
fe font annonces dans la feuille diu 15
janvier dernier, pour raccommoder
les chattdieres fucre, dornnet avit
qu!its ont trouvele moyen de couler
dans les fentes des chaudieres une ma-
;iere folide qui rend les raccommoda-
ges immanquables : ils prennent 5o I.
par chaudiere indifferemment. On peut
leuir .ctire: par la Pofte du Trou.
Le Sieur CafJaigne Tailleur pour
les Dames, .fait des robes, corfets &
toutes fortes d'ouvriages a leur utility;
it fait auffi des corps d'enfans & les
habille dans le dernier gofit. Il demeure
rue S. pDop ngte, a, r3oin de celle du
Confeil, A c6.t de M 4mein u Cap,.
- LeSiur-delix Callebout, demeurant
chez M1 -agar e, riue Efpagnole, au
Ca~p, done y4v.i0 qu'il fait fire de tes-
beau bon.b boip de ,ch'ufIf~e: ft
dage, la cr4dede e 6 pids doe ongueur

jrai:ta" able./Qn.trQo..ra touju uS
e: fep-i tij (I@4 aux a tglanes^ I


de M. Lafitte, fur le board de la mer,
vis-4-vis la grue du Sieur Langevrin.
A vendre, le Bateau la Catherine, dt
Cap, du port de 70 tonneaux, ou enl
viron, avec tous fes agres & apparaux,
Ceux qui voudront F'acheter de gr r
gre, s'adrefferont a M. Henry Lafille,
pres l'ancien Gouvernement, qui leu-
donnera communication de 'inven,
taire; & i deffaut, it fera vendu fame-
di 8 du courant, a 'iffue de 1PAudience
de 1'Amiraute du Cap.
Samedi prochain 8 courant, il fera
procedf pour la derniere fois la
Barre du Siege Royal du Cap, au Bail
a ferme, pour fept annees, d'une Mai-
fon en magonnerie fife rues de Bour-
bon, des Marmoufets & Sainte-Marie,
derriere la Salle neuve du Spedtacle,
confiftant en onze chambres, fix cabir
nets& cuifines, galerie, court & puits,
'tI charge par l'adjudicatalr~ de fire
fair les reparations neceffaires & inl,
difpenfables a ladite- maifon., en deduc-
tion du prix des loyers. On, pourr4
prendri communication de la Carte-
bannie en 'itude de M. .Amboide, Pro7
dureur, ou chez Mrs. Millot, Froq
& Compagnie, Negocians, rue Pen-
thievre, fondds de la procuration de
M. LfpreJlre, proprietaire de ladite
Maifon.
; Les.Negresde la. fauceffion Ducos
ingqnces dans la fetille dux2,2 janvier,
ae front vendus I la Barre du Siegp
q(e le famedi x.5 f6vrier.
A4 vedre, un grand Canot, du port
de 8 blriqueside fucre confrut au
app, & upNegre cocher, bon .4oef-
tiqu &,.8& bapchifiant bien les las dq
foie, 1l: fat;s'adreffer A Mi Berg4 any
pia Oficier,. paifo de M, BsoneauI
Quai Si

j


- P"., --





S .
A'vendre, une Habitation fituee au
Morne-rouge, a deux lieues di Cap,
de 40 a 0o quarreaux de terre, fur-la-
quelle il y a des batimens tres-logeables
en i connerie & en bois, des cafes a
n~,es, un jardin potager d'environ
4 quarreaux de terre rapportee, fume
& arrofee par une force qui ne tarit.
jamais ; une bananerie; une creffon-
niere,; un vivier de i50 pieds fur 6o ,
toujours rempli d'eau vive, avec eclu-
fes fermees de grilles de fer; 26o plan-
ches de legumes couvertes de tonriel-
les : plus, un terrein contigu, d'envi-
ron 24 quarreaux, fans etabliffement,
don't trois font arrofables. On donnera'
de tres-grandes -facilites & l'acqiu-'
reur, pourvu qu'il foit folide. II faut
s'adreffer : M. Delaye, Confeiller au
Confeil Sup'rieur du Cap.
,.d cvndre,' deux Emplacemens de
t zo pleds iur 63 ituts rues d'Anjou-
des Boucheries & Saint-Nicolas, fur
lefquels font deux chambres & une
cuifine en inaonnerie, deux cabinets
en bois, une boutique & un appentis,
un jardin avec des figuiers & treilles
rapportans, un puits & un- baffin au
milieu en magonnerie, le tout' en bon
tfat & entoure de murs. On s'adreffera
au Sieur Lnbroue y demeurant, qui
en fera bonne compofition.
SA vendre, un Negre forgeron & tou-
tes fortesd',6itils de forge, avec fouf-
&ti endluiie; filieres de toutes fans
& groffeurs acres de 2 pouces de
gIroffeur, &c. On s'adreffera au Sieur
Toui rue de la Providence, au Cap.
A- '-hdre ,; un tres-grand Fleau avec
fes plateaui garnish de changes, & deux
miille cet fyvres de poids, chez Mde.
l-ime ii, rieL board de la:mer, au Ca,
qui en fera bonie-compofitiont


La Dlle. Mallet, Marchande de Li-
queurs au Port-au-Prince', donne avis
au Public qu'elle a retiffi dans les Li-
queurs de toute efpece, qtui, de l'avis
des connoiffeurs, furpaffent en bonto
celles de-la Martinique ;' dee en enverra
fur les premieres demands qu'on ere
fera. Le prix eft de 1. o f. la botiteille,
Un Negre Congo, de tile moyenne,
parlant bon frangais, age d'environ3o
ans, etampe ROY & CADOU, eft
maron depuis le mois de juillet dernier:
une Negreffe, auffi Congo, ag6e d'en-
viron 45 ans, etampee DEFERT, eft
maronne depuis le inois de novembre
dernier. Ceux qui les reconniotront
font pries de les fire arreter, & d'en
donner avis a M. Cddou, Habitant au
Fond-de-l'Ifle-a-Vache, ou a M. Du-
truch, Negociant aux Cayes: ii y aura
recompenfe.
I etd perdiu chezMde. d eklai~dva#~
au Quarter du Trou, un Cheval an-
glois, fans tampe, poilgris ,tite noire.
Ceux qui en auront connoiffance, font
pries d'en donner avis a ladite Dame,
ou A M. de Chabannon, Habitant i Ro-
cou, Quartier de Limonade, a qui ce
Cheval appartient.
Deux Chevaux fans etampe font
fortis, il y a environ un: mois, de la
favanne de M. de Lage, Habitant au
Morne-rouge. I1 prie ceux qui en au-
ront connoiffarice, de es lfaire arreter
& de lui en donner avis.

SPECTACLE S.
On donnera demain, a la Comedie
du Cap, le Medecin malge' lui, & la
Servante jufifie,, Opera-comique.
:' Dimanche- prochain on donnera
lt Diable-d-quatre 0Opura-coim'ique
riele d'ariettes, avec tous fes agri4-inds


____~_~_____~_~





[N. 7.3


ANNkE r766*


HES


SMer


Marchands.


A LEOGANE e 30 j anvier dernier,
l'Union du Havre Capit. Lefage,
parti le 2. novembre, ayant touched
A S. Marc Ie 7 dudit mois de janvier.
Au CAP,. le 9 de ce mois, I'Eu-
rope de Marfeille Capit.. Aycard,
part le 17 d6cembre.
NA VIRES Marchands en expedition.
Au PORT-AU-PRINCE, la Goelette
l'Aimable-Marie, Capit. Loifel, pour
Honfleur.
SAu CAP, la Toifon-d'Or, Capitaine
Pafturel, pour Marfeille.
-DA PAR T' de Navires Marchands.
Du CAP, Ie 6 de ce mois, le Shinx,
Capit. Bellot, pour Nantes.
PRIx des Marchandifesde la Colonie.
Au PORT-AU-PRINCE ,Sucre blanc,
5o A 60 1. common, 40 h 451. brut,
2.5 1. (il n'a pas de demande. Indigo
bleu, 7 1. 5 f. 7 i1 f. (fort rare);
cuivre, 6 1. a 6 1. 5 f. (11 ne paroit
point encore de Caff ni de Coton).
Bois de camp&ehe, coupe efpagnole,
x8 a zir1.le cent. Cacao, r17f. lalivre.
Piaftres gourdes, 36 pour ioo.
A LEOGANE, Sucre blane, 58 6 21.I
common, 37 a 5 1. brut., z6 z8 1.
Indigo bleu, 7 1. 1o f. cuivre, 5 1. 15 f.
.61. Caffenouveau, 15 f.Coton, 801o.
Cuirs, 81,


AMERICAINES.

credi.12 Ferier.
l"*


A S. MARC, Sucre blanc, 60 a 6 5
comnmun, 40 55 1. brut, 26 A 28


Caffe nouveau,


15 I. Coton, 160


Cuirs, 8 1.
Au CAP, Sucre blanc, 54 A 62 1.
common, 40 48 1. brut, ,.5 a >6 .
Indigo bleu, 7 1. f. a 8 1. cuivi-e, 5
A 61. Caffe nouveau, 14 16 f. vieux,
i2 a i4 f. Coton, 90o o00 1. Cuirs,.
7 a 9 1. Piaflres gourdes 36 pour 1oo
(rares).
PRIX des Marchandifes de France.
SAuPORT-AU-PRINCE, Vin, I zo 0
i o 1. Farine de Moiffac, 55 a 60 i.
commune, 40 1. B euf fale d'Irlandee,
6y A 701. le baril. Beurre,.,o f. lalivre..
Chandelle, o0 f. aufli la livre. M tpr
de Miquelon, 36 a 40 1. Ie cent,
A LEOGANE, Vin, 140 a Iyo hv.
Farine de Moiffac,6o A 661. Savon, 66 1.
A S. MARC, Vin, 130 a 170 1v.
Farine de Moiffac, 60 a 66 1. Nor-
mande, 40 a 421. Savon, 70 a 80.
Au CAP, Vin, 3.0 o 15o 1. Farine
de Moiffac, 6o A 66 1. commune, 4-0
a 45 1. Boeuf, 66 7 5 1. le baril. Beurre,
S15 f. la.livre. Petit fale, 24 a 27 L
I'ancre. Huile, 24 a 30 liv. la cave.
Savon, 6o0liv.


COURT S DV FRET.


Au PORT-AU-PRINCE, Sucre, x&
x 2 d. Indigo, a ~14 d. Caffi, xI2.
5 d, Coton, 24. 3 o d. Bois de caq


^MaM g^1 *^ 8M-11, MM* *V.*mstm


~ur~lilrrrr~rr~r~lr~r~lr*nr,,~~,_ _..~-~~~


dwo-


- dm&--






eche, 5 d. par livre. Les Freteurs
font rares.
, A LEOGANE, Sucre, To a -12 den.
Indigo, 24 d. Caffe, 12 a i1 d. Co-
'ton, 24 a 30 d.
A S. MARC, Sucre blanc, I2 den..
brut, 15 d. Indigo, 30 a 36 d. Caffe,
i zt 15 den, Coton, 36 A 42 d.
Au CAP, Sucre blanc, 1o d. brut,
tz d. Indigo, 18 a zo d. Caff6, 2z d.
Cotqn 24 d.
MWoRT .
M. Decopin, Habitant an Petit-
Trou, Quartier de Nippes, y eft mort
le 28 janvier dernier, age d'environ
I ans.
NEGRES MARONS.
A S..Louis, un Negre Creole,
nomme Pierre-Paul, etampe ilifible-
-ient,. fe difant appartenir au nomme
Frangois, Mulatre, Capitaine -de Ja-
teau, que Fon dit etre du Cap.
SA S. MARC un Negre nouveau,
ae- nation Congo, ayant fur le fein
gauche des marques de fon Pays, age
4'environ 22. A24 ans, de la taille de
'5 pieds z pouces, qui n'a pu dire fon
'nom, mais a. declare appartenir a M.
toubeau, fans pouvoir dire dans quel
Quarter il habite.
Au POR'T-DE-PAIX, un Negre,
noitim Sofy, fe difant appartenir a
IM. le Marquis de Chaftenoye; un ne-
gre Congo, nomme Jofiph, fe difant
appartenir a M.le. Comte d'Effaing,
Goitverneur-Gendral de cette Colonie.
Av Q ,CAP .u Negre Creole, nomin
)ean-Baptife, ayant fur le fein gauche
une dami np effacee don't on ne peut
lire que IP, fe difant appartenir- A
Nld. Pareffon; Habitante a laSavanne.


quarrne, Quartier du Terrier-rouge;
un Negre Congo, nomme Sans-fouci,
appartenant a M. Dupleffis, Habitant
au Limbe, ayant un collier a queue,
& un nabot au pied droit ; une NI-
grefte Mina, nommee Flore, fe difant
appartenir A la nommee Ange'lique,
Negreffe libre, demeurant an Cap.

NOUVELLES D'EUROP E
RuSSI E,
On made de Petersbourg qu.'on y
a requ des lettres de certain Marchands
Ruffes qui commercent au nord de la
Tartarie; elles font mention de la de-
couverte d'une Ifle d'oie l'on fuppofe
que les premiers habitans de 1'Ameri-
que tireni leur origine ; ce continent
n'en etant que tres-peu eloign6, on
prfiime qu'ils y ont te portes fur
d'enormes monceaux de glace flot-
tante: en effet, il arrive fouvent en-
core de nos jours que les P&cheurs de
cette Ifle font entraines.Atr des monw.
ceaux de glace.
ITA LI E.
Les dernieres lettres reques de 'Ifle
de Corfe, portent que la rcolte des
.olives avoit te tres-abondante; que
l'on en exportoit une grande quantity
d'huile; que l'Univerfite etablie a Corti
fleuriffoit de plus en plus ; que l'on
etabliffoit des manufafures en diff~i
rens genres, & que la fabrique de pou-
dre- -tirer y reuffiffoit A fouhait.
ANGLETERRE.
Une lettre que la Compagnie des
Indes a rescue par le Vaiffeau le FVa-
'lenin-, ndate durnois de juin dernierv
porte que les mares ayant-extraordi-


i~i~,ap-s~?~F~.~Be~"CC"-~~ ---- ------------- --- --







nairement remonte6 i Canton dans Ie
riois de mai precedent, elles ont en-
train, tant dans les environs de cette
Ville que dans la Province voifine,
plus de 4000 maifons: la crue des eaux
de cette Province a ete de plus de 30
pleds, & une Ville entire y a etC en-
gloutie avec plus de oo10000 habitans.
Le Lord-Maire a remis au Prince-
Hereditaire de Brunfwich la resolution
du Corps de la Cite, conque en ces
terms : Que le droit de Citoyen
o feroit prefented S. A. S. le Prince-
T Here'ditaire deBrunfwich-Lunebourg,
) non feulement en temoignage de la
Sfidelite, de l'Affemblee envers fon
, gracieux Souverain, & de fon affec-
P tuetufe attention pour chaque bran-
, che de l'illuftre Maifon de Brunfwich,
. fous laquelle fa religion, fes loix &
a liberties etoient maintenues & pre-
, fervees, mais encore pour marquer
. la haute eftime qu'ii confervoit pour
a un Prince qui, dans toutes les occa-
,, ions, s'etoit rendu glorieux par fa
o valeur heroique, & celebre par fes
, eminentes vertus n. Le Prince re9ut
'offre avec politeffe, & dit au Lord-
Maire qu'il feroit bien" aife d'&tre
n admis dans le Corps des Epiciers,
n doat ce Magifirat eft membre.
Des avis requs de l'Amerique fep-
tentrionale portent que les Conitruc-
teurs de Vaiffeaux font fi rares dans
les 6tabliffemens Anglois qu'on eft
oblige de payer un Charpentier ordi-
naire fur le pied de zo l'ivres fterlings
par mois, pour 1'engager t refter quel-
que teams dans le pays,
FRANCE.
La difIribution des gratifications ac-
cordies par le Roi, aux Cultivateurs


755
de la Franche-Comtd, s'ei 'faiie dans
le mois d'oaobre dernier : elle a occa-
fionne une f&te ruftique, mais tres-
agreable. MM. les Gentilshommes de
la Province avoient raflembl6 dix
Communautes, dans le nombre def-
quelles il s'en trouvoit deux qui n'a-
voient part aux gratifications de Sa
Majefte que pour s'etre diflinguees
dans leurs travaux. Ces deux Commu-
nautes ont refolu d'employer leurs
gratifications 'a difricher une portion
de leurs communes, pour y etablir des
prairies artificielles. Leur example fit
fixivi tfr le champ par deux autres
Communautes. On donna a tous les
Cultivateurs gratifies, & qui n'avoient
point de terre, une portion de terrein,
afin qu'ils le cultivaffent leur profit.
Avec le zele des Gentilshommes de
cette Province & 1'emulation des Cul-
tivateurs, qui y regnent, agriculture
ne pent manquerd'y faire des progress
rapides. Ily a d6ja 24 Villages qui ont
difriche leurs terreins, & il y a lieu
d'efperer que bientot totes les landes
n'offriront plus que des champs culti-
vds, des prairies artificielles, &c. VoilH
les effects de la prote&ion immediate
de notre Monarque, plus grand par fk
bienfaifance envers fes Peuples, que
par 'etendue d'tm Empire floriffant.
It a daigne, par fes regards paterrels,
animer agriculture & encotirager le
commerce des. denrees de premier be-
foin : des Reglemens fages, des Socie-
t4 laborieufes & fgavantes tables
dans la Capitale, dans les Provinces
& dans les Colonies en mettant
les terres & Ieurs products :en va-
leur,.,vont procurer i l'Etat- des ri-
cheffes reelles & independantes, qui
auront encore advantagee de rappro7,


I'


----~--, Q'II~ILllll~s~%ZCI_;1







cher de plus en plus les hommes, & de
les ramener peu a peu a l'amour de la
vie champetre, la feule peutr-tre qui
puiffe procurer des biens fans repro-
ches, & des plaifirs fans records. Le
Laboureur mieux connu, cet artiian
de notre fiubfiftance & de celle des ani-
mnaux neceffaires a notre luxe & a nos
befoins, moins avili, plus protege &
moins malheureux fe, croit mainte-
nant un home, & de cette opinion
nait en lui le gout pour fon honorable
profeffion.
L'Acadimie des Belles- Lettres de
Montauban a propofe pour fujet du
prix qu'elle difiribuera en 1766 cette
question : Ef il neceffaire a ta focidte
que le caeur de l'homme foit un myfiere?
( Pravum eft cor omnium & infcruta-
bile : quis cognofcet illud ? Jerem. i7.
v. 6.) N'eft-ce pas demander, s'il eft
utile a la fociete qiue les.hommes foient
diffimulds, caches, mme mfaux ? Eh-!
qui peut douter .qu'une diffimulation
g6nerale, banniffanttoute la confiance,
ne fit la longue deftrufive de la fo-
ciet6, au lieu d'y apporter le moindre
avantage-! Quoi qu'il en foit, le prix
eft une Medaille d'or de 2501. Le dif-
cours doit .etre d'une demi- here de
le&ure, & termine par une court
priere a' Jekus- Chr-ift. 11 faut de plus
qu'ilfoit figne de deux Doceurs en
Thologie, & en fournir trois copies
lifibles. Ces d'ernieres. conditions pour-
roient bienw rebuter quelques beaux
efprits-On entend d'ici dicdire a plus dt'
Jbit eb qub vis, 9qui {onam perdidit.
La Societ6 des Arts & des Sciences
de Harlem: a propof6 pour- .i767 la
question fuivante : PPou-iOs-nirzihspro-
Pter le'ginement de tignzoaznee dnotre
roc nF ;.a'Jhie ejfJi ftrn e, fuf-


qu'a' quelponr l'ef.edle ? Cette question
eft decidee dans le tr ifieme livre des
Offices de Ciceron. ,
A M E R I U E.
S. DOMINGUE.
RECAPITULATION des Navires parties
de la Colonie pour France, pendant
I'annee 176"J
Du Port-au-Prince & de Leogane,
108 navires; de S. Marc, 3 8; du Port-
de-Paix, ; du Fort-Dauphin 3
& du Cap 141. 1 a ete introduit
dans ce dernier Port, pendant la me-
me annee Ioo62 noirs-par 22 navires.
N. B. Pendant ladite annee il a
entree dans la rade de Jacmel, To na-
vires venant de France; mais ces na-
vires n'ont fait qu'un court fejour. Ce
Quarter n'etant pas affez considerable
pour y veodre une cargaifon entire ~
les Capitaines font obliges d'aller ache-
ver leur vente & fe charger aux Cayes-
du-Fond & ailleurs. Cependarrt ils ti-
rent un grand advantage de ce Quartier
oft ils vendent communement 15 A 2
pour cent plus cher que dans les-autres
Ports; & lors des recouVremens ils re-
coivent des denrees hatres-bon compete.
(NQus n'avons pas encore reptiles notes
des Cayes-du-Fond.)
Prix des degrees de la Colonie pendant
I'ann'ne 176'5
SAu commencement de l'annee elles
etoient A un tres-haut prix : le fucre
blanc valoit 60 a 711. le common 50
'62 1. le brut 30 a 38 1. t'Indigo bleu
i8 1. io f. le culvre 6 1. a6 1. 15 f. le
Caff6 nouveau 15 a i6f. le vieux I2
a: i4f'ie Coton 15 1. a S. Marc,- I 5
,a 701. au Port-ati-Prince & a Leogane;


I:


*1


I_ _ ___~_







& 170 1g80 au Cap, & les piaftres
gourdes 35 pour cent. Ces prix fe font
foutenus tres-long-tems; il n'y a meme
que depuis quelques mois que le Sucre
& l'Indigo ont un peu diminu6. Le
Caff6 n'a prefque point varied. Le Coton
a augmented : it fe vend au Cap jufqu'a
0oo01. & les 1oo pialfres gourdes cou-
tent toujours 136 piaftres courantes de
6 1. & elles font tres-rares.
Prix des marchandfifs de France pendant
I.annee 176",
Les marchandifes de France ont auffi
eprouve peu de variation. Le Vin i zo
jufqu'A 180 1o. la Farine de Moiffac 60 o
66 1. le Savon 5o 1. Ce dernier article
,a ete vendu A S. Marc jufqu'A 80 1.
Cours du Fret pendant I'annee 176S.
Le Fret qui etoit prefque fans course
au commencement de 'ann"e, faute
de denre'es, a repris dans tous les Ports
de la Colonie fir le pied oil ii eft, de
1o a 2 d. pourle fucreblanc, "z A2 4d.
pour le brut, i8 -z4 d. pour I'indigo ,
1a 15 d. pour le caffe, 4 a 3o d.
pour le coton, & 4 A 5 d. pour le bois
de Camp&che. Ce course fe foutient.
Extralt d'une Lettre du Port-au-Pnnce
du .3 fe.vrier
La mortality que nous croyions
ceff6e, nous a emporte pendant le mbis
dernier 60 perfonnes. Peridant le course
de l'annee 1765', il eft mort dans'to te
la Paroiffe de cette Ville 65~ perfon-
nes, dontt 407 a PHo6pita-i. Des 247
autres, plus de 40 Matelots font "d -
c'dis A bord des Navires ou dans les
magafins-de leurs Capitain es,; a peu
press RItanit=depwtuvres forit nmors ttaits
les cabarets, &c, aiAfiii eft moart err


57
viroh 167 perfonnes de la Paroiffe,
parmi lefquelles il y avoit beaucoup
de nouveaux debarques. Pour reparer
une parties de ces pertes, il y a eu pen-
dant la meme annee 12.7 baptemes
d'enfans libres.: il n'y en avoit eu pen-
dant l'annie 1764 que 97; il eft vrai que
le nombre des morts ne fut que de 51 y.
Notre Sfpeftacle, prefque tombe ,
a ete releve par les Citoyens avec tn
zele qui mdrite des louanges ; mais
nous n'en fommes gueres mieux, plu-
fieurs A&eurs etant malades.
Le M'decin du Roi & les Chirur-
giens ont ite confiultes fur les caufes
de la maladie qui regne : j'ignore leur
decision; je doute meme qu'ils alent
ete d'accord.
Depuis le i de ce mois, M. le Pro-
cureur-general & un de Meffieurs du:
Confeil, accompagnes de plufieurs Ci-
toyens nommes d'office, font la vifite
de tdus les magaiins, tant des Capi-
taines de Navires que des Negocians
& des Boulangers, pour y vifiter les
marines; it s'en eft deja trouve plufieurs
barils gates qui -ont et jettes A la mer.

SPECTACLES,
-On'.a ,donn rdans le mois d'otobre
dernier, avec ficces, au Theatre Ita.
lien, a Paris, tI :PeritMattre en Pro-
vince, Comedie en un a&e & en vers,
avec arietes : en voici 'extrait. Le
Herbs du drame, Marquis de nom ou
d'dtat (:nfimporte) eft doud de'tous les
travers ided jeunes-gens qui comment.
cent:-letr coars. ditr nionde. Habile A
mnier fnr cabriolet,: il a de plus tous
les fauxrgouits. Tout le fuperficiel qui
faith aujourd'hui reuflir phrs furement
qeles:qualtts '& met de h plaifan+
teiepat-~dut fi ce lefi dans s les.cho


I mu W







fs frivoles pour lefquelles eft t'ferv6,
comme de raifon, tout le ferieux don't
ii eft capable. Ce Marquis, fur la pa-
role d'une femme qui vett luif fire
epoufer fa niece, s'ef tranfporte dans
un Chateau oil refide Julie, qui eft
cette niece. II s'y eft impatronifk pen-
dant labfence du maitre, a tour laa
tete 'a la Baronne, mere de Julie., fans.
s'embarraffer de plaire A la fille,&
quelques femaines de f6jour lui. ont
fiffi pour tout culbuter dans le Cha-
teau. Des tours qu'il a troiuves.trop
antiques, ont te6 raf6es; un'bon clos
plant d'arbres A fruits, a 6td chang'
en parterre; tune belle avenue a ete
facrifide pour faire un.manege. Le Ba-
ron, pere de Julie, vot. en arrivant
ce ravage; :ce qui k met de tres-
mauvaife humeur, & nee leprevient
pas favorablement pour fon pr'tendu
gendre. Leur premiere entrev~. eft
marque par un qui-pro-quo fort co-
mnique. Le Baron prend le valet pour
le mnaitre, & le maitre pour le valet,
parce que ce dernier eft trs-bi'en vetu,.
& que fon maitre enfroc on en chenille.
eft fort neglige. Cette fcene eft une
bonne fatyre des jeunes-gens A cabrio-
let : voilA les. ndeurs poles des Ro-
mains fous- un des Cefars; tout etoit
devenu cocher, parce que l'reeve de
Burrhus fe piquoit de l'tre. Le Baron,
indipof6 contre le Marquis, eft bien
Cloigne de lui donner fa fille; & Julie
qui a du gofit pour Dainval, feconde
bien l'averfion de fon pere. LaBaronnec
feule tient pour le Marquis; mais apres
quelques debats avec le Baron fur la
deflination de leur fille, temoin du
inepris que le Petit-Maltre fait d'elle-
wnme, du Baron:& de Julie, enfin de-
tromp6e fur fon compete, elle fe d6ter-


mine pourli'tainval. Le'Marquis, que
Julie elle-meme a congedie par ecritt
fans setonner de l'aventure, prend le
tout auffi eftement qu'il trpaitoit Plaf.
fire du marriage, & tout le monde eft
content.. Ce Petit-Maitre eft la cpie
d'un grand nombre d'originaux qui ri-
roient de ce portrait, non fans s'y re-
cosnnotre (cela ne paroit pas poflible),
mais plutot en s'y reconoiffant.
On a donned dlans le mr-me mpis.,
la Comddie Franuaife ie la mime Ville,
avec un fiicccs legal, te Tuteur dupe',
don't le fujet eft tire de 1'A&e second
du Soldat fanfaron de Plaute ,. en latin,
Miles glorious. Voila d'abord un boa
prefuge pour I'Auteur : c'eft caller A la
vraie force du eomique, abandonne
depuis long-tems-pour un faux gocit de
sentiment romanefque, qui a product
tant de J'eremiades decorees du nom
.de Conmedies. Cette Piece a ,tC joue" '
A la Cour, & paroit y avoir ete biel
reue.


AVIS


DIVERS.


-Le Navire le Duc-d'Aiguillon, de
Nantes,. Capit. Eurvin, partira pour
ledit lieu le 25 du courant. Ceux qui
voudront y paifer ou charger A fret,
s'adrefferont audit Capitaine ,. ou a
Mrs. DupleJs, Debievre & Compagnie,
Ndgocians au Cap,. Ledit Capitaine
vendra uine Chaloupe neuve, du port;
de 14 A x j barriques de facre, & ur
bon Acon de meme port.
Le Navire le Duc-d'Amboife ,. Capit.
Gemon, partira pour Nantes du 25
dt courant au ro mars prochain. Ceux
qui voudront y paffer ou charger 4
fret s'adrefferont audit Capitaine,
chez Mrs. de Blanchardon & Belle
Negocians au Cap,


on Q. qm, ~ -I- ------- -- -1--


iki-


-- xi






Le Navire la Sophie ,i Nantes,
Capit. Pierre Toftain pirtira pour
ledit Port du 15 au z5 mars prochain.
Ce Navire qui n'a encore fait que
deux voyages, content trois rangs,
& les Armateurs rempliffent les deux
premiers. Ceux qui voudront y paffer
ou charger a fret, s'adrefferont audit
Capitaine, chez M. Bouteillier, rue du
iBac, at Cap, a qui on pourra aufll
s'adreffer.
Le Navire la Marqz4fe-de-Rochle-
Schouart, de Bordeaux, Capit. Paillet,
Spartira pour ledit lieu le 2o mars pro-
Schain. Ceux qui voudront y paffer ou
charger a fret, s'adrefferont audit Ca-
pitaine, en fon magafin, rue Penthie-
vre, pres l'Imprimerie Royale.
Le Navire le Crucius, de la Ro-
chelle, Capit. J. Bidet, armed de 12
canons & 5o hommes d'equipage, par-
tira pour Bordeaux dans le courant de
mars prochain : fes deux premiers rangs
font faits. Ceux qui voudront y paffer
ou charger A fret, s'adrefferont audit
Capitaine, demeurant au Marche des.
Blancs, ou A Mrs. Laguehay, Lejeunie
& Compagnie, Negocians, rue Saint-
Laurent, au Cap.
Le Navire le Comte-d'Ejfaing, Capit.
Carouge de Nantelle, eft en charge
pour Bordeaux, & partira dans les pre-
miers jours d'avril. Ceux qui voudront
y paffer ou charger a fret, s'adreffe-
ront A M. Thibaut, MaIrch aux Blanrcs,
au Cap. 11 donne-av-is a Mrs.les Habi-
tans du Fort-Datiphin, &c, qu'il ven-
dra& fera livrer audit lieu des effentes
& bois di Miffilfipi, au prix du Cap.
II a 6ted trouv6, dams le Qiartier de
Limonade, un Cachet d'or maffif,
ayant des.armes. Ceux qui lont perdl,
s'adrefferont, .' M, Formy.- -Mauroy,


Marchand Orfevre au Cap, qui te leur
remettra.
II a 6et perdu au Cap ,le 7 de ce
mois un Porte-feuille de maroquir
rouge qu content divers papers.
Ceux qui le trouveront, font pries de
le remettre a I'Imprimerie Royale.
A aff'ermer, une Habitation fituce
dans le haut I'imbe, d'environ 1io
quarreaux de terre, ci-devant en Su-!
crerie, don't il refte quelques cannes
pour en tirer du plant, & les murs de
la Sucrerie, ainfi qu'un moulin, une
grande cafe, une cuifine, un poulailr
ler, un magafin, deux grands coloin-
biers, dix cafes a negres & des vivres.
Le bail fera de 9 annees, a la charge
de retablir en Sucrerie ladite Habita-
tion, toutefois avec indemnity, a la
fin du bail, des batimens faits ou ame-
liores. On s'adreffera a M. le Conte,
Habitant audit Quartier, qui en fera
j)onn composition; il propose meme
Alternative d'une fociete pour cet
objet, feulement.
La diarrhee eft la maladie la plus
commune a plus ppilpitre & la plus
terrible de ce dcriat : on en connoit
la caufe & cependant elle ne cede
que tr s-rarement aux fecours de la
'Mdecine. M. Bacqui, Chirurgien-
Major de l'Amiraut: S. Marc, pror
pofe un remede don't 'efficacite eft
atteftle par -des fitccs rep6t&s : c'eft
un Opiate: ftomachique,, abforbant,
apdritif 4 anti fi.fcoqthiqute. Ii ofe
.aff-rer que I'ufage-qu'on en fera t la
quantity de z ou 3 bols chaque martin,
& autant le foir, non feulement arre~-
tera tes progress de cette cruelle mala-
.die, .mis encore, la guerira radicale-
ment : it confeilie. d'en prendre d-
qu'on reffent des langueu-rso-9 fibleg


""---Ll*n#IIRIUI1"~~~:~





6o
fes d'eftomac, ou des indigeftions con-
tinuees, afin de prevenir les fuites de
cette maladie, qui font toujours dan-
gereufes. Le prix de chaque bote: de
cet Opiate, compof e de 1o bols, eft
de 66 1. M. B.-cque y joindra une inf-
truiEion fir- la nmaniere de s'en fervir:
il prie d'afiranchir lcs ports de lettres.
Le Capitaine le Paaumier,, comman-
dant la Goieette, la Marinanne ,.venant
de Miqtelon avec une tres-belle car-
gaifon de Morues, done avis que fon
magafin eftrue de Chaftenoye, vis-a-
vis I'arciefi Gouvernement au Cap.
.A vendre une Habitation fife au
Quarter du Dondon, contenant 20o
quarreaux de terre, parties en bois de-
bout, le refte en favanne & caffI, don't
i y a 40 mille pieds rapportans, avec
une grande cafe & galerie tournante,
colombier, clocher, h 6pital, cafe pour
Econome, dix cafes A negres., -moulin
A caffi~ le tout covert en nfetes,
cinq glacis en maconnerie, & o6 tetes
de negres. On s'adreffera a Mde. veuve
Leforeflier, Habitante au Grand-Boucan.
A.,vendre, tine Habitation fife A tIa
Riviere-fal&e :Quarrier ide l'Acul, A
trois tieues du Cap, contenant eviron
. 7:quarreaux de' terre faifant jadis
parties d'tue Sucrerie, & aijourd'hui
-itablie en Hate, fur laquelle it y a
36 jeunes vaches laitieres, avec leurs
fuites, & 8 tetes die negres. Les bati-
mens font neufs, & confiffent en une
maifon principal, batie fiw feuiilage
de magonnerie & couverte en effen-
tes, cuifine, magafin & divers autres
batimens, tant pour le Hatier, que
pour les negres & les animaux dans le
befoin, avec les parcs ndceffaires. On
s'adreffera A Mde. Pervier, Habitante
au Morne-rouge,


-----~-1-911~ -- ~ -...


S-- &.- A -lgw I- l . - - I.-


'i


I


Un M re, nommd Rene', 'ge
d'environ o ans, taille de y pieds e
pouces, gros de corps, eft maron de.
puis deux mois.. Ceux qui le reconnoi
tront font pries de le fire arreter
& d'en donnmer avis A' M. BMuy#fuu,
Procuireur des biens-de M,, Luatbur,l au
Camp-dcL-ouife. ii y aura 2o L de
recompcnfet
Un Negre congo, nommern Apollon,
ag6 de 2z A 23 ans, de la taille de 5 pieds
4 a 5 pouces, etampe GL., donnant du
cor-de-chaffe & fonnant de la tromr
pette, puiffant & robuffe eft maron
depuis le 1 janvier. 11 eft porteur
d'une vieille & fauffe lettre. M.Lagarde,
ancien Capitaine de Cavalerie,' Com-
mandant les Milices dut Haut-du-Cap,
A' quii ce- negre appartient, prie ceux
, qui le reconnoitront de le fair arre-
ter & de lui en donner avis rue efpa-
gnole au Cap. It donnera to piaftres
de rcompenfe..
II a ete perdu auCap e 8'de ce mois,
tn Cheval de main ,.poil rouge, court
queue, marqu" d'une 6toile iir le front,
;tampd fur la cuiffe hors du montoir
HC. & A ta cuiffe oppofle d'une etampe
embrouill'e. Les.perfonnes.qui en au.
ront connoiffance, font. pries d'en
donner avis a Mrs. Raby freres, N&e
gocians ati Cap, a qui cecheval ap-
partient.
Un Mulet de deux ans, poil' brtn,
etampe fur la cuiffe du c6'te du mon-
toir G, & d'une autre tampe.dont on
ne fe reffouvient pas.,. aiarqud fur le
col par la cicatrice d'un- abcs s'eft
echappd le I. de ce mois de la favanne
de Mde Bremont au Camp-de-Louife.
Ceux qui en auront connoiffance, font
prids d'en donner avis A M. Garaud,
liabitant A Ja Coupe dit Limbe,


irI-l ~Ywlmll~ssmi iYit-julo y~li~L~*ll.~l


..... .....















Ail






^?7.1


ANNAE 1766;'


S PLEMt NT AUX AFFICHES AMERICAINES.

Du Mercredi 12 Fevrier.
ii~ ~ ~I I I I I I I l L J I 7 " a - - Hm - I .. ._ . I I in:II m I. .


RECAPITULATIOIN des 've'nemens'les
plus remarquables de l'annee 176"3.
TUR Q UIE.
L Grand-Vifir Mouftapha Pacha,;
depof6 le z8 mars & condamne
d'abord a un exil, a e6t mis A mort
par ordre du Grand-Seigneur, & fa
t^te attachee a la porte du Serail avec-
un icriteau diffamatoire.
La pefte a fait cette annee a peu pres
les memes ravages que les precedentes
A Conflantinople, A Smirne & dans
plufieirs autres villes de F'Afie.
Ru s E.
La magnificence de la Cour de lIn m
p6ratrice, l'tabliffement d'une Acade-
xnie don't le Prince H"erditaire eft Mem-
bre, l'excution de differens projects de
Commerce, encouragement dorinn
aux Arts & & 'Agriculture, & des trai-
tis relatifs a ces important objets;
effects d'un Gouvernement fage, poli &
eclaire ; font connoitre que ce vafte
Empire ne le cede deja plus aux Mo-
narchies les plus puiffantes de I'Europe.
Tous les Etrangers fans regard a la dif-
firence de religion, y font accueillis,
meme les Juifs.
POLO G N E.
Le Couronnement du Roi s'eft fait
fans aucun trouble. Le Prince Radzi-
vill,, Vaivode de Wilna, eft aujour-
d'hui prefque. oublie, 4galement qtue
tpus ceux quit toient oppofans.
Le Tribunal royal de Relation a ete



choifi pour decider le different qui
fubfifte entire le Due de Biren & les
Courlandois m6contens. Cette affaire
doit etre plaidee inceffamment.
11 a ete deffendu aux Juifs de fair le
commerce a Varfovie, & mmeM d'y
refider.
PRUS SE.
La ville de Konisberg a et6 affligee
c'un incendie qui a confume la fixieme
parties des maifons.
Le 14 juillet le Prince Frederick-
Guillaume de Pruffe 6poufa la Princeffe
liizabeth-Chrifine de Brunswick.
LeRoi a etablila Compagnied'Emb-
den, pour fire le commerce du Levant
&c des Indes.
ALLEMAGNE.
Le 23 janvier le Roi des Romains
epoufa. la Princeffe Marie-Jofephine-
Antoinette de Baviere & le 4 aoit
1'Archiduc Liopold 4poufa l'Infartte
d'Efpagne. Au :ilieu des rejouiffances
qui fe faifoient a l'occafion de ce der-
nier evenementVEEmpereur FranCois L
moirut fibitemenht.
ITALIE.
La Regence de Tunis a declare' la
guerre au Pavilion Tofcan; depuis il a
ete concht une treve de dix mois
avec cette RIgence..
L'tat Ecclefiaftique ayant ete afflig.
en 1764 d'une efpece de. famine, & ha
rdcolte n'etant pas A beaucotlp press
fuffifante pour les approvifionnemens,






62
le Magiftrat de l'abondance, apris des
precautions pour que cet Etat n'eprou-
ve plus de pareilles extremites.
Le 24 juin, a la fuite de quelques
fecouffes de tremblement de terre le
fol s'etant entr'ouvert A Rocca-MZonte-
piano, un rocher enorme s'eft detached
tout a. coup de la montage appellde
Maietta : il en fortit un torrent impe-
tueux qui inonda jufqu'a trois mille de
circuit. De 800 perfonnes qui habi-
toient ce quarter, A peine zo purent-
elles fe fauver.
Le I8 juillet 'Infant Duc deParme
mourut de la petite verole.
ESPAG NE.
Le 4 mars, le Roi a'conrm le e uge-
ment rendu contre les Officiers charges
dela difenfe de la Havanne, quiles con-
damne a diff6rentes punitions.
S. M. a rendu un Edit qui abolit la
taxes fur les grains, & en rend!e sonm-
merce libre. .
Le Prince des Affu ies epoufa le f
,feptembre a S. Ildepho pfe, 1 a Princeffie
Louife-Marie-Therefe de Parnie.
AN GLETER RE.
L'Ifle du Man a 'te cdee a la Cou-
ronne par leDuc d'Athol & la Ducheffe
!on epoufe, pour 70000 flerling, &
vene rente viagere fur les deux t&tes
de 20ooo 1. sterling,
Les vitoires remportees par les
troupes de la Compagnie dans *'Inde,
'y ont rendue tr.s-puiffante.
I1 y a eu cette annee une -difette de
grains qui en a fait permettre l'impor-
tation.
Le 21 aoit la Reine eftaccouch~ e
d'un Prince.
Le 3.1 oaobre,le Duc de Cumber-
land ncle du Roi rregnant, moiurut
fubitement *


FR ANCE.
Par Arret du Confeil d'Etat, le Port
des. Sables-.d'Olonne a &et admis att
nombre de ceux par lefquels ii eft per-
mis de faire dire&ement le commerce
des Ifles & Colonies Francaifes de 1'A-
merique.
Le Roi ayant rAfolu de rompre toute
alliance avec le Canton de Schwitz en
Suiffe, S. M. a rendu une Declaration
par laquelle'it eft ordonne A tous les
Suiffes de ce Canton de vuider le
Royaume & deffendu a toutes per-
fonnes .de les garder ni recevoir A
peime de defobiffance.
La memoire de Jean Chlas, rompit
vif A Touloife, a ett retablie par utn
Jugement fouverain des Requetes de
I'f6tel; & le Roi touche.de la fituaL
tiori de fa malheureufe famille lui a
accord 36000 1. en forme de gratifii
.cation.- .'
On a decouvert daims l'as Limou-
ini.detix mines de charbon de'terre..
SL'Efcadre francaife commander pak
M. Duchaffaut, a bombarded Sale & Lar-
rache: Cette derniere Place a ete pref-
qu'entierement detruite. Les fucce
de M. Duchaffauot bntAe rmin le Ro
de Mayoc foilliciter une trive d'un an,
qui a .te conciue, a cominper du i. oc'-
tobre dernier; les Efpagnols y ont ete
comprise.
La ville de Rheims ayant faitr riter
un iloriufient A la gloire du Roi, f'in-
auguration s'en eft faite dansle mois'de
feptembre.
La Tragedie intitule le Sicge de Ca-
lais, a fait la plus grande impreflion fur
le coeur ferifible des Frangais. M. de
Belloy ion Auteur, en a ete recom6
:penf i les diftfiionisties plis fula
tees."


- ~J~lNc.drr~ dl,. ~ ~ -I-


'U


Np ICI I lp; Wil -Arp- - -- PI oop WN


-~llbT- YQ1I~1Pll~e~S~iii~PIjl~URa~ll~






La mnaladie don't Mgr. le Dauphin eft
attaqu6 depuis quelque tears a cauf6
les plus vives allarmes la Nation. Les
dernieres nouvelles donnent de l'efpe-
rance.
NOUVELLE ANGLETERRE.
Les nouveaux impots etablis dans les
Colonies angloifes de 1'Amerique fep-
tentrionale, y ont cauf6 une fermen-
tation considerable; la populace a me-
me commis des exces. Les troubles
fubfiflent encore.
ISLES DU VENT.
Le 3 i juillet, il y a eu a la Martini-
que un RaZ-de-maree qui s'eft fait fentir
dans toutes les Ifles voifines. Plufieurs
navires & bateaux ont peri a la cote.
S. DOMINGUE.
La Tragedie intitulee le Siege de Ca-
lais, a et6 imprimee aux frais de M. le
Comte d'Eitaing, Gouverneur-Gene-
ral, pour &tre difiribuee gratis.
Le 2-4 juillet, on a reffenti deux fe-,
couffes de tremblement de terre a
Ja'cmel.
La nuit du i aouit, il y eut une temn-
pete epouvantable A Leogane, au Petit-
Goave & tous les environs. II tomba
dans 24 heures, 6pouces z lignes d'eau
fur la terre.
Au commencement de feptembre,on
reffentit au Grand-Goave plufieurs fe-
couffes de tremblement de terre, qui
furent fuivies d'un orage extraordinaire.
Le premier Journal de S. Domingue
a etc diffribue le 6 novembre.
La nuit du 13 au 14 novembre, il y
eut un Ouragan affreux au Cap.
Pendant les derniers mois de Fannee,
les maladies ont afflig6 la Partie de
I'Oueft; & il eft mort, tant au Port-au-
Prince qu'aux environs, un nombre
confiderable d'Habitans,
I


OBss ER A TTIO Ns de M. Fremon
Syndic du Quartier du Limb fur
I'Article concernant ce Quarrier,
infere dans le Journal de Janvier.
Mr. Fremon auroit pu fe difpenfer
de r6pondre A la Note regardant le
Quarter du Limbe, infiree dans le Jour-
nal de Janvier, & en cela imiter Mrs.
les Habitans des autres Quartiers, qui,
pour y etre en general auffi mal traits,
fe font contents pour toute vengeance,
de meprifer des affertions auffi fauffe;
que ridicules.: c'eft le part qu'il auroit
pris, & don't it fe feroit content apres
I'avis qu'il avoit inf6re dans les 4Affches
du 8 janvier; mais la lettre de Mrs. les
Journaliftes auffi meprifante qu'ils
affe&ent de vouloir la faire paffer pour
mefurke & modefte, l'oblige malgre
Lui d'entrer en matiere. 11 n'a pas l'a-
vantage d'etre Auteur ni Academicien;
ce font ces raifons fans doute qi
ont fait dedaigner A ces Meffieurs d'en-
trer en lice avec lui, s'etant conten-
tes de le difdrer A la cenfire publique;
terms vagues, qui ne difent rien lorf-
qu'on n'a pas commence par 4tablir fon
bon droit. Pour lui en agira tout dif-
feremment; & lorfqu'il aura mis an
grand jour la verite don't ils fe font
fi fort cart's, il laiffera au Public i
juger.
Au refte, on eft charm de prive-
nir que cette rdponfe n'a etd retarded
qu'A caufe de la maladie de M. Fremon,
& de embarrass ou il s'eft trouve pour
fe procurer un exemplaire du Journal
en question (car il ne rougit point de
dire qu'il n'eft point du nombre des
Soufcripteurs). 11 s'etoit inutilement
adreffi t quantity de perfonnes qui


*m,.tru.i*r~...r-~RmCC~IC~Y14...d-.'~Li ~-)I NYdl*C1~---IY~Ei~6jLIL~.~;~-LIIIIPI*~








patent pour aimer la littdrature (i),
parmi lefquelles ii y en a de qualifiees
qui par leur 6tat auroient, ce femble,
dutl l'avoir, mime fans payer (z); enfin
il rie lui reftoit plus qu'iA s'adreffekau
Libraire, qui doit en etre amplement
pourvci, lorfque le hazard lui a fait
rencontrer ce precieux Journal (3):
ce Livre eft vraimeht fort rare (4), &
I'on pr.voit qu'il ne tardera pas a le
devenir bien davantage.
Eft-ce par ignorance ou bien par
envie de niire au Qtartier du. Limbe
Sque Mrs. les Journaliftes fe font dechai-
Des comme ils ont fait, centre les
Hlabitans fucriers de ce Quartier? On
doit panclier pour Ie dernier parti. S'ils
n'avoient ecrit que fur des Memoires,
ne pouvant etre garans de leur fiddlitd,
ils auroient fait ceffer les juftes plain-
tes qui fe font levees centre leur Jour-
nal, en rejettant la faute fur les AtrteurS
des Memoires qu'ils auroient fuivis ;
au contraire ils ne veulent pas qu'oni
.ignore que c'eft leur ouvrage ; C'eft
leur enfant qu'ils veudeit foutenir~
l 1 !.. -'i- "- -':- -
S(i) Dans le petit nombre des Soufcripteurs
-duQuartier du Limbs,.il y a up Academicien,
,cui certainement eft bien connu de M. Frcmon.
(;) L'Affiche Amnricaiine n'eft pas.rare dans
le Quarter dii Lib.; que M. Fremon prenne
-la peine de relire cele N' 45. a I'arc. du Cap.
(3) Le hazard a promptement fervi M. Fre-
.mnon, plifqu'il a rencontre' ce Journal, pref-
qu'au moment qu'il fortoit de deflbus la preffe
En effect il n'a paru que le premier de janvier,
& M.' Fremon remit a I'Imprimeur d.s le 5 du
mwnee mois 'A.vis dans ccequel it s'en plaint,
pour etre nfcdr dns I'Affiche du 8.
(4) II n',y a il eft vrai, jafqu'a pr6fent que
quatre Sou cripteurs dans leQuartier du Limb6
Si M. Fremon n'toit pas perfuade que cec Ou-
vrage cft plus r.pandu dans ks autres Quartiers,
il feroit mois inquiet fur les effetsque peuvent
produire les articles qui y font infires,


tout difforme qu'il foit. Maisdepus
quand eft-il done permits A des Jour-
naliftes de prononcer hardiment fur la
fa9on de travailler des Citoyens, fur,
leur indufrie, fiur. leur credit, enfiri
fur ce qui conftitue leur fortune?
N'eft-ce pas du dernier ridicule, de
les voir snriger en Juges fouverains fur
des objets aufli ddlicats, &: decider en
defpotes fur des matieres auxquelles ils
ne connoiffent rien, & qui devroient
leur etre facr6es ? Ne devroient ils pas
au contraire fe renfermer dans leurs
homes naturelles, fans s'amufer A cri-
tiquer les Habitans fur leur maniere
d'operer dans leurs biens ? Peuvent-
ils etre affez vains pour prefumer en
fgavoir plus qu'eux fur agriculture
don't cesderniers font leur tinique etude,
& fur laquelle leurs imtrets particuliers
leur ouvrent fans ceffe lesyeux ? N'eft-
;ce pas au contraire Aces Cultivateurs
que 1'on doit les decouvertes qui 'fe
font fur cette matiere ? Poutrquoi donc
s'arroge-t-on le droit de les controller,
& de les traiter d'ineptes, d'entetes &
de gens qui ne connoiffent pas leurs
veritables-interts ? I1 faut avouer que
c'eft le comble de 1'extravagance, de
vouloir foumettre les Habitans A leurs
fyftimes. Ce font cependant IA leurs
pr&tentions : qu'on life les Notes du
Journal de janvier fur les differs
Quartiers. A l'article d'Ouaanmnint e,
p. 138, il faut (fuivant eux ) abandon-
ner toutes les Sucreries qui tirent vers
la Mine & le Brulage, pour y fubilituer
de I'lndigo & dtuCoton. On ne fgauroit
trop (ce font leurs terms) blamer le
Colon de perfifter A y faire du Sucre,
fiirtout au Brulage. A Particle du Quar-
tier-Dauphin ,page 139, ils difent qu'il
faut abandonner les Sucreries qui fub-


S-... -0-- --- ^ A W


~I"r~lll~'~r*Aga(l)rr~lrrrrrm~--- _


moo iftal dub" CY-PP-Ur~rr l~


X-mi







fiftent dans le pays qui avoifinne la
chain des montagnes. A 'article du
Grand-Baffn, page 141. On y trouve
(difent -is ) quelques Sucreres qui
rendent moins de revenue que le feroient
d'autres prodfuions plus analogues A
fon fol. Enfin A l'article du Limbe',
page 149. ) ie terrein eft reconnu ( fui-
, vant eux) pour un des meilleurs de
, rifle; mais en meme teams ii eft fi
n abondamment arrof6, & par conf&-
, quent fi humide qu'il ne convient
t point, ou peu, la culture du Sucre.
, Malgr6cet mconvenienton a toujours
" perfifte A n'y 6tablir que des Sucre-
I ries, faute don't les Habitans fe re-
, pentent tous les jours : quelques-uns
. rebuts du peu de reuffite, ont mis
,, leur terrein en Indigo.,' Dans tout
ceci ne voit-on pas une ridicule manie
de fouhaiter d'aneantir la plipart des
Sucreries, pour y fubffituer la culture
de Indigo ? Seroit-ce qu'A titre d'
.Politiques profonds ils voient dans
l'avenir la culture du Sucre trop fuivie,
& celle de 1'Indigo, au contraire, trop
negligee ? ounpltot, feroient-ils faches,
par quelques motifs qu'on a peine a de-
viner, de voir renoncer a la culture la
plus ingrate de la Colonie, pour en
fiiivre une qui promet plus de fucces ?
Mais pourquoi pretendre gener le Co-
Ion dans le choix de la denree *qu'il
veut faire ? On doit &tre bien perfuad&
qu'ill eft clairvoyant fur l'article de fes
interets & qu'il ne choifira queile
parti.qui lui conviendrale mieux; mais
revenons A ce qui concern le Limben
Si Mrs. les Jburnaliftes euffent connu
la matiere qu'ils traitoient ils fe fe-
roient bien donned de garde de taxer de
deffaut pour le quarter du Limb', ce
qui faith pofitiveinent fa riheffe & af-


fure la bont de fa terre pour long-tems:
fans cette humidity don't ils font tant
de bruit, jouiroit-ilde l'avantage inef-
timable d'avoir en tout teams des vivres
en abondance & d'excellens paturages,
& y verroit-on de toutes parts des pro-
duf&ions en tout genre auffi robuftes
que cells qu'on y voit & qui font
I'admiration de tous les strangers .
Mais pourquoi cette humidity de ta
terre du Limbe, don't, encore un coup,
Mrs. les Journaliftes paroifent fiaffec-
tes, n'offriroit-elle pas le meme prog-
noftic que la terre des autres Quartiers,
& notamment de la Plaine-du-nord ?
Voici ce que difent ces Meffieurs, page
14 Son terror eft bon, mais fi fort
, noye en quelques lieux, que les can-
, nes trop precoces ne parviennent
, jamais a une entire maturity. Ce
, vice de la terre Iaiffe pourtant entre-
voir en perfpe&ive un advantage reel,
w 4t.de que le- fol perdant toujours de
o cette humidity exceffive, fait efperer
Sla plus grande fecondite, come on
Sl'a remarque dans diff6rens Quartiers
, qui ne fe font deffiches que par la
Sfiuite des tears. ,
La terre du Limb-ndeft.point fi fort
noye ( come ils le difent de la Plaine-
du-Nord ) que lamelioration ne fit
tres-aifee, s'ld Itoit vrai qu'elte fit nd-
ceffaire; mais bien-loin de l elle jouit
implement d'une fraicheur, qu'il eft
bien effentiel de ne pas alterer. C'ef
done pofitivement ce qu'ils appellent
inconvenient, qui fait le bonheur du
Limbe, & a qui on eft redevable de la
fertility qui y regne; car il faut reve-
nir du prejuge oil 'on a ete jufqu'a ce
jour fir les pluies qu'on y croit fort
abondantes ; peut-etre l'etoient-elles
autrefois, il y a lieu de le croire, ce


I









I.

I


-7--


C
i)) ..I--*-CrC.--.YI I --^I--
i






pays n'elant point dcouvrert; mais
aujourd'hui qu'il reft fuffifamment, les
plties n'y font pas -plus communes
qu'aillears, fi on en except quelques
orages qui, dans la faifon, tombent
dans le haut du Quartier, come la
Grande-Ravine & la Souffriere : on a'
meme examine que les nords fe font
moins fentir dans ce Quartier que dans
bien d'autres; on en donne pour exem-
ple recent le dernier qui a cauf6 tant
de ravages ailleurs. On peut affurer
que Pon n'a nulle connoiffance d'aucun
dommage arrive dans le Limb' a fon
occafion; Ia riviere n'y a pas hauffi
au point de fe faire craindre, ni d'in-
terrompre long-tems les communica-
tions; les chemins n'ont pas laiffe d'y
:etre friquentes, & ii n'y eft reflt au-
cun .veftige de mauvais teams. Qu'on
deimente M. Fremon, s'il en impofe !
Pourroit-on en dire autant des Quar-'
tiers voifins du Cap? Du petn de f
quence de pluie, doit fuivre la rarete
des debordemens; on ne fait point de
difficult de dire qu'ils font au Limbe
pour le moins auffi rares qu'ailleurs,
& que lortqu'ils s'y font reffentir, c'eft
*dans le 'terns que 'toute la plaine du
Cap fe trouve fubmergee : pourquoi
voudroit-on alors que le Quartier du
Linibe ftt exempt d'un fleau mui eft
general? Ainfi, plus de prejuge a cet
egard: il y a done une injufiice criante
de faire tant fonner un. inconvenient
qui lui eft common avec les autres
Quarters. Que Mrs. les Journaliftes
ne s'appuient plus fur un auffi foible
motif, pour d6crier un Quartier qui ne
le cede a aucun autre pour la bonte 'de
fon fol, & pour 1'induftrie de ceux qui
le cultivent : is auront beau dire que
les fr6quens debordemens ont ruin.


1~61~11310~2-r -- -KP~~C -- ----I~---


des -tabliffimens (en Sucrerie) qiu'fo
croyoit folides, on ne les croira pas,
A moins qu'ils n'en nomnent quelques.
uins; on ne les. croira pas davantage
lorfqu'ils diront que malgrdt les incon-
veniens de 'rhumiditd de la terre & let
frcquens dbbordimens-., on a toujours
perifild a n'etablir que des Sucreries,.
& que les Habitans fe repentent tous.
les jours de cette faute, parce que s'il.
etoit vrai qu'ils s'en repentiffent ,bien-
loin de travailler avec autant d'ardeur.
qu'ils le font A retablir des Sucreries
que le malheur des, teams avoit detrui-
tes, ils abandonneroient encore cells
etablies, puifqu'elles feroient le fujet
continue de leurs peines; c'eft ce qui
ne s'eft pas encore vu dans le LimbC
tn teamss de paix ; & c'eft A d'autres
cafes qu'on expliquera plus loin, qu'on.
doit attrihuer la chute de ces manu-
fauiires.
On pent conclure qu'il n'y a point-
de Quarter, dans la Colonie plus
propre. la culture du fucre que celui
du Limbe; on fe contentera d'en don-
ner pour preuve bien parlante l'exif-
tence d'une vingtaine de Sucreries,
don't la majeure parties eft Ctablie auffi-
bien qu'il foit poffible, & qui donnent
aujourd'hui de gros revenues : temoin
le bas Limbe, don't toutes les Habita-
tions le difputeroient pour .tre bien
cultivees, avec les Quartiers de la dd-
pendance du Cap les plus renommes .
avec tres-peu de-tems le refte du Quar-,
tier s'y affimilera, en achevant de s'ar'
ranger & de fe retablir. Ce feroit bien
dommage de le laiffer en'proie aux
faux prejuges & aux coups de l1envie;
ce n'eft pas qu'on ne convienne qu'it
n'y ait des terres, de diffirentes qualities
&bontds; c'eft -en quoi iclate la fage


lit!
pr

le
ta
it
be
cv
Idi
vi


n<

dC

fe
cl
12
ti
p
d

P
a


)
)<
%







prevoyance de la nature : cette diver-
fite de terreins diverfifie egatement les
produftiris'de la terre. Le canton dit
!a Sonffrere, eft utilement employC ,
les platons en indigo, & les mornes en
staff ; celui dit la Grande Ravizne
6tant plus -refferr par confiquent
beaucoup plus frais, n'admet que la
culture- du eaffe a r'exclufion de l'in-
digo : outre a prodigieufe quantity de
vivres qu'on recolte dans 1'un come
dans I'autre canton., on y plante ega-
lement du tabac, qui aimne le terrein
neauf& frais, ainfi que du cacao, qui,
comme ii eft dit dans le Jourrialt page
147', demand des terreins fittus dans
des gorges arrof6es de quelques ruif-
feaux ooi ravines a :labri de la gritnde
chaletir&.&des grands vents. Les mor-
nes qui borderit P'int'rieur du' Quiar-
tier, rapportent a peu press les memes
productions ,-& plat pays eft, pour
la majeure parties: deflin6 la culture
du fircre & le- refte en indigo: voil
la plus jufte distribution i& 1'enitoi Ie.
plus raifonnable des terres du Limb;,
di a & fixe. par l'i ndu fie- les iumi ire s
&,l'experience. .. b -
'Malirteniant iIfaurntpreVenir unibb-
je&tion quion pourroit fire ; 1 Voici.
On pburra dire: arhaiS comment accot;
der que le terrein du Limbh& eft propre
A la culture du fiicr C & que les'Habi-
tans y traailhent fiu'va'rt :l: q4alit
de iew tfel 'c&1; 'indi6thionb de ik nx'a '
tuirtf ?Cela nes'ariahY gt-giu~ei e aver' le
i'e d'aifance-qu'on y dit prg5le iimnie
aujoumrd' J ILebjeaion rine fubfifera
Pa~tI~Ag-tems, torfqu'on fe .aappeltera,
. S pertes imminfe*s lt; I fHaita sA
y ont eftyi h i pfba:; PirIfe f
'ignore les ravages1 qiu l'-m ei-d
audits emptiffoianeit rsi onnus fous le'


ibm de Macandal' le ur chef, qui etant
efclave du Quartier,1'avoit choifi pout
ie theatre de fes forfaits; auffi s'eft-it
peu trouve d'Habitations oih ce fleai
ne fe foit fait reffentir plus ou moins;
Sur ces entrefaites, on a effiuy deu~
guerres qui fe font fucc6dees trop rai
pidement pour pouvoir reparer fes
pertes; & les coups qu elles ont portes
a ce Quartier, ont e d'autantJ lus
funeftes', que fes etabliffemens n'a;
voient pas encore acquis le degte de
confiftance & de flabilite que ceux des
autres Quartiers qui avoient precedd
de long-temns le :LimNbeh ns la chtiur,
du fucre. Qi'on joigne A ces defaflres
Inconvenient de ne pa aivoir d'ifue
par terre pour lepaffagedes cabrouets,
dbjet cependant.bien effentiel en tenms
de guerre, & qu'il feroit facile de fe
procurer, nmeme tres-cofinmiode, pat
ti 'i ratn e-CUipe ; c'el ce& qi'n rofe
efperer'de ;1'equite ordina r&de- MM".
les Gnrail & Intr~dants,-ar IWjige-
mentdu --proces pendant i leuti Tribu-
nal,',&lont la decision imtrerfe vive-
ment- a- p6dfpkrite dui itibe: C'eft
otick &es -eaifes s'qu'on d6di ~S'r ptren
*d^ dea-'dhutfe 'de la pl&ti-a-f fde
ima nunr~ititrs cn' SuCrerif ceft de-qi
i rfitere 1a-plFpart de .Tes.Hfbitaids-
& dirangeta fortune d te -erlleis-uns,
breff;.eft 'c qui rep 6nd i't testle-
gbb~sai s; & ditiuitatast&s testimipi
t6wTiiff&es du3 jSU4Va ai in -(r
vle-ftv uenft ta&x6 fes H bitai pour
avoir, dans ces occurr&enes malheu-
fes lfbffiitt 1: culture: d I'indigo au
f8crie'iohanN'ie ;Oitphi :qienc'ifit 1
bis fbrV e If'tli le eui r-ftbit pf.
rer4W e hlfe esk phkis indifpefMbak A


Ii







SI?

I:


1,


~parmda~cUs~plbD*~-r i~~n~~i~rs ~-rr~sl*IL~BXfMi"*






68
la vie ?- Dirinumtisn notable-dans les
atteliers fans pouvoir y remedier,
faute de Negriers; bas prix du fucre
fur-tout dans la premiere guerre & la
moiti6 de la feconde; rifques de l'en-
nemi par mer, n'ayant point d'iffue
par terre; frais connfiderables de tranf-
port;. enteurs des Paffagers, voila ce
gui leur a fait la Ibi. Maintenant qu'ils
put trouve.dans leur conftance & leur
fermete affez de reffources pour ne pas
ficcomher A tant de malheurs & de
contre-tems, & qu'ils font tous leurs
efforts. pour en effacer }jtfqu'aux moin-
dres traces. c'eft dans cet,.inftant que
Mrs. les Journaliftes vienient les atta-
quer & que tachant de les difcredi-
ter- en dpreciant leur terre, ils font'
injure a lear indutrie, a letur capacity ,
les traitent d'ambitieux qui, i 'appas
d'ne:fortune plus rapid que leur ofre
Jaulta re t& faeret fe ientpeque
tus ce -qui ga I .gerteriatlemenpt cri
a ee Qiartier (a-joutpnt ils) que le
Commerce femble-y-avoir regonce,
.tE -r se pour y rappeller qte ces
= ,rs le. traitentjin$i? Ne voent-ils pas
Au qpotaire qu- t'eil teindre, haq e
pnmmnerce otut genre de coninicer?
jroit-0on 0n effect que, e Qtw'ir
du Linbd en trouvat beaucotup f:itr
queliue Place d Commerce d'Etrope
es c ,fAt.- fi le Jrrna l en qveftion
-Vrait y J:Rsyltre fas r4ftati^-
1 crfit yayaqir ffid -fii menrpa o
4i e rete; ptus qt remercier Mrs- j
Journalifies de leurs fgvorables: igtean
tions qui elatent par-tout.
Ce charmant article, regard4tt le
Limhi. ,fini ,par :tun. fobait con9 en
ces termesC; c-eft poNrquo.i fei9it
AA defirer qte- le Conei.-ce ueflI
de foa c6te f; recliher e fiYp d~. t


a ce Quartier # & concourir I lui don,
Sner plus de valeur.
De quoi veulent-ils que le Co-ni
merce ie relache ? On n'entend pas
bien cette expreffion. Eft-ce faire re.
mife d'une parties des capitaux dus par
ce Quarter au Commerce ? Eft-ce une
remife des interests, des frais ? ou bien
entendent-ils que ce. foit une diminu.
tion d'une parties de la valeur des noirs
ou des marchandifes que fes Habitans
acheteront ? Mais a quel titre ceux-ci
pourroient-iHs prtendre A un pareil
traite'ment ? Le c'ef4pourquoi concluant
1ui fruit tous le reproches,.& qui finit
article, nous apprend que e'ef pour
les recompenfer de: ce qu'ils ne favent
pas travailler, & de ce que, par leur
entetement .& leir ineptie, ils fe rui.
nent & s'obererit. En veite, i.de pa.
reils traits,la plume tombe des mains,
Mrs, les Habitains du Limbe ne demnaa-
dent point qion fe reliche ea -leui
faveur; ils exiget -feudement -qqu'o
read justice a leurs fentimens, & que
le Commerce accord h leur Quartier
fon efime & fa eonflance, come par
le paff6.
O Qn finit, crainted'nnuyer, & on
taiffe l juger fi Mrs. les Jourpaaliftes
ont bonne grace de dire que le Syndic
du LinmbE s'eftipernmisune frtie centre
leur Joarnal. J1 ne s'eft rien permits ;
i: rna fait:qu'ufer dudroit natural,, qui
eA de fe defender, lorfqu'on eft atta-
qu e. J a vu qtlon cherchoit h decrier
& detruire fop Quartier; fon premier
movement a 4te de cherclbr diffipe,
1'Perreur, de queiqueue fourcd'yqn ;ar,
St.t: il-fQuhaite d'avoir reufif; quw .I
zeie foit accia i du Public., &S imni
de fs. Concitoyens,
Aye Permyfia.


MAN





[NQ. 8.]


ANNEE 1766.


.AMERICA.. NES.


Mercredi


A RI~iM d Navires AMarchands.

A.U PORT-AU-PRINCE, le 10 de ce
mois, Ie Fertme, de la Rochelle, Capit.
Cct'tan ayant touched au Cap le 4
janvier dernier, & at S. Marc le 15.
A S. MARC, Ie 28 janvier dernier,
le Tigre, de Nantes, Capit. le Cheva-
lier de Launay, parti dudit lieu le 12
juin, venant du .Nouveau-Galbor avec
320 Noirs, don't la vente a ete ouverte
le 3 de ce mois a 15 & 16oo 1. les pie-
ces d'Inde : le 5 de ce mois, le Saint-
Pierre, de Bordeaux, Capit. Sarauby,
venant du Port- au-Prince : le 6,
I'Heureufi-Paix, de Bayonne, Capit.
la Salle, parti dudit lieu Ie 20 o0obre,
ayant touched a la Martinique le 7 jan-
vier; le meme jour, le Bateau les Deux-
Amis, du Cap, Capit. Poncet, avec
147 Negres de la cargaifon du Navire
le Frere & la Sceur, du Havre, Capit.
Mouchel, mouille au Cap.
Au (CAP, le 14 de ce mois l Fa-
vori, de Bayonne Capit. Pruilleau,
parti de Bordeaux le 17 decembre,
ayant touched a la Martinique, & le
Bateau le Comte-d'Eflaing, du Port-
au-Prince, Capit. Tardieu, venant de
la Louifiane : le 16, le Thef'e, du Ha-
vre, Capit. Dupleflis venant de la
Cote-d'Angole avec 540 Noirs.
D EPA RT de Navires Marchands.
Dv CAP le 15 de ce mois, le Senan


j1 Feevricr.


I'Anne-Elizabeth, Cap. Lacroix, pour
Bordeaux.
PRIX des Marchandifis de la Colonie.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre blanc,
S55 60 1. common, 40 a 50 1. brut,
24 h zy 1. Indigo bleu, 7 1. 0o f. 8 1.
(tres-rare) ; cuivr 6 1. i 6 1. o f.
( ne paroit point encore de Cafft
ni de Coton ). Bois de campeche,
coupe eipagnole, I8 a 21 1. le cent.
Cacao, 17 f. la livre. Piaftres gourdes,
36 pour o00.
A S. MARC, Sucre blanc, 60 A 65 1.
commun, 40 A 55 1. brut, 27 A 29 1.
Indigo cuivre, 6 1. A 6 1. 5 Caff. nou-
veau, 15 f. Coton, 1701. Cuirs, 8 1.
Au CAP, Sucre blanc, 54 a 60 1.
commun, 38 A 5o 1. brut, 18 A z5 1.
Indigo bleu, 7 8 1. cuivre, 1. A 6 1.
5 f. Caffe nouveau, 14 a 16 f. vieux,
12 15 f. Coton, 190 a 200 1. Cuirs,
7 A 91. Piafires gourdes, 36 pour Ioo.
PRIX des Marchandifes. de France.
Av PORT-AU-PRINCE, Vin, 130 A
50 1. Farine de Moiffac nouvelle &
fraiche, 66 1. commune, 40 1. Boeuf
fale, 6y h 70 1. le baril. Beurre, 25 f.
la livre. Savon, 55 A 6o 1. Les mar-
chandifes feches font abondantes &
fans demand.
A S. MARC, Vin vieux, 170 liv.
nouveau, 1 5o1. Farine de Moiffac, 661.
Normande, 40 421. Savon, 70 a 751,


MOM






70
Au CAP, Vin vieux, So Z 200o I.
nouveau, 130 a Ia O 1. Farine de Moif-
fac, 66 1. commune, 40 a 501. Boeuf,
66 75 1. lebaril. Beurre, a 5 i 8 f. la
livre. Petit- fald, 24 30 1. 'ancre.
Huile, 14 a 27 1. la cave. Savon, 55
a 60 1. le cent.
COURSE D FRET.
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre, 12 d.
Indigo, 24 d. Caff, I2 1 15 d. Coton,
30 d.
A S. MARC Sucre blanc, i 6B 2 d.o
brut, ii a 14 d. Indigo, 24 A 30 d.
Caffi, I z 15 d. Coton, 30 A 36 d.
Au CAP., Sucre blanc, to d. brut,
S1 d. Indigo, 18 d. Caffe, i JI 14 d.
Coton, 24 d.
Mox oRs.
Dame Toinette Laruelle, p poufe de
M. -Mari-Benjamin Geflain,Ngociant
au Port-au-Prince, y eft more le i
de ce mois, age de 3 ans : elle etoit
native du Cul-de-fac.
Le Sieur Douvillier, Habitant au
Mirebalais, ci-devant Chantre de la
Paroiffe du Cap eft decade au Bourg
,du Mirebalais au commencement de
ce mois ag e d 60 ans : i etoit natif
de Laon.
Le Sieur Louis-Nicolas Brunet, Chi-
rurrgien, eft decade au Cap le io : fa
fucceflion eft a la vacance.
NEGRE S MAAON S.
A LfOGANE.,tr negre Congo,nom-
sMe Bergamote, tamp' MORMON,.
fe difant appartenir a M. fe Conte ,
Negt. an Port-au-Prince; un negre
Creole de la Martinique, nomme Jean-
Jofeph, Itampe I. LACROIX, fe difant
appartenir au Sr. Heffois, Charpentier
du Port-an-Prin'ce.


Au FORT-DAUPHIN un negre
Congo nomme Touffaint, itamp6 illi.
fiblement, qui n'a voulu dire le nonm
de fon maitre ; un negre Mefurade,
nomme Il'Eveill fe difant appartenir
a la fucceffion de Michel Cadet, & etre
afferme au Sr. Daguindeau ; un negre
Congo etampe fur le fein droit I. L. P
qui n'a pu dire le nom de fon maitre ni
le fien ; un negre malade, ayant les
jambes enflces, nomme C ear, fe di-
fant appartenir A M. Legras, Procureur.
General du Roi au Confeil Superieur
du Cap, & qui enftite a ete reconnu
etre A M. de l'Ifle; un negre Congo,
itampe fur le fein droit CHABOT,
qui n'a pu dire le nom de fon maitre
ni le fien;,pris l PEfpagnol; un negre
Creole., nomme Jacques, etampe fur
le feindroitDECOURT, ayant declare
d'abord appartenir a M. Faneuil, enfiite
A M. Beudet, Habitant A la Marmelade,
Ce negre a deja ete envoy deux foisA
la chaine du Cap; il a dit a d'autres
negres s'etre echappe la premiere fois
avec trois negres de la mmee chaine,
& avoir ete retire la feconde fois par
fon mahtre qui 'a vendu depuis.
Av CAP, une negreffe Adia, nom-
,mee Marthon', Agee d'environ 25 ans,
fe difant appartenir au Sr. Tabois; un
negre nomme Joliccenr, a-e d'environ
zo ans etampe fur le fein droit L,
BOSSAR fe difant appartenir au Sr.
Boffar ; un negre Congo nomme Jzpi.
ter, ayant unejambe enflee, fe difant
appartenir an Sr. Caunon ; im autre
negre Congo, nomme HJcTar, etampe
firr le fein droit MACARTY & au-
deffous AU CAP fe difant apparte-
Inir "a M Macarty ; tine negreffe Dan-
guam, nommee Flore, etampee fir le
feim droit BROSSAR, fe difarrr appar-


-y


ii ~Pk;-r~DII)I*BYYU[~I~CI~B -I .WYeCCYr~u-..,~Yy-dBa .,_


,_nc.~, ~Dr(ll*d* )r- J*WLIC)- ;~u.Srclrri






tenir au Si. Broffard une niegreffe
lnouvelle, de nation Congo, etamp&e
fuar le fein droit WIID & fur le gauche
M1ICB qui n'a pu dire le nom de fon
maitre ni le fien.

NOUVELLES D'EUROPE.
POLOGNE.
S L'Eveque de Kaminieck, qui s'etoit
Sdoign& de la Cour depuis quelque
teams, eft revenue A Varfovie pour coo-
perer P'accommodement des Etats
ecclefiaftiques & civils du Royaume.
SOn avoit arrete, le 5 ofobre, qu'il
kfroit delibere fur cet objet; mais la
tenue du Senatus Confilium y a mis
Sobftacle. Cependant le Clerg6 s'eit af-
4e femble deux fois dans le Couvent des
SCapucins, & a dreffc huit articles don't
e il a envoy des copies, & qui confif-
te tnt, I A regler les appeals; 2. abo-
e lir F'ufage d'envoyer A Rome les annates
Sou les revenues de la premiere annie
de jouiffance des Eveches; 30. A exa-
ei miner les titres des Abbayes & les
rentes de leur foundation; 40. a payer
en argent les products des dixmes;
f. a engager le Clerge A donner tn
don gratuit pour advantagee de la Tr-
Sforerie de la Couronne; 60. A exclure
Li les EcclCfiaftiques des fermes ou de
n l'adminiftration de tous biens royaux.
Sou hereditaires; 7. A defendre aux
SEcclefiaftiques, & fiu-tout aux R gu-
liers, de fe me&er d'affaires temporelles;
t 8. z fixer la competence des Jurifdic-
r tions pardevant lefquelles les affaires
pe contentieufes doivent tre. difcutees
ue & jugees.
S. L AL EMAGNE.
le Suivant des lettres de Chemnitz,
ar-


7y
on a acheve dans les mines de cette
Ville une galerie laqudele on travail-
loit depuis 18 ans, & qui a 7467 toifes
& denmie de longneur.
La Society Economique.de Leipfick
a promise au Cutivateur qui prouvera
aux F&tes de Paques 1767, par un cer-
tificat du Magiftrat, avoir cultive la
plus grande quantity de tabac, une re-
compenfe de 1oo dealers. 11 faut que la
quantity de tabac ne foit point au def-
fous de 20 quintaux ; fans quoi la re-
compenfe ne potwrra avoir lieu.
ITALIE.
Le second fiecle depuis Pl'poque de
la levee du fiege de la Ville de Malte,
a ete r.volu le 8 feptembre dernier.
La fete de la id'oire, qu'on celebre
tous les ans en memoire de cet eve-
nement, a ete beaucoup plus brillante
qu'A I'ordinaire. 1 s'y eft trouve tant
de people que la curiofite avoit attire
a cette fete, que plufieurs ne pouvant
trouver de logement, ont t6 obliges
de coucher dans les rues. On a obfervv
que pendant toutes ces r6jouiffances,
il n'y a pas eu le moindre diibrdre.
On a prifente au Grand Maitre un
home qui a vu la fete du fiecle der-
nier, & qui pour lors toit age' de
huit ans.
On made de Livourne que des let-
tres qu'on y a revues de Smirne, an-
noncent que les troubles furvenus en
Georgie y fubfiftoient encore, & que
les hoffilit6s dans le Pays provenoient
de ce que les Georgiens, attaches a la-
Religion Greque, refolurent de ne plus
llivrer comme tribute leurs filles au Ser-
rail du Grand -Seigneur; que 'un de
leurs principaux Princes, prevoyant
que la Porte renonceroit difficilkment;


lom
0; mom ww"I mm W-






7,
a fa pCttention, efvoya, quelques an-
nies avant le .commencement de la
,guerre, une cinquantaine de fes Vaf-
faux dans un certain endroit du Nord,
pour y apprendre I'art militaire, &
que ceux-ci, a leur retour, ont ftu fi
.bien dreffer Icurs compatriotes au ma-
niment des armes, que le Prince crut
.qu'il etoit teams de vuider l'affaire a la
pomte de l'epee; que pour exccuter
ce deffein, ii s'eft mis la tete d'un
.parti confiderable auquel fe font joints
plufieurs Princes voifins, avec leurs
Troupes. Ses premiers avantages fur
les Turcs font deja connus, & c,?s
lettres ajoutent qu'il venoit encore d'en
reporter un nouveau en bataille ran-


On apprend de Fernambiue qe les
Jeiuites du Paraguay font exploiter
une riche mine de pierres precieufes;
ce qui fait craindre que fi la Cour ne
prenoit pas des mefires A ce fujet, le
prix n'en baiffat en Europe au grand
prejudice des revenues que le Roi tire
de fes mines du Brefil.
ES P A G NE.
On apprend de Cadix que depuis le
i feptembre 1764, julqu'au 1 feptenm.
bre 1765 ii efl entree dans ce Port 947
VaifTeaux; favoir, 3 6 de la Grand.e
Bretagne, 230 de Hollande, 209 de
France, 40 de Suede, I de Danne-
marck, 3 ode Genes, -o de Hambourg,


gde, dans laquelle ies ennemis avoient 2.4 de Naples, & 2.3 de Ruffie.
perdu plus de fix mille homes, fans L ND E.
parler d'un grand nombre de bleffes
& .de prifonniers. Suivant des lettres particulieres ar-
On ecrit de Florence qu'il y a tout riv es de Madrafs par la voied'Angle.
lieu de croire que le Grand-Duc & la terre, on eft inforini que M. Van-Eck,
Grande-Ducheffe jouiront des mnmes Gouverneur de Colombo s'eft empare
prerogatives que les Tetes couronnees, de la Garnifon & du Palais de Candy,
& qu'a leur example les'Cours de Ver- dans l'lfle de Ceilan, d'oi le Souverain
failles, de Madrid & de Vienne leur avoit pris Ie parti de fe retire A la h,'te
enverront des Miniftres avec:carafere quelques jours auparavantr, avec ies
d'Ambaffadeur & d'Envoyp-Extraor- principaux Officiers. Le Gouvcrneur
dinaire. a di fe rendre trois:femaines apres
P 0 RT UG A L, cette expedition, a Colombo ot Il'on
fe preparoit a le recevoir avec beau-
Le Gouverneur de Mazagan ayant coup de magnificence. Le Sieur Martin
depeche A Lisbonne un Oficier charge i Rein, premier Marchhnd-, a ite charge
de demander a la Cour un renfort de du comrmandement de Can:dy, & on
Troupes, & des munitions de gueire lui a donned pour'adjoint:, &fibus fes
pour foutenir l'attaque des Maures,,le s ordres:, le Sous-Marchand Storcik qui
Gouvernement a rdfolu de demander fera charge de tenir le livri de con-
du fecours au Roi d'Angleterre ; & formation,
I'on ajoute que Sa Majefle Britannique AN. .
,! "I"ANGLETERRE.
eft difpotee .a envoyer ce fecours, AN
& a faire armer plufieurs Vaiffeaux de II s'efl tenu un grand Confeil a Saint-
guerre pour cet objet. James, oit'on pretend qu'il a .'eteid


NI


i~t-amr~~~nsAars~,~~


c rl~ClurYRIIIPrlllll1IIIIBedli&L;gPCrcu -------~rab.


*-*--

* -,. -AR*M ',-..<,,,(* J,+.. ih, ..,,






libebr fur le micontentement des Co-
lonies de l'Amerique feptentrionale,
A occasionn des nouveaux droits qui
.lui ont tc impofes par tn Ate du
Parlement.
On affuroit aue le Duc d'Yorck de-
voit ftre declare inceflamment Grand-
Amiral d'Angleterre; dignity don't per-
fonne n'avoit encore ete revetu depuis
la mort du Prince Georges, de Danne-
.marck, epoux de feue la Reine Anne.
Les Agens des Colonies Angloifes;
de I'Amerique feptentrionale, ont en-'
gag6 d'habiles Jurifconfultes a appuyer
& dcfendre auprcs du Miniftre & du
Parlement les reprdfentations de ces
Colonies, relatiemnent aux nouveaux
droits de timbre.
LeDuc de Richmond,: Ambaffadeur
a la Ccur de Verfailles, partit le 27
odobre, pour fe rendre en France,
apres avoir etd admis & avoir pris
f6ance au Confeil Privek du Roi .& Ie
Comte de Guerchy, Ambaffadeur- de
France, arriva le 31 odobre. 'i
SOn affure que I'Etd dernier, les com-
miffions de I'Amerique pour 1'envoi
des marchandiies Britanniques, ont tde
d'environ 6oo mille livres iterlings au
deflbus de.la 'fomme A laquelle ,elees
avoien-t tonjdurs monte depiis 30 ans.
SPlufieurs Colons des Ifles ont pris
la rcfolution de demander 'Ietabliffe-
rnent d'un droit additionnel fur I'imn-
por tati.n idu Caff du. Levant, dans lai
vue d'encourager 'la culture de' cette
e.riewe.dans les, f(les Angloifes de 1'A--
nmerique. : i
Le joaitrerneur Johnflon a donned
imne ideefi avantageufe, de la- Floride
vccidental-e depuis fdin airtiv-e en An-
gleterrei q donlpreterid qiie, lie, Parle-
iedit acerdira iaun bfiSidrp6rroiencu-


73
rager plus efficacernent la culture des
terres de cette Province & procurer
par ce moyen de tres-grands avantages
a la Metropole.
Le Vaiffeau de guerre le Jafon, de
3 canons, a recu un doublage de
cuivre d'une noyvelle invention; on
le define A fire un voyage dans les
Pays strangers, pour en fire expe
rience.
FRANC E.
On mande'de Marfeille que les Perei
Foreflz, Mamer & Montour deputies
de 1'Ordre de la Sainte-Trinite, & le
Pere Pays, Depute de la Congrega-
tion de Paris de l'Ordre de la Mercy,
font arrives A la rade de cette Ville
avec 9z Captifs qu'ils ont, rachetes
dans le Royaume de Maroc: ils &toient
parties le 3 feptembre de Mogador, oh
ces Captifs avoient tde conduits pour
s'embarquer. II y avoit parmi eux 80
Francais & 1 Allemands: ces derniers
ont df.rachetes aux frais des Pays qui
font fous la domination de la Cour de
Viennc.
A M t R I QU E.
On made de Quebec que les Vailf
feaux qui ont ete equipes le printers
dernier, par ordre dui G6ndral Murray,
pour decouvrir fi le Lac Superieur
avoit quelques communications navi-
gables avec les Mers du Sud, comme
on l'imagitioit, font de retour depuis
le mois d'aout. M. Brook, celebre
Giometre a parcouru & examine
toutes les c6tes de ce grand Lac, & ii
a d'couvert qu'il etoit environne d'ifles
don't quelques-unes ont plufieurs lieues
de circonf&rence. Elles font toutes dd-
fertes ;. mais on y.trouve..._n grand




'~~,R~X""I;4----UIC-*ar -


74
nombre de captors & d'autres animaux
don't les peaux font fort eflimres.
On apprend par des lettres de la
Dominique, qu'on a eu des preuves.
certaines que t'intrieur de cette Ifle
eto'it remp1i de mines d'or, d'argent
& autres metaux. Les memes lettres
ajoutent que les Colons Anglois fouf-
irent des pertes confidirables pdr la
defertion des negres, qui fe fervent de
canots & de bateaux pour fe rendre a
'Ifle de la Trinite.
Suivant vne lettre de la Martinique'
du 26 janvier, les denrees de cette
Colonie fe foutiennent toujours a un
tres-haut prix; celui des comeftibles
de France,.qui a 6~C pendant quelque
teams fort bas, a augment confidira-
blement : voici le course des unes & des
autres. Sucre blanc, 65 a 701. Caff6,
19 f. Cacao, 16 f. Coton, zoo 1. Vin.
de Bordeaux, 160 zzo 2.liv. de Pro-'
vence, 80 a 90 1. Farine de Moiffacd
75 1. Normande, 66 1. Boeuf, 841. le
baril. Beurre, 60 f. la livre. Morue,
36 1. le cent.-
Extrait d'une Lettre du Mariland.
Les remarques que j'ai faites fur les;
motifs qui ont determine le Parlement
a nous accabler d'impots, me confir-
Inent dans l'opinion que j'avois deja,
qu'il y a trop de gens de notre Metro-
pole, particulierement parmi ceux qui
font A la tete des affairs, qui fe font
imagines que les Colonies etoient tres-
riches, & qui, dans cette perfiaafion,
ont jug6 1 propos de nous impofer des
taxes confiderables. Mais vous pouvez
m'en croire, quand je vous affure que
notre Province fe trouve dans l'6tat
le plus deplorable, & que quantity de
nos Habitans font A la veille d'~tree


ruins, pa~c que tntre commerce ec
Igne, & que nous fommes upuif6s par
la grande quantity d'argent que nous
avons envoyee dernierement en An"
gleterre pour acquitter nos dettes enw
Europe. Si Fon avoit continue A nous.
laiffer jouir des privileges necelfaires
au commerce, notre profperite fe fe-
roit accrue, ce qui efit opere celle de
1'Angleterre, par le debouche de fes
manufa6tures; mais comme la Metro-
pole a malheureutement juge a propose
de fuivre un plan contraire, .je fouhaite
que tout cela finiffe autrement que
MHifloire du jeune-homme de la fable
qui avoit une poule qui lui pondoit
I"ous les jours un ctuf d'or.
It s'importoit communement dans
notre Province & dans les environs,
pour 6 7 mille livres fterlings de mare
chandifes d'Europe & des Indes. par
chaque ann'e; j'ofe dire qu'a pr6fent
Dl n'y ,en entire pas pour 500 livres
Iterlings : notre Pays n'eft point en
etat de fire des achats. Nous fommes
tous dans la- ferme resolution d'aug-
inenter le nombre de nos moutons,
& de n'en tuer aucun ou tres-peu pen-
dant deux ou trois ans. Plufieurs font
determines a ne fe vetir que d'6toffe
de filage dorieftique. Je frdmis, quand
je penfe qu'apres avoir effuye en Ame-
rique les travaux les plus rudes pen-"
dant plus de vingt ans, apres avoiO
defriche un defert, & embelli de diff&-
rens edifices utiles un Pays qui n'etoit
qu'une forget epaiffe; je fremis, dis-je,
de me voir reduit, par une pareille
revolution, A n'etre plus.u'A peine en
etat de pourvoir A ma fubfiftance & A
celle de ma famille. On affure iqu'i n'y
aura pas affez 'd'argent dans le conti,-
nentdelA'~ iriqie pour payer :e droit


-V


I.


l'....r .. ------ a -Y . .. .. .. ... .. ..













'.4


.4.



'A'




U. '
!?

g



* ,







''.4




;iv.


de timbre la feconde annne. Nous ef-
perons que quand l'Angleterre fera
convaincue de notre malheureufe fitua-
tion, elle fongera A nous foulager;
anais ce fera trop rard pour bien des
perfonnes, vu que le nombre des ban-
queroutes augment tous les jours.
II y a environ quinze jours, qu'un
grand nombre.de prifonniers pour det-
tes forcerent la geole, & s'en allerent
en troupe A la Caroline, bien refolus
de tenter tout, plut6t que de fe laiffer
reprendre.
Du CAP le 19 fe'vrer.
Les Penfionnaires de M. Alqzie',
Profeffeur de Litterature en cette Ville,
donnerent leur Divertiffernent mer-
credi derrrier. Mrs. les General & In-
tendant y affiflerent, & donnerent an
Profeffeur des marques de leur fatif-
faffon fur les progress de ce novel
Etabliffement qu'ils honorent de leur
protedion.

SPECTACLE S.
On donnera vendredi prochain, a
la Comedie du Cap, .Annette & Lubin,
Opera-bouffon, prcde' d. ,Tour de
Carnaval, Piece enun Aae & en profe,
du Theatre Italien, avec tons fes agre-
mens. Cette Reprefentation eft au be-
iefice du Sieur Dutac.

AVIS DIVERS.
Le Navire f'Achille, de Bordeaux,
Capit. Chariol, partira pour ledit lieu
du x o au i5 avril prochai:n. Ceux qui
voudront y paffer uo charger A fret,
sadrefferont audit Capitarne, rue des
Religrenfes, pros le vieux Governem-
ment, au CapE.


7C
Les Creanciers de la fucceffion de
M. Pillar, pere, font pri6s de fe trou-
ver vendredi prochain z'i du courant,
trois heures de relevie, chez Me,
Bordier, Notaire au Cap, A l'effet de
nommer tin Syndic pour remplacer
M. Detckeverry.
Le Sieur Thiout Teeelement rec
Maitre Hologer Paris, demeurant
depuis 14 mois au Port-au-Prince.
dans la grande-rue, a [a Montre a trois
parties, vis-A-vis M. Michel, Avocat
au Confeil, continue d'apporter unc
attention particuliere A remplir conf-
tamment les devoirs epineux de fon
tat &, il ofe s'en later A la fa-
tisfafion de tous ceux qui lui font
I'honneur de 'employer.
d vendre A la Barre du Siege du Cap,
le famedi 15 mars prochain, une Ha-
bitation etablie en caffeterie, diepen-
dante e la fucceffion Bouyer, fitude
" la Montagne-noire Paroiffe de la
Grande-Riviere, avec la quantity de
27 t&tes de Negres :la vente s'en fera
au comptant. Ceux qui defireront un
plus grand detail, font pries de s'a-
dreffer a M. Prieur, Curateur aux va-
cances, at Cap.
A vendre, line Habitation fitiue A
la pointe du Bec-Marfoin du Petit-
Trou, Quartier de Nippes ,contenant
82- quarreaux de terre en deux con-!
ceffions appartenant aux heritiers
Cliardavoine fir laqnelle il y a une
maiforr principal d'environ 50 pieds
de long, fir 18 de large, ciff6e & bou-
filt:ee entire poteaux equarris, garnie
de fes portes & fenetres, couverte er
paille, divide en tme-falle,. une cham-
bre- & detrx cabinets ; me cnifine de
bois round, cliffie & couverte en paFle;
an four de ma'vrmerie,n quatre cafes
























I


A negres, une indigoterie, un puits
avec une brimlballe, leI tout en mau-
vais etat : ladite Habitation en bois
debout, fhvannes & halliers, abandon-
ne depuis trois ans, pour le prix de
x zooo 1. f.avoir, 2.000 1. coCaptant,
& les ioooo 1. refantes, en trois an-
nees, par termes 6gaux. Les creances
de cette fucceflion front rescues pour
comptant. On s'adreffera a M. Girard
Labaffille, Syndic a Jeremie, fond6 de
la procuration defdits hritiers.
A vendre, une Chaloupe dchouee
au Petit-Carenage, ayant le norm de
ST. MICHEL dcrit derriere, du port
de fept barriques de fucre, avec fes
mats, voiles, grement, avirons, ca-
bleau & grappin. II faut -s'adreffer a
Mrs. de Rufy, Gallicet fils &r Com-
pagnie, N gocians au Cap.
A vendre, trois Negres forgerons &
toutes fortes d'outils de forge, avec
fbufflet, enclume, filieres de routes fa-
sons & groffeurs, ancres de z pouces
de groffeur, &c. On s'adreffera au Sr.
Toue', rue de la Providence, au Cap.
.A vendre, cinq Negres charpentiers,
tous dans la force de l'age, travaillant
bien, & parlant frangais. II faut s'a-
dreffer au Sieur Cadet, aubergitle, rue
Royale, pres la Place de Clugny, au
Cap, qui indiquera le vendeur.
A vendre une Negreffe Crdole,
blanchiffeufe, 9gde de 30 ans. II1 faut
s'adreffer a M. Dor', Notaire au Cap.
Un Negre Crdole, nomme Pierrot-
Iruh, age d'environ 40 ans, borgne
& ayant une jambe de bois, eift maron
depuis trois femaines. Ceux qui le re-
connoitront, font prids de le faire ar-
r&ter, & d'en donner avis A M. Blery,
au Cap.
Deux Negres, de nation Congo,


.-._ ,U*a- uhU?.,r.


Pun nomme Cirus, itampe illifiblement
fur le fein, Age de 23 a 24 ans, achetE
il y a environ 5 ans du Sr. Capdeville,
lors Huiffier autCap, & 1'autre nomme
Antoine, Sge de 36 40 ans, ayant le
nerf du jarret gauche raccourci, fans
etampe, ou etampe C G, font marons
depuis trois femaines. M. Antoine Gan-
derat, Habitant a l'Artibonite, A qui
ces deux Negres appartiennent, prie
ceux qui les reconnoitront, de les fair
arreter, & de lui en donner avis : il
rdcompenfera ceux qui les rameneront.
Un Negre Congo, nomme Picard,
de la taille d'environ 5 pleds, Age de
2) a 30 ans, ayant une difiicult6 -de
parler, etampd DEBLOIS & LENOR-
MANT, eft maron. M., Lcnormant,
Chirurgien & Habitant aux C6telettes,
a qui ce Negre appartient, prie ceux
qui le .reconnoitront, de le faire arre-
ter,, & d'en donner avis A M. Brute',
ancien Triforier, Notaire au Cap : il
y aura recompenfe.
U n Mulatre Creole, nomme Achille,
age d'environ 30 ans,. ci-devant valet
de M. le Marquis de Chaflenoye, qui l'a
vendu A Me. Dean, Avocat & Doyen
des Notaires au Cap, eli maron depuis
environ un mois. Ceux qui le recon-
noitront, font pries de le faire arrter
& d'en donner avis audit Me. Delan,
qui a etd averti que ce Mul1tre, pour
favorifer fon maronnage fe faifoir
paffer pour libre, difant avoir et6 af-
franchi par fon ancien maitre avant
fon depart pour France.
Le Navire la Beette, de Bayonne,
Capit. Lardin, partira pour le Miiffipi
dans tout ce mois. Ceux qui voudront
y paffer on charger a fret, s'adrefferont
audit Capitaine, rue Conflans, au Cap.
Avec Permffion.


-Ir llll~L-b*119*FYIQ119WC~YiL~~Liri;llq~il ---- . _1,~,__~_1Y_ wQLIC,






ANNIE 1766.


ES


AMERICAINES.


ARRIVEr de Navires Marchands.

A S. MARc, le 16 de ce mois, le
Saint-Marc, de Bordeaux, Capitaine
Maillat, part le 27 decembre.
Au CAP,le 17 de ce mois, le Bri-
gantin I'Alexandre, de ce Port, Capit.
Maubecq, venant de la Louifiane: le 18,.
leS. Jacques, de Nantes, commander par
le Sr. Blot (le Capitaine Toftain etant
mort a la C6te) part de France le 13
mai 1765, venant de la Cote-d'Angole
avec 5 5 Noirs; & le Bateau IAven-
turier, du Cap, Capit. Ferret, venant
de la Louifiane : le zo, le Senau I'Ef-
pirance, de Dunkerque, Capit. Augier,
partile 17 d6cembre; le Senau le Conf
tant, de la Rochelle, Capit. Delage,
part dudit Port le 17 fevrier 1765,
venant de la C6te de Guine avec 286
Noirs; & le Senau le Jeune-Voyageur,
de Marfeille, Capit. Debarre, part le
13 decembre: le 211, la Judith, de Bor-
deaux, Capit. Laguehay, part le 30
decembre, la Bien-Aimee, du Havre,
Capit. le Sage, part le 18 decembre;
& le The'fe, de Marfeille, Capit. An-
dre, part dudit port le 26 avril 1765,
venant de la C6te-d'Angole avec 445
Noirs A P'adreffe de M. Grenier : le 22',
le Jean-Baptife, de Saint-Malo, Capit.
Drieux, parti dudit Port le 14 novem-
bre dernier, ayant touched a Cadix:
le 13, le Louis-Augufqe, du meme Port,
.Capit.. Dubuiffon, parti le 1z novem-


bre, ayant auffi touched a Cadix; & le
Brigantin le Saint-Jacques, du Cap,
Capit. Gondree, venant de la Loui-
fiane : le z4, la Vicoire, de Nantes,
Capit. Labarre, parti dudit lieu le 18
fevrier 1765, venant de Gabinde avec
458 Noirs; & le Mars, de Marfeille,
Capit. Daniel, part le 8 janvier.
NA VIRES Marchands en expedition.
Au CAP, l'ieureux, Capit. BIan-
card, pour Marfeille; ,'Adcif, Capit.
Refains, pour Bordeaux; 1'Americain,
Capit. Ville-Collet, pour Saint-Malo;
le Mefager, Capitaine Lavernis, pou
Bayonne, & le Duc-d'Aiguillon, Cap
Eurvin, pour Nantes. .
DE PAR T de Navires Marchands.,
Du CAP, le 2z de ce mois, I Prol
th, Capit. Dubofq, pour Nantes ;
le Mare'chal-de-Luxembourg, .Capitaine
Bremond, pour ke Havre; Ie Dinvau ,
de Bordeaux Capit. Lefevre, pour
Dunkerque; & le The'fe, du Havrel
Capit. Dupleffis, allant au- bas de la
C6te avec fa cargaifon de NQirs : le
2 ., la Marianne, Capit. Labatut, pour
Bordeaux.
PRIX des Marchandifs de la Colone,
Au PORT-AU-PRINCE, le 19 de ce
mois., Sucre blanc, 5 ~ 6o1. commun,
40 a 50 1. brut, 23 A 2.5 1. Indigo bleu,.
7 1. 1o f, 8 1 (rare); cuivr,, 61.0


77


lu AMercredi 26 Fe'vrier.


,.' .


WIN


1[ NO ~~1




I_-UIU- a ._II '.-- -_


78-
61. 6 f. Caffe, i4fC. 6 d, r f. Coton,
175 a 18o liv. Cacao, 17 f. la livre.
Piaftres gourdes, 35 h 36 pour too.
-A LEOGANE, le meme jour, Sucre
blanc, 50 a 60 1. commun, 40 a 45 1.
brut, fans course. Indigo bleu, 7 1. 5 f.
S71. o f. (rare); cuivre, 6 1. A 6 1. 5 f.
Caffe nouveau, f. Coton, I80 1.
A S. MARC le z de ce mois,
Sucre blanc, 57 a 6o 1. commun, 44
a 47 1. le brut eft tres-rare, & il n'y
a point d'Indigo bleu; cuivre, 6 1. A
6 1. 5 f. Caff nouveau, 15 f. Coton,
174 175 1. avec apparence d'augmen-
tation.
Au CAP, Sucre blanc, 54 A 6o 1.
commun, 38 a 0o 1. brut, 18 A z5 1.
Indigo bleu,7 a 81. cuivre, 1. a 6 1.
5.f. Caffe nouveau, 14 a I6 f. vieux,
1 A i5 f. Coton, 190 z200 1. Cuirs,
7 9 1. Piafires gourdes, 36 pour ioo.
PRrx des Marchandifs de France.
Au PORT-AU-PRINCE, ledit jour
19 de ce mois, Vin, 130 a 60 liv.
Farine fralche de MoifTac, 66 1. com-
mune, 40 & 421. Boeuf fald, 65 A 70 1.
le baril. Beurre, 2.5 f. la livre. Chan-
delle, 15 a 30 f. la livre. Savon, 6o
& 65 I. le cent.
A LEOGANE, le meme jour, Vin,
15o liv. Farine de Moiffac, 5 A 60 o.
Savon, 66 1.
A S.MARC le 2z de ce mois,Vin
vieux, 16o A 1701. nouveau, 140 a
5 o 1. Farine de Moiffac, 701. Savon,
75 liv.
Au CAP, le 24 de ce mois, Vin
vieux, I80o zoo 1. nouveau, 130 a
X5o 1. Farine de Moiffac fraiche, 66 a
70 1. commune, 41z 5o 1. Boeuf, 66
A 80 1. le baril. Beurre, 5I a 18 f. la
Jivre. Petit- fal, 27 A 3o 1. I'ancre,


~I ~'Y~PUC AS.,St / -


Huile, 4 4 17 1. la cave. Savon, y i
A 6o 1. le cent.
CouRs oD FR rT.I
Au PORT-AU-PRINCE, Sucre, r d.
Indigo, 24 d. Caffi, i z7 15 d. Coton,
30 A 36 d.
A LEOGANE, Sucre, Io A 12. den. i'
Indigo, z2. 24 d. Caff6, 1z a 15 d.
Coton, 24 a 30 d.
A S. MARC, Sucre blanc, i za 4 d.
brut, 4 A 16 d. Indigo, 36 d. Caffe,
15 d. Coton, 36 40 d.
Au CAP, Sucre blanc, io d. brut,
ii d. Indigo, 18 d. Caffe, 12 i 14 d.
Coton, 24 d.
MO RTS. -
La Dlle. Goillen eft more A r'Ar-
cahaye le 1 de ce mois, agee d'en-
viron 60 ans.
M. Proffont, Habitant au Boucaffin, I
y eft mort le 14, age d'environ 70 ans.
Le meme jour, la Dame Imbert eft I
morte dans le meme Quartier, agee
de 28 ans.
Dame Jeanne Raquet, epoufe de M.
Marin Ferrand, Treforier de la Marine "!
au Port-au- Prince, y eft morte le 16,
agee d'environ 36 ans: elle etoit native
de la Nouvelle-Orldans.
NEGRES MA4RONS.
Au FORT-DAUPHIN, un Ndgril-4
ion Thiamba, nomm6 Janvier, quni n'
pu dire le nom de fon maitre, prisa.
Ouanaminthe.
Av CAP, un Negre Nago, nomme
Marc, fe difant appartenir a M. Bor-j
dier, Notaire au Cap; trois Negres
nouveaux, don't deux de nation Congo,"
le troifieme Nago, etampes tous les.
trois fur le fein droit CARBON, qui




-mrYUh"" -,_rlr4y~


I



i
I


I

j
!:
t


s


~' ~?~I~










I


4
.'r
I


"5












3
i ;





U i
1i


i:'-


.*^
..

i .
ie





,,




i
3'1


n'6nt pu dire le nom de leur maitre,
ni le leur; un autre Negre nouveau,
de nation Congo, etampe illifiblement,
qui n'a pu egalement dire le nom de
fon maitre, ni le fien.

NOUVELLES D'EUROPE.
P R U S SE
Le Roi a introduit depuis peu 17
manufaaures de- differentes efpeces
dans la Nouvelle-Marche de Brande-
bourg.
Sa Majefte a fait publier une Ordon-
nance qui defend toute efpece de tranf-
port de bled hors de fes Etats. L'exem-
pie d'un fi grand Monarque feroit d'un
poids 'tonnant, fi les autorites les plus
refpedables pouvoient balancer F1'vi-
dence des principles qui etabliffent rFu-
tilite, la neceffite meme de la liberty
du commerce, & fur- tout .du com-
merce des denrees.
I TA LIE.'
Un Courier extraordinaire, depe-
che de Madrid, eft arrived Parme
pour informer le Prince Ferdinand,
que S. M. C. Pa declare Infant d'Efpa-
gne; marque eclatante de la tendreffe de
ce Monarque pour Son Alteffe Royale.
S U I S S-E.
On made de Berne qu'une Sociedt
de Citoyens s'ift former en Suiffe, ii,
a quelques annees, pour concourir,
A repandre la connoiffance des verites
les plus utiles aux hommes, & pour
propofer des questions relatives A ce
but. Parmi les Memoires adreffis a la
fociedt, il s'en eft trouve plufieurs qui
avoient un certain merite acadeinique,
mais aucun qui, par la precision de la


79
forme & 1'etendue des vues fatisfit
aux defirs de la Societd. Dans ces cir-
conflances, elle prit en 1763 la rdfo-
lution d'adjuger fon prix A l'Auteur
des Entretiens de Phocion, qu'on a f4u
depuis etre FAbbe de Mably. Les me-
mes motifs Pont determinee aujour-
d'hui a offrir une Medaille de zo ducats
a i'Auteur anonyme d'un Trait6 public
en italien fur les de'lits & les pines:
elle invite cet Auteur A fe fire con-
noitre, & A agreer une marque d'eftime
due a un bon Citoyen qui ofe 'lever
fa voix en faveur de l'humanite contre
les prejuges les plus affermis. La So-
ciete a declare .en meme ternsm qu'en
renonpant au deffein de propofer de
nouvelles questions, elle fe contentera
d'encourager I'efprit philofophique &
la philantropie par des temoignages
d'approbation donnes publiquement A
des Ouvrages viritablemnt tiles la
grande fociete des; hominele. .
A IN GLETER RR'F.
La Cour a fait expedier I'Amiral
Tyrrel, qui el en station aux Barba.
des,, des dipeches pa.,efqiuelles i ji
eft enjoint d'enyvyer iqudques Vaif-
feaux.de. guerr aigx Triangles ;t op lu
marqug: en mme.e.ems que,~ ou les
navires Anglois qp i ferontlfai& ayant
A bord des marihuln4ifesde trance
frontt condamnd~s~Jgalementpar tousi
les Tribnaux dAiratt degAkm*ri,
que. L ^ ;
pLa che, du hareng ad'armouth a
manque prefque entierneenrent Fane
derniere. Elle montoit ordinairement
A 40000 barils,& cette annee elle ne
paffera, pas 4000. .
Un Citoyen de Geneve fortiiing
mieux qui eft aftuellement a Londresi


~rrar*cnm&k*uw~~,~d~_rLO*9Ld~,~--Mu~--k.





8o
a, dit-on, trouvi Ie secret de rendre fortune plus aruree qu'on leur offre
le verre malleable par le moyen d'une dans les Pays strangers, & jugeant
composition chymique ; dcouverte convenable au bien de fes Sujets d'en'
dont on efpere de grands avantages. arr8ter le -cours, Sa MajeftN a rendu.
R A une Ordonnance le 19 novembre der-
F r C E. nier, par laquelle elle defend tres-
Le Roi a nomme Commandeur de expreffiment A tous Artiftes & Ouw
'Ordre Royal & Militaire de Saint- vriers etablis dans 1'tendue de fon
Louis M. Duchaffaut, Chef-d'Efcadre, Royaume., d'en fortir, pour quelque
quicommandoit l'Efcadre de Sa Majefte caufe & fous quelque pretexte que ce
employee fur la cote de Sale, & a ac- foit, fans etre munis de paffe-ports en
cord6 diff6rentes graces aux Officiers bonne forme, qui limitent le teams de
qui ont fervi fous les ordres de M. leur abfence & en d&duifent les motifs,
Duchaffaut, particulierement A ceux A peine d'etre pourfiivis extraordi-
qui orit et6 bleffis A expedition de nairement, & punis fuivant la rigueur:
ji LarracHe. Sa Majefl6 a faith en meme des Ordonnances. Les contrevenans.
!i teams une promotion dans fa Marine: front en outre & demeureront dechus
j Elleaeleve huit Capitaines de Fregates ppur toujours de la maitrife a IFgard
au grade de Capitaine de Vaifleaux; de ceux qui front membres de corn-
Ji fcavoir, MM. di Vergier-Ker-Horlay, munautes d'arts & metiers, & front
le Chevalier de Gouandour, Thoranc, irrevocablement priv s, eux & leurs
I Miudterc,~ Bi-ot, ie Ma uis de Vau- feimes, de tois les privileges dont
dreuil, deGi-affe-Brianion & Qtielen. jouiffent & ont droit de jouir les reg-,
Le grade Ae ;apiaine d ;Fregates a nicoles &'autres qui teur font affliniles.
te donned A dapze Lieutenans de Vail- Sa Majefit a accord une place de
feaux, qum ibnt MM. Goubert, le Che- Commandeur dans lOrdre de S. Louis
alier de Semerville de Barjetton, a M. le Comte d'Enni ry, Marechal-
i Lrtr ie Serignhii', le Chevalier de de-Camp & Gouverneur de la Mar-
Rdt~iet-Pievile .:'amiri te Chevalier tinique,
de nde~i ~P ; le Chevalier de Courfy, 'A M E T E
Pr6ifl Tr'verii's,'IBe"eyeife' E-
fendfi&rflet iealierde Treffemanes- On tcrit de CharlesTown que tous
Chiatuit, B1 itireard de T dmiicourt Ies, gens de loi des deux Carolines &
$ ef-Earfyi. gr iqua rite Enifejnes de la Georgie, ont refolu uinanimement
d er e`ix6 d"tehi legrad e ddi de ftivre examplee de leurs confreres
Lieutenans & 68 Gardes de JaMarifne dhr' kes'"aitres Colonies, & de nefe
.on. fii ...Erii s'.de Vaji eaux. fervir de paper timbre', malgre leBill
5a IS Ije:'i i o uin, 8 87 Gardes du Parlement, dans aucun ate de leur
de i 'Marinr.' :'": .. profeffion.
S'L-e Rbi areitn :nfbrimn6 u'i f'e faith Suivan't de$ lettres de la Nouvelle-
de tesns autre divgrffe'sdhiigtigns York,: au i4 iovenibre; oh: mande:
4 .rtifi O riei "Faniis q"ui i'e d la'Virgmin.e qitA Iarrivee du Direc-
I kirentf*diAire par' le faux appas' diune teur 'des Papiers tiiubres., les princi'




L"










4






I


'I


I


paux Habitans Pinviterent A un bal richement charges, & un Cormm tlaire
qu'ils donnerent le msme foir, & l'y Anglois qui devoit veiller la difrihbu
traiterent avec beaucoup de politeffe, tion des prifens deIfin6s pour les Sau-
A l'iffue de cette affembl6e, ils lui an- vages. Pondiak informed de cette de-
noncerent que fes bagages avoient etd march, s'eft empare des deux bateaux,
embarques fur un Vaiffeau qui devoit & a fait fignifier A l'Officier Franaais
partir pour Londres le lendemain au de fe rendre au plus vite A la Nouvelle-
matin, & lui confeillerent de s'y em- Orleans, s'il ne vouloit pas s'expofer:
barquer auffi fans dMlai, de crainte que aux memes rifques que les Anglois.
fa vie ne fut en danger, s'il s'arretoit Les affairs font toujours firieufes
encore-un jour. On ajoute qu'il a fuivi dans cette Partie. Unancien Officier
ce confeil. Frangais (M. de St. Ange) commandant.
Suivant les dernieres nouvelles de la le poite des Illinois, & qui y etoit refltr
Louifiane, les Anglois n'ont pas en- pour le remettre aux Anglois, confor-
core pu parvenir A prendre poffeflion moment au Traite de Paix, a recu un-
des Illinois; les Sauvages font toujours coup de couteau d'un Sauvage, parce
les memes A leur regard, mnalgre les qu'il avoit fait fauver una Anglois que
bonnes intentions & les ordres reiteres les Sauvages .vouloient avoir. 11 en eft
e M. Aubry, Commandant-Gdenral, arrive autant A plufieurs autres Frani-
qui s'eft donned tous les foins poffibles ;ais, pour avoir rendu de pareils fervi-
ourles amerier A ia tranquillity & A la ces aux Anglois. Pondiak eft d'autant
aix. Les Nations qui font fur le board plus, icraindre, qu'il eftbrave, vigilant
Li fleuve, ont promise de laiffer paffer & bien fervi.
es convois anglois avec les trouipes, Ief arrive A Penfacola i ,oo Anglois
our aller prendre poffeffion des Nat- qu'on a diifribues dans diff6rens poftes,
hez, & en confequence 400 Anglois mais ils defertent par bandes.
'y font rendus ;rneais fur les avis qu'ils S. D o M IN G U E.
nt eus que Pondiak fe difpofoit A leur .
ouper le paffage & A ne leur faireD
ucunquartier,ilsn'ont df pafler outre. On doit inceffamment faire ici une
Les troupes de Pondiak ont dtruit nouvelle affemblee des Chirurgiens,
me Berge anglaife, dans laquelle il y avec le Medecin du Roi, pour differ,
volt un Milord qu'ils ont pris & em- ter iir 1''pidmie don't ce Quartier eft
ene dans intention de le faire bruler afflige depuis quelques mois. On fe pro.
u cadre: les Frangais Pont reclame, pofe de fire 'ouv'erture des cadavres
ont offert la valeur de 40000 liv. pour d6couvrir les caufes de la maladie.
In marhandifes pour fauver la vie a Si on a le bonheur de les connoitre,
ette malheureufe vifime ; la propo- & les remedies convenables, il y a lieu
tion n'a point e6t re'ue; on ignore d'efperer que nous ne ferons plus ex-
ifqu'a pr-fent fon fort. pof6s a fes funefles effects. On a remar-
SUn Oticjer-Fran.ais qui a paffi au que que toutes les femmes groffes que
rvice des Anglois, a tentede.penetrer la maladie a attaquues, ont avorte,
ifqu'aux Illinois, avec deux bateaux i& font mortes.


-. .~.r..--, - -L--.C ---I~- -IL -LUmzjY9Q-ziir eJ. abl it









II







.'1













i'I








ii






Ii
t


Nouvelle tentative propof'e fur la culture
du Cacaoyer.
Le cacaoyer eft i'arbre le plus deli-
cat qu'il y ait au monde. 11 demand
un fol fertile, frais fans tre trop hu-
mide, & dix pieds au moins de bonne
terre franche, parce que fa racine pi-
vote, & que des qu'elle eft force de
fe replier a la rencontre du tuf ou du
roc, I'arbre meurt: ce n'eft pas tout.
Les vents violens & accidentels du
nord & du fud font p6rir le cacaoyer
en peu de jours: il lui faut le puiffant
abri de forts en fhtaie contre ces mau-
vais vents. Enfin le cacaoyer ne refifte
pas a un air. trop fec.
Autrefois cet arbre trouvoit tout ce
qu'il lui falloit dans cette Colonie : les
defriches des planes etoient petits &
entoures de hautes fttaies qui le garan-
tiffoient ,des vents nmifibles, &',qtl en-
tretenoient continuellement dans l'air
tii' humidite qul itu corivenoit: : fol
'toit excellent, & il etoit aif6 de pro-
curer a cet arbre dix pieds & plus de
terre franche; aufli les recoltes en ca-
cao. faifoient une des principles bran-
ches des revenues de Saint-Domingue.
Mais depuis qu'on a defriche toutes
les planes & la plupart des vallons,
tous les cacaoyers ont peri; A peine en
a-t-on conferve quelques pieds, avec
les graines defquels on a fait maintefois
de nouvelles tentatives, toutes infruc-
tueufes. II eft certain qu'on ne s'eft re-
bute de cette culture qu'apres une infi-
nit6 de malheureufes experiences.
1 refteroit peut-etre une reffource
de nous procurer cet arbre fi utile : ce
feroit de le greffer fur quelque autre
arbre moms delicat, quui i foit ana-
logue; la reuffite pourroit etre la re-


'ii


compenfe d'une induftrie obftinee. *
Le guazuma que nous appellons
bois-d'orme qui eft fi commun dans
notre Ifle & fi peu delicat, qui croit
parfaitement bien en tant de diffirens
terroirs, eft tellement analogue au ca.
caoyer, que MM. Linnaus & Browne
n'en ont fait que deux efpeces d'un
m8me genre, & donnent a tous les deux
le meme nom ( theobroma). On peut
voir dans leurs Ouvrages l'affinite de
ces deux arbres. f
On devroit done tenter de greffer
Je cacaoyer fur le bois-d'orme : peut-
etre reuffiroit-on le faire en ecuffon;
au moins le fucccs female certain en
approche. On pourroit planter de jeu-
nes bois-d'ormes dans des mannequins
& les placer autour du cacaoyer don't
on voudroit tirer des greffes : puis
quand les entes feroient faites on
tranfplanteroit les mannequins dans
un terror convenable.
IIfe pent que la feve du bois-d'orme
communiqueroit au cacaoyer une vi-
gueur qu'il n'a pas naturellement, &
qu'elle le rendroit moins fenfible au
impreffions du vent & de la fichereffe
del'air. C'eft une ancienne, mais fauffe
opinion, que l'infertion ne reuffit pas
A Saint-Domingue. Une perfonne de
cette Ville greffa en ecuffon plufieurs
figuiers au mois de novembre dernier;
prefque tous ont reuffi, & plufieurs
ont aftuellement des jets de 5 6 pouces
de long. J'ai greff6 autrefois en appro-
che avec fucces.
Par M. BRE VET, du Port-au-Prince
'* Improbus labor omnia vincit. (Virgil.)
f Caroli Linnti genera plantarum 734
Theobroma Guazuma, Plumeri-i 18.
heobom Cacao, Tournef. 444.
The civ. and nat. HifA. of Jamaica, By Patrici
Browne M, D. London 7 56. c, 1. Theobxro


~I~Us*Y-~`2L~ W~C .. _-~. ~ r ~g~i---^b~YI I~~1-~) -r 1.~ iYI ~--~-Y








SPECTACLES.
On donnera mardi prochain, la
Comedie du Cap, les deux Saurs riv'a-
les, Opera-bouffon, fiivi de Lucas &
Colinette, Opera-comique, de M. Fa-
vart. Cette Reprefentation eft au be-
nefice de Mile. Gault.

AVIS DIVERS.
Le Navire la Placelliere, de Nantes,
Capit. Jean Maffon dii port de 300
tonneaux, armed de 14 canons, & de
45 homes d'equipage partira pour
ledit lieu le 20 mars. Ceux qui vou-
dront y paffer ou charger A fret, s'a-
drefferont audit Capitaine rue du
vieux Gouvernement, qui vendra un
Acon de dix bariques de fucre, A livrer
lors de fon depart.
Le Navire le Comte-de-Clare, de Nan-
tes, Capit. Fourneau, partira pour led.
Port dans tout le courant de mars : ce
Navire eft grand, tres-commode & il
a une galerie. Ceux qui voudront y
patfer ou charger A fret, s'adrefferont
A M. d Dea, Negociant au Cap, ou au
Capitaine en fon Magafin rue Penthie-
vre, qui a a vendre une belle Chaloupe
& un grand & bel Acon.
Le Navire le Franois, de Bordeaux,
Capit. Pierre Lavaud, du port de o00
tonneaux, armed de 16 canons & 50
hommes d'equipage, partira pour ledit
lieu du o2 au 30 avril. Ce Navire eft
tris-commode pour des paffagers,ayant
une grande chambre, dunette, cham-
bre de confeil & galerie. Ceux qui
voudront y paffer ou charger a fret,
s'adrefferont audit Capitaine, en fon
magafin au Cap, rue S. Laurent, A co6t
de M. Laguehay, ou a Mrs. Cochon &
Latour, Negocians.


8j
Le Navire le Mar'chal-de-Bellefont,
Capit. de Belleville, arriva hier de la
Louiiiane avec une tres-belle cargaifon
de Bois : ceux qui en auront befoin s'a-
drefferont a Mrs. Lafufs & Frere, qui en
front bonne composition. Ce Navire
partira A la fin de mars pour Bordeaux:
ceux qui voudront y paffer ou charger a
fret, s'adrefferont aud. Capit. ou auxd.
Sieurs Laffus & Frere rue Penthievre.
Le Sr. Thibaut donne avis a MM. les
Habitans du Fort-Dauphin & autres
lieux, qui'il enverra chercher A fes frais
les marchandifes qu'ils auroient A char-
ger A fret pour Bordeaux fur le Navire
le Comte-d'Efling, Capit. Carouge de
Nantelle, du port de 3 oo00 tonneaux,tres-
commode pour des paffagers. On s'a-
dreffera au Cap audit Sr. Thibaut, Mar-
che des Blancs, & au Fort-Dauphin
aud. Capitaine, chez M. Reinaud Negt.
Le Sr. Jacques-Frangois Garreau, na-
tifde la Ville de Bordeaux, a&tueltement
Negociant au Cap, fils en 1egitime ma-
riage de feu Jacques Garreau, Bourgeois
de Bordeaux, & de Jeanne Broufe, fes
pere & mere, donne avis que, s'etant
appergu qu'on auroit commis plufieurs
meprifes a fon prejudice par la con-
formite de fon nom avec celui de plu-
fieurs autres perfonnes repandues dans
differens endroits de cette Colonie, ii
fe feroit determine, pour les faire cef-
fer, & pour prevenir les abus qui pour-
roient en refulter A l'avenir, de faire le
to de ce mois fa declaration au Greffe
du Siege Royal du Cap que, pour fe
diftinguer de ces memes perfonnes, il
alloit joindre A fon nom ordinaire celui
de Rocheclaire qui eft le nom de fon
Epoufe; & que ce feroit deformais fous
les noms de Garreau-Rocheclaire, qu'il
dirigera fa conduit & fes affaires.


'mill I I-




E ~ -


84
Les Crdanciers de la-faillite du Sr.
Menoult, ci-devant Marchand au Cap,
!bnt invite de fe trouver mardi pro-
chain 4 mars apris midi, en l'Etude
de Me. Border, Notaire, A P'effet de
nommter un d'entre eux pour Syndic au
lieu & place du Sr. Taillet de prefent
en France, pour recevoir le compete de
ce dernier, & proceder A la repartition
des fommes qui fe trouvent rentrees,
dependant dudit Syndicat.
II eft refite S. Marc un ballot charge
fur le Navire l'Heureufe-Paix, de Ba-
yonne, Capit. Lafalle, & appartenant
au Sr. Pierrine du Boy-Chel, qui paffa
fur ce Navire en 1764, & alla demeu-
rer peu-apres aux Gonaives, fans que
depuis cetems ce'ballotnait te reclame.
Si ledit Sr. du Boy-Chel veut retire led.
ballot, it s'adreffera aud. Capitaine, ou
i M. Guillot, Capitaine de la Marie, a
St. Marc ,iltlui fera remis gratis moyen-
nant une dicharge de fa part.
A vendre un Acon. On s'adreffera a
M. Lavernis, Capitaine de Bayonne,
;demeurant dans la Halle de M. Laffalle,
au Cap : il en fera bonne composition.
Un Mulatre, nomme Ignace, perru-
quier de fon metier, age de 19 20o
-ns, taille de 5 pieds pouces, le
corps mince, de jolie figure, petit nez,
pieds longs, cheveux crepus & longs,
ayant une cicatrice fur la main drdite
entire le pouce & Findex, & une autte
fur le front qui le rend un peu chauve,
eft parti maron de la Martinique, & eft
paffR A Saint-Domingue. Ce Mulatre
appartient a M. Nicolas DecalJ, de-
ineurant A Saint-Pierre. Ceux qui le
reconnoitront, font pries de le fair
arreter, & d'en donner avis A M. La-
vaud, Capitaine du Navire le Franoiks,
de Bordeaux, rue S, Laurent, au Cap.


Un Negre nomme Antvite ,. Crole
de la Tannerie, Quarrier de la Grande-
Riviere, Ag de 2 I 22. ans etamp6
IL fur le fein droit, d'une taille au-deffus
de 'ordinaire; un peu rouge de vifage,
&"ayant quelques verrues au mention,
eft maron depuis le 4 aoit dernier : i
fait commerce Ala Grande-Riviere, au
Trou & au Dondon. On fcait qu'il a
paru depuis peu au Cap, & qu'il fe fait
paffer pour libre. M. de Floifac A qui
il appartient, donnera une Portugaife
de recompenfe a celui qui le lui rame-
nera au Cap.
Un Negre Creole nomme Pierre,
^g6 de 22 h 2 3 ans, taille de cinq pieds,
etampe DANJOU, eft maron depuis
trois femaines. Ceux qui le reconnoi-
tront,font pries de le faire arreter & en
donner avis au Sr. Boumier, couvreur,
Sl'Embarcadaire de la Petite-Ance,
Un Indien,age de 17 1 8 ans, petite
taille, eft maron depuis quinze jours.
Ceux qui le reconnoitront, font pries
de le faire arr ter, & d'en donner avis
A M. de Pardieu, Chevalier de St. Louis,
Habitant au Trout, ou a M. Foache
Negociant au Cap.,-
Un Negre Creofe, nomme Gillot,
age d'environ 40 ans, de la taille de 5
pieds 4 pouces, maigre, vifage allonge,
etampe A. BRIAUD, eft maron depuis
15 jours. Ce Negre eft tres-dangereux
ifur une Habitation, volant des che-
vaux & des mulets qu'il va vendre A
1'Efpagnol: il appartient A 1Habitation
Laugardiere. Mrs. Birot & Lemailre
freres prient ceux qui le reconnoltront,
de le faire arr&ter, & de leur en don-
ner avis, foit at Cap, ou fur leur Ha-
bitation de la Petite-Ance : il y aura
recompenfe.
Avec Permifjon.


,, ,~_L~j--~l(t .~ ~-*dl1~C~Ib~~~~-I -YLdr/eUWC* I*-~~ J~lll~~-U


I


n?






ANNEE 1766.


ires AMarchands.


A. U PORT-AU-PRINCE, le o0 f6vrier
dernier, le Saint-Hilaire de Nantes,
Capit. Etienne de Vigues, parti dudit
lieu le 18 avril 1765, venant de la
C6te-d'Or avec 453 Noirs: le 21, la
Barque I'Aurore, de Marfeille, Capit.
Pierre E1oze, parti le 8 janvier.
A S. MARc, le 11 du meme mois
de ftvrier, le Conquerant, de Bordeaux,
Capit. Delzolliers, parti le 29 decem-
bre ( ce Navire a remis A Ia voile pour
fe rendre a LUogane) : le 27, I'Arti-
bonite, de la Rochelle, Capit. Bouli-
neau, parti Ie 3 janvier.
A LEOGANE, le 15 dudit mois de
fevrier, le Conque'rant-, de Bordeaux,
Capit. Delzolliers, parti le 29 decem-
bre, ayant touched A S. Marc; & lei
Thlfe'e, du Havre, Capit. Dupleffis,
venant de la C6te-d'Angole avec 541
Noirs, ayant touched au Cap.
Au CAP, le 26 fevrier dernier, les
Brigantins le Roi-Salomon, Capitaine
Milly, & le Saint-Louis, de ce Port,
Capit. Nicolas Charles venant tous
les deux de la Louifiane : le 27, le Se-
nau la Confiance, de la Rochelle, Cap.
Gombaud, part de Bordeaux le 18
novembre, ayant touched a la Martini-
que : le 28, le Senau le Saint-Jacques,
de Bordeaux, Capit. Imbert ,-parti le
8 janvier, & la Reine-de-Juda de
Saint-Malo, Capit. Laurent Cormier,


parti dudit lieu le 27 mars 1764, ve-'
nant de la C6te de Guinde & ayant
touche A la Martinique : le i de ce
mois, le Navire la Dordogne, de Bor-
deaux, Capit. Peyrau, parti le 27 dd-
cembre dernier, ayant touched a la Gua,
deloupe : le 2, le Senau le Brocanteur,
de Saint-Malo, commander par le Sieur
Tizon, (le Sieur de Valons, Capitaine,
etant mort A la C6te) parti d'Europe
le i mars 1765 venant de la Cote-
d'Angole avec 2zo Noirs : le 4, aI
Croi/fant, de Bordeaux, Capit. Tardi-
val, parti le 15 dicembre, avant tou-
che A la Martinique; & le Navire la
Maric-Gabrielle, d'Honfleur Capit.
Potel, part dudit lieu le 15 novembre
i764, venant de la Cote-d'Or avec
28o Noirs.
NA PIRES Marchands en expedition.
Au CAP, le Duc-d'Amboife, Capit.
Gemont, pour Nantes, & l'Heureufei-
Famille, Capit. Lefcan, pour le Havre.
D PA RT de Navires Marchands.
Du CAP, Ie 28 fivrier dernier, le
Prince-de-Rohan-Guemene', Capit. Mo-
rel, pour Nantes, & I'Amri cain, Cap.
la Ville-Collet, pour Saint-Malo.
PRIX des Marchandifs de la Colonle.
Au PORT-AU-PRINCE, le z6 fevrier
dernier, Sucre blanc, 55 a 60 1. com-
mun, 4Q a 50 1, brut, fans prix fixe,


[NO.3 __o.8



$IES AMERICAINES.

>s ; Du Mercredi 5 Mars.


P ig lt il";i lo iiiWMil e....5ar.larAaAA~ab~ m ..db owh l'a w -I - mau"49 I anm k t na a eeenehsie ...e ....cl








Indigo bleu, 7 1. o f. 8 1. (fortrare);
cuivre, 6 1. f. 6 6 f. Caff,, 14 f.
6 d. 15 f. Coton, 1 5 a 180 1. Bois
de campeche, coupe efpagnole, 18 a
21 1. le cent. Cacao, 17 f. la livre.
Piaftres gourdes, 3 5 a 36 pour ioo.
A S. MARC, le i de ce mois,
Sucre blanc, 55 a 60 1. (rare); com-
mun, 40 a 501. brut, 2.5 27 1. Indigo
cuivre, 6 liv. Caffe nouveau, 15 i.
Coton, 170 a 175 1.
Au CAP, le 4 de ce mois, Sucre
blanc, 5 z a 6 1. common, 36 a 48 1.
brut, 18 A 25 1. Indigo bleu.,,7 B 8 1.
cuivre, 5 1. a 6 1. 5 f. Caff nouveau,
4I a 6 f. vieux, 12a z14 f. Coton,
195 A zoo 1. Cuirs, 6 q 9 1. Piaftres
gourdes, 36 pour roo.
SPRIX des Marchandifes de France.
Au PoRT-AV-PRINCE, ledit jour
.i6 fvrier, Vin, 140 a 9o 1 .5-Farinel
:fraiche de Moiffac, 66 1. commune ,
.auffi frache 40 a 451. Boeuf fal, 65
A 70 1. le baril. Beurre, 18 A 20 f. la
livre. Huile de Provence, 21 A' 24 1.
la cave; d'Orleans, 3 1. ro a 4:1. la
bouteille. Savon, 66 1.le cent. Morue
de Miquelon, 40 1. le cent.
A S. MARC, le I de ce inois 'Vin
vieux, 170. nouveau, 16o1. Farine
de Moiffac, 661. Savon,7 5I.
Au CAP, le 4 de ce mois Vin
vieux, 180 o i% 1. nouveau, 140
6o 1. Farine de Moiffac.fraiche, 66 a
75 1. commune, 41 54 1. Boeuf, 66
A 80 1. le baril. Beurre, 15 a 8 f. la
livre. Petit- fal, r7 30 1. I'ancre.
.Huile, 24 2,7 1. la cave. Savon, 55
A 60 1. le-cent.
COURSES DU FRET.
AUVPORT-AU-PRINCE, Sure, 12 d.


-__..<.j I7 ... . .....imf ii -b i i" "


Indigo, 24 d. Caff & Cacao, Ir z 5 d.
Coton, 30 A 36 d. Camp^che, 5 d.
A S. MARC, Sucre blanc, z den,
brut, Iz a 15 d. Indigo, 30 A 36 d.
Caffe, 12 15 d. Coton, 36 d.
Au CAP, Sucre blanc, zo d. brut,
iZ d. Indigo, 18 d. Caff6, I a 14 d,
Coton, 24 d.
M o R T .
M. de Leris., Capitaine au Regiment
d'Angoumois, eft mort au Port-au-
Prince le - frvrier dernier.
M.I Jacques la Porte aine, ancient Ca-
pitaine de Navire & Habitant au Ro-
chelois, Quartier de Nippes, y eft
mort le mois dernier, age d'environ
54 ans.
M. Gourfiac ,'Negociant ati Cap, y
eft mort le 27 du mois dernier : M.
Mefiier, Negociant de.la.mnme Ville,
eft fon Executeirr-tPftamentaire.
NE G RE S .MAR oK so.
A-u PORT-AU-PRINCE Un Negre
Congo, nommne Madry, etampe" MAR-
CON & zu deffous ST MARC, con-
duit A la Geole .par la Marchauffle
du Mirobalais, lequel n'a voulu dire le
nom de fon maitre; une autre Negre
Congo, nomm .Paris, tamp uiir le
fein gauche SIMON, fe difant appar-
tenir A M. Prudhomme, Habitant ia
Leogane.
A S. MARC un Negre Congo,)
nomme Noui, efampe fir le fein droil4
MAUGE ST. MARC, fe difant appar-
tenir a M. Mauge, Habitant aux Ve-i
rettes; ine Negreffe Bambara,, norn-
mee Marianne, ,e difant appartemr IA
M. Gault ,'Habitant A l'Artibonite.
Au CAP, un Negre Damba, nomme
Emmanuel, etampe fir le fein droit E





-\ ---


I !

-'L


owmi---- -- Im_






& au deffous PC, & fr'le gauche PC,
fe difant' appartenir A M. Dupleffis ,
Habitant; un Negre Nago, nomme
Lafieur, etampe fur le fein gauche
DVMO, ayant une longue chaine au
col, fe difant appartenir au Sr. Cam-
bry; une N'greffe Congo, nominee
Vivianne, 6tamp'e fur le fein droit CP,
fe difant appartenir a Madame la Mar-
quife de Choifeul.
-- -
NOUVELLES D'EUR.OPE.
FRANCE.
Le Duc de Richmond, Ambaffadeur
. de la Grande-Bretagnel eut-le 17 no-


ve
Slie
da*
cr(
'
de
for
Ce
ve
av
qu
ne

r-o
pe
de
le
vo
de
cr
le
po
&

~ P


87
au'mois'd'aout 1764 avee l1s' Protef
tans Francais qui ont former l'tablifi
fement du Nouveau-Bordeaux, dans
le territpire d'Hilsborough, a fi bien
reuffi dans fon entreprife de la fabrique
de la foie, qu'il a el I'ann6e derniere
60o livres de cocoons provenant des
foins de Gabriel Manigauld. II a tire
de ces cocons 36 livres de foie fine,
& il comptoit pouvoir en tirer encore
treize autres livres. Infenfiblement o:-
portera, dans la Caroline, les manu-
faa'ures de foie A un certain degree de
perfection,
Du CAP, le 3 mars.


mbre dernier uine audience particu- L'affreulf nuevelle de la mort dd
re du Roi & de la Famille Royale, Monfeigneur le Dauphin apportde
ns laquelle ii remit fes Lettres de parM. de la Touche-Treville, n'a t6
eance. malfreureufenmnt que trop. onfirrtie
On a repete ii ya quelqque' tems, par le Navire le Saint-Jacques, de
Toulon, avec fucces, les epreuves Bordeaux ; Capit. Imert. M. le GMne-
la methode propofee par M. Pdif- ral, en confequence dis Ordres de la
nnier, pour deflaler 'eau de mer. Cour., Pa annoncee Ala Colonie, afin
iux qui font intreff4s a cette decou- q.ue les Sujets 4Ud Roi enr Ameriqug
rte, font prevenus qu'ils ne doivent joignent leurs larmes a cells des Fran-
oir confiance que dans 1'inftruation pass d'Europe. La Lettre de la Cour
Le M. Poiffonnier fe propofe de don- eft du 23 decembre, & la France avoit
r lui-me&le. perdu Monfeigneur le Dauphin troig
En fouillant la terre dans les envi- jours apiparavant.
ns de Eimoges, on a trouve deux Le ConfeiI du Cap, A qui M. le
tites pieces d'or qui paroiffent Stre Gendra!L, afait part de ce fiunete ei.v
s monnoies franpaifes frappees dans nement, a envoy une DJeputation
cinquieme ou le fixieme fiecle. On y pour inviter'M. le Goiverneur-Ge'ne
)it d'un c6tb une tete de Prince, & ral fair parvenir Sa Maefi~4 touted
l'autre une c-roix. L'une a-poir inf- la douleur don't cette Compagnie efi
option d'un c6te DOMNIMAR,;& fur pedietrie.;
revers DOMOLIO MON. -L'autre Le Journal de Saint-Damingue potur
rte d'itn cote OCCA REX ONTO le present inois de itars, qui fe diftri-
fur le revers GAU DOLETIO MON. bue aujourd'hui, dft le complement du
A M t Q U E premier volume. 11 content, dans la
SM R Q uprenmiere Partie ro. tme ettre de MA
Le Minifire Gilbert, qui etoit arrive 11agze MA. *, fur l'artdleL Limbe de



























I
II



11


I

I






II


88
Journal de Janver dernier; 20. un Mei
moire fur la Sole, par M. Brevet, Se-
cretaire de la Chambre d'Agriculture
du Port-au-Prince; 30. une Lettre aux
Auteurs du Journal, fur I'tabliffment
des Raffineries a S. Domingue ; 40. la
Suite de I'Analyfi des Eaux minerals
de Banica. La feconde Partie eft com-
pof6e d'un Fragment du premier Chant
de Limitation du Poeme d'Abel de M.
Gefner ; d'ne Fable intitulee, Jupiter
6* le Vautour; de Yers a Mile. Moreau ;
d'une Epigramme intitulee, les Morts-


vivans; d'un Logogryphe, & eft termi- Depuis feptembre jufqu't la fin de
n6e par une Table des matieres con- dIcembre 1763, les jours oh la liqueur
tenues dans ce premier volume, & une a defcendu le plus bas, fept heures
Lifte alphabetique de MM. les Souf- du matin, ont ete de 16 & demi 17
cripteurs au Journal. degres au deffis de la congellation; &
-- '- pendant le meme teams, les jours oh
0 B S E RVATI 0 N S Meteorologiques, elle a monte le plus haut A trois heures
faites A Leogane, pendant plufieurs apres midi, eile n'eft parvenue qu'a
annees, fur une Habitation attenante 26 degrees & demi.
Sia mler, fituee a environ I.too pas En 1764, le jour le moins chauden
dans l'oueft-fud-oueft de la Ville. janvier a dte, au matin, 16 degres au
Qant ,de u a tom ,ir a terre.deffus de la congellation; apres midi,
Quantite de pluiequi a tombe jkr la terre. r
z o degrees; au foir, 18 degrees. Les jours
Pendant toute l'annee 1761, ii a les plus chauds depuis mars jufqu'en
tomb.,6o pouces 9 lignes d'eau en hau- feptembre ont ete, au matin, 2.2 de-
teur;; en 176 47 pouches 2 lignes & gres; apres midi, 27 degrds; au foir,
demie; en 1763 51 pouces 7 lignes 24 degrees.
Sdetmie;,efh ~ 764, j i pouces:2z lignes En 1765-, le jour le moins chaud
&demie; eh 1765, 6:,x6pouices lignes, a 6te, ai matin, 18 degrees au deffus
Le total de ces cinq annees, eft de de la congellation; a deux heures apres
272. pouces 4 lignes & demie d'eau.; midi, 23 degrees; n huit heures du foir,
ce quifait, hnn6e, commune, 54 Pdu- 21i degrees. Le.jour le plus chaud a ete
ces lignes:7y di;iemes. en juillet, au mafit,;,z2. degres A trois
Cette annee derniere 176 5 ,i a, fdit heures apris midi;, 8, degr6s; huit
de la, pluiex o3 jousdifferens. :. heures du foir, 23 degrees.
Le 2 a fit, il en tomba 5 pouces 6 Le thermometre eft place a 5oo pas
lignes de1 hauteur dans l'efpace de 8 dubord de la mer, dans une tres-grande
heures ;. puis dans la nuit encore falle oaverte i l'orient & a l'occident
8 lignes ,.fmme .totale, 6 pouces. z par dexi grandes portes & quatre fe-
ligngs en 2.4 eures, Ietres.. .. : : .1






-IIP_\ **--


Le 14 otobre I762, ii tomba I
pouces i ligne & demie depluie en une
heure & demie de teams. Des averfs
atfli abondantes arrivent rarement.
Tonnerre.
Le tonnerre a tombs dix fois aux
environs de Leogane & danis la rade,
A f
cette meme annee 1765.
Temperature de I'air, obfervee a un ther-
mpometre l'efprit de vin, fait felon la
method de M. de Reaumur.


1'*'.;:
1:4


- . ........


_UW__~y.IIL~YIIIC2Irrrrb





89
Onf a fenti la terre.trembler cinq fois pour en 6ter la graine; cette operation
ILeogane, cette annie derniere; mais emporte un teams considerable, & les
on n'a pas pris note des jours. met hors d'etat d'en cultiver une quan-
tit fuffilfante pour les fair fubfiifer;
TONS R LE C, d'oh fuit neceffairement le decourage-
OBsR Co ment. Je crois qu'il feroit facile de re-.
par M. P.... Habitant al Acul. .o .
par M. P.... Habitat mdier a cet inconvenient, en vendant
Le coton efi une denr6e d'autant le coton avec fa graine, pour etre
plus precieufe qu'il s'eft 6tabli en tranfporte en France, oh la main d'oeu-
France, depuis quelques annees, plu- vre eft a beaucoup meilleur march.
fieurs manufa&ures de toile peinte qui Qui pourroit s'oppoier a ce moyen
ne le cedent plus A celles des strangers: evident d'augmenter immenfement la
j'ai meme fiu par des Capitaines Ne- culture de cette denree ? Seroit-ce le
griers que les marchandifes qu'ils droit qui fe pergoit a 'exportation ?
avoient tirees de quelques-unes de nos feroit-ce celui qui fe percoit en France ?
Smanufaatures, pour fair latraite des Mais 'on fgait. que trois lives de co-
Noirs, avoient eu la preference. fur ton en graine ne produifent qu'une li-
celles des manufaacures etrangeres. Des vre de coton net. II eft done facile de
circonftances auffi favorablee, don't fire une jufte fixation de ces droits.
nous reffentons deja les effects par le Voici maintenant le bien inapprecia-
prix du coton qui augment prefque ble qui refilteroit de ce project. Le
journellement, font bien capable d'en pauvre Habitant, degag6 de la longue &
encourager la culture; & il y a tout penible operation de feparer la graine
lieu de penfer que les Habitans aif6s du coton, tourneroit toutes fes vues
pe la negligeront pas; mais lezele d'un & toutes fes forces du c6te de la cul-
bon Citoyen doit s'etendre principale- ture :. et Habitant, en etat de cultiver
ment fur la claffe' de ceux qui ne font 'une plus grande quantity de terrein
pas riches, & don't le nombre eft bien feroit fans contredit une r6colte plus
plus confiddrable : leur procurer des abondante, & par ce moyen devien-
moyens faciles, :de les foulager, eft 'droit plus aif : ii en naitroit donc un
l'aee d'humanite le plusdigne d'dloges; bien general pour cette Colonie. Non
C'eft dans cette vue que je- vous prie, feulement la quantity de cette denr6e,
Me, de: communique au Public les mais encore fon poids augmentant,
obflacdes quej'ai cru remarquer dans l'exportation en feroit d'autant plus
l'avancerment de la culture .du coton. considerable; le Commerce de France
-. Gette de ree, vieot.facilemehntidans en.retireroit done de tres-grands pro-
les terreins qui lui font propres, & la fits. Erifhin le.travail qu'occafionneroit
protnpte recolte qu I'on~ en ,fait ,:de- le coto eh: Frahce, pour le fair paffer
Ldommage liberaletaent des peines que au moiilin, y offriroit :une infinite
fa culture a caufdes ; mais les travaux de pauvres une reffource affuree. La
qui fuccedent a la recolte degoittent Metropole gagneroit done encore dans,
les petits Habitans.qui-ont peu de ne- la rd.uffite de mon project, par cette
gres ilfaut-paffetlelcoton aumoulil aoivellt fabiiqiue qu'il:yintrdiiroit






























I










;I


9o


r,


SPECTACLES.
Mercredi prochain 1z du courant,
le Sr. Haller donnera, A fon binefice,
une premiere Reprefentation du Port
de Mer, Comedie en un Afe & en
profe, de M. Boindin orn6e d'une
Decoration nouvelle & d'un Pas-d'ef-
dave. Cette Piece fera precedee de
la Boe'mienne, Opera-bouffon, & ter-
minee par la Se'renade Ballet-panto-
mime, avec changement de plufieurs
machines.


AVIS DIVERS.
Le Brigantin t'Ame'ricain, de Bor-
deatux, Capit. Vincent, partira pour
led. port du 2. au 3o duprdfent niois,
4tant aux deux tiers de fa charge. Oeux
qui voudront y paffer ou charger A fret,
s'adrefferont A Mrs. Chappuis & Galline'
Nigts. au Cap, rue des Religieufes, pres
V'ancien Gouvernement.
,Le Navire le Duc-de-Choieul de
Nantes, Capit. Samoual, du port de
400 tnneaux, 5o hommes d'equipage,,
i o canons de fix,& tres--commode pour
lespaffagers, eft en charge pour ledit
Port, & partira dans tout le courant
de mai. Ceux qui voudront paffer onu
charger A fret ,. s'adrefferont a Mrs.
Ta~divy &6 Collot Negocians, ou audit
Capit. rue St. Domingue.
Ledit Capitaine a livre dans les der-
niers jours de fevrier une barique de
lard a larder pour une barique de fel.
11 prie ceu'x qui ont achete du fel de lui
de vouloir bienverifier leurs bariques,.
& lui fire remettre lad. barique de lard.
Le Navire le Brocanteur de S. Malo,
Capit. Tizon, eft arrive en ce Port le
2 de ce mois, venant de la C6te d'An-
gole: avec ure cargaifori de 2 ; noirs,


__ ~ +.r ai.r4oLuh(lir-. .IRI arpi 2 5 o no irsU-yIOLl~d~oiILIIL~I


* 1 I IIJ i Je~U1Wtu5IIqI9MIW


' /I


doiit Mrs. de Ruffy, Gali~itfls'f &Co
ouvriront la vente jeudi 6 du courant'
Le Navire le Marechal-de-Bellefont
Capit. Belleville du Marais, eft arriv!
de la Louifiane avec une tres-belle car.
galon de Bois : ceu- qui enaurontbe-
loin s'adrefferont a Mtrs. Laffus & Frere,
Ledit Navire partira pour Bordeaux au
plus tard le to avril prochain. Ceux
qui voudront y paffer outcharger A fret
s'adrefferont aud. Capitaine ou auxdits
Sieurs Laffus & Prere rue Penthievre,
Les Srs.'Labarde & Dumarcy Ar-
penteurs du Roi refidans au Port-de-
Piix, prient ceux de Mrs. les Habitans
qui auront des droits ou pretentions
fur les terreins de la Montagne dudit
.lieu,delesleur communiquer au plit6t,
ayafit d6ja commence la revifion d'ar.
pentage, de laquelle its ont te charges
par un affemblee d'habitans tenue chez
M. du Tillet, Subdl16gui de M. 'Inten-
dant au Port-de-Paix,en vertud'un Juge.
meant de MM lesGeneral & Intendant.
SLe Sr. Javain demeure aftuellement
rue S. Domingue,pres la Place-Notre-
Dame, au-deffus de M. Charof Horlo,
ger : il prevent die nouveau qt'il fait
Fl'ligement de toutes fortes d'affaires,
tire les comptes, foit de commerce,
geftion de fucceffon de fociete, foit
de geftion d'habitation, avec le plus
fevere fcrupule, refoud toute liquida-
tion fuivant les claufes portees au titre
de creance, fait tableaux de traite de
negres & de vente d'iceux,!d'ute ma-
niere court & fuccinte'; dreffe bilan,
balance les livres, tant en parties fim-
ples qure doubles. I1 remplit tous cesl
objets en langue efpagnole comme en
langue franpaife.
Le Sr. Loubeau, aitre en Chirurgie'
donne avis au Public que plufieurs per




-iL-


J
';il







fonnes qui difentavoir'les Bougies de
M. Daran n'ont pas les veritables,
ledit Sr. Loubeau ayant une fociete paf-
fee avec M. Daran & un Certificat
.comme fruit.
n Je foiuflgn' JacquesDaran,Ecuyer,
,t Confeiller, Chirurgien ordinaire du
Roi, servant parquartier, certifieque
4, leSr. Loubeau, 'Matre en Chirurgie,
o a travaille fous moi pendant dix an-
nies qu'il a fuivi mes panfemens,
qu'il eft tres-bien inflruit des mala-
J dies de furetre, & que je lui ai fourni
., des Bougies, come auffi que je con-
tinurai de hli en fourrnir toutes les
fois qu'il en aura befoin pour les ma-
lades qut'il aura "a traiter Q l'Ifle.de S.
o Domingue, & que les perfonnes at-
I taquees des maladies de l'uretre, peu-
.4) vent .en toute turete lui donner leur
confiance. En foi de quoi j'ai fib n
1e le prefent, a Paris ce 30 feptenbre
.4 1763. Signi, DARAN.
Ledit Sieur Loubeau demeure fur
mP'Habitationde M.Lefevre, au Quartier-
Morin,
Le Sr. le Tellier, ancient Chirurgien
fur les Vaiffeaux du Roi, Maitre en
|Chirurgie de la Ville de Conches, dif-
t ribue un Remede anti-vinerien le plus
commode & le moins couteux qui ait
encore paru dans cetteColonie, & qui
e depuis fa dicouverte a ete employee
e en different endroits de PEurope & de
1Amerique avecle plus heureux fucces;
ce qu'il peut jufiftier par plufieurs cer-
S tificats don't il eft porter tant des
' hMaitres de Part qui en out fait ufage,
In que de plufieurs malades qui en ont
eprouv l'efficacit, Ce Remede eit
Sune liqueur auffi agr4able que nos Ra-
Stafias les plus eftimes, a moyen de la-
quelle tout malade peut euil fe traiter


91
fans auftcrit dans ke rgiime, vaquer
A fes occupations quelque penibles
qu'elles foient, & obtenir une gueri-
fon auffi prompted que radical de toute
efpdce de maladie venerienne, quelque
invereree qu'elle puiffe etre. Ce Ra-
tafia guerit avec le meme fucces & la
meme facility dans le regime, les maw
ladies des negres telles que Pians ,
Dartres Ecrouelles, Lpre ; il hate
meme la fortie du Dragonneau dit Ver
de Guin'e. Ce Ratafia fe vend 66 liv.
la bouteille de pinte, & 33 liv. la
chopine. Une pinte fuffit ordinaire-
ment pour guerir la maladie la plus
inveter6e : les accident lkgers cedent
immanquablement A la quantity d'une
chopine, employee comme ii eff indi-
que dans 'inftruaion imprimee que
le Sr. le Tellier donnera A ceux qui s'a-
drefferont A lui. IIdemeure chez M. le
Chevalier de Villeneuve don't il eft le
Chirurgien, fur fes Terres, au Port-de-
Paix; & pour la commodity du Public,
on en trouvera au Cap, chez la veuve
Mafclary, rue S. Jofeph.
Le 15 du prefent mois, A la Barre
du Siege Royal du Cap, il fera procede,
a la requete de M. Turin de BeauvoiJi.,
en fa quality' de Tuteur des Mineurs
Fau, A 1'adjudication du Bail-A-fernie
de fix Negres & fix Negreffes ages
d'environ 18 a 20 ans, pour 'efpace de
trois annees, A la charge par PAdjudi-
cataire de donner bonne & valuable
caution.
Les Negres de la fucceflion Ducos,
annonc6s dans la Feuille du zz janvier,
ne front vendus A la Barre du Siege
que le famedi 15 mars.
Le Sr. Duhanmel, Traiteur au Cap;
donne avis qu'il va s"'tablir.au Fort-
Dauphin, & que la niaifan qu'il oc.


UJhlru----l*lll~eby~asrrr~llar LIL L1 ~e~mrshb~blnr~- YQY---rr*~IIC~-Cdl-.L._*. I~-~U_~Y ~~r1~ .. I_ lifl*L-jl







91
cupe rue Efpagnofe, eft h afferiner des-
a-prefent.
Le z2 diu prfent mnois de mars, il fe-
ra proced a' la Barre du Siege de Jere-
mie, a la vente & adjudication d'une
*Habitation fituee A rlflet-a-Pierre-Jo-
feph du Cap-Dame-Marie, dependante
de la fucceflion de feu Sr. Gaflon Drau-
.court, confiftant en deux Conceflions,
don't 'une de iooo pas quarres & rau-
tre de 800oo, fur laquelle il y a une Mai-
.fon principal de 45 pieds de long fur
20 de large, compof6e d'une Salle & 5
cabinets, une cuifine, tn magafin, une
grande cafe A negres, deux Indigoteries,
I zoo touffes de bananniers, une favane
de 5 quarreaux, entouree de haies de
citronniers, le refte du terrein en hal-
liers & bois debout; plusun emplace-
ment de 6o pieds de long fur i zo de pro-
fondeur, fitue dans la Bourgade dudit
lieu de llflet-a-Pierre-Jofeph ; le tout
payable dans quatre annees par tetnies
& payemens egaux en argent.
Excellent Vin de Champagne blanc
& mouffeux, Morue franpaife peche
du petit-nord, A vendre chez M. Fs.
,Brette, Nigt. rue Neuve, vis-A-vis Mts.
Belley freres. ..
A ven dre a lta Ba rr du Siege du Cap
le famedi 1 mars prochain, une Habi-
tation etablie en Caffeterie, dependante
de la fucceffion Bouyer, fituee A la Mon-
tagne-noire, Paroiffe de la Grande-Ri-
Sviere, avec la quantity de 27 tetes de
Negres : la vente s'en fera au comptant.
Ceux qui'difirerorit mn plus grand dd-
tail font pries de s'adreffer a M. Prieur,
Curateur aux Vacances, au Cap.
A vendre, une Habitation fituee aun
SBoucan-a-Michel, Quartier du Port-.
Margot, contenant too quarreaux dc
terre 1 zoo pieds de jeunes Caffts qui


cbmmencent riapporter &c 40000
pieds de vieux; une Cafe fur feuil, de
0oo pieds de long fur -zo de large, avec
une galerie des deux cotis, de io pieds
de large, le tout palifade de planches,
ladite Cafe divifee-en .trois apparte-
mens; fgavoir, une chambre de 3 pieds
fervant de cafe a caffe, avec un grenier
au-deffus; deux autres chambres for-
mant la grande cafe, grenier au-deffus;
Moulin acheval pour piler le caffi; z
cafes a negres de 30 pieds & une cuifine;
60 pieds quarres de glacis: lad. Habita-
tion difiante de trois lieues & demie de
l'embarcadaire. I1 faut s'adreffer AM.
Cochon, halitant aud. lieu ou M.
Villard, N. gt. au Cap qui en front
bonne composition.
Un Negre Creole,nomme Jean-Pierre,
age de 2z a 2z ans, fans tampe,peau
rouge, jambes cambr&es & de petite
taille, qui fe ditlibre eft maron depuis
le 23 fevrier dernier. Ceux qui le re-
crnnoitroint, font pries de le fair ar-
rkter & d'en donner avis i Mde. Mon-
teil, au bord de la mer, au Cap. L
*Un Negre Creole, nommr Baiptife,
age de 30 ans, taille de 5 pieds 4 pou-
ces, etampe C.D. OI. D. I, eft maron
depuis le z2 'du mois dernier. Ceux
Squi le reconnoitront, font prids de le
fire arreter, & d'en donner avis A M.
Renaud, Archite&e au Cap.
Quatre Negres nouveaux, de nation
Congo, appartenans A Mrs. les heritiers
Baudin .tampes fur le fein droit
HERITIERS BAUDIN, font marons
depuis dix jours. Ceux qui les recon-
noitront, font pries de les fire arreter,
& d'en donner avis-a M. Gareau, Pro-
cureur des bienDV defdits; heritiers, au
QuartierPMorii n
+ Avec Pernilfmon


rAL-rlI ili -ll r rIr ~~-_+- -_ -


~rmrsi~ia~i~i~ IL CI --





[NO. i.73


ES


AMERICAINES.


D ,Du Mercredi 12 Mars.


ARhrv 4 eTavrfes Marchands. tous deux pour
A tore, de Nante,
U PORT-AU-PRINCE, le de cc barre, allant a
mois, 1'Heureife-Paix de Bayonne, gaifon de Noirs
Capit. Thomas Laffale, part dudit lieu Bcette de Ba)
le zo oftobre, ayant touched S. Pierre & le Brigantin
de Ia Martinique le 7 janvier dernier, Martin, tous d(
& A S. Marc le 6 f6vrier fuivant. le i I'Aimable
A S. MARC le 5 de ce mois, la gue, pour Bayc
Liberty, de Bordeaux, Capit. Audibert, Rozain, pour I
venant du Port-au-Prince, ohi il a faitX d M
a N T P R i des Miar
la vente de fes Noirs & arrive ici


Nantes : le 8, la Vic-
s, Capit. Prouft de La-
Leogane avec fa car-
;: 1 l o, le Navire la
ronne, Capit. Lardin ,
I'Union, Capit. Saint-
eux pour la Louifiane:
,-Rofalie, Capit. Laffar-
)nne, & l'Ac7f, Capit.
Bordeaux.
chandifes de la Colonle.


pour completter fon chargement. Au PORT-AU-PRINCE, le 5 de ce
Au CAP, ledit jour 5 de ce mois, mois, Sucre blanc, 5o A 60 1. com-
I'Aimable-Genevieve, du Havre, Capit. mun, 40 451. brut, 24 a 1. Indigo
le Tellier, part le i janvier; & le cuivre, 61.5 f. a 61. iof. Caff, 4 f .
Senau laFidele,du mime Port, Capit. .6 d. A i5 f. Coton,.175 A i 8 1. Bois
Jean-Baptifte Ancelot: le 7, le Solide, de campeche, coupe efpagnole, 18 A
de Marfeille, Capit. Foret, parti le 14 2 1. le cent..Cacao, 16 A 17 f.la livre.
janvier : le xo, I'Actif, de Nantes, Piaflres'gourdes, 35 36 pour 100.
Capit. Chever, parti le 27 janvier.. A LEOGANE, le meme jour, Sucre
S ,,n e. blanc, 7 A 621 cpmmun, 40 A 2 1.
NA VIREs Marchands n expedition. b a 1 I
"NA MraRo brut, zy A 26 1. Indigo bleu, 8 i. (rare);
Au PORT-AU-PRINCE, le Be'arnois, cuivre, 6 1. a 6 1. 5 f. Caffi nouveau,
Capit. Neau, pour Bordeaux; & le 5 f. Coton, 80 o1.
Saint-Vincent, Capit. Turet, pour A S. MARC Ie 7 de ce mois,
Marfeille. Sucre blanc, 55 a 60 1. common, 40
Av CAP, la MarquiSf-de-ChafJenoye, a 451. brut, 26 z27 1. Indigo cuivr-,
Capit. Leffene, pour Bordeaux. 6 1. Caiff nouveau, i4 f. '6 d. 1 f.
Coton, 170 A 180ol.
D EPART de Navires Marchands. Coton, *7 180 .
Au CAP, le II de ce moois, Sucre
Du CAP, le 6 de ceois, le Mefa- blanc, 5o a 60 commun, 36 a 48 1.
ger, Capit. Lavernis, pour Bayonne; brut, 18 A l5,1. Indigo blen,,7 a 8 1.
le Duc-d'Amboife, Capit. Gemon, & cuivre, 5L A 6 1. 5 f. Caff6 nouveau,
& leDuc-d'Aiguillon, Capit, Eurvin 14 a 16 f. vieux, a u Jf, Coton:


m ,"0 -A I -


3lylrrrr~r~r uI~lr~lrpc~~n ~llL~~-*.1 --i- -I 11LIElm ~


'A NNE 1766.
,m,, ltl ---- 51. n,
ta-u-IiBiiw**D1"*****'*
IK|< '^ "^*-"UU Ir^~L- -


95


A






94
x95 & so 1. Cuirs, 7 4 9 1. Piaires
gourdes, 36 pour ioo.
Pixx des Marchandifes de France.
Au PORT-AU-PRINCE, ledit jour
5 de ce mois, Vin, 130 x6ol0.Farine
fraiche de Moiffac, 66 1. commune,
auffi fralche, 42.1. Boeuffale, 70 7 51.
le baril. Beurre, 18 2zo f. la livre.
Huile de Provence, 2 Ia 241. la cave;
d'Orleans, 4 1. A 4 1. io f. la pinte.
Savon, 661. le cent.
. A LiOGANE, le meme jour, Vin
vieux, 50o1. nouveau, zo 1. Farine
de Moiffac, 60 1. Savon, 701.
- A S.o MARC, le 7 de ce mois,V in
:vieux, 170ol. nouveau, i6o1. Farne
de Moiffac, 661. Savon,75J ,1
Av CAP, le i de ce mois, Vin
vieux, 170 a 2o 1. nouveau, 13b a
15o 1. Farine de Moiflac fraiche a
S1. commune, 45a 54 1. Biuf, 6
S -1.,le- bariL. Beurre, 1.5 a x8 f..ia
livre. Petit fal 24 30 1. f'ancre.
Huile., 18 a 24 1. la cave. Savon, 6o,
A -66 L.e cent.
COUR$s DU FRXET.
'Av PORT-AU-PRINCE, Sucre, 2 d.
Indigo, 24 d. Caff, 15 d. Coton, 36 d.
A LEOGGANE, Sucre, io A 12 den.
Indigo, 24d. Caffi, i2 z ia d. Coton,
30 d.
A S. MAR, Sucre blanc, 12 14 d.
)rut, 14 a 15 d. Indigo, 3o0d. Caffe,
S2 a 14 d. Coton, 30 A 36 d.
Au CAP Sucre blanc, iod. brut,
I2 d. dIndigo, 18 d. Caffe, z12 4 a d.
,Coton, 24 d,'
MoaT s..
SLe R.7 P. Pcheur Cure de rAr-
cahaye, y eft mort 1le z2 fivrier der-
nier, fge de 59 ans.


NE ta s MAs ONS.
A S. MAac, une N6greffe nouvelle;
Jg6e de 30 4 32z ans, de la taille de 5
pieds, qui n'a pu dire fa nation;, le nom
de fon maitre, ni le fien.
Au FORTT-DAUPHIN, un Negre
Mondonogue, nomme Laurent, fe di-
fant appartenir au Sieur Fontaine, Ha-
bitant A Ouanaminthe; un Negre,
nomme Ce'ar, fe difant appartenir a
M. Faneuil, l-abitant au Trou; un
Negre Congo, tamper fur le fein droit
H G BAUDIN, qui n'a pu dire le nom
de fon maitre, ni et fien; un Negre
Mina, nomme I'Eveille, etampe fur le
fein droit P.C., fe difant appartenir
au Sieur Perrier, Habitant au Limb6.
Au CAP,un Negre Congo, nomme
la Violette, etamp6e ur le fein droit
illifiblement, fe difant appartenir M.
Decourt, Habitant au Haut-du-Cap;
un Negre Fond, nomnm Louis, etampe
fur les deux feins inditlin&ement, Age
d'environ 5 5 ans, de la taille de 5 pieds
3 poiuces, ayant le police de la main
droite coupd, & les pieds pleins de
chiques, fe difant appartenir au Sieur
le Coquo.

NOUVELLES D'EUROPE.
SUED E.
La Ville de Calmar, Capitale de Ia
Province de Smolande, tres-bien for-
tifide & celebre dans PIHifoire par le
Traite qui porte fonhnom, a et pref-
que entierement reduite en cendres
par un incendie arrive dans le mois
d'o&obre, & qui a dur` deux jours.
La Cathedrale & la refidence du Gou-
.verneur ont feules ichapp' aux rava-
ges des flames.
On made de Laponie que le tont


___~~~~~~~~~~~~__~~~~- --U4p~rrrawa~l~~~a~ --- --(QI(II~II~ClsDP~


w~d~lkz~.~ll


hu*IPILPAe;.~en, ~U~.~
-B






nerre eft tombe a Folinge, & a fait
perir d'un feul coup un troupeau de
Szo rennes. II a etc obferve qu'un
quart d'heure. auparavant toutes
tes rennes qui fe trouvoient difper-
f6es dans le meme paturage, s''toient
rdenies dans un feul endroit ainfi
qu'elles ont coutume de le faire lorfque
la peur les faifit, & que prefque toutes
font tombees mortes fur la place, &
quelques-unes A fept ou huit pas plus
loin. On en a overt plufieurs; mais
on n'a decouvert aucun fymptome qui
putt fervir a expliquer leur mort par
les effects naturels du tonnerre. Les
Proprietaires de ce troupeau ont et6
ruins par cette perte; les rennes font
toute la richeffe des Lapons; is fe
nourriffent de la chair de ces animaux,
fe vtiffent de leurs peaux, & les em-
ploi~nt a tirer les traineaux & a plu-
fieurs autres ufages.
POLO GNE.
Le Roi a donna tat militaire tin
nouveau temoignage de fon eftime
particuliere, en creant un Corps de
Cadets, compof6 de jeunes Gentils-
hommes de Pologne & de Lithuanie,
don't Sa Majefte s'eft referve le pole
de Capitaine, & en a donn6 le com-
mandement au Prince Adam Czarto-
rinski, Gentral des Gardes Lithua-
niennes, infanterie. On enfeignera A
cette jeune Nobleffe les Langues etran-
geres, PHifloire du Pays, l'Arithme-
tique, la Geometrie, le Deffein & g6-
neralement tout ce qui pourra la ren-
dre utile A la Patrie.
ALLEMAGNE.
Le bruit fe rdpand que le Comte
de Khevenhuller fe rendra inceflfm-


meant, en quality de Minifre-Plnipo-
tentiaire, a la Cour de Turin pour y
conclure le marriage du Duc de Cha-
blais avec l'Archiducheffe Marie-Chrif.
tine-Jofephe. On ajoute qu'apres la
ceremonie des noces Leurs Alteffes
PRoyales iront faire leur refidence A
Infpruck.
Les difficulties qui fubfiftoient, au
fujet de 1'ele&ion du Roi de Pologne,
entire la Cour Impiriale & Royale &
les Cours alliees d'une part, & celle
de Varfovie de lautre, ayant et6 ap-
planies A leur commune fatisfa&ion,
le Prince Poniatouski, frere du Roi
de Pologne, a eu audience de Leurs
Majefits Inmpriales & Royale en qua-
lit6 de Miniftre-Plinipotentiaire, &
leur a notified formellement 1'leftioa
de Sa Majefte Polonoife. Depuis il a;
etc nomme Lieutenant General des
Armeds de l'Impratrice-Reine.
LaY Socidt6 Economique de Ham-
bourg a propof6 derniereitient un prix
de ioo rixdales pour quiconque trou-
vera le moyen de purifier le facre fans
fe fervir de blanc d'oeuf & de fang de
boeuf, de maniere cependant que la
nouvelle preparation ne foit pas plus
couteufe que celle qui eft en ufage.
ITALIE.
La Regence de Naples ayant rendti
une Ordonnance qui fufpendoit la for-
tie des grains de Sicile, les Barons de
cette Ifle ont envoy un Deputd pour
repr6fenter Ie prejudice que cette fuf-
penfion leur caufoit. Le Gouvernement
ayant egard A leurs repr6fentations, a
ordonne au Vice-Roi de Sicile de ne
plus s'oppofer A la libre fortie des
grains, reconnue neceffaire pour fire
fleurir agriculturee& le commerce,


NO
ALA%--






96
P R T GA L. roltre un Bill qul fe preparoit 'Dublin
L'Inquifition a donned le 27 o&obre tendant A fire & A enregifirer au Par.
dernier Lisbonne, le fpe&acle d'un element le denombrement de tous les
.4uto da fe, oi elle a fait paroitre Catholiques qui habitent en Irlande.
quarante coupables, parmi lefquels. il L'Ambaffadeur de Tripoli, avec qui
y. avoit plufieurs Pretres & Moines on a renouvell6 le trait d'amiti, &
convaincus d'irreligion & d'impiete, etabli un commerce avantageux pour
& une Religieufe hypocrite qui s'at- la Grande-Bretagne fur la Cote de Bar-
tribuoit le don des miracles, & qui barie, a fait naitre l'idee du project de
avoit repandu dans des 6crits myftiques former une Colonie en certain diftrif
qu'on devoit attribuer les malheurs du d'Afrique d'oh l'on peut tirer de I'or
i Portugal au commerce de ce Royaume auffi pur a l'effai que celui du Mexique.
avec les strangers. I1 y avoit auffi, F A N C E.
parmi ces criminals, des gens marines
en fecondes & en troifiemes noces du On made du H-avre que le Navire
vivant de leurs premiers conjoints; la Cornelie, forced par latempkte, dtoit
rn payfan & quatre vieilles femmes arrive a une lieue des jettees d'Oftende;
qui pretendoient guerir les maladies le mauvais teams continuant au point
par des voies furnaturelles; quelques de mettre le Navire dans un preffant
Juifs, un fauffaire & un blafph'mateur. danger,; le Capitaine & 1'Equipage
Aucun d'eux.n'a etc condamne au feu. apres avoir jette fur un grelin la feule
Les Miniftrese.trangers ontCt" -inviws ancre qui reftoit, prirent le parti de



n'y ont pas paru. & le conduifirent a Middelbourg, re-
S:AN T r t clamantleurs droits de fauvetage mon-
Stant au tiers de la valeur de leur pre-
S' Jgque de Londres a adreffd des tendue prife. Le Capitaine a ete oblige
.. Letires a chaque Ecclfiaftique de fon de courier apres fon Navire, & l'on
fla Diocefe, pour leur enjoindre de lui negocioit avec les Oftendoispour leur
' -envoyer un compete exat du nombre recompenfe d'un office don't on les au-
des Catholiques qui fe trouvent dans roit bien difpenfes.
i les diffirentes Paroiffes, & des Cha- L'homme ayant appris a nager, foit
pelles particulieres o r on dit la Meffe. des animaux, de qui nousltenons tant
On ajoute que l'on a fupput6 la quan- de chores, foit du feui inftinat qui lui
title a environ 1oo mille en cette Ca-l ft chercher dans les eaux un rafral-
pitale, tant Sujets qu'6trangers, & que chiffement fuir & prompt centre Far-
d'autres veques du Royaume out pris deur du foleil, ou qui fut conduit par
la merme refolutiQn d'empecher qu'ils le simple attyait -'i plaifir, foit enfin
iii i'affedenrt. a leur culte .nn plts -grand de la nceffitd, de. cet amour agif de
Snombre de.maifons. 1 devolt auffi pa- la vie, le premier des maitres, il pr
des j|;lqe CIIbe dfefs
le^iV~ets*Prol's, 8; de Cha-,. ''.eaan ppi agr fi
'^M ~~ele a titlp eso lIQ d it la r~ .iReff ., de J ant- im. aux _i.A~^~f*-*** det ^--.*-t q i noguttBs4^ tenons~-*- .l^* t anWlfcW^*-,^t^-~-~f'ej-
~ ~ ~ O a1 ,Sa ou le ararr iiifi~~'iifoln au__. faiura[ la~quan de 11.fe .,foiiiiiiiiMNlnlfl^ -i kid -i9fn q i H111 i
tite, A enio o il ncteC-6 hece as e ax i arl


-






eftoit plus qu'A chercher les moyens
te fppleer 1'infuffifance ou au d tfaut
e cet art utile; quel eft le teams, quel
It le pays oih Fon ne s'en eft point
Wccup6? En 1764, la Societe Royale
Ce Londres approuva des cafaquiesde
iege inventees par M. Wilquinfon,
inglois, pour fauver dans les naufrages
a vie des gens de mer. L'annee der-
niere, M. l'Abbe de la Chapelle, connu
aar fes Ouvrages de Mathematiques,
it l'Academie des Sciences la def-
ription d'un corfet qui foutient P'hom-
ne fur 1'eau, & le garantit du danger
.e perir, don't 'Iepreuve a ete faite
vec fucces fur la Seine. Vient aujour-
'hui M. Bonnal, Habitant & Marchand
Dieppe, qui revendique l'invention
es corfets de liege, & qui par confi-
uent la contefte, tant au Mathemati-
ien de Paris qu'A f'Anglois, comme
'iln'etoit pas poffible qu'en 1764 un
lomme de. Londres ait eu la meme
dee, & qu'en 1765 M. l'Abbe de la
?hapelle ait pu encore imagine la
neme chofe que M. Bonnal.
AM R I Q U E.
Du CAP, le 12 mars.
Samedi dernier, on celdbra un Ser-
rice pour feu Monfeigneur le Dauphin
plans l'Eglife paroiffiale de cette Ville,
h l'on avoit eleven un catafalque. M. le
qouverneur-Genera, MM. du Confeil
uperieur & du Siege Royal, MM. les
)ficiers de terre & de mer, & les
mrincipaux Habitans, tant de la Ville
iue de la Plaine, y ont affifle. Les
Froupes 'toient rangees en haie, fans
irmes, autour .de 'Eglife. Le R. P.
.oubion, Chanoine Rtgulier, de 1'Or-
Ire de la Sainte-Trinite, a prononce
'Oraifon fiicbre decet augufte Prince.


97
Ces trifles devoirs avoient. &t annon-
c6s la veille par -une falve de z coups.
de canon, & par les cloches de la Pa-:
roiffe. Des le matin du jour du Service ,
on a r-itere la mnme falye, & de mo-
ment en moment les canons de terre
& des Vaiffeaux de la rade out tir ; ce
qui a etd termind par plufieurs falves,
& par les larmes finceres des affiftans.
Des lettres de Paris, du 9 janvier,
annoncent que le Roi a nomme M. le
Chevalier de Rohan, Chef-d'Efcadre,
poiir remplacer M. le Comte d'Eftaing
dans le Gouvernement-general des Ifles
fous le vent: ces lettres ajoutent que
Sa Majefti a donned M. de Bongard,
Prefident a Mortier au Parlement de
Metz, la Place d'Intendant de Juftice
& Police defdites Ifles, & celle d'In-
tendant des Finances & de Marine A
M. de Kerdifien de Tremais, Subd.-
lIgue-Gneral atnel de S. Dominguei
Extrak''une Lettre du Port-au-Prince;
du 26' fvrier.
Pendant 1'annee 1765 il n'a ete in-
troduit par ce Port que 1878 Negres,
venus de Guinee en fept Navires': if
en eft deja arrive davantage depuis le
i janvier dernier. La connoifance
exate de lintroduaion des Noirs dans
la Colonie, eft tres-importante pour
le Commerce. Je tacherai d'avoir la
note de ceux qui font arrives a Leo-
gane, a S. Marc & aux Cayes; je crois
meme qu'un petit Negner a fait fa
vente a Jacmel.
Nous avons toujours beaucoup de
malades ici.
Extrait d'une autre Lettre du Port-au'
Prince, dAu 5 mars.
Mrs. les M6decins & Chirurglenr
de cette Ville fe font affembles s; y'


^^wUL~n6~ '**^^'^^^''^^'^^a







a apparence qu'its ont enfin trouv la Capit. Fran;es Drieu, du port de 40
daufe de 1pidemie, & les moyens d'y tonneaux, 41 hommes d'&quipage, I
rem&dier; car depuis le 28 du mois pieces de canons, eft en charge poyt
dernier, iln'eft mort perfonne en cette Nantes. Ceux qui voudront y paffer oI
Vle : cependant nous avons encore charger A fret s'adrefferont A Mrs!
des malades. Cette epidemie a ete fi Guillaudceujene& Gauget Negocians
generate qu'on a peine A trouver quel- au Cap.
qu'un qui n'en ait pas etC attaque. 11 Le Navire le S.Pierre & S. Paul, Ca,
eft mort 71 perfonnes libres dans cette pitaine Dominique-Elzdor Peix, par,
Pafoiffe pendant le mois dernier, tira pour Marfeille le ir mai prochain
..---- an plus tard. Ceux qui voudront ypaf.
AV I S D I V E R S. fer o charger A fret, s'adrefferort aund
Le Navire la Marquife -de Roahe- Capitaine, rue de la Pointe, ou Mrs,
chouart de Bordeaux, Capitaine Paillet, Dupleffis, Debievre & Compagnie :il
partira pour ledit Port A la fin'du mois; y a beaucoup de commodities pour ke
il nelui manque que40 bariques de Paffagers.
fucre. Ceux qui voudbnt y paffer ou Les Creanciers de la fuccelflon do
charger A fret, s'adrefferont aud. Capit. feu M. Adrien-Jean de Camps, habitant
en fon magafin rue Penthievre, press au Quartier- Morii decade au Cap
I'mprimerie Royale. en 1754, font invites par fon Lgataire
Le Navire le Gangede Marfeille, Ca. univerfel, de fe prefenter & de donned
pitaine Michel Couture ,di p6rt de 3oo un itat de leurs creances, tant en pri.
1onneaux, 30 homes dequipage, 14 cipaux qu'intr8ts & frais ; on concer-
pieces de canons, eft en charge pour tera m8me avec eux les moyens leI
ledit Port & partira le :o du prochain. plus prompts pour liquider entierement
Ceux qui voudront paffer, ou charger lad. fucceffion. Or. s'adreffera A Me
A fret, s'adrefferont audit Capitaine en Bekagnon, Avocat, ruedu Confeil-,a
fon magafin, rue du Gouverment, au coin de celle de Penthievre.
coin de celle de la Fontaine. Le Sr. Potier, Arpenteur du Roi aux
Le Navire le Marquis-de-la-Paillete'rie Cayes-du-Fonds, eft poffeffeur d'un re-
du Havre, Capit. Hamel, du port de mede fouverain pour prevenir le mal
oo tonneaux, partira pour ledit port de machoire fi commun aux enfans nou
a la fin d'avril prochain. Ceux qui vou- vellement nes : il tient ce remede mer-
dront y paffer ou charger A fret, s'adref- veilleux des Indiens; il en a fait une inf
front audit Captaine en fon magafin, finite d'expirience ; & i propofe d'en
rue du Gouvernement, ou A Mrs. Belley donner le fecret A la Colonie, moyen-
freres, N6gocians au Cap. nant un prix raifonnable: en attendant,
Le Brigantin le S Jacquesdu port de ceux qui voudront s'en procurer, aus
11o tonneaux, eft en charge pour la front la bonte d'affranchir les ports de
Louifiane. Ceux qui voudront paffer ou lettres 4 & d'y joindre x 1. pour chacue
charger h fret, s'adrefferont A M. Gai- dofe. II tientauffi des Indiens un remend
pard, pres les Halles Anglaifes. miraculeux pour guerir le flux de fanB
LeNavire le Iareapztifiede SMalo, la bouteille de pinte eft de 661. Ila Cet


~a~~~R--- --1-~-1--- -a---,


" .. . 1 11,-1 s T _






ngeev audit Sr. Posierun Mulet brff',
narchant Iamble. Ceux qui le recon-
joltront, font pries de le fire arreter
lde lui en donner avis.
La Dame Chritiin, veuve du feu Sr.
Chrifin Apoticaire du Roi au Port-au-
prince, donne avis qu'elle continue de
tenir fa maifon fur le meme pied queci-
devant; que 'on trouvera chez elle les
jnmes drogues A bonne compofition;
& qu'elle fatisfera. aux demands qu'on
pourra lui faire, parce qu'elle tire les
drogues de la premiere main c'eft-A
dire, celles comnpofees 4e Paris, & les
fimples, de Marfeille &bien afforties.
II fera vendu demain jeudi x 3, A huit
:heures du matin, dans la maifon de M.
Bonnaud, Confeiller, Quai S. Louis.,
divers meubles, linge, bijoux & argen-
terie, provenant de la fucceflion de feue
Ide. Berg. 11 ya auffi plufieurs Negres
-& N4greffes domeftiques que M. RBrg"
iedra de gre,A gre.
:: A vendre une Negreffe Senegaloife
avec un Negrillon d'un an.; cette Ne-
greffe eft cuifiniere, patifliere, blanchif-
..feufe & bonne menagere. On s'adreffera
a M. Girard, Avocat au Parlement de
Paris, rues Vaudreuil & S. Michel, qui
me l'avoit achet6e que pour nourrice ,
& qui ne la revend que parce qu'elle
manque de lait, ne, lui connoiffant au-
Stune mauvaife quality.
4 vendre a la Barre du Siege du Cap ,
1 Ie famedi 15 mars prochain, une Habi-
* nation etablie en Caffeterie, dependante
de lafucceffion Bouyer, fituee A la Mon-
a tagne-noire, Paroiffe de la Grande-Ri-
fe- viere, avec la quantity de 27 tetes de
le0 Negres : la vente s'en fera au comptant,
SCeux qui defireront un plus grand dB-
S tail, font pries de s'adreffer a M.Prieur
SCurateur auxVacances,.au Cap.


'A ~e~der, t une Maifonde copied
de long fur 6o de large, fituee au Bourg
du Dondon, vis--vis I'.glife, depen-
dante de la fucceflion Tardieu bltie
en charpente fur feuil en nmaonnerie,
paliffadee de travers couverte en
eflentes & carrelee, confiftant en trois
chambres baffes, une galerie avec un
cabinet a chaque bout, & un grenier at
deflus defdites chambres; zo. un Bati-
ment fitue au m^me lieu, d'environ 77
pieds de long, bati en charpente, po-
teauxen terre, paliffade & couvert en
effentes, confiftant en cinq chambres
non carrel6es, don't une fervant de cui-
fine, avec in four, le tout bien.clos
d'une haie vive de citronnier & en-
toure d'une paliffade; 30 ,une Habita-
tion ddpendante de ladite fucceffion,
fituee au Dondon, Quartier des Mata-
dors, confiftant en 39 quarreaux & 3
,quarts4e terre, fur laquelleil y a. x oooo
pie4s,d cafff, beaucoup de vivres, io
negres ou nrigreffes ,une cafe principle
& cafes A negres. It faut s'adreffer t M.
SLions, Habitant. au Quartier- Morin,
L fonde de la procuration des heritiers
! Tardie, ou a Me. Menude, Procureur
Sau Cap, rue Royale. On en garantira
toutes hypoteques. Les deniers prove-
nans de la vente., front employes a
I'acquittement des dettes de la fuccef-
fonr, qui ne font pas a beaucoup pres
auffi confiderables que la valeur des
biens..
SA vendre comptant des travers de bois
- d'acajou longs depuis 2. jufqu' 40
Spieds & plus; des planches & des ma-
driers diim&me bois, parties de ces der-
niers propres A faire des courbes de
Smoulins A fucre. On s'adreffera M.
Boudet l'ane, habitant A 1'Artibonite.
vendre une Terre fituee dans la


~IR~Llbad*IIBli~Lr*lIBI*i[~ _ru. --~Ya~IIUbp-- ~G~Y*ru. y-